Singularité : définition de singularité


Singularité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SINGULARITÉ, subst. fém.

I. − Au sing. [Avec art. déf.]
A. − Absolument
1. LING., GRAMM. Trait distinctif de la catégorie du nombre, indiquant la représentation d'une seule entité isolable, généralement exprimé par le singulier mais qui peut aussi être traduit par le pluriel (les ténèbres, les obsèques, les ciseaux) (d'apr. Ling. 1972). Anton. pluralité.
2.
a) Qualité, caractère, état de celui/de ce qui est singulier (v. ce mot II B). L'injustice est un amer qui redonne du goût à la solitude, aiguise l'appétit de séparation et de singularité (Valéry,Tel quel I, 1941, p. 39):
1. ... ce sens de la singularité, de la solitude, ce goût de la pureté et de l'absolu, ce pouvoir d'étonnement et d'émerveillement, cette énergie même et cette avidité que l'on accorde d'ordinaire à la jeunesse, ne sont-ils pas des biens humains que l'adulte réalisateur, pratique, un peu blasé, a laissés flétrir? Ricœur,Philos. volonté, 1949, p. 404.
Pousser la singularité jusqu'à. Cela paraît tout simple, là où il y a un homme, de voir un homme, et non un chameau, un cheval ou une araignée. Et c'est pourtant cette absence de folie qui aujourd'hui passe pour folie − surtout si nous poussons la singularité jusqu'à donner à la vie de la créature une valeur absolue (Mauriac,Journal 3, 1940, p. 211).
[P. oppos. à banalité] Une singularité baignée de banalité, telle est l'originalité créatrice: la singularité vibre dans la réussite de la forme, la banalité lui vient de cette lumière, la même pour tous, qui rend si simple le miracle d'une fleur et l'efface presque dans l'entourage, tout en l'allumant d'un éclat secret (Mounier,Traité caract., 1946, p. 586).
b)
α) Action, fait de définir, de reconnaître la spécificité de quelque chose, de singulariser (v. ce mot I B). Style de nature et style de fonction s'opposent donc comme s'opposent les deux grands modes d'élocution à travers lesquels ils s'expriment; d'un côté communication, conventionalisation, conceptualisation, collectivisation, etc., de l'autre, expression, motivation, concrétisation, singularité (Guiraudds Langage, 1968, p. 450).
β) Action, fait de se singulariser (v. ce mot II B 2) pour se faire remarquer ou comme affirmation de sa personnalité. La théorie aristocratique n'est pas chez M. Renan le paradoxe d'un homme qui se croit méconnu, ou le dandysme d'un raffiné d'amour-propre qui aime à déplaire, comme d'autres aiment à plaire, par coquetterie de singularité (Bourget,Essais psychol., 1883, p. 65):
2. Les bals sont des jours de bataille dans ces pays de puérile vanité, et négliger un avantage passe pour une affectation marquée. On eût voulu que madame de Chasteller portât des diamants ; la robe modeste et peu chère qu'elle avait choisie était un acte de singularité qui fut blâmé... Stendhal,L. Leuwen, t. 1, 1835, p. 292.
c) P. méton. [Avec une valeur de neutre] Ce qui est singulier.
α) [P. oppos. à général, à universel; corresp. à singulier II A 2 b] Il n'y a science que du général, avait cru toute l'antiquité. La perspective paraît presque renversée désormais (...). Autant on dédaignait le fait et l'individu, autant on aime à découvrir dans la singularité et l'anomalie une précieuse leçon (Blondel,Action, 1893, p. 63).Mais l'art et la société, la création et la révolution doivent retrouver la source de la révolte où refus et consentement, singularité et universel, individu et histoire s'équilibrent dans la tension la plus dure (Camus,Homme rév., 1951, p. 337).
β) [Corresp. à singulier II B] Presque toujours (...) [Rousseau] conclut mal, parce que son orgueil l'éloigne constamment des routes battues du bon sens pour le jeter dans la singularité (J. de Maistre,Souveraineté, 1821, p. 341).
B. − Singularité de qqc./qqn.Caractère singulier de quelque chose/quelqu'un.
1.
a) [Corresp. à singulier II A 1 a] Synon. unicité.Le texte de Pierre Lombard (...) [étudie] l'accord de l'unité de singularité de Dieu avec la trinité des personnes (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1159):
3. Tout au long de l'histoire des organismes terrestres, à l'origine de chaque groupe zoologique, se rencontre au fond le même problème: singularité d'une tige? ou faisceau de lignes parallèles? Et justement parce que les commencements échappent toujours à notre vision directe, nous éprouvons sans cesse la même difficulté à opter entre deux hypothèses presque également plausibles. Teilhard de Ch.,Phénom. hum., 1955, p. 96.
