Exception : définition de exception


Exception : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EXCEPTION, subst. fém.

A.− Action d'excepter. Faire une exception pour qqn. Vous voulez que j'agisse sans consulter mes ministres (...)! Vous me demandez une grande exception à ma façon d'agir ordinaire (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 428).Nous venons de la terre, et nous allons à la terre. Il n'y a d'exception pour personne (Lacord., Conf. N.-D.,1848, p. 241).
1. Locutions
a) Loc. verbale. Faire exception
[Le suj. désigne une pers.] Déroger à la règle générale, à l'habitude. Rien n'empêche absolument de faire exception à des règles habituelles (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 209):
1. ... quoique l'architecture soit de tous les arts celui qui me touche le moins (...) je fais exception pour l'architecture romane, qui m'a toujours fait éprouver des tressaillements intérieurs... Barb. d'Aurev., Memor. 3,1856, p. 43.
[Le suj. désigne une chose, plus rarement une pers.] Être excepté. Judas, fils de Simon, de la ville de Kérioth (...) fit exception dans l'essaim fidèle (Renan, Vie Jésus,1863, p. 160):
2. ... un cœur de mammifère ne peut fournir plus d'un milliard de battements. Seul le cœur humain fait exception, puisque le nombre de ses battements peut aller jusqu'à quatre milliards. J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 113.
b) Loc. adv. Par exception. Contrairement à la règle générale, à l'habitude. Le réconfort (...) dont je ne jouis que par exception et par éclairs, de m'appartenir pleinement (Arnoux, Zulma,1960, p. 7):
3. ... sa chambre à coucher (...) était aussi encombrée que les autres, mais non point aussi poudreuse; car la vieille servante avait, par exception, licence d'y promener le plumeau et le balai. France, Livre ami,1885, p. 76.
c) Loc. prép.
À l'exception de. En n'incluant pas dans un ensemble, dans une situation. À l'exception de M. d'Albe, la mère de Frédéric étoit brouillée avec tous ses autres parens (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 138).La ville entière paraissait plongée dans l'obscurité, à l'exception du dôme des Invalides (...) qui brillait au cœur de la nuit (Green, Journal,1946, p. 59).
Exception faite (de/pour). Même sens. Il n'y a que des coquins et des bêtes dans ce monde, soit dit, exception faite de l'honorable société (Delécluze, Journal,1827, p. 419).Un bureau lourd, massif, plat et nu, exception faite pour un cendrier et un appareil téléphonique (Camus, Requiem,1956, 2epartie, 4etabl., p. 861).
2. [En fonction de déterm. de subst.] D'exception. Qui échappe à la règle générale. Ce poète [Hoffmann] qui ne s'intéresse qu'aux élus, aux êtres d'exception (Béguin, Âme romant.,1939, p. 311):
4. ... tout n'est-il pas nouveau, inouï, dans ce qui se passe depuis quarante ans? Il y a des époques d'exception où l'on ne doit ni se conduire ni juger d'après les maximes et les règles ordinaires. Lamennais, L'Avenir,1831, p. 136.
En partic. [En parlant d'une loi, d'un tribunal] Qui ne relève pas du droit commun. Tribunaux d'exception. Les situations irrégulières ont d'ordinaire pour issue des lois d'exception (Renan, Drames philos.,Abbesse Jouarre, 1886, p. 674):
5. Les Alsaciens-Lorrains subissent un régime d'exception dans l'empire allemand et ils demandent à être traités comme le sont les Bavarois, les Saxons, les Wurtembourgeois... Barrès, Cahiers,t. 8, 1909-10, p. 26.
3. Spéc., DR. ,,(Sens large) Tout moyen invoqué par une des parties (...) pour faire écarter une demande judiciaire, sans discuter le principe du droit sur lequel elle repose. (Sens étroit) Moyen de forme (...) invoqué par l'une des parties pour critiquer la procédure ou en suspendre l'effet sans engager le débat sur le fond`` (Cap. 1936). Le serment décisoire (...) peut être déféré (...) encore qu'il n'existe aucun commencement de preuve de la demande ou de l'exception sur laquelle il est provoqué (Code civil,1804, art. 1358-1360, p. 247):
6. Les parties ne peuvent soulever les exceptions d'incompétence, de litispendance ou de connexité qu'après l'exception de caution et qu'avant toutes autres exceptions et défenses. Il en est ainsi alors même que les règles de compétence seraient d'ordre public. Code procéd. civile, Paris, Dalloz, 1969-70, art. 168, p. 105.
B.− P. méton. Ce qui est excepté, ce qui échappe à la règle générale. L'exception confirme la règle; sans (aucune) exception; à de rares exceptions près; sauf exception. Il n'est pas permis de borner ses recherches à quelques espèces : souvent une seule négligée recèle une exception qui détruit tout un système (Cuvier, Anat. comp.,t. 1, 1805, p. VI).Vendre la peau de l'ours... C'est la seule fois que le Bourgeois conseille de ne pas vendre. Exception remarquable (Bloy, Lieux communs,1902, p. 160):
7. Belle apparence, oui! Mais ils [les militaires] ont la matière grise en granit. Il y en a un de temps en temps... L'exception... Galliéni, Foch... Ce sont des stratèges, c'est différent... Druon, Gdes fam.,t. 1, 1948, p. 139.
En partic. Personne qui échappe à la règle générale par ses qualités remarquables. Mon Dieu! j'aime tant Cécile que j'aurais souhaité pour elle un mari absolument parfait, une exception, une élite exquise (Feuillet, Journal femme,1878, p. 56).
Prononc. et Orth. : [εksεpsjɔ ̃] ou [e-]. Cf. é-1et excepter. Étymol. et Hist. 1243 dr. (cité ds Chartes et documents poitevins du XIIIes. en langue vulgaire, éd. Milan S. La Du, 324, 13 ds Z. fr. Spr. Lit. t. 84, p. 339 : e a tote excepcion de non nombre pecune); cf. 1265 exceptions de dret et de fet (Mém. hist. Bret. I, 994 ds Gdf. Compl.); 1275-80 « action d'excepter » (J. de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 4662); 1294 a l'eyception de (A.N. S 5063, pièce 10, Suppl. ds Gdf. Compl.); 1322 « ce qui est hors de la règle commune » (Varin, Archiv. administr. de la ville de Reims, t. II, 1repart., p. 324 ds Littré). Empr. au lat. class. exceptio « restriction, réserve »; terme de dr. « exception, clause restrictive », formé sur le supin exceptum de excipere, « excepter ». Fréq. abs. littér. : 2 181. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 280, b) 2 580; xxes. : a) 2 459, b) 2 761.

