La langue française

Ensevelir

Définitions du mot « ensevelir »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENSEVELIR, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [Le procès est volontaire; le compl. d'obj. désigne un être animé qui a perdu la vie]
1. Envelopper (un cadavre) dans un linceul. Parions que vous n'avez pas chez vous un drap pour l'ensevelir? C'est pitié de voir ici comme ils font la toilette des morts (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1332).
2. Mettre dans une sépulture. Synon. enterrer, inhumer.Les projets les plus bizarres avaient eu le temps de naître et de se développer : (...); de déterrer François de chez les pestiférés, pendant la nuit, et de l'ensevelir en tombe chrétienne (Queffélec, Recteur,1944, p. 219):
1. Mon avis est que ni l'un ni l'autre des deux seigneurs que nous représentons ne peut décemment (...) quitter le terrain avant que l'un ou l'autre y soit enseveli. − Enseveli? dit Jose. Comment entendez-vous enseveli? − Mais enterré, monsieur. Feuillet, Onesta,1848, p. 353.
P. métaph. ou au fig. [Le compl. désigne des choses concr. ou abstr. que l'on abandonne définitivement] Les tribuns proclament que le luxe licencieux des tyrans est à jamais enseveli et que l'on doit saluer avec respect l'avènement de la simplicité (Stéphane, Art coiff. fém.,1932, p. 152):
2. ... j'abaissai les yeux sur mon modeste jardin, comme un homme qui perd une espérance. Sterne a, le premier, observé ce mouvement funèbre chez les hommes obligés d'ensevelir leurs illusions. Balzac, Théorie de la démarche,1833, p. 639.
B.− P. ext. [Le procès est volontaire; le suj. désigne un animé, le compl. d'obj. un inanimé]
1. Vieilli. [Le compl. d'obj. désigne une chose abstr.]
a) [Gén. avec un locatif métaph. : dans le silence, la nuit; dans son cœur...] Tenir caché, ne pas révéler. Ensevelir un secret dans son cœur. Pas une indiscrétion, pas un traître. Des femmes ont enseveli nos secrets dans leur sein (Lemercier, Pinto,1800, IV, 12, p. 139).Cette scène étouffée, ces propos ensevelis aussitôt dans un silence chagrin, je me sentis oppressé d'un grand malaise (Duhamel, Jard. bêtes sauv.,1934, p. 184):
3. Monsieur, me dit-elle en changeant de ton et prenant sa plus persuasive inflexion de voix, un hasard malheureux vous a livré des secrets jusqu'ici soigneusement gardés, promettez-moi d'ensevelir dans votre cœur le souvenir de cette scène. Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 80.
b) [Le compl. prép. désigne un lieu] Soustraire aux regards du monde. Je voulois fuir, ensevelir ma honte au fond des déserts (Guilbert de Pixér., Victor,1798, III, 6, p. 44).Elle est allée ensevelir sa douleur au fond d'un château de province (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 420).
2. Faire disparaître sous une couche de terre. Synon. enfouir, enterrer.Le chien se retourne, gratte frénétiquement le sol avec ses pattes de derrière, et ensevelit la touffe sous le sable (Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1092).
P. ext. Faire disparaître dans quelque chose. Je le vois dans sa chambre de jeune homme, (...) tout d'un coup, ouvrant son tiroir, ensevelissant son manuscrit, et se mettant à sa table pour se tracer un « nouvel ordre systématique d'études... » (Bourget, Crit. doctr.,t. 1, 1912, p. 22).
C.− [Le procès est involontaire; le suj. désigne un inanimé]
1. Recouvrir entièrement. (Quasi-)synon. engloutir.Il était arrivé plus d'une fois que le sol sans consistance s'effondrât, ensevelissant les femmes et les enfants qui travaillaient au fond du trou (Gide, Voy. Congo,1927, p. 739):
4. Alexis allait aussi du côté de Fourvière, en dessous de la colline, d'où, voilà douze ans, avaient glissé de grands immeubles, s'écroulant en bas de la pente, ensevelissant leurs habitants sous les décombres de leur chez-soi. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 176.
Au passif. Toutes ces reliques des temps quaternaires ont été ensevelies progressivement sous les dépôts de remplissage (Boule, Conf. géol.,1907, p. 184).
2. P. exagér.
