Effiler : définition de effiler


Effiler : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EFFILER, verbe.

A.− Emploi trans.
1. Détisser (une étoffe) fil à fil. La luxure, (...), s'amuse à effiler lentement le bas de sa robe, dont les brins de soie, emportés par le vent, vont voltiger (Flaub., Tentation,1849, p. 485).Elles faisaient de la charpie pour les blessés (...) elles (...) déchiraient la toile par bandes étroites, puis l'effilaient (France, Pt Pierre,1918, p. 88).
P. méton. Effiler de la charpie. Effiler du linge pour en faire de la charpie.
Rem. Attesté ds Littré, Nouv. Lar. ill.-Lar. Lang. fr., DG et Rob.
P. anal. Ôter les fils (des haricots). Il y avait toujours des pois à écosser, des haricots verts à effiler (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 253).
P. métaph. Il en perdit le boire (...) et quant au dormir, il en effilait silencieusement les heures (D'Esparbès, Dern. lys.,1898, p. 285):
1. Le clair de lune fait dans la vallée une espèce d'ouate lumineuse, si légère que le mouvement de l'air l'effile en longues traînées qui montent obliquement dans le ciel, ... Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1142.
2. Rendre fin et allongé comme un fil. [À Assise], l'église supérieure, toute exhaussée dans l'air et dans la lumière, effile ses colonnettes, aiguise ses ogives, amincit ses arceaux (Taine, Voy. Ital.,t. 2, 1866, p. 23).Il était rasé de près, poudré, et on avait effilé ses moustaches avec un niger très noir (Giono, Bonh. fou,1957, p. 68):
2. ... elle [Miss Stevens] a les mains d'une fille vertueuse comme l'arche sainte; elles sont si rougeaudes que je n'ai pas encore imaginé le moyen de les lui blanchir sans trop de frais, et je ne sais comment lui en effiler les doigts qui ressemblent à des boudins. Balzac, Le Contrat de mariage,1835, p. 352.
P. métaph. La voix des nonnes l'effilait [le « Kyrie Eleison »] et le lissait quand même, satinait le son de son glas (Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 218).C'était ce qu'il [Philippe] avait de si singulier dans l'esprit, cette possibilité d'allonger et d'effiler la sensation, sans la briser, jusqu'à la plus fine courbure (Noailles, Nouv. espér.,1903, p. 237).
Spéc. Effiler les cheveux. Diminuer leur épaisseur en coupant chaque mèche en dégradé avec un rasoir ou un ciseau approprié.
Rem. Attesté ds tous les dict. gén., Ac. 1798 et 1932 excepté.
3. CHASSE. Effiler un chien. L'épuiser en le faisant trop courir. On court risque d'effiler ou d'énerver les chiens, quand on les fait chasser trop jeunes ou trop longtemps la première fois (Baudr.Chasses,1834).
B.− Emploi pronom. à sens passif
1. [En parlant d'une étoffe] Se défaire fil à fil. Une couverture verte (...) dont la frange était faite par les fils qui s'effilaient (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 328).Elle prit une robe dont les bords s'effilaient, et la répara (Arland, Ordre,1929, p. 358).
2. S'allonger en devenant plus mince.
a) [Le suj. désigne un être animé ou une partie de son corps] On dirait que je dors, parce que mes yeux s'effilent jusqu'à sembler le prolongement du trait velouté (Colette, Dialog. bêtes,1905, p. 110).Le visage s'effile en avant comme une lame (Martin du G., J. Barois,1913, p. 348).
b) [Le suj. désigne un inanimé concr. ou abstr.] Le cap Griffe, recourbé en forme de yatagan, s'effilait nettement à quatre milles environ vers le Sud-Est (Verne, Île myst.,1874, p. 190):