Exception : définition du Wiktionnaire

Nom commun

exception \ɛk.sɛp.sjɔ̃\ féminin

  1. Action d’excepter.
    • L’interdiction de fumer ne souffrait aucune exception, mais quelques officiers sortirent dans la galerie pour y chiquer à leur aise. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 147 de l’éd. de 1921)
    • […] : sous l’ancien régime, en Gascogne, le droit d’aînesse ne souffrait jamais d’exception, et un bien de famille conservé intégralement, de génération en génération, n’était jamais divisé. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Par extension) Ce qui est excepté.
    • Manquerait plus que les autres pays se cultivent et pas nous. On y tient, à notre exception culturelle française ! On veut se culturer, comme dit la pub. Et pas que le physique. — (Alain Noël, « La télé et la réalité », dans Tout ça, ça m'énerve, et toi ?: Exercice expiatoire et jubilatoire, Éditions Edilivre, 2014)
    • Il n’y a règle si générale qui n’ait son exception.
    • Cela ne souffre point d’exception.
    • L’exception confirme la règle.
  3. (Droit) Moyen de défense, et particulièrement de celui à l’aide desquels on soutient qu’une demande doit être déclarée non recevable.
    • J’ai une exception toute prête contre cette demande.
    • C’est là que j’en reviens à ces histoires d’exceptions prises par conclusions écrites. Une exception en droit est un argument juridique soulevé en défense (on utilise le verbe exciper) qui vise à faire échec à tout ou partie des prétentions adverses. — (Maître Eolas, Du bon usage des exceptions (et du mot incident), 2 mars 2020 → lire en ligne)
    • Mes lecteurs habitués connaissent un peu le droit de la diffamation, et se souviendront que le premier moyen de défense est l'exception de vérité : si la personne poursuivie pour diffamation prouve la vérité du fait, elle est immune et impune. — (Maître Eolas, La condamnation de Sandra Muller dans l'affaire #BalanceTonPorc, 25 septembre 2019 → lire en ligne)
  4. (Programmation informatique) Interruption de l’exécution normale d'un programme à cause d'une erreur dont la possibilité a été anticipée lors de la conception.

