La langue française

Fougue

Définitions du mot « fougue »

Trésor de la Langue Française informatisé

FOUGUE1, subst. fém.

A.− Vieilli. [L'accent est mis sur le caractère soudain et passager] Mouvement impétueux accompagné souvent de colère. Apaiser sa fougue. Être en fougue, entrer en fougue (Ac.1798-1878).Grange allait se mettre en fougue (...) Gaspard lui posa la main sur le bras et lui signifia du regard d'avoir à se contenir (Pourrat, Gaspard,1922, p. 83).
B.− [L'accent est mis sur le caractère plus ou moins durable] Ardeur naturelle et mouvements impétueux qui animent une personne passionnée, un animal jeune et indompté. Fougue des passions. Il est plein de fougue. Rien ne saurait maîtriser, dompter la fougue de son caractère (Ac.1835-1932).Nous portons en tout une sorte d'enthousiasme, un certain besoin de nous livrer à toute la fougue du penchant, dans la colère comme dans la joie (Senancour, Rêveries,1799, p. 84):
1. Pierre Louis pouvait avoir bien des défauts de caractère : il était capricieux, quinteux, fantasque, autoritaire (...) mais il avait des générosités exquises et je ne sais quelle fougue, quels élans qui rachetaient d'un coup tout le détail. Gide, Si le grain,1924, p. 573.
La fougue de la jeunesse. Ah! Jeunes hommes! J'aimerais que votre fougue ne sût pas se contenir (Romains, Copains,1913, p. 243).
La fougue d'un cheval. Cheval qui a trop de fougue (Ac.1798-1932).
Avec (une belle) fougue, loc. adv. Agir, parler avec fougue. Elle lui avait abandonné ses mains, qu'il baisait avec une belle fougue (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 4etabl., II, p. 144).Il me serra contre lui avec fougue (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 75):
2. En amour, comme dans le reste, il [Pierre] procédait avec fougue (...) Pierre avalait les dames à la régalade. Il les animait, les entraînait... Morand, Homme pressé,1941, p. 170.
Spéc. Hardiesse, feux de l'inspiration qui animent un artiste, un créateur et se traduisent dans l'œuvre. Fougue oratoire, fougue d'un poète. S'abandonner à sa fougue, à la fougue de son imagination (Ac.1835-1932).C'est [le brio] le fruit de la pétulance et de la fougue intrépide du talent jeune (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 77):
3. Il n'avait pas eu le courage de se plonger dans ce bain de multitude, pour aller écouter du Berlioz dont quelques fragments l'avaient pourtant subjugué par leurs exaltations passionnées et leurs bondissantes fougues... Huysmans, À rebours,1884, p. 272.
SYNT. Fougue amoureuse, aveugle, impétueuse; céder à sa fougue; contenir sa fougue; être emporté, entraîné par sa fougue.
C.− P. anal.
1. [En parlant d'un élément naturel] Mouvement impétueux. Les fougues du vent (Lamart., Chute,1838, p. 915).
2. HORTIC. ,,Défaut d'un arbre qui pousse beaucoup de bois sans donner de fruits`` (Littré; ds Lar. 19e-20e, Rob. et Fén. 1970).
Prononc. et Orth. : [fug]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1580 (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, 1. I, chap. 48, p. 326). Empr. à l'ital. foga « fuite précipitée », d'où « impétuosité, ardeur » (dep. fin xiiies., Giamboni ds Batt.), du lat. class. fŭga « fuite, course rapide » (cf. fugue; v. Hope, p. 196). Bbg. Hope 1971, p. 196. − Kohlm. 1901, p. 45. − Wind 1928, p. 129, 187, 195, 196.

FOUGUE2, subst. fém.

