Ressusciter : définition de ressusciter


Ressusciter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESSUSCITER, verbe

I. − Empl. intrans.
A. −
1. Qqn ressuscite
a) Revenir ou sembler revenir de la mort à la vie. Marthe: Oh! je serai morte avant qu'il entre dans cette chambre! Le mauvais ange: Qu'importe, si tu ressuscites quand il sera entré? (Dumas père, Don Juan, 1836, v, 2, p. 93).Ton fils ressuscitera (Monod, Sermons, 1911, p. 155).
b) THÉOLOGIE
α) [Le suj. désigne Jésus-Christ] Passer de la mort à la vie éternelle. De Dieu le père est né Jésus-Christ son fils, qui est à la fois homme et Dieu et sans péché. Il n'a pas eu besoin de mourir, mais il est mort volontairement et il est ressuscité pour faire vivre éternellement avec lui ses frères et sœurs sans péché (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 154).
β) [Le suj. désigne tous les hommes et, p. méton., leurs corps] Passer de la mort à l'immortalité. S'étant fait oindre d'essences parfumées et habiller de ses plus beaux vêtements afin d'honorer ce corps qui doit ressusciter au jour du jugement dernier (A. France, Balth., Abeille, 1889, p. 154).
2. [Le suj. désigne un organisme inférieur] Revenir à la vie après une suspension prolongée de tout phénomène vital:
Doyère (...) a étudié (...) sur les animaux signalés par Spallanzani comme pouvant ressusciter, les effets de la dessiccation par évaporation simple et par élévation de température. (...) la suspension de la vie a été prolongée par Doyère pendant 28 jours, sans que la faculté de revivre à l'humidité fût détruite. Privat-Foc.1870.
B. − P. ext.
1. Fam. Qqn ressuscite.Guérir, retrouver la santé après une très grave maladie; paraître ragaillardi. Ce malade est ressuscité. P. anal. Ma parole, Madame, il ressuscitait [un vieux caniche]! Pas plutôt maquillé, il marchait sur ses pattes de derrière (Colette, Music-hall, 1913, p. 177).
2. Littér. [Le suj. désigne un élément de la nature] Se manifester à nouveau; manifester une vie nouvelle, retrouver la vigueur, la vitalité. La nature ressuscite. L'aimable printemps, que j'avais cru à jamais passé, ressuscitait paré de couleurs éclatantes (Nerval, Nouv. et fantais., 1855, p. 99).
C. − Au fig.
1. Qqc./qqn ressuscite.Revivre en pensée, revenir à l'esprit. Son passé ressuscite [au chat], il revoit ses gouttières Où, matou lovelace et toujours triomphant, Il s'amuse à courir pendant des nuits entières Les chattes qu'il enjôle avec ses cris d'enfant (Rollinat, Névroses, 1883, p. 106).
2. Réapparaître, renaître, se réveiller, revivre.
a) Qqc. ressuscite.[Le suj. désigne un sentiment] Passion qui ressuscite. Tandis que toutes mes phrases nient son amour, je sens le mien ressusciter (Estaunié, Solitudes, 1917, p. 149).
b) Qqc./qqn ressuscite.[Le suj. désigne une idée, une chose appartenant en partic. au domaine de l'art et, p. méton., une pers. tombée dans l'oubli ou passée de mode] Artiste, pièce, romancier qui ressuscite. Le mélodrame (...) est encore plus mort que lui [le drame romantique] dans les tendresses du peuple; ses sensibleries fausses (...) ses gasconnades impudentes, l'ont fait prendre en mépris (...) à ce point qu'on se tient les côtes, lorsqu'il tente de ressusciter (Zola, Th. Raquin, 1878, i, p. ii).Le Barbier vivra tant qu'il y aura des amateurs de théâtre lyrique, et le comte Ory mériterait bien de ressusciter (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 123).
Rem. En empl. intrans., ce verbe ,,s'emploie aujourd'hui couramment avec être, même s'il s'agit d'exprimer l'action en train de s'accomplir: Lazare est ressuscité à la voix de Jésus`` (Hanse Nouv. 1983).
II. − Empl. trans.
A. − Ressusciter qqn
1. Ramener de la mort à la vie. Ressusciter les morts. Quel était le Christ qui avait ressuscité la jeune fille déjà couchée dans la tombe (Dumas père, Kean, 1836, iii, 12, p. 154).[Maïakovski] parle avec un chimiste de l'avenir, capable de ressusciter les morts depuis longtemps disparus, et le supplie: « Commence par moi, j'aimais tant la vie! » (Arts et litt., 1936, p. 54-7).
Loc. fam., fig. Ressusciter un mort. [Le suj. désigne un alcool, un remède] Produire un effet très énergique. Ce vin serait capable de ressusciter un mort (Ac.).
2. THÉOL. Faire passer de la mort à l'immortalité. Notre Seigneur Jésus-Christ, qui viendra ressusciter les morts (A. France, Jocaste, 1879, p. 66).
B. − P. ext.