b) [Corresp. à singulier II A 2 b; p. oppos. à généralité, à universalité] L'espace corporel ne peut vraiment devenir un fragment de l'espace objectif que si dans sa singularité d'espace corporel il contient le ferment dialectique qui le transformera en espace universel (Merleau-Ponty,Phénoménol. perception, 1945, p. 118).Que de choses à raconter! Et toutes importantes, soit en raison de leur singularité, soit de leur généralité (Arnoux,Roi, 1956, p. 30).
2.
a) [Corresp. à singulier II B 1 a] Synon. de particularité, originalité, spécificité.
α) Singularité de qqn. Développer sa singularité. Jamais, dans les pires avanies, le sentiment de sa singularité et de sa valeur ne le quitta (Guéhenno,Jean-Jacques, 1948, p. 49):
4. L'homme qui vit de se décrire, tient à ce qui en lui diffère des autres hommes: il tient à sa singularité (...). Sa singularité est sa vie même. Et peut-être, était-ce déjà l'homme de lettres dans Rivière qui sourdement résistait au travail de Dieu. Il entrevoyait un gouffre où quelqu'un l'attirait, et il prenait peur... Mauriac,Écrits intimes, Du côté de chez Proust, 1947, p. 232.
Singularité + adj.En dernière analyse toute psychologie doit déboucher sur une singularité dramatique, parce que la vie psychologique est une vie, faite non pas d'abstractions verbales ou physiologiques, mais d'événements liés dont l'acteur est une personne concrète (Mounier,Traité caract., 1946, p. 44).J'avais l'impression qu'en se répétant identiquement en une autre, mon expérience eût cessé de m'appartenir. Une jumelle eût ôté à mon existence ce qui en faisait tout le prix: sa glorieuse singularité (Beauvoir,Mém. j. fille, 1958, p. 61).
[Le compl. du n. désigne un attribut de la pers.] Il lui sembla qu'il comprenait seulement à l'instant combien cet homme était seul − isolé − seul entre les autres hommes, plus séparé d'eux par la singularité de sa nature que par l'espace ou le temps (Bernanos,Imposture, 1927, p. 360).Tout devient ténèbres dans le génie même, quand sa sincérité lui interdit de sentir la singularité scandaleuse de sa pensée et de comprendre l'étonnement et la révolte de tous les autres devant elle. Cela s'appelle la folie. Jean-Jacques est si sincère qu'il en devient fou (Guéhenno,Jean-Jacques, 1952, p. 106).
β) Singularité de qqc. S'il ne s'agit pas de déduire l'œuvre de la biographie ou de l'époque, il s'agit de voir comment, selon une logique purement littéraire, l'œuvre tire de cette biographie et de cette époque les éléments de sa singularité (Picon,Usage lecture, t. 1, 1960, p. 201).V. présentation ex. 2.
Singularité + adj.Valérie entrait, dans une toilette rouge, d'une singularité provocante (Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 140).La riche et désuète singularité du costume exprime la même gravité pieuse que les yeux, les lèvres et les mains (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 649).[L'adj. précise la nature de la caractéristique en cause] La singularité évolutive des tumeurs des glandes salivaires, jusqu'alors interprétée par la théorie embryonnaire de Wilms, reçoit, enfin, une interprétation logique, grâce aux recherches de Masson, de Roger Leroux, qui montrent que ce sont là, en réalité, des épithéliomas (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 155).
b) [Corresp. à singulier II B 2 a] Caractère inhabituel, étrange de quelque chose. Le ton gris bleu de ces roches augmentait encore la singularité de la perspective (Gautier,Tra los montes, 1843, p. 67).La singularité de son expression me le faisait prendre tantôt pour un voleur et tantôt pour un aliéné (Proust,J. filles en fleurs, 1918, p. 752).V. cocasserie A 1 b ex. de Dumesnil.
3. Loc. Isoler, prendre qqc. dans sa singularité. Nul moraliste ne s'élève au delà de la considération de l'acte singulier, pris dans sa singularité même, comme si, à lui seul, il mettait chaque fois en jeu la totalité de notre vie morale (Gilson,Espr. philos. médiév., 1932, p. 139):
5. [Si notre document provençal] était isolé dans sa singularité, on ne voit pas comment il serait possible de l'interpréter avec sécurité. Mais la formule finale VSLM (...) est un des assemblages de sigles que nous rencontrons le plus fréquemment, gravés de la sorte à la fin d'une inscription latine. Marrou,Connaiss. hist., 1954, p. 687.
II. − P. méton., au sing. ou au plur.
A. −
1. Trait particulier, caractéristique spécifique de quelque chose ou de quelqu'un. C'est une des singularités du temps qu'un aussi grave personnage eût été élevé au poste de ministre par le savoir-faire d'un homme aussi médiocre et aussi léger que le marquis de Pezay (Chateaubr.,Mém., t. 1, 1848, p. 220).Il est possible, en négligeant les singularités irréductibles de chaque cas individuel, de répartir la population en catégories de sujets à chacune desquelles fait face un ensemble de rations normales pour des besoins élémentaires et fondamentaux (Perroux,Écon. XXes., 1964, p. 320).
