La langue française

Exode

Sommaire

  • Définitions du mot exode
  • Étymologie de « exode »
  • Phonétique de « exode »
  • Évolution historique de l’usage du mot « exode »
  • Citations contenant le mot « exode »
  • Traductions du mot « exode »
  • Synonymes de « exode »
  • Antonymes de « exode »

Définitions du mot exode

Trésor de la Langue Française informatisé

EXODE, subst. masc.

A.− Sortie d'Égypte des Hébreux sous la conduite de Moïse. Tout ce qu'on raconta plus tard au sujet de l'exode d'Israël prouve qu'on n'en avait aucun souvenir direct (Renan, Hist. peuple Isr.,t. 1, 1887, p. 164).Et ce sang qui devait sur le dernier haut lieu pleuvoir comme la manne aux déserts de l'exode (Péguy, Ève,1913, p. 821).
P. méton. Deuxième livre du Pentateuque qui relate cet événement ainsi que le début des pérégrinations du peuple hébreu dans le désert et la révélation du Mont Sinaï. Passage, phrase de l'Exode. Les dix commandements, tels qu'ils se trouvent formulés au chapitre XX de l'Exode et au chapitre V du Deutéronome (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 41).
B.− P. ext.
1. Départ, sortie en masse, déplacement d'une population, notamment
a) à l'occasion d'un cataclysme naturel, d'une guerre, d'une invasion (cf. centre ex. 15). Le cortège se mit en route, un lent exode de gens blêmes, tirés, les yeux gonflés, tremblants d'émotion autant que du froid du matin (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 225).Dans la lueur des incendies, dans la lumière cadavérique des becs électriques bleuis et des phares, dans l'obscurité complète, reprenait en silence un exode séculaire (Malraux, Espoir,1937, p. 723):
1. On s'aperçoit alors du rôle prépondérant des glaciations quaternaires dans la répartition des faunes et des flores tempérées actuelles, glaciations qui entraînèrent une série de fuites et d'exterminations, d'exodes totaux, suivis de retours incomplets. Hist. gén. des sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 505.
En partic. (à l'occasion de l'invasion allemande de 1939-1940). L'exode de mai-juin 1940 et absol. l'exode. Qui d'entre nous n'a travaillé, souffert ou musardé depuis quatre ans, aux quatre coins du paysage national? Passages dans les centres mobilisateurs, stages à l'arrière, séjours au front, débâcle, exode, repliement, voyages de ravitaillement, etc. (Morand, Excurs. immob.,1944, p. 85).Une petite réfugiée du Nord entra dans ma classe; l'exode l'avait sérieusement ébranlée, elle avait des tics et bégayait (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 32):
2. Rien ne peut se comparer à ces routes désertes du mois d'août 1944, que les routes désertes après l'exode de juin 1940. Personne, le vide, si ce n'est, en 44 comme en 40, allant toutes dans la même direction, des colonnes allemandes, difficiles à doubler. Triolet, Prem. accroc,1945, p. 416.
b) pour des raisons socio-économiques ou culturelles. L'exode annuel à Bayreuth d'une foule de plus en plus nombreuse (P. Lalo, Mus.,1899, p. 12).Cette émigration quotidienne, qui aujourd'hui prend les proportions d'un exode. Londres se vide tous les soirs (Morand, Londres,1933, p. 76).S'il a plu quelque part, un grand exode anime le Sahara. Les tribus montent vers l'herbe qui poussera trois cents kilomètres plus loin (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 194):
3. Ainsi je remâche mes pensées dans ce dimanche triste et sombre, au retour d'une messe où l'assistance était déjà clairsemée. L'exode redoutable est commencé. Les grandes vacances ont toujours été le temps des grands crimes. Mauriac, Le Nouveau Bloc-notes,1961, p. 350.