Nom commun

exception \ɪk.ˈsɛp.ʃən\

  1. Exception.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Exception : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXCEPTION. n. f.
Action d'excepter ou Ce qui est excepté. Faire exception de... Par exception. Sans exception. N'y a-t-il point d'exception? C'est une exception à la règle. Ce mot fait exception, est une exception. Il n'y a règle si générale qui n'ait son exception. Cela ne souffre point d'exception. l'exception confirme la règle. Loi d'exception, Loi établie en dérogation du droit commun, à cause de circonstances exceptionnelles et momentanées. Tribunaux d'exception, Tribunaux établis ans certains cas en dehors de la juridiction ordinaire d'un pays. En termes de Jurisprudence,

EXCEPTION se dit en général de Tout moyen de défense, et particulièrement de Ceux à l'aide desquels on soutient qu'une demande doit être déclarée non recevable. J'ai une exception toute prête contre cette demande. Il a fourni ses exceptions.

À L'EXCEPTION DE, loc. prép. Excepté, hormis. À l'exception d'un seul.

Exception : définition du Littré (1872-1877)

EXCEPTION (è-ksè-psion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action d'excepter. Dieu a fait quelques exceptions à cette défense générale, Pascal, Prov. 14. Voilà qui est sans exception d'âge, de sexe, de qualité, Pascal, ib. 7. Tous les saints Pères sans exception, Pascal, ib. 16. Je sais que cette maxime doit avoir ses exceptions, Massillon, Carême, Commun.

    À l'exception de, loc. adv. Excepté, hormis. Les cygnes sont blancs, à l'exception de ceux de la Nouvelle Hollande, dont le plumage est noir.

  • 2Ce qui n'est pas soumis à la règle, à la loi commune. C'est une exception. Il est dans l'exception. En fait de bonheur c'est l'exception qui flatte, Fontenelle, Dial. I, Morts mod. Laissez les exceptions s'indiquer, se prouver, se confirmer longtemps avant d'adopter pour elles des méthodes particulières, Rousseau, Ém. II. Il n'y a point d'exception à cette règle, que chacun doit parler d'après sa pensée, Marmontel, Élém. littér. Œuvres, t. x, p. 450, dans POUGENS. Le système des athées n'est fondé que sur des exceptions, tandis que le déisme suit la règle générale, Chateaubriand, Génie, I, VI, 4.

    Cet homme est une exception, il a des qualités ou des vices qui le mettent à part. Ils sont moins l'ornement que l'exception de l'indéfinissable espèce humaine, qui, dans le reste de ses individus, semble n'avoir été qu'ébauchée par la nature, D'Alembert, Éloges, Despréaux.

  • 3 Terme de grammaire. Constatation d'une irrégularité, et dénombrement ou au moins désignation des mots qui échappent à la règle.
  • 4 Terme de jurisprudence. Tous moyens opposés à une demande judiciaire, particulièrement à la procédure. Présenter, fournir ses exceptions. Opposer une exception.

    Exception dilatoire, celle qui tend à différer la procédure.