[Avec déterm. précisant la nature de la caractéristique] Le paysage s'étend à perte de vue sans soulèvements, sans ondulations, uniforme et plat. À le considérer attentivement, on y découvre mille singularités d'aspect, mille variétés de lignes et de couleurs, et, malgré son apparente monotonie, on ne se lasse pas de le regarder (Du Camp,Hollande, 1859, p. 185).Si le groupe des bryophytes (...) a été négligé dans le premier tiers de ce siècle, il exerce maintenant une vive attraction sur les biologistes qui voient mieux ses singularités morphologiques, biologiques et physiologiques (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 779).
2. En partic., gén. au plur. Objet, coutume caractéristique d'un pays. Synon. curiosité (v. ce mot B 2 b).Vous qui aimez à connaître les singularités du pays, vous ne devez pas négliger d'apprendre comment en Espagne les coquins sortent de ce monde (Mérimée,Carmen, 1845, p. 27).J'entre dans la maison d'un djellab pour acheter quelques singularités de la haute Nubie (Du Camp,Nil, 1854, p. 158).
B. − Manière inhabituelle de penser, de parler, d'agir.
1. Au plur. Synon. bizarreries, excentricités.Cosette était accoutumée au côté énigmatique de sa destinée et remarquait à peine les singularités de son père (Hugo,Misér., t. 2, 1862, p. 77).Rose recommença à décrire les singularités de Pierre, sa nature fantasque, sa paresse, sa cruauté, ses enfantillages (Chardonne,Chant Bienh., 1927, p. 21).
[Avec adj.] [Je n'ai point vu madame Sand] boire à la coupe des bacchantes et fumer indolemment assise sur un sofa comme une sultane; singularités naturelles ou affectées qui n'ajouteraient rien pour moi à son charme ou à son génie (Chateaubr.,Mém., t. 4, 1848, p. 555).Bien qu'il eût peut-être remarqué, et d'assez bonne heure, chez son ami, des singularités inquiétantes, Condren fut longtemps avant de suspecter, soit les intentions, soit l'orthodoxie foncière de Saint-Cyran (Bremond,Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 326).[L'adj. précise le domaine concerné] [Vincent de Paul] prend une à une (...) les singularités doctrinales que l'on reproche à Saint-Cyran et il les explique avec une aisance tranquille qui ne va pas toujours sans malice (Bremond,Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 75).
2. Au sing., rare. [Avec déterm. précisant le domaine concerné] Fantaisie. J'entends marquer avec force que la distinction du singulier et du pluriel (les progrès, le progrès) n'est pas un artifice, ni une singularité de terminologie. Elle prend nettement position au fond (Perroux,Écon. XXes., 1964, p. 443).
C. − Personne, chose étrange, curieuse, remarquable.
1.
a)
α) Personne qui ne ressemble pas aux autres/qui ne ressemble à aucune autre. Synon. individualité (v. ce mot B 3), personnalité (v. ce mot I C).Madame Martin dit qu'il n'y avait personne qui l'intéressât plus que Choulette. Paul Vence le tenait aussi pour une grande singularité humaine (France,Lys rouge, 1894, p. 86):
6. ... je crois qu'il y a toujours, dans une société, vivante ou défunte, des milliers et des milliers de singularités. Et surtout, si l'on saisit cette société dans son ensemble, on peut affirmer qu'elle ne répétera jamais ce qu'elle est en son entier: elle s'offre comme un équilibre provisoire, mais original, unique. Traité sociol., 1967, p. 86.
β) Personne qui attire l'attention par un aspect inhabituel. Toulouse-Lautrec détachait ses figurantes: il les voyait une à une avec leurs personnalités tranchées d'Européennes, de Françaises. Ses tableaux: autant de portraits (...) autant de singularités vertes ou violettes à perruques rousses, devant l'anonymat des spectateurs (Morand,Eau sous ponts, 1954, p. 175).
b) Objet rare. Me voilà dans son atelier de Paris, au milieu de cet amas de choses, de ce monde d'objets très rares, très précieux, très chers, dans lesquels jurent et détonnent des singularités hétéroclites (Goncourt,Journal, 1874, p. 1027).
c) Fait curieux, inhabituel. La résistance de Sibylle aux instructions du curé était une singularité qu'il fallait bien expliquer (Feuillet,Sibylle, 1863, p. 79).Un hamac était suspendu non loin d'elle; elle se souvint de cette singularité, que lorsqu'elle était sans soucis elle pouvait se balancer, mais que cela lui faisait mal au cœur quand elle avait de la peine (Montherl.,Songe, 1922, p. 184).
[Avec adj.] Cette écharpe [du Saint Michel de Raphaël] a trois bouts, singularité piquante qui échappe d'abord à l'œil et dont le raisonnement seul se rend compte (Gautier,Guide Louvre, 1872, p. 31).