1. Fam. Ressusciter qqn.Guérir un malade d'une manière prompte ou surprenante. Ce remède l'a ressuscité (Ac.1835-1935).J'appartiens à cette espèce de moribonds que l'extrême-onction ressuscite (Mauriac, Mém. intér., 1959, p. 200).
MÉD. Ranimer quelqu'un en état de mort apparente. V. ressuscitation ex. de Baudelaire.
2. Littér. [Le compl. désigne un végétal] Donner une nouvelle vigueur à, une vie nouvelle à. L'aube au matin ressuscite les fleurs, Et votre vue apaise les douleurs (Verlaine, Premiers vers, 1858-66, p. 6).Sois béni, vert printemps, si cher aux cœurs blessés, Puisqu'en ressuscitant la flore ensevelie Tu parfumes de grâce et de mélancolie Les paysages morts que l'hiver a laissés (Rollinat, Névroses, 1883, p. 15!!).
C. − Au fig.
1. Ressusciter qqn.Faire retrouver à quelqu'un la joie de vivre, le bonheur. Synon. fam. ragaillardir, ravigoter.Cette bonne nouvelle l'a ressuscité (Ac.1835-1935).
2. Ressusciter qqc./qqn.Faire revivre par la pensée, la parole, les écrits, des personnes ou des faits du passé. Ressusciter un personnage disparu. Que deviennent les morts que nous ressuscitons dans nos conversations et dans nos souvenirs et qui retombent dans leurs tombes? (Maeterl., Autre monde, 1942, p. 122).
Empl. abs. Ainsi le but de l'art est presque divin: ressusciter, s'il fait de l'histoire; créer, s'il fait de la poésie (Hugo, Préf. Cromwell, 1827, p. 30).
3. Faire réapparaître, faire renaître, faire revivre quelque chose.
a) Ressusciter qqc.[Le compl. désigne un sentiment] Ressusciter ses angoisses, ses joies; ressusciter le bonheur d'autrefois. Julien, me dit-elle avec un accent de résolution qui ressuscita mes espérances mortes, je ne veux pas que tu quittes Octon (Fabre, J. Savignac, 1863, p. 227).Elle le ressuscita [son chagrin] d'entre mille sensations (Carco, Homme traqué, 1922, p. 183).
b) Ressusciter qqc./qqn.[Le compl. désigne une idée, une chose appartenant en partic. au domaine de l'art et, p. méton., une pers. tombée dans l'oubli ou passée de mode] Ressusciter un art, un artiste, une coutume, une mode, une opinion. Mon intention très arrêtée a été d'écrire un pastiche (...). J'ai voulu (...) ressusciter la vieille farce littéraire, telle que nos auteurs du XVIIème siècle l'ont empruntée aux Italiens (Zola, Hérit. Rabourdin, 1874, i, p. iii).Le trio André Breton-Philippe Soupault-Louis Aragon, poussant à l'extrême les recherches d'Apollinaire et ressuscitant Lautréamont, jetait les fondements du surréalisme (Civilis. écr., 1939, p. 34-4).
REM. 1.
Ressuscitable, adj.,rare. Qui peut être ressuscité, ramené à la vie. [La vie] pense confusément que son support peut un jour lui faillir, alors qu'elle-même se sent éternellement ressuscitable (Ponge, Parti pris, 1942, p. 80).
2.
Ressuscitatif, -ive, adj.,rare. Qui a le pouvoir de ressusciter. Et mit à l'entour un peu d'onguent ressuscitatif. Soudain Épistémon, commença à respirer (A. France, Rabelais, 1909, p. 91).
Prononc. et Orth.: [ʀesysite], [ʀ ε-], (il) ressuscite [-sit]. Martinet-Walter 1973 [ʀ ε-], [ʀe-] (12/5). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. a) 1121-34 théol. (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 509: Al tierz [jur] resuscitat [el filz Sainte Marie]); b) 1675 « revenir à la vie normale après une grave maladie » (Mmede Sévigné, Lettre du 29 déc. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 204); 2. fig. a) fin du xives. « réapparaître » (Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, t. 10, p. 83, ligne 3); b) 1675 « reprendre de la vigueur » (Boileau, Epîtres, VIII, 15, éd. A. Cahen, p. 65). B. Trans. 1. a) 1121-34 théol. (Philippe de Thaon, op. cit., 2372); b) 3equart du xiiies. « guérir d'une grave maladie » (Rutebeuf, Dit de l'Herberie, 33 ds Œuvres, éd. Ed. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 273: Mout riches pierres en aport Qui font resusciteir le mort); 2. a) 1559 « faire revivre, recommencer » (Amyot, Vies des hommes illustres, Paris, M. de Vascosan, f o371 r o); b) 1580 « rétablir (les forces, etc.) » (Montaigne, Essais, II, 6, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 373). Empr. au lat. chrét.resuscitare « ramener à la vie » (v. Blaise Lat. chrét.), issu du lat. class. « réveiller, rallumer (la colère) », formé de re-, fr. ré-, v. re- et de suscitare « lever, éveiller », fr. susciter*. Fréq. abs. littér.: 926. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 025, b) 1 094; xxes.: a) 1 441, b) 1 607.

