La langue française

Renaître

Définitions du mot « renaître »

Trésor de la Langue Française informatisé

RENAÎTRE, verbe intrans.

I.
A. − RELIG., MYTH. [Le suj. désigne un être organisé, gén. un être humain] Commencer une nouvelle vie, entrer de nouveau dans le processus biologique propre aux êtres animés. Voilà qu'on m'enterre (...) Lise m'arrache au monument; Puis encor, je ne sais comment, Je me sens renaître auprès d'elle (Béranger,Chans., t. 3, 1829, p. 127).Trelawny recueillit les cendres et les ossements blanchis [de Shelley] dans une urne de chêne (...). Les enfants du village (...) se racontaient les uns aux autres qu'en portant ces débris en Angleterre, les morts renaissent de leurs cendres (Maurois,Ariel, 1923, p. 351).
[Avec un adj. ou un attribut exprimant un état de nature] Voulez-vous (...) ressusciter avec toutes vos circonstances actuelles, renaître baron ou marquis? (Staël,Allemagne, t. 4, 1810, p. 185):
1. La même ignorance d'une loi générale de continuité et de progrès dans l'univers, et dans chacun des êtres qui font partie de cet univers, a permis aussi à l'imagination des hommes de s'égarer dans la pensée que l'homme pouvait, perdant sa nature d'homme, renaître animal ou plante. P. Leroux,Humanité, 1840, p. 294.
[P. réf. au mythe du Phénix] Renaître de ses cendres. V. cendre II A.
Au fig., THÉOL. CHRÉT. Revenir à l'état de grâce, sortir du péché. Renaître par le baptême, par la pénitence; renaître à la vie éternelle. Le prêtre ayant glapi: « Bah! mourir, c'est renaître! » Peu payé, priera mollement (Rollinat,Névroses, 1883, p. 279).C'est à son insu qu'il [Rousseau] dépouille le christianisme de l'essentiel: mourir pour renaître; mourir à soi-même pour renaître dans le Christ (Mauriac,Gds hommes, 1949, p. 86).
B. − [Le suj. désigne un végétal ou une partie d'un organisme vivant] Croître de nouveau, repousser. Herbe qui renaît à la première pluie; plumes qui repoussent. La poésie la représente [l'hydre] comme un serpent à cent têtes, qui sans cesse renaissent de leurs blessures (Dupuis,Orig. cultes, 1796, p. 117).Dans certaines espèces l'arbre se marcotte lui-même, laisse pendre une branche à terre et, de cette branche, il renaît (Cocteau,Diff. d'être, 1947, p. 169).
II. − Au fig.
A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Connaître une nouvelle vigueur, reprendre des forces (sur le plan physique ou moral). Je me sens renaître à l'air pur. Je suis arrivé (...) j'ai repris mes habitudes; je ne m'ennuie pas encore: d'abord cela me fait renaître de revoir Marie (Mallarmé,Corresp., 1864, p. 133).Une première journée d'été et de grande chaleur. On se sent renaître (Loti,Journal, 1878-81, p. 95).C'est que vous passez un dur moment où la nature entière chuchote le conseil de renaître, d'étreindre, de se parer (Colette,Pays. et portr., 1954, p. 257).
[Avec un attribut exprimant un état] Chez moi, je m'oubliais dans le sommeil de la fatigue, je renaissais belle, gaie, folle pour le monde (Balzac,Secrets Cadignan, 1839, p. 356).
2. Renaître à.[Le compl. prép. introd. par à désigne un état, une faculté, un sentiment, une sensation] Retrouver, être rendu à. Renaître à l'espoir, au bonheur, à la conscience, à la santé. Après toutes ses convulsions, parfois plus violentes qu'ailleurs, elle [la France] ne tarde pas à renaître à l'ordre et à l'autorité dont elle a le goût naturel et l'instinct (Bainville,Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 282):
2. ... maintenant qu'il s'était enfin trouvé le courage de rompre avec elle, il renaissait à des libertés, à des volontés qu'elle avait annihilées, par l'ensorcellement de sa grâce, qu'elle avait amollies par la tendresse de son sourire. Céard,Soir. Médan, Saignée, 1880, p. 168.
P. exagér. Renaître (à la vie). Retrouver un état de santé ou reprendre goût à la vie, après avoir été éprouvé physiquement ou moralement. Je me sentois comme un homme qui renaît à l'existence après une longue maladie (Crèvecœur,Voyage, t. 1, 1801, p. 270).Les médecins répondent de la guérison. Il renaîtra lentement à la vie (A. France,Vie littér., 1888, p. 353).
B. − [Le suj. désigne une chose]
1. Réapparaître, se manifester de nouveau, prendre un nouvel essor.