    Lois, tribunaux d'exception, lois, tribunaux qui sont hors de la règle de la constitution du pouvoir judiciaire, et que l'on crée en vue de graves et exceptionnelles conjonctures.

PROVERBES

L'exception confirme la règle, c'est-à-dire l'exception, manifestant la règle, la constate.

Il n'y a point de règle sans exceptions, proverbe qui, outre son sens propre, se dit figurément pour excuser quelque manquement.

HISTORIQUE

XIIIe s. La promesse qui estoit nule por l'esception, Liv. de just. 156. Lesqueles deffenses sont appelées exceptions [moyen de défense opposé au demandeur], Beaumanoir, VIII, 1.

XIVe s. Exception : ceste ruille [règle] est exceptée en 3 liex [lieux], H. de Mondeville, f° 100, verso.

XVIe s. Il allegua plusieurs exceptions et subterfuges pour ne point comparoir, Amyot, Marcell. 2.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EXCEPTION. - HIST.

XIVe s. Ajoutez : Li exception verefie la riule (1322), Varin, Archiv. administ. de la ville de Reims, t. II, 1re part. p. 324.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Exception : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXCEPTION, (Jurisprud.) signifie quelquefois reserve, comme quand quelqu’un donne tous ses biens à l’exception d’une maison ou autre effet qu’il se reserve. Celui qui dit tout purement & simplement n’excepte rien. (A)

Exception, est aussi quelquefois une dérogeance à la regle en faveur de quelques personnes dans certains cas : on dit communément qu’il n’y a point de regle sans exception, parce qu’il n’y a point de regle, si étroite soit elle, dont quelqu’un ne puisse être exempté dans des circonstances particulieres ; c’est aussi une maxime en Droit, que exceptio firmat regulam, c’est-à-dire qu’en exemptant de la regle celui qui est dans le cas de l’exception, c’est tacitement prescrire l’observation de la regle pour ceux qui ne sont pas dans un cas semblable. (A)

Exception, signifie aussi moyen & défense : on comprend sous ce terme toutes sortes de défenses. Il y a des exceptions proprement dites, telles que les exceptions dilatoires & déclinatoires qui ne touchent point le fond, & d’autres exceptions péremptoires qui sont la même chose que les défenses au fond. (A)

Exception d’argent non compté, non numeratæ pecuniæ, est la défense de celui qui a reconnu avoir reçu une somme, quoiqu’il ne l’ait pas réellement reçue.

Suivant l’ancien droit romain, cette exception pouvoit être proposée pendant cinq ans ; par le droit nouveau ce délai est reduit à deux ans, à l’égard des reconnoissances pour prêt, vente, ou autre cause semblable ; mais la loi ne donne que trente jours au débiteur, pour se plaindre du défaut de numération des especes dont il a donné quittance.

Comme dans le cas d’une reconnoissance surprise sans numération d’especes, il pourroit arriver que le créancier laissât passer les deux ans de peur qu’on ne lui opposât le défaut de numération, la loi permet au débiteur de proposer cette exception par forme de plainte, de la retention injuste faite par le créancier d’une obligation sans cause.

Cette exception étoit autrefois reçue dans toute la France, suivant le témoignage de Rebuffe.

Présentement elle n’est reçue dans aucun parlement du royaume contre les actes authentiques, lorsqu’ils portent qu’il y a eu numération d’especes en présence des notaires ; le débiteur n’a dans ce cas que la voie d’inscription de faux.

A l’égard des actes qui ne font point mention de la numération en présence des notaires, l’usage n’est pas uniforme dans tous les parlemens.

L’exception est encore reçue en ce cas dans tous les parlemens de droit écrit, mais elle s’y pratique diversement.

Au parlement de Toulouse elle est reçue pendant dix ans : mais si elle est proposée dans les deux ans, c’est au créancier à prouver le payement, au lieu que si elle n’est proposée qu’après les deux ans ; c’est au débiteur à prouver qu’il n’a rien reçu.