3. Il semble bien que le rêve soit fait, (...), avec la matière parfois la plus grossière de la vie, mais cette matière y est « traitée », malaxée de telle sorte − avec un étirement dû à ce qu'aucune des limites horaires de l'état de veille ne l'empêche de s'effiler à des hauteurs inouïes − qu'on ne la reconnaît pas. Proust, La Prisonnière,1922, p. 121.
P. métaph. :
4. Ces nuages ne touchent pas tout à fait à l'horizon : une bande lumineuse qui va s'effilant par les extrémités court entre eux et la ligne bleue de la terre. M. de Guérin, Journal intime,1833, p. 180.
3. CHASSE. [En parlant d'un chien] Être épuisé par des courses trop longues ou trop fréquentes. Alors les pauvres chiens s'effilent en courant (Arène, Veine argile,1896, p. 197).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. effilade au sens de « estafilade ». Elle a commencé à leur riposter à coups de couteau et ils ont aux bras des effilades effroyables (Flaub., Corresp., 1858, p. 275).
Prononc. et Orth. : [efile], (j')effile [efil]. Sous l'influence des lettres redoublées, Littré et Barbeau-Rodhe 1930 transcrivent [εfile]. Cf. aussi, à titre de var. ds Warn. 1968. Enq. : /efil/ (il) effile. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. [Fin du xies. *esfiler « s'effiler, se défaire fil à fil, se dénouer » (Raschi Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, no395 [ms. 14e?]), attest. isolée; à nouv. 1611 effiler « défaire un tissu fil à fil » (Cotgr.); 2. a) [1526 part. passé adj. effilé « aiguisé » fig. (G. Cretin, Passetemps des chiens et des oiseaux, 10, Jouaust ds R. Hist. litt. Fr., t. 11, p. 495 : babil si effilé [affilé ds éd. K. Chesney, p. 101])]; 1654-55 éfilé « long et mince » (N. Perrot d'Ablancourt, Trad. de Lucien, t. 3 ds Rich. 1680); 1781 pronom. « s'amincir » (Buffon, Hist. naturelle, t. 8, p. 139 : l'une et l'autre mandibule allant également en s'effilant); b) 1680 spéc. cheval éfilé (Rich.). Dér. de fil*; préf. ef- (é-*); dés. -er. Fréq. abs. littér. : 67.
DÉR. 1.
Effilage, subst. masc.Action d'effiler un tissu; résultat de cette action. Rem. Attesté ds tous les dict. gén., excepté Ac. 1798-1878, Dub.; admis ds Ac. 1932. [efila:ʒ]. Pour [ε] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Ds Ac. 1932. 1resattest. a) av. 1780 « action d'effiler » (Mmedu Deffant ds Guérin 1892). b) 1845 « état de ce qui est effilé » (Besch. 1845); de effiler, suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 4.
2.
Effilement , subst. masc.État, qualité de ce qui est effilé. La figure de Gilberte m'offrait maintenant (...), un certain effilement aigu du nez (Proust, Swann,1913, p. 401). [efilmɑ ̃]. Pour [ε] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Mais n'est transcrit ni ds Littré, ni ds Barbeau-Rodhe 1930, ni ds Warn. 1968. 1reattest. 1796 (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, p. 238); du rad. de effiler, suff. -(e)ment1*.
3.
Effileur, euse , subst.Personne qui effile (de la toile). Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén.; admis ds Ac. 1932. [efilœ:ʀ], fém. [-ø:z]. Ds Ac. 1932. Pour [ε] ouvert à l'initiale, cf. effiler. 1reattest. 1870 effileur « celui qui effile » (Gaz. des Trib., 8 juillet ds Littré); du rad. de effiler, suff. -eur2*.
4.
Effilure , subst. fém.Fil, bourre, ouate, provenant d'un tissu effilé. Un tube de verre, muni d'une effilure qui s'adapte sur le tube à remplir (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux,1896, p. 380). [efily:ʀ]. Pour [ε] ouvert à l'initiale, cf. effiler. Le mot est admis ds Ac. 1932. 1reattest 1685 (C. Dellon, Voyages, t. 2, p. 98, éd. de 1709 ds DG), de effiler, suff. -ure*.

