Égarer : définition de égarer


Égarer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉGARER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [Le compl. d'obj. désigne en gén. une pers.]
1. [L'idée principale est le mouvement]
a) Mettre (quelqu'un) hors du chemin qu'il doit suivre. Synon. fourvoyer :
1. Un épais brouillard égare le navire. On a perdu le point. On tâtonne et la sonde plonge et replonge. Gide, Voyage au Congo,1927, p. 685.
Rem. On rencontre ds la docum. quelques attest. du part. prés. égarant employé comme adj. Des flaques de lumière égarantes (Gracq, Syrtes, 1951, p. 353).
Rare. [Construit avec un compl. désignant le point de départ, introduit par de, hors de, loin de...] La mer tient l'homme et l'isole, Et l'égare loin du port (Hugo, Chans. rues et bois,1865, p. 258).
b) [Avec un compl. désignant la direction]
Poét. Conduire sans but défini. Quel parfum trop subtil m'égare vers les bois? (Valéry, Cantate du Narcisse,1939, p. 264).
Conduire dans un lieu condamnable moralement ou insolite. Un faux libertin qu'un désespoir d'amour égare en un festin (Sully Prudh., Justice,1878, p. 210).
c) Poét. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps, référant au suj.] Égarer ses pas. Les porter sans but défini. Sur les grèves des flots en égarant leurs pas Ils entendent des voix que nous n'entendons pas (Lamartine, Chute,1838, p. 952).
P. anal. Égarer ses mains, ses yeux. Les laisser, les faire errer. Abigaïl rouvrit les yeux et les égara autour d'elle (Borel, Champavert,1833, p. 95):
2. Et sur un peigne d'écaille Égarant ses vagues doigts, Du songe encore prochaine, La paresseuse l'enchaîne Aux prémisses de sa voix. Valéry, Charmes,1922, p. 112.
P. métaph. Égarer ses rêves, ses pensées. On ne la voyait point sur l'émail des prairies, Au printemps, égarer ses molles rêveries (Baour-Lormian, Veillées,1827, p. 308).
2. Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une pers. ou une faculté psychique; l'accent est mis sur le fait de détourner, de tromper]
a) Vieilli. Détourner (quelqu'un) des voies de la morale et de la religion. Synon. dévoyer.Je voudrais maintenant que tout Nemours pût m'entendre vous avouant qu'une fatale passion a égaré ma tête et m'a suggéré des crimes punissables par le blâme des honnêtes gens (Balzac, U. Mirouët,1841, p. 228).La bonne chère, qui égare les prélats eux-mêmes (Faral, Vie St Louis,1942, p. 250).
b) Dans le domaine intellectuel.Tromper, porter à l'erreur. Synon. fourvoyer.Un plan bien conçu, un coup d'œil que n'égare pas l'esprit de système, que ne limite pas l'esprit de parti (Jouy, Hermite,t. 4, 1813, p. 133).Presque toujours l'objet fournit trop; les détails égarent l'attention (Alain, Beaux-arts,1920, p. 210):
3. ... en vous disant de diriger vos regards vers la médecine de l'avenir, je ne vous nuis en aucune façon et je ne vous égare d'aucune manière. Ce sont ceux qui, au contraire, vous disent que le microscope et les sciences auxiliaires ne servent à rien qui vous nuisent et vous égarent, parce qu'ils vous détournent d'acquérir des connaissances qui vous seront plus utiles au cours de l'avenir que dans le présent. C. Bernard, Principes de méd. exp.,1878, p. 109.