Au parlement de Grenoble, c’est toûjours au débiteur à prouver le défaut de numération.

Dans celui de Bordeaux elle est reçue pendant 30 ans, mais il faut que la preuve soit par écrit ; & l’exception n’est pas admise contre les contrats qui portent numération réelle.

La coûtume de Bretagne, art. 280, accorde une action pendant deux ans à celui qui a reconnu avoir reçu, lorsque la numération n’a pas été faite.

On tient pour maxime, en général, que l’exception d’argent non compté n’est pas reçue au parlement de Paris, même dans les pays de droit écrit de son ressort, ce qui reçoit néanmoins quelque explication.

Il y a d’abord quelques coûtumes dans le ressort de ce parlement, qui admettent formellement l’exception dont il s’agit, même contre une obligation ou reconnoissance authentique, mais c’est au débiteur à prouver le défaut de numération ; telles sont les coûtumes d’Auvergne, ch. xviij. art. 4. & 5. la Marche, art. 99.

Dans les autres lieux du ressort de ce même parlement, où il n’y a point de loi qui admette l’exception, elle ne laisse pas d’être aussi admise, mais avec plusieurs restrictions ; savoir, que c’est toûjours au débiteur à prouver le défaut de numération, quand même il seroit encore dans les deux années ; il faut aussi qu’il obtienne des lettres de rescision contre sa reconnoissance dans les dix ans à compter du jour de l’acte ; & suivant l’ordonnance de Moulins & celle de 1667, il ne peut être admis à prouver par témoins le défaut de numération d’especes contre une reconnoissance par écrit, encore qu’il fût question d’une somme moindre de 100 livres, à moins qu’il n’y ait déjà un commencement de preuve par écrit ; & si c’est un acte authentique qui fasse mention de la numération d’especes à la vûe des notaires, il n’y a en ce cas, comme on l’a déjà dit, que la voie d’inscription de faux. (A)

Exception civile, suivant le droit romain, étoit celle qui dérivoit du droit civil, c’est-à-dire de la loi, telles que les exceptions de la falcidie, de la trébellianique, de discussion & de division, à la différence des exceptions prétoriennes qui n’étoient fondées que sur les édits du préteur, telles que les exceptions de dol, quod vi, quod metûs causâ vel jurisjurandi. (A)

Exception déclinatoire, est celle par laquelle le défendeur, avant de proposer ses moyens au fond, décline la jurisdiction du juge devant lequel il est assigné, & demande son renvoi devant son juge naturel, ou devant le juge de son privilége, ou autre juge qui doit connoître de l’affaire par préférence à tous autres.

Les exceptions déclinatoires doivent être proposées avant contestation en cause ; autrement on est réputé avoir procédé volontairement devant le juge, & on n’est plus recevable à décliner. Voyez Déclinatoire & Retention. (A)

Exception de la chose jugée, exceptio rei judicatæ, c’est la défense que l’on tire de quelque jugement. Voyez Chose jugée. (A)

Exception dilatoire, est celle qui ne touche pas le fond, mais tend seulement à obtenir quelque délai. Par exemple, celui qui est assigné comme héritier, peut demander un délai pour délibérer s’il n’a pas encore pris qualité.

De même celui auquel on demande le payement d’une dette avant l’échéance, peut opposer que l’action est prématurée.

Ces sortes d’exceptions sont purement dilatoires, c’est-à-dire qu’elles ne détruisent pas la demande ; mais il y en a qui peuvent devenir péremptoires, telle que l’exception par laquelle la caution demande la discussion préalable du principal obligé ; car si par l’évenement le principal obligé se trouve solvable, la caution demeure déchargée.

