Fosse : définition de fosse


Fosse : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FOSSE, subst. fém.

I.− Cavité d'origine artificielle.
A.− Cavité large et profonde creusée dans la terre, généralement destinée à recevoir quelque chose. Creuser une fosse; fosse à fumier, à purin. Çà et là, sous le soleil, les fosses laissées béantes par les archéologues augmentent l'aspect de désolation (Barrès, Voy. Sparte,1906, p. 140):
1. Excité par Pécuchet, il [Bouvard] eut le délire de l'engrais. Dans la fosse aux composts furent entassés des branchages, du sang, des boyaux, des plumes, tout ce qu'il pouvait découvrir. Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 34.
Spécialement
1. CHASSE. Piège constitué par un trou creusé sur le passage de grands animaux et camouflé par des branchages. Massotawana prit un grand nombre d'hermines aux lacets, de loups dans des fosses (Crèvecœur, Voyage, t. 2, 1801, p. 115).J'ai chassé le jaguar dans ma jeunesse. Et j'ai usé de fosses à jaguar, meublées d'un agneau, hérissées de pieux et couvertes d'herbe (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 819).
2. HORTICULTURE
a) Creux ménagé pour planter un arbre ou permettre certaines opérations de culture. Ouvrant une fosse entre deux rangs de ceps, il y place ce terreau; sa vigne, au bout de deux ans, (...) se trouve en pleine valeur (Courier, Pamphlets pol.,Gaz. vill., 1823, p. 180):
2. ... je menais à bien, sans peine, le paillage des mandariniers. Dans la fosse circulaire creusée autour de leur tronc sur deux mètres de diamètre, j'entassais l'algue dessalée, puis je la recouvrais de terre que je damais des deux pieds ainsi qu'une vendange... Colette, Naiss. jour,1928, p. 39.
b) Creux longitudinal que l'on fait pour planter les asperges. Je cours foulant les salades et les tumulus de la fosse d'asperges (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 281).
B.− Trou creusé en terre et destiné à l'inhumation des morts. Creuser une fosse dans un cimetière; prier sur la fosse de qqn. En descendant le cercueil dans la fosse : « Nous rendons la terre à la terre, la cendre à la cendre, la poudre à la poudre » (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 328):
3. Les assistants s'approchèrent de la fosse et, se passant de main en main le goupillon, qui trempait dans l'urne de cuivre, ils faisaient le signe de la croix sur la fosse béante. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 289.
Fosse commune. Fosse où plusieurs cadavres ou cercueils sont déposés ensemble. Un de ces bohèmes amateurs (...) a été conduit à la fosse commune dans le corbillard des pauvres : il avait dix mille francs de rente! (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 11).Avait-on rendu le corps à cette famille? L'avait-on jeté à la fosse commune ou posé dans un tombeau? (Bourget, Actes suivent,1926, p. 32).
Expr. fig.
1. Avoir un pied dans la fosse, être au bord de la fosse. [En parlant d'une pers. très âgée ou très malade] Être près de mourir. Vous allez où vont toutes choses, au néant! ... Et c'est face à face avec la mort, et le pied dans la fosse, lâches, que je vous dis cela! (Borel, Champavert,1833, p. 239).