En partic. Exode rural. Phénomène continu de dépeuplement des campagnes au profit des villes. L'exode rural qui a entraîné en un siècle 8 millions d'habitants des campagnes vers les villes (Aspects habitat rur. Fr.,1953, p. 11).
SYNT. a) Exode + adj. Exode général, lamentable, massif; grand exode. b) Exode + subst. [Le subst. désigne la population qui se déplace] Exode des civils, des volontaires; exode de la main-d'œuvre, exode des cerveaux (cf. cerveau I B 3); [le subst. désigne le lieu que l'on quitte] Exode de Russie; exode des campagnes; [le subst. désigne le lieu où l'on se rend] Exode à (vers) la ville; exode vers les banlieues; exode en Afrique; [le subst. désigne le motif du déplacement] Exode des vacances. c) Subst. + exode. Une menace d'exode; les hordes de l'exode; les valises de l'exode.
Loc. adj. En exode. En fuite, en train de se déplacer. Paysans en exode. Comme un dénombrement de peuples en exode (Saint-John Perse, Exil,1942, p. 210).
P. méton. La population, le groupe qui se déplace, qui fuit. Exode épouvanté, invisible, silencieux. L'éternel exode espagnol ne cesse de venir à notre rencontre, les ânes et les mules montés par des femmes en noir enveloppées dans de grands châles; par des hommes à faces larges et osseuses (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 228).L'ennemi progresse plus vite que l'exode (Saint-Exup., Pilote guerre,1942, p. 317):
4. Derrière des groupes silencieux passaient des charrettes bosselées de paniers et de sacs, où brillait un instant l'éclat écarlate d'une bouteille; puis, sur des ânes, des paysannes sans visage, et dont pourtant on devinait le regard fixe, avec la séculaire détresse des fuites en Égypte. L'exode coulait, enfoui sous ses couvertures dans cette odeur de feu, scandé par le battement profond et rythmé du canon. Malraux, L'Espoir,1937, p. 627.
P. anal. Déplacement d'objets hors de leur cadre, de leur milieu habituel :
5. L'exode des collections du Louvre et des autres musées d'état commence le jour de la mobilisation, le 2 septembre 1939. Les Musées en France,1950, p. 15.
En partic. Exode des capitaux. Déplacement des capitaux vers l'étranger. L'exode des capitaux lombards était commencé à cause de la menace de spoliation (Druon, Roi de fer,1955, p. 293).
2. Rare. Départ, déplacement d'une personne. Les insanités de ce bookmaker soûl m'avaient seulement mis en défiance et juste assez inquiété pour atténuer mon regret de ne pas avoir suivi Thomas dans son exode dans l'Inde (Lorrain, Phocas,1901, p. 266).L'énergique Auvergnate n'a pas encore accepté, même depuis l'exode de Monique, l'idée d'une bonne à domicile (Bourget, Monique,1902, p. 23).
Rem. Les dict. attestent l'existence d'un exode2. ,,T. d'Antiquité. Dernière partie d'une tragédie grecque, qui, après la sortie du chœur, contenait le dénouement. Il se disait aussi d'une petite pièce qui se jouait chez les Romains, à la fin du spectacle`` (Ac. 1878-1932).
Prononc. et Orth. : [εgzɔd]. Cf. é-1. Demi-longueur ds Passy pour la voyelle de syll. finale. Enq. : /egzod/. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. [3etiers xiiies.] « deuxième livre de la Bible, racontant la sortie d'Égypte » (Bible de l'Université de Paris, ms. Paris BN fr. 899, fo49 à 51 ds Trénel, p. 127); 2. 1854 « émigration » (Hugo, Corresp., p. 202 : notre exode va recommencer). Empr. au lat. chrét. Exodus « Exode, livre de la Bible » (Blaise) et celui-ci au gr. ε ́ ξ ο δ ο ς « action de sortir, spéc. Exode, sortie des Hébreux de l'Égypte, titre du deuxième livre de la Bible ». Fréq. abs. littér. : 150.

