La langue française

Forcené, forcenée

Définitions du mot « forcené, forcenée »

Trésor de la Langue Française informatisé

FORCENÉ, ÉE, adj. et subst.

I.− Adjectif
A.− Vieilli. [Qualifiant un subst. désignant (le comportement, un trait physique ou psychol. d')une pers.] Qu'un accès de folie, une forte émotion rend, a rendu très violent. Brute forcenée; passion, orgueil forcené(e). Notre jeune amie haïssait comme peste ce forcené gentilhomme, qui la poursuivait de ses galanteries violentes et scandaleuses (Gautier, Fracasse,1863, p. 429).Avec un geste forcené, il poussa le verrou qui fermait l'auvent au dehors (Maupass., Une Vie,1883, p. 196):
1. Ôtez de Macbeth la prédestination maudite (...) la lutte héroïque contre une justice occulte qui, à tout moment, devient visible par les mille fissures de la nature révoltée, et le personnage principal n'est plus qu'un assassin odieux et forcené. Maeterl., Temple ensev.,1902, p. 129.
[Qualifiant un subst. désignant un acte, une œuvre] Qui est d'une très grande violence. J'ai entendu le cri des Bédouins, ce cri forcené avant-coureur des massacres (Cottin, Mathilde,t. 1, 1805, p. 343).
P. exagér. [Forcené marque une forte condamnation de la part du locuteur] Il s'agit de combattre un usurpateur forcené, en qui la vengeance céleste a réuni l'autorité royale et la science pratique de la guerre (J. de Maistre, Corresp.,1806-07, p. 319).On les voyait [les aristocrates extrémistes] donner plus volontiers la main aux démagogues, forcenés, dont les folies menaçaient la France, ainsi qu'eux-mêmes, d'une affreuse anarchie (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 237).
Rem. Qq. attest. de forcené constr. avec un compl. prép. de désignant un affect. Plus Liéven voyait Léonor forcenée d'amour pour Mayral, plus il l'adorait (Stendhal, Nouv. inéd., 1842, p. 375). Il se la représentait à genoux, échevelée, demandant grâce au marquis, forcené de colère (Gautier, op. cit., p. 130).
B.− [Qualifiant un subst. désignant une pers. en tant qu'elle a un comportement, une activité, des opinions] Qui dépasse toute mesure dans sa passion pour. Partisan forcené de qqc. (Quasi-)synon. acharné, enragé.Lacombe, riche fermier à la mode d'autrefois, buveur, joueur de cartes, de coqs et de pigeons, amateur forcené de courses de chevaux, chasseur, fumeur, trousseur de filles (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 36):
2. ... les amis du duc qui l'avaient vu, si indifférent au début, devenir un antidreyfusard forcené, restèrent muets de surprise en l'entendant (...) leur répondre : « Hé bien, le procès sera révisé et il sera acquitté... » Proust, Sodome,1922, p. 739.
Rare. [Qualifiant un subst. désignant un trait physique] Le halètement d'un coureur demi-asphyxié de qui l'on entend les prises d'air et les expirations, cent mètres avant que l'on distingue son visage douloureux et forcené (Barrès, Déracinés,1898, p. 457).
[Qualifiant un subst. désignant un comportement, une activité, des opinions] Poussé à l'excès. Désir, goût forcené de qqc.; travail forcené; individualisme, nationalisme forcené. Élèves et professeurs étaient des Basques assez rustauds, mais sains de corps et d'esprit, jouant à la paume d'une manière forcenée (Jammes, Mém.,1921, p. 99).Avec une application forcenée, un infini scrupule, je tâche d'exprimer l'essentiel de ma pensée (Chardonne, Chant Bienh.,1927, p. 133):
3. Il arrive que ce dessin d'invention enivre l'exécutant, devienne une action forcenée qui se dévore elle-même, s'alimente, s'accélère, s'exaspère d'elle-même... Valéry, Degas,1936, p. 117.
