La langue française

Coursier

Sommaire

  • Définitions du mot coursier
  • Étymologie de « coursier »
  • Phonétique de « coursier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « coursier »
  • Citations contenant le mot « coursier »
  • Images d'illustration du mot « coursier »
  • Traductions du mot « coursier »
  • Synonymes de « coursier »

Définitions du mot « coursier »

Trésor de la Langue Française informatisé

COURSIER1, subst. masc.

A.− Littér. Cheval à fière allure qu'on lançait autrefois dans les tournois ou dans la bataille. Noble, généreux, vaillant coursier (Ac.) :
1. ... on lui amena son cheval à la porte de sa maison. C'était un grand coursier noir qui ne voulait pas se laisser monter... A. France, Vie de Jeanne d'Arc,t. 1, 1908, p. 405.
P. métaph.
1. [Pour désigner un vaisseau] :
2. Souvent (...) Tandis que sur la mer, au loin sinistre et haute, Fuit le navire, ce coursier ... Je songe au bord des eaux, triste... Hugo, Toute la lyre,t. 1, 1885, p. 103.
2. [Pour désigner des astres] :
3. Ne tends jamais l'oreille aux musiques des sphères, N'arrête pas tes yeux sur ces coursiers brûlants ... A. de Noailles, Les Forces éternelles,1920, p. 217.
Rem. Notons la forme coursière. Et ma muse prendrait passage Sur une vague molle et sage, Portant une étoile en ses plis; Et sur sa marine coursière On la verrait joyeuse et fière, Courir les limpides pays Tout parsemés de l'or des nuits (M. de Guérin, Poésies, 1839, p. 122).
B.− TECHNOLOGIE
1. MARINE
a) Synon. de coursie*.
b) Canon placé sous le coursier d'une galère (cf. Bonn.-Paris 1859) :
4. ... il s'agissait d'un coursier de galère, la maîtresse pièce de la batterie qui s'allonge sous la rambate, à l'avant. J. de La Varende, Heureux les humbles,« Va-de-Bon-Cœur », sergent à Tournaisis, 1942, p. 88.
2. Chenal amenant l'eau aux aubes de la roue d'un moulin :
5. ... le moteur [de la machine de Saint-Orion] fut disposé pour faire marcher une grande roue à palettes, mobile dans un coursier circulaire, laquelle monte l'eau... J. Armengaud, Traité des moteurs à vapeur,t. 2, 1861, p. 2.
Rem. Pour ce dernier sens, on rencontre également ds les dict. la forme coursière.
Prononc. et Orth. : [kuʀsje]. Ds Ac. depuis 1694. Étymol. et Hist. Ca 1165 adj. « apte à la course » (B. de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 21145 : li cheval fort e corsier) − 1572, Amyot, Que le vice seul..., 1 ds Hug.; ca 1285 subst. (Roman du Chastelain de Coucy, éd. J. E. Matzke et M. Delbouille, 1810). Dér. de l'a. fr. cors « allure rapide » spéc. en parlant d'un cheval (Ch. de Troyes, Charrette, éd. M. Roques, 761); suff. -ier*. Bbg. Goug. Mots t. 1 1962, p. 26, 72.

COURSIER2, IÈRE, subst.

Petit(e) employé(e) chargé(e) d'effectuer diverses courses, notamment des livraisons, dans un magasin, un hôtel, une entreprise. Au même moment, une « coursière » de maison de modes (...) dévala les degrés en glapissant (Colette, Gigi,1944, p. 159):
Y en a des fouillis prodigieux, tout emmêlés comme des buissons. Toute la journée, les « coursières » les petites râleuses de la couture, elles viennent glousser dans les comptoirs. Céline, Mort à crédit,1936, p. 163.
Prononc. : [kuʀsje], fém. [-sjε:ʀ]. Étymol. et Hist. [Fin du xixes. s. réf. ds Dauzat 1973]; 1922 masc. (Lar. univ.); 1922 fém. (Proust, Sodome, p. 846). Dér. de course*; suff. -ier*; dès ca 1180 [vallet] cursier « messager » (Horn, éd. M. K. Pope, 2477), cf. coursier1.
STAT. − Coursier1 et 2. Fréq. abs. littér. : 343. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 210, b) 357; xxes. : a) 106, b) 170.
BBG. − Kemna 1901, pp. 41-42. − Lew. 1960, p. 211. − Vidos 1939, p. 334; pp. 339-341.

