La langue française

Éclair

Sommaire

  • Définitions du mot éclair
  • Étymologie de « éclair »
  • Phonétique de « éclair »
  • Évolution historique de l’usage du mot « éclair »
  • Citations contenant le mot « éclair »
  • Images d'illustration du mot « éclair »
  • Traductions du mot « éclair »
  • Synonymes de « éclair »
  • Antonymes de « éclair »

Définitions du mot éclair

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLAIR, subst. masc.

A.− MÉTÉOR. Lumière éblouissante accompagnant la décharge électrique des masses nuageuses, précédant le tonnerre, et zébrant de façon variée un ciel d'orage. Un éclair aveuglant, fulgurant. Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes Et les ressacs et les courants :... (Rimbaud, Poés.,1871, p. 129).Moïse descendant du mont Sinaï où le Seigneur lui parla dans la foudre et les éclairs (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 174):
1. ... d'épais nuages avaient obscurci le ciel; un orage se préparait. Un éclair rapide brilla, suivi d'un violent coup de tonnerre, et la pluie commença à tomber lourdement. Musset, La Mouche,1854, p. 288.
Spéc. Éclair de chaleur. Lumière éclairant l'horizon grâce au pouvoir réflecteur de l'atmosphère, provenant d'orages assez lointains pour que le tonnerre qui suit ne soit pas audible. Non, Ce n'est pas encore l'orage; plutôt un éclair de chaleur (Green, Journal,1941, p. 136).
P. anal. Vive et brève lumière réfléchie par un objet. Un éclair électronique (ou flash). En même temps il pressa la détente de sa carabine. L'éclair jaillit (Hugo, Misér.,t. 2, 1862, p. 442).Quel pur travail de fins éclairs consume Maint diamant d'imperceptible écume (Valéry, Charmes,1922, p. 148).
SYNT. Un éclair d'acier, l'éclair blanc d'un couteau; l'éclair des baïonnettes, d'un bijou, d'une carpe, d'une griffe, d'une hache, du nacre, du sabre, du serpent.
L'éclair de + subst. (équivalent de subst. + syntagme adj. « qui a la vivacité de l'éclair »).Brandir l'éclair de son épée. Cette pure et radieuse figure de la Pucelle, qui n'eut qu'à brandir l'éclair de son épée pour éblouir et consterner les ennemis (Coppée, Bonne souffr.,1898, p. 145).
B.− Au fig.
1. Ce qui apparaît tout à coup, d'une façon soudaine et sans durer.
a) Ce qui brûle, ce qui flambe. Un éclair de haine, de malice, d'orgueil, de révolte. L'éclair de la colère brillait dans ses yeux [du père Alexis], une sueur froide ruisselait sur ses tempes dévastées (Sand, Spiridion,1839, p. 198).
b) Ce qui illumine, éblouit.
− Domaine de l'affectivité.Un éclair de bonheur, de gaieté. Un éclair de joie indicible illumina ce visage lugubre, comme fait un dernier rayon de soleil (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 462).Ne fûmes-nous pas deux ou trois fois unis par des éclairs de fraternité? (Barrès, Appel soldat,1900, p. IX):
2. J'ai éprouvé ce soir, dans une promenade solitaire, faite par le plus beau temps, quelques éclairs momentanés de cette jouissance ineffable que j'ai goûtée dans d'autres temps et à pareille saison, de cette volupté pure, qui semble nous arracher à tout ce qu'il y a de terrestre, ... Maine de Biran, Journal,1815, p. 81.
− Domaine de la conscience, de l'esprit.Un éclair de lucidité, de mémoire; avoir l'éclair du génie, du talent. Synon. illumination, intuition, révélation.L'idée, le principe, l'éclair, le premier moment du premier état, le saut, le bond hors de la suite (Valéry, Une Soirée avec Monsieur Teste,1895, p. 65).Un éclair dans la nuit, ainsi a-t-on défini la pensée (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 200):
3. Et tout à coup, de magnifiques éclairs de génie, des revirements comme Balzac n'en rêva jamais, une audace de fou inspiré qui justifie toutes les erreurs et tous les tâtonnements. Green, Journal,1932, p. 115.
4. ... le presque-rien est aussi métaphysiquement inépuisable que le renouveau est inlassable, et celui qui l'entrevoit dans l'émerveillement d'un éclair l'accueille comme le premier homme accueillerait le premier printemps du monde : ... Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 51.
