Filer : définition de filer


Filer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FILER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [Correspond à fil I]
1. Transformer en fil; faire un/des fils.
a) [L'obj. désigne une matière textile] Faire du fil à tisser à partir de qqc. Les moutons fournissaient la laine : les femmes la filaient, la filent encore pendant l'été, ne quittant jamais la quenouille et le fuseau (Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 80).Des machines à carder et à filer le coton (Crèvecœur, Voyage,t. 1, 1801, p. 174):
1. Des vieilles, au profil anguleux, assises à des rouets, filaient le chanvre, trempaient leurs doigts dans un gobelet d'étain pour mieux saisir le fil, qu'elles tiraient des quenouilles chargées d'étoupe. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 14.
En emploi abs. Elle chercha à gagner le prix de sa frugale nourriture en filant (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 156).Il n'y a pas beaucoup de vieilles femmes pour filer aussi fin qu'elle (Renard, Journal,1899, p. 545).
Au fig.
[P. allus. à l'époque ancienne où vivait Berthe au grand pied] Au temps où Berthe filait. Il y a très longtemps. Comme au temps où, quenouille en main, Berthe filait (Banville, Cariat.,1842, p. 69).Le temps où Berthe filait. Le bon vieux temps. Tout le monde pleure le temps où Berthe filait (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 954).
[P. réf. aux Parques filant les destinées, les vies humaines] Il lui semble que son bonheur l'abandonne, et que les Parques, fausses divinités qu'il adore, filent plus rapidement ses jours (Chateaubr., Martyrs,t. 2, 1810, p. 146).Loc. verb. Filer un mauvais coton. Avoir des ennuis, être dans une situation inquiétante (quant à la santé, la carrière, la réputation, etc.). Hum! Encore des rêveries. Tu me fais l'effet de filer un mauvais coton (Arland, Ordre,1929, p. 58).Filer le parfait amour. Éprouver de façon continue et prolongée un amour réciproque. Notre tâche n'est pas de montrer, dans ce livre, comment on peut, sur cette terre, filer, dans l'état de mariage, le parfait amour jusqu'au bout du peloton (Balzac, Physiol. mar.,1826, p. 99).
b) [P. méton. de l'obj.]
Filer son rouet, sa quenouille. La Falourdel, ne filez pas trop votre rouet le soir (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 352).
Filer une étoffe, un vêtement. Tu comptes sur le succès de tes entreprises, comme une vieille femme qui songe à la robe qu'elle va se filer (Hugo, Han d'Isl.,1823, p. 306).
Au fig. Filer son suaire, son linceul. Être près de la mort. Mon suaire n'est pas encore filé, disait-elle. Et la réception eut lieu (H. Bazin, Vipère,1948, p. 87).
2. P. anal. [P. réf. à l'aspect du fil; le suj. désigne une chenille ou une araignée] Produire (un fil). Les araignées et les vers à soie, qui filent des toiles merveilleuses (M. de Guérin, Corresp.,1833, p. 79).Il [le ver à soie] rejette les déchets de son organisme et cherche un support sur lequel il « monte » pour commencer à filer la soie (Blanquet, Technol. mét. habill.,Text., 1948, p. 18).
Au fig. [P. réf. au bruit du rouet; le suj. désigne un chat] Ronronner. Et sa gorge [de Rroû] filait un ronronnement très doux (Genevoix, Rroû,1931, p. 183).
3. P. ext. [L'obj. désigne un métal] Étirer (un métal) à la filière. Une jeune fille souriante (...) piétinait sur la pédale du dévidoir et filait de l'or (Michelet, Journal,1844, p. 567).Or il paraît qu'on ne peut pas le filer [le vermeil] assez fin pour en faire des rubans (Toulet, Tendres mén.,1904, p. 124).
Spéc., LUTHERIE. Gainer (une corde en boyau) d'un fil métallique. Quelques quatrièmes de violoncelle, beaucoup plus fines (...), ont été filées avec une cannetille de platine (Maigne, Maugin, Nouv. manuel complet du luthier,1929[encyclop. Roret], p. 168).
4. Dessiner, peindre un filet; tracer un trait. Peintre en bâtiments, il [Gautruche] faisait la lettre. Il était le seul, l'unique homme à Paris qui (...) filât la majuscule à main levée (Goncourt, G. Lacerteux,1864, p. 205).
B.− Domaines spéc.
1.
a) JEUX, fam. Filer les cartes. Découvrir lentement les cartes. Le jeune homme file ses cartes, comme il a vu faire à d'autres (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 399).Filer une carte. Se défausser.
Arg. Filer la/une carte. Escamoter une carte et en donner une autre que celle qui a été tirée. [Il] tient ses cartes presque en dessous de la table... Il soulève une carte du paquet qu'il tient, puis après l'avoir vue [,] il la « file » (Hogier-Grison, Monde où l'on triche,[1resérie], 1886, p. 114).
b) MARINE
Filer l'ancre, l'écoute. Lâcher, dérouler en douceur. À la fatigue, pour filer un câble, pour virer un cabestan, Jean Valjean valait quatre hommes (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 116).
Au fig. [P. allus. au câble que l'on déroule doucement de crainte de le rompre] Filer doux*.
Filer 2, 3, n nœuds. [Le suj. désigne un navire] Avoir une vitesse de 2, 3, n nœuds. L'« Étoile-des-mers » filait ses vingt-huit nœuds dans la mer d'Irlande (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 37).
P. ext. [Le suj. désigne un courant, une marée] La marée n'y filait cependant qu'une lieue par heure, mais sa direction était incalculable (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 384).
Filer de l'huile. Répandre de l'huile sur les vagues pour atténuer la violence de leur choc contre la coque du navire. Nous roulions beaucoup, mais sans recevoir de coups de mer; la précaution que je pris de « filer de l'huile » contribua à nous maintenir dans de bonnes conditions (Charcot, Mer Groënland,1929, p. 161):
2. Y avait-il donc un moyen d'adoucir les mouvements de ces lames, de faciliter le glissement de leurs molécules liquides, en un mot, de calmer cette mer tumultueuse? John Mangles eut une dernière idée. « L'huile! s'écria-t-il; mes enfants, filez de l'huile! Filez de l'huile! » Ces paroles furent rapidement comprises de tout l'équipage. Il s'agissait d'employer un moyen qui réussit quelquefois; on peut apaiser la fureur des vagues, en les couvrant d'une nappe d'huile; cette nappe surnage, et détruit le choc des eaux, qu'elle lubrifie. Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 59.
c) MUS., CHANT. Filer un son, une note. Prolonger l'exécution d'un son en variant son intensité. Plus de voix, je ne puis même plus filer un son (Huysmans, Marthe,1876, p. 130).Le hautbois filait ses sons aux doigts de M. de L... (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 120).
2.
a) Littér., domaine de l'expression orale et écrite.Développer longuement et habilement. J'aime à filer lentement l'idée comme le sentiment (Sainte-Beuve, Poisons,1869, p. 133).Rebendart s'était levé brusquement, et, filant la métaphore, en vieux parlementaire... (Giraudoux, Bella,1926, p. 87).
b) THÉÂTRE. Filer une pièce. Répéter une pièce en entier et en une seule fois. Je ne sais pas si j'ai noté que la pièce [Sud] a été donnée sans avoir été « filée » une seule fois (Green, Journal,1950-54, p. 202).