2. Creuser sa fosse (avec ses dents). Ruiner sa santé (par des excès de table) (d'apr. Littré).
C.− En partic.
1. Cavité pratiquée dans le sol et pourvue de divers équipements selon sa destination.
a) Fosse (d'aisances). Excavation pratiquée sous les cabinets d'aisances et destinée à recevoir les matières fécales. Vidanger une fosse d'aisances; fosse étanche. La touffeur alcaline d'une fosse d'aisances, vint sournoisement attaquer la muqueuse des locataires au désespoir (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 221).Il a tout vidé sauf la fosse. Elle déborde. On aurait dû lui retenir deux francs de vidange (Hamp, Champagne,1909, p. 93).
b) Fosse septique. Dispositif qui assure la collecte, la liquéfaction et l'aseptisation des matières excrémentielles (cf. Arts et litt., 1935, p. 2010).
c) Fosse (à tan). Cuve enterrée dans laquelle les tanneurs déposent les peaux recouvertes de tan. Coucher les cuirs en fosse (DG). Si le cuir, sortant de l'étable du fermier, vaut 1, il vaut 2 en sortant de la fosse du tanneur, 3 en sortant de la boutique du cordonnier (Proudhon, Propriété?1840, p. 270).
2. Cavité pratiquée dans le sol et aménagée pour faciliter l'accès à quelque chose.
a) TRANSPORTS. Cavité maçonnée creusée entre les rails qui permet de passer sous la locomotive et de nettoyer le foyer. Fosse à piquer le feu (cf. Zola, Bête hum.,1890, p. 114).Fosse de visite ou de nettoyage (cf. Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 269).
P. anal. Cavité maçonnée creusée dans le sol d'un garage d'automobiles et dans laquelle on se tient pour accéder au-dessous d'un véhicule. Les ponts remplacent de plus en plus souvent les fosses (Rob.).Il se met dans le taxi à son compte et s'installe naturellement, au cœur du XVeoù provignent les garages, les fosses de nettoyage, les entreprises de dépannage (Arnoux, Paris,1939, p. 246).
b) MINES. [Dans les houillères du nord de la France] Unité d'exploitation constituée par les deux puits, le carreau et les installations annexes. Si délicate de poitrine d'ailleurs, qu'elle était cribleuse à la fosse, n'ayant jamais pu travailler au fond (Zola, Germinal,1885, p. 1146).
3. Partie d'un lieu ou d'un bâtiment située en contrebas.
a) [Dans un navire] Fosse aux câbles. Partie de la cale où l'on mettait les câbles. Il descendit dans la cale, entra dans la fosse aux câbles, et on le vit remonter avec une de ces cordes à nœuds armées d'un crampon (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 146).
b) [Dans un théâtre ou une salle de spectacles] Fosse d'orchestre. Emplacement situé devant la scène et en contre-bas, où se placent les musiciens. L'annoncier apparaît. Il vient de la fosse d'orchestre et par une petite échelle verticale monte sur le bord de la scène (Claudel, Soulier,1944, 1repart., 1rejournée, p. 940).
c) Emplacement aménagé en profondeur pour tenir en captivité certains animaux. Fosse aux lions, aux ours; Daniel fut jeté dans la fosse aux lions. Les vieux ours, les vieux lions accroupis, frileux, dans le fond des fosses (Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 188).