Expr. Ce fut pour moi l'éclair (« l'illumination »). Fuir de ma cachette, Saisir et dévorer cette liste indiscrète, Ce fut pour moi l'éclair! (Laya, Ami loix,1793, II, 3, p. 38).Avoir quelques éclairs, son éclair. Son beau moment, son meilleur temps, le meilleur de son inspiration. Il [Balzac] a eu pourtant son éclair bien flatteur, bien chatoyant, son moment de sirène (Sainte-Beuve, Portr. contemp.,t. 2, 1846-69, p. 482).Avoir l'éclair. Le coup d'œil. Henri IV a plus que le bon sens qui plante ses jalons sur la route : il a l'éclair et l'illumination dans les périls, le rayon qui semble venir d'en haut (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 13, 1851-62, p. 221).Avoir un éclair. Quand tout d'un coup j'eus un éclair et compris que j'avais été bien naïf (Proust, Sodome,1922, p. 862).
2. [P. réf. au temps considéré dans sa rupture avec la continuité de la durée] Ce qui apparaît et disparaît aussitôt. L'éclair d'un instant, le temps d'un éclair. En un clin d'œil, le temps qu'un éclair passe, toute sa construction avait croulé (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 217).L'homme n'échappe aux lois de ce monde que la durée d'un éclair (Weil, Pesanteur,1943, p. 21):
5. ... il en est de lui [le corps de la danseuse] comme de l'âme, pour laquelle le Dieu, et la sagesse, et la profondeur qui lui sont demandés, ne sont et ne peuvent être que des moments, des éclairs, des fragments d'un temps étranger, des bonds désespérés hors de sa forme... Valéry, Eupalinos,1923, p. 41.
3. [P. réf. à l'espace considéré comme le champ représentatif de la promptitude, de la vitesse] Ce qui est (ou passe) très rapide(ment). Passer comme l'éclair; fondre sur qqc. comme l'éclair; prompt, vif comme l'éclair. Plus prompt que l'éclair, il s'élance sur son coursier (Cottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 5).L'empereur allait comme l'éclair. « La victoire, disait-il, devait être dans ma célérité. (...) » (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 87):
6. ... tenez, Monsieur de Villefort, voici un poison qui n'a pas d'antidote connu, prompt comme la pensée, rapide comme l'éclair, mortel comme la foudre; ... Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 314.
Expr. (concernant 2 et 3). Dans un éclair. Dans un éclair, elle revit le passé (Zola, M. Férat,1868, p. 69).En un éclair. En un éclair, j'ai vu ma triste adolescence (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1211).Par éclairs; travailler par éclairs. Par intermittence et chaque fois en très peu de temps. En tout cas, Racine ne soupçonna la Maintenon que par éclairs; elle jouait serré avec lui (Mauriac, Vie Racine,1928, p. 211).
C.− En constr. d'appos. avec valeur d'adj. invar. L'homme-éclair. Et voici Mirabeau, l'homme-éclair (Hugo, Paris,1867, p. 48).L'idée-éclair. Leurs péans vont chez presque tous à l'idée-éclair, à l'« intuition » (Benda, Fr. byz.,1945, p. 245).Au sens de « rapide, très rapide » déjeuner-éclair, voyage-éclair, guerre-éclair. En Yougoslavie et en Grèce, la guerre-éclair se déroule, plus rapidement encore qu'en Pologne (M. Déat dsL'Œuvre,10 avr. 1941).Victoire éclair. Un tiers loufiat qui s'y connaissait en matière de bagarre, voulut remporter une victoire éclair (Queneau, Zazie,1959, p. 239).
Fermeture éclair. Fermeture à glissière. Un sac à fermeture éclair. Ceux qui portaient les combinaisons de mécanicien à fermeture éclair, devenues l'uniforme des milices (Malraux, Espoir,1937, p. 476).
D.− Spéc., PÂTISS. Gâteau de forme allongée, glacé par-dessus, fourré à la crème et que pour cette raison, il convient de manger rapidement. Éclair au café, au chocolat. Ces sortes de gâteaux qu'on m'a dit se nommer éclairs et babas (France, Orme,1897, p. 30).
Prononc. et Orth. : [eklε:ʀ]. Enq. /ekleʀ/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. a) Ca 1121 « clarté, lumière » (St Brendan, éd. G.-R. Waters, 500) − Villon ( Œuvres, éd. Longnon et Foulet, IX, 18); b) fin xiies. « lumière vive et soudaine pendant l'orage » (S. de Freine, Vie de St Georges, éd. J.-E. Matzke, 529); c) au fig. 1604 (Montchrestien, Cartaginoise ds Œuvres, éd. Petit de Julleville, p. 141 : L'esclair trompeur d'une fausse esperance) au fig. rare avant le xixes. II. 1864 « petit gâteau de forme allongée [qui se mange très vite] » (Littré). Déverbal de éclairer*; au sens I b le mot d'abord norm. et agn. a évincé le plus usuel et plus ancien espart (espartir cf. FEW t. 7, p. 684a). Fréq. abs. littér. : 3 192. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 966, b) 7 089; xxes. : a) 4 474, b) 3 701. Bbg. Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 33. − Gohin 1903, p. 335. − Göhri (K.). Die Ausdrücke für Blitz und Donner im Galloromanischen. R. de dialectol. rom. 1912, t. 4, p. 45, 140. − Gottsch. Redens. 1930, p. 10.