Wiktionnaire

Nom commun 1

coursier \kuʁ.sje\ masculin

  1. (Littéraire) (Soutenu) Cheval grand et beau.
    • Puis, s’approchant du coursier, il se mit en selle sans l’aide de l’étrier, […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Les coursiers de ces deux serviteurs étaient aussi étranges que leurs cavaliers : ils étaient de race sarrasine, arabes par conséquent, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Puis Mouley Abdelaziz paraît, vêtu de blanc neigeux, immobile comme une idole sur un superbe coursier noir caparaçonné de vert et d’or, qui se cabre et danse au son sauvage des ghaïtas et des tebels. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 108)
    • Le Prince les inspecta, comme s’il eût passé une revue, à cheval sur un fringant coursier. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 262 de l’éd. de 1921)
  2. (Marine) Canon de chasse des chaloupes canonnières, etc., lequel est placé à l’avant.
  3. (Hydraulique) Passage qu’on donne à l’eau, entre deux rangs de pieux, pour la conduire à la roue d’un moulin.

Nom commun 2

coursier \kuʁ.sje\ masculin (pour une femme on dit : coursière)

  1. (Commerce) Personne qui fait les courses pour un commerce ou une administration. Personne qui livre de petits colis et des enveloppes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COURSIER. n. m.
Cheval grand et beau, en termes de Poésie et dans le style soutenu. Noble, généreux, vaillant coursier. Coursier fougueux, rapide. Monté sur un coursier. Il se dit, en termes de Marine, du Canon de chasse des chaloupes canonnières, etc., lequel est placé à l'avant. Il se dit aussi, en termes d'Hydraulique, d'un Passage qu'on donne à l'eau, entre deux rangs de pieux, pour la conduire à la roue d'un moulin.

Littré (1872-1877)

COURSIER (kour-sié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des kour-sié-z ardents) s. m.
  • 1Grand et fort cheval de tournoi ou de bataille.

    Poétiquement, un noble et beau cheval. Déjà d'un plomb mortel plus d'un brave est atteint, Sous les fougueux coursiers l'onde écume et se plaint, Boileau, Épît. IV. On vous voit moins souvent, orgueilleux et sauvage, Rendre docile au frein un coursier indompté, Racine, Phèd. I, 1. Et mes coursiers oisifs ont oublié ma voix, Racine, ib. II, 2. Ces superbes coursiers qu'on voyait autrefois, Pleins d'une ardeur si noble obéir à sa voix, Racine, ib. V, 6. Et fier de porter l'homme et sensible à sa gloire, Le coursier partagea l'orgueil de la victoire, Delille, Homme des champs, IV.

    Fig. Le sang remonte à son front qui grisonne, Le vieux coursier a senti l'aiguillon, Béranger, V, sergent.

    Par plaisanterie. Un ânier, son sceptre à la main, Menait en empereur romain Deux coursiers à longues oreilles, La Fontaine, Fabl. II, 10.

  • 2Dans la marine ancienne, passage de la proue à la poupe, dans une galère, entre les bancs des forçats.

    Le canon qui, placé sous le coursier, faisait feu par la proue.

    Dans la marine actuelle, canon de chasse placé à l'avant.

  • 3Conduit qui, amenant l'eau d'un biez de moulin, la fait passer au-dessous de la roue.

SYNONYME

COURSIER, CHEVAL. Cheval est le nom simple de l'espèce sans aucune idée accessoire. Coursier renferme l'idée d'un cheval courageux et brillant. Coursier est tellement propre à la poésie ou à la haute éloquence, que l'emploi de ce mot dans le style ordinaire suffit à rendre ridicule celui qui s'en sert, à moins qu'il ne le fasse par moquerie.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant il se voit sor son cheval corsier, Ronc. p. 40. Et maint cheval corsier, sor et bai et bauçant, Sax, t. I, p. 88.

XIIIe s. Et les chevaliers que le roy avoit mis en ses courciers [sorte de navire] pour nos malades deffendre, s'enfouirent, Joinville, 239.

XVe s. Si monta au plus tost qu'il put sur fleur de coursier et prit les champs, Froissart, I, I, 103. Elle remonta sur son coursier, ainsi armée comme elle estoit [la comtesse de Montfort], Froissart, I, I, 174. Et estoit appelé ce brigand Bacon : et estoit toujours bien monté de bons coursiers, de doubles roncins et de gros palefrois, Froissart, I, I, 324. Le quel coursier qui estoit grand et fort s'escueillit à courir, et emporta le chevalier malgré lui, Froissart, I, I, 298. Et avoyent nefs coursieres qui couroient sur les bandes de Normandie pour avoir des nouvelles, Froissart, liv. II, p. 281, dans LACURNE. Trois manieres sont de chevaux qui sont Pour la jouste, les uns nommez destriers, Haulz et puissans et qui tres grant force ont ; Et les moyens sont appellez coursiers, Ceulx vont plus tost pour guerre et sont legiers ; Et les derrains sont roncins, et plus bas Chevaulx communs qui trop font de debas, Au labour vont, c'est du gendre villain, Deschamps, Poésies mss. f° 234, dans LACURNE.

