La langue française

Houppe

Sommaire

  • Définitions du mot houppe
  • Étymologie de « houppe »
  • Phonétique de « houppe »
  • Citations contenant le mot « houppe »
  • Traductions du mot « houppe »
  • Synonymes de « houppe »

Définitions du mot houppe

Trésor de la Langue Française informatisé

HOUPPE, subst. fém.

A. − Assemblage de brins de laine, de soie, de fils liés ensemble à une extrémité de manière à former une touffe et qui sert d'ornement. Synon. pompon.Houppe de couleur; jupe frangée de houppes; bonnet, coussin orné de houppes. Au sommet de la tête quelques femmes portent encore une calotte d'or ciselé, en forme de coupe renversée; du milieu de cette calotte sort un gland d'or qui porte une houppe de perles, et qui flotte sur le derrière de la tête (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 197).Il [un Grec] portait le tarbouch de feutre rouge, inondé par derrière d'une longue houppe de soie floche bleue (Gautier, Rom. momie,1858, p. 154).L'oriflamme était en forme de gonfalon à deux queues, faite d'une étoffe (...) qu'on nommait sandal, et toute bordée de houppes de soie verte (A. France, J. d'Arc, t. 1, 1908, p. 210).V. cramignole ex.
HÉRALD. Élément du timbre des blasons des dignitaires ecclésiastiques représentant la houppe de soie qui orne leurs chapeaux. (Dict. xixeet xxes.).
Houppe (à poudrer/à poudre [de riz]). Instrument en duvet (de cygne, d'oie) ou en matière textile soyeuse qui sert à appliquer la poudre de riz. Synon. houppette.Boîte à houppe. Saint-Jean m'a dit qu'au moment où il avait approché la houppe de sa tête, il s'était levé furieux en disant : « Ah! tout ce que vous voudrez, excepté cette farine-là » (Sand, Mauprat,1837, p. 101).Les très belles houppes sont en pur duvet de cygne. La qualité moyenne se fait en duvet d'oie (...) avec environ un dixième de duvet de cygne. Il se fait aussi des houppes de velours (Lar. mén.1926, p. 668).Sur sa table de travail un poudrier d'argent était ouvert, laissant voir une houppe ronde et blanche, pareille à un petit nuage (Green, Moïra,1950, p. 158).
B. − [P. anal. de forme]
1. Touffe d'éléments naturels partant d'un même point ou d'une surface circonscrite et qui généralement s'épanouissent à leur extrémité libre. Houppe de feuilles, de fleurs, de lichen. Cette verrue était de la grosseur d'un pois chiche, et surmontée d'une petite houppe de poils très-délicats (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 72).Au lieu de feuilles qui recueillent la pluie, ce sont des houppes de petits tubes qui plongent dans l'humidité ambiante et l'absorbent (Claudel, Connaiss. Est,1907, p. 80).Un lièvre sortit des ronces − elle vit son œil effaré, bombé, sa houppe de queue noire et blanche (Pourrat, Gaspard,1930, p. 229).
Houppe (de cheveux). Synon. huppe, toupet.Riquet à la houppe, cf. étymol. 1 c. Sur son crâne très gras moutonnait un léger duvet blond châtain, avec une petite houppe dans le milieu (Barrès, Serv. All.,1905, p. 182).Un instant, il rebroussa du plat de la main, rêveur, la houppe grise qui couronnait son front hâlé (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 63).
Houppe (de plumes). Synon. aigrette, huppe.Houppe du cacatoès. Poules cochinchinoises, ces poules toutes noires avec leurs houppes blanches (Goncourt, Journal,1895, p. 814).
Houppe des arbres. Synon. cime, houppier.Houppe des noisetiers, des oliviers, des saules. Rien ne bouge, pas plus la haute houppe des palmiers que les noirs écueils du fleuve (Barrès, Cahiers, t. 6, 1907, p. 203).La houppe obscure d'un pin se juxtapose à la montagne couleur de tourterelle (Claudel, Connaiss. Est,1907p. 81).
