La langue française

Dent

Sommaire

  • Définitions du mot dent
  • Étymologie de « dent »
  • Phonétique de « dent »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dent »
  • Citations contenant le mot « dent »
  • Images d'illustration du mot « dent »
  • Traductions du mot « dent »
  • Synonymes de « dent »

Définitions du mot « dent »

Trésor de la Langue Française informatisé

DENT, subst. fém.

A.− ANAT. Organe dur, blanchâtre, généralement composé d'une couronne libre et d'une (ou de) racine(s) implantée(s) dans la cavité buccale et, plus particulièrement, sur le rebord libre des maxillaires, et destiné à saisir, retenir et broyer les aliments. On distingue deux types de dents : les dents temporaires ou dents de lait, et les dents définitives (Quillet Méd.1965, p. 176):
1. Les dents proprement dites ne se trouvent que dans trois classes d'animaux, savoir : les mammifères, les reptiles et les poissons; encore toutes les espèces de ces classes n'en sont-elles point pourvues... Cuvier, Leçons d'anat. comp.,t. 3, 1805, p. 103.
SYNT. Dent canine, incisive, molaire; dent carnassière; dent maxillaire; dent inférieure, supérieure; dent latérale; dent aiguë, pointue, tranchante; dent de remplacement; alvéole, capsule, collet, germe de la dent; cément, dentine, émail de la dent.
Spéc. L'une des cinq tiges calcaires, à extrémité visible et à croissance continue de l'appareil masticatoire de l'oursin (cf. Cuvier, Leçons d'anat. comp., t. 3, 1805, p. 331).
P. ext., ZOOL. Organe présentant une analogie de forme ou d'implantation.
Dent à venin (cf. crochet C 1 b).
Dent de l'œuf. Petit denticule corné présent chez l'embryon de quelques vertébrés ovipares et disparaissant après l'éclosion de l'œuf (cf. E. Perrier, Zool., t. 4, 1928-32, p. 3426).
B.− En partic. [En parlant de l'homme] « Le beau spectacle », grommelais-je alors entre mes vieilles dents branlantes (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 150).Notre mère, satisfaite, découvrit deux dents d'or, ce que, dans notre candeur, nous prîmes immédiatement pour un sourire à notre adresse (H. Bazin, Vipère,1948, p. 33).
Dent de sagesse. L'une des quatre dernières molaires qui poussent à partir de l'âge de quinze ans. Ses dents de sagesse ne sont pas encore poussées et pourtant elle est plus maligne et plus rusée qu'un vieux corbeau (Claudel, Endormie,1883, p. 7).
Pop. Dent de l'œil. Canine supérieure (cf. J. B. L., Gasc. corr., 1823).
Faire ses dents. Avoir les dents qui percent. La petite Clara, qui faisait ses dents, souffrit beaucoup de la chaleur, de la fatigue, du changement de lait (Maurois, Ariel,1923, p. 251).
SYNT. (cf. aussi C). a) Dent + adj. Dent blanche, jaune, noire; dent brillante, éclatante, saine; dent cariée, creuse, déchaussée, sensible; dent artificielle; dent aurifiée, céramisée (rare); dent plombée. b) Adj. + dent. Mauvaise, vilaine dent; fausse dent. c) Dent + subst. Dent du dessus, du devant, du fond; dent à pivot; dent en porcelaine; [le subst. désigne une matière servant de réf. esthétique] dent d'ivoire, d'opale, de perle, de porcelaine. d) Subst. + dent. Brosse, verre à dent; mal, rage de dent; arracheur de dents. e) Dent + verbe. Dent qui bouge, branle, pousse, remue, tombe; dents qui claquent, s'entrechoquent, grincent. f) Verbe + dent. Arracher, extraire, luxer, soigner une dent; perdre une dent; grincer des dents; (se) brosser, laver, nettoyer, rincer les dents. g) En constr. prép. (cf. aussi C). Avoir le cigare, la pipe aux dents; craquer, crisser, croquer sous la dent.
C.− Locutions