[Avec déterm. précisant l'orig. du fait] Voilà huit jours que nous sommes sur le flanc, huit jours que nous sommes malades, avec des crises où l'on se tord sur soi-même et qui nous ont pris, − singularité de sympathie, − la même nuit, à l'un le foie, à l'autre l'estomac (Goncourt,Journal, 1867, p. 321).
Loc. Par une/par quelle singularité? Par un/par quel effet du hasard? Par une singularité que Sterne appellerait une prédestination, cet homme [l'usurier] se nommait Gobseck (Balzac,Gobseck, 1830, p. 385).Par quelle singularité la littérature la plus grave se trouve-t-elle le lot du peuple qui passe pour le plus léger et le plus frivole de la terre? (Delacroix,Journal, 1860, p. 273).
d) Situation, caractère, comportement hors du commun; élément hors norme. Synon. exception.Ce sont des ressemblances, et non des différences et des singularités que le public vient chercher au théâtre. L'effort présent des créateurs, d'accord avec le souhait du public, est de dépasser l'individuel et de retrouver l'humain (Arts et litt., 1936, p. 30-2).
[Avec déterm. précisant le domaine concerné] Ne me suis-je pas condamné à l'analyse de l'exception, et, si l'on veut, à la nosographie, lorsque j'ai entrepris la recherche des singularités psychologiques éparses dans l'œuvre de nos écrivains les plus modernes (Bourget,Essais psychol., 1883, p. 98).Savant dans l'art de bien dire, − il [Anatole France] a collectionné les singularités et les tours du langage, − c'est un connaisseur et un esprit orné (Massis,Jugements, 1923, p. 151).
2. Spécialement
a) MATH. Point singulier. Un autre point de vue relatif à l'étude des fonctions de variable complexe est dû à P. Painlevé. Les fonctions se ressemblent dans les régions de régularité; elles diffèrent et se caractérisent, comme les êtres vivants, par leurs singularités (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 54).
b) ASTRON. Singularité de l'espace-temps. ,,Point de l'espace-temps où la courbure de la géométrie locale est infinie. En un tel point, toute force devient infinie, et les lois classiques de la physique perdent leur validité`` (Astron. 1980).
c) PHYS. Objet individualisé (v. ce mot II A). Muni de ces idées générales, j'avais admis le postulat suivant auquel j'avais donné le nom de principe de la double solution: « À toute solution régulière (...) de l'équation des ondes de la Mécanique ondulatoire, doit correspondre une solution à singularité (...) ayant la même phase (...), mais avec une amplitude f comportant une singularité ponctuelle, en général mobile ». L'onde u, véritable des-cription physique du corpuscule, représente bien une propagation d'ondes, mais complétée par le tube d'univers qui représente le mouvement de la singularité (corpuscule) au cours du temps (L. de Broglie,Bases interprét. mécan. ondul., 1963, p. 39).
d) MÉTÉOR. Période de l'année marquée par des variations particulières de certains éléments météorologiques (d'apr. Hydrol. 1978). En Europe, les principales singularités sont: la dépression de Noël [période de réchauffement et de pluies], les saints de glace [refroidissement en mai], l'été de la Saint-Martin [temps calme et ensoleillé en novembre]. Les singularités résultent de variations périodiques de la vitesse du courant zonal [vents d'ouest tempérés], mais on ignore les causes profondes de ces variations (GDEL).
Prononc. et Orth.: [sε ̃gylaʀite]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xiies. singulariteit « manière extraordinaire d'agir, de penser, de parler » (Sermons St Bernard, éd. W. Foerster, p. 116); 1536 au plur. (R. de Collerye, Epistre, XX ds Œuvres, éd. Ch. d'Héricault, p. 54: les singularitez Dudict Sainct Père); 2. ca 1200 singulariteit « caractère rare et exceptionnel de ce, ou de celui, qui se distingue » (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, p. 216: singulariteit d'abstinence); ca 1393 singularité (d'une personne) (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p. 22); 3. a) 1511 « action, fait singulier » (J. Lemaire de Belges, Les Illustrations de Gaule et Singularitez de Troye); b) 1690 « objet singulier, curieux » (Fur.: le cabinet de ce curieux est rempli de plusieurs singularitez); c) 1964 météor. (Lar. encyclop.). B. 1411-32 ling. « caractère du singulier » (Règles de la seconde rhétorique ds E. Langlois, Rec. d'arts de seconde rhét., p. 58: en singularité ou pluralité), attest. isolée; à nouv. 1875 (Lar. 19e). Empr. au b. lat.singularitas « fait d'être unique »; gramm. « nombre singulier; unité », lat. chrét. « unité (de la divinité); singularité, caractère singulier, exemplaire (d'une vertu) »; dér. de singularis (singulier*). Fréq. abs. littér.: 498. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 677, b) 650; xxes.: a) 346, b) 982.