2. Spécialement
a) ANATOMIE
Houppes nerveuses. Papilles qui terminent certains nerfs. Houppes nerveuses de la langue, du palais. Le sens du goût est celui qui paraît (...) avoir le plus de rapport avec le toucher; les saveurs ne sont en effet que le tact propre de la langue et du palais; les molécules sapides s'appliquent sur leurs houppes nerveuses (...) comme des parties plus matérielles à la surface de la main et au bout des doigts (Maine de Biran, Influence habit.,1803, p. 27).N'est pas gourmand qui veut. (...) il est des individus à qui la nature a refusé une finesse d'organes, ou une tenue d'attention sans lesquelles les mets les plus succulents passent inaperçus. La physiologie a déjà reconnu la première de ces variétés, en nous montrant la langue de ces infortunés mal pourvue des houppes nerveuses destinées à inhaler et apprécier les saveurs (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 150).Jamais ses narines (...) n'ont mieux goûté, savouré, filtré au travers d'invisibles cils, les trillions de houppes nerveuses, un air plus riche, plus dense, chargé d'odeurs (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1395).
Houppe du menton. Petit muscle conoïde implanté de chaque côté de la symphyse du menton. Certains commis de marchands ont l'habitude de placer la main qui tient la longe appliquée en arrière de la houppe du menton (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 244).
Houppes de Monks. ,,Petites élévations du péritoine du mésentère dues à la présence de pelotons graisseux dans la lunette de Monks`` (Méd. Biol. t. 2 1971).
b) TECHNOL., vx. Récipient conique muni d'une touffe de poils qui permet de diviser les parcelles de soufre à étendre sur les végétaux. Boîte à houppe. Les houppes ou boîtes à soufrer (...) consistent en une capacité percée d'orifices de petit diamètre, à travers lesquels le soufre tombe quand on agite la boîte (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 281).
Prononc. et Orth. : [up] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Homon. houp! (v. hop). Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1350 houpe « assemblage de bouts de fil, de laine, de soie, en touffe, en bouquets » (G. Le Muisit, Poésies, éd. Kervyn de Lettenhove, II, 154); b) 1559 houppe ornith. (J. Amyot, Comment on pourra recevoir utilité de ses ennemis, 10 ds Hug.); c) 1697 Riquet à la houppe [titre d'un conte de Ch. Perrault]; 2. 1409 « sommet d'un arbre » (doc. ds Gdf.). Mot de l'extrême Nord du galloroman où il a développé les sens de « touffe » et de « cime d'arbre »; vient prob. de l'a. b. frq. *huppo « touffe » que l'on peut restituer d'apr. le flam. hoppe « touffe d'herbe, toutes sortes de végétaux qui sortent de terre » et le rhénan hupp, huppen « tas de paille, de lessive, etc., en forme de pyramide »; cf. FEW t. 16, p. 268. Fréq. abs. littér. : 105.
DÉR.
Houpper, verbe trans.Disposer en houppe; garnir de houppes. Houpper de la soie (Rob.). Houpper de la laine. ,,La peigner`` (Rob.). [upe] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1798. 1resattest. a) fin xiiies. huppé « qui a une houppe » (G. de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 280), b) α) 1587 se houpper « se garnir de houppes (en parlant de la toison d'un bélier) » (P. de Ronsard, Élégies ds Œuvres, éd. P. Laumonier, t. 18, p. 250, 54), β) 1680 houpper « disposer en houppes » (Rich.); de houppe, suff. * puis dés. -er.

