La langue française

Crête

Définitions du mot « crête »

Trésor de la Langue Française informatisé

CRÊTE, subst. fém.

I.− [L'accent est mis sur l'idée d'élément saillant]
A.− Excroissance sur le corps d'un animal.
1. Excroissance charnue, parfois dentelée, au sommet de la tête du coq, de la poule et d'oiseaux du même genre. Crête écarlate; poulet sans crête; hocher, secouer sa crête. Crête pendante (Ac.1798-1932).De magnifiques pigeons, aux ailes bronzées, les uns surmontés d'une crête superbe (Verne, Île myst.,1874, p. 108).Les poules de son poulailler n'avaient pas (...) la crête nourrie, la plume luisante et le jabot renflé (R. Bazin, Blé,1907, p. 64):
1. ... la femelle est moins grande, de plumage moins beau, de crête et d'ergots moins développés que le mâle. À lui, au coq, la crête charnue, le bec puissant, la poitrine large, la queue abondante en faucille, les pieds aux ongles acérés. Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 245.
P. métaph. Flamboie et frissonne l'aurore, Crête rouge du coq matin (Hugo, Contempl.,t. 2, 1856, p. 316).[Des] sauges pourprées, aux crêtes éclatantes (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p. 271).
GASTR. Crête de coq. Cette excroissance charnue du coq, comme mets. Manger deux perdrix et force crêtes de coq en pâté (Mérimée, Chronique du règne de Charles IX,1829, p. 138).Douze crêtes de coq blanchies (Gdes heures cuis. fr., L. Tendret, 1896, p. 199).
Locutions
(Être) rouge comme une crête de coq. (Être) très rouge. Synon. plus cour. (être) rouge comme un coq.Cf. G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p. 8.Moi! dit enfin M. Levrault, plus rouge que la crête d'un coq (Sandeau, Sacs,1851, p. 59).
Avoir la crête rouge. Être prompt à la colère. Il se connaissait bien pour avoir le sang chaud, la crête rouge, tout de suite enclin aux « promptitudes » (Genevoix, Raboliot,1925, p. 156).Hérisser sa crête. Manifester de l'agressivité, de la colère. Cf. Amiel, Journal, 1866, p. 380.Une scène avec dents et griffes, une crête hérissée jusqu'au plafond (Giraudoux, Sodome,1943, I, 1, p. 24).
Lever, dresser la crête. Montrer de la hardiesse, de l'orgueil, de la forfanterie. Il relevait la crête, le bon papa (Martin du G., Thib.,Sorell., 1928, p. 1209).Il paraît que les calotins redressent la crête (Aymé, Jument,1933, p. 85).Baisser la crête. Montrer de l'humilité. Une femme acariâtre et sobre, qui le traitait de pochard, et devant qui il baissait la crête (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1304).Rabaisser, raplatir la crête à qqn. Lui faire rabattre ses prétentions. Synon. Rabattre le caquet.Vous faites les fiers; mais le temps approche où l'on va vous rabattre la crête sur le jabot (F. Fabre, Oncle Célestin,1881, p. 444).
P. méton. et p. métaph. Tête de l'homme. Plus on tape sur la crête du bourgeois, plus je suis content (Flaub., Corresp.,1878, p. 93).À peine daigna-t-il répondre d'un hochement de crête à cette interrogation (Cladel, Ompdrailles,1879, p. 184).Monter à la crête. Synon. cour. monter à la tête.Ces trucs-là, ça me monte à la crête (Aymé, Cléramb.,1950, IV, 1, p. 191).
2. P. ext. Excroissance ou repli membraneux sur la tête ou sur le dos de reptiles, d'amphibiens, etc. Les crêtes du caméléon (Cuvier, Anat. comp.,t. 2, 1805, p. 31).Un triton à crête (Chardonné, Épithal.,1921, p. 141):
2. [Le serpent] Et je sentais frémir le nombre, Tout le long de mon fouet subtil, De ces replis dont je m'encombre : Ils roulaient depuis le béryl De ma crête, jusqu'au péril! Valéry, Charmes,Ébauche d'un serpent, 1922, p. 144.
3. P. anal. Touffe de plumes sur la tête de certains oiseaux. Synon. huppe.La crête d'une alouette (Ac.1798-1932).Avec les cheveux drets comme des crêtes de huppes (Giono, Colline,1929, p. 40).
[Transfert au domaine hum.] Touffe de cheveux dressée. Synon. épi, houppe.Le sculpteur, avec son nez bourbonien, malgré sa lippe et sa crête de cheveux, ressemblait à Washington (Malraux, Espoir,1937, p. 468).
B.− [P. anal. de forme et/ou d'aspect]