3. [L'obj. désigne une pers.] Filer qqn. Suivre quelqu'un en le surveillant discrètement. Sans se laisser distraire par l'insurrection et la barricade, un agent « filait » un voleur (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 538).
Pop. Filer le train à qqn. Suivre une personne. Angelo craignait qu'elle [sa maîtresse] lui file le train (Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 64).
4. Pop. Donner, envoyer. Filer une baffe, une gifle; filer un tuyau*. Synon. refiler.Elle a peut-être connu plus de déboires que moi dans la vie. C'est toujours ça qui me tempère. Autrement si j'étais certain je lui filerais des trempes affreuses (Céline, Mort à crédit,1936, p. 19).Ce pauvre con a filé vingt mille balles à Sézenac pour qu'il lui vende des poèmes de lui (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 170).
II.− Emploi intrans.
A.− [Correspond à fil I]
1. [Le suj. désigne un liquide] Couler lentement en un jet mince et continu. La salive filait sur son menton (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 189).
2. [Le suj. désigne une matière visqueuse, onctueuse] S'étirer en fil(s). Un délicieux macaroni qui filait très bien (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 221).
3. [Le suj. désigne une mèche] Monter droit en fumant. Une lampe à pétrole éclairait pauvrement la pièce. Le verre en était jaune, sale, et la mèche filait (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 219).
B.− [Correspond à fil II]
1. [Le suj. désigne un inanimé]
a) Se dérouler régulièrement. Le câble fila sur les poulies et la descente commença (Verne, 500 millions,1879, p. 93).
P. anal. S'étendre à, glisser vers. Un rayon de soleil se glissait entre les lattes du store et filait au ras d'une vaste coupe de cristal dont les bords fulguraient (Green, Journal,1928-34, p. 294).
b) Passer très vite. Filer à toute allure.
[Dans l'espace] :
3. ... nous nous engouffrons dans un wagon de seconde, surchauffé, suffocant; heureusement, le voyage ne dure que trois heures! Je me suis installée dans un coin pour respirer un peu, et tout le long du chemin, nous ne causons guère, amusées de regarder filer les paysages. Colette, Cl. école,1900, p. 180.
[Dans le temps] Les années ont filé, filé, c'est effrayant! (H. Bataille, Maman Colibri,1904, p. 16).
c) En partic. [Le suj. désigne un corps céleste] Laisser un sillage lumineux. Regardant machinalement le ciel et voyant une étoile filer, je saluai cette apparence fugitive (Musset, Conf. enf. s.,1836, p. 29).
2. [Le suj. désigne un animé ou un inanimé]
a) [Le suj. désigne un animal, notamment un gibier] S'enfuir en volant ou en courant, droit devant soi, en ligne droite. Il faut battre le marais le dos au vent, parce que la bécassine file droit au vent (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 101).On vit à la fois la cage tomber, (...) Pauline se dresser pour la rattraper, et l'oiseau partant d'entre ses mains, filer à tire d'ailes (Pourrat, Gaspard,1925, p. 255).
b) Fam. [Le suj. désigne une pers.] Se retirer (subrepticement et) rapidement pour échapper à quelqu'un ou à quelque chose. Filer à l'anglaise, en douce. Synon. se défiler.
En partic., rare. Manquer les cours. Cette bienheureuse classe de rhétorique où il « fila » à peu près toute l'année (Goncourt, Journal,1857, p. 411).
Filer entre les doigts, dans les mains. S'échapper au dernier moment, juste avant d'être rattrapé. Il m'a guetté, le jour et la nuit, et je lui ai filé dans les mains (Genevoix, Raboliot,1925, p. 223).Il a refusé de m'ouvrir et il m'a filé entre les doigts (Beauvoir, Mandarins,1954p. 564).
c) [Le suj. désigne un inanimé concr.] Disparaître rapidement; être consommé ou dissipé. Ah! Vous mangez mes pruneaux! C'est donc ça qu'ils filent si vite (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 323).
En partic. [Le suj. désigne une somme d'argent] Être dépensé rapidement. L'argent filait et l'humeur de Trimault s'assombrissait vite (Dabit, Hôtel,1929, p. 68).
C.− [Correspond à file A 2] Domaine milit.,,Aller de suite, l'un après l'autre``(Ac.. Faire filer les troupes sur un point (Ac.).
Rem. Dans le domaine des text. à mailles, on relève filer. a) En emploi trans. Lâcher, perdre une maille de. Elle a filé son bas. b) En emploi intrans. Se démailler. Au part. passé en emploi adj. Elles [les Polonaises] préfèrent réparer les collants filés (Est Républicain, 9 déc. 1978, p. 18).
REM. 1.
Filerie, subst. fém.Lieu où on file le chanvre. (Attesté notamment ds Ac. et Littré).
2.
Filure, subst. fém.,,Qualité de ce qui est filé; manière dont le tissu est filé`` (Ac.). P. ext. Rayures d'un tissu formées par des fils de couleur différente. En robe blanche aux filures d'incarnadin, une gaze à la Romaine sur ses cheveux poudrés à l'iris (D'Esparbès, Roi,1901, p. 291).
Prononc. et Orth. : [file], (il) file [fil]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1165 intrans. « couler, s'écouler » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 18713) d'où en parlant d'une substance molle 1690 « s'allonger, s'étirer » (Fur.); 2. avant 1560 trans. « dérouler en laissant glisser » filer et couler les cables (Du Bellay, VII, 600 ds Littré); fig. a) 1616 trans. « dévider, réciter d'une manière continue » propos bien filez (D'Aub., Hist., I, 155, ibid.); b) 1811 filer des sons (Jouy, Hermite, p. 184); 3. 1688 jeux filer la carte (Dancourt, Désol. des joueuses, sc. 13 ds Littré); 4. 1754 intrans. « s'enfuir » (P. Boudin, Mme Engueule p. 32 : i' file avet [vote magot] comme un voleur!) d'où 1857 (d'une chose) « disparaître rapidement » (Flaub., Mme Bovary, t. 1, p. 48 : le bois, le sucre et la chandelle filaient comme dans une grande maison); 5. 1783 intrans. « se déplacer à une allure rapide », ici en parlant du gibier « voler ou courir droit devant soi » (Buff., Ois., t. IX, p. 228 ds Littré); 6. 1815 « suivre une personne sans la perdre de vue » (Chanson du malfaiteur Winter ds Esn.). B. 1. Ca 1210 (d'un insecte) « sécréter un fil » (Bible Guiot, 1871 ds T.-L.); 2. xiiies. [ms.] « réunir en un fil des fibres de matière textile en les tordant » (Romans et Pastourelles, II, 79, 12, ibid.); 1265-80 filé « fil » part. passé subst. (Rose, éd. F. Lecoy, 17968); 3. 1759 on file les métaux ductiles (Volt., Russie, I, 9, p. 153). Du b. lat. filare « étirer en fil; faire couler en fil ». Fréq. abs. littér. : 2 359. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 998, b) 3 651; xxes. : a) 5067, b) 3326. Bbg. Bodmer (A.). Spinnen und weben im französischen und deutschen Wallis. Genève, 1940, 135 p. − Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 70, 71, 74, 77. − Hotier (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. 1973, p. 107, 145. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, pp. 160-162, 233-244. − Lew. 1960, p. 113 (s.v. filerie).Mat. Louis-Philippe 1951, p. 146, 185. − Quem. DDL t. 5, 8, 18.