Spéc. dans le domaine pol.Abuser, détourner de son devoir. Égarer le peuple, une nation, l'opinion. Les fauteurs de désordre, toujours prêts à égarer une population d'elle-même inoffensive et respectueuse (Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 46).Ramener dans le devoir ces pauvres troupes égarées par la propagande de l'ennemi (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 169).
Égarer des soupçons, une enquête. Mettre sur une fausse piste. Après avoir cisaillé les barbelés vers l'extérieur du camp et poussé le souci de la mise en scène jusqu'à y suspendre des fils kakis pour mieux égarer les soupçons, ils se glissèrent adroitement dans notre bloc (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 346).
c) Troubler, faire perdre le contrôle de soi. La douleur, l'amour égare l'esprit, la raison. Ne puis-je demander un secours contre ces passions qui m'égarent, et, en retrouvant mes esprits, retrouver ma clef par cela même? (Alain, Propos,1929, p. 851).Au milieu de mon déséquilibre nerveux (...) je justifie avec des pensées les impressions qui m'égarent (Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 187).
Absol. Telles sont les chimères qui charment et égarent au matin de la vie (Nerval ds Durry, Nerval,1956, p. 159).
Poét. [Le compl. d'obj. désigne une partie du corps] Égarer la tête (de qqn). Ô beauté des regards que le désir égare (Noailles, Ombre jours,1902, p. 164).
3. P. métaph. [Avec un compl. de lieu; dans les mêmes domaines que 2 a et b]
a) [Avec un compl. désignant le point de départ, introduit par de, hors de, loin de...] Une affreuse pensée empoisonneroit ma vie si l'homme que je prendrois pour guide m'abandonnoit un jour, ou que, par ses maximes et sa conduite, il cherchât à m'égarer du chemin étroit que suit un vrai chrétien (Balzac, Annette,t. 2, 1824, p. 132).
b) [Avec un compl. désignant la direction; introduit par dans, vers] On a peur d'égarer une âme aux blanches ailes Dans les sentiers souillés par tant d'âmes cruelles (Desb.-Valm., Fragm.,1859, p. 247).Égarer les critiques vers un ordre de recherches si visiblement superficiel (Gracq, Argol,1938, p. 8).
B.− [Le compl. d'obj. désigne un objet, gén. de petite taille] Mettre (quelque chose) en un endroit qu'on oublie et où on ne peut (le) retrouver par la suite; perdre momentanément. J'ai toujours l'air, quand j'égare mon dé, d'avoir perdu un parent bien-aimé (Colette, Sido,1929, p. 59):
4. Louise a beaucoup d'ordre et de soin. Jamais elle n'égare son mouchoir, ni ses rubans. C'est une grande qualité que l'ordre et tous les enfants devraient ressembler à Louise. Frapié, La Maternelle,1904, p. 119.
P. jeu [En parlant d'une pers.] J'ai eu raison, toutes ces nuits où je veillais au-dessus de toi, de prendre tous mes repères pour te reconnaître, si un jour je t'égarais (Giraudoux, Sodome,1943, II, 8, p. 143).
II.− Emploi pronom.
A.− [Le suj. désigne une pers., un être vivant ou leurs caractéristiques, leurs actions]
1. [L'idée dominante est celle de mouvement; le verbe est construit avec un compl. désignant le lieu ou la direction]
a) S'écarter du chemin que l'on doit suivre et ne pouvoir le retrouver. S'égarer dans un bois. Synon. se perdre.Si un voyageur inexpérimenté s'égare de quelques pas, le sable trompeur le saisit (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 79):
5. Je me trompai, comme il m'arrive trop souvent, et m'égarai dans les cuisines. Instruit de mon erreur et remis dans la bonne voie, je pris place un instant plus tard dans une petite salle déserte. Green, Journal,1938, p. 125.