d) [Dans une prison] Fosse ou basse-fosse. Cachot très profond. Jeter un prisonnier dans une basse-fosse. Le silence absolu envers tout le monde, ou bien la plus humide des basses fosses à la citadelle (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 133).
Cul de basse-fosse. Cachot souterrain creusé dans une basse-fosse. Ces entonnoirs de cachots aboutissaient d'ordinaire à un cul de basse-fosse à fond de cuve (...) où la société mettait le condamné à mort (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 368).
II.− Cavité d'origine naturelle.
A.− Cavité large et profonde. Il y a une dangereuse fosse dans la rivière (Littré) :
4. La mer avait découvert de plusieurs kilomètres (...) la prairie profonde où l'herbe était brune et salée, avec d'étranges fleurs vivantes. Tout alentour, des parois de granit fermaient cette fosse immense, et l'île en forme de bête couchée, dégarnie jusqu'aux pieds, montrait ses derniers soubassements noirs. Loti, Mon frère Yves,1883, p. 109.
B.− Spécialement
1. ANAT. ,,Cavité d'assez grandes dimensions, le plus souvent osseuse, mais pouvant aussi affecter d'autres structures anatomiques`` (Méd. Biol. t. 2, 1971). Fosse iliaque; fosses nasales. Sa tête petite, aplatie [d'une tortue], mais très élargie postérieurement par de grandes fosses temporales, cachées sous une voûte osseuse (Verne, Île myst.,1874, p. 215).
2. GÉOL. Sillon allongé et très marqué sur les fonds océaniques, où la profondeur dépasse 6 000 mètres (d'apr. George 1970). Fosse abyssale (d'apr. George 1970); fosse de Tuscarora (Quillet 1965).
P. ext. Endroit très profond d'un océan. Je songe à ces gracieux animaux plongés dans les fosses marines (Gracq, Beau tén.,1945, p. 146).
3. MAR. Fosse (sur le fond). [Dans une rade, un chenal] Endroit où le fond est plus profond. Les navires cherchent les fosses pour y mouiller (Littré).
Prononc. et Orth. : [fo:s]. o se prononce [o:] devant ss primitif. Comparer avec o prononcé [ɔ] devant [s] orth. c (ex. atroce) et devant [s] orth. ss mais corresp. à l'a. fr. c (ex. bosse, a. fr. boce). En syll. protonique, il y a hésitation entre [o:] et [ɔ] dans fossé, fossette, fossoyeur, fossile (cf. Buben 1935, § 53 et chacun des dérivés en partic.). Littré rappelle que la prononc. de fosse par [o:] est recommandée par H. Estienne. Il la croit influencée par celle de fausse car l'étymol. ne la justifie pas. Il rappelle, en outre, que Molière a fait approximativement rimer fosse et bosse. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Homon. fausse. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « cavité creuse qui sert de réceptacle » (Roland, éd. Bédier, 3105); 2. 1170 « trou creusé pour inhumer les morts » (Marie de France, Lais, Eliduc, éd. J. Rychner, 921); 3. 1180-90 anat. (Alex de Paris, Rom. d'Alex. ds Elliott Monographs, III, 3096 : la fosse du col); 4. 1932 géol. (Cuénot, Gen. des esp. animales, p. 575 ds Quem. DDL t. 18 : la région abyssale... présente des fosses dont la plus creuse a 10.290 m [fosse des Philippines]). Du lat. class. fossa « excavation, trou, fossé » et « tombeau » en lat. chrétien. Fréq. abs. littér. : 1 617. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 985, b) 2 310; xxes. : a) 3 343, b) 1 080. Bbg. Couture (B.). Terminol. du sanitaire et des techn. de l'eau. Banque Mots. 1973, no6, p. 180.