1. Ornement, généralement allongé, sur un casque, une coiffure. La crête d'un morion, d'un armet (Ac.1798-1932).Des rangs de casques faisaient, avec leurs crêtes, comme un bataillon de serpents rouges (Flaub., Trois contes,Hérodias, 1877, p. 164).Un casque de cuivre, garni d'une peau de panthère et la crête ornée de chenille ponceau (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 90).
2. Passementerie allongée et dentelée, servant à garnir des tentures, rideaux, bas de fauteuils, etc. Le carrosse était tendu à l'intérieur de satin blanc garni d'entoilage de Binche avec crêtes et glands d'argent (Hugo, Homme qui rit,t. 3, 1869, p. 109).
3. AGRIC. Crête de labour. ,,Léger exhaussement du sol à l'extrémité d'une parcelle, ou d'un groupe de parcelles aux côtés parallèles`` (Fén. 1970). Cf. Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 125.
4. ANAT., BIOL., MÉD. ,,Tout relief allongé soulevant une surface ou la bordant`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
Crête ampullaire. Cf. ampullaire.
a) DERMATOLOGIE. [Gén. au plur.] Saillies à la surface du derme. Crêtes dermiques. Cette étude des crêtes papillaires s'étendit rapidement à la paume de la main et à la plante du pied (Hist. sc.,1957, p. 1381).
Spéc. Crêtes vénériennes (vx) ou crêtes ou crêtes de coq. ,,Végétations (...) bénignes siégeant dans la région génito-anale`` (Méd. Psychanal. 1971).
b) EMBRYOL. [Les] crêtes neurales céphaliques (...) forment quatre amas volumineux correspondant à la future émergence des quatre nerfs branchiaux (Zool.,t. 3, 1972, pp. 571-572 [encyclop. de la Pléiade]).
c) ODONTOLOGIE. ,,Bord saillant proximal de la couronne dentaire`` (Courtois 1972). Crête gingivo-osseuse ou alvéolaire. Saillant résultant de la cicatrisation alvéolaire, après avulsion dentaire (d'apr. Bat. 1972).
d) OSTÉOLOGIE. Crête osseuse; crête ischiatique, pariéto-temporale; crête de l'os iliaque, du tibia. Cette crête occipitale faible et bien rentrée sous le cerveau qui bombe (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 222).Le rapprochement ou l'écartement des crêtes iliaques (Ravault, Vignon, Rhumatol.,1956, p. 528).
5. MINÉR. Crête de coq. Masse de cristaux mince et à bords arrondis. Cf. crêté.Macle en crête de coq (Lapparent, Minér.,1899, p. 562).
6. Crête(-)de(-)coq. Genre de plantes (principalement l'amarante) dans lesquelles la lèvre supérieure de la corolle est en forme de casque. Elle cueille (...) des crêtes de coq, qui sont des crêtes jaunes (A. France, P. Nozière,1899, p. 51).Lobélies, soucis-de-vieux-garçons, bégonias, crêtes-de-coq, œillets-de-poète (Guèvremont, Survenant,1945, p. 60).
II.− [L'accent est mis sur l'idée de partie la plus élevée de qqc.]
A.− Domaine des choses concr.
1. Partie la plus élevée d'un élément de relief, faisant saillie, ligne de faîte. Crête aiguë, élevée, calcaire, neigeuse; crêtes vosgiennes; crête d'une colline, d'un plateau, des précipices, des rochers; franchir, gravir la crête. Synon. arête, cime.Les crêtes et les gorges des Alpes actuelles (Lapparent, Abr. géol.,1886, p. 406).Le contour effacé des côtes où verdissait à peine la crête des falaises (Giono, Bonheur fou,1957, p. 17):
3. On marche en soi-même vers la vérité mais l'esprit de l'homme est semblable à l'ascension des montagnes. Tu vois la crête, il te semble l'atteindre et tu découvres d'autres crêtes, d'autres ravins et d'autres pentes. Saint-Exupéry, Citadelle,1944, p. 617.
Ligne de crête. Ligne de faîte entre deux versants. Moulezun sur son éperon, aboutissement d'une ligne de crête de quinze kilomètres (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 214).
Chemin de crête. Chemin qui suit la ligne de crête. Des chemins de crête poudroyants de lumière (Aragon, Rom. inach.,1956, p. 118).
P. métaph. La crête escarpée de l'art (Delacroix, Journal,1850, p. 394).Les années qui s'étendent sur les deux versants de la crête 1900 (J. Cladel, Maillol,1937, p. 165):
4. Chateaubriand supporte peu la traduction (...). La beauté chez lui, même la beauté de la pensée, tient trop à la forme; elle est comme enchaînée à la cime des mots (...) à la crête brillante des syllabes. Sainte-Beuve, Chateaubriand et son groupe littér. sous l'Empire,t. 1, 1860, p. 363.