P. anal. [Qualifiant un subst. désignant un processus soc.] On pourrait voir dans l'industrialisation forcenée de cet immense pays agricole [la Russie], tentée en trente ans, le plus furieux effort d'occidentalisation qu'il ait connu depuis Pierre Le Grand (Malraux, Conquér.,1928, p. 168).
Rem. On relève ds la docum. une attest. de la constr. forcené à qqc. Le premier [Aristide] était forcené au gain (Duranty, Malh. H. Gérard, 1860, p. 286).
II.− Substantif
A.− Personne en proie à une crise de folie furieuse. Se démener comme un forcené. Le vieux paysan, retirant son arme des plaies, la replongeait coup sur coup dans le ventre, dans l'estomac, dans la gorge, frappant comme un forcené (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, St-Antoine, 1883, p. 201).Les gendarmes, venus arrêter Léopold dans son établissement, s'étaient vus dans l'obligation d'abattre le forcené (Aymé, Uranus,1948, p. 267):
4. La période de gesticulation commençait. Elle atteignit aussitôt une telle impétuosité qu'il eût fallu la camisole de force pour entraver cette frénésie. Antoine et Jacques, aidés de la vieille sœur et d'Adrienne, s'étaient cramponnés aux quatre membres du forcené : ballotés, entraînés, ils titubaient et s'entrechoquaient comme dans une mêlée de football. Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1294.
P. exagér. [Forcené marque une forte condamnation de la part du locuteur] Notre attitude nous avait valu à l'avance une solide réputation de forcenés, et l'étiquette indélébile de « communistes » (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 339).Il faut que quelqu'un apparaisse enfin, je serais tenté de dire (...) : n'importe qui, pourvu qu'il fût un héros d'indifférence à l'égard des forcenés d'Alger (Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 27).
B.− Personne qui s'adonne sans mesure à une passion, une activité. Je lisais, je lisais comme un forcené, tout ce qu'il y avait dans la bibliothèque d'Antoine, tout ce que Daniel pouvait m'apporter (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 960).J'aime songer à cette vie de forcené, où Balzac ménageait encore la place d'un roman d'amour, qui devint conjugal (Colette, Belles saisons,Mes cahiers, 1954, p. 177).
[Constr. avec un compl. prép. de] Voilà donc, diront-ils [les railleurs], où en viennent ces désespérés et ces forcenés de l'idéal comme d'Albert, tous ces petits neveux de René (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 6, 1863-69, p. 313).Fifi-le-Dingue, un forcené de la mousqueterie qui ne travaillait qu'au Colt « frontière » (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 19).
Rem. Qq. attest. d'emploi subst. neutre. Il est sans doute naturel au peuple de Hitler de se sentir à l'aise dans le forcené (Gide, Journal, 1934, p. 1215). Il [un livre de Jean Desbordes] enchevêtre le calme et le forcené. Calme à cause de cette ferme, forcené parce qu'il halète, traversé de galopades, de gifles, de portes qui claquent (Cocteau, Poés. crit. I, 1959, p. 146).
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀsəne]. Ds Ac. 1694-1932; forsené (d'apr. sens) ds Ac. 1694. Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787 notent aussi l'orth. forsené, mais la considèrent comme moins autorisée. Étymol. et Hist. Cf. forcener. Fréq. abs. littér. : 436. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 353, b) 492; xxes. : a) 812, b) 799.