[Le suj. désigne une réalité perceptible par les sens] Le jour, le printemps renaît; le calme renaît; les étoiles renaissent. Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis, Renaîtront-ils d'un gouffre interdit à nos sondes (Baudel.,Fl. du Mal, 1857, p. 60).Il reconnaissait aussi cette joie inquiète: je commence un nouveau livre. Il allait parler de toutes ces choses qui étaient en train de renaître: les aubes, les longues nuits, les voyages (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 17).
[Le suj. désigne une réalité abstr.] Groupement politique, philosophie qui renaît; les arts renaissent. Après un sommeil de plusieurs siècles, l'ordre des Templiers s'est avisé de renaître ces jours derniers, comme le phénix, des cendres de son bûcher (Mussetds R. des Deux Mondes, 1833, p. 327):
3. Une culture renaît quand les hommes de génie, cherchant leur propre vérité, tirent du fond des siècles tout ce qui ressembla jadis à cette vérité, même s'ils ne la connaissent pas. Malraux,Conquér., 1928, p. 177.
En partic. [Le suj. désigne un état, un sentiment, une manifestation de l'esprit] Amour, espoir, confiance, passion qui renaît; sentir renaître son courage. Sous ce massage fait avec une délicatesse infinie, l'enfant sentit ses forces renaître (Verne,Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 133).Il est debout et il se met à rire en sentant renaître la combativité de jadis. Il arpente la pièce, les poings aux poches, l'œil vif et direct, la lèvre moqueuse (Martin du G.,J. Barois, 1913, p. 515).
2. Faire renaître.[Le suj. et le compl. d'obj. dir. désignent une chose concr. ou abstr.] Susciter à nouveau. Faire renaître le passé; les profits du commerce font renaître les grandes fortunes. La découverte d'un manuscrit du code de Justinien fit renaître l'étude de la jurisprudence (Condorcet,Esq. tabl. hist., 1794, p. 110):
4. ... jouissant d'être l'un près de l'autre, goûtant le prix d'un soutien, d'une présence amicale, d'un simple sourire, − jusqu'à ce qu'une parole ou un geste mal interprétés eussent fait renaître leur hostilité. Arland,Ordre, 1929, p. 408.
Rem. ,,Les temps composés et le participe passé sont rares et relèvent de la langue littéraire`` (Colin 1971).
Prononc. et Orth.: [ʀ ənεtʀ ̭], (il) renaît [-nε]. Ac. 1694, 1718: -naistre; dep. 1740: -naître. Étymol. et Hist. 1. a) 1174-76 cont. relig. « connaître un changement spirituel, une nouvelle disposition d'âme » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 564); b) fin xiies. théol. « connaître une nouvelle naissance, une régénération selon l'esprit, réalisée par la foi et le baptême » reneistre d'awe et del saint esperit (Sermons de St Bernard, 103, 38 ds T.-L.); 2. 1176-81 « naître à nouveau » en parlant d'une pers. (Chrétien de Troyes, Chevalier à la charrette, éd. M. Roques, 3057); 1269-78 (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 15960: ele [Nature] perdroit du tout son estre, S'el ne fesoit cetui [phenix] renaistre); 3. ca 1220 « réapparaître, se montrer à nouveau » en parlant des étoiles (Gui de Cambrai, Barlaam et Josaphat, éd. C. Appel, 6522); 1549 part. prés. adj. le renaissant Soleil « le soleil levant » (Ronsard, Premières poésies, Avantentrée du roi à Paris, 130 ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 1, p. 23); 4. 1269-78 « croître à nouveau (d'une végétation) » (Jean de Meun, op. cit., 19949); 5. fig. « connaître une nouvelle vie, une nouvelle vigueur » a) fin xiiies. en parlant d'un sentiment (Miracles de St Eloi, éd. M. Peigné-Delacourt, XI, p. 33b: E dedens le cuer li nassoit et ranissoit devotions); 1559 (Amyot, trad. Plutarque, Hommes illustres, Compar. Pélopidas-Marcellus, III, éd. G. Walter, t. 2, p. 705: [Il] fit renaître dans les courages des soudards romains une envie ... de se trouver aux prises encontre l'ennemi); b) 1552 en parlant d'une pers. inf. subst. mon renaistre (Ronsard, Amours, XCVII, t. 4, p. 96); c) 1640 part. prés. adj. Rome renaissante (Perrot d'Ablancourt, trad. Tacite, Hist., l. 5, c. 8 ds Rich. 1680); 6. fin xviiies. renaître à la gloire; au plaisir (Delille d'apr. Besch. 1845). Dér. de naître*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 1 565. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 980, b) 1 905; xxes.: a) 2 240, b) 1 744.