Ressusciter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RESSUSCITER, verbe

I. − Empl. intrans.
A. −
1. Qqn ressuscite
a) Revenir ou sembler revenir de la mort à la vie. Marthe: Oh! je serai morte avant qu'il entre dans cette chambre! Le mauvais ange: Qu'importe, si tu ressuscites quand il sera entré? (Dumas père, Don Juan, 1836, v, 2, p. 93).Ton fils ressuscitera (Monod, Sermons, 1911, p. 155).
b) THÉOLOGIE
α) [Le suj. désigne Jésus-Christ] Passer de la mort à la vie éternelle. De Dieu le père est né Jésus-Christ son fils, qui est à la fois homme et Dieu et sans péché. Il n'a pas eu besoin de mourir, mais il est mort volontairement et il est ressuscité pour faire vivre éternellement avec lui ses frères et sœurs sans péché (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 154).
β) [Le suj. désigne tous les hommes et, p. méton., leurs corps] Passer de la mort à l'immortalité. S'étant fait oindre d'essences parfumées et habiller de ses plus beaux vêtements afin d'honorer ce corps qui doit ressusciter au jour du jugement dernier (A. France, Balth., Abeille, 1889, p. 154).
2. [Le suj. désigne un organisme inférieur] Revenir à la vie après une suspension prolongée de tout phénomène vital:
Doyère (...) a étudié (...) sur les animaux signalés par Spallanzani comme pouvant ressusciter, les effets de la dessiccation par évaporation simple et par élévation de température. (...) la suspension de la vie a été prolongée par Doyère pendant 28 jours, sans que la faculté de revivre à l'humidité fût détruite. Privat-Foc.1870.
B. − P. ext.
1. Fam. Qqn ressuscite.Guérir, retrouver la santé après une très grave maladie; paraître ragaillardi. Ce malade est ressuscité. P. anal. Ma parole, Madame, il ressuscitait [un vieux caniche]! Pas plutôt maquillé, il marchait sur ses pattes de derrière (Colette, Music-hall, 1913, p. 177).
2. Littér. [Le suj. désigne un élément de la nature] Se manifester à nouveau; manifester une vie nouvelle, retrouver la vigueur, la vitalité. La nature ressuscite. L'aimable printemps, que j'avais cru à jamais passé, ressuscitait paré de couleurs éclatantes (Nerval, Nouv. et fantais., 1855, p. 99).
C. − Au fig.
1. Qqc./qqn ressuscite.Revivre en pensée, revenir à l'esprit. Son passé ressuscite [au chat], il revoit ses gouttières Où, matou lovelace et toujours triomphant, Il s'amuse à courir pendant des nuits entières Les chattes qu'il enjôle avec ses cris d'enfant (Rollinat, Névroses, 1883, p. 106).
2. Réapparaître, renaître, se réveiller, revivre.
a) Qqc. ressuscite.[Le suj. désigne un sentiment] Passion qui ressuscite. Tandis que toutes mes phrases nient son amour, je sens le mien ressusciter (Estaunié, Solitudes, 1917, p. 149).
b) Qqc./qqn ressuscite.[Le suj. désigne une idée, une chose appartenant en partic. au domaine de l'art et, p. méton., une pers. tombée dans l'oubli ou passée de mode] Artiste, pièce, romancier qui ressuscite. Le mélodrame (...) est encore plus mort que lui [le drame romantique] dans les tendresses du peuple; ses sensibleries fausses (...) ses gasconnades impudentes, l'ont fait prendre en mépris (...) à ce point qu'on se tient les côtes, lorsqu'il tente de ressusciter (Zola, Th. Raquin, 1878, i, p. ii).Le Barbier vivra tant qu'il y aura des amateurs de théâtre lyrique, et le comte Ory mériterait bien de ressusciter (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 123).
Rem. En empl. intrans., ce verbe ,,s'emploie aujourd'hui couramment avec être, même s'il s'agit d'exprimer l'action en train de s'accomplir: Lazare est ressuscité à la voix de Jésus`` (Hanse Nouv. 1983).
II. − Empl. trans.
A. − Ressusciter qqn
1. Ramener de la mort à la vie. Ressusciter les morts. Quel était le Christ qui avait ressuscité la jeune fille déjà couchée dans la tombe (Dumas père, Kean, 1836, iii, 12, p. 154).[Maïakovski] parle avec un chimiste de l'avenir, capable de ressusciter les morts depuis longtemps disparus, et le supplie: « Commence par moi, j'aimais tant la vie! » (Arts et litt., 1936, p. 54-7).
Loc. fam., fig. Ressusciter un mort. [Le suj. désigne un alcool, un remède] Produire un effet très énergique. Ce vin serait capable de ressusciter un mort (Ac.).
2. THÉOL. Faire passer de la mort à l'immortalité. Notre Seigneur Jésus-Christ, qui viendra ressusciter les morts (A. France, Jocaste, 1879, p. 66).
B. − P. ext.