Filer : définition du Wiktionnaire

Verbe

filer \fi.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tordre ensemble plusieurs brins de chanvre, de lin, de soie, de laine, etc., pour qu’ils forment un fil.
    • Les femmes, qui sont de taille moyenne et plutôt trapues, portent une robe en vadmel, sorte de flanelle tissée avec la laine qu’elles-mêmes ont cardée et filée. — (Anna Sée, L’Archipel des Féroé, dans la revue Le Tour du Monde, L. 44, 1905)
    • Cette industrie du drap est en effet l'une des plus complexes, et le nombre des opérations nécessaires pour transformer la laine brute en produit fini est très élevé. Il fallait trier la laine, la teindre, la mélanger, la carder, la filer, la tisser, dégraisser le tissu, le fouler, le lainer, le tondre, l'épinceter, et enfin lui donner de l'éclat en le pressant. — (André Maurois, histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, page 235)
  2. Tirer un fil de son corps, en parlant des insectes ou des araignées.
    • Une araignée qui file sa toile.
  3. (Figuré) Conduire, développer progressivement et avec art.
    • Filer une intrigue, une scène, un couplet.
    • Il s’éveillait, m’enlevait dans ses bras, nous filions notre grande scène d’amour. — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 73)
  4. Tirer de l’or, de l’argent en les passant à la filière.
    • Filer de l’or, de l’argent.
  5. Couvrir d’un fil d’or ou d’autre métal, un fil de soie, de chanvre, etc.
    • Filer sur soie, sur fil.
  6. (Marine) Larguer, lâcher, relâcher.
    • Filer le câble, une manœuvre.
  7. (Marine) Laisser descendre librement dans l’eau.
    • Filer la ligne de sonde, l’ancre.
  8. (Musique) Prolonger l’exécution d’un son, d’une mesure, en commençant piano, pour augmenter jusqu’au forte et finir ensuite comme on a commencé.
    • Des sons bien filés.
  9. (Par extension) (Police) Suivre quelqu’un et le surveiller discrètement ; pister.
    • Ce maquignon se trouve partout où il y a un mauvais cheval à vendre ; il opère de haut et de loin, file un cheval comme un agent filerait un malfaiteur ; il a ses dépêches, son contrôle, ses espions. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Je suis un imbécile de prendre tant de précautions, c’est évident, personne ne me file. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, Bouquins, tome 1, page 1065)
  10. (Militaire) Aller de suite, l’un après l’autre.
    • Faire filer les troupes sur un point.
    • Faire filer le bagage.
  11. (Familier) Donner.
    • Rien d'autre, dans la communauté virtuelle, que le désolant spectacle des bogosses autoproclamés qui filaient des rancards débiles à des filles qui ne l'étaient pas moins, à grand renfort de Ase soiiiiiiiir, jte kiff ou de G troooooop hâte d'y eeeeetre. Non, je ne les enviais pas. — (Anne Percin, Comment (bien) rater ses vacances, Éditions du Rouergue, 2011)