Fosse : définition du Wiktionnaire

Nom commun

fosse \fos\ féminin

  1. Cavité dans le sol, le plus souvent artificielle.
    • Daniel fut emmené par le commandement du roi, et ils le jetèrent dans la fosse aux lions. — (Louis-Isaac Lemaistre de Sacy, Bible, Daniel, VI, 16)
    • […] deux ouvriers recouvrent les poissons d'une pelletée de sel avant de les précipiter dans une fosse de conservation. — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, pages 30-31)
  2. (En particulier) Creux fait à même la terre par la nature ou par la main de l’homme.
    • Pour faire une cressonnière, il faut donc organiser l’irrigation régulière d'une cuvette où le cresson, constamment baigné d’eau renouvelée, pourra pousser : les praticiens appellent cette cuvette une fosse, et en général, lui donnent une longueur de 60 mètres pour une largeur de 3 mètres. — (Cultivez le cresson de fontaine : la santé du corps, dans Almanach de l'Agriculteur français - 1932, page 28, éditions La Terre nationale)
  3. (Géologie) Dépression de forme allongée, de profondeur et de dimensions importantes, avec des flancs à inclination variable, se trouvant généralement dans les océans.
    • fosse des Mariannes.
  4. (En particulier) (Chasse) (Désuet) Trou creusé à plomb pour prendre les loups.
  5. (Spécialement) Trou creusé en terre et dans lequel on met les morts.
    • À leur pied, une fosse est ouverte, à moitié pleine ; sur le bord oscille un cadavre qu'étaient en train d'y jeter les ensevelisseurs déguerpis. — (Marguerite Baulu, La Bataille de l'Yser, Paris, Perrin & Cie, 1918, page 355)
    • Advienne que pourra, il doit l'assister auprès du défunt, jusqu'à la mise en fosse et monter avec elle la garde funèbre, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • A Acy-Romance (Ardennes), la découverte de trois corps momifiés, inhumés en position dite de Boudha dans des petites fosses profondes de 80 cm laissent les archéologues dubitatifs. — (Bernard Rio, L'arbre philosophal, L’Age d’Homme, 2001, page 267)
    • La mort et la corruption, c’est-à-dire l’âge caduc et la décrépite vieillesse qui, courbée par les ans, semble regarder sa fosse. — (Jacques-Bénigne Bossuet, 2e sermon, Quinquag. 1)
    • Votre tombeau sera pompeux, sans doute ; J'aurai sous l’herbe une fosse à l’écart. — (Pierre Jean de Béranger, à mes amis devenus ministres)
    • Ayant un pied en France et l’autre en Suisse, et les deux sur le bord de la fosse. — (Voltaire, Lett. la Chalotais, 11 juillet 1762)
  6. (Spectacle) Partie d'une scène, invisible aux spectateurs, dans laquelle se place l’orchestre des musiciens.
    • A droite du piano, le violoncelliste émergeait de la fosse, la tête appuyée contre la crosse de son instrument dont il pinçait les cordes en regardant fixement devant lui. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  7. (Agriculture) Trou que les jardiniers font dans le sol pour leurs cultures.
    1. (En particulier) Creux que font les vignerons autour des vignes.
    2. (En particulier) Creux longitudinal que font les jardiniers pour planter des asperges.
  8. (Anatomie) Cavité plus ou moins grande, dont l’ouverture est plus large que le fond.
    • Les fosses nasales.
  9. (Zoologie) Ouverture par laquelle certains cétacés aspirent l’air puis le rejettent.
    • C’est un monde nouveau, une création à part aussi complète, aussi riche que celle de Dieu, où les plantes vivent, où les hommes fleurissent, où le rameau se termine par une main et la jambe par un feuillage, où la chimère à l’œil sournois ouvre ses ailes onglées, où le dauphin monstrueux souffle l’eau par ses fosses. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
  10. (Histoire des techniques) Cavité maçonnée qu'utilisaient divers corps de métiers.
    1. (En particulier) Creux placé au-devant du balancier dans l’atelier des monnaies.
    2. (En particulier) Chaudière de grès dans laquelle les plombiers fondent le plomb à mettre en tables.
    3. (En particulier) Lavoir dans lequel les fondeurs dépouillent le fond de la couche de sable qui est dans le moule.
    4. (En particulier) Creux carré où l’on conserve la chaux éteinte.
    5. (En particulier) Cuves enterrées dans lesquelles les tanneurs mettent les cuirs pour les couvrir de tan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fosse : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOSSE. n. f.
Cavité dans le sol, le plus souvent artificielle. Tomber dans une fosse. Daniel fut jeté dans la fosse aux lions. Creuser, faire une fosse. Fosse à fumier. Fosse à chaux. Fosse d'aisances, Excavation voûtée, destinée à recevoir les matières qui proviennent de cabinets d'aisances. Fosse inodore. Fosse étanche. Il signifie particulièrement Endroit que l'on creuse en terre pour y mettre un ou plusieurs corps morts. Creuser une fosse dans un cimetière. Prier sur la fosse de quelqu'un. Jeter de l'eau bénite sur sa fosse. Fosse commune, Fosse où sont déposés ensemble les cercueils des pauvres. Fig., Être sur le bord de sa fosse, avoir un pied dans la fosse, Être fort vieux ou extrêmement malade, n'avoir que peu de temps à vivre. Creuser sa fosse. Voyez CREUSER. Basse-fosse, Cachot très profond dans une prison. Jeter un prisonnier dans une basse-fosse. Cul de basse-fosse, Cachot souterrain, creusé dans la basse-fosse même. On le mit dans un cul de basse-fosse. En termes d'Anatomie, il se dit de Certaines cavités, plus ou moins profondes, que présentent divers organes, et dont l'entrée est toujours plus évasée que le fond. Fosses nasales. Fosse coronale ou frontale. Fosse iliaque. Fosse lacrymale. Fosse temporale.