a) Recouvrir. Il dormait, la bouche ouverte, enseveli sous les couvertures (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Confess., 1884, p. 461).Ces arbres, dont quelques-uns sont de dimensions colossales, ensevelissent la maison de Clodius sous leurs frondaisons. On ne la voit plus (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 60).
b) [Gén. au passif; le compl. prép. est introduit par dans] Être complètement enveloppé (dans quelque chose). Ce personnage était un vieil officier décoré, (...) enseveli dans une ample redingote bleue comme une tortue sous sa carapace (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 252).Des nourrissons ensevelis du crâne aux épaules dans des capuchons cylindriques (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 431).
c) Au fig. [Le suj. désigne une chose abstr.; le compl. prép. est souvent introduit par sous] Engloutir, accabler. Il est étouffé [l'héroïsme] par la vie courante, enseveli sous les lâchetés quotidiennes (Arland, Ordre,1929, p. 73).La solitude coloniale énorme (...) va les ensevelir bientôt eux et leur destin (Céline, Voyage,1932, p. 146).
3. P. anal. Faire disparaître du regard. Un paysage enseveli sous la pluie (Mauriac, Th. Desqueyroux,1927, p. 195).Il essaie de voir le visage de Schneider, mais la nuit ensevelit la cour; on ne voit plus rien du tout (Sartre, Mort ds âme,1949, p. 218).
4. Au fig. [Au passif; le compl. prép. introduit par dans désigne un état de conscience ou une activité intellectuelle] Être plongé (dans quelque chose), absorbé (par quelque chose). Le malheureux Ogier, enseveli dans les plus tristes réflexions, garda un morne silence pendant toute la route (Genlis, Chev. Cygne,t. 3, 1795, p. 163).Je restais ensevelie dans les réflexions que soulevait en moi ce double problème (Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 402).
II.− Emploi pronom.
A.− Vx. Disparaître en s'enfonçant (dans quelque chose). La pesante artillerie s'ensevelit dans des marais (Chateaubr., Natchez,1826, p. 269).
Au fig. La cravate (...) à plis nombreux où le menton s'ensevelit (Balzac, Pts bourgeois,1850, p. 15).
B.− Vieilli
1. [Sens réfl., avec un compl. locatif] Se retirer. Il disparut et alla s'ensevelir dans un couvent de chartreux (Sand, Lélia,1839, p. 534).Je ne suis pas sans inquiétudes ni sans regrets d'être venue, à la suite d'un coup de tête, m'ensevelir dans ce fond perdu de province (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 14).
Expr. S'ensevelir vivant dans un tombeau. Se retirer en un endroit très isolé.
2. [Le compl. prép. désigne un état de conscience ou une activité intellectuelle] S'absorber dans. S'ensevelir dans son chagrin, dans l'étude, dans une rêverie. Synon. s'abîmer, se plonger.Le Comité des travailleurs s'ensevelit dans les enquêtes, les rapports, les discussions, les projets (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 158).Cette « Revue des Deux Mondes », lecture commode, peut-être n'était-il pas très aimable, ni très bien élevé, de s'y ensevelir (Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 93):
5. ... il posa avec dépit la bouteille sur la table. − Tu ferais mieux de ne pas t'ensevelir dans le passé et de vivre un peu plus dans le présent, dit-il. − Oh! tu sais, le présent! elle jeta sur la table un regard aveugle. Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 282.
C.− Sens réfl. S'ensevelir sous les murs d'une place. La défendre jusqu'à la mort. Les voilà déterminés à s'ensevelir sous leurs murs, et mettant l'honneur d'une mort glorieuse bien au-dessus de la honte d'une longue vie (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 13).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃səvli:ʀ], (j')ensevelis [ɑ ̃səvli]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1remoitié xiies. « mettre dans une sépulture » (Psautier d'Oxford, éd. F. Michel, LXXVIII); 1130-40 « envelopper dans un linceul » (Wace, Conception ND, 1420 ds Keller, p. 184a). Soit (préf. en-*) de l'a. fr. sevelir (1remoitié xiies. Psautier de Cambridge, éd. Michel, Symbolum apostolorum 3, p. 287) du lat. class. sepelire « ensevelir »; soit directement issu du lat. chrét. insepelire « ensevelir dans » (Blaise). Fréq. abs. littér. : 1 587. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 287, b) 2 206; xxes. : a) 2 168, b) 1 453.

