La langue française

Déporter

Sommaire

  • Définitions du mot déporter
  • Étymologie de « déporter »
  • Phonétique de « déporter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « déporter »
  • Citations contenant le mot « déporter »
  • Images d'illustration du mot « déporter »
  • Traductions du mot « déporter »
  • Synonymes de « déporter »
  • Antonymes de « déporter »

Définitions du mot déporter

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPORTER, verbe trans.

I.− [Avec l'idée dominante d'éloignement] .
A.− Condamner une personne à la peine de la déportation, l'exiler dans un lieu déterminé hors du territoire national. On les déporta dans une île; ils furent tous déportés à la Guyane (Ac.1835-1932).Les lettres de cachet permettaient au pouvoir royal, (...) d'exiler, de bannir, de déporter, d'enfermer pour sa vie entière, sans jugement, un homme quel qu'il fût (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 222):
1. Les royalistes, qui depuis le 9 thermidor avaient fait déporter tant de montagnards et de patriotes, ont jeté plus tard de grands cris et poussé des gémissements sans fin sur les souffrances de leurs gens à Sinnamarie, sur la famine, la grande chaleur et les maladies qu'ils avaient supportées à Cayenne. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan.t. 2, 1870, p. 442.
P. ext., vieilli. Transporter une personne, une chose, hors de son pays, de son milieu d'origine. Lord Elgin, en déportant au British Museum les frises du Parthénon (L. Daudet, Ét. et mil. littér.,1927, p. 27).
B.− Mod. Interner dans un camp de concentration. Être déporté dans un camp de concentration, au camp de X. L'ennemi (...) jetait en prison des milliers de patriotes pour les déporter ensuite (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 227).
II.− [Avec l'idée dominante d'écart latéral]
A.− [Le suj. désigne le vent, le courant, etc.] Écarter un véhicule, un corps en mouvement de sa route, de sa ligne de marche, de sa trajectoire. Le courant déporte le nageur; avion déporté par le vent; être déporté [en voiture] dans les virages; voiture [dont la direction est instable] déportant à droite ou à gauche. Synon. dévier.Une mouette silencieuse, déportée par le vent, décrivait des lacets et des pentes (Queffélec, Recteur,1944, p. 28):
2. ... déporté malgré lui de son siège, il [Jacques] perd l'équilibre. Sa courroie lui laboure les côtes. Que se passe-t-il donc? L'avion a perdu sa position horizontale, et pique du nez. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 731.
Emploi pronom. à sens passif. [Le suj. désigne un véhicule, un corps en mouvement] S'écarter de sa route. La voiture se déporte sur le bas-côté. Cerf-volant il [Apollinaire] devenait. Léger, luttant, secouant ce fil, se creusant, se déportant de droite et de gauche (Cocteau, Diff. d'être,1947, p. 160).
B.− Au fig., rare. Avec les « camarades », il [Gide] se laisse souvent déporter au delà des limites qu'il s'était tracées (Martin du G., Notes A. Gide,1951, p. 1404).
III.− Emploi pronom. [Avec l'idée de désistement]
A.− Vx. Se désister, se départir. Se déporter de ses prétentions; il s'est déporté de la poursuite de ce procès, de cette affaire (Ac.1798-1878) :
3. Pendant cette conversation, le duc de Berri vint à la porte et dit au duc Jean : « Mon neveu, déportez-vous d'entrer au conseil, on ne vous y verrait pas avec plaisir. » Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 2, 1821-24, p. 426.
B.− DR., vieilli. [Le suj. désigne un juge, un arbitre] Se récuser. Le juge peut demander à s'abstenir (ou à se déporter), en dehors des cas de récusation déterminés par la loi, pour un simple scrupule de conscience (Nouv. Répertoire de dr., Paris, Dalloz, t. 4, 1965, p. 49).
Rem. Les sens anciens de se déporter, « se conduire; se réjouir », mentionnés encore par qq. dict. du xixes. se retrouvent dans le subst. correspondant déportement.
Prononc. et Orth. : [depɔ ʀte], (je) déporte [depɔ ʀt]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Mil. xiies. réfl. deporter « se divertir, se détendre » (Le Charroi de Nîmes, éd. D. Mc Millan, 25); 2. ca 1180 réfl. « s'abstenir » (Thomas, Tristan, fragments, éd. B. Wind, fragment Sneyd1, 648); 3. 2emoitié xiiies. « chasser » [l'ennui] (Chansons et dits artésiens, V, 13 ds T.-L.); 1495 « exiler » [en guise de châtiment] (d'apr. H. Baldinger ds Z. rom. Philol., 1951, p. 23); rare av. 1791 (Réimpression de l'Ancien Moniteur, VIII, 591 a d'apr. Th. Ranft ds Z. fr. Spr. Lit., t. 35, p. 135). Du lat. class. deportare « emporter, déporter » qui a dû prendre aussi en lat. vulg. le sens d'« amuser ». Fréq. abs. littér. : 58.
DÉR.
Déport3, subst. masc.,procédure civile. Acte par lequel un juge se déporte, se récuse de lui-même. Synon. partiel récusation.Déport d'un juge, d'un arbitre (Ac.1835, 1878).Payer sans déport (vx). Payer sans retard. Il fut condamné à payer l'amende sans déport (Ac.1798-1878).Attesté en outre ds Lar. 19e, Lar. encyclop., Littré, DG. 1reattest. 1765 (Encyclop. t. 4); déverbal de (se) déporter au sens de « s'abstenir ».