Singularité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

singularité \sɛ̃.ɡy.la.ʁi.te\ féminin

  1. Caractère singulier ; ce qui rend une chose ou une personne singulière.
    • Plus j'ai réfléchi à une singularité si frappante dans l'histoire de l'espèce humaine, & plus je me suis convaincu que les misogynes & les misanthropes de l'Attique étoient réellement atteints d'une maladie qui avoit beaucoup de rapport avec celle qu'on nommoit la Nympholepsie. — (Corneille de Pauw, Recherches philosophiques sur Les Grecs, tome 1, Berlin : chez Georges Jacques Decker & Fils, 1787, p. 131)
    • Une figure l'étonna par sa singularité : c'était celle d'un homme de moyen âge, qui avait les cheveux courts et sans poudre, une paire de moustaches relevées en barbe de chat, et une épée dont la longueur était peu ordinaire en France. — (Julie de Quérangal, « Philippe de Morvelle », Revue des deux Mondes, T.2, 4, 1833)
    • Si le Coq de Java diffère des autres Coqs par sa crête et par son fanon sous-mandibulaire, le Coq de Sonnerat ne s'en écarte pas moins par une singularité très curieuse des plumes de son camail. — (Pierre-Amédée Pichot, Le Coqs sauvages, dans le Bulletin de la Société nationale d'acclimatation de France, 1914, vol.61, p.103)
    • Avec une merveilleuse netteté, il voyait en lui, à l’exception du sens de l’argent dont il n’avait pas besoin, toute les capacités et toutes les qualités en faveur à son époque, mais la possibilité de les appliquer lui avait échappé ; et puisque en fin de compte, si les footballeurs et les chevaux eux-mêmes ont du génie, seul l’usage qu’on en fait peut encore vous permettre de sauver votre singularité, il résolut de prendre congé de sa vie pendant un an pour chercher le bon usage de ses capacités. — (Robert Musil, L’Homme sans qualités, 1930-1932 ; traduction de Philippe Jaccottet, 1956, p. 59.)
  2. Manière d’agir, de penser, de parler, etc., hors de l’ordinaire, différente de celle de tous les autres.
    • Ses singularités le rendent ridicule. - La singularité de son costume. - La singularité de ses sentiments choque beaucoup de gens.
  3. (Mathématiques) Point où des valeurs infinies sont constatées
    • Je pus mener à bien (comme analyste, programmeur, perforateur et opérateur) trois gros programmes : tabulation de fonction pour l’astrolabe Danjon (sans problème mathématique réel), résolution numérique d’un problème plus complexe de cheminées d’équilibre (équation différentielle non linéaire avec singularité à l’origine) posé par le professeur Aldo Ghizetti, et, enfin, un essai sur une méthode de calculs des zéros d’un polynôme proposée par le professeur Derwidué. — (Claude Benzaken, Impressions d’un pionnier de l’informatique, L’Archicube no 20, juin 2016, page 20)
  4. (En particulier) Point où les dérivées n’existent pas
  5. (Physique) Point où les conditions physiques de pression et de densité de la matière sont extrêmes.
    • Peu après, M. J.-P. Vigier a signalé une analogie profonde entre mes idées sur les ondes à singularités et les tentatives de M. Einstein pour représenter les particules matérielles comme des singularités du champ dans le cadre de la Relativité généralisée. — (Louis de Broglie; La Physique quantique restera-t-elle indéterministe ? Séance de l'Académie des Sciences, du 25 avril 1953)
  6. (Physique) Lieu où les lois de la physique connue ne sont pas respectées.
    • Un trou noir est une singularité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Singularité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SINGULARITÉ. n. f.
Caractère singulier; ce qui rend une chose singulière. La singularité de cet événement. J'ai passé deux mois à examiner les singularités de cette province, de cette ville. Ce monument frappe par sa singularité. Il désigne aussi une Manière d'agir, de penser, de parler, etc., hors de l'ordinaire, différente de celle de tous les autres. Ses singularités le rendent ridicule. La singularité de son costume. La singularité de ses sentiments choque beaucoup de gens.

