Étreindre : définition de étreindre


Étreindre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTREINDRE, verbe trans.

A.− Domaine du gestuel
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le compl. d'obj. désigne une chose] Serrer fortement à l'aide des mains et/ou des bras. L'homme, une espèce de maure, saisit un pistolet qu'il étreignait encore (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 726).La couverture qu'il étreignait de ses dix doigts eut une ondulation imperceptible (Bernanos, Imposture,1927, p. 529).
En partic. vx. Serrer fortement en liant. Étreignez cette gerbe, ce fagot (Ac.1835, 1878).
b) [Le compl. d'obj. désigne un être animé] Entourer de la main, de ses bras ou de son corps, en serrant fortement.
α) [Pour dominer ou maîtriser, pour empêcher de nuire] Étreindre un adversaire. Le reptile qui l'étreint [un kamichi] le serre, s'enfonce en même temps les dards (Michelet, Oiseau,1856, p. 87):
1. Alors le nègre jeta son poignard et tira vivement les rideaux du lit. Soudain, une main de fer l'étreignit à la gorge, tandis qu'une autre ramassait le poignard ensanglanté et lui en appuyait la pointe sur la poitrine. Le nègre, épouvanté, voulut se débattre et jeter un cri. Ponson du Terr., Rocambole,t. 4, 1859, p. 253.
P. métaph. Un sanglot qui étreint à la gorge. Ce charmant garçon que naguère la misère étreignait de ses mains de fer au milieu de Paris (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 6).Brusquement, la paralysie, qui depuis plusieurs mois rampait le long de ses membres, toujours près de l'étreindre, la prit à la gorge et lui lia le corps (Zola, Th. Raquin,1867, p. 173).Depuis un mois, un froid terrible étreint l'Europe (Green, Journal,1955-58, p. 171).
Emploi pronom. réciproque indir. [Avec compl. d'obj. désignant une partie du corps] Il faut qu'il y ait toujours un dompteur et un dompté (...) ils ne sont jamais deux égaux. Ils s'étreignent les mains, leurs mains frissonnantes d'ardeur (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Bûche, 1882, p. 780).
β) [En signe d'affection] Enlacer fortement. Étreindre (qqn) sur son cœur. Te rappelles-tu les cris d'amour que tu poussais en m'étreignant sur ta poitrine? (Flaub., Tentation,1849, p. 321).D'un geste éperdu, elle étreint encore une fois sa mère (Martin du G., J. Barois,1913, p. 530):
2. ... c'était lui qui jetait sur ses lèvres ces caresses victorieuses, c'était lui qu'elle étreignait, qu'elle enlaçait, qu'elle appelait de tout l'élan de son cœur, de toute l'ardeur exaspérée de son corps. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Réveil, 1883, p. 881.
Emploi pronom. réciproque. Ils s'étreignirent debout, dans un long baiser (Flaub., Éduc. sent.,1869, p. 200).
P. métaph. Et nos deux âmes s'étreignirent de toute la force de nos bras (A. Daudet, Pt Chose,1868, p. 160).
[Le compl. désigne une partie du corps] Étreindre la main de (qqn). Villefort, suffoquant, étreignit le bras du docteur (A. Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 314).Elle fut sur le point (...) d'étreindre les genoux de Jérôme (Martin du G., Thib.,Belle Sais., 1923, p. 1014).
Absol. Ces bras savaient mieux étreindre que les bras de Lisette Friedlaüder elle-même (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 247).
Loc. proverbiale. Qui trop embrasse* mal étreint.
2. P. anal. [Le suj. désigne un inanimé] Entourer comme en serrant de près. Sa robe (...) qui l'étreignit comme un vêtement japonais (Huysmans, Marthe,1876, p. 46).Il s'arrêta... devant deux arbres enlacés (...). Un hêtre vigoureux étreignait un chêne élancé (Maupass., Notre cœur,1890, p. 497).
Emploi pronom. réciproque. Ces milliers de plantes qui se croisaient et s'étreignaient en tous sens (Sue, Atar Gull.1831, p. 27).
B.− Au fig.
1. Domaine affectif.Serrer, oppresser douloureusement. MmeLecœur restait comme écrasée sous cette révélation, (...) l'envie l'étreignait aux flancs (Zola, Ventre Paris,1873, p. 832).
Au part. passé. La comtesse, étreinte d'une émotion qu'elle n'avait point prévue, demeurait les yeux baissés (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Inutile beauté, 1890, p. 1152).Leur cœur (...) retient à soi son espérance étreinte (Valéry, Charmes,1922, p. 128).
2. Domaine intellectuel.Appréhender, saisir :
3. Je m'explique aussi que l'auteur [Sully Prudhomme], à la fin comme au début de son recueil, s'excuse de n'avoir su tout exprimer et tout rendre de ce qu'il voulait étreindre et de ce qu'il sentait. Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 10, 1863-69, p. 162.
Rem. La docum. atteste le part. prés. en emploi adj., p. métaph. Qui étreint, qui oppresse ou serre douloureusement. L'entrée dans la cathédrale immense et ténébreuse était toujours étreignante (Huysmans, Cathédr., 1898, p. 389).
Prononc. et Orth. : [etʀ ε ̃:dʀ ̥], (j')étreins [etʀ ε ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Cf. ceindre. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1135 estreindre « ligoter quelqu'un » (Couronnement de Louis, 1277 ds T.-L.); b) 1160-74 pronom. « se ceindre » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 1879); 2. ca 1165 li estreint li cuers (Benoit de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15851); 3. ca 1170 « serrer quelqu'un dans ses bras » (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, p. 100, 234). Du lat. class. stringere « étreindre, serrer, resserrer ». Fréq. abs. littér. Étreindre : 792. Étreint : 303. Étreignant : 71. Fréq. rel. littér. Étreindre : xixes. : a) 383, b) 1 166; xxes. : a) 1 943, b) 1 246. Étreint : xixes. : a) 189, b) 476; xxes. : a) 735, b) 429.