Wiktionnaire

Adjectif

forcené \fɔʁ.sə.ne\

  1. Qui est emporté par la colère, la fureur.
  2. (Héraldique) (Rare) Qualifie un cheval emporté. À rapprocher d’acculé, cabré, effaré, effarouché, effrayé et furieux.
    • Un blason avec un cheval forcené.

Nom commun

forcené \fɔʁ.sə.ne\ masculin (pour une femme on dit : forcenée)

  1. Personne forcenée.
    • C’est un forcené.
    • Il se débattit comme un forcené.
    • Mes premiers échanges avec le forcené ne donnent rien. — (Jean-Marc Bloch, Rémi Champseix, Des deux côtés du miroir: Itinéraire d’un flic pas comme les autres, 2015)

Forme de verbe

forcené \fɔʁ.sə.ne\

  1. Participe passé masculin singulier de forcener.

Nom commun

forcenée féminin \fɔʁ.sə.ne\ (pour un homme on dit : forcené)

  1. Personne forcenée.
    • La forcenée la regarda avec des yeux hébétés, tourna les talons et s’enfuit dans la direction opposée. — (Rachel Lacey, Briser les chaînes, 2014)

Forme d’adjectif

forcenée \fɔʁ.sə.ne\

  1. Féminin singulier de forcené.

Forme de verbe

forcenée \fɔʁ.sə.ne\

  1. Participe passé féminin singulier de forcener.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORCENÉ, ÉE. adj.
Qui est emporté par la colère, la fureur. Il s'emploie surtout comme nom. C'est un forcené. Il se débattit comme un forcené.

Littré (1872-1877)

FORCENÉ (for-se-né, née) adj.
  • 1Qui est hors de sens. …Le dépit dont l'âme est forcenée, Régnier, Sat. X. La perte de toute espérance rend forcené, Fénelon, Tél. XVIII. Tu as l'air d'une sibylle dans son antre, qui étouffe, qui écume, qui est forcenée, Fénelon, t. XIX, p. 319. Les éléphants, percés de coups et ayant la plupart perdu leurs conducteurs, ne gardaient plus l'ordre accoutumé, et, comme forcenés de douleur, ne distinguaient plus amis et ennemis, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 507, dans POUGENS. [Caton] Ce héros forcené, la victime d'Utique, Voltaire, M. de Cés. I, 1. La nature, le vrai, de nos livres bannis, Un désir forcené d'inventer et d'instruire, D'ignorants écrivains, jamais las de produire, Gilbert, le XVIIIe siècle.

    Passionné pour. Me voilà forcené des échecs, Rousseau, Conf. V.

    Furieux. Il prit une envie forcenée à Bessus de tuer le roi, Vaugelas, Q. C. V, 12, dans RICHELET. Une ombre de respect pour son saint ministère Peut-être adoucira ces vainqueurs forcenés, Voltaire, Orphel. I, 1. Lorsqu'elle [la tigresse] a perdu tout espoir de recouvrer sa perte, des cris forcenés et lugubres, des hurlements affreux expriment sa douleur cruelle et font encore frémir ceux qui les entendent de loin, Buffon, Quadrup. t. III, p. 256, dans POUGENS.

    Terme de blason. Se dit d'un cheval emporté et furieux.

  • 2 Substantivement. C'est ainsi que souvent par une forcenée Une triste famille à l'hôpital traînée Voit ses biens en décret, Boileau, Sat. X. Contre ces forcenés les lois sont sans vigueur, Delavigne, Vêpres sicil. II, 6.

HISTORIQUE

XIIe s. Dunc li unt respundu à voix li forssené : Se vus ne faites ce que li reis a mandé, Il en aura tut dreit, Th. le mart. 130.

XIIIe s. Fortune ainsinc le pueple vanche Des bobans que vous demenés Cum orguilleus et forsenés, la Rose, 6576. Ne li forsenés, ne li fols naturex ne poent fere testament, Beaumanoir, XII, 45.

XVe s. Lors fut comme tout forcené et dict luy mesme que il vendroit cher sa mort, Boucicaut, I, 24.