filer intransitif

  1. S’allonger en filets, en parlant d’une matière molle et tenace.
    • La glu file aisément.
  2. Tirer un fil de son corps, en parlant des insectes ou des araignées.
    • Les chenilles, les vers à soie filent.
  3. Couler doucement et sans se diviser en gouttes, en parlant d’un liquide.
    • Ce sirop, cette liqueur file.
    • Ce vin tourne à la graisse, il file.
  4. Monter et donner de la fumée, en parlant de la flamme, de la lumière d'une lampe, d'une bougie.
    • Cette lampe file.
    • […] la vue des lavabos recouverts de serviettes, des lits transformés en vestiaires, sur le couvre-pied desquels s’entassaient les pardessus et les chapeaux lui donnait la même sensation d’étouffement que peut causer aujourd’hui à des gens habitués à vingt ans d’électricité l’odeur d’une lampe qui charbonne ou d’une veilleuse qui file. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 108)
    • Marie, qui détesterait d’être prise en flagrant délit d’avarice, remonte la lampe de telle façon que celle-ci se met à filer. — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 22)
  5. (Familier) Avancer rapidement.
    • Filer un nœud, deux nœuds, trois nœuds, etc. se dit d’un navire qui, dans l’espace de trente secondes, parcourt une fois, deux fois, trois fois, etc., la distance qui sépare deux nœuds consécutifs de la ligne de loch.
    • …et l’on voyait déjà quelques embarcations filer doucement sur l’eau que battaient les grands avirons, pareils à des vols de goélands lents et bas. — (Octave Mirbeau, Les Eaux muettes)
    • Le vol était monotone. Nous filions vers la terre américaine, ce n’était pas douteux, et nous attendions que les kilomètres s’ajoutent aux kilomètres. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
  6. (Familier) S’en aller, se retirer.
    • Il nous revient que le forban qui dirige la Banque Corland et Cie serait à la veille de mettre les clefs sous la porte et de filer vers des cieux plus hospitaliers. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 242)
    • À chaque escale à Amsterdam, je filais au marché aux fleurs du Singel ou chez un vieil horticulteur de Schoorl pour lui rapporter des oignons de jonquilles, de jacinthes, de muscaris, d'amaryllis. — (Gérard Gréverand, Le Capitaine à l'heure des ponts tranquilles, Éditions Les Escales Domaine français, 2016)
  7. (Marseille) (Familier) Se bagarrer.
    • Viens avec moi, on va se filer, tête à tête, je vais te fumer derrière le cyprès — (IAM, Je danse le MIA)
  8. (Sylviculture) S’allonger exagérément, généralement en devenant fragile.
    • Le chêne rouge a tendance à plier sous le poids de ses feuilles durant les premières années, en raison d'un manque de rigidité de la tige et d'une propension à filer vers la lumière. — (CRPF Grand Est, Le chêne rouge d’Amérique, 2005 → lire en ligne)

Nom commun

filer \faj.lœʁ\ masculin

  1. (Anglicisme informatique) Dispositif de stockage de fichiers.

Forme de verbe

filer \ˈf̬iːlɛr\

  1. Forme mutée de piler par spirantisation (p > f).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Filer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FILER. v. tr.
Tordre ensemble plusieurs brins de chanvre, de lin, de soie, de laine, etc., pour qu'ils forment un fil. Filer du lin, du chanvre, de la soie, de la laine, du coton, ou absolument Filer. Filer gros. Filer fin. Filer menu. Filer au fuseau, au rouet. Filer sa quenouille. Il se dit aussi des Insectes qui tirent un fil de leur corps. Une araignée qui file sa toile. Les chenilles, les vers à soie filent. Fig. et fam., Du temps que la reine Berthe filait, Dans le bon vieux temps. Fig. et poétiq., Des jours filés d'or et de soie, Une vie douce et heureuse. Fig. et fam., Filer un mauvais coton, Être dans une position fâcheuse, dans un mauvais état de santé. Fig. et fam., Filer le parfait amour, Jouir d'un amour sans trouble et partagé. Ils ont filé deux ans le parfait amour avant de se marier. Fig., Filer une intrigue, une scène, Les conduire, les développer progressivement et avec art. Une scène bien filée. Un couplet bien filé.