Étreindre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTREINDRE, verbe trans.

A.− Domaine du gestuel
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) [Le compl. d'obj. désigne une chose] Serrer fortement à l'aide des mains et/ou des bras. L'homme, une espèce de maure, saisit un pistolet qu'il étreignait encore (Hugo, Légende,t. 2, 1859, p. 726).La couverture qu'il étreignait de ses dix doigts eut une ondulation imperceptible (Bernanos, Imposture,1927, p. 529).
En partic. vx. Serrer fortement en liant. Étreignez cette gerbe, ce fagot (Ac.1835, 1878).
b) [Le compl. d'obj. désigne un être animé] Entourer de la main, de ses bras ou de son corps, en serrant fortement.
α) [Pour dominer ou maîtriser, pour empêcher de nuire] Étreindre un adversaire. Le reptile qui l'étreint [un kamichi] le serre, s'enfonce en même temps les dards (Michelet, Oiseau,1856, p. 87):
1. Alors le nègre jeta son poignard et tira vivement les rideaux du lit. Soudain, une main de fer l'étreignit à la gorge, tandis qu'une autre ramassait le poignard ensanglanté et lui en appuyait la pointe sur la poitrine. Le nègre, épouvanté, voulut se débattre et jeter un cri. Ponson du Terr., Rocambole,t. 4, 1859, p. 253.
P. métaph. Un sanglot qui étreint à la gorge. Ce charmant garçon que naguère la misère étreignait de ses mains de fer au milieu de Paris (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 6).Brusquement, la paralysie, qui depuis plusieurs mois rampait le long de ses membres, toujours près de l'étreindre, la prit à la gorge et lui lia le corps (Zola, Th. Raquin,1867, p. 173).Depuis un mois, un froid terrible étreint l'Europe (Green, Journal,1955-58, p. 171).
Emploi pronom. réciproque indir. [Avec compl. d'obj. désignant une partie du corps] Il faut qu'il y ait toujours un dompteur et un dompté (...) ils ne sont jamais deux égaux. Ils s'étreignent les mains, leurs mains frissonnantes d'ardeur (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Bûche, 1882, p. 780).
β) [En signe d'affection] Enlacer fortement. Étreindre (qqn) sur son cœur. Te rappelles-tu les cris d'amour que tu poussais en m'étreignant sur ta poitrine? (Flaub., Tentation,1849, p. 321).D'un geste éperdu, elle étreint encore une fois sa mère (Martin du G., J. Barois,1913, p. 530):
2. ... c'était lui qui jetait sur ses lèvres ces caresses victorieuses, c'était lui qu'elle étreignait, qu'elle enlaçait, qu'elle appelait de tout l'élan de son cœur, de toute l'ardeur exaspérée de son corps. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Réveil, 1883, p. 881.
Emploi pronom. réciproque. Ils s'étreignirent debout, dans un long baiser (Flaub., Éduc. sent.,1869, p. 200).
P. métaph. Et nos deux âmes s'étreignirent de toute la force de nos bras (A. Daudet, Pt Chose,1868, p. 160).
[Le compl. désigne une partie du corps] Étreindre la main de (qqn). Villefort, suffoquant, étreignit le bras du docteur (A. Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 314).Elle fut sur le point (...) d'étreindre les genoux de Jérôme (Martin du G., Thib.,Belle Sais., 1923, p. 1014).
Absol. Ces bras savaient mieux étreindre que les bras de Lisette Friedlaüder elle-même (Giraudoux, Siegfried et Lim.,1922, p. 247).
Loc. proverbiale. Qui trop embrasse* mal étreint.
2. P. anal. [Le suj. désigne un inanimé] Entourer comme en serrant de près. Sa robe (...) qui l'étreignit comme un vêtement japonais (Huysmans, Marthe,1876, p. 46).Il s'arrêta... devant deux arbres enlacés (...). Un hêtre vigoureux étreignait un chêne élancé (Maupass., Notre cœur,1890, p. 497).
Emploi pronom. réciproque. Ces milliers de plantes qui se croisaient et s'étreignaient en tous sens (Sue, Atar Gull.1831, p. 27).
B.− Au fig.
1. Domaine affectif.Serrer, oppresser douloureusement. MmeLecœur restait comme écrasée sous cette révélation, (...) l'envie l'étreignait aux flancs (Zola, Ventre Paris,1873, p. 832).
Au part. passé. La comtesse, étreinte d'une émotion qu'elle n'avait point prévue, demeurait les yeux baissés (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Inutile beauté, 1890, p. 1152).Leur cœur (...) retient à soi son espérance étreinte (Valéry, Charmes,1922, p. 128).
2. Domaine intellectuel.Appréhender, saisir :
3. Je m'explique aussi que l'auteur [Sully Prudhomme], à la fin comme au début de son recueil, s'excuse de n'avoir su tout exprimer et tout rendre de ce qu'il voulait étreindre et de ce qu'il sentait. Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 10, 1863-69, p. 162.
Rem. La docum. atteste le part. prés. en emploi adj., p. métaph. Qui étreint, qui oppresse ou serre douloureusement. L'entrée dans la cathédrale immense et ténébreuse était toujours étreignante (Huysmans, Cathédr., 1898, p. 389).
Prononc. et Orth. : [etʀ ε ̃:dʀ ̥], (j')étreins [etʀ ε ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Conjug. Cf. ceindre. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1135 estreindre « ligoter quelqu'un » (Couronnement de Louis, 1277 ds T.-L.); b) 1160-74 pronom. « se ceindre » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 1879); 2. ca 1165 li estreint li cuers (Benoit de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 15851); 3. ca 1170 « serrer quelqu'un dans ses bras » (Marie de France, Lais, éd. J. Rychner, p. 100, 234). Du lat. class. stringere « étreindre, serrer, resserrer ». Fréq. abs. littér. Étreindre : 792. Étreint : 303. Étreignant : 71. Fréq. rel. littér. Étreindre : xixes. : a) 383, b) 1 166; xxes. : a) 1 943, b) 1 246. Étreint : xixes. : a) 189, b) 476; xxes. : a) 735, b) 429.