Wiktionnaire

Verbe

renaître \ʁə.nɛtʁ\ intransitif 3e groupe, défectif (voir la conjugaison) (orthographe traditionnelle)

  1. Naître de nouveau.
    • Lorsque je serai au Nirvana, ici même sera fondée une ville royale ; à la fin de sa vie, ce vieillard montera au séjour des dieux pour renaître fils du roi d'Entapatta. — (Bulletin, Volume 3, Société de Géographie de Rochefort, 1881)
    • Selon les anciens, le phénix renaissait de ses cendres. — Les pères semblent renaître dans leurs enfants.
    • (Figuré) Renaître par le baptême, par la pénitence : être lavé du péché originel, rentrer en état de grâce.
    • Nous renaissons par le baptême, par les eaux du baptême, par la pénitence.
    • Il faut mourir au péché pour renaître à la grâce.
    • (Par hyperbole) Renaître à la vie : recouvrer la santé après une maladie qui avait semblé mortelle.
    • (Figuré) Renaître à l’espoir, au bonheur : reprendre espoir après avoir désespéré, redevenir heureux après avoir éprouvé beaucoup d’afflictions, d’infortunes.
  2. Se dit de certains êtres animés et de certains organes qui prennent la place des êtres, des organes de même nature qu’on a détruits, qui ont péri.
    • La Fable dit qu’aussitôt qu’Hercule avait coupé une des têtes de l’hydre, il en renaissait d’autres.
  3. (Botanique) Repousser, croître de nouveau.
    • Au printemps les fleurs, les plantes, les arbres renaissent.
    • Toute la nature renaît au printemps.
  4. Reparaître, se remontrer.
    • Cette source, cette rivière se cache, se perd sous la terre et renaît en tel endroit.
    • Le jour renaît.
    • L’hiver va finir, et nous allons voir renaître les beaux jours.
  5. Il s’emploie aussi figurément.
    • On leur parle de roumis ennemis. Ennemis ? Les musulmanes des douars kabyles n'ont jamais vu de roumis. Comment pourraient-elles les haïr ? On leur dit qu'après le départ des roumis l'Algérie renaîtra, la terre sera aux musulmans. — (Pierre Peytavin, Messaouda, Editions Edilivre, 2014, chap. 9)
    • Cet événement fit renaître ses espérances, sa jalousie, sa haine, son amour.
    • Nous verrons renaître le calme, l’ordre.
    • Ses scrupules, ses craintes renaissent à la vue de la mort.
    • Les arts, l’industrie commencent à renaître.
    • Faire renaître une occasion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RENAÎTRE. v. intr.
Naître de nouveau. Selon les anciens, le phénix renaissait de ses cendres. Les pères semblent renaître dans leurs enfants. Fig., Renaître par le baptême, par la pénitence, Être lavé du péché originel, rentrer en état de grâce. Nous renaissons par le baptême, par les eaux du baptême, par la pénitence. Il faut mourir au péché pour renaître à la grâce. Par exagération, Renaître à la vie, Recouvrer la santé après une maladie qui avait semblé mortelle. Fig., Renaître à l'espoir, au bonheur, Reprendre espoir après avoir désespéré, redevenir heureux après avoir éprouvé beaucoup d'afflictions, d'infortunes.