FILER signifie également Tirer de l'or, de l'argent en les passant à la filière; ou Couvrir d'un fil d'or ou d'autre métal un fil de soie, de chanvre, etc. Filer de l'or, de l'argent. Filer sur soie, sur fil. Or filé. Argent filé. On dit aussi substantivement Un filé d'or, d'argent. En termes de Marine, Filer de l'huile, Répandre une couche d'huile sur les vagues qui entourent un navire pour les calmer. Filer le câble; Filer du câble pour soulager l'ancre; Filer une manœuvre, Les lâcher, les larguer. Filer la ligne de sonde, La laisser descendre librement dans l'eau. Filer un nœud, deux nœuds, trois nœuds, etc., se dit d'un Navire qui, dans l'espace de trente secondes, parcourt une fois, deux fois, trois fois, etc., la distance qui sépare deux nœuds consécutifs de la ligne de loch. Voyez NŒUD. En termes de Jeu, Filer ses cartes, Les découvrir lentement et peu à peu. Filer la carte, Escamoter une carte, donner une carte différente de celle qu'on devrait donner et retenir cette dernière pour soi. Il a filé la carte pour se donner un as. En termes de Musique, Filer un son, En prolonger l'exécution en commençant piano, pour augmenter jusqu'au forte, et finir ensuite comme on a commencé. Des sons bien filés. Par extension, en termes de Police, Filer quelqu'un signifie Le suivre et le surveiller discrètement. Il est aussi intransitif et signifie S'allonger en filets, en parlant d'une Matière molle et tenace. La glu file aisément. Il signifie de même Couler doucement et sans se diviser en gouttes, en parlant d'un Liquide. Ce sirop, cette liqueur file. Ce vin tourne à la graisse, il file. Cette lampe file, Sa lumière monte et donne de la fumée. Fig. et fam., Filer doux, Prendre une attitude de soumission à l'égard de quelqu'un que l'on craint; souffrir patiemment une injure. Je me suis fâché, ils ont filé doux. Cet homme faisait le fanfaron, mais il fut obligé de filer doux. Il s'emploie aussi intransitivement, en langage militaire, et signifie Aller de suite, l'un après l'autre. Faire filer les troupes sur un point. Faire filer le bagage. Il signifie familièrement S'en aller, se retirer. Il faut filer. Allons, filez. Filer à l'anglaise, Sortir d'une réunion sans attirer l'attention. Il m'a filé des mains, Il m'a échappé.

Filer : définition du Littré (1872-1877)

FILER (fi-lé) v. a.
  • 1Tordre ensemble des brins de chanvre, de lin, de soie, de laine, et en former un fil. Les femmes [de Tyr] ne cessent jamais de filer les laines ou de faire des dessins de broderies ou de ployer les riches étoffes, Fénelon, Tél. II. La fameuse Lucrèce travaillait à filer de la laine au milieu de ses femmes, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 374, dans POUGENS. On peut trouver ridicule que les filles d'Auguste aient filé les habits de leur père, lorsqu'il était maître de la moitié de l'univers…, Voltaire, Ess. poés. épiq. ch. 2. Le tranquille colon du rocher de Saba voit cet amas de folies, et file paisiblement son coton, Raynal, Hist. phil. XII, 18. Tout en filant votre lin, Écoutez-moi bien, ma fille, Béranger, Mère av.

    Filer une quenouille, filer la filasse qui est autour de la quenouille. Les vieilles au foyer en filant leurs quenouilles, Régnier, Épître I.

    Allez-vous-en filer votre quenouille, se dit aux femmes qui se veulent mêler de choses qui ne les regardent pas.

    Absolument. Filer au fuseau, au rouet. Elle [Mme de Maintenon] filait ou travaillait à la tapisserie en dictant ses lettres, et même seule avec le roi, Genlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 166, dans POUGENS. Ne dit-on pas qu'Hercule a filé pour Omphale ? Destouches, Hom. sing. IV, 2. Puissé-je vivre assez longtemps pour apprendre que les eunuques du sérail de Constantinople sont allés filer en Sibérie ! Voltaire, Lett. Schouvalof, 3 déc. 1768.

    Du temps que Berthe filait, dans le bon vieux temps ; se dit par allusion aux anciens romans carlovingiens de Berthe aux grands pieds et à la déesse germanique Berchta avec son fuseau d'or.

    Fig. Ce chat file, il fait entendre un certain murmure qui est un signe de contentement et qui ressemble au bruit d'un rouet.

  • 2 Par analogie. Filer se dit de la fabrication des cordes. Filer une corde.

    Fig. et familièrement. Filer sa corde, faire des choses qui conduisent à la potence.

    Il se dit aussi des métaux dont on fait des fils. Ces moulins dont la quantité prodigieuse borde le village [Saardam, en Hollande], et dans lesquels on scie le sapin et le chêne, on tire l'huile, on fabrique le papier, on file les métaux ductiles, Voltaire, Russie, I, 9.

    Filer des cordes, se dit, pour les instruments de musique, des cordes à boyau, recouvertes d'un fil argenté.

  • 3Il se dit des vers à soie qui font sortir la soie de leur corps, et de l'araignée qui produit les fils nécessaires à la fabrication de sa toile. Une araignée qui file sa toile.