1. [La dent en tant qu'organe de la manducation] N'avoir rien à se mettre sous la dent :
2. ... elle n'avait vu personne qui rendît aussi brillamment justice à ses talents. Au lieu de retourner dans sa cuisine, elle restait sur le seuil de la porte à regarder Christophe, qui disait des folies, sans perdre un coup de dent... Rolland, Jean-Christophe,La Révolte, 1907, p. 570.
3. Je fais des rêves de victuailles; merveilleux. Hier, c'était une cuisse de poulet, rôtie à point, dorée, que je humais déjà. J'allais y porter la dent, quand un camion retentissant m'a réveillé. Gide, Journal,1943, p. 208.
Avoir la faim aux dents. L'air frisquet creusait l'estomac. Plus ils allaient, plus ils avaient la faim aux dents (Pourrat, Gaspard,1925, p. 237).P. méton., pop. Avoir la dent. Cf. boustifaille ex.− V'là huit plombes. Tout d'même. Cette croûte, qu'est-ce qu'elle fout, qu'elle radine pas? − Justement, moi qui ai la dent depuis hier midi (Barbusse, Feu,1916, p. 24).
Avoir les dents longues. ,,Être affamé après avoir été longtemps sans manger`` (Ac. 1932) :
4. Songez donc au total de nos sacrifices, depuis le commencement. D'abord, à la veille de la bataille, toute une armée française, épuisée, affamée. Ensuite, vous autres, qui aviez les dents longues aussi. Zola, La Débâcle,1892, p. 558.
Au fig. Être avide d'honneurs ou d'argent :
5. Deux cent mille francs en cinq mois! (...) Nous nous en tiendrons là, s'il vous plaît. Vous avez les dents longues, jeune homme; il faut vous les limer un peu. A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 16.
Aiguiser ses dents (cf. aiguiser I A b), se faire les dents. Au fig. Comme vous dites sagement : aiguisons nos dents et tirons du râtelier le plus de foin possible (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 99).L'orgueil-de-Joseph se jeta sur ces proies gémissantes et commença de s'y faire les dents (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 138).
Dévorer, manger, mordre à belles dents. Cf. beau ex. 74.Synon. à pleines dents.Au fig. Déchirer qqn à belles dents. Cf. beau ex. 75, 76.
Manger du bout des dents (cf. bout I A b).
Se briser, se casser (cf. casser I B 3 c), s'user les dents sur qqc. Au fig. Affronter un obstacle insurmontable. Il semble que l'Allemagne use ses dents sur l'armée des Soviets qu'elle avait si souvent portée en terre dans ses communiqués (Green, Journal,1942, p. 188).Le diamant de ton rire s'est brisé les dents sur le rideau de fer de la connerie et de la haine (Prévert, Paroles,1946, p. 245).
Agacer les dents. Cf. agacer ex. 8.Avoir les dents agacées. Au fig. [P. réf. à la Bible, Jérémie 31, 29-30] Subir les conséquences d'un acte inconsidéré.
2. [La dent en tant qu'organe d'attaque ou de défense] Si j'étais une sainte (...) et qu'il me fallût mourir sous la dent des bêtes (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 53).Il [Goupil] se voyait déjà attaché par les quatre membres, livré à la dent des chiens (Pergaud, De Goupil,1910, p. 30).P. métaph. D'où te vient, Ribeira, cet instinct meurtrier? Quelle dent t'a mordu, qui te donne la rage, Pour tordre ainsi l'espèce humaine et la broyer? (Gautier, Poés.,1872, p. 272).Ils rigolent, et quand ils rigolent, vous voyez leurs dents blanches, des dents de loup, ils sont prêts à mordre (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1539).
Montrer les dents. Menacer. Il se retourna pour appeler son chien qui, sentant le rat, montrait les dents à la marmotte hérissée (A. France, Dieux ont soif,1912, p. 286).Au fig. Je suis d'avis qu'il faut montrer les dents quelquefois, sous peine d'être obligé de mordre à