1. Fam. Ressusciter qqn.Guérir un malade d'une manière prompte ou surprenante. Ce remède l'a ressuscité (Ac.1835-1935).J'appartiens à cette espèce de moribonds que l'extrême-onction ressuscite (Mauriac, Mém. intér., 1959, p. 200).
MÉD. Ranimer quelqu'un en état de mort apparente. V. ressuscitation ex. de Baudelaire.
2. Littér. [Le compl. désigne un végétal] Donner une nouvelle vigueur à, une vie nouvelle à. L'aube au matin ressuscite les fleurs, Et votre vue apaise les douleurs (Verlaine, Premiers vers, 1858-66, p. 6).Sois béni, vert printemps, si cher aux cœurs blessés, Puisqu'en ressuscitant la flore ensevelie Tu parfumes de grâce et de mélancolie Les paysages morts que l'hiver a laissés (Rollinat, Névroses, 1883, p. 15!!).
C. − Au fig.
1. Ressusciter qqn.Faire retrouver à quelqu'un la joie de vivre, le bonheur. Synon. fam. ragaillardir, ravigoter.Cette bonne nouvelle l'a ressuscité (Ac.1835-1935).
2. Ressusciter qqc./qqn.Faire revivre par la pensée, la parole, les écrits, des personnes ou des faits du passé. Ressusciter un personnage disparu. Que deviennent les morts que nous ressuscitons dans nos conversations et dans nos souvenirs et qui retombent dans leurs tombes? (Maeterl., Autre monde, 1942, p. 122).
Empl. abs. Ainsi le but de l'art est presque divin: ressusciter, s'il fait de l'histoire; créer, s'il fait de la poésie (Hugo, Préf. Cromwell, 1827, p. 30).
3. Faire réapparaître, faire renaître, faire revivre quelque chose.
a) Ressusciter qqc.[Le compl. désigne un sentiment] Ressusciter ses angoisses, ses joies; ressusciter le bonheur d'autrefois. Julien, me dit-elle avec un accent de résolution qui ressuscita mes espérances mortes, je ne veux pas que tu quittes Octon (Fabre, J. Savignac, 1863, p. 227).Elle le ressuscita [son chagrin] d'entre mille sensations (Carco, Homme traqué, 1922, p. 183).
b) Ressusciter qqc./qqn.[Le compl. désigne une idée, une chose appartenant en partic. au domaine de l'art et, p. méton., une pers. tombée dans l'oubli ou passée de mode] Ressusciter un art, un artiste, une coutume, une mode, une opinion. Mon intention très arrêtée a été d'écrire un pastiche (...). J'ai voulu (...) ressusciter la vieille farce littéraire, telle que nos auteurs du XVIIème siècle l'ont empruntée aux Italiens (Zola, Hérit. Rabourdin, 1874, i, p. iii).Le trio André Breton-Philippe Soupault-Louis Aragon, poussant à l'extrême les recherches d'Apollinaire et ressuscitant Lautréamont, jetait les fondements du surréalisme (Civilis. écr., 1939, p. 34-4).
REM. 1.
Ressuscitable, adj.,rare. Qui peut être ressuscité, ramené à la vie. [La vie] pense confusément que son support peut un jour lui faillir, alors qu'elle-même se sent éternellement ressuscitable (Ponge, Parti pris, 1942, p. 80).
2.
Ressuscitatif, -ive, adj.,rare. Qui a le pouvoir de ressusciter. Et mit à l'entour un peu d'onguent ressuscitatif. Soudain Épistémon, commença à respirer (A. France, Rabelais, 1909, p. 91).
Prononc. et Orth.: [ʀesysite], [ʀ ε-], (il) ressuscite [-sit]. Martinet-Walter 1973 [ʀ ε-], [ʀe-] (12/5). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Intrans. 1. a) 1121-34 théol. (Philippe de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 509: Al tierz [jur] resuscitat [el filz Sainte Marie]); b) 1675 « revenir à la vie normale après une grave maladie » (Mmede Sévigné, Lettre du 29 déc. ds Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 204); 2. fig. a) fin du xives. « réapparaître » (Froissart, Chroniques, éd. G. Raynaud, t. 10, p. 83, ligne 3); b) 1675 « reprendre de la vigueur » (Boileau, Epîtres, VIII, 15, éd. A. Cahen, p. 65). B. Trans. 1. a) 1121-34 théol. (Philippe de Thaon, op. cit., 2372); b) 3equart du xiiies. « guérir d'une grave maladie » (Rutebeuf, Dit de l'Herberie, 33 ds Œuvres, éd. Ed. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 273: Mout riches pierres en aport Qui font resusciteir le mort); 2. a) 1559 « faire revivre, recommencer » (Amyot, Vies des hommes illustres, Paris, M. de Vascosan, f o371 r o); b) 1580 « rétablir (les forces, etc.) » (Montaigne, Essais, II, 6, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 373). Empr. au lat. chrét.resuscitare « ramener à la vie » (v. Blaise Lat. chrét.), issu du lat. class. « réveiller, rallumer (la colère) », formé de re-, fr. ré-, v. re- et de suscitare « lever, éveiller », fr. susciter*. Fréq. abs. littér.: 926. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 025, b) 1 094; xxes.: a) 1 441, b) 1 607.