Wiktionnaire

Nom commun

éclair \e.klɛʁ\ masculin

  1. (Météorologie) Lumière vive et soudaine causée par la foudre, qui brille entre les nuages et qui précède le bruit du tonnerre lors d'un orage.
    • Et les éclairs, de même, se produisent selon plusieurs modes ; en effet, c’est par le frottement et le choc des nuages que la configuration du feu propre à produire cet effet, lorsqu’elle s’en échappe, produit l’éclair. — (Épicure, Lettre à Pythoclès, traduction anonyme.)
    • De temps en temps seulement un éclair livide illuminait les appartements sombres d’un reflet bleuâtre qui disparaissait aussitôt. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre II)
    • Le ciel s’illumina d’éclairs et les éclats de la foudre retentirent. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 382 partie, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • On y est à l’aise pendant les soirs d’été où l’ombre est pleine de brises et l’on s’assied dans le jardin pour respirer la nuit. Les étoiles occupent la pensée, on voit quelques éclairs qui sont « des efforts de chaleur » et l’on vit paisiblement au milieu des siens en fumant ses premières cigarettes. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, pages 53-54)
    • La lumière rasante faisait paraître d’un noir intense les nuées qui furent déchirées bientôt par cent autres lumières, lorsque les éclairs les parcoururent. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  2. (Par extension) Tout éclat de lumière étincelante et mobile qui paraît à la surface des objets.
    • Les éclairs de l’épée sont des éclats de lumière qui se réverbèrent sur la lame de ces armes blanches.
  3. (Figuré) Éclat fugace.
    • Tout à l’heure, […], j’ai vu un corsage de velours noir se pencher à demi au-dessus d’une fenêtre et de grands yeux noirs jeter un éclair. — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, volume 2, 1866)
    • Et il descendit de sa chaire, plus rouge et plus excité que jamais, les yeux lançant des éclairs et brandissant vers la nef un poing terrible et vengeur. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Figuré) Manifestation brusque et rapide.
    • Et ce fut sans plus tarder, parmi la paille, préparée d’avance bien sûr, la culbute amoureuse, l’éclair des cuisses sans pantalon, l’étreinte farouche et brutale. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai essayé un nombre incalculable de fois. À un moment, j’en eus assez et m’apprêtai à renoncer… lorsqu’un éclair surgit. — (Seymour Papert, trad. Étienne Cazin, L’enfant et la machine à connaître : Repenser l’école à l’ère de l’ordinateur, Dunod, Paris, 1994, page 41)
    • Sa prospérité ne fut qu’un éclair.
  5. Pâtisserie en longueur, fait d'une pâte à choux, glacée sur le dessus, et fourrée de crème pâtissière à l'intérieur.
    • Ces sortes de gâteaux qu’on m'a dit se nommer éclairs et babas. — (France, Orme, 1897, page 30)