Singularité : définition du Littré (1872-1877)

SINGULARITÉ (sin-gu-la-ri-té) s. f.
  • 1Qualité de ce qui appartient à un seul individu. Ils ne se rendent ni à la raison évidente, ni à la coutume établie, ni à l'usage reçu ; ils opposent la singularité de leur opinion au consentement des peuples et à la foule des exemples, Guez de Balzac, De la cour, 6e disc. Il ne leur restait [aux pélagiens] que la malheureuse consolation de se dire eux-mêmes ce petit nombre de sages qu'il fallait croire plutôt que la multitude… ce qui était, même en se vantant, un aveu formel de la singularité, et, par conséquent, de la nouveauté de leur doctrine, Bossuet, 1er avert. 34. Je ne crois pas qu'il y ait parmi eux [les protestants] aucun homme de bon sens qui se voyant tout seul d'un sentiment, pour évident qu'il lui semblât, n'eût horreur de sa singularité, Bossuet, Exposé de la doctr. cath. 19.
  • 2Ce qui rend une chose singulière. Ce monument frappe par sa singularité. En un mot, que vous périssiez, c'est le destin ordinaire des pécheurs qui vous ressemblent ; que vous vous convertissiez, c'est une singularité qui a peu d'exemples, Massillon, Carême, Fausse conf. Vous l'avez admiré comme un des premiers hommes de son siècle pour la guerre… comme un des plus éclairés par la singularité des connaissances et la supériorité des lumières, Massillon, Or. fun. Conti. La quantité des connaissances, la singularité des faits, la nouveauté même des découvertes, ne sont pas de sûrs garants de l'immortalité, Buffon, Disc. de réception.
  • 3Manière extraordinaire, bizarre, d'agir, de penser, de parler, etc. Vous savez que je n'ai guère d'inclination à la flatterie ; et une des plus remarquables singularités qui soient en Monseigneur est de ne la pouvoir souffrir, Voiture, Lett. 39. On voit qu'il [Wiclef] ressent une horreur secrète des blasphèmes qu'il profère ; mais il y est entraîné par l'esprit d'orgueil et de singularité auquel il s'est livré lui-même, Bossuet, Var. XI, 153. Nulle singularité ni naturelle ni affectée : il savait n'être, dès qu'il le fallait, qu'un homme du commun, Fontenelle, Newton. Dans la cinquième lettre sur la singularité, il [Sénèque] adresse à Lucilius des conseils dont quelques-uns d'entre nous pourraient profiter, Diderot, Claude et Nér. II, 51. La singularité n'est pas précisément un caractère ; c'est une simple manière d'être qui s'unit à tout autre caractère, Duclos, Consid. mœurs, 9.
  • 4 Au pl. Actes, paroles de singularité. Il y a un peuple, dit-il au roi [Aman à Assuérus], dispersé par tout votre empire, qui trouble la paix publique par ses singularités, Bossuet, Polit. X, III, 5. âmes pures, âmes innocentes, vous ne savez où conduisent de présomptueuses et spirituelles singularités, Bossuet, Ét. d'orais. X, 3. Vous vous informez… si, pour servir Dieu, il est nécessaire d'affecter des singularités qui vous donnent du ridicule aux yeux des autres hommes, Massillon, Carême, Évid. de la loi. Les singularités de la piété dégénèrent souvent en fanatisme, Massillon, Myst. Assomption.