b) [Souvent dans un cont. poét.] S'écarter intentionnellement de tout chemin et aller au hasard. Synon. errer, flâner.Les couples, de jour, ne pouvaient pas s'égarer dans les grèves, − de terre ou de mer ils risquaient d'être aperçus (Queffélec, Recteur,1944, p. 152).
c) Aller dans un lieu jugé condamnable moralement, ou insolite. Synon. se fourvoyer.L'abbé Klein causait avec divers universitaires chez qui il s'égare et on le poussait sur l'idée de Dieu (Barrès, Cahiers,t. 8, 1910, p. 101).Un uniforme français était un événement dans ces quartiers excentriques où nous ne nous égarions guère (Vercel, Capit. Conan,1934, p. 72).
d) [Le suj. désigne une partie du corps; gén. dans un cont. poét.] Se porter au hasard. Les pas s'égarent. Les libres horizons où s'égarait ta course (Lamart., Chute,1838, p. 1025).
P. anal. S'égarer sur (en parlant des mains, des gestes, des yeux, du regard).Errer sur, se porter avec trop de liberté sur. Sa main s'égarait sur moi plus hardiment que sur Madame, et à des endroits de mon corps plus précis (Mirbeau, Journal femme,1900, p. 117).Elle laissa quelques instants ses doigts s'égarer sur l'ivoire, esquissant des lambeaux de phrases musicales (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 79).
P. métaph. J'ai dans mon cœur un parc où s'égarent mes maux (Noailles, Cœur innombr.,1901, p. 71).
2. Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou une faculté psychique]
a) Dans le domaine moral ou relig.S'écarter du droit chemin, du devoir. Celui-là ne sait pas à quel point il s'égare qui, par des dépenses excessives, réduit ses enfants à la gêne (Camus, Dév. croix,1953, 1rejournée, p. 530).
b) Dans le domaine intellectuel.Se tromper, s'écarter de la vérité. Le jugement instinctif s'égare encore ici; et les braves gens comme Déroulède trouvent leur plaisir à être dupes (Alain, Propos,1913, p. 147):
6. À quoi sert au savant cette vérité générale que ce phénomène, comme tous les autres est une forme? (...). Elle peut empêcher le savant de s'égarer en réalisant des abstractions et des symboles qui ne peuvent servir que d'étapes. Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 233.
Spéc. [Dans une discussion, un raisonnement] S'écarter de son propos. Leurs affaires! un bureau au rez-de-chaussée, un téléphone, une dactylo... derrière ce décor, l'argent disparaît par paquets de cent mille. Mais je m'égare (...) nous sommes en 1883 (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 44).
P. méton. La discussion, le débat s'égare.
c) S'écarter du bon sens, du raisonnable. Synon. divaguer.Je me recouche, pardonnez-moi. Je crains de m'être exalté; je ne pleure pas, pourtant. On s'égare parfois, on doute de l'évidence, même quand on a découvert les secrets d'une bonne vie (Camus, Chute,1956, p. 1548).
Être frappé d'égarement, d'un trouble psychique proche de la folie (cf. égarement C 2).Fernand sentit sa raison s'égarer et la folie arriver à grands pas (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 700):
7. Il m'arrivait de me dire avec fierté et avec crainte que j'étais folle : la distance n'est pas très grande entre une solitude tenace et la folie. J'avais bien des raisons de m'égarer. Depuis deux ans je me débattais dans un traquenard, sans trouver d'issue; je me cognais sans cesse à d'invisibles obstacles : ça finissait par me donner le vertige. Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 258.