Wiktionnaire

Verbe

déporter \de.pɔʁ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se déporter)

  1. Punir de la peine de la déportation, exiler.
    • En réalité, au 1er siècle après Jésus on ne note encore sur le territoire gaulois, que la présence de quelques judéens de marque, déportés en Gaule par ordre de l’autorité romaine. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours - Avant-propos, 1937)
    • En 1944, les Tatars de Crimée furent déportés de leurs terres natales par Staline, […]. Après l'éclatement de l’Union soviétique, en 1991, 250 000 Tatars décidèrent de retourner sur leurs terres natales de Crimée. — (Keith Lowe, L'Europe barbare, traduit de l'anglais par Johan Frederik Hel Guedj, éd. Perrin (Édi8), 2013)
  2. Écarter de sa route.
    • Le lendemain, au petit jour, je n’aperçois plus la terre et mes observations me montrent que j’ai été déporté à trente milles au Sud-Est. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • (Figuré)Le délire déporte le tortionnaire : implacable pouvoir, ineffable jouissance de donner la mort. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (Pronominal) Déplacer sa trajectoire.
    • Il se déporta pour éviter l’accident.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPORTER. v. tr.
Punir de la peine de la déportation. On le déporta dans une île. Ils furent tous déportés à la Guyane. Le participe passé

DÉPORTÉ, ÉE, est souvent employé comme nom. La plupart des déportés moururent.

Littré (1872-1877)

DÉPORTER (dé-por-té) v. a.
  • 1Transporter quelqu'un dans un lieu d'où il ne doit point sortir. On a déporté les coupables.
  • 2Se déporter, v. réfl. Se désister, s'abstenir. Ce magistrat s'est déporté par délicatesse. Quant au cardinalat, le prince de Conti s'en déporterait, ou la cour demanderait deux chapeaux, La Rochefoucauld, Mém. 47. Ils se garderaient bien de leur témoigner le moindre mépris ni de s'arroger une supériorité dont ils se déporteraient volontiers en leur faveur, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 202. Il faut que cette fille se déporte de sa poursuite, à condition que M. Guillaume consentira à ce mariage, Brueys, Avocat pat. III, 9.

HISTORIQUE

XIIe s. Soz une olive se sist por deporter [avoir du plaisir], Ronc. p. 1. Bele pour qui [je] chant et deport [joue], merci ! Couci, IV. Car Charles les deporte [favorise] et nous tient si destrois, Sax. XVIII.