HISTORIQUE

XIVe s. La quinte branche qui vient d'orgueil, si est singularité, c'est à dire quand la personne fait ou dit ce que nul autre ne saroit [saurait] dire ou faire, et veult surmonter et estre singulier en dis et en fais, Ménagier, I, 3. Et de la baselique qui vient dessoubz l'aisselle, sont departiz deux rains [rameaux], et chascun a sa singularité [son usage spécial], Lanfranc, f° 30, verso.

XVIe s. … ny visiter pas une des autres singularitez et merveilles tant renommées qui sont en Egypte, Amyot, Lucull. 5.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SINGULARITÉ. - HIST. Ajoutez : XIIe s. Par la vertu de l'orison assidueie, par la maürteit de vie, par la singulariteit d'abstinence, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 216.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Singularité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SINGULARITÉ, (Morale.) on prend ordinairement ce mot en mauvaise part, pour désigner une affectation de mœurs, d’opinions, de manieres d’agir, ou de s’habiller, contre l’usage ordinaire ; cependant il faut distinguer la singularité louable, de la vicieuse.

1°. Tout homme de bon sens tombera d’accord avec moi, que la singularité est digne de nos éloges, lorsque malgré la multitude qui s’y oppose, elle suit les maximes de la morale & de l’honneur ; dans de semblables cas, il faut savoir que ce n’est pas la coutume, mais le devoir, qui est la regle de nos actions, & que ce qui doit diriger notre conduite, est la nature même des choses : alors la singularité devient une vertu qui éleve un homme au-dessus des autres, parce que c’est le caractere d’un esprit foible, de vivre dans une opposition continuelle à ses propres sentimens, & de n’oser paroître ce qu’on est ou ce qu’on doit être.

La singularité n’est donc vicieuse que lorsqu’elle fait agir les hommes contre les lumieres de la raison, ou qu’elle les porte à se distinguer par quelques niaiseries ; comme je ne doute pas que tout le monde ne condamne les personnes qui se singularisent par les mauvaises mœurs, le désordre & l’impiété ; je ne m’arrête qu’à ceux qui se rendent remarquables par la bisarrerie de leurs habits, de leurs manieres, de leurs discours, ou de telles autres choses de peu d’importance dans la conduite de la vie civile ; il est certain qu’à tous ces égards, on doit donner beaucoup à la coutume, & quoique l’on puisse avoir quelque ombre de raison, pour ne suivre pas la foule, on doit sacrifier son humeur particuliere, & ses opinions, aux usages reçus du public.

Il faut donc s’y prêter, & se ressouvenir qu’en suivant toujours le bon sens même, on peut paroître ridicule dans l’esprit de gens qui nous sont beaucoup inférieurs, & se rendre moins propres à être utile aux autres, dans des affaires réellement importantes ; au reste, parmi nous, on voit très-peu de gens se singulariser dans les modes, les usages, & les opinions reçues ; mais combien n’en voit-on pas qui, de peur de se donner un ridicule, n’osent se montrer ce qu’ils devroient être, & ce que la vertu leur prescrit d’être ? (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « singularité »

Étymologie de singularité - Littré

Génev. singuliarité ; provenç. singularitat ; espagn. singularidad ; ital. singularità ; du lat. singularitatem, de singularis, singulier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de singularité - Wiktionnaire

Du latin singularitas (« fait d’être unique »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « singularité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
singularité sɛ̃gylarite play_arrow

Citations contenant le mot « singularité »