2. P. anal.
a) [En parlant d'une lame, d'une vague] Crête écumeuse, crête et creux d'une lame. Laissant pendre, enlacés de palpitantes flammes, des lambeaux convulsifs sur la crête des lames (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 124):
5. On entend le bruit des vagues géantes qui passent sous le bateau, qui le soulèvent (...) durant quelques fractions de secondes, on distingue leurs crêtes écumantes qui se dressent pour disparaître dans les ténèbres. Cendrars, Les Confessions de Dan Yack,1929, p. 119.
b) [En parlant d'autres éléments] Crête d'un sillon. Le soleil, près de se coucher, dorait d'une lisière de pourpre la crête des tilleuls et le sommet des vieilles ogives du presbytère (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 44).
3. Partie la plus élevée d'une construction. La crête d'une muraille, des remparts. Synon. faîte.Des enfants, courant et jouant à la crête des arènes (A. Daudet, Numa Roumestan,1881, p. 7).Des balles ricochèrent sur la crête de la barricade (Abellio, Pacifiques,1946, p. 256).
Spéc., ARCHIT. Arête supérieure (d'un mur, d'un toit, d'un élément d'édifice). Crête d'un pignon, de la toiture; un toit à crête de zinc; toit pyramidal à huit crêtes. Comme le couvreur, à cheval sur la crête, ne faisait pas mine de bouger, le prince grimpa vivement par l'escalier de la tour jusqu'au toit (A. France, Île des ping.,1908, p. 216).
P. méton. Ornement, motif décoratif placé au-dessus des faîtières, du faîte d'un comble :
6. Chacun a pu voir comment, sur les toitures de chaume, les paysans forment un large faîtage de boue, dans lequel ils piquent des plantes grasses pour maintenir la terre (...). L'origine des crêtes de comble se retrouve dans ce procédé naïf. Viollet1875.
B.− Domaine abstr.,,Seuil culminant d'un phénomène physique`` (George 1970).
1. ÉLECTR. Le tube ne s'allume que pour la crête de tension (M. de Broglie, Rayons X,1922, p. 134).
2. MÉTÉOR. Crête de haute pression. ,,Longue bande de pressions élevée en ligne à peu près droite s'allongeant entre deux dépressions stationnaires ou se déformant lentement`` (Delc. t. 2 1926).
Prononc. et Orth. : [kʀ εt]. Fait partie des mots dans lesquels la durée résultant de la disparition de l'anc. s se maintient mieux grâce à la présence dans l'orth. de l'accent circonflexe. À ce sujet cf. G. Straka, Syst. des voyelles du fr. mod., Strasbourg, Inst. de Phonét., 1950, p. 32. Pour les dict. la durée est indiquée à titre de var. ds Barbeau-Rodhe 1930, ds Passy 1914 en tant que mi-longue; elle est systématiquement transcrite ds Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Fél. 1851, Littré et DG. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme creste; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. A. 1. a) Ca 1180 de coq (A. de Paris, Alexandre, éd. in Elliott Monographs, branche III, 1414), b) xiiies. [ms. BN 1449] « ornement au sommet d'un casque » (Aliscans, 181 ds T.-L.); 2. a) ca 1160 « crête, saillie (d'une construction, ici d'une tombe) » (Eneas, éd. J. Salverda de Grave, 6488); b) xiiies. [ms.] « ligne de faîte, sommet d'une montagne » (Loh., ms. Berne 113, fo5eds Gdf. Compl. [var. tertres, terres selon les mss, cf. éd. P. Paris, Garin le Loh., t. 1, p. 96 et J. E. Vallerie, Garin, 1630]); v. aussi Pat. Suisse rom., s.v. crête 1, 3o; c) 1784 d'une vague (Bernardin de St-Pierre, Études de la nature ds Lar. Lang. fr.). B. 1539 creste au coq bot. (Est.); 1834 crête-de-coq méd. (Journ. de méd. et de chir. pratiques, V, 270 ds Quem. Fichier). Du lat. class. crista « crête d'un oiseau; aigrette, panache »; terme de bot. en lat. impérial (v. André Bot.); « sommet, cime (d'une montagne) » en b. latin. Fréq. abs. littér. : 1 050. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 290, b) 1 325; xxes. : a) 1 123, b) 1 978. Bbg. Archit. 1972, p. 116. − Gottsch. Redens. 1930, p. 101, 107. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 83.