Wiktionnaire

Verbe

ensevelir \ɑ̃.sə.və.liʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’ensevelir)

  1. Mettre un corps dans le tombeau, inhumer dans le lieu de la sépulture.
    • Si l'un des pèlerins venait à mourir sur le bateau, le capitaine devrait ne point pratiquer aussitôt l’immersion, mais bien atterrir quelque part et faire ensevelir le défunt dans un cimetière. — (« Pèlerinage en Terre Sainte au temps jadis », dans Jérusalem, tome 4, 1911, p. 368)
    • Moins l'habit et la cornette, c'est une sœur de la charité qui pose des ventouses, des cataplasmes, applique des sinapismes, masse les rhumatisants, ensevelit les morts. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • S’ensevelir sous les ruines d’une place, se faire tuer en défendant une place jusqu’à la dernière extrémité.
  2. (Par analogie) Enfouir sous une couche de matériaux.
    • Fi du conseil, Maurice de Bracy ! les ruines de ce château enseveliront mon corps et ma honte avant que je consente à une capitulation si vile et si déshonorante. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Ce vent, s'il ne démolissait pas, il enterrait, il ensevelissait, et il était probable que douze heures après le début de la tempête, la maison, le chenil, le hangar, l'enceinte, auraient disparu sous une égale épaisseur de neige. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Être enseveli dans le chagrin, avoir un chagrin profond.
  3. (Figuré) Cacher profondément.
    • Cette influence contre nature fut pour elle une espèce d'humiliation et la source de bien des peines qu'elle ensevelissait dans son cœur. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Être enseveli dans sa rêverie, (Figuré) Rêver profondément.
    • S’ensevelir dans la retraite, dans la solitude, se retirer entièrement du monde.
  4. Envelopper dans un linceul.
    • Que tu meures absous ou damné, […], tu auras pour linceul une toile d'araignée, et j'ensevelirai l'araignée avec toi ! — (Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, 1842)
    • Deux femmes de la rue Monselet, à qui Anne n’avait jamais adressé la parole, avaient enseveli le corps, avec l’aide d’une religieuse venue de Toutes Aides. — (Paul Nizan, Antoine Bloyé, Grasset, 1933, p. 17)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENSEVELIR. v. tr.
Mettre un corps dans le tombeau, inhumer dans le lieu de la sépulture. Les deux armées conclurent un armistice pour ensevelir leurs morts. Par analogie, Il périt enseveli sous les ruines de sa maison. On dit par extension S'ensevelir sous les ruines d'une place, Se faire tuer en défendant une place jusqu'à la dernière extrémité. Il signifie encore au figuré Cacher profondément. Ce sont des faits qu'il vaut mieux ensevelir dans l'oubli. Vous n'avez pas le droit d'ensevelir vos talents. Être enseveli dans sa rêverie, Rêver profondément. Être enseveli dans le chagrin, Avoir un chagrin profond. S'ensevelir dans la retraite, dans la solitude, Se retirer entièrement du monde. Il signifie spécialement Envelopper dans un linceul. Il est mort si pauvre qu'il n'a pas laissé un drap pour l'ensevelir.