    Absolument. Ce grand homme [Haller] n'avait pas un génie fait pour l'analyse ; et il me le disait lui-même, il ne filait pas comme le ver à soie. Bonnet, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 326, dans POUGENS.

  • 4 Terme de cirier. Filer de la bougie, la faire passer par les trous des filières.

    Terme de vitrier. Filer, tirer de petits lingots de plomb à travers le tire-plomb pour les aplatir et y faire, des deux côtés, les rainures qui servent à tenir et enchâsser la vitre.

    Terme d'épinglier. Filer la tête des épingles, dévider sur un rouet le laiton, pour le disposer en petits anneaux doubles dont on fait les têtes d'épingles.

  • 5Filer avec jours, vie destin, se dit en parlant de l'accomplissement de la vie des mortels, par allusion à la fonction mythologique des Parques. Et quand il [le Styx] est franchi, les filles du destin Filent aux habitants une nuit sans matin, La Fontaine, Psyché, II, p. 192. Et qu'il reste à la Parque encor de quoi filer, Boileau, Sat. I. Les Parques me filaient des jours d'or et de soie, Fénelon, Tél. XI. Jamais la main des dieux N'aurait filé des jours plus doux, plus glorieux, Lamartine, Méd. II, 3.
  • 6Conduire d'une manière égale et soutenue. Il ne put joindre qu'à Rodez M. Cassini, qui, pour ainsi dire, filait sa méridienne en s'éloignant toujours de Paris, Fontenelle, Chazelles. Je n'abrégerai pas cet heureux temps, j'en filerai l'enchantement, Rousseau, Ém. V. Tout ce que je pouvais faire était de filer sans bruit des soupirs fort incommodes dans le silence où nous étions souvent, Rousseau, Conf. II.

    Filer le parfait amour, nourrir longtemps un amour tendre et romanesque. Vous filez le parfait amour Auprès d'une beauté de tout point accomplie, Dancourt, la Métempsycose, I, 1.

    On le dit quelquefois en plaisantant. Il file le parfait amour auprès d'une femme qui se moque de lui.

    Terme de musique. Filer un son, le prolonger en commençant piano, en enflant jusqu'au forte, et en diminuant avec les mêmes gradations.

    Familièrement et par plaisanterie. Filer une période, faire une période à plusieurs membres.

    Terme de théâtre. Filer une intrigue, une scène, une reconnaissance, la préparer, la conduire avec art.

  • 7 Terme de marine. Filer un cordage, le détendre par degrés quand il est roide et le forcer de céder doucement à l'effort qui le tend et l'entraîne, Jal

    Filer du câble, mettre hors du navire une longueur de câble plus grande que celle qui y était déjà.

    Filer un câble, une chaîne par le bout, laisser aller la chaîne ou le câble tout entier hors du navire, par l'écubier qui lui sert de passage.

    Filer à la demande, détendre un peu.

    Filer en douceur, filer peu à peu.

    Filer en bande, filer tout d'un coup.

    File bouline ! commandement pour faire démarrer et faire aller à la bouline.

    Filer la ligne de sonde, la laisser descendre librement dans l'eau.

    Il se dit de la vitesse plus ou moins grande d'un navire. Ce navire file huit ou dix nœuds à l'heure.

    Absolument. On dit qu'un bâtiment qui a une marche rapide, file bien. Nous amenâmes la voile, et, laissant quelque temps filer notre felouque…, Chateaubriand, Itin. 2e part.

    Par extension. Le Mississipi est sujet à deux inondations ; le courant du fleuve file alors cinq milles à l'heure, Chateaubriand, Amér. journal sans date.

  • 8 Terme de jeu. Filer ses cartes, les découvrir lentement et peu à peu.

    Filer des cartes signifie aussi s'en débarrasser. Il fallait filer vos basses cartes, vos trèfles, etc.

    Filer la carte, tirer chaque carte avec assez d'attention pour la reconnaître par l'envers, et se procurer adroitement et par tricherie les bonnes. Un coquin qui file la carte, Dancourt, Désolat. des joueuses, sc. 13. Le mauvais politique est celui qui ne sait que filer la carte, Voltaire, Dial. XXIV, 12.

  • 9 Terme de graveur. Filer les eaux, faire couler l'eau-forte dans les plus petits traits d'un dessin ou d'une gravure.
  • 10 Terme de tonnelier. Descendre une barrique de vin à la cave. Filer du vin.
  • 11 V. n. Être lâché, en parlant d'une manœuvre, d'une corde. Prends garde, jeune pilote, que ton câble ne file, Rousseau, Ém. I.
  • 12Aller de suite, près à près. Pendant que les troupes filaient. Quand ces colonnes venaient à se resserrer, ils demeuraient à la queue, ou filaient sur les flancs de part et d'autre pour éviter l'embarras, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 191, dans POUGENS. L'armée française filait en Piémont pour entrer dans le Milanais, Rousseau, Conf. V.

    Faire filer des troupes dans un pays, les y faire passer sans bruit. Albéroni déjà faisait filer [en France] quelques troupes, Voltaire, Louis XV, 1.

  • 13 Terme de chasse. Se dit du gibier quand il vole ou court sans faire de crochets. La bécasse bat des ailes avec bruit en partant ; elle file assez droit dans une futaie, Buffon, Ois. t. XIV, p. 227, dans POUGENS. Les fauvettes des Alpes se tiennent communément à terre, où elles courent vite en filant comme la caille et la perdrix, Buffon, ib. t. IX, p. 228.
  • 14En parlant de certains météores, se mouvoir dans le ciel avec assez de rapidité pour offrir à l'œil une ligne de feu. Encore une étoile qui file, Qui file, file et disparaît, Béranger, Ét. fil.
  • 15 Populairement. S'en aller, se retirer. Allons, filez. Il faut filer.