MAR. [Dans des syntagmes figés] De fougue. Mât (de perroquet) de fougue, perroquet de fougue. Mât de hune d'artimon qui supporte le plus l'effort du vent. Vergue (de perroquet) de fougue. Vergue qui borde et étend la voile du perroquet d'artimon. Cf. artimon ex. :
Le matelot jerseyais, logé, vêtu et nourri à l'autel, trouvait cela beaucoup plus doux que d'aller serrer la voile du perroquet de fougue. Chateaubr., Mém.,t. 1, 1848, p. 263.
[En emploi libre au masc. p. ell.] Le sifflement chuchoté du martinet du fougue sous le chouquet du perroquet (Audiberti, Quoat-Quoat,1946, 1ertableau, p. 23).Cf. chouque ex.
SYNT. Bras du perroquet de fougue; drisse, étai, écoute de perroquet de fougue (Nouv. Lar. ill.-Lar. encyclop.).
Prononc. et Orth. : [fug]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1643 artimon, ou mast de foule (G. Fournier, Hydrographie, p. 10); 1677 Mast de Fougue (Dassié, Ar. nav., 88 d'apr. R. Arveiller ds Fr. mod. t. 26, p. 52). Orig. inc. (v. FEW t. 23, p. 94b); le rapprochement avec fouler pour expliquer foule est peu convaincant.
STAT. − Fougue 1et 2. Fréq. abs. littér. : 330. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 428, b) 436; xxes. : a) 452, b) 531.
BBG. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 170.

Wiktionnaire

Nom commun 1

fougue \fuɡ\ féminin

  1. Ardeur naturelle ; grande impétuosité.
    • Hercule a la fougue d’Achille, mais bien plus de bonté. S'il a méfait, il se repent, répare. — (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, p.223)
    • C'est alors que Louis VII, roi plein de fougue en même temps que dévot, se fit l'instigateur d'une nouvelle Croisade. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Suivant le caractère des barbares, dont la fougue est violente, mais de peu de durée, ils se réconcilièrent en faisant de nouveau le serment de ne rien entreprendre l’un contre l’autre. Tous deux étaient d’un naturel turbulent, batailleur et vindicatif ; […]. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833–1837)
  2. Hardiesse, mouvement, en parlant d’un poète, d’un orateur ou d’un artiste.
    • S’abandonner à la fougue de son imagination.
    • On ne peut s’empêcher d’admirer la fougue de cet artiste.

Nom commun 2

fougue féminin

  1. (Marine)(Vieilli) Coup de vent.
  2. (Marine) Usité dans les expressions.
    • Mât de perroquet de fougue, celui qui prolonge le bas-mât d’artimon.
    • Vergue de perroquet de fougue, celle qui se hisse le long du mât de perroquet de fougue.
    • Perroquet de fougue, voile enverguée sur la vergue de perroquet de fougue.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOUGUE. n. f.
Ardeur naturelle, d'une grande impétuosité. La fougue de la jeunesse. La fougue des passions. Rien ne saurait maîtriser, dompter la fougue de son caractère. Il est plein de fougue. Un cheval qui a trop de fougue. Il se dit particulièrement d'un Poète, d'un orateur ou d'un artiste qui a de la hardiesse et du mouvement. S'abandonner à sa fougue, à la fougue de son imagination. On ne peut s'empêcher d'admirer la fougue de cet artiste.

Littré (1872-1877)

FOUGUE (fou-gh') s. f.
  • 1Mouvement impétueux, violent, ordinairement avec emportement et colère. Être en fougue. Entrer en fougue. Croyez-moi, modérez vos fougues ordinaires, Ou vous risquez souvent de gâter vos affaires, Brueys, Impatient, V, 8. Le général [Lalli] s'était attiré, par ses fougues indiscrètes et par ses reproches injustes, une accusation si cruelle [de vol et de sacrilége], Voltaire, Polit. et législ. Proc. de Lalli. Sa fougue est passagère, elle éclate à grand bruit ; Un instant la fait naître, un instant la détruit, Voltaire, Irène, II, 1. Quand les intervalles de ses fougues permettaient de lui parler, il nous écoutait quelquefois assez docilement, Rousseau, Conf. VI.

    Fig. Il faudrait avoir un peu plus de fermeté et savoir résister à la première fougue des critiques qui fait du bruit les premiers jours et qui se tait à la longue, Voltaire, Lett. Damilaville, 26 janv. 1762.

  • 2Il se dit aussi des animaux. On le louait d'être vaillant pour avoir mis une fois son cheval en fougue, Guez de Balzac, le Prince, ch. 5. Leur fougue impétueuse [des coursiers] enfin se ralentit, Racine, Phèdre, V, 6.
  • 3Impétuosité naturelle. Un cheval qui a trop de fougue. Il faut lui laisser passer sa fougue, Brueys, Grondeur, I, 6. J'ai dompté la fougue impétueuse de ma jeunesse, Voltaire, Lett. d'Argental, 21 sept. 1772. Je n'ai pu retenir cette fougue imprudente, Voltaire, Mérope, III, 1. Dompter tout d'un coup la fougue de son caractère dès qu'il est cardinal [Sixte-Quint] ; se donner quinze ans pour incapable d'affaires et surtout de régner, afin de déterminer un jour en sa faveur les suffrages de tous ceux qui comptaient régner sous son nom, Voltaire, Mœurs, 184.