Littré (1872-1877)

ENSEVELIR (an-seu-ve-lir ; comme deux syllabes muettes ne peuvent se suivre immédiatement, on donne à la syllabe se le son de seu ; autrefois on prononçait en-sé-ve-lir, du moins Richelet écrit ainsi) v. a.
  • 1Dans le style élevé. Déposer dans la sépulture. Son corps fut enseveli avec les mêmes honneurs et la même pompe que ceux des rois légitimes, Rollin, Hist. anc. Œuvr. t. v, p. 239, dans POUGENS. J'ensevelis pour toujours dans le sein de la terre ce qu'elle avait porté de plus parfait et de plus aimable, L'Abbé Prévost, Manon Lescaut, 2e part.

    Absolument. Qui tôt ensevelit bien souvent assassine, Et tel est cru défunt qui n'en a que la mine, Molière, l'Ét. II, 3.

  • 2 Par extension, mettre sous quel que chose qui est considéré comme un tas. C'est sous les ruines du trône et du palais de votre vieux tyran qu'il faut l'ensevelir avec tous ses complices, Marmontel, Bélisaire, ch. III. Le chameau mieux instruit, courbé sous la tempête, Dans le sable du moins ensevelit sa tête, Ducis, Abufar, II, 7. Et l'Anio paisible, et l'Eridan fougueux, Qui, roulant à travers des campagnes fécondes, Court dans les vastes mers ensevelir ses ondes, Delille, Géorg. IV.
  • 3Faire disparaître. Je ne m'étendrai pas davantage sur ce poëme ; tout irrégulier qu'il est, il faut qu'il ait quelque mérite, puisqu'il a surmonté l'injure des temps et qu'il paraît encore sur nos théâtres, bien qu'il y ait plus de vingt-cinq années qu'il est au monde, et qu'une si longue révolution en ait enseveli beaucoup sous la poussière qui semblaient avoir plus de droit que lui de prétendre à une si heureuse durée, Corneille, Ex. de l'Illus. comique. Ne pouvant pas me résoudre à ensevelir ma maison dans celle de Mazarin, et n'estimant pas assez la grandeur pour l'acheter par la haine publique, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 158, dans POUGENS. Il ne tint presque à rien qu'il n'ensevelît tout le parti de M. le prince, Retz, ib. liv. IV, p. 248. Un homme de cour qui n'a pas un assez beau nom doit l'ensevelir sous un meilleur, La Bruyère, VIII. Il veut avec leur sœur ensevelir leur nom, Racine, Phèd. I, 1.
  • 4Cacher comme dans une sépulture. Traître ! tu prétendais qu'en un lâche silence Phèdre ensevelirait ta brutale insolence ? Racine, Phèdre, IV, 2. Ces trésors dont le ciel voulut vous embellir, Les avez-vous reçus pour les ensevelir ? Racine, Brit. II, 3. La gloire des monuments que l'orgueil ou l'adulation ont élevés, sera ou ensevelie dans l'oubli par le temps ou effacée par les censures et les jugements plus équitables de la postérité, Massillon, Petit car. Respect des grands pour la rel. Sur quels bords malheureux, dans quels tristes climats Ensevelir l'horreur qui s'attache à mes pas ? Voltaire, Œdipe, IV, 4. [L'Arabe] Laissait dans ses déserts ensevelir sa gloire, Voltaire, Fanat. II, 5. Le secret qu'en ton sein je dois ensevelir, Voltaire, Orphel. I, 6. Ensevelissons ma vie ainsi que ma douleur dans une éternelle et profonde solitude, Genlis, Mlle de Lafayette, p. 102, dans POUGENS.
  • 5Envelopper le corps d'un mort dans un linceul. C'est une œuvre pieuse que d'ensevelir les morts.

    Par extension, envelopper comme d'un suaire. Voiles, crêpes, habits, lugubres ornements, Pompe où m'ensevelit sa première victoire, Corneille, Cid, IV, 1.

  • 6S'ensevelir, v. réfl. Laisser tomber sur soi ce qui est comparé à une sépulture. S'ensevelir sous les ruines de la place, la défendre jusqu'à la mort. Je m'ensevelirai sous ma propre ruine, Corneille, Sert. v, 7.