Étreindre : définition du Wiktionnaire

Verbe

étreindre \e.tʁɛ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Resserrer, serrer.
    • Étreindre les nœuds, les liens d’une amitié, d’une alliance.
    • Un sanglot refoulé étreignait sa voix.
  2. Embrasser, presser entre ses bras.
    • Sitôt qu’elles furent en leur lit, deux par deux, elles s’étreignirent comme pour se défendre contre cet envahissement du calme et profond sommeil de la terre. — (Guy de Maupassant, La maison Tellier, 1881, collection Le Livre de Poche, page 33.)
    • Hommes et femmes s'étreignaient : les hommes entre eux, les femmes entre elles, à de rares exceptions, et l'accordéon couvrait l'épaisse rumeur de son gargouillement. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • Il l’étreignit si fortement qu’il lui fit perdre la respiration.— (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  3. Causer une sensation oppressante, de peur, d'angoisse, d'anxiété.
    • J'avais l'impression de me noyer et une angoisse terrible, celle de la mort elle-même m'étreignit. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Une vive émotion étreignit les spectateurs de cette scène tragique.
    • Il était étreint par le désespoir.
  4. Serrer violemment, enserrer fortement.
    • …à l'entrée du fjord, la débâcle tardive et subite des glaces étreignit le navire et faillit le détruire. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étreindre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTREINDRE. (Il se conjugue comme ATTEINDRE.) v. tr.
Embrasser, presser entre ses bras. Il l'étreignit si fortement qu'il lui fit perdre la respiration. Prov. et fig., Qui trop embrasse, mal étreint. Voyez EMBRASSER. Fig., Étreindre les nœuds, les liens d'une amitié, d'une alliance, Les resserrer. Il se dit aussi en parlant des Choses morales. Une grande anxiété, une grande angoisse nous étreignait. Une vive émotion étreignit les spectateurs de cette scène tragique. Il était étreint par le désespoir.

Étreindre : définition du Littré (1872-1877)

ÉTREINDRE (é-trin-dr'), j'étreins, tu étreins, il étreint, nous étreignons, vous étreignez, ils étreignent ; j'étreignais ; j'étreignis ; j'étreindrai ; j'étreindrais ; étreins, étreignons ; que j'étreigne, que nous étreignions, que vous étreigniez ; que j'étreignisse ; étreint ; étreignant v. a.
  • 1Serrer fortement par un lien. Étreignez ce fagot.
  • 2Serrer, presser. Il l'étreignit si fortement qu'il lui fit perdre la respiration. Et des plis écaillés qu'avec force il déploie, Saisit, étreint, étouffe et dévore sa proie, Delille, Trois règ. VII.

    Fig. Étreindre les nœuds d'une alliance, les resserrer. Mes bienfaits l'ont étreint d'une chaîne éternelle, Tristan, Panthée, I, 1. Quand les chaîne d'hymen étreignent deux esprits, Mairet, Sophon. IV, 1.

  • 3S'étreindre, v. réfl. Se serrer l'un l'autre. Ces deux athlètes s'étreignirent de leurs bras nerveux.

PROVERBES

Qui trop embrasse mal étreint, signifie qu'il ne faut pas faire plusieurs entreprises à la fois.

Plus il gèle, plus il étreint, c'est-à-dire plus un mal continue, plus on en est accablé. Dans cette locution, étreindre est pris absolument : Plus cela étreint, serre.

HISTORIQUE

XIIe s. Là courona sa fame Guiteclins li puissanz ; Doucement la baisa et estraint par les flans, Sax. v.

XIIIe s. Doucement [il] l'a [sa fille] baisiée, estrainte et acolée, Berte, CXXVI. Mais por Diu estraignez vostre consel entre vous, et faites si que li honnour de l'empereour i soit, et que vous n'i soiés pierdant, H. de Valenciennes, XVII. Et amors plus et plus me lie, Et tout adès estraint ses las, Tant cum j'i oi plus de solas, la Rose, 3387.