Effiler : définition du Wiktionnaire

Verbe

effiler \e.fi.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Défaire fil à fil.
    • Effiler une toile.
    • Une étoffe qui s’effile.
  2. (Chasse) Synonyme de fatiguer, d'énerver en parlant des chiens de chasse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Effiler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EFFILER. v. tr.
Défaire fil à fil. Effiler une toile. Une étoffe qui s'effile.

Effiler : définition du Littré (1872-1877)

EFFILER (è-fi-lé) v. a.
  • 1Défaire un tissu fil à fil. Effiler une toile. Parfiler… c'est effiler une étoffe, la détisser fil à fil, Voltaire, Dial. 13. Je hasarde quelques conjectures au risque de faire rire celui qui effile la charpie à l'Hôtel-Dieu, Diderot, Lett. sur la chirurg.
  • 2Effiler les cheveux, les dégarnir en les coupant en pointe.
  • 3S'effiler, v. réfl. Se défaire en fils. Cette toile s'est effilée.

    Flotter comme un effilé, comme une frange. Sa chevelure qui s'épanche, Au gré du vent prend son essor, Glisse en ondes jusqu'à sa hanche, Et là s'effile en franges d'or, Lamartine, Harm. II, 10.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Effiler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EFFILER, (Tailleur.) ôter quelques fils du tissu d’une toile, d’une étoffe, &c.

Il y a des étoffes qui s’effilent par l’endroit où elles ont été coupées. Les Tailleurs ont coûtume d’y remédier en les bougiant, c’est-à-dire en arrêtant les fils avec la cire d’une bougie allumée, avec laquelle ils les collent. Mais la pratique la plus ordinaire pour empêcher les étoffes de s’effiler, c’est de faire de distance à autre des entailles dans la coupe de l’étoffe avec des ciseaux.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « effiler »

Étymologie de effiler - Littré

Ef- pour es- préfixe, et fil de lin ou de chanvre ; provenç. esfilar ; ital. sfilare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de effiler - Wiktionnaire

 Dérivé de filer avec le préfixe ex-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « effiler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
effiler efile play_arrow

Conjugaison du verbe « effiler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe effiler

Évolution historique de l’usage du mot « effiler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « effiler »

  • Puisqu'effiler consiste à désépaissir la masse de cheveux et alléger quelques mèches, le carré effilé est par définition une coupe sur-mesure pour les filles aux cheveux épais.  Cosmopolitan.fr, Carré effilé : toutes nos idées de coupes de cheveux - Cosmopolitan.fr
  • Ah, la frange… Avec le carré court, elle est sans doute l’une des coupes de cheveux qui nécessite un temps de réflexion important. Et du temps, ça tombe bien, nous en avons depuis le début de ce confinement. L’occasion pour toutes les beautistas de s’y risquer. On le voit notamment avec les stars, la tendance frange fait son retour. Camila Cabello a demandé de l’aide à sa mère pour se l’effiler, Bella Hadid a fait confiance à sa paire de ciseaux et affiche désormais une frange sur le côté tandis que Miley Cyrus n’a sûrement pas lu nos conseils pour se couper les cheveux sans se louper, et a frôlé la catastrophe. Oui, cette coupe n’est pas sans danger. Un coup de ciseaux trop haut, sur cheveux mouillés ou dans le mauvais sens, et la frange devient alors notre plus grand regret. Bien qu’il existe une astuce pour l’arborer sans se couper la moindre mèche, on ne résiste pas à cette expérience capillaire. Premier obstacle : le choix de la frange. Effilée, épaisse, droite, sur le côté, en rideau… Face à ces différents styles, le plus sage des conseils serait d’opter pour la frange adaptée à sa forme du visage. Mais parce qu’on a pas toutes l’oeil d’un visagiste, des experts de la coiffure assurent que certaines franges vont à tout le monde. Nicola Clarke, coloriste des stars et hairstylist dans les salons John Frieda, explique au site anglais «Who What Wear » : « La frange rideau convient à n’importe quelle forme de visage. Il suffit simplement d’adapter la longueur ». Pour l’experte, ce modèle n’est pas le seul à convenir au plus grand nombre. Voici donc quatre franges tendances que tout le monde peut adopter dès maintenant.  , Ces franges tendances qui vont à tout le monde - Elle
  • Les lisières : Les lisières représentent les bords du tissu, parallèles au droit fil. Elles sont en général reconnaissables, soit à l’aide du nom du fabriquant et de la composition qui sont brodés à cet endroit tout le long du tissu, soit à l'aide d'un travail réalisé sur le tissu qui l'empêche de s’effiler sur les côtés. Marie Claire, Le vocabulaire de la couture - Marie Claire
  • La veille, couper les ailerons de la volaille, les mettre dans un faitout avec les abattis, le bouquet garni et l’oignon piqué. Peler et couper en morceaux 2 carottes et 2 navets. Nettoyer 2 poireaux, effiler le céleri, et les couper en tronçons. Ajouter les légumes dans le faitout, couvrir de 3 litres d’eau, saler, poivrer et porter à ébullition. Écumer et laisser frémir 1h30.   Franceinfo, L'histoire à la carte. Musique et cuisine

Traductions du mot « effiler »

Langue Traduction
Corse tapering
Basque tapering
Japonais 先細り
Russe конусообразный
Portugais afilando
Arabe التناقص
Chinois 逐渐变细
Allemand verjüngung
Italien affusolato
Espagnol estrechándose
Anglais tapering
Source : Google Translate API

Synonymes de « effiler »

Source : synonymes de effiler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « effiler »



mots du mois

Mots similaires