Ressusciter : définition du Wiktionnaire

Verbe

ressusciter \ʁe.sy.si.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ramener de la mort à la vie.
    • Peut-on considérer comme des fous théomanes tant de saints personnages qui depuis Jésus-Christ ont ressuscité des morts ? Tous ces miracles consignés dans les procédures de canonisation, quel nom faut-il donc leur donner? Comment l'Église s'est-elle donc si lourdement trompée ? — (Joseph Bizouard, Des rapports de l'Homme avec le Démon : essai historique & philosophique, Paris : chez Gaume frères & J. Duprey, 1864, vol. 5, page 586)
    • Certains membres du Politburo souhaitent au départ conserver son corps par cryogénisation (le congeler, donc) puis le ressusciter lorsque les développements de la médecine auront fait suffisamment de progrès — les autorités vont même jusqu’à acquérir le matériel nécessaire pour y parvenir. — (Mikal Hem, Et si je devenais dictateur, traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud, Gaïa, 2017, page 217)
  2. (Par extension) Redonner de la vigueur, contre tout espoir.
    • Bref, je m'approchai du poivrot, lequel s'avéra être une poivrote. Une poivrote de vingt ans, avec de longs cheveux blonds et des formes avantageuses, propres à ressusciter en l'homme mûr l'adolescent fougueux. — (Dan Turèll, Minuit à Copenhague, traduit du danois par Sophie Grimal & Frédéric Gervais, Éditions de l'Aube, 2013, chap. 3)
    • Ce médicament l’a ressuscité. — Cette bonne nouvelle l’a ressuscité.
  3. (Figuré) Renouveler, faire revivre.
    • Avant la généralisation des plumes métalliques, les plumes d'oie préparées à Auvillar étaient réputées. Mais allons nous pour ressusciter Auvillar réadopter la plume d'oie ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

ressusciter \ʁe.sy.si.te\ intransitif

  1. Revenir de la mort à la vie.
    • Jésus ressuscita le troisième jour.
    • Les morts que renferment les urnes sépulcrales paraissent plus morts que tous les autres, et l’on a peine à croire qu’ils puissent jamais venir à bout de ressusciter. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Quand j'ai couru lugubre à l'enterrement de Marinette
      La belle, la traîtresse était déjà ressuscitée
      Avec ma petite couronne, j'avais l'air d'un con, ma mère
      Avec ma petite couronne, j'avais l'air d'un con.
      — (Georges Brassens, Marinette, in Je me suis fait tout petit, 1956)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ressusciter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RESSUSCITER. v. tr.
Ramener de la mort à la vie. Notre-Seigneur ressuscita Lazare. Ressusciter les morts. Par exagération et familièrement, Ce vin serait capable de ressusciter un mort. Par extension, Ce médicament l'a ressuscité, Il l'a guéri d'une maladie qui paraissait désespérée; et figurément, Cette bonne nouvelle l'a ressuscité, Elle l'a tiré de l'abattement où il était.