Fosse : définition du Littré (1872-1877)

FOSSE (fô-s'. Fosse et grosse sont à peu près les seules exceptions aux finales en osse, qui toutes se prononcent avec l'o bref et clair ; pourtant la prononciation fô-s' remonte déjà assez haut ; car H. Estienne, au XVIe siècle, l'indique comme la bonne ; et, quand Molière, Étourdi, II, 3, fait rimer fosse avec bosse, il ne représente pas une ancienne prononciation, mais il commet la faute de faire rimer une voyelle à son grave avec une voyelle à son clair. Il est probable que la prononciation fô-s' est née d'une confusion avec fausse ; en tout cas, elle n'est pas justifiée par l'étymologie, fossa, fossum, fodere, où l'o est clair) s. f.
  • 1Creux fait dans la terre par la nature ou par la main de l'homme. Fosse large et profonde. Il y a une dangereuse fosse dans la rivière. Fosse à fumier. Faire une fosse pour un arbre. Daniel fut emmené par le commandement du roi, et ils le jetèrent dans la fosse aux lions, Sacy, Bible, Daniel, VI, 16.

    Terme de chasse. Trou creusé à plomb pour prendre les loups.

  • 2Trou creusé en terre et dans lequel on met les morts. Je me sens étouffer, je rends l'âme, et ma fosse N'est pas sous Pélion…, Rotrou, Herc. mour. III, 3. La mort et la corruption, c'est-à-dire l'âge caduc et la décrépite vieillesse qui, courbée par les ans, semble regarder sa fosse, Bossuet, 2e sermon, Quinquag. 1. Va, reviens m'avertir quand cette cendre aimée Sera prête à tomber dans la fosse enflammée, Voltaire, Olympie, V, 3. Votre tombeau sera pompeux, sans doute ; J'aurai sous l'herbe une fosse à l'écart, Béranger, à mes amis devenus ministres.

    Fig. Être sur le bord de sa fosse, avoir un pied dans la fosse, être fort vieux ou dangereusement malade. Ayant un pied en France et l'autre en Suisse, et les deux sur le bord de la fosse, Voltaire, Lett. la Chalotais, 11 juill. 1762.

    Fig. Creuser sa fosse, altérer sa santé.

    Creuser sa fosse avec les dents, mourir d'excès de table.

    Fig. Mettre les clefs sur la fosse, voy. CLEF n° 1 et l'historique de CLEF.

  • 3Creux que font les vignerons autour des vignes.

    Creux longitudinal que font les jardiniers pour planter des asperges.

  • 4 Terme d'anatomie. Cavité plus ou moins grande, dont l'ouverture est plus large que le fond. Les fosses nasales.
  • 5Basse-fosse, cachot très profond dans une prison. Ils prirent Jérémie, et ils le jetèrent dans la basse-fosse de Melchias qui était dans le vestibule de la prison, Sacy, Bible, Jérémie, XXXVIII, 6.

    Cul de basse-fosse, voy. CUL, n° 10.

  • 6Fosse d'aisance, excavation voûtée dans laquelle sont reçues les matières des latrines.
  • 7 Terme de marine. Fosse aux mâts, réservoir fermé qu'on pratique dans les grands ports pour conserver des mâts d'approvisionnement dans l'eau de la mer.

    Fosse aux câbles, plate-forme volante sur le premier plan de la cale, vers le mât de misaine, où l'on met les câbles.

    Dans la partie du faux pont la plus en avant, fosse aux liens, et, par corruption, fosse aux lions, l'endroit où l'on enferme les menues manœuvres. C'est aussi dans cet endroit qu'on met les jeunes officiers aux arrêts.

    Fosses sur le fond, se dit d'un endroit de la mer, non loin du rivage, où le fond est plus profond que dans les endroits qui l'environnent. Les navires cherchent les fosses pour y mouiller.