    • Le raisonnement « les éclairs au café sont des choses délicieuses, des choses délicieuses sont vendues chez les glaciers, donc les éclairs au café sont vendus chez les glaciers » est en revanche incorrect. — (Gilles Dowek, La logique, Flammarion, collection « Dominos », 1995, p. 10)
    • Aimez-vous les éclairs au café ou au chocolat ?
  6. (Zoologie) Synonyme de anomie pelure (espèce d’animaux).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCLAIR. n. m.
Lumière vive et soudaine qui brille entre les nuages au moment de l'explosion électrique et qui précède le bruit du tonnerre. Les éclairs brillent. Il a fait toute la nuit de grands éclairs. On ne voyait qu'à la lueur des éclairs. Éclairs de chaleur, Éclairs que l'on voit pendant l'été et qui ne sont pas suivis de tonnerre. Prompt, rapide comme un éclair, comme l'éclair, Très prompt, très rapide. Passer comme un éclair, Passer vite, ne durer guère. Il ne s'est point arrêté ici, il a passé comme un éclair. La gloire du monde passe comme un éclair. On dit figurément, dans le même sens, C'est un éclair, ce n'est qu'un éclair, mais seulement en parlant des Choses. Sa prospérité ne fut qu'un éclair. Il y a dans cet ouvrage des éclairs de génie. Par analogie, Les éclairs de ses yeux, L'éclat de ses yeux, la vivacité de ses regards. Ses yeux lançaient des éclairs. Il se dit aussi des Éclats de lumière qui jaillissent des armes blanches, agitées et frappées d'une clarté quelconque. Les éclairs de l'épée. Il se dit, en termes d'Arts, d'une Lumière étincelante et mobile qui paraît à la surface du bouton d'or ou d'argent resté sur la coupelle. Il se dit encore figurément, en termes de Pâtisserie, d'une Sorte de gâteau à la crème, ainsi appelé parce qu'il est vite mangé. Éclair au café ou au chocolat.

Littré (1872-1877)

ÉCLAIR (é-klêr) s. m.
  • 1Lumière vive et soudaine qui, s'échappant du sein des nuages, précède ordinairement le bruit du tonnerre et est produite par les masses d'électricité atmosphérique, quand elles se transportent, à travers l'air, d'un nuage à un autre, ou d'une partie à une autre d'un même nuage. Pareille à ces éclairs qui dans le fort des ombres Poussent un jour qui fuit et rend les nuits plus sombres, Corneille, Hor. III, 1. Ni les éclairs ni le tonnerre N'obéissent point à vos dieux, Racine, Esth. I, 5. Les éclairs sont moins prompts, Voltaire, Mérope, V, 6.

    Fig. Le propre jour du triomphe du défenseur de Lille fut celui même de l'éclair qui précéda la foudre lancée contre celui qui n'avait pas voulu le secourir, Saint-Simon, 224, 8.

    Éclairs en nappes, éclairs très étendus, diffus et formés par une lumière qui illumine une grande partie du ciel.

    Éclairs de chaleur, ceux qui paraissent à peu près dans l'horizon et qui ne sont suivis d'aucun bruit, parce que le nuage où ils se montrent est trop éloigné pour que le son se fasse entendre.

    Éclairs fulminants, éclairs linéaires formés par un trait de lumière blanche ou purpurine, et parcourant en zigzag une grande étendue du ciel ; ils sont les plus dangereux.

    Éclairs sphériques, éclairs en forme de globes de feu et marchant lentement dans l'espace ; ils sont rares.