RESSUSCITER s'emploie aussi figurément et signifie Renouveler, faire revivre. Il a ressuscité un vieux procès. Il a ressuscité cette opinion, cette erreur. Ressusciter une querelle.

RESSUSCITER est aussi intransitif et signifie Revenir de la mort à la vie. Notre-Seigneur ressuscita le troisième jour. Tous les hommes ressusciteront au jugement dernier.

Ressusciter : définition du Littré (1872-1877)

RESSUSCITER (rè-su-si-té) v. a.
  • 1Réveiller, faire sortir de sa torpeur (sens latin, qui n'est pas usité). Après un ton si relevé… pourrais-je me rabaisser à vous supplier de ressusciter M. Boucard sur toutes les choses dont je lui écris sans cesse ? Sévigné, à Mme de Guitaut, 1er janv. 1694.
  • 2 Fig. Ranimer, rendre force. Mme de Montglas vous oblige de le rompre [le portrait satirique de Mme de Sévigné par Bussy], et puis son mari rejoint tous les morceaux ensemble, et il le ressuscite, Sévigné, à Bussy, 28 août 1668. J'ai eu dessein de ressusciter notre commerce à mon retour, et je commence ici, Sévigné, à Bussy, 24 janv. 1672. Je vous réponds qu'elle rétablira et ressuscitera cette maison, Sévigné, à Moulceau, 29 avril 1686. Pie IV, qui se disait de la maison de ces grands négociants et de ces grands princes les Médicis, ressuscite le concile de Trente, Voltaire, Mœurs, 172. Anatolius qui ressuscite le péripatétisme, Diderot, Opin. des anc. philos. (Jésus-Christ).

    Fig. Ressusciter quelqu'un, lui rendre l'espérance, le courage, la force, etc. Enfin par ce dessein vous me ressuscitez, Corneille, la Place roy. III, 6. N'y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent ? Molière, l'Avare, IV, 7.

  • 3 Particulièrement. Ramener de la mort à la vie. Jésus-Christ ressuscita Lazare. Quelques-uns disent qu'il [saint François Xavier] ressuscita neuf morts ; mais le R. P. Ribadeneira, dans sa Fleur des saints, se borne à dire qu'il n'en ressuscita que quatre, Voltaire, Dict. phil. Église. Pélops, ayant été haché en morceaux par son père, fut ressuscité par les dieux, Voltaire, Dict. phil. Résurrection, 1.

    Absolument. C'est Dieu qui voulait montrer qu'il donne la mort et qu'il ressuscite, qu'il plonge jusqu'aux enfers et qu'il en retire, Bossuet, Anne de Gonz. Du tombeau, quand tu veux, tu sais nous rappeler ; Tu frappes et guéris, tu perds et ressuscites, Racine, Athal. III, 7.

    Cette liqueur, ce vin serait capable de ressusciter un mort, se dit par exagération d'une liqueur, d'un vin qui a beaucoup de chaleur et de qualité.

    Ressusciter un mort, se dit aussi de ce qu fait rire. Vous ressusciteriez un mort. - Dandinet Je suis plaisant, n'est-ce pas ? jovial, Legrand, Foire St-Laurent, sc. V.

    Par extension. Ce remède l'a ressuscité, l'a guéri d'une maladie qui paraissait mortelle. Le remède fut énergique, Et son homme ressuscita, Scarron, Én. VII. Je vois très souvent M. de Lorme [un médecin] chez Mme de Montmort qu'il ressuscite, Sévigné, 202.

    Fig. Cette bonne nouvelle l'a ressuscité, l'a tiré d'une douleur mortelle.