XIIIe s. Et por ce qu'ils sevent que je sui à si grant meschief, voelent que je me deporte [renonce à] de toute cette tierre, H. de Valenciennes, XIX. Et lors faire jurer à ces quatre preudomes noveaus esleus les sermenz devant diz, et lors doit il les quatre premiers esleus deporter de leur services, Liv. des mét. 134. Et ki onques trespasseroit cest ban, il seroit à dix livres [d'amende], et si perderoit l'oevre ki ne seroit ouvrée au fuer [titre] ki est dis, et se li convenroit deporter de l'ouvrage un an, Tailliar, Recueil, p. 240. La roche porte un bois doutable, Dont li arbre sont merveillable : L'un est brehaigne et riens ne porte ; L'autre en fruit porter se deporte [se complaît], la Rose, 5974. Amors l'avoit [la flèche] faite à ses mains, Por les fins amans conforter, Et por lor maus miex deporter [adoucir], ib. 1866. Se il connoist les loiax des triceurs, il porra et devra les loiax traire près de li et conforter et deporter, s'il ont mestier de confort et de deport, Beaumanoir, 24. Il avient souvent que li rice, qui sunt gouverneur des besongnes de le [la] vile, metent mains [moins] qu'il ne doivent, eus et lor parens, et deportent [déchargent] les autres rices homes, por ce qu'il soient deporté, et ensi cort tous li frès sor le commun des povres, Beaumanoir, L, 10. Puisqu'eles sunt prodes femes de lor cors, elles doivent estre deportées moult d'autres vices, Beaumanoir, LVII, 6. Et aussi, se li accusés se veut desporter d'estre tesmoins, il ne convient pas qu'il en face plus se il ne veut, Beaumanoir, VI, 16.

XVe s. Li maire et les pers jureront que nulz de la commune par amitié ilz ne deporteront [exempteront], ou nulz par inimitié ne blecheront [surchargeront], Ordonn. sept. 1485. Et lui fit prier que pour Dieu il se voulust deporter et retraire, Froissart, I, I, 88. Or nous deporterons-nous de parler de la matiere des deux rois…, Froissart, I, I, 146. Et se tailloient les riches [de Gand], et deportoient [exemptaient] les pauvres, Froissart, II, II, 121. Et escripvit au roy, lui suppliant qu'il se voulsist deporter de ceste entreprinse, Commines, II, 5.

XVIe s. Aulcuns lui tindrent compaignye, les aultres s'en depourtarent, Rabelais, Gar. I, 41. De tout ce negoce je me depourtoys [remettais] sus vostre bonne voulenté et paternel commendement, Rabelais, Pant. III, 48. Comme de fait je me suis toujours deporté de paroles outrageuses et piquantes, et ai presque partout tellement attrempé mon style, qu'il a esté plus propre à enseigner qu'à tirer par force, Calvin, 29. Deporte-toi de m'affliger, et je serai remis en vigueur, Calvin, 101. J'ai si grand honte de raconter telles vilenies, que je me deporte de passer outre, Calvin, Instit. 64. Si cuida Theseus au commencement user de force, mais il fut contraint par les brigues et menées de ses adversaires de s'en deporter, Amyot, Thés. 43. Les ambassadeurs dirent que Tarquinius se deportoit de plus vouloir rentrer en son royaume et de faire la guerre, Amyot, Publ. 4. Cest Antiphates avoit autrefois esté beau jeune garson, et lors s'estoit deporté [conduit] fierement envers luy sans en faire compte, Amyot, Thém. 35.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déporter »

Berry, se déporter, s'exempter ; provenç. et espagn. deportar ; ital. diportare ; du latin deportare, de la préposition de, et portare, porter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin deportare → voir dé- et porter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déporter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déporter depɔrte

Évolution historique de l’usage du mot « déporter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déporter »