Wiktionnaire

Nom commun

crête \kʁɛt\ féminin

  1. Excroissance charnue que les coqs et quelques autres gallinacés ont sur leur tête.
    • La gent qui porte crête au spectacle accourut. — (Jean de la Fontaine, Fables VII, 12. - cité par Littré)
    • C’est comme pour appeauter un tétras, rien de plus simple. Tu tends une feuille de chiendent entre tes deux pouces et tu souffles dans l’intervalle. Tu vois arriver le coq, la crête droite, écarlate et le collet ébouriffé. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Proéminence charnue sur la tête de quelques reptiles…
    • Et leur tête hideuse Dépasse encor son front [de Laocoon] de sa crête orgueilleuse. — (Jacques Delille, Énéide, II.- cité par Littré)
  3. Huppe qui orne la tête de divers oiseaux.
    • La crête d’une alouette.
  4. Pièce de fer en forme de crête qui surmonte un casque ou autre coiffure semblable.
  5. (Par extension) Ornement en forme de crête.
    • Une crête de pourpre en relève l’orgueil [du casque]. — (Jacques Delille, Paradis perdu, IX.- cité par Littré)
  6. Ligne de points hauts d'un relief séparant deux versants opposés.
    • Élevons-nous, avançons vers les grandes crêtes, vers les sommets escarpés des grandes chaînes. — (Cuv., Révol. page 24. - cité par Littré)
    • Le pic de Ternetiu élève sa crête parmi les nuages à douze cents mètres d’altitude. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Je me rappelai le vol dans le fameux « pot au noir », le long de la côte de l’Amérique du Sud, où je fus obligé de raser les flots jusqu’à tremper les roues du Nungesser-Coli dans la crête d’une haute vague. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Quand on remonte de Toul vers le Nord-Ouest, le paysage n'est pas sans grandeur. Ce sont de larges creux boisés ; et la vue découvre à vingt ou trente kilomètres quelque crête plus sévère. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 9, Hartmann, 1937)
    • Il fila dans sa voiture par les crêtes qui bordent le canal des Ardennes, et eut l’occasion de s’arrêter dans un village perdu, pour demander son chemin. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
  7. (Histoire) Partie la plus exaltée du parti montagnard à la Convention.
  8. (Agriculture) Terre relevée sur les bords d’un fossé qui sépare deux champs.
  9. (Architecture) L’ensemble des tuiles faîtières d’un toit.
  10. Le chaperon d’une muraille.
  11. (Architecture) Partie supérieure du glacis ou parapet du chemin couvert.
  12. (Militaire) Ligne de feu d’une redoute.
  13. (Anatomie) Saillie osseuse, étroite et allongée.
    • La crête de l’os des iles.
  14. (Odontologie) Éminence allongée, constituée de deux arêtes.
  15. (Botanique) Sorte d’axe plat et angulaire.
  16. Petite passementerie à dent comme une crête, sorte d’agrément, servant à border ou encadrer des rideaux, des sièges, etc.
    • Un magasinier au teint bilieux qui inscrivait des chiffres sur un carnet en contrôlant un stock de ballots et de crêtes l'entendit et dressa l'oreille. — (Jean Ray, Harry Dickson, La Flèche fantôme, 1932)
  17. Tas de blé qui est dans un bateau et qui est élevé en forme pyramidale.
    • Mettre du blé en crête.
  18. (Typographie) signe diacritique en forme d’une ligne verticale suscrite et utilisé principalement pour indiquer un ton moyen dans l’écriture de certaines langues tonales.
    • Ce système nous fait économiser trois signes : le circonflexe [ ̂], l’inflexe [ ̌] et la crête [ ̍] ; il nous permet sur une machine à écrire de faire un clavier sango en ne transformant que quatre touches maximum pour [ɛ] [ɔ] [ ́] et [ ̀]. — (Marcel Diki-Kidiri, Le sango s’écrit aussi... : Esquisse linguistique du sango, langue nationale de l’Empire centrafricain, collection « Langues et civilisations à tradition orale », numéro 24, 1977, Paris : SELAF, page 52)

