La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « pathos »

Pathos

Définitions de « pathos »

Trésor de la Langue Française informatisé

PATHOS, subst. masc.

A. − ANC. RHÉT. Partie de la rhétorique qui traite des moyens propres à émouvoir l'auditeur, p.oppos. à ithos (qui traite de l'impression morale que doit produire l'orateur sur l'auditeur). (Dict.xixeet xxes.).
Péj. L'ithos et le pathos. V. ithos ex.
B. − Littéraire
1. Caractère pathétique. Revu et réétudié la Sonate pathétique −dont certain passage m'obséda durant presque tout mon voyage (...). Le pathos de Beethoven me touche aujourd'hui beaucoup moins que la contemplative adoration de Bach (Gide, Journal, 1917, p.623).
2. Péj., fam. Pathétique déplacé, affecté ou outré; enflure verbale. Synon. emphase, amphigouri, galimatias.Le pathos d'une description, d'une scène; faire du pathos. Voilà bien du pathos, tout cela n'est que du pathos (Ac.). L'existentialisme a mis à la mode un pathos outrancier qui met en danger le sérieux même de la pensée (Marrou, Connaiss. hist., 1954, p.25).
Prononc. et Orth.: [pato:s]. Littré, DG: [-ɔs]; Warn. 1968: [-o:s] et [-ɔs]. Martinet-Walter 1973: [-o:s] 14/17. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. 1672 terme de rhét. (Molière, Femmes savantes, V, 972); 2. av. 1755 «emphase affectée, confuse et vaine dans un ouvrage littéraire» (Saint-Simon, 279, 29 ds Littré). Mot. gr. π α ́ θ ο ς «ce qu'on éprouve; tout ce qui affecte le corps ou l'âme, en bien et en mal». Fréq. abs. littér.: 81.

Wiktionnaire

Nom commun - français

pathos \pa.tɔs\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Chaleur, emphase affectée, confuse et vaine dans un discours, dans un ouvrage littéraire.
    • Modeste m’a dit que tout ce pathos venait du traducteur et qu’il fallait lire l’anglais. Mais, je n’irai pas apprendre l’anglais pour lord Byron. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Au milieu du pathos prétentieux qui a envahi, de nos jours, l’apologétique chrétienne, s’est conservée une école de solide doctrine, répudiant l’éclat, abhorrant le succès. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 127.)
    • En face d'elle, qui ne demande rien à personne et s'impose sans barguigner ses horaires de smigarde, ses nuits de rab et ses veillées de grimaçant pathos, pour qui donc aurais-je le toupet de me prendre ? — (Jean-Claude Pirotte, ‎La pluie à Rethel, Éditions Labor, 1991, p. 15)
    • Les gens pourvus de pudeur sont censés s’exprimer froidement, et sans le pathos des prostituées... Ou des poètes. — (Gustav Meyrink, Le Golem, 1915 ; traduit de l’allemand par Jean-Pierre Lefebvre, 2003, page 159)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PATHOS. (On prononce l'S.) n. m.
Mot emprunté du grec, qui signifie Passion, mais que l'on n'emploie plus qu'en mauvaise part pour signifier une Chaleur, une emphase affectée, confuse et vaine dans un discours, dans un ouvrage littéraire. Voilà bien du pathos. Tout cela n'est que du pathos. Les rhéteurs antiques donnaient ce nom aux Mouvements, aux figures propres à toucher fortement l'âme des auditeurs; ils opposaient le Pathos à l'Ithos.

Littré (1872-1877)

PATHOS (pa-tos') s. m.
  • 1 Terme de rhétorique. Mouvements, figures propres à toucher fortement l'âme des auditeurs. Les rhéteurs opposent le pathos à l'ithos. On voit partout chez vous l'ithos et le pathos, Molière, F. sav. III, 5. À propos de conseil, savez-vous que je crois le mémoire de Mariette le meilleur de tous pour instruire les juges ? les autres ont plus d'ithos et de pathos, mais celui-là va au fait plus judiciairement, Voltaire, Lett. d'Argental, 23 janv. 1763.
  • 2Style où une émotion vraie ou factice se déguise sous une emphase déplacée, sous une chaleur affectée. C'est un pathos très puéril que fait ici le cardinal de Bouillon, Saint-Simon, 279, 27. Je voudrais que les avocats de la famille infortunée des Calas eussent mis dans leurs mémoires moins de pathos et plus de pathétique, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 12 fév. 1763. Ils se sont concertés pour me faire une scène de pathos, Th. Leclercq, Prov. t. III, p. 166, dans POUGENS. Le pathos de ses descriptions a nui à son autorité comme voyageur ; mais c'est justice de dire que la vérité manque plus à son style qu'à son récit, Chateaubriand, Itin. 6e partie.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PATHOS, s. m. (Belles-Lettres.) παθος, mot purement grec, qui signifie les mouvemens ou les passions que l’orateur excite ou se propose d’exciter dans l’ame de ses auditeurs. De-là vient le mot de pathétique. Voyez Pathétique.