La tête s'égare. La tête de Luizzi s'égarait de plus en plus; il sentait ses idées errer dans son cerveau comme une foule prise de vertige (Soulié, Mém. diable,t. 2, 1837, p. 355).
3. P. métaph. [Dans les mêmes domaines que 2 a et b; avec un compl. prép. désignant ce qui cause ou constitue l'égarement moral ou intellectuel]
a) [Avec un compl. désignant le lieu, introduit souvent par dans] Il n'étoit pas dans son caractère de s'égarer longtemps dans des conjectures inutiles sur des choses qui la touchoient si légèrement (Nodier, J. Sbogar,1818, p. 135).Ma vie s'est concentrée dans cette seule idée : (...) te faire une position quand tu t'égarais dans mille expériences ou dangereuses ou folles (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 149):
8. Ils en étaient tout de suite arrivés aux grands thèmes; il n'y a qu'avec les femmes qu'on va ainsi directement à l'essentiel; les conversations des hommes s'égarent d'abord du côté des gazogènes, des poulets à la crème et de la tactique politique. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 137.
b) [Avec un compl. désignant la direction, introduit par vers, sur, ...] Thomas d'Aquin n'ignore pas que l'amour humain s'égare trop souvent vers des objets indignes de sa nature (Gilson, Espr. philos. médiév.,1932, p. 78).Le metteur en scène a tort de s'égarer sur des effets de décors plus ou moins savamment éclairés (Artaud, Théâtre et double,1938, p. 128).
c) [Avec un compl. introduit par en] S'égarer en vains discours, en raisonnements. Je m'embarque, je m'embrouille, je patauge, je m'égare en un tissu d'inepties (Renan, Souv. enf.,1883, p. 152).
B.− [Le suj. désigne une chose]
1. Être momentanément perdu. Je ne me permets pas dans une feuille volante, apte à s'égarer, de vous en dire davantage (Lautréamont, Chants Maldoror,1869, p. 338):
9. Elles avaient fait à la mairie leur demande pour être évacuées. Leur demande s'égara, disparut, elles n'en curent plus de nouvelles. Van der Meersch, L'Invasion 14,1935, p. 381.
2. Rare. Être en un endroit insolite, interdit. Ici [dans les tableaux d'Ingres] nous trouverons un nombril qui s'égare vers les côtes (Baudel., Curios. esthét.,1867, p. 155).
Prononc. et Orth. : [egaʀe], (j')égare [ega:ʀ]. Enq. : /egaʀ/ (il) égare. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 esguarethe adj. fém. « troublée, inquiétée » (Alexis, éd. Chr. Storey, 134); 2. ca 1120 esguarer intrans. « perdre le bon chemin » (Benedeit, Voyage de Saint Brendan, éd. E. G. R. Waters, 1642); 3. ca 1200 esgaré de « privé de » (Jourdain de Blaye, éd. P. F. Dembowski, 2244), uniquement en a. fr. et en m. fr., cf. T.-L., Gdf.; 4. 1397-98 « mettre (un objet) à une place qu'on oublie, le perdre momentanément » (Comptes de l'hôtel des rois de France, éd. L.-C. Douët d'Arcq, p. 300). Du germ. *warôn « faire attention à », cf. all. wahren, bewahren; préf. é-*. Égarer est entré en fr. indépendamment de garer*, plus tardif, v. FEW t. 17, p. 538 a-b. Fréq. abs. littér. : 1 556. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 512, b) 1 476; xxes. : a) 1 886, b) 1 692. Bbg. Brüch 1913, p. 165. − Gottsch. Redens. 1930, p. 67. − Guiraud (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109.