Wiktionnaire

Nom commun

houppe (h aspiré)\up\ féminin

  1. (Textile) Assemblage de plusieurs filets de laine, de soie, etc., liés ensemble de manière à former un bouquet, une touffe, un flocon.
    • La houppe d’un bonnet carré, d’une ceinture, de poils, à poudre de riz.
    • Pour les hommes, ils portaient tous le chapeau pointu, bordé de velours avec des houppes de soie, ou bien une casquette en peau de loup de forme assez féroce, et l’inévitable manteau de couleur tabac ou ramoneur. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Pour finir, je chargeai la houppe de son sac d’une poudre plus rosée. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, page 37)
    • (Par analogie)Le marais prend dès la dernière grange : peu à peu, l'herbe devient plus rêche, des houppes laineuses y floconnent ; il y luit des nappes de joncs ; la reine des près, le glaieul d'eau y buissonnent et, lentement, la sphaigne, la mousse décolorée, commence à régner. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • On traverse fréquemment des régions incendiées où les fûts carbonisés portent encore, comme de grosses houppes de tabac, leur ancien feuillage. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. (Par extension) Chez les hommes, touffe de cheveux sur le devant de la tête, toupet.
    • Riquet à la houppe, conte de Perrault.
  3. (Héraldique) Touffe de soie qui termine un cordon de soie entrelacé et pendant du chapeau ; elle sert de timbre au chapeau des cardinaux, archevêques, évêques et protonotaires.
  4. (Zoologie) Huppe que certains oiseaux portent sur la tête.
    • Poules cochinchinoises, ces poules toutes noires avec leurs houppes blanches.
  5. (Zoologie) Petite touffe étalée de poils en quelque partie du corps d'un animal.
  6. (Botanique) Petite touffe de poils étalés à l'extrémité d'une graine.
    • Les Angiospermes ont des modes de dissémination très variés : si nous songeons aux arbres d'abord, nous trouvons les graines légères des Peupliers que le vent transporte au loin grâce à leurs houppes de poils. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 16)
    • Le petit chat effaré gisait entre elles, hérissé, bleuâtre, pareil à la houppe du chardon. — (Colette, Les deux chattes, dans La maison de Claudine, Hachette, 1922, collection Livre de Poche, 1960, page 139)
  7. L’herbe à coton, l’élégante linaigrette, semait ses houppes soyeuses, les bourgeons précoces de l’airelle bleue des marais pointaient ça et là. Les prêles dressaient leurs épis bruns au cœur même du tapis de sphaignes. — (Line Hesser, '« 'La souche bavarde », dans Nouvelles d'autres mondes, Éditions Naturellement (Collection Fictions), 1990)
  8. (Sylviculture) La tête d’un arbre, son faîte, sa cime.
    • Le Chat-huant s’envola sans plus sonner mot, et sa dame monta la garde sur la houppe du peuplier. — (Léonce Bourliaguet, Les aventures du petit rat Justin, Société universitaire d’Éditions et de Librairie, 1935, page 50)
  9. Toison lavée et préparée pour être filée.
  10. Bout de fil d'or, d'argent ou de ruban effilé qui déborde le fer de l'aiguillette.

Forme de verbe

houppe (h aspiré)\up\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de houpper.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de houpper.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de houpper.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de houpper.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de houpper.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HOUPPE. (H est aspirée.) n. f.
Assemblage de plusieurs filets de laine, de soie, etc., liés ensemble de manière à former un bouquet, une touffe, un flocon. La houppe d'un bonnet carré. La houppe d'une ceinture. Mettre des houppes à des chevaux de carrosse. Une houppe à poudre de riz. En termes d'Histoire naturelle, Houppe de poils, Petite touffe de poils plus ou moins divergents. Cette graine est surmontée d'une houppe de poils, d'une houppe. En termes d'Anatomie, Houppes nerveuses, Petits mamelons nerveux répandus dans le tissu de la peau.

Littré (1872-1877)

HOUPPE (hou-p') s. f.
  • 1Assemblage de fils de laine, de soie, formant un bouquet, une touffe. La houppe d'une ceinture. Une houppe à poudrer.

    Terme de blason. Touffe de soie qui termine un cordon de soie entrelacé et pendant du chapeau ; elle sert de timbre au chapeau des cardinaux, archevêques, évêques et protonotaires.

  • 2 Terme de zoologie. Flocon de plumes que certains oiseaux portent sur la tête.

    Petite touffe étalée de poils en quelque partie du corps d'un animal.

    Terme de botanique. Petite touffe de poils étalés à l'extrémité d'une graine.

  • 3 Par extension, chez les hommes, touffe de cheveux sur le devant de la tête. Riquet à la houppe, Conte de Perrault.
  • 4La houppe d'un arbre, sa tête, son faîte, sa cime.
  • 5 Terme d'anatomie. Houppes nerveuses, les terminaisons des nerfs formant les papilles.

    Houppe du menton, petit muscle épais situé au menton.

  • 6Toison lavée et préparée pour être filée.
  • 7Bout de fil d'or, d'argent ou de ruban effilé qui déborde le fer de l'aiguillette.
  • 8Houppe blanche, houppe des arbres, divers champignons.

HISTORIQUE

XVe s. Une troussouere d'or faicte à corde lieres, où il y a au bout une houppe d'or et à l'autre bout un crochet, Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 428.