  • 2 Par extension, toute apparition subite et rapide de la lumière. Un éclair de soleil à travers la pluie. Ou d'un plomb qui fuit l'œil et part avec l'éclair, Je vais faire la guerre aux habitants de l'air, Boileau, Épît. VI. Dieu propice, ô Bacchus, toi dont les flots divins Versent le doux oubli de ces maux qu'on adore ; Toi devant qui l'amour s'enfuit et s'évapore, Comme de ce cristal aux mobiles éclairs Tes esprits odorants s'exhalent dans les airs, Chénier, Élég. XXII. Un intervalle affreux, un farouche silence Pour un instant succède à ce terrible bruit ; Quand un coupable attend le coup de la vengeance, Telle est l'horrible pause entre l'éclair qui luit, Et la foudre qui part, et la mort qui la suit, Masson, Helv. VII.

    Les feux que semblent jeter les pierres précieuses et les cristaux, et qui, provenant de la réfraction de la lumière, ne durent qu'un instant. Cette parure lance des éclairs.

    Terme de chimie. Lumière étincelante qui paraît à la surface du bouton d'or et d'argent qui reste sur la coupelle. L'opération [de l'essai à la coupelle] est finie lorsque la surface a été bien nettoyée, qu'il ne se forme plus de crasse, et que l'argent devient tout à coup net et brillant ; c'est ce que les ouvriers nomment l'éclair, Dict. des arts et mét. Amst. 1767, mines. Ce qui s'appelle, en termes de l'art, faire l'éclair, ib. essayeur.

    Terme de mer. Éclair de harengs, éclat de lumière qui paraît sur mer, lorsque les harengs passent en troupes, et qui ressemble assez à la lumière des éclairs.

  • 3 Fig. Tout ce qui présente de l'éclat, de la vivacité. Hélas ! sans frissonner, quel cœur audacieux Soutiendrait les éclairs qui partaient de vos yeux ? Racine, Esth. II, 7. Des éclairs de ses yeux l'œil était ébloui, Racine, ib. II, 9. C'est ce corps endurci, ce port audacieux, Ce bras toujours armé, cet éclair de ses yeux, Ducis, Macb. II, 2. Les éclairs qui sortaient des yeux du vieillard le rendaient semblable à Dieu, Chateaubriand, Atala, 281.

    Il se dit aussi de ce qui brille dans le style. J'en avais reçu d'elle une [lettre] fort brillante et qui jetait partout des éclairs, Méré, Œuvres posth. t. II, p. 88.

  • 4Se dit pour caractériser tout ce qui se montre et disparaît promptement. Mais comme un jour d'hiver où le soleil reluit, Ma joie en moins d'un rien comme un éclair s'enfuit, Régnier, Sat. X. M. de L… a passé ici comme un éclair, Sévigné, 443. Pendant cet heureux temps passé comme un éclair, Je me couchais sans feu dans le fort de l'hiver, Molière, Sgan. 2. Mais plus prompt que l'éclair le passé nous échappe, Racine, Esth. II, 3. Godet, évêque de Chartres, se montrait rarement à la cour, et toujours comme un éclair, Saint-Simon, 34, 135.

    Un éclair de génie, une inspiration soudaine. Un éclair de passion, transport soudain.

    Comme un éclair, se dit de quelqu'un qui va très vite. Il baisa la main et partit comme un éclair, Hamilton, Gramm. 5. Ramenez-moi comme un éclair à Constantinople, et vous serez payé sur-le-champ, Voltaire, Cand. 27.

  • 5Nom donné sur les côtes de la Manche aux anomies (mollusques).
  • 6Sorte de gâteau.

HISTORIQUE

XIIIe s. Seur la terre aparurent li esclaire de tes tonnoires, Psautier, f° 92.