    Fig. Je suis Héraclius, je suis fils de Maurice ; Sous ces noms précieux je cours m'ensevelir, Corneille, Héracl. v, 2.

  • 7Se cacher. S'ensevelir dans la retraite, dans la solitude, se retirer du monde. Moi, renoncer au monde avant que de vieillir, Et dans votre désert aller m'ensevelir ! Molière, Mis. v, 7.

    Par extension, s'absorber, se plonger. S'ensevelir dans les livres, dans la débauche, dans le chagrin. La belle chose de… s'ensevelir pour toujours dans une passion, Molière, D. Juan, I, 2.

SYNONYME

ENSEVELIR, ENTERRER. Ensevelir, c'est envelopper un corps mort dans le drap appelé linceul. Enterrer, c'est mettre en terre le corps mort. L'historien suisse Ruchat s'est donc exprimé incorrectement dans la phrase suivante : " Calvin mourut le 27 mai (1564) et fut enseveli tout simplement au cimetière commun de Plainpalais. " Il fallait dire, enterré ou inhumé, HUMBERT, Gloss. génev. Il faut distinguer : le fait est que ensevelir a eu de tout temps et a encore le sens de donner la sépulture ; mais il ne l'a que dans le style élevé ; et l'on dira fort bien : il fut enseveli à côté de ses aïeux. Mais, hors de ce style, ensevelir signifie couvrir du linceul ; et c'est pour cela que l'on ne dit pas bien ensevelir au cimetière, et que Humbert a critiqué justement la phrase de Ruchat. Il faut remarquer aussi que toutes les acceptions figurées procèdent de la signification donner la sépulture.

HISTORIQUE

XIIe s. Pristrentle corps, si l'ensevelirent el sepulcre sun pere en Bethleem, e Joabe si cumpaignum errerent tute la nuit, Rois, p. 128. Puis morut e fud enseveliz en un hort de sun palais, ib. 421.

XIIIe s. E fu ensevelis en la mere eglise, Chr. de R. p. 17. Moult auroies isnel cheval, Se ne te puis livrer estal, Tant que je t'auré trangloti Et de mon ventre enseveli, Ren. 7748. Plusor en cest fleuve s'en entre, Non pas seulement jusqu'au ventre, Ains i sunt tuit enseveli, Tant se plongent es flos de li, la Rose, 6077. Dariere celi qui tenoit les trois coutiaus, avoit un autre qui tenoit un bouqueran entorteillé entour son bras, que il eust presenté au roy pour li ensevelir, se il eust refusée la requeste au vieil de la montagne, Joinville, 259. Cuer qui la fin de ce damaige [la mort] N'a tousjours devant son visaige Est presqu'enseveli en fiens [fumier], J. de Meung, Tr. 1333.

XIVe s. Pour l'ame la royne dont li corps fu murdris, à l'eglise où son corps estoit ensevelis…, Guesclin. 8922.

XVIe s. Le peuple qui reçoit oppression des soldats, ne les excusera pas tant, pour ce qu'ils le defendent, comme il les maudira pour ce qu'ils le devorent : ensevelissant le souvenir du bien dans le sentiment des maux, Lanoue, 190. Timandra alla prendre le corps, qu'elle enveloppa et ensepvelit des meilleurs draps qu'elle eust, Amyot, Alc. 80. La vertu et l'honesteté de Democles est digne de n'estre passée ny ensepvelie en silence, Amyot, Démétr. 30. Combien de belles actions particulieres s'ensepvelissent dans la foule d'une bataille ? Montaigne, III, 15.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ensevelir »

De en- et de l’ancien français sevelir, issu du latin sepelire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

En 1, et l'anc. français. sevelir, du latin sepelire (voy. SÉPULTURE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ensevelir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ensevelir ɑ̃sœvœlir

Évolution historique de l’usage du mot « ensevelir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ensevelir »