Forme de verbe

crête \kʁɛt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe crêter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe crêter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe crêter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe crêter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe crêter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRÊTE. n. f.
Excroissance charnue, ordinairement rouge et dentelée, qui est sur la tête de certains Gallinacés. Double crête. Crête pendante. Ce coq a la crête droite. Il baisse la crête. Un pâté, un potage avec des crêtes de coq. Il désigne aussi la Huppe que quelques oiseaux ont sur la tête. La crête d'une alouette. En termes de Botanique, Crête-de-coq, Plante fort commune dans les prés, dont la fleur est en casque. Il se dit également de Cette partie relevée qui se trouve sur la tête de quelques reptiles et de quelques poissons. Il désigne aussi, par analogie, le Haut de la terre qui est relevée sur le bord des fossés, dans les champs. La crête d'un fossé. La crête de la fortification. Il se dit également de la Partie la plus élevée d'une montagne, d'un rocher, d'une grosse vague, etc. Il n'a pu monter jusqu'à la crête du rocher. La crête des vagues. Il désigne encore une Pièce de fer élevée en forme de crête sur un casque ou sur quelque autre coiffure semblable. La crête d'un morion, d'un armet, d'un casque. En termes d'Architecture, il se dit de l'Ensemble des tuiles faîtières d'un toit. En termes d'Anatomie, il se dit de Plusieurs saillies osseuses. La crête du tibia.

Littré (1872-1877)

CRÊTE (krê-t') s. f.
  • 1Excroissance charnue que les coqs et quelques autres gallinacés ont sur leur tête. Pâté aux crêtes de coq. La gent qui porte crête au spectacle accourut, La Fontaine, Fab. VII, 12.

    Fig. Lever la crête, témoigner de l'audace, de l'outrecuidance, et aussi se montrer avec plus de hardiesse. Dressant la crête et battant l'aile, Glapir quelque alarme nouvelle Dans tous les poulaillers dévots, Gresset, Ombres.

    Baisser la crête, perdre de sa confiance, de ses forces.

    Rabaisser la crête à quelqu'un, donner sur la crête à quelqu'un, l'humilier, lui infliger une mortification.

  • 2Proéminence charnue sur la tête de quelques reptiles… Et leur tête hideuse Dépasse encor son front [de Laocoon] de sa crête orgueilleuse, Delille, Énéide, II.

    Crête de morue, certain endroit du dos de la morue vers la tête.

  • 3Huppe qui orne la tête de divers oiseaux. La crête d'une alouette.
  • 4Pièce de fer en forme de crête qui surmonte un casque ou autre coiffure semblable.

    Par extension, ornement en forme de crête. Une crête de pourpre en relève l'orgueil [du casque], Delille, Paradis perdu, IX.

  • 5Cime, sommet. La crête d'un toit, d'une montagne. Élevons-nous, avançons vers les grandes crêtes, vers les sommets escarpés des grandes chaînes, Cuvier, Révol. p. 24. Je franchirais ces monts à crête immense, Où je crois voir nos vieux drapeaux flottants, Béranger, Feu du pris.