XVIe s. Jà la nuyt estoit si obscure qu'on ne voyoit combattre que à l'esclair du feu de l'artillerie, qui tiroit si très menu que tonnerre n'eust là esté ouy, Jean D'Auton, Annales de Louis XII, ms. dans LACURNE. Sans la joye de vous voir en telle santé que tous les votres doivent desirer, je n'eusse sceu porter cet esclair d'ung si grant bien si mal receu [la visite de son frère], Marguerite de Navarre, Lett. CXXIX. Ilz remplirent toute la plaine d'un esclair d'acier et d'une lueur de cuivre, Amyot, P. Aem. 30. Il se leva une tempeste de tonnerres effroyables et d'esclairs ardents parmy, Amyot, Timol. 38. L'esblouit de sa splendeur et de son esclair, Charron, Sagesse, p. 331, dans LACURNE. Force flambeaux luysans comme l'esclaire, Tant que la nue en faisoit la nuict claire, la Marguerite des Marguerites, f° 199, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éclair »

(XIIe siècle) Déverbal sans suffixe de éclairer, apparait avec le sens de « clarté », (fin XIIIe siècle) « vive lumière pendant l’orage ».
(patisserie) (1863) Gâteau nommé ainsi car il se mange rapidement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Voy. ÉCLAIRER. Bourguign. éclar. Le XIIIe s. a esclaire, et, dans un texte anglo-normand, esclair, Éd. le conf. v. 3500. Dans les anciens temps, espart, éclair, espardre, éclairer (du latin spargere, répandre) était le mot le plus usuel.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éclair »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éclair eklɛr

Évolution historique de l’usage du mot « éclair »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éclair »

  • On ne doit pas attendre de l'éclair une clarté qui permette la contemplation. Roger Caillois, Les Impostures de la poésie, Gallimard
  • Le tonnerre proclame les hauts faits de l'éclair. Octavio Paz, Libertad bajo palabra, I, Condición de nube
  • La pensée n’est qu’un éclair au milieu de la nuit. Mais c’est cet éclair qui est tout. De Henri Poincaré / La Valeur de la science
  • Il y a trois actes de gouvernement : éclairer, soutenir, combattre : éclairer les aveugles, soutenir les faibles, combattre les ennemis. De Henri Lacordaire / Pensées
  • L'homme ne peut s'éclairer par Dieu ; c'est par l'homme qu'on essaiera d'éclairer Dieu. De Simone de Beauvoir / Pyrrhus et Cinéas
  • Le savant dont les moeurs sont déréglées ressemble à un aveugle qui porte un flambeau dont il éclaire les autres, sans pouvoir s'éclairer lui-même. De Mocharrafoddin Saadi / Le jardin des roses
  • Quand il s'agit d'éclairer et d'être éclairé, il faut regarder où est le devoir et non où est le péril. De Victor Hugo / Nouvelles Odes
  • La lanterne n'éclaire que celui qui la tient. De Anonyme
  • La raison souvent n'éclaire que les naufrages. De Claude Adrien Helvétius
  • Mon plus beau jour est celui qui m'éclaire. De Antoine Désaugiers
  • Plus les hommes seront éclairés, et plus ils seront libres. De Voltaire
  • La raillerie est l'éclair de la calomnie. De Proverbe chinois
  • Ouvreuse : silhouette féminine qui éclaire votre porte-monnaie. De Chaval
  • L’expérience est une bougie qui n’éclaire que celui qui la porte. De Confucius
  • Fou celui qui veut éclairer le soleil, fou celui qui veut amuser son âne. De Proverbe indien
  • Dossier : tonnerre, éclair... tout savoir sur la foudre Futura, Définition | Éclair de chaleur - Fulguration | Futura Planète
  • L’éclair de 700 km qui avait traversé le ciel brésilien en 2018 vient de recevoir le record du plus long éclair. Un record de durée a été attribué, lui, à un éclair déployé en Argentine en mars 2019. SudOuest.fr, Vidéo. Foudre au Brésil : record mondial pour un éclair de plus de 700 km de long

Images d'illustration du mot « éclair »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « éclair »

Langue Traduction
Anglais lightning bolt
Espagnol rayo
Italien fulmine
Allemand blitz
Chinois 闪电
Arabe صاعقة برق
Portugais relâmpago
Russe удар молнии
Japonais 稲妻
Basque tximista
Corse fulmine
Source : Google Translate API

Synonymes de « éclair »

Source : synonymes de éclair sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éclair »

Partager