  • Laissons le remords ensevelir le remords. Pierre Klossowski, La Révocation de l'édit de Nantes, Gallimard
  • La philosophie n'est peut être que l'art d'ensevelir nos doutes sous une avalanche de mots. De Emile Coderre / Jean Narrache chez le diable
  • Selon les témoignages recueillis sur place, le jeune tâcheron était au fond du puits d’une profondeur de 36 mètres pour des travaux de crépissage quand soudain un éboulement de sable vient l’ensevelir. BENIN WEB TV, Bénin: un puisatier enseveli dans un puits de 36 mètres par un éboulement de sable
  • Actuellement, Crysis premier du nom est pourvu d’un mod graphique apportant la 8K à des Assets graphiques qui ne demandaient que ça pour y donner l’allure d’un jeu récent haut de gamme. Aussi, si l’annonce d’un crysis Remaster sur Switch ne laissait aucun doute quant à l’amoindrissement des qualités graphiques du titre d’origine, ; les plus hardcore des fans attendaient au moins un jeu remis au goût du jour visuellement sur les autres supports. Ce ne fut pas le cas avec les trailers qui ont récemment fuités sur le web et une vague de mécontentement à déferler sur les réseaux sociaux jusqu’à ensevelir de haine l’éditeur Crytek Studios. Nintendo-Town.fr, Crysis remastered reporte sa date de sortie sur Nintendo Switch – Nintendo-Town.fr
  • Le journalisme est le premier brouillon de l’histoire. Tandis que les révisionnistes, s’affairent à banaliser la vérité, à la falsifier, à l’ensevelir, à calomnier ceux qui la poursuivent, à les museler et, in extremis, à les supprimer, les journalistes captent les images, les sons, les odeurs impérissables du drame humain. , Journalisme : vocation ingrate, métier dangereux - Le journal du Gers
  • Il a fallu presque deux mille ans pour que la date de l’éruption du Vésuve, le 24 octobre et non le 24 août 79, soit corrigée par la récente découverte d’une inscription au charbon sur un mur de la « région V », la dernière à avoir fait l’objet de fouilles. Mais sur les 66 hectares de Pompéi, il en reste 22 à explorer. Autant dire que les équipes composées d’archéologues, d’anthropologues, de paléobotanistes, d’archéozoologistes, vulcanologues et géologues peuvent encore extraire objets ou fresques qui sommeillent depuis une éternité. Une exposition sur un sujet aussi vaste que Pompéi aurait pu ensevelir le visiteur sous une masse documentaire innombrable. La réussite de celle-ci tient au fait qu’elle parvient à dire l’essentiel et, surtout, à conserver cette part de rêve indispensable à qui doit entrer dans Pompéi et embrasser sa stupéfiante histoire. Télérama, Expo Pompéi au Grand Palais : une sidérante plongée au cœur de la cité ensevelie
  • Décidément, comme le note Jean Pierre Serres : « Il semble bien que cet aven ait eu une singulière vocation d’ensevelir ainsi les animaux et les hommes ». (Enigmes archéologiques de quelques grottes et avens de la région des grands Causses, 2002). millavois.com, L'Aven du Curé (commune de Veyreau)
  • Il faut distinguer énergie verte et énergie décarbonée. L’énergie nucléaire est décarbonée, mais non verte car elle épuise des ressources d’uranium et nécessite de retraiter ou ensevelir des déchets radioactifs. Forbes France, Daniel Fava, Directeur Général d’Eni Gas & Power France : "Nous Engageons Notre Responsabilité Au Cœur De La Transition Énergétique " | Forbes France

Traductions du mot « ensevelir »

Langue Traduction
Anglais bury
Espagnol enterrar
Italien seppellire
Allemand begraben
Chinois 埋葬
Arabe دفن
Portugais enterrar
Russe закапывать
Japonais 埋め込む
Basque lurperatu
Corse enterra
Source : Google Translate API

Synonymes de « ensevelir »

Source : synonymes de ensevelir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ensevelir »

Ensevelir

Retour au sommaire ➦

Partager