XIVe s. Et ainsi sa felicité n'est en rien alterée ne muée, mais elle est pour ce aussi comme estreinte et comprimée, Oresme, Eth. 25. Qui trop embrasse pou estraint, Ménagier, I, 9.

XVe s. Lors le baisa et lui estraingnit la main, en signe de très grand amour, Froissart, I, I, 17. Le roi anglois entendit par ceux et par autres que la cité estoit durement estreinte, Froissart, I, I, 132.

XVIe s. Nous embrassons tout, mais nous n'estreignons que du vent, Montaigne, I, 230. Il feit tant qu'il approcha de sa bouche le bras de celuy qui l'estraignoit, et le mordit…, Amyot, Alc. 3. Si le ciel se descouvroit, il geloit et estraignoit si ruidement, que les chevaux ne pouvoient boire de l'eau des rivieres, Amyot, Lucull. 63. Pour estraindre en peu de paroles ce qu'il estend bien au long, Amyot, Artax. 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étreindre »

Étymologie de étreindre - Littré

Provenç. estrenher, estreigner ; catal. estrenger ; ital. stringere, stregnere ; du latin stringere, serrer. Comparez l'anglais string, corde.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étreindre - Wiktionnaire

Via l’ancien français estreindre, du latin stringere, apparenté à étrangler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étreindre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étreindre etrɛ̃dr play_arrow

Conjugaison du verbe « étreindre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe étreindre

Évolution historique de l’usage du mot « étreindre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étreindre »