On dit que le pathos regne dans un discours quand il renferme plusieurs de ces tours véhémens qui échauffent & qui entraînent l’auditeur comme malgré lui. On emploie aussi quelquefois ce mot au lieu de force ou énergie. Voyez Energie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « pathos »

Πάθος, souffrance, et, par suite, passion, de πάσχειν, souffrir, forme inchoative du radical qui a produit παθεῖν, et qui est le même que le lat. pati (voy. PÂTIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Du grec ancien πάθος, páthos (« passion, émotion »). Les rhéteurs antiques donnaient ce nom aux mouvements, aux figures de rhétorique propres à toucher fortement l’âme des auditeurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Siècle à préciser) Du grec ancien πάθος, páthos (« passion, émotion »). Les rhéteurs antiques donnaient ce nom aux mouvements, aux figures de rhétorique propres à toucher fortement l’âme des auditeurs.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pathos »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pathos patɔs

Citations contenant le mot « pathos »

  • Reprenant ce postulat en introduction, le long-métrage se concentre sur l’après : dix ans ont passé et cette Espagnole endeuillée s’est installée sur la côte basque, là où son fils se perdait à jamais. Son fragile équilibre sera rompu quand elle rencontrera un adolescent lui rappelant son enfant. «Isabel (Peña, coscénariste, NDLR) et moi aimons beaucoup les histoires sombres, dans le sens de cachées, les histoires qui parlent de ce que l’être humain a de plus profond : des émotions et des comportements humains que nous ne reconnaissons pas.» Véritable exploit du cinéaste de ne jamais faire passer son héroïne pour folle. Il en saisit au contraire le chaos, le désespoir et le combat, sans jamais verser dans le pathos. C’est un chemin vers la reconstruction qu’il dessine pas à pas, bercé par la lumière du golfe de Gascogne et l’éclat de Marta Nieto, dont la «sensibilité électrique», telle que définie par le réalisateur, irradie la pellicule. Madame Figaro, "Madre", histoire troublante d’un deuil aux portes de la folie - Madame Figaro
  • Luminais choisit de représenter la légende sous le prisme dramatique du sacrifice de sa propre fille, et prend le parti de placer la ville d’Ys au second plan, à l’horizon, comme en submersion. La théâtralité du tableau s’exprime par le soin apporté à la mise en scène, par les gestes des protagonistes et par le choix des couleurs et des costumes. Mais il y a aussi une grande puissance dramatique qui émane du paysage, avec un ciel lourd et menaçant, et la violence de cette vague déferlante qui occupe une place majeure dans le tableau. Le dessin juste et équilibré transmet une énergie et un pathos au spectateur. Le regard se focalise autour du visage blême de la femme, emportée dans une spirale infernale, prise en étau entre le père et le Saint-Père… Les chevaux sont comme figés dans l’espace. C’est un arrêt sur image très cinématographique, dix ans avant l’invention du cinématographe des frères Lumière en 1895 ! Le Telegramme, Un musée, une œuvre : la Fuite du roi Gradlon, d’Evariste-Vital Luminais - Un musée une œuvre - Le Télégramme
  • J’aurais pu consacrer cet article à l’ignorance crasse dont font montre ces activistes, déboulonneurs et taggeurs de statues, à leur anachronisme, leur pathos de la table rase, leur refus de compter avec l’essentielle ambivalence de l’Histoire. J’aurais pu développer leur impuissance à admettre la vérité énoncée par l’historienne d’art, Anne Pingeot, dans un texte consacré à Paul Gauguin (autre abcès de fixation des indigénistes) et au travail de sauvetage par un colon des mythes et légendes du peuple maori : « La civilisation occidentale qui détruit est aussi celle qui recueille, sauvegarde et recrée. » J’aurais pu évoquer leur rébellion contre ce donné de la condition humaine qui fait que, par la naissance, nous entrons dans un monde qui nous précède, et que, par conséquent, nous sommes « toujours, bon gré mal gré, les héritiers des actes d’autres hommes » (H. Arendt). Causeur, "C'est la France qu'on déboulonne" - Causeur

Traductions du mot « pathos »

Langue Traduction
Anglais pathos
Espagnol patetismo
Italien pathos
Allemand pathos
Chinois 感伤
Arabe شفقة
Portugais pathos
Russe пафос
Japonais 哀しみ
Basque pathos
Corse pathos
Source : Google Translate API

Synonymes de « pathos »

Source : synonymes de pathos sur lebonsynonyme.fr

Pathos

Retour au sommaire ➦

Partager