RENAÎTRE se dit aussi de Certains êtres animés et de certains organes qui prennent la place des êtres, des organes de même nature qu'on a détruits, qui ont péri. La Fable dit qu'aussitôt qu'Hercule avait coupé une des têtes de l'hydre, il en renaissait d'autres. Il se dit également des Végétaux et signifie Repousser, croître de nouveau. Au printemps les fleurs, les plantes, les arbres renaissent. On dit à peu près dans le même sens : Toute la nature renaît au printemps. Il signifie quelquefois Reparaître, se remontrer. Cette source, cette rivière se cache, se perd sous la terre et renaît en tel endroit. Le jour renaît. L'hiver va finir, et nous allons voir renaître les beaux jours. Il s'emploie aussi figurément. Cet événement fit renaître ses espérances, sa jalousie, sa haine, son amour. Je sentis renaître l'espoir dans mon cœur. Nous verrons renaître le calme, l'ordre. Ses scrupules, ses craintes renaissent à la vue de la mort. Les arts, l'industrie commencent à renaître. Faire renaître une occasion.

Littré (1872-1877)

RENAÎTRE (re-nê-tr') v. a.

Il se conjugue comme naître.

  • 1Naître de nouveau, revenir à la vie. Hippolyte renaquit suivant la Fable. La gloire des méchants en un moment s'éteint : L'affreux tombeau pour jamais les dévore ; Il n'en est pas ainsi de celui qui te craint : Il renaîtra, mon Dieu, plus brillant que l'aurore, Racine, Esth. II, 9. Si Cromwell renaissait, lui qui a fait couper la tête à son roi et s'est fait souverain, il serait un simple citoyen de Londres, Voltaire, Dict. phil. Socinien. On a vu dans Bénarès des disciples de brames et jusqu'à des brames même se brûler pour renaître bienheureux, Voltaire, Pol. et lég. Fragm. sur l'Inde, 24. Il [un coupable dans les enfers] périt pour renaître, il renaît pour souffrir ; Il joint l'horreur de vivre à l'horreur de mourir, Delille, Én. VI.

    Fig. Renaître par le baptême, par la pénitence, rentrer en état de grâce.

    En un sens analogue. Prends un cœur tout nouveau ; viens, obéis, suis-moi, Et renais Espagnole, en renonçant à toi, Voltaire, Alz. I, 4.

    Par exagération. Renaître à la vie, recouvrer la santé, après avoir été fort malade. Tout nous appelle aux champs, le printemps va renaître ; Et j'y vais renaître avec lui, Gresset, Ép. à ma sœur. Lorsque plus tard, las de souffrir, Pour renaître ou pour en finir, J'ai voulu m'exiler de France, Musset, Poésies nouv. Nuit de décembre.

    Fig. Renaître au bonheur, redevenir heureux, après beaucoup d'afflictions, de malheurs.

  • 2Il se dit d'êtres animés qui prennent la place d'êtres semblables morts ou détruits. On ne saurait venir à bout de nettoyer ce jardin de colimaçons ; plus on en tue, plus il en renaît.