  • Le Maroc célèbre le 21ème anniversaire de l’intronisation de SM le Roi Mohammed VI. Plus de deux décennies se sont écoulées depuis l’accès du Souverain au Trône. Comme chaque année, cet événement est l’occasion pour faire le point sur les réalisations et les défis à relever. Cela dit, l’année en cours est exceptionnelle à tous les niveaux. Et pour cause. La pandémie du coronavirus (Covid19) a complètement chamboulé le quotidien de milliards de personnes à travers la planète. L’arrivée du virus au Maroc a bien évidemment eu un impact sur les plans économique et social. Alors que de nombreux pays étaient en proie au flottement et à l’hésitation, le Royaume s’est illustré par la singularité de sa riposte. Les Instructions Royales étaient ainsi claires. La santé des citoyens passait avant tout. Cet épisode qui fut difficile à vivre pour de nombreux pays a été encore une fois l’occasion pour démontrer que le Maroc est gouverné par une monarchie à toute épreuve, n’hésitant pas à aller en première ligne. Dès les premières semaines, la riposte marocaine a été organisée. Aujourd'hui le Maroc, Une monarchie à toute épreuve | Aujourd'hui le Maroc
  • Symboles d’une singularité presque exclusive, ils révèlent à ceux qui les traversent la situation géographique peu banale de la ville: à l’Ouest, l’Alberta, et à l’Est, la Saskatchewan. l-express.ca, Lloydminster, à cheval entre l’Alberta et la Saskatchewan - l-express.ca
  • Pour Stéphane Amarsy, CEO de D-AIM, éditeur de logiciels destinés aux spécialistes du marketing, cette approche est obsolète car l’heure est à la considération de l’individu dans sa singularité. Et la pandémie que le monde traverse rend cette affirmation d’autant plus juste. Les Echos Solutions Business, Marketing relationnel et intelligence artificielle : la révolution des usages s’opère
  • L'été semblait incertain, mais beaucoup de régions constatent un "rush" vers la campagne et la montagne. Mais ce qui fait la singularité de cet été 2020, c'est la sur-représentation des Français parmi les touristes. Selon Jean-Pascal Chopard, les "clientèles nationales" soutiennent l'activité touristique. Surtout, ces visiteurs viennent aussi bien des départements voisins du Jura que de régions plus éloignées comme le Nord ou la région parisienne. "[Ils] ont vu dans le Jura l’opportunité d’une destination accessible, avec une nature préservée sauvage, une forme de tourisme authentique", s'enthousiasme-t-il. Europe 1, Tourisme de proximité : dans le Jura, "on a des taux d'occupation historiquement élevés"
  • Le Pays royannais aime cultiver sa singularité. Son centre de gravité… SudOuest.fr, Agglomération : le Pays royannais aime cultiver sa singularité
  • Je suis convaincu que la philosophie n’existe au contraire que dans le détail, les singularités infimes, les tout petits faits. De Roger-Pol Droit / Ma philo perso de A à Z
  • Les oeuvres littéraires sont comme les visages ou les empreintes digitales, il n'y en a pas deux identiques. La littérature, c'est le règne de la singularité. De Antonio Tabucchi / Télérama - 20 Mars 2002
  • La seule manière de résister au mondial, c'est la singularité. De Jean Baudrillard / Le Monde de l'éducation - Octobre 1999
  • La règle d’or : si le petit rien que tu possèdes n’a, en lui-même, rien de particulier, au moins dis-le avec singularité. De Georg Christoph Lichtenberg
  • On n'est pas tombé d'accord encore si le génie est la perfection de ce qui va mourir, ou la singularité de ce qui va naître. De Paul-Jean Toulet / Les Trois Impostures
  • Plus l'univers se standardise, plus la singularité m'intéresse. De Claude Sautet / Le Nouvel observateur
  • Nous sommes libres parce que nous sommes des singularités nées au hasard de l'histoire et du désir. De Julia Kristeva
  • Moines : ont la triste singularité de se priver des plaisirs sans faire moins de crimes. De Claude Adrien Helvétius / Maximes et pensées
  • La divinité de l'homme réside dans sa singularité. De Ursula Le Guin / La main gauche de la nuit
  • Le célibat s’assied seul, est confiné et meurt dans sa singularité. De Jeremy Taylor
  • La singularité est subversive. De Edmond Jabès
  • La singularité est dangereuse en tout. François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Lettre à l'Académie

Images d'illustration du mot « singularité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « singularité »

Langue Traduction
Corse singularità
Basque berezitasun
Japonais 特異性
Russe особенность
Portugais singularidade
Arabe التفرد
Chinois 奇点
Allemand singularität
Italien singolarità
Espagnol singularidad
Anglais singularity
Source : Google Translate API

Synonymes de « singularité »

Source : synonymes de singularité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « singularité »



mots du mois

Mots similaires