  • 8Fosse aux lions, s'est dit d'une certaine loge d'avant-scène à l'Opéra où se tiennent les lions, les jeunes gens à la mode.
  • 9Creux placé au-devant du balancier dans l'atelier des monnaies.
  • 10Chaudière de grès dans laquelle les plombiers fondent le plomb à mettre en tables.

    Lavoir dans lequel les fondeurs dépouillent le fond de la couche de sable qui est dans le moule.

  • 11Fosse à chaux, creux carré où l'on conserve la chaux éteinte.
  • 12Cuves enterrées dans lesquelles les tanneurs mettent les cuirs pour les couvrir de tan.

    Coucher en fosses, disposer les cuirs dans les fosses pour les rendre incorruptibles.

  • 13Poire de fosse, sorte de poire d'un goût sauvage.

HISTORIQUE

XIe s. Enz en la fosse des lions où [Daniel] fut enz, Ch. de Rol. CCXXIV.

XIIe s. Rume [Rome] fu maison Deu : or est fosse à larrun ; Moyses est tut suls el regne Pharaun, Th. le mart. 29. Or s'en issent li Hebreu des fosses où se furent tapi, Rois, p. 46. Teus [tel] fait la fosse e le laz tent, U il meïsmes chet [tombe] e prent, Benoit de Sainte-Maure, II, 14898.

XIIIe s. Et se la male mort l'enosse, Bien le convoit jusqu'à la fosse, la Rose, 11454. Li tenu pour cas de crieme soient mis en fosses et en fers, Beaumanoir, 41.

XIVe s. Aucun ne peut, et n'est licite, de faire chambres aisées, nommées fosses coies ou latrines, ou fosses de cuisine, pour tenir eaux de maison auprès d'un mur mitoien, Du Cange, fossa.

XVe s. Deux vieillards sur leur fosse, assis non duement en siege papal, qui pour un seul fut establi de Dieu… sont tant embrasez de ceste maudite convoitise… que ils ont plus cher eux damner… que renoncer à un petit de brief honneur, Boucic. III, 19. Nostre meunier s'avisa de prendre un beau brochet qu'il avoit en sa fosse [vivier], et vint au chasteau, Louis XI, Nouv. III.

XVIe s. Quelque basse fousse des prisons, Rabelais, Garg. I, 38. En poisson n'y a suite en descendant, mais bien en montant, tant sur terre que jusqu'à la bonde de la fosse du prochain estang, Loysel, 216. L'un avoit les pieds tous gastez de gouttes, l'autre la teste toute pleine de trous et de fosses, Amyot, Caton, 17. Lorsqu'on presse dessus, la fosse demeure sans se relever, comme aux oedemes, Paré, X, 15. Nous avons le pied à la fosse, et nos appetits et poursuittes ne font que naistre, Montaigne, III, 123.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FOSSE. Ajoutez :
14Dans les chemins de fer, fosse à piquer, fosse au-dessus de laquelle on amène les locomotives, pour piquer dans le foyer avec un ringard, afin de faire tomber les escarbilles.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fosse : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FOSSE, s. f. en Architecture, se dit de toute profondeur en terre, qui sert à divers usages dans les bâtimens, comme de citerne, de cloaque, &c. dans une fonderie, pour jetter en cire perdue des figures, des canons, &c. & dans un jardin, pour planter des arbres. (P)

Fosse d’aisance, lieu voûté au-dessous de l’aire des caves d’un bâtiment, le plus souvent pavé de grès, avec contre-mur, s’il est trop près d’un puits, de crainte que les excrémens qui sont reçûs dans la fosse ne le corrompent. (P)

Fosse à Chaux, cavité feuillée quarrément en terre, où l’on conserve la chaux éteinte, pour en faire du mortier, à mesure qu’on éleve un bâtiment. (P)