    Particulièrement. Être reproduit semblable, en parlant de personnages. Mille vengeurs d'un roi renaîtront de sa cendre, Du Ryer, Scévole, II, 3. Renaîtra-t-il jamais un autre ami de la vérité que mon sort n'effraye pas ? Rousseau, Lett. de la Montagne, 5.

  • 3En parlant des végétaux, repousser, croître de nouveau. Au printemps les fleurs renaissent.

    On dit à peu près dans le même sens : Toute la nature renaît au printemps.

    Il se dit, par analogie, de tout ce qui repousse. Ses cheveux commencent à renaître. Quand les premières dents sont tombées, il en renaît d'autres. Les têtes de l'hydre de Lerne renaissaient sous la main d'Hercule qui les coupait.

  • 4Reparaître, se remontrer. Le Rhône se perd sous la terre, puis renaît un peu plus loin. Les loupes renaissent quelquefois, quand on les croyait guéries. Tel fut cet empereur sous qui Rome adorée Vit renaître les jours de Saturne et de Rhée, Boileau, Épit. I. Déjà le jour renaît ; tout le peuple s'avance, Voltaire, Fanat. IV, 6. J'aime les beaux vers autant que M. le comte de Provence, à qui je sais bon gré d'ailleurs de faire renaître le temps des anciens troubadours, Voltaire, Lett. Delisle, 10 juill. 1774.
  • 5 Fig. Il se dit de tout ce que l'on compare à une renaissance. Le quiétisme renaissant en M. de Cambrai, Bossuet, Rem. Réponse, VII, 12, 54. Cette gloire [situation éclatante] qu'il a maintenue, et qu'il a vue renaître en ses enfants de génération en génération, Fléchier, le Tellier. [C'est] L'ennemi des Romains, l'héritier et l'appui D'un empire et d'un nom qui vont renaître en lui, Racine, Mith. III, 5. Jérusalem renaît plus brillante et plus belle, Racine, Athal. III, 7. Je remarquais ce que disait Mentor, et je sentais renaître mon courage au fond de mon cœur à mesure que ce sage ami me parlait, Fénelon, Tél. II. Les conjurations au commencement du règne d'Auguste renaissaient toujours, Montesquieu, Rom. 11. Ces feux qu'on croit éteints renaissent de leur cendre, Voltaire, Œdipe, II, 2. Ah ! je revois le jour, et mes forces renaissent, Voltaire, Fanat. IV, 4. L'Allemagne se polit et s'embellit tous les jours ; l'Italie semble renaître ; puisse durer longtemps une félicité dont on ne sent pas assez le prix ! Voltaire, Pol. et lég. Fragm. sur l'Inde, 34.
  • 6 Absolument. Reprendre des forces, des qualités morales. Avec la liberté Rome s'en va renaître, Corneille, Cinna, I, 3. Je renais, et je sens s'affermir dans mon sein Cette intrépidité dont je doutais encore, Voltaire, Orphel. V, 4. Rustan, en entendant ces paroles, se sentit renaître, Voltaire, Blanc et noir. Nous renaissons, ma Julie ; tous les vrais sentiments de nos âmes reprennent leur cours ; la nature nous a conservé l'être, et l'amour nous rend la vie, Rousseau, Hél. III, 16. S'il pouvait à la fois retrouver les souvenirs de sa patrie et recevoir par l'imagination une vie nouvelle, renaître pour l'avenir, sans rompre avec le passé ! Staël, Corinne, II, 4.

    Renaître jusque-là que…, reprendre ses premières vertus au point de… …si jusque-là Rome pouvait renaître, Qu'elle fût en état de se passer de maître, Corneille, Othon, III, 3.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire être : Il est rené à l'espérance.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne que li hom porroit entrer Au ventre sa mere et renestre, la Charrette, 3056.

XIIIe s. Quant li pecheour, qui sunt ausi come foins, seront rené, ce est resuscité au jour del joïse [jugement], Psautier, f° 112. Car les estoiles si comportent, De signe en signe se reportent, Or se coukent [couchent] selonc droiture, Or renaissent selonc nature, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 171. Le jour de la Saint Marc, me dit le roy que à celi jour il avoit esté né ; et je li diz que encore pooit il bien dire que il estoit renez, quant il de celle perilleuse terre eschapoit, Joinville, 283.