  • Le 27 juin 2020, le cardinal Michael Czerny, sj, sous-secrétaire de la Section des migrants et des réfugiés du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a ordonné deux prêtres jésuites et dix-huit diacres en vue du sacerdoce, de 12 nationalités différentes, dans l’église du Gesù à Rome. Dans son homélie, il a notamment rappelé que le concile Vatican II « a proclamé que l’Église doit consciencieusement étreindre le monde » et « scruter les signes des temps ». Concile qui a également souligné, a-t-il poursuivi, que « chaque membre de l’Église jouit de la dignité d’avoir été baptisé et partage donc ainsi la mission et le ministère de l’Église ». De fait, pour le cardinal Czerny, « le ministre ordonné ne doit pas restreindre ou monopoliser ce ministère », l’Église étant dans son ensemble « ministérielle ». La Croix, Aux nouveaux prêtres et diacres jésuites, le cardinal Czerny demande “de suivre le chemin ascendant de la nouveauté”
  • Et Viva les escargots Français, grâce a ce défunt gouvernement nous sommes ceux qui donnent autant de temps à quelque-chose qui est plus simple que les précédentes homologations de risques. Les tensions utilisées dans toute la nano-électronique sont nettement plus basses que dans l'électronique 4 G ou 3G, mais un terrible doute semble étreindre nos gouvernants et leurs agences, sans doute ont-ils besoin de temps pour reconstruire des outils de test car l'actuel outillage doit donner des résultats=0 dans toutes les mesures de risques. Ils feraient mieux de s'adresser au fabricant Français des puces nanotechnologiques, il pourrait sans peine leur fournir des nano-mètres pour détecter ce qui les inquiète. Sinon quid du rapatriement financier de feue Alcatel maintenant appelé d'un nom scandinave, une petite nationalisation qui pourrait rapporter gros, mais il faut avoir une paire de b..... comme a dit récemment une élégante secrétaire d'état. Ce-ci résoudrait tous les pb et dispenserait la marque scandinave de toujours opérer les réductions d'emplois chez les Français soi-disant cigales pour ces givrés. , Le marché français de la 5G sérieusement obscurci pour Huawei
  • Il faudrait ne plus s’étreindre, ne plus s’embrasser. « Se toucher avec les yeux » à travers des écrans ou à une distance raisonnable, hors de portée des gouttelettes contaminantes. Eviter de laisser traîner ses doigts sur les digicodes, payer les courses avec la technologie sans contact, travailler dans des salons virtuels, sortes de grands halls de gare immatériels où se croiseraient des dizaines de flux vidéo. Qu’adviendra-t-il du toucher, maintenant que le Covid-19 a déjà entrepris de réformer les conditions de la cohabitation entre êtres humains ? L'Obs, « Ce virus nous oblige à soupçonner constamment tout ce qui vient sous nos doigts »
  • «Il y a un réel enjeu actuellement, car les personnes âgées s'inquiètent de savoir si elles seront privées de contacts physiques avec leur famille pour le reste de leurs vies», constate la docteure Julia Marcus, épidémiologiste. Selon plusieurs spécialistes, il n'est pas formellement interdit de s'étreindre. Des règles sont cependant à respecter afin de minimiser le risque de transmission du virus. Slate.fr, Le guide du câlin sécurisé en pleine épidémie | Slate.fr