* Fosse, (Hist. ecclésiast.) c’est un lieu creusé en terre, soit dans l’église soit dans le cimetiere, de la profondeur de quatre à cinq piés, & de la forme d’un quarré oblong, où l’on enfouit un corps mort. Voyez les articles Cimetiere, Eglise, Enterrement

Fosse aux Cables, (Marine.) c’est un retranchement fait vers l’avant du vaisseau, sous le premier pont, dans lequel on place les cables. Voyez Marine, Pl IV. fig. 1. n°. 42. (Z)

Fosse au Lion, (Marine.) c’est un retranchement vers l’avant du navire, fait sous le premier pont, destiné à mettre le funin, les poulies, & les caps de mouton de rechange, & qui sert aussi de chambre au contre-maitre. La fosse au lion est à côté de la fosse aux cables, en avant d’icelle. Mar. Pl. IV. fig. 1. n°. 40.

Fosse aux Mats, (Marine.) c’est un lieu rempli d’eau de la mer, dans lequel on met les mâts pour les conserver. Voyez Mats.

Fosse marine, (Marine.) On donne quelquefois ce nom à un endroit de la mer proche les côtes, dans lequel il y a bon fond, & où les vaisseaux peuvent mouiller un peu à l’abri. (Z)

Fosse marine est encore un endroit qui se trouve sur un banc lorsqu’il est plus profond, & qu’il y a plus d’eau que sur le reste du banc. (Z)

* Fosse, terme de Fonderie, est un espace profond entouré de murs, dans le milieu duquel est placé l’ouvrage à fondre : de façon qu’il y ait un pié de distance entre les parties les plus saillantes de l’ouvrage, & le mur de recuit. On fait cette fosse ronde, ovale, ou quarrée, selon que le travail de fonderie l’exige ; les fosses rondes sont les plus usitées & les plus commodes : ordinairement on fait les fosses dans les terres à hauteur de rez-de-chaussée ; de maniere que les terres qui l’environnent soûtiennent le mur de pourtour de la fosse : mais il faut prendre un terrein où l’incommodité de l’eau ne soit pas à craindre. Voyez l’article Equestre figure, & les figures des Planches de la Fonderie des figures équestres, & leur explication.

Fosse, en terme de Monnoie, signifie cette profondeur ou cavité qui est au-devant du balancier où se frappent les monnoies & les médailles ; c’est dans cette fosse que se place le monnoyeur pour poser les flancs entre les coins, afin qu’ils en reçoivent l’empreinte, & pour les retirer quand ils l’ont reçûe. Trévoux.

* Fosse, les Fayenciers & Potiers de terre ont aussi leur fosse ; voyez ce que c’est à ces articles.

* Fosse, (Plombier.) espece de chaudiere de grès ou de terre franche où l’on fond le plomb à mettre en tables ou à faire différens ouvrages : elle est pratiquée au-dessous du rez-de-chaussée de l’attelier ; elle est revêtue en tout sens d’un massif de pierre qui la soûtient contre l’effort d’un métal fondu, dont le poids va quelquefois jusqu’à 3000. Il y a au fond de la fosse une poësle de fonte qui rassemble le plomb à mesure que la fosse s’épuise ; sa partie supérieure est couverte d’une cheminée qui donne issue à la fumée & aux vapeurs. Quand on veut fondre, on commence par échauffer le fond de la fossé avec de la braise ardente : ensuite on la remplit de plomb & de charbon jettés pêle-mêle. On écume le métal a mesure qu’il se met en bain, on en puise avec la cuilliere, on remplit la poësle à verser, & l’on jette l’ouvrage qu’on se propose de faire. Voyez l’article Plombier, & les Planches de Plomberie, avec leur explication.

* Fosse, (Potier d’étain.) c’est un trou pratiqué sous une cheminée, & fait de brique : il est posé à niveau du plancher, & il s’éleve à la hauteur du genou : il est plus long que large. On y allume du feu, & l’on y jette l’étain qui s’y fond, voyez Fondre l’étain. Il y en a qui fondent dans une fosse, au lieu de fondre dans une chaudiere.