Celui qui a plusieurs exceptions dilatoires les doit proposer toutes par un même acte, excepté néanmoins la veuve & les héritiers d’un défunt, qui ne sont tenus de proposer leurs autres exceptions qu’après que le délai pour délibérer est expiré. Voyez l’ordonnance de 1667, tit. v. art. 6. & titre vj. & jx. (A)

Exception de discussion et de division, sont celles par lesquelles un obligé reclame le bénéfice de discussion ou celui de division. Voyez Discussion & Division. (A)

Exception de dol exceptio doli mali, est la défense de celui qui oppose qu’on l’a trompé. Cette exception est perpétuelle, suivant le droit romain, quoique l’action de dol soit sujette à prescription. (A)

Exception de dote cautâ non numeratâ, est une espece particuliere d’exception d’argent non nombré, qui est propre pour la dot lorsque le mari en a donné quittance comme s’il l’avoit reçue, quoiqu’il n’y ait pas eu de numération réelle de deniers.

La novelle 100 donne dix ans au mari pour proposer cette exception. Voyez Dot. (A)

Exception négatoire, est la défense qui consiste seulement dans la dénégation de quelque point de fait ou de droit. Voyez Dénégation. (A)

Exception péremptoire, est celle qui détruit l’action ; on l’appelle aussi défense ou moyen au fond ; tel est le payement de la dette qui est demandée, tels sont aussi les moyens résultans d’une transaction, d’une rénonciation ou d’une prescription, par vertu de laquelle le défendeur doit être déchargé de la demande.

Les exceptions péremptoires peuvent être proposées en tout état de cause. (A)

Exception perpétuelle ; on appelle quelquefois ainsi l’exception péremptoire, parce qu’elle tend à libérer pour toûjours le débiteur ; à la différence de l’exception dilatoire, qui ne fait qu’éloigner pour un tems le jugement de la demande.

On peut aussi entendre par exception perpétuelle, celle qui peut être proposée en tout tems, comme sont la plûpart des exceptions, lesquelles sont perpétuelles de leur nature, suivant la maxime temporalia ad agendum perpetua sunt ad excipiendum. Les exceptions perpétuelles prises en ce sens, sont opposées à celles qui ne peuvent être opposées après un certain tems, telles que sont toutes les exceptions dilatoires, l’exception d’argent non compté, & celle de la dot non payée. (A)

Exception personnelle, est celle qui est accordée à quelqu’un en vertu d’un titre ou de quelque considération qui lui sont personnels ; par exemple, si on a accordé une remise personnelle à un de plusieurs obligés solidairement, cette grace dont il peut seul exciper ne s’étend point aux autres co-obligés, lesquels peuvent être poursuivis chacun solidairement. Voyez ci-après Exception réelle. (A)

Exception prétorienne. Voyez ci-devant Exception civile. (A)

Exception réelle, est celle qui se tire ex visceribus rei, & qui est inhérente à la chose, telle que l’exception de dol, l’exception de la chose jugée, & plusieurs autres semblables : ces sortes d’exceptions peuvent être opposées partous ceux qui ont intérêt à la chose, soit co-obligés ou cautions ; ainsi lorsqu’un des co-obligés a transigé avec le créancier, les autres co-obligés peuvent exciper contre lui de la transaction, quoiqu’ils n’y ayent pas été parties. (A)

Exception temporaire, ou comme quelques-uns l’appellent improprement, exception temporelle, est celle dont l’effet ne dure qu’un tems, telles que les exceptions dilatoires, ou qui ne peut être proposée que pendant un certain tems, comme l’exception d’argent non compté.

Sur les exceptions en général, voyez au digeste, au code & aux institut. les titres de exceptionibus ; l’ordonnance de 1667, tit. jx. Dumolin, style du parlement, chapit. xiij. Le Bret, de l’ancien ordre des jugemens, ch. lxxxij. Henris, tom. II. liv. IV. quest. 68. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « exception »

Étymologie de exception - Littré

Provenç. exceptio ; espagn. excepcion ; ital. eccezione ; du latin exceptionem ; de exceptum, supin de excipere (voy, EXCEPTER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de exception - Wiktionnaire

De l’anglo-normand excepcioun.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de exception - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Emprunté au latin exceptio, venant de excipere (« retirer, excepter »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « exception »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exception ɛksɛpsjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « exception »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exception »