    À la Convention, la crète s'est dit de la partie la plus exaltée du parti montagnard.

  • 6Terre relevée sur les bords d'un fossé qui sépare deux champs.
  • 7 Terme d'architecture. L'ensemble des tuiles faîtières d'un toit.

    Le chaperon d'une muraille.

  • 8 Terme de fortification. La partie supérieure du glacis ou parapet du chemin couvert.

    La ligne de feu d'une redoute.

  • 9 Terme d'anatomie. Saillie osseuse, étroite et allongée. La crête de l'os des iles.

    Terme de pathologie. Crêtes de coq, excroissances aplaties, tenant à la peau par un de leurs bords et dont l'autre est irrégulièrement découpé.

  • 10 Terme de conchyliologie. Crête de coq, nom vulgaire de l'huître crête de coq et du strombe cristé.
  • 11 Terme de botanique. Sorte d'axe plat et angulaire.

    Crête-de-coq. Voy. ce mot à son rang alphabétique.

  • 12 Terme de minéralogie. Crête de coq, nom donné à des cristaux indéterminables qui, étant minces et arrondis sur les bords, imitent jusqu'à un certain point des crêtes de coq.
  • 13Petite passementerie à dent comme une crête, sorte d'agrément, servant à border ou encadrer des rideaux, des siéges, etc.
  • 14Tas de blé qui est dans un bateau et qui est élevé en forme pyramidale. Mettre du blé en crête.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nul garnement de ventres, de braieus, ou de creistes, de croupes, de gorges ou d'escroies ne doivent riens de tonlieu, Liv. des mét. 326. Renart ne fait pas grand sejor, Ains saut sur la creste del for, Ren. 8116. Et i poent faire fossé de vingt piés de lé, et plantin sur le [la] creste du fossé qui leur iert [sera], Tailliar, Recueil, p. 160.

XVe s. Et se rangerent archers tous sur les dos et crestes des fossés autour de la ville, chacun les arcs tendus et appareillés pour traire, Froissart, II, III, 41.

XVIe s. Or Osiander, amenant une cavillation si puerile, pense avoir tout gagné ; il leve les crestes, et remplit beaucoup de feuillets de vanteries, Calvin, Instit. 575. Le chevalier du dragon le prevint et luy donna autre tel coup sur la creste de l'armet qu'il la luy entama et le test si avant, que force luy fut cheoir à la renverse, Don Flores de Grece, f° CXXXIII. Fourni d'entendement comme un oison de creste, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CRÊTE.
8Ajoutez : Crête intérieure, la ligne la plus élevée d'un épaulement, celle derrière laquelle se placent les défenseurs pour faire feu ; c'est l'intersection du talus intérieur et de la plongée.

Crête extérieure, intersection de la plongée et du talus extérieur.

15Crête de coq, sorte de papillon, appelé le chameau par Lucas, bombyx camelina.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRÊTE DE COQ, crista galli, terme d’Anatomie ; éminence de l’os ethmoïde qui avance dans la cavité du crane, & à laquelle s’attache la partie de la dure-mere qui sépare le cerveau en deux, & que l’on nomme la faulx. Voyez Cerveau.

Cette éminence est appellée créte de coq, parce qu’elle en a la figure. Voyez Coq.

Dans les adultes elle paroît d’une seule piece, avec la cloison de l’os cribleux ou ethmoïde. Voyez Ethmoïde.

On donne encore le nom de crête à différentes éminences inégales & longues, de certains os. La crête du tibia, la crête de l’os des hanches. (L)

Crête de Coq, (Bot. & Mat. med.) espece de pédiculaire. Cette plante n’est point en usage parmi nous : on la croit cependant propre à arrêter les hemorrhagies de toutes especes, étant prise en décoction. On la met au nombre des plantes vulnéraires, & on la dit excellente pour guérir les fistules. (b)

Crêtes, en Bâtiment, ce sont les cueillies ou arrêtieres de plâtre, dont on scelle les tuiles faîtieres. (P)