    Les fougues de la jeunesse, l'emportement avec lequel les jeunes gens se livrent aux plaisirs.

  • 4L'emportement propre aux artistes et qui leur fait faire des hardiesses et même des écarts. Aussi je m'émerveille, au feu que tu [le poëte Bertaut] recèles, Qu'un esprit si rassis ait des fougues si belles, Régnier, Sat. V. Il avait certaines fougues d'esprit qui n'étaient pas mal plaisantes, Guez de Balzac, liv. VIII, lett. 41. Brébeuf, dans sa traduction de la Pharsale, pousse la fougue de Lucain en notre langue plus loin qu'elle ne va dans la sienne, Saint-Évremond, Réfl. sur les trad. dans RICHELET. Quelle fougue indiscrète Ramène sur les rangs encor ce vieil athlète ? Boileau, Épître X. Je trouvais dans son jeu trop d'éclat, trop de fougue, pas assez de souplesse et de variété, Marmontel, Mém. V.
  • 5 Terme d'horticulture. Défaut d'un arbre qui pousse beaucoup de bois sans donner de fruits.

HISTORIQUE

XVIe s. [Dans un combat] vous engagez vostre valeur, et vostre fortune à celle de vostre cheval… son effroy ou sa fougue vous rendent ou temeraire ou lasche, Montaigne, I, 361.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* FOUGUE, s. m. (Gramm.) mouvement de l’ame impétueux, court, & prompt ; il s’applique à l’homme & aux animaux : l’homme & le cheval ont leur fougue. On l’employe pour désigner cet emportement si ordinaire dans la jeunesse ; & c’est en ce sens qu’on dit, la fougue de l’âge : on dit aussi d’un poete, il est dans sa fougue.

Fougue, (Marine.) mât de fougue ou foule, c’est le mât d’artimon. Voyez Mat. (Z)

Fougue, vergue de fougue ou foule ; c’est une vergue qui ne porte point de voiles, & qui ne sert qu’à border & étendre par le bas la voile du perroquet d’artimon. Voyez Vergue, Marine, Pl. I. n°. 42. (Z)

Fougue, foule, perroquet de fougue, c’est le perroquet d’artimon. Voyez Mat, & Marine, Pl. I. n°. 45. (Z)

Fougue, (Artificier.) les Artificiers appellent ainsi des serpenteaux un peu plus gros que les lardons, qui ont un effet plus varié, changeant subitement de vitesse & de direction. Voyez Lardon.

Ces variétés peuvent être causées de plusieurs manieres ; 1°. par un changement de composition, en mettant alternativement une charge de matiere vive & une de lente, en les foulant également.

2°. En foulant la même matiere inégalement, & donnant plus de coups de maillets sur l’une que sur l’autre.

3°. En donnant du passage au feu dans une charge, & non point à l’autre ; ce qui se fait en mettant un pouce, par exemple, de charge massive, & ensuite une autre charge bien foulée & percée d’un petit trou au milieu, avec une meche de vilbrequin : le feu s’insinuant dans le trou, pousse la fougue, & trouvant le massif, qu’il ne peut pénétrer que successivement, perd son mouvement, puis le reprend ; & ainsi de suite.

On voit que par ce moyen, en variant la longueur des parties percées & des massives, on peut varier l’action du feu comme l’on veut, & finir par un pétard, comme aux serpenteaux. La composition de cette espece de serpenteaux doit être un peu plus foible, c’est-à-dire plus mêlée de charbon que celle des petits, parce que les trous augmentent le feu par son extension sur une plus grande quantité de matiere.

* Fougue, Fouanne, Anfou salin, termes synonymes de Piche, usités dans le ressort de l’amirauté de la Rochelle.

La péche à la fouanne, fougue, salin, se fait la nuit au feu sur les vases à la basse eau. Les Pêcheurs choisissent les nuits les plus sombres & les plus obscures ; alors ils se munissent de torches ou bouchots & brandons de paille ou de bois sec qu’ils tiennent de la main gauche, & de la droite ils dardent avec la fouanne les poissons qu’ils apperçoivent : ils font aussi cette même pêche dans l’enceinte des parcs de pierre ou écluses, & prennent ainsi les poissons que la marée y a laisses en se retirant.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fougue »

(Nom commun 1) (XVIe siècle) De l’italien foga [1] « fuite précipitée », d'où « impétuosité, ardeur », du latin classique fŭga (« fuite, course rapide »).
(Nom commun 2) Apparenté à « fougon », cuisine d'un vaisseau, lui aussi du latin focus.
(Nom commun 2) Ou selon d'autres sources corruption de foule (vergue supplémentaire).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. foga. Diez dit que ce mot fait penser au latin fuga, fuite, à cause qu'on peut considérer particulièrement, dans la fuite, la rapidité, et en tirer le sens de fougue ; mais il ajoute que le latin focus, feu, foyer, est plus voisin de l'idée de fougue. On peut ajouter que l'adjectif focoso, fougueux, donne de l'autorité à l'étymologie de focus ; mais, focus donnant en italien fuoco, il faudrait avoir fuoga. Resterait à supposer que fougue est un mot à forme provençale (voy. FOUGON), et est passé en Italie. On voit que l'étymologie de ce mot n'est pas tirée à clair. Garasse a dit fugue pour fougue ; ce qui est à considérer : Que je suis ennuyé de vos longues redites, Écrivains ambigus, esprits hermaphrodites, Qui suivez toute fugue et qui prenez le ton Aujourd'hui de Paris, demain de Charenton, Recherche des recherches, p. 577 dans LACURNE. On trouve fougousité, formé de fougueux : M. de Senneterre se prevalust beaucoup de ceste picardesque fougousité, Carloix, VI, 50. Espagn. fogositad.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fougue »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fougue fug

Évolution historique de l’usage du mot « fougue »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fougue »

  • Pauvre fou, ta fougue te perdra. Homère, L'Iliade, VI, 407 (traduction P. Mazon)
  • Il perd peu à peu sa fougue amoureuse, cette passion insouciante, ces heures où tout semblait facile, où l'air était léger De Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment
  • Ce qui nous oblige à précipiter les choses, ce n'est pas la fougue de nos désirs, mais plutôt la crainte de mécontenter les dames en ne marquant pas assez d'impatience. De Tristan Bernard
  • Toujours aussi volubile et étonnant en entrevue, Alexandre Jardin parle avec fougue de ce roman coloré, exubérant, charnel, né d’une envie de parler des gens simples privés de vies simples.  Le Journal de Québec, Nouveau roman d'Alexandre Jardin: dire non à la bêtise du monde | JDQ
  • Avec l’expérience et les années, je sais gérer ces moments où il faut éviter de se laisser emporter par sa fougue et l’envie de profiter du soleil et de la chaleur pour s’entraîner plus qu’il ne faut. , SkiChrono | #05 Quentin Fillon Maillet : « On souffre, on serre les dents »
  • Le prolifique peintre et graveur Michel Beaucage tient l’affiche d’Arts Sutton jusqu’au 12 juillet avec son exposition Séquences Orientales, alliant la fougue de la peinture gestuelle américaine et le souffle de la calligraphie chinoise ancestrale. Du 16 juillet au 16 août, l’artiste Francine Denault y présentera son exposition solo Paysages intérieurs. Le Centre est ouvert du jeudi au dimanche de 13h à 17h. La Voix de l’Est, Envie de sortir cette semaine ? | Arts | La Voix de l’Est - Granby
  • Les voix se perdent parfois sur la grande scène vide, le rythme est en dents de scie. Mais quel bonheur de renouer avec l'énergie et l'émotion du théâtre ! De suivre Nour/Wilfrid dans sa quête épique d'identité et d'amour. Toute la fougue de « Littoral », « road-play » humaniste qui voit une fille/un fils arpenter un pays détruit par la guerre pour y enterrer son père et fonder une tribu, s'exprime à plein. Wajdi Mouawad a bien fait de baptiser sa saison d'été impromptue « Au point du jour ». Au théâtre, le soleil se relève toujours. Les Echos, « Littoral » : le théâtre se relève à La Colline | Les Echos

Images d'illustration du mot « fougue »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fougue »

Langue Traduction
Anglais fiery
Espagnol ardiente
Italien ardente
Allemand feurig
Chinois 火热
Arabe ناري
Portugais fogosa
Russe пламенный
Japonais 激しい
Basque suzko
Corse ardente
Source : Google Translate API

Synonymes de « fougue »

Source : synonymes de fougue sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fougue »

Fougue

Retour au sommaire ➦

Partager