XVIe s. Il feist renaistre es courages des soudards une envie de se trouver aux prises, Amyot, Pélop. et Marc. comp. 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « renaître »

 dérivé de naître avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Re…, et naître ; prov. renascer ; cat. renaixer ; espagn. renacer ; ital. rinascere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « renaître »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
renaître renaitr

Citations contenant le mot « renaître »

  • Nul ne voudrait mourir, nul ne voudrait renaître. De Voltaire / Poème sur le désastre de Lisbonne
  • Être parisien, ce n'est pas être né à Paris, c'est y renaître. De Sacha Guitry
  • La passion nous fait renaître à la vie, nous sensibilise à la mort. De Gilbert Langlois / Le domaine Cassaubon
  • Mourir dans un monde c'est renaître dans l'Autre Monde. De Stephen Lawhead / Le chant d'Albion
  • La pensée est immortelle, à condition qu'on la fasse perpétuellement renaître. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Le passé ne peut renaître. De Alain-Fournier / Le grand Meaulnes
  • Personne ne sait encore si tout ne vit que pour mourir ou ne meurt que pour renaître. De Marguerite Yourcenar / Anna, soror...
  • Le poème ne meurt pas pour avoir vécu : il est fait expressément pour renaître de ses cendres et redevenir indéfiniment ce qu'il vient d'être. De Paul Valéry / Variété
  • C'est cela l’amour : s’évanouir comme un souffle dans la chaleur d’une peau plus douce que la sienne, s’oublier et renaître. De Jean Barbe / Le travail de l’huître, 2008
  • Il faudrait renaître une vie pour la peinture, une autre pour la musique, etc. En trois ou quatre cents ans, on pourrait peut-être se compléter. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • L'aventure n'existe pas. Elle est dans l'esprit de celui qui la poursuit, et dès qu'il peut la toucher du doigt, elle s'évanouit pour renaître bien plus loin, sous une autre forme, aux limites de l'imagination. De Pierre Mac Orlan / Petit manuel du parfait aventurier
  • « On veut faire renaître notre belle ville de Châteaudun, créer un élan et ça passe par les images. » Le nouveau maire (DVG) Fabien Verdier a dévoilé, mercredi 29 juillet, le nouveau logo officiel de la Ville de Châteaudun. Moins d’un mois après son installation, il a décidé de changer l’identité visuelle de la municipalité en reprenant son logo de campagne pour les élections municipales. www.lechorepublicain.fr, La Ville de Châteaudun "veut renaître" avec un nouveau logo - Châteaudun (28200)
  • Une antique échoppe, mitoyenne, après une longue fermeture, vient de renaître, accueillant dans ses murs et sous ses voûtes de pierres, Simon Cointe, le chef de la cuisine centrale bio de Barjac et Mélanie, sa femme, qui sera, elle aussi, bientôt derrière les fourneaux. Ouvert uniquement le soir, il prévoit de la vente à emporter. Il propose le steak d’Angus français, le magret de canard…, le pain est cuit sur place, et tout est maison, sauf les glaces. Simon espère pouvoir les faire rapidement lui-même. Le succès est déjà là puisque la renommée du chef l’a précédée dans son entreprise qui devrait fonctionner à l’année. midilibre.fr, Une antique échoppe vient de renaître - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « renaître »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « renaître »

Langue Traduction
Anglais reborn
Espagnol renacido
Italien rinascere
Allemand wiedergeboren
Chinois 重生
Arabe ولدت من جديد
Portugais renascido
Russe возродиться
Japonais 生まれ変わる
Basque birsortzen
Corse rinvivitu
Source : Google Translate API

Synonymes de « renaître »

Source : synonymes de renaître sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « renaître »

Renaître

Retour au sommaire ➦

Partager