XVIe s. Manda au comte de Dunoys par ung gentilhomme des siens, que si le temps n'estoit forcené, que de sa part il garderoit bien le passage contre tous les Espaignols, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, ms. f° 43, dans LACURNE. La forcenée curiosité de nostre nature, Montaigne, I, 43. Une forcenée convoitise de gloire, Amyot, Sylla, 15. Un forcené de l'amour d'une vefve nommée…, Carloix, II, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FORCENÉ, adj. (Gramm.) qui a l’esprit troublé par quelque passion violente ; il ne se doit dire que de l’homme : cependant le blason l’a transporté aux animaux ; & l’on dit, un cheval forcené, pour un cheval qui paroît emporté et furieux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « forcené »

(Date à préciser) De l’ancien français forsener, verbe formé de fors et de sen. L’écriture avec un c résulte d’un rapprochement ultérieur avec le mot force. [1]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. forsenat ; ital. forsennato ; du latin foris, hors, et l'allemand Sinn, sens : hors de sens. L'orthographe forcené par un c est contraire à l'étymologie et fautive ; elle n'est pas même appuyée par l'antique usage, elle ne vient que d'une confusion malheureuse avec le mot force, et il serait mieux d'écrire forsené.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « forcené »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
forcené fɔrsene

Évolution historique de l’usage du mot « forcené »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « forcené »

  • La vieillesse est un état de repos quant aux sens. Lorsque la violence des passions s’est relâchée, on se voit délivré d’une foule de tyrans forcenés. De Platon / La République
  • A l'arrivée des policiers, le forcené, qui se sent de plus en plus mal, ne veut plus parler. Les forces de l'ordre récupèrent les clés de l'habitation grâce au propriétaire. Mais les fonctionnaires hésitent à entrer car l'homme est maintenant sur le balcon. Ils craignent qu'il ne se jette du 3e étage. leparisien.fr, Val-de-Marne : un forcené tente de poignarder un policier - Le Parisien
  • Le forcené d'Eyguières condamné à 20 ans de réclusion... LaProvence.com, Faits divers - Justice | Le forcené d'Eyguières condamné à 20 ans de réclusion criminelle | La Provence
  • Après plusieurs tentatives de négociations, le forcené aurait également refusé d'être pris en charge par les sapeurs-pompiers et menaçait même de provoquer une explosion à l'aide d'une bouteille de gaz. midilibre.fr, Montpellier : le forcené qui squattait une habitation menace de provoquer une explosion - midilibre.fr
  • Un forcené qui menaçait de se trancher la gorge au cutter maîtrisé au Lavandou Var-Matin, Un forcené qui menaçait de se trancher la gorge au cutter maîtrisé au Lavandou - Var-Matin
  • Des policiers sont parvenus à maîtriser un homme venu les menacer avec des couteaux, devant leur commissariat à Paris. Le forcené, alcoolisé, pourrait souffrir de troubles mentaux. , Un forcené débarque dans un commissariat parisien armé de plusieurs couteaux - Sputnik France
  • Gendarme exemplaire, sportive prometteuse et femme accomplie, Mélanie Lemée a été tuée ce week-end par un chauffard en fuite, dans le Lot-et-Garonne. Itinéraire d’une ascension brisée par l’inanité d’un forcené et l’autorité d’un Etat bafoué. Portrait. Valeurs actuelles, Mélanie Lemée, itinéraire d'une gendarme dévouée, brisé par un forcené | Valeurs actuelles
  • Le lundi 22 juin à Marnaz, la gendarmerie a dû intervenir pour prendre en charge un forcené qui menaçait de se donner le mort. L’intervention a duré toute l’après-midi. Le Messager, Marnaz: un forcené retranché à son domicile maîtrisé par les gendarmes - Le Messager

Traductions du mot « forcené »

Langue Traduction
Anglais frenzied
Espagnol frenético
Italien frenetico
Allemand rasend
Chinois 丧心病狂
Arabe مسعور
Portugais frenético
Russe взбешенный
Japonais 狂った
Basque frenzied
Corse frenziedu
Source : Google Translate API

Synonymes de « forcené »

Source : synonymes de forcené sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « forcené »

Forcené

Retour au sommaire ➦

Partager