    Familièrement. Filer doux, se soumettre sans murmurer, supporter, subir quelque chose de désagréable. Monsieur, n'est-il pas temps ? et moi, de filer doux, Régnier, Sat. X. Vous savez, monsieur, qu'Hercule filait adroitement chez Omphale et même qu'il y filait doux, Costar, Entretiens, p. 58, dans RICHELET. Il faut désormais filer doux, Il faut crier miséricorde, Scarron, Triolet contre les frondeurs. Tu n'es pas où tu crois, en vain tu files doux, Molière, Amphitr. II, 3. Valère : Ah ! monsieur maître Jacques, ne vous fâchez, je vous prie. - Maître Jacques, à part : Il file doux, je veux faire le brave, et, s'il est assez sot pour me craindre, le frotter quelque peu, Molière, Avare, III, 6. Elle est dans ses grands airs, il me faut filer doux, Destouches, Phil. mar. II, 2. Roquelaure, étonné de la sortie [de M. de Vendôme], fila doux, et lui dit qu'il ne croyait pas le fâcher, Saint-Simon, 27, 53. Monsieur fila doux et tâcha d'obtenir de la complaisance ce qu'il n'osait imposer par voie d'autorité, Saint-Simon, 62, 37.

    Filer doux paraît vouloir dire s'esquiver doucement.

  • 16 Terme de bâtiments. Absolument, filer, tracer et peindre des lignes pour imiter les lits et joints de la pierre de taille, une cimaise, une corniche, etc.
  • 17 Terme de jeu. Au brelan, ne mettre au jeu que ce qu'on est obligé d'y mettre. Il est prudent de filer quand la chance n'est pas favorable.

    Cesser de tenir les cartes en abandonnant ce qu'on avait risqué.

    À la bouillotte, ne pas tenir, après avoir ouvert la partie, ce qui est proposé.

  • 18Il se dit des liqueurs qui deviennent visqueuses, et de quelques matières molles, par comparaison avec le lin qu'on file. Cette liqueur file. La glu file aisément.

    On dit que du vin file, lorsqu'ayant tourné à la graisse, il paraît couler comme de l'huile.

  • 19Se filer, v. réfl. Être filé. Ce chanvre, ce lin se file bien.

HISTORIQUE

XIIIe s. Bele Amelot, seule en chambre filoit ; à chanter prent, que d'amours li membroit [souvenait], Romancero, p. 72. Mere, de quoi me chastiez ? Est-ce de coudre ou de taillier ? Ou de filer ou de broissier ? Ou se c'est de trop sommeillier ? ib. p. 54. Quiconques veut estre bateres d'or et d'argent à filer à Paris, estre le puet franchement, pour tant que…, Liv. des mét. 74. Puis filent [les nues], et quant ont filé, Si font voler de lor filé Grans aiguillies de fil blanches Ausinc cum pour coudre leurs manches, la Rose, 18197.

XIVe s. Mettez de celle boulie dedans l'escuelle, et laissiez filer tout autour de la paelle, Ménagier, II, 5.

XVe s. Il vit que les larmes luy filerent des yeux, Perceforest, t. I, p. 66. Quand un chevalier requerroit à une dame chose qu'elle ne voulust octroyer, fust par jeu ou de certain, elle respondoit en disant : Sire chevalier, deportez vous de cette requeste qu'on ne vous appreigne à filler [par allusion à une aventure où des chevaliers anglais avaient été obligés de filer], ib. t. IV, p. 51. Si elles [les filleresses] sont trouvées faisant aucune mauvaisetié, comme de changer la laine ou de mouiller le fillé, ou aultres faucetez…, Ordonn. mars 1450.

XVIe s. Sinon que chacun se filast quelque corde à part [se fît un système particulier de dévotions], Calvin, Inst. 1007. Belaud [un chat] ne filoit au rouet, Grommelant une litanie De longue et fascheuse harmonie, Du Bellay, J. VII, 40, verso. Il faut filer et couler les cables peu à peu, pour par ceste mesme sorte arrester les navires, Du Bellay, J. 600. Il ne vouloit point voir les trouppes filler du derriere en une bonne occasion, D'Aubigné, Hist. I, 155. Ne pouvant se faire valloir en propos bien filez et en mignardises de discours, il respondit en termes judicieux, D'Aubigné, ib. III, 198. Ils firent en leur salve durer ou filer une scopeterie de harquebuzades plus d'une heure, Carloix, III, 10. Vous voulez tousjours filer vostre lieutenance, et continuer cette puissance souveraine qu'avez usurpée, Sat. Mén. p. 165. Beranque, filant doux et changeant de style, repondit que…, Froumenteau, Finances, 3e livre, p. 419.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

FILER. Ajoutez :
20 Terme de police. Filer quelqu'un, le suivre à distance. L'agent de police fila le voleur.

Suivre, par allusion aux agents de police qui suivent un malfaiteur. Plusieurs diplomates sont en campagne pour filer cette affaire, l'Indépendance belge, 29 sept. 1868.