* Fosse, (Tanneur.) grande cuve profonde faite de pierre ou de bois, mastiquée dans la terre, où le tanneur met le cuir, avec le tan imbibé d’eau, pour le faire tanner : on appelle cette manœuvre faire prendre nourriture. Voyez l’article Tanneur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fosse »

Étymologie de fosse - Wiktionnaire

(1080). Du latin fossa, de fossum, supin de fodere, « fouir ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de fosse - Littré

Berry, fousse ; provenç. et ital. fossa ; espagn. fosa ; du lat. fossa, de fossum, supin de fodere, fouir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fosse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fosse fos play_arrow

Citations contenant le mot « fosse »

  • La Cuma de la Varenne, située à Ambrières-les-Vallées (Mayenne), a renouvelé l’an dernier sa tonne à lisier de 20 500 litres, équipée d’une simple buse à palette, par un modèle de 18 000 litres pourvu d’une rampe à pendillards. Cet investissement a été porté par la volonté de mieux valoriser les unités fertilisantes des effluents et d’abaisser les nuisances olfactives, tout en respectant la réglementation routière en termes de charge à l’essieu. Il a aussi été motivé par la création de l’unité de méthanisation collective Agrimaine, située à Charchigné, dont quatre des 110 exploitations partenaires sont membres de la Cuma présidée par Jean-François Gahéry. Le digestat, riche en unités fertilisantes, mérite en effet d’être apporté avec précision. Comme ce produit est livré dans les fermes tout au long de l’année par des camions-citernes, de nombreux agriculteurs ont dû créer de nouvelles installations de stockage, qui ont parfois amélioré l’organisation des chantiers d’épandage. Certains ont construit des fosses en béton ou en géomembrane. D’autres, comme Jean-François Gahéry, ont retenu une citerne souple Diva en plastique. « Cette solution est assez économique : 25 euros du mètre cube pour une 800 mètres cubes. Ce prix est plutôt compétitif, car un appel d’offres a été réalisé par l’unité de méthanisation pour la réalisation de plus de 60 ouvrages », précise-t-il. Ce tarif ne comprend pas le terrassement, ni les aménagements pour sécuriser la poche. Réussir machinisme, « Le digestat stocké en fosse tampon évite d’utiliser une grosse tonne à lisier » | Réussir machinisme
  • L'histoire est faite de trous, de fosses... et de fosses communes. De Benjamin Fondane / Discontinuité - 1933
  • Ecrire, c’est descendre dans la fosse du souffleur pour apprendre à écouter la langue respirer là où elle se tait, entre les mots, autour des mots, parfois au coeur des mots. De Sylvie Germain / Magnus
  • La caverne sexuelle est devenue la fosse visqueuse de l'enfer. De Jean Delumeau / La Peur en Occident
  • Le gourmand creuse sa fosse avec ses dents. Et, avec quoi, le libertin ? De Hyppolyte Domont / Propos de mon village
  • L'aveugle se détourne de la fosse où le clairvoyant se laisse tomber. De Averroès
  • Qui creuse à quiconque une fosse y culbute toujours lui-même. De Yunus Emre / Poèmes
  • Celui dont les narines sont tournées vers le ciel tombera dans une fosse à purin. De Proverbe chinois
  • La morale, ça ne sort personne de la fosse commune. De Tahar Ben Jelloun / La réclusion solitaire
  • Les gourmands font leur fosse avec leurs dents. De Henri Estienne / De la précellence du langage français
  • Qui creuse une fosse pour les autres y tombe. De Proverbe allemand
  • L'honneur fleurit sur la fosse. De Proverbe français

Traductions du mot « fosse »

Langue Traduction
Corse fossa
Basque hobia
Japonais ピット
Russe яма
Portugais cova
Arabe حفرة
Chinois
Allemand grube
Italien fossa
Espagnol pozo
Anglais pit
Source : Google Translate API

Synonymes de « fosse »

Source : synonymes de fosse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fosse »



mots du mois

Mots similaires