Égarer : définition du Wiktionnaire

Verbe

égarer \e.ɡa.ʁe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’égarer)

  1. Mettre hors du droit chemin.
    • Je m’approchai d’elle, mais, à ma vue, l’enfant redoubla de cris. Je compris que la pauvre petite s’était égarée et qu’elle ne pouvait retrouver son chemin. — (Octave Mirbeau, La Chambre close, Ernest Flammarion, Paris, 1920)
    • Il s’est égaré de son chemin.
    • Je m’égarai dans la forêt.
  2. (Par extension) Perdre dans un lieu, dans un espace.
    • Alors se dressait devant eux l’immense cône du Popocatepelt, d’une telle altitude que l’œil s’égarait dans les nuages en cherchant le sommet de la montagne. — (Jules Verne, Un drame au Mexique, J. Hetzel et Cie, 1905, p.364)
  3. (Figuré) Jeter dans l’erreur.
    • Défiez-vous de ce faux ami, il pourrait vous égarer.
    • La prospérité nous égare.
    • Votre sympathie, votre estime s’est égarée sur un objet indigne.
    • Beaucoup de philosophes se sont égarés dans la recherche de la vérité.
    • L’un de nous les avait empruntés pour, croyait-il, égarer les soupçons. — (Édouard Bled, « Mes écoles », Robert Laffont, 1977, page 145.)
    • La présomption fait souvent que l’homme s’égare.
  4. Mettre une chose à une place qu’on ne peut se rappeler par la suite.
    • Ces papiers ne sont pas perdus, je les ai seulement égarés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Égarer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉGARER. v. tr.
Mettre hors du droit chemin. Notre guide nous égara. Il s'est égaré de son chemin. Je m'égarai dans la forêt. Je me suis égaré d'une lieue. Il signifie au figuré Jeter dans l'erreur. Défiez-vous de ce faux ami, il pourrait vous égarer. La prospérité nous égare. Votre sympathie, votre estime s'est égarée sur un objet indigne. Beaucoup de philosophes se sont égarés dans la recherche de la vérité. La présomption fait souvent que l'homme s'égare. Fig., Brebis égarée se dit, dans le style de la Chaire, de Celui qui est sorti de l'orthodoxie et, par extension, d'un Pécheur. En termes de Manège, Égarer la bouche d'un cheval, Lui gâter la bouche en le menant mal. Égarer l'esprit, Le troubler. Ce terrible événement lui a égaré l'esprit. Son esprit s'égara. Je sens que ma tête s'égare. Avoir les yeux égarés, l'air égaré se dit d'une Personne dont les regards ou l'air semblent annoncer quelque trouble d'esprit. Il signifie aussi Mettre une chose à une place qu'on ne peut se rappeler par la suite. Ces papiers ne sont pas perdus, je les ai seulement égarés.

Égarer : définition du Littré (1872-1877)

ÉGARER (é-ga-ré) v. a.
  • 1Détourner du droit chemin. Le général Lagercron, qui marchait devant avec cinq mille hommes et des pionniers, égara l'armée vers l'orient, à trente lieues de la véritable route, Voltaire, Charles XII, 4.

    Par extension, écarter. …sa grâce [de Dieu] Ne descend pas toujours avec même efficace ; Après certains moments que perdent nos longueurs, Elle quitte ces traits qui pénètrent les cœurs ; Le nôtre s'endurcit, la repousse, l'égare ; Le bras qui la versait en devient plus avare…, Corneille, Polyeucte, I, 1.

    Fig. Égarer quelqu'un de quelque chose, l'en détourner. La mollesse et la volupté naissent avec l'homme et ne finissent qu'avec lui : ni les heureux ni les tristes événements ne l'en peuvent égarer, La Bruyère, XI.

  • 2Faire errer, laisser errer. L'Orne nous reverrait… Égarer à l'écart nos pas et nos discours, Malherbe, VI, 25. Par ces chemins de fleurs… Qu'il est doux d'égarer ses désirs et ses pas ! Delavigne, Paria, II, 2. Nous n'irons plus dans les prairies, Égarer d'un pas incertain Nos poétiques rêveries, Lamartine, Médit. I, 25. Ma muse, égarant son essor, Ose aux noms profanés qu'un vain orgueil proclame, Mêler ce chaste nom que l'amour dans mon âme A caché…, Hugo, Odes, V, 13.
  • 3Ne savoir où trouver. Il a égaré ses papiers. Elle a égaré ses gants.
  • 4Jeter dans l'erreur, tromper. De faux docteurs égaraient le public. Ne nous laissons point égarer par l'imagination qui embellit tout, par le sentiment qui aime à se créer des illusions et réalise tout ce qu'il espère, Raynal, Hist. phil. XVIII, 52. Je ne sais quelle erreur égarait ma pensée, Ducis, Abuf. II, 2. Mille douteux récits, démentant ces discours, Égaraient mon espoir et m'abusaient toujours, Lemercier, Agamemn. II, 2.

    Terme de manége. Égarer la bouche d'un cheval, la lui gâter en le menant mal.