21Neutralement, il se dit d'une lampe dont la flamme passe par-dessus le verre et répand de la fumée. La lampe file.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ajoutez : Que vent on chaiens [céans] ? - C'on i vent ? Amis, un vin qui point ne file, Théâtre du moyen âge, Paris, 1834, p. 166.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Filer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FILER, v. act. voyez l’article Fil.

Filer les Manœuvres, ou Larguer les Manœuvres, (Marine.) c’est les lâcher.

Filer du cable, c’est lâcher le cable, & en donner autant qu’il est besoin pour mouiller l’ancre comme il faut, & mettre le vaisseau à l’aise, ou le soulager quand il est tourmenté par le gros tems.

Filer le cable bout pour bout, c’est lâcher tout le cable, & l’abandonner entierement avec l’ancre qu’on n’a pas le tems de lever, ce qui n’arrive que dans un cas où l’on soit très-pressé d’appareiller, soit pour poursuivre l’ennemi ou l’éviter.

Filer sur ses ancres : quelques-uns se servent de cette expression pour dire chasser sur ses ancres, mais improprement ; car filer sur ses ancres ne signifie rien autre chose que filer du cable pour soulager l’ancre, quand la mer est grosse. (Z)

Filer, en terme de Cardeur, c’est mettre la laine en petits cordons, en la roulant sur elle-même par le mouvement du roüet. Voyez l’article Laine.

* Filer, en terme de Cirier, c’est faire la petite bougie, & la devider sur un tour. Voyez Tour. La meche est à gauche, roulée sur un tour ; elle passe dans la bassine fort près du fond, dans un anneau qui y est soudé : elle en sort à droite, en traversant une filiere qui la réduit à la grosseur qu’on veut lui donner, & se tourne ensuite sur un autre tour placé de l’autre côté. Voyez la Planche du Cirier, & l’article Bougie.

Filer, terme de Corderie, c’est fournir, toûjours en s’éloignant du roüet & en reculant, une quantité égale du chanvre qu’on porte à sa ceinture ou à sa quenouille, afin que l’impression qu’il recevra de la roue du roüet, le torde & en forme un fil.

* Filer la Tête, en terme d’Epinglier, c’est former par le moyen d’un roüet qui devide le laiton sur une branche exprès, des sortes de petits anneaux doubles dont on fait la tête de l’épingle. Voyez Tête & Rouet, & Gaudronner, & les Planches & figures de l’Epinglier. a est le fil sur lequel on devide l’autre fil qui doit servir à faire les têtes. Ce fil sort de dessus un tourniquet b. Voyez l’article Epingle.

Filer, (Tireur d’or.) c’est ou couvrir le fil de soie ou autre, de fil d’or faux ou fin ; ou tirer à la filiere le fil d’or faux ou fin. Voyez à l’article Or, la maniere de le filer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « filer »

Étymologie de filer - Littré

Fil ; bourguig. fillai, ll mouillées ; provenç. filar ; espagn. hilar ; portug. fiar ; ital. filare. D'après Jal, filer, en termes de marine, vient de l'anglais to veer, suédois fire, hollandais vieren, dont, au lieu de firer, on a fait, par une assimilation fautive, filer. Mais, comme filer, de la marine, peut s'expliquer par une métaphore prise de l'action de filer à la quenouille, et qu'il y a, dans l'étymologie de Jal, la difficulté de changer r en l, on n'est pas autorisé à séparer ce filer-là des autres filer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de filer - Wiktionnaire

Dénominal de fil ou du bas latin filare (« étirer en fil, faire couler en fil »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « filer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
filer file play_arrow

Conjugaison du verbe « filer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe filer

Évolution historique de l’usage du mot « filer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « filer »

  • Déja tenu en échec à Séville (0-0) il y a deux journées, le Barça a de nouveau laissé filer deux points ce samedi en concédant le nul (2-2) contre le Celta Vigo. , Sport | Espagne : le Barça laisse filer deux points dans la course au titre
  • Les choses sont claires: la période du "quoi qu'il en coûte" est finie. Bercy va rester généreux pour financer le plan de relance mais pour le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, il n'est plus possible de laisser filer les dépenses publiques. BFM BUSINESS, Le plan de relance de Bercy devra se faire sans laisser filer les déficits publics
  • Pour relancer la croissance économique, Bank Al-Maghrib a mis en place deux mesures expansionnistes, saluées par les analystes du marché. Elles doivent être accompagnées par des plans de relance et de soutien pour préserver certains secteurs fortement touchés par la crise et stimuler la création de richesse. Ce qui implique de laisser filer le déficit budgétaire L'Economiste, Doit-on laisser filer le déficit pour relancer la croissance? | L'Economiste
  • C'est bon écrire. On regarde filer sa main, qui trace de curieuses arabesques ; et la pensée précède ou accompagne la grimace de l'encre qui s'écoule et des signes qui s'inscrivent. De François Hertel / Anatole Laplante, curieux homme
  • Aucun cheval de course n’est capable de filer aussi vite que l’argent qu’on a mis sur lui. De Anonyme
  • Tu es assez fort pour me retenir et assez intelligent pour me laisser filer... De Anna Gavalda / Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part
  • Elle vécut chez elle et fila de la laine. François Ponsard, Lucrèce, I

Images d'illustration du mot « filer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « filer »

Langue Traduction
Corse spina
Basque spin
Japonais スピン
Russe вращение
Portugais girar
Arabe غزل
Chinois 旋转
Allemand rotieren
Italien rotazione
Espagnol girar
Anglais spin
Source : Google Translate API

Synonymes de « filer »

Source : synonymes de filer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « filer »


Mots similaires