  • 4Faire renaître par la poésie, par les lettres. Bientôt, ressuscitant les héros des vieux âges, Homère aux grands exploits anima les courages, Boileau, Art p. IV. Du théâtre français l'honneur et la merveille, Il [Racine] sut ressusciter Sophocle en ses écrits, Boileau, Poésies div. XIX.
  • 5Renouveler, faire revivre. Ce discours d'un guerrier que la colère enflamme Ressuscite l'honneur déjà mort en leur âme, Boileau, Ép. IV. Le cardinal Bibiena, le pape Léon X, l'archevêque Trissino ressuscitèrent, autant qu'ils le purent, le théâtre des Grecs, Voltaire, Mél. litt. Chang. à l'art trag. Il ne faut ressusciter les vieux mots que quand l'oreille les adopte, La Harpe, Cours de litt. t. VIII, p. 423, dans POUGENS.
  • 6 V. n. Revenir de la mort à la vie. La déplorable Rome est-elle en liberté, Ou l'illustre Scévole est-il ressuscité ? Du Ryer, Scévole, II, 2. Le pendu [un chat qui semblait pendu et mort] ressuscite, et, sur ses pieds tombant, Attrape les plus paresseuses [souris], La Fontaine, Fabl. III, 18. Le corps ayant touché les os d'Élisée, cet homme ressuscita et se leva sur ses pieds, Sacy, Bible, Rois, IV, XIII, 21. Le corps et l'âme doivent souffrir, mourir, ressusciter, monter au ciel et seoir à la dextre, Pascal, Lett. à Mme Périer, 17 oct. 1651. Athées : quelle raison ont-ils de dire qu'on ne peut ressusciter ? Pascal, Pens. XXIV, 20 bis, éd. HAVET. Jésus-Christ devait naître, mourir, ressusciter spirituellement dans ses fidèles ; mais il devait aussi naître, mourir et ressusciter en effet et selon la chair, Bossuet, Var. III, 12. Tout est résurrection dans le monde ; les chenilles ressuscitent en papillons ; un noyau mis en terre ressuscite en arbre…, Voltaire, Princ. de Babyl. IV. Les Égyptiens inventèrent une autre folie : ils imaginèrent qu'ils ressusciteraient au bout de trois mille ans, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. sur l'Inde, 24.

    Par exagération. Revenir d'une maladie jugée mortelle. Mme de Puisieux est ressuscitée ; mais n'est-ce point mourir deux fois bien près l'une de l'autre ? car elle a quatre-vingts ans, Sévigné, 241.

    Fig. Peut-être mon esprit, prompt à ressusciter, Du temps qu'il a perdu saurait se racquitter, Boileau, Ép. VIII.

  • 7Se dit, à la tontine, pour rentrer au jeu, au moyen du gain de plusieurs jetons reçus du joueur placé à droite, quand celui-ci amène un as.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'acte : Lazare a ressuscité à la voix de Jésus ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer l'état : Lazare était ressuscité.

  • 8Se ressusciter, v. réfl. Se ramener soi-même de la mort à la vie. Le double miracle, et de ressusciter et de se ressusciter, Bourdaloue, Myst. Résurrect. de J. C. t. I, p. 326.
  • 9Revenir à la vie. La Marbeuf s'est ressuscitée ; voilà une succession qui vous est échappée, Sévigné, à Mme de Grignan, 4 févr. 1685.

HISTORIQUE

XIIIe s. Le jor y fust morz et traïz, Que jà n'en fust resuscitez, Ren. 17983. Moult riches pierres [j'] en aport, Qui font ressusciter le mort, Rutebeuf, 252. Nulz homs plus douce chose ne nous puet enditer, Que nous avec les nostres doions [devions] resusciter, J. de Meung, Test. 931.

XIVe s. Pelerin… Qui devoient aler au temple Salomon, Où Diex resuscita, pour no redemption, Baud. de Seb. VIII, 707.

XVe s. Vostre pere Jacques d'Artevelle ressuscite maintenant en celle ville par la bonne memoire de lui, Froissart, II, II, 101.

XVIe s. Il fut rappelé par nouveaux troubles et guerres civiles qui se ressusciterent de rechef entre les Grecs, Amyot, Cimon, 36. Ils ne penserent pas estre tirez de prison, mais estre ressuscitez et retournez en une seconde vie, Amyot, Lucul. 32. Taschant de ressusciter la guerre de nouveau, Amyot, Nicias, 17. Qu'estce que pourroit avoir un mort pour estre resuscité en vie ? Calvin, Instit. 606. Il estoit tumbé si grande abondance de sang dans mon estomach, que, pour l'en descharger, nature eut besoin de resusciter ses forces, Montaigne, II, 53. Est-ce pas de quoy resusciter de despit, qui m'aura craché au nez pendant que j'estois, me vienne frotter les pieds quand je commence à n'estre plus ? Montaigne, III, 178.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Ressusciter : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RESSUSCITER, v. act. (Gramm.) revenir à la vie. Jesus-Christ a ressuscité le Lazare Lui même est ressuscité. Il y a des résurrections dans toutes les religions du monde ; mais il n’y a que celles du christianisme qui soient vraies ; toutes les autres, sans exception, sont fausses.