  • 5Mettre hors de la raison. La colère égarait son esprit.
  • 6Faire quitter la ligne du devoir. Ils ne souffriront pas Qu'on ose en ma présence égarer leurs soldats, Constant, Walstein, II, 4. J'ignore où la fureur me pourrait égarer, Delavigne, Vêp. sicil. IV, 1.
  • 7S'égarer, v. réfl. Perdre son chemin. Il s'est égaré dans la campagne. S'égarer dans Paris. Ils [les poissons voyageurs] viennent, sans s'égarer dans la solitude de l'Océan, trouver à jour nommé le fleuve où doit se célébrer leur hymen, Chateaubriand, Génie, I, V, 4.

    S'égarer de quelqu'un, perdre, en s'égarant, sa compagnie. Je m'étais par hasard égaré d'un frère et de tous ceux de notre suite, Molière, D. Juan, III, 4.

    Fig. Se fourvoyer, se tromper, quitter le droit chemin. En un choix si douteux s'égare mon esprit, Régnier, Dial. Elle rappelle en lui l'honneur qui s'égarait, Corneille, Théod. III, 3. Faute de me connaître, il s'emporte, il s'égare, Corneille, Nicom. I, 3. La route est mal sûre à tout considérer, Et qui m'y conduira pourra bien s'égarer, Corneille, ib. IV, 4. Salomon s'égare dans sa vieillesse, Bossuet, Hist. II, 4. Cet empereur s'égarait de la voie étroite, Bossuet, ib. II, 12. Vous croyez que sans vous Néron va s'égarer, Racine, Brit. I, 2. Ma jeunesse, nourrie à la cour de Néron, S'égarait, cher Paulin, par l'exemple abusée, Racine, Bérén. II, 2. Craint-on de s'égarer sur les traces d'Hercule ? Racine, Phèd. I, 1. Lorsqu'autrefois son peuple s'était égaré des voies de ses commandements, Massillon, Car. Mot. de conv.

  • 8Laisser errer son esprit. Je ne m'égare point dans ces vastes désirs, Racine, Esth. III, 4. Son cœur, étant fixé pour jamais, s'égarait encore quelquefois dans le passé, en se livrant au charme de ces brillants souvenirs, Genlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 152, dans POUGENS.

    Avec ellipse du pronom personnel. Où suis-je ? et qu'ai-je dit ? Où laissé-je égarer mes vœux et mon esprit ? Racine, Phèd. I, 3.

    N'être plus maître de sa raison, de son âme. Ah ! madame, excusez un amant qui s'égare, Racine, Mith. II, 6.

    Tomber dans l'égarement de l'âme. Où vous égarez-vous ? De vos sens étonnés quel désordre s'empare ? Voilà votre chemin, Racine, Athal. III, 5.

    Être distrait. C'est un homme étonnant et rare en son espèce, Qui rêve fort à rien et s'égare sans cesse, Regnard, Dist. II, 1.

    Tomber dans l'égarement de l'esprit. Que veux-tu ? Je suis folle et mon esprit s'égare, Corneille, Cid, II, 5. On dit que sa raison commence à s'égarer, Ducis, Lear, I, 7.

  • 9Errer çà et là. Votre œil qui s'égare, Parcourt avec horreur cette enceinte barbare, Voltaire, Scyth. III, 4.

    Il se dit aussi de la main allant où elle ne devrait pas aller. Sa main s'égarait…

    Se montrer d'une manière fugitive. Quelquefois, au travers de sa douleur touchante, Un souris s'égarait sur sa bouche innocente, Ducis, Lear, I, 4.

HISTORIQUE

XIe s. Sire, dist ele, cum longe demurée Ai atendude en la maison tun pedre [de ton père], Où tu m'laisas dolente et esguarede, Saint Alexis, XCIV. Et il meïsme en est mout esguaret [troublé], Ch. de Rol. LXXIX.

XIIe s. Com [je] vou voi hui de seignor esgarée [privée], Ronc. p. 48. Droiz emperere, ne soyez esgaré [ne vous troublez pas], ib. p. 183. Dame tieng [je] à esgarée, Qui croit faus dru menteor [faux amant menteur], Couci, I. Quant plus [je] me truis [trouve] pensis et esgaré, Plus [je] me confort as biens dont ele est pleine, ib. XI.