XVIe s. Et les picques de Byscaye, aux poignées de velours, houppes de franges de soye, Carloix, v, 32. Il est necessaire que toutes alouettes aient la houppe sur la teste, comme dit Simonides, Amyot, Timol. 48. Arbres montans en houpe [s'élevant], Nouv. coust. gén. t. I, p. 694.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* HOUPPE, s. f. (Art méchanique.) c’est un assemblage de bouts de soie ou de laine, flottans & arrangés sphériquement sur une pelote à laquelle ils sont attachés par un bout, & qu’ils couvrent de tous côtés. La partie qui termine le bonnet quarré de nos ecclésiastiques s’appelle une houppe. L’instrument avec lequel nous poudrons nos cheveux ou nos-perruques s’appelle du même nom. Celles-ci sont blanches ; & au lieu de fils de soie, la petite pelote est couverte de poils d’hédredon, ou du duvet le plus leger des autres oiseaux. Ce mot a beaucoup d’autres acceptions : le bout de fil d’or, d’argent, ou de ruban effilé, qui déborde le fer du tour ou de l’aiguillette, en est la houppe. Ce sont des houppes qui pendent aux têtieres des chevaux de carosse. Le flocon de plumes que quelques oiseaux portent sur la tête est une houppe, & l’oiseau est huppé ; le tiroir de dessus le chaperon, ou le chapelet, la cornette est en fauconnerie une houppe. Il y a des plantes à houppe, voyez Houppe (Bot.) il se dit aussi en Anatomie ; voyez Houppe, (Anatomie). Dans les manufactures, sur-tout d’Amiens, la houppe, c’est la même chose que la laine peignée & préparée par le houpier ou peigneur. Dans le Blason, c’est la touffe de soie qui termine le cordon pendant au chapeau d’un évêque, d’un archevêque, d’un cardinal, d’un protonotaire. Le rang des houppes croissent en descendant : les cardinaux en ont cinq rangs ; & au premier rang il n’y en a qu’une, & cinq au dernier ; les archevêques quatre rangs, une au premier, & quatre au dernier ; les évêques trois rangs, une au premier, & trois au dernier ; les protonotaires deux rangs, une au premier, & deux au second.

Houppe nerveuse, (Anatomie.) petit mammelon qui tire son origine de l’expansion des nerfs répandus dans le tissu de la peau. Ces petits mammelons sont visibles dans les parties qui ont le plus de sentiment, comme à la plante des piés, à la paume de la main, à la langue, & à l’extrémité des doigts. Ils rendroient la surface de la peau inégale & un peu raboteuse, si l’intervalle qu’ils laissent, n’étoit occupé par le corps réticulaire, qui est une espece de crible, dont les trous sont remplis par les houppes nerveuses : elles passent par ces trous, vont aboutir aux côtés de chaque sillon de la peau, où elles sont rangées en lignes paralleles, & forment l’organe du toucher. A l’occasion du mouvement plus ou moins fort qui s’excite dans les houpes nerveuses, l’ame qui est présente par tout, a des sensations plus ou moins vives, & si la partie devient calleuse, l’ame n’aura plus de sentiment, parce qu’il ne pourra plus y avoir de mouvement dans les nerfs. Voyez Nerf, Mammelon, Tact, Gout, Peau, Corps réticulaire. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « houppe »

Le même que huppe ; wallon, hope, houpe, sorte de houppe qui vient à l'extrémité des fèves ; norm. choupe, houppe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XIVe siècle) De houpe, (1350) du vieux-francique *huppo[1] que l'on peut restituer d'après le flamand hoppe (« touffe d'herbe, de végétaux ») et le rhénan hupp, huppen (« tas de paille, de lessive, etc. ») → voir huppe.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « houppe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
houppe up

Citations contenant le mot « houppe »

  • C’est une petite maison ordinaire, sans histoires, presque tristounette, du Brabant flamand. Il pleuvine. On sonne à la porte, le cœur à marée basse. La porte s’ouvre et, paf !, un tsunami de couleurs nous inonde. Un grand type rigolard, à la chemise rose et à la houppe tintinesque nous tend une main franche. « Bienvenue ! » Derrière lui, une femme encore plus colorée, des fleurs et un croco dans les cheveux, un exotisme jungle sur ses vêtements… et un badge sur la poitrine, où l’on peut lire « Mon fils a une belle bite » (sic). « Quand on me voit, souvent, les gens pensent “Qu’est-ce que c’est, cette folle ?” J’assume ! Je suis là pour donner du sourire », clame celle qui pourrait être une cousine de Jan Bucquoy. Le Soir Plus, Les oubliés de la culture: les Fraylich, les aventuriers de l’éphémère - Le Soir Plus

Traductions du mot « houppe »

Langue Traduction
Anglais tassel
Espagnol borla
Italien nappa
Allemand quaste
Chinois 流苏
Arabe شرابة
Portugais pendão
Russe кисточка
Japonais タッセル
Basque tassel
Corse nappa
Source : Google Translate API

Synonymes de « houppe »

Source : synonymes de houppe sur lebonsynonyme.fr
Partager