Ressusciter se prend aussi au figuré. Pourquoi ressusciter cette vieille querelle de la prééminence des anciens & des modernes, dans laquelle ceux d’entre les défenseurs des modernes qui y avoient le moins d’intérêt, y ont montré le plus de chaleur ? Voyez Résurrection.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ressusciter »

Étymologie de ressusciter - Wiktionnaire

Du latin resuscitare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de ressusciter - Littré

Lat. resuscitare, réveiller, ressusciter, de re, et suscitare (voy. SUSCITER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ressusciter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ressusciter resysite play_arrow

Conjugaison du verbe « ressusciter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe ressusciter

Citations contenant le mot « ressusciter »

  • Si l’expérience vous semble familière, c’est pour une bonne raison: ce n’est pas la première fois qu’elle est faite. C’est le même développeur, Felix Rieseberg, qui nous a surpris en 2018 avec l’application Windows 95, utilisant la même technologie qu’il a utilisée à cette occasion pour «ressusciter» le presque aussi vieux Mac OS 8: Électron; et c’est pourquoi j’ai utilisé le même titre que j’ai utilisé à l’époque. Marseille News .net, Mac OS 8 ressuscite en tant qu'application multiplateforme - Marseille News .net
  • C’est l’une des cruelles leçons du coronavirus : alors qu’une puissance comme la Chine organise méthodiquement ses avancées industrielles et technologiques, la France et l’Europe se sont retrouvées piégées par leur court-termisme. Pour tenter de renouer avec une forme d’Etat stratège, Emmanuel Macron et Jean Castex veulent ressusciter le commissariat au Plan, un organisme hérité de l’après-guerre mais qui a disparu il y a quinze ans. L'objectif ? « Rééclairer l'action publique d'une vision de long terme », claironnait le nouveau Premier ministre le 8 juillet. François Bayrou est pressenti pour occuper le poste, ce qui lui permettrait de revenir dans le dispositif, lui qui a dû quitter le gouvernement dès le début du quinquennat à cause de l’enquête sur les assistants parlementaires du MoDem, dans laquelle il a été mis en examen en décembre dernier. Marianne, Bayrou, commissaire au Plan ? Oui, mais pas avant la rentrée
  • Partir, c'est mourir un peu. Poursuivre le voyage, c'est peut-être ressusciter. Le vrai voyageur, c'est celui qui jamais ne tente de revenir en arrière. De Jacques Renaud / En d'autres paysages
  • L’enfance disparue pouvons-nous la ressusciter, nous, les mutilées de l’adolescence, les précipitées hors corridor d’un bonheur excisé ? De Assia Djebar / Ombre sultane, 2008
  • Toute Eglise est la pierre sur le tombeau d'un Homme-Dieu ; elle veut à tout prix l'empêcher de ressusciter. De Friedrich Nietzsche / Ainsi parlait Zarathoustra
  • Le but de l'art est presque divin : ressusciter s'il fait l'histoire ; créer, s'il fait de la poésie. De Victor Hugo / Cromwell
  • Dans ces moments d'intense découragement, une phrase maladroite peut achever les plus vaillants. Un message sincère peut, en revanche, ressusciter les volontés moribondes. De Olivier de Kersauson / Homme libre...
  • Le roman est l'art de créer un homme, la biographie l'art de le ressusciter. De Benjamin Jarnés / Biographie et roman
  • Seuls les morts peuvent ressusciter. Pour les vivants, c'est plus difficile. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Qui meurt d'extase, qu'il se garde bien de ressusciter. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Le mort le plus chargé de couronnes immortelles aurait souvent tort de ressusciter. De Claudia Bachi
  • Personne ne peut ressusciter les morts ni compléter leur destin. De Carmen Posadas / Petites infamies
  • Je meurs chaque nuit pour ressusciter chaque matin. De Georges Bernanos / Dialogue des carmélites
  • Nous ne savons pas ressusciter les corps, mais nous commençons à savoir ressusciter les rêves. De André Malraux

Images d'illustration du mot « ressusciter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ressusciter »

Langue Traduction
Corse resurrection
Basque berpizteko
Japonais 復活
Russe воскрешение
Portugais ressuscitar
Arabe إحياء
Chinois 复活
Allemand wieder auferstehen
Italien resurrezione
Espagnol resucitar
Anglais resurrect
Source : Google Translate API

Synonymes de « ressusciter »

Source : synonymes de ressusciter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ressusciter »



mots du mois

Mots similaires