Wiktionnaire

Nom commun 1

exode \ɛɡ.zɔd\ masculin

  1. (Antiquité) Dernière partie d’une tragédie grecque, qui, après la sortie du chœur, contenait le dénouement.
    1. Petite pièce qui se jouait chez les Romains, à la fin du spectacle.

Nom commun 2

exode \ɛɡ.zɔd\ masculin

  1. (Bible) Exode, livre du Pentateuque qui relate la sortie des Israélites hors d’Égypte.
  2. (Par extension) Toute sortie en masse, soit des hommes, soit des richesses.
    • À toute allure les autobus, les omnibus et les charrettes de commissionnaires voituraient malles et valises vers la gare ; sur les quais envahis, l'exode des hiverneurs d'élite se heurtait à la bousculade des voyageurs de toute espèce. — (Paul Margueritte, Jouir, 1918, T.2, p.260)
    • Dans celui-là, les deux puissantes agglomérations industrielles de Rouen et du Havre agirent littéralement comme des arrêtoirs, en exerçant localement assez d'attraction pour empêcher un prolétariat, voué, de toute manière, à l'exode, de s'éloigner trop de sa terre natale. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXODE. n. m.
T. d'Antiquité. Dernière partie d'une tragédie grecque, qui, après la sortie du chœur, contenait le dénouement. Il se disait aussi d'une Petite pièce qui se jouait chez les Romains, à la fin du spectacle. Il désigne aussi le Second livre du Pentateuque, dans lequel Moïse a écrit l'histoire de la sortie des Israélites hors de l'Égypte. Il se dit, par extension, de Toute sortie en masse, soit des hommes, soit des richesses. Exode des habitants. Exode des capitaux.

Littré (1872-1877)

EXODE (è-gzo-d') s. m.
  • 1Le second livre du Pentateuque. L'Exode contient l'histoire de la sortie des Israélites hors de l'Égypte.

    Fig. L'exode s'est dit de la grande émigration des Irlandais après la famine provenue de la maladie des pommes de terre.

    Il s'est dit aussi d'autres émigrations. Du Farwest à l'Utah, par la Cordillère, les saints [les Mormons], chassés de l'Illinois, ont accompli leur exode, et c'était tout un peuple qui se déplaçait pendant les sévérités de l'hiver, M. Roulleaux, Fragm. économiques, 1865, p. 243.

  • 2Une des quatre parties de la tragédie grecque qui renfermait la catastrophe de la pièce.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXODE, s. m. (Théol. & Hist. sacrée.) livre canonique de l’ancien Testament, le second des cinq livres de Moyse. Voyez Pentateuque.

Ce nom, dans son origine greque, signifie à la lettre voyage ou sortie ; & on le donne à ce livre, pour marquer celle des enfans d’Israel hors de l’Egypte sous la conduite de Moyse. Il contient l’histoire de tout ce qui se passa dans le desert, depuis la mort de Joseph jusqu’à la construction du tabernacle, pendant quatre ans.

Les Hébreux l’appellent veelle semoth, des premiers mots qui le commencent, & qui signifient en latin hæc sunt nomina, suivant leur coûtume de désigner les livres de l’Ecriture, non par des titres généraux qui en désignent le contenu, mais par les premiers mots de chacun de ces livres. Voy. Bible. (G)

Exode, exodium, (Théol.) dans les septante signifie la fin ou la conclusion d’une fête. Voy. Fête.

Ce mot signifioit proprement le huitieme jour de la fête des tabernacles, qu’on célébroit principalement en mémoire de l’exode ou de la sortie d’Egypte, & du séjour des Israélites dans le desert.

Exode, s. f. (Littérat.) en latin exodia ; poëme plus ou moins châtié, accompagné de chants & de danses, & porté sur le théatre de Rome pour servir de divertissement après la tragédie.

Les plaisanteries grossieres s’étant changées en art sur le théatre des Romains, on joüa l’Atellane, comme on joue aujourd’hui parmi nous la piece comique à la suite de la piece sérieuse. Le mot exode, exodia, signifie issues. Ce nom lui fut donné à l’imitation des Grecs, qui nommoient exodion le dernier chant après la piece finie. L’auteur étoit appellé exodiarius, l’exodiaire. Il entroit sur le théatre à la fin des pieces sérieuses, pour dissiper la tristesse & les larmes qu’excitent les passions de la tragédie, & il joüoit cependant la piece comique avec le même masque & les mêmes habits qu’il avoit eus dans la piece sérieuse.

Mais ce qui caractérisoit particulierement l’exode étoit la licence & la liberté qu’on avoit dans cette piece d’y joüer sous le masque, jusqu’aux empereurs mêmes. Cette liberté qui permettoit de tout dire dans les bacchanales, cette liberté qui existoit dans toutes les fêtes & dans tous les jeux, cette liberté que les soldats prenoient dans les triomphes de leurs généraux, enfin cette liberté qui avoit régné dans l’ancienne comédie greque, se trouvoit ainsi dans les exodes ; non-seulement les exodiaires y contrefaisoient ce qu’il y avoit de plus grave, & le tournoient en ridicule, mais ils y représentoient hardiment les vices, les débauches, & les crimes des empereurs, sans que ceux-ci osassent ni les empêcher ni les en punir.