XIIIe s. Aillors [ma dame] a s'entente mise, Moi a laissé esgaré, Auboins de Sezanne, Romancero, p. 127. Pour çou vou pri, bele très douce amie, Merci, dont je vous truis si esgarée [privée], Bibl. des Chartes, t. V, 4e série, p. 484. Or me monstrez la voie, car mout [je] sui esgarée, Berte, XLVI. Or est Renart moult esgarez, Si va moult ses temples gratant, Ren. 18294. Or vous vourai conter de no crestienté Qui sont defors en l'ost ; moult orent grant cherté ; N'orent point de vitaille, forment sont esgaré, Ch. d'Ant. V, 3.

XIVe s. Et aussi de nos gens assez perdu avon, Qui se sont esgaré par l'orage felon, Guesclin. V. 18338.

XVe s. La dame, qui estoit moult triste et moult egarée [Isabelle d'Angleterre chez Jean de Hainaut], Froissart, I, I, 13.

XVIe s. Tressaillant tout de joie, comme un regnard qui rencontre poulles esgarées, Rabelais, Pant. IV, Nouv. prol. De tant de vaisselle d'argent en laquelle tant de gens de divers estatz furent serviz, il n'y eut rien perdu n'esgaré, Rabelais, Sciomach. Considerant les mouvements du chien, à la queste de son maistre qu'il a esgaré, Montaigne, II, 13. Par une voye esgarée et inusitée, Montaigne, IV, 27. Cette farcisseure est un peu hors de mon theme, je m'esgare, Montaigne, IV, 136. Tant de difficultez luy traversent la voye, qu'elles l'esgarent et l'enyvrent, Montaigne, IV, 236. Evitant toutes compagnies, il se tenoit ès plus solitaires et plus esgarez endroits des champs, Montaigne, Timol. VII. Ils vouloient tousjours avoir des huissiers et des massiers devant eulx pour les conduire, de peur qu'ilz ne s'esgarassent par la ville, Montaigne, Cat. 16. En nostre France les pauvres gentilshommes n'ont pas occasion de prendre des partis esgarés ou comme desesperés, vu les moyens qu'ils ont de parvenir à honneur et richesse, Lanoue, 186. Il oste le sens aux prudents pour les faire errer à l'esgarée, Calvin, Inst. 196.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « égarer »

Étymologie de égarer - Littré

É- pour es- préfixe, et garer (voy. ce mot) ; wallon, èwarer, troubler, effarer ; Berry, égairer, engairer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de égarer - Wiktionnaire

(Date à préciser) De l’ancien français esgarer, de es- + garer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « égarer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
égarer egare play_arrow

Conjugaison du verbe « égarer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe égarer

Évolution historique de l’usage du mot « égarer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « égarer »