XVIe s. Douze chevaux coursiers d'Hespaigne, Carloix, IV, 12. Comme ung brave seigneur, monté sur ung furieux coursier, Carloix, VI, 11. Si se heurterent les deux coursiers de front, Amyot, Eum. 13. Au baron appartient l'espace du faucon et du destrier ; et est entendu destrier un grand cheval de guerre, coursier ou cheval de lance, Coust. génér. t. II, p. 65.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COURSIER, s. f. (Marine.) est une espace ou chemin pratiqué dans le milieu de la galere, large d’environ un pié & demi, sur lequel on va d’un bout à l’autre. (Z)

Coursier, (Marine.) On nomme ainsi la piece de canon qui est placée à l’avant d’une galere. Voyez Pl. I V. de Marine, fig. 2. la situation de cette piece de canon cottée 19. (Z)

Coursier, (Manege.) On appelle ainsi un cheval propre à la course. Les bons coursiers viennent de Naples. Ce mot n’est plus guere d’usage qu’en Poësie, où il est fort noble. (V)

Coursier, (Hydraul.) est un chemin entre deux rangs de pilotis, que l’on donne à l’eau pour arriver aux aubes de la roue d’un moulin, & qu’on ferme quand on veut, en baissant la vanne qui est au-devant de la roue. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « coursier »

Provenç. corsier ; espagn. corcel ; ital. corsiere ; bas-lat. corserius ; du latin cursus (voy. COURSE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de course avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « coursier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
coursier kursje

Évolution historique de l’usage du mot « coursier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « coursier »

  • La joie est un escargot rampant. Le malheur un coursier sauvage. De Vladimir Vladimirovitch Maïakovski / Vladimir Ilitch Lénine
  • Un héros qui n'a pas l'occasion de faire des prouesses a l'impatience d'un coursier devant son auge. De Lao She / Un fils tombé du ciel
  • L'homme qui ne peut s'empêcher de dire la vérité doit toujours avoir à sa portée un bon coursier pour s'en aller au loin après avoir parlé. De Massa Makan Diabaté / Une hyène à jeûn
  • Plusieurs milliers de coursiers à vélo ou à moto travaillant pour des applications en ligne ont fait grève et ont manifesté dans plusieurs villes brésiliennes mercredi contre la précarité d'une activité essentielle en pleine pandémie de Covid-19. NotreTemps.com, Brésil : grève des livreurs de repas en pleine pandémie
  • Depuis trois jours, j'ai ce petit boulot, à l'accueil du journal. Et je suis déjà noyé. Des coursiers sortent, entrent, le standard explose de sonneries, les visiteurs font la queue. Pour ajouter à la douleur, je porte la première cravate de ma vie. L'Équipe, Physionomiste - Humeur - L'Équipe
  • Après des années de bons et loyaux services, des centaines de livreurs sans-papiers ont été renvoyés manu militari par la société de livraison Frichti. Les coursiers demandent à reprendre le travail ainsi que leur régularisation. InfoMigrants, France : des centaines de sans-papiers travaillant pour Frichti demandent leur régularisation - InfoMigrants
  • ENQUÊTE - Les coursiers à vélo ont fait partie des professions les plus exposées pendant l'épidémie. Plusieurs syndicats estiment que les mesures déployées pour les protéger ont été insuffisantes. Le Figaro.fr, Uber Eats, Deliveroo : quel bilan de l'épidémie chez les livreurs à vélo ?
  • « C'est le livreur ! » Et si, en vous apportant vos sushis ou votre petit salé aux lentilles à la maison, le coursier qui a garé son scooter au pied de l'immeuble récupérait aussi les Tupperware, bocaux en verre ou gamelle en fer-blanc des livraisons précédentes ? leparisien.fr, Repas livrés à domicile : un système de consigne en projet - Le Parisien

Images d'illustration du mot « coursier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « coursier »

Langue Traduction
Anglais courier
Espagnol mensajero
Italien corriere
Allemand kurier
Chinois 信使
Arabe التوصيل
Portugais correio
Russe курьер
Japonais 宅配便
Basque mezulari
Corse messageria
Source : Google Translate API

Synonymes de « coursier »

Source : synonymes de coursier sur lebonsynonyme.fr
Partager