  • La République de Chypre va déporter 17 migrants soupçonnés d'avoir participé à des actes terroristes ou d'appartenir aux groupes jihadistes Etat islamique (EI) ou Al-Qaïda, a indiqué le ministre de l'Intérieur Nicos Nouris. Il n'a précisé ni la nationalité de ces personnes, ni le pays vers lequel ils seraient déportés, une mesure rare. Le Figaro.fr, Chypre va déporter 17 migrants soupçonnés de liens avec l'EI ou Al-Qaïda
  • Selon l’association Oxfam, le nouveau système d’asile de la Grèce a été conçu "pour déporter les gens au lieu de leur offrir sécurité et protection". SudOuest.fr, Europe : Oxfam dénonce les "maltraitances" et "l’exploitation" des migrants en Grèce
  • « L’idée, c’est que chaque professionnel puisse déporter son activité de l’autre côté de la rue, avait proposé Ludwig Willaume, maire adjoint en charge du cadre de vie à Caen (Calvados), durant la première semaine de Juin. Objectif ? Palier à l’importante perte de chiffre d’affaires des nombreux établissements installés sur le port en offrant une surface de terrasse à la fois plus large, et gratuite d’exploitation. , Affluence sur les terrasses des bars du port de Caen, installées sur le quai du bassin Saint-Pierre | Liberté Caen
  • Enfin, pour certaines stations trop compliquées à réfrigérer, trois petits centres de données ont été placés à l'extérieur du métro afin de déporter le calcul informatique, très générateur de chaleur, d'ordinaire effectué par les antennes. Les Echos, Le métro parisien, enfin couvert en 4G | Les Echos
  • Guillaume Dumast (entraîneur de l’ES Maintenon-Pierres/R3) : « A notre niveau, c’est la santé des joueurs qui prime. En pleine période de préparation, quand il peut encore y avoir de fortes chaleurs, des matches de 90 minutes, ça suffit amplement. La suppression de la prolongation va réduire le risque de blessure, c’est une bonne chose. Alors oui, il n’y aura plus de but marqué à la 120e minute mais on retrouvera toujours le charme de la Coupe de France, avec ses exploits et ses épopées. L’intensité de la prolongation va se déporter sur la fin du temps réglementaire. Les équipes ne pourront plus attendre et se livreront pour éviter la séance de tirs au but. Et puis, cette saison, avec la coupure pour cause de Covid-19, certains joueurs auront des crampes dès la 80e minute ! » www.lechorepublicain.fr, La prolongation supprimée en Coupe de France : qu'en pensez-vous ? - Chartres (28000)
  • La politique d’“un pays, deux systèmes” n’était pas un geste de bonne volonté, mais une obligation inscrite dans le traité. En s’accordant le pouvoir d’interpeller, de déporter ou d’incarcérer qui bon lui semble, la Chine abandonne tout faux-semblant quant au respect du droit international. Il est désormais évident que la rétrocession de Hong Kong n’a pas tant signifié la fin d’un empire – le prince de Galles s’en était lamenté – que l’avènement d’un impérialisme beaucoup plus pernicieux, mais dont l’Occident a tardé à admettre l’existence. Courrier international, À Hong Kong, l’Occident s’est rendu complice d’un État totalitaire
  • Lorsque l'on veut placer des données dans un NAS, le plus courant est d'utiliser un protocole de partage réseau, comme SMB/CIFS (via Samba). Mais cela ne couvre pas tous les besoins, n'est pas toujours la solution la plus adaptée. On peut ainsi opter pour iSCSI si on veut déporter un périphérique de stockage. , Bidouille | Comment déporter le stockage de votre PC sur un NAS via iSCSI

Images d'illustration du mot « déporter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « déporter »

Langue Traduction
Anglais deport
Espagnol deportar
Italien deport
Allemand deportieren
Chinois 驱逐出境
Arabe إبعاد
Portugais deportar
Russe депортировать
Japonais 退去させる
Basque deport
Corse deportà
Source : Google Translate API

Synonymes de « déporter »

Source : synonymes de déporter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déporter »

Partager