  • Comme si le Covid 19 n’avait pas assez divisé les Américains, favorables ou non au confinement, voilà que l’insurrection nationale contre les bavures policières racistes suscite une nouvelle guerre civile virtuelle sur les médias sociaux. On ne parle pas seulement des factions d’extrême droite qui fomentent des embuscades contre les manifestations de Black Lives Matter, ni des faux comptes sordides qui pullulent pour égarer les soutiens à George Floyd, étouffé par quatre policiers lors de son interpellation, le 25 mai. Courrier international, Baston en ligne, l’apogée de Citizen, mensonges et vidéo, et l’ère des scores de productivité
  • L’appétit pour l’inconnu est intrinsèque à notre espèce. Voir le monde, s’égarer comme dirait Bouvier, nous rendrait même meilleurs, ébréchant notre ethnocentrisme et développant notre intelligence culturelle et sociale. Abolir le tourisme, comme certains en rêvent aujourd’hui, semble non seulement illusoire mais aussi synonyme d’appauvrissement de l’esprit. Le Temps, L'exotisme, cette tyrannie - Le Temps
  • L'un d'eux a eu la malice de se déplacer avec deux survêtements pour mieux égarer la vigilance policière... LaProvence.com, Faits divers - Justice | La Ciotat - l'Histoire du jour : les voleurs avaient plus d'un ADN dans leur sac | La Provence
  • Un mail ne peut pas s'égarer ou disparaître dans le vide, puisque aucun message n'est stocké entre l'expéditeur et le destinataire. Science-et-vie.com, Que devient un mail lorsqu'il n'arrive pas à son destinataire ? - Science & Vie
  • Six longues années de mensonge. Le principal suspect dans l’enquête sur la mort de Patrick Teihoarii, survenue un soir d’octobre 2014, a avoué avoir inventé tout un scénario pour égarer les enquêteurs. À l’époque, il avait signalé la disparition inquiétante de son ami, relate Le Parisien. Actu17 - L′info Police Sécurité Terrorisme., Narbonne : Après 6 ans de mensonge, il avoue avoir jeté le corps de son ami dans les égouts
  • Enfin, c'est ce que tout le monde pensait. À tort. Car pile un mois plus tard, le football est venu rappeler à INEOS que le sport n'est pas un business comme les autres. En quinze jours et cinq matches, le LS a en effet réussi à égarer les deux tiers de son avance. GC lui souffle dans la nuque (+ 5 points) et, plus inquiétant, le joyeux contenu de son élimination glorieuse en Coupe contre Bâle a laissé place à des prestations engourdies par la peur. lematin.ch/, Football: Commentaire: et si INEOS s'était tiré une balle dans le pied? - News Sports: Football - lematin.ch
  • Voyager autour de la destination Rougier Aveyron Sud, c’est découvrir un territoire authentique, déclencheur d’émotions. Ici, vous n'aurez que l'embarras du choix : randonner dans les canyons du Rougier, vous émerveiller devant une nature majestueuse, admirer des trésors d’architecture, flâner dans des villages pittoresques, découvrir des lieux sacrés, sentir le parfum des forêts, vivre une culture décalée, goûter aux saveurs aveyronnaises... Hors des sentiers battus, vous serez libres de vous égarer ! lindependant.fr, Office de Tourisme Rougier Aveyron Sud - lindependant.fr
  • La bibliothèque qui porte son nom est l’œuvre de sa vie, une œuvre qui s’est édifiée lentement sur l’amour des livres, une passion de jeunesse qui ne s’est jamais éteinte, écrit son ami écrivain et Prix Rossel Jean-Luc Outers sur le site de la Bibliotheca Wittockiana. Au point que très tôt, il décida de céder à son frère les rênes de l’entreprise familiale pour se consacrer à ce qui allait le mobiliser à temps plein. La vie est trop courte, semblait-il dire, pour s’égarer sur des chemins de traverse alors qu’elle nous enjoint d’aller à l’essentiel ». Le Soir Plus, Michel Wittock, dernier chapitre - Le Soir Plus
  • La voix du sentiment ne peut nous égarer, Et l'on n'est point coupable en suivant la nature. De Evariste de Parny / Elégies
  • Se tromper est un petit malheur, mais s'égarer en est un grand. De Joseph Joubert / Carnets
  • Tout homme qui marche peut s'égarer. De Johann Wolfgang von Goethe / Faust
  • Celui qui assiste en spectateur voit clair, celui qui prend parti se laisse égarer. De Proverbe chinois
  • Celui qui sait parler ne risque pas de s'égarer. De Proverbe marocain
  • Si nous prenons la nature pour guide, nous ne nous égarerons jamais. De Cicéron

Traductions du mot « égarer »

Langue Traduction
Corse sbagliate
Basque engainatuta
Japonais 誤解させる
Russe ввести в заблуждение
Portugais enganar
Arabe تضليل
Chinois 误导
Allemand irreführen
Italien indurre in errore
Espagnol engañar
Anglais mislead
Source : Google Translate API

Synonymes de « égarer »

Source : synonymes de égarer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « égarer »



mots du mois

Mots similaires