  • Avec un formidable désir d’"étreindre l’horizon" ainsi que se nomme, à juste titre, cette saison, trente-cinq spectacles, dont une majorité créée par des femmes, seront ainsi à l’affiche. ladepeche.fr, Toulouse. La nouvelle saison du Sorano nous ouvre tous les horizons ! - ladepeche.fr
  • Faire un check de pied (un peu ridicule), rester à deux mètres de sa grand-mère malade, ne pas pouvoir étreindre un ami qui pleure ou embrasser son petit-fils… Dans cette période de déconfinement où beaucoup ont retrouvé avec plaisir parcs, plages, terrasses, un repère de la vie d’avant nous manque : le toucher. Ce sens souvent déprécié ne nous a jamais paru aussi indispensable que depuis le 17 mars 2020. Après deux mois de confinement que certains ont passé dans la plus complète solitude, la distanciation sociale nous impose encore de limiter les contacts physiques. , Déconfinement : Saluts, câlins, embrassades… Pourquoi le toucher nous manque tant depuis le début de l'épidémie
  • Charles Blé Goudé, encore étreint par la douleur des décès successifs de sa soeur et de son frère, a encore trouvé la force pour exprimer cette autre douleur qui vient l'étreindre. « C'est avec tristesse que j'ai appris le décès du Premier ministre de Côte d'Ivoire, Son Excellence Monsieur Amadou Gon Coulibaly », a déclaré l'ancien leader de la Galaxie patriotique. , Blé Goudé: La mort de Gon «est une grande perte pour la Côte d'Ivoire»
  • La Thaïlande a beau être une société bouddhiste très conservatrice, où par exemple s’embrasser ou s’étreindre en public ne se fait pas, elle est réputée pour sa tolérance vis-à-vis de l'homosexualité. , Droits LGBT: Le Pacs thaïlandais approuvé en conseil des ministres | lepetitjournal.com
  • Notre amour de la vie est semblable au sentiment des vivants pour les disparus, nous savons qu'elle existe et nous l'aimons sans pouvoir l'étreindre.. De Paul Melki / Journal de bord d’un détraqué moteur
  • Il vaut mieux vivre dans la plate solitude que de toucher un peu à la joie, l'étreindre pendant quelques jours, et finalement la perdre sans raison apparente. De Simone Piuze / L'empailleuse de chats
  • Boire du vin et étreindre la beauté Vaut mieux que l'hypocrisie du dévot. De Omar Khayyâm / Rubâ'iyyât
  • Le temps est un enfant qui ne se laisse pas étreindre. De Geneviève Amyot / Journal de l'année passée
  • La terre n'appartient à personne : elle se donne à tous ceux qui sont assez grands pour l'étreindre. De Réjean Ducharme / L'océantume
  • Ne laisse pas la tristesse t’étreindre avant que la terre te prenne dans son sein. De Omar Khayyâm / Quatrains Rubâ’iyât

Images d'illustration du mot « étreindre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « étreindre »

Langue Traduction
Corse abbracciu
Basque besarkada
Japonais 抱擁
Russe объятие
Portugais abraço
Arabe عناق
Chinois 拥抱
Allemand umarmung
Italien abbraccio
Espagnol abrazo
Anglais hug
Source : Google Translate API

Synonymes de « étreindre »

Source : synonymes de étreindre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étreindre »


Mots similaires