  • Le spécialiste des croisières avec conférenciers se rebaptise Voyages d’exception pour incarner son nouveau positionnement. L'Echo Touristique, Croisières d’exception se diversifie dans le voyage terrestre et change de nom
  • Pour ouvrir ce focus culturel, retour sur Bigre, le spectacle à succès parti de Brest. Puis un opéra graffiti : une création unique entre graffiti et théâtre au coeur du Finistère. Et pour achever ce parcours d'exception, une mise en lumière du punk dans nos campagnes avec le collectif Tomahawk.  France 3 Bretagne, VIDEO. L' exception culturelle en Bretagne. Focus sur trois OVNIS de la création bretonne
  • Si les Comores semblent faire exception en Afrique, Attoumane Boina Issa, économiste national au Programme des Nations unies pour le développement, nuance cette augmentation des envois. RFI, L'exception comorienne dans les transferts d'argent pendant la crise du coronavirus - Afrique économie
  • Parmi les dernières nouveautés de cette offre exceptionnelles, l'utilisateur peut désormais compter sur la présence de deux assistants vocaux. “Ok SFR” et “Alexa” permettent ainsi de diriger les menus et chaînes télévisées depuis son canapé, mais sans sa télécommande. La reconnaissance vocale, intuitive et modernisée, donne la possibilité de gérer de nombreux éléments supplémentaires. Météo, lumières, chaînes sportives : voici quelques exemples de ce qui peut désormais se contrôler à la voix. MaPetiteBox, SFR BOX 8 Xpérience : fibre optique, ADSL et options d'exception
  • Je n’oublie jamais un visage, mais pour vous, je ferai une exception. De Groucho Marx / People I have Loved, Known or Admired
  • Le mort saisit le vif, les morts veulent hériter des vivants, de tous sans exception. De Jean-Jacques Schuhl / Ingrid Caven
  • Seuls les grammairiens sont assez naïfs pour penser que l’exception confirme la règle. De Amélie Nothomb / Métaphysique des tubes
  • En amour, à l’exception des ébats, la première qualité est la discrétion. De Christian Jacq / Le juge d’Egypte
  • Humanité. La race humaine dans son ensemble, à l'exception des poètes anthropoïdes. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Les femmes d'aujourd'hui comprennent tout à l'exception de leur mari. De Oscar Wilde
  • L'exception confirme l'aigle, alors j'ai pris mon envol. De Oxmo Puccino
  • Chaque pensée est une exception à une règle générale qui est de ne pas penser. De Paul Valéry
  • Prenez tout très au sérieux, à l'exception de vous-mêmes. De Rudyard Kipling
  • L'exception vient toujours de la raison de la règle. De Joseph Joubert / Carnets
  • Nous sommes tous une exception, rien donc d'exceptionnel. De Jacques Deval / Afin de vivre bel et bien
  • Je ne fais jamais d'exception. L'exception infirme la règle. De Arthur Conan Doyle / Le signe des quatre
  • Un tribunal d'exception est un tribunal qui ne se montre équitable que par exception. De André Prévot
  • L’exception confirme la règle. De Proverbe français
  • On dit que l'exception confirme la règle. Elle la confirme en ce sens qu'elle lui donne un soufflet. Jules Tellier, Œuvres, I
  • L'univers, ce qui est l'exception de soi. Alfred Jarry, Gestes et opinions du Dr. Faustroll, pataphysicien, Fasquelle
  • Quand tout le monde est bossu, la belle taille devient la monstruosité. Honoré de Balzac, La Muse du département

Images d'illustration du mot « exception »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « exception »

Langue Traduction
Corse eccezzioni
Basque salbuespen
Japonais 例外
Russe исключение
Portugais exceção
Arabe استثناء
Chinois 例外
Allemand ausnahme
Italien eccezione
Espagnol excepción
Anglais exception
Source : Google Translate API

Synonymes de « exception »

Source : synonymes de exception sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exception »



mots du mois

Mots similaires