Ils jugerent apparemment qu’il étoit de la bonne politique de laisser ce foible dédommagement à un peuple belliqueux, prêt à secouer le joug à la premiere occasion, & d’ailleurs à un peuple fier & actif, qui depuis peu de tems avoit perdu l’empire, & qui n’avoit plus ni de magistrats à nommer, ni de tribuns à écouter. Sylla, homme emporté, mena violemment les Romains à la liberté ; Auguste rusé tyran, les conduisit doucement à la servitude : pendant que sous Sylla la république reprenoit des forces, tout le monde crioit à la tyrannie ; & pendant que sous Auguste la tyrannie se fortifioit par les jeux du cirque & les spectacles, on ne parloit que de liberté.

On connoît les débauches de Tibere, & on sait le malheur d’une dame de condition appellée Mallonia, qui accusée d’adultere par l’ordre de ce prince, parce qu’elle n’avoit pas voulu répondre à ses infamies, s’ôta la vie d’elle-même après lui avoir reproché son impureté, Obscænitate ori hirsuto atque olido seni clare exprobatâ : ce reproche ne manqua pas d’être relevé dans l’exode qui fut chantée à la fin d’une piece atellane. On entendit avec plaisir l’exodiaire s’arrêter & peser long-tems sur ce bon mot, hircum vetulum Capreis naturam ligurire ; bon mot qui se répandit dans tout Rome, & qui fut appliqué généralement à l’empereur. Suétone, vie de Tibere, chap. xlv.

On sait que Néron, entr’autres crimes, avoit empoisonné son pere, & fait noyer sa mere ; le comédien Datus chanta en grec, à la fin d’une piece atellane, adieu mon pere, adieu ma mere ; mais en chantant adieu mon pere, il représenta par ses gestes une personne qui boit ; & en chantant adieu ma mere, il imita une personne qui se débat dans l’eau, & qui se noye ; & ensuite il ajoûta, Pluton vous conduit à la mort, en représentant aussi par ses gestes le sénat que ce prince avoit menacé d’exterminer. Suet. vie de Néron, ch. xxxjx. Voyez Atellanes.

Dans ces sortes d’exodes ou de satyres, on inséroit encore souvent des couplets de chansons répandus dans le public, dont on faisoit une nouvelle application aux circonstances du tems. L’acteur commençoit le premier vers du vaudeville connu, & tous les spectateurs en chantoient la suite sur le même ton. L’empereur Galba étant entré dans Rome, où son arrivée ne plaisoit point au peuple, l’exodiaire entonna la chanson qui étoit connue, venit io simus à villâ, le camard vient des champs : alors tout le monde chanta la suite, & se fit un plaisir de la répéter avec des acclamations toûjours nouvelles. Suétone, vie de Galba.

Quelquefois on redemandoit dans une seconde représentation l’exode qui avoit déjà été chantée, & on la faisoit rejoüer, sur-tout dans les provinces, où l’on n’en pouvoit pas toûjours avoir de nouvelles. C’est ce qui fait dire à Juvenal :

. . . . . . Tandemque redit ad pulpita notum
Exodium.

Sat. iij. V. 174.

Les exodes se joüerent à Rome plus de 550 ans, sans avoir souffert qu’une legere interruption de quelques années ; & quoique sous le regne d’Auguste elles déplussent aux gens de bon goût, parce qu’elles portoient toûjours des marques de la grossiereté de leur origine, cependant elles durerent encore long-tems après le siecle de cet empereur. Enfin elles ont ressuscité à plusieurs égards parmi nous : car quel autre nom peut-on donner à cette espece de farce, que nous appellons comédie italienne, & dans quel genre d’ouvrage d’esprit peut-on placer des pieces où l’on se moque de toutes les regles du théatre ? des pieces où dans le nœud & dans le dénoüement, on semble vouloir éviter la vraissemblance ? des pieces où l’on ne se propose d’autre but que d’exciter à rire par des traits d’une imagination bisarre ? des pieces encore où l’on ose avilir, par une imitation burlesque, l’action noble & touchante d’un sujet dramatique ? Qu’on ne dise point, pour la défense de cette Thalie barbouillée, qu’on l’a vû plaire au public autant que les meilleures pieces de Racine & de Moliere : je répondrois que c’est à un public mal composé, & que même dans ce public il y a quantité de personnes qui connoissent très-bien le peu de valeur de ce comique des halles ; en effet, quand la conjoncture ou la mode qui l’a fait naître sont passés, les comédiens ne font plus reparoître cette même farce, qui leur avoit attiré tant de concours & d’applaudissemens. Voyez Farce & Parodie. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Exode signifioit aussi une ode, hymne, ou cantique, par lequel on terminoit chez les anciens une fête, ou un repas. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « exode »