Crête du chemin-couvert, ou plûtôt du glacis, est en Fortification, la partie la plus élevée du glacis. Ainsi l’on dit qu’on est logé sur la crête du glacis, lorsqu’on est établi sur le haut du glacis. (Q)

Crête ou Paté, (Jard.) est un terme de terrassier, qui signifie une élévation ou butte de terre que l’on trouve en dressant un terrein, & qu’il faut arraser. (K)

Crete, voyez Candie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « crête »

Du latin crista (« aigrette, crête »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, crèse ; génev. crest, crêt ; provenç. et espagn. cresta ; ital. crista ; du latin crista.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « crête »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
crête krɛt

Citations contenant le mot « crête »

  • Il n'y a pas de crête sans vent. De Ahmadou Kourouma / En attendant le vote des bêtes sauvages
  • Le présent n'est que la crête du passé et l'avenir n'existe pas. De Vladimir Nabokov / Partis pris
  • La limite entre le mal et le bien est aussi mobile et instable qu'un sentier de crête en craie fondante. De Stefan Zeromski / La nature dans son expérience et sa pensée
  • Je préfère "l'amateurisme" au "professionnalisme", savoir rester dans une sorte de crête assez hasardeuse où l'on a l'impression de savoir des choses sans en être tout à fait sûr. De Isabelle Huppert / Vogue - septembre 2012
  • Insolence: arrogante, superbe, courageuse, accrestée [qui lève la crête, comme le coq], fière… Impudence: effrontée, audacieuse, fière, arrogante, mensongère, téméraire, maligne, esvolée [impudente], rogue, perverse, hardie, bordelière [propre aux maisons de prostitution]… De Maurice de la Porte / Les Epithètes
  • C’est le plus grand et le plus gros des tritons en Bourgogne. Avec sa crête, il fait penser à un dragon mais cette espèce est devenue plus rare avec l’urbanisation grandissante. Ce triton vit sur terre toute l’année sauf pour se reproduire. , Chalonnais | Animaux insolites (2/5). Le triton crêté, le dragon des mares chalonnaises
  • Un éboulement s’est produit ce dimanche 20 décembre, tôt dans la matinée, sur la partie nord de cette crête dominant le vallon du Grand Tabuc. Un arrêté municipal a été pris pour en interdire l’accès. , Le Monêtier-les-Bains . [Vidéo] Hautes-Alpes : la crête des Grangettes s’effondre
  • Il a voulu marquer le coup en montrant que les coiffeurs avaient besoin de travailler et qu'il avait bien besoin de retrouver le sien : il avait dressé ses cheveux sur sa tête en crête pour la photo. RTL People, Le député Denis Ducarme coiffé d'une crête pour faire passer un message - RTL People
  • Deux chasseurs ont fait appel aux secouristes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Briançon ce samedi juste avant la tombée de la nuit. Vers 17 h 15, trois chiens de chasse ont pris la direction d’une crête dans le secteur de Serre Corbeau au sud-est de Réallon. En allant les récupérer, les chasseurs se sont retrouvés en mauvaise posture, bloqués par le vide, la neige, la glace. Indemnes, ils ont été descendus dans la vallée par l’hélicoptère de la gendarmerie. , Hautes-Alpes. Des chasseurs bloqués sur une crête enneigée à Réallon
  • Dans la foulée de cette intervention, Choucas 05 a pris la direction de la crête de la Charmette à Névache. Ils ont pris en charge un randonneur à ski de 62 ans victime d’une entorse du genou. Celui-ci, évoluant avec deux autres skieurs, a été bousculé par une avalanche. Non enseveli, mais entraîné sur une centaine de mètres, il n’a pu redescendre par ses propres moyens et a été contraint de faire appel aux secours en montagne. Il a été évacué par la voie des airs au centre hospitalier de Briançon. , Hautes-Alpes. Névache : un randonneur à ski fortement bousculé par une avalanche

Traductions du mot « crête »

Langue Traduction
Anglais crete
Espagnol creta
Italien creta
Allemand kreta
Chinois 克里特岛
Arabe كريت
Portugais creta
Russe крит
Japonais クレタ
Basque kreta
Corse creta
Source : Google Translate API

Antonymes de « crête »

Crête

Retour au sommaire ➦

Partager