Ἔξοδος, sortie, issue, et ἐξόδιον, pour les termes du théâtre grec ; de ἐξ, hors, et ὁδὸς, voie, chemin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin exodium (« fin, exode, petite pièce qui finit un spectacle »).
Du latin Exodus (« livre de l’Exode ») emprunté au grec ancien ἔξοδος, exodos (« sortie »), composé de ἐξ, ex (« hors de ») et ὁδός, hodos (« route »). Exode signifie donc étymologiquement "aller hors de (un endroit) en empruntant les routes".
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « exode »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exode ɛgzɔd

Évolution historique de l’usage du mot « exode »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exode »

  • Soudain tous les films sur l’exode basculaient dans la catégorie tuto : j’étais programmé, depuis toujours, pour remplir cette voiture. France Culture, Jour 4 : L'exode
  • L'exode, c'est sortir du ventre de sa mère. De Achille Chavée / Décoctions
  • Notre cerveau est comme un petit village d'Afrique victime de l'exode rural ; il y a des cases vides. De Jonathan Muchemblé
  • A force d’entendre toutes ces histoires, il m’était apparu qu’un vrai Iranien était nécessairement un fugitif. Aussi m’arrivait-il quelque fois de regretter que nous nous soyons installés en France avant la révolution : nous n’avions pas pu mettre à l’épreuve notre endurance et notre courage — nous connaissions l’exil, mais nous n’avions pas connu l’exode. De Yassaman Montazami
  • Le confinement a donné des envies de campagne aux urbains. Mais seraient-ils prêts à abandonner services et commerces de proximité pour s’exiler au vert ? Rien n’est moins sûr. Après l’exode rural que la France a connu dès le 19ème siècle qui a vu les campagnes se vider au profit des grandes métropoles, le pays a constaté un retour de certains urbains, via le phénomène de rurbanisation. Un retour à la vie rurale ? Loin de là ; plutôt l’adaptation d’un mode de vie urbain dans un environnement qui ne l’est pas. C’est donc à la fois pour éviter que les villages ne se vident un peu plus – jusqu’à disparaître, pour certains – et même pour doper leur attractivité auprès de ces néo-ruraux que Ville à Joie a vu le jour. Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, Ville à Joie redonne vie aux villages pour freiner l'exode rural
  • L’association HerlieS’torique a écrit une plaquette de 26 pages intitulée « Mai – juin 1940, les Herlilois au cœur de l’exode et de la bataille de France ». Un ouvrage qui remet des témoignages et des histoires familiales dans le contexte de l’histoire nationale. La Voix du Nord, Il y a 80 ans, l’exode et la bataille de France par les témoignages de gens d’Herlies
  • Selon le réseau immobilier, si les habitants des grandes agglomérations semblent attirés par les villes plus petites, en réalité, il n'y a toutefois « pas eu d'exode de Parisiens vers la campagne ou le littoral ». Le Point, Immobilier post-confinement : l'exode avorté des Parisiens - Le Point
  • Il y a 80 ans, le 18 juin 1940, le général de Gaulle exhortait à lutter contre l’armée allemande. À ce moment-là, très peu de Français entendirent son appel car ils fuyaient l'occupant. De nombreux Bourguignons étaient aussi en plein exode. France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Histoire : le 18 juin 1940, la Bourgogne était en plein exode
  • Hong Kong (AFP) - Plusieurs pays ont entamé les démarches pour faciliter l'accueil des Hongkongais souhaitant fuir après le coup de force législatif de Pékin dans la ville. Mais les obstacles économiques et psychologiques sont nombreux, et un exode massif est très hypothétique. L'Obs, Malgré les offres d'asile, un exode massif des Hongkongais est très hypothétique

Traductions du mot « exode »

Langue Traduction
Anglais exodus
Espagnol éxodo
Italien esodo
Allemand exodus
Chinois 出埃及记
Arabe نزوح
Portugais êxodo
Russe исход
Japonais 出エジプト記
Basque exodus
Corse esodu
Source : Google Translate API

Synonymes de « exode »

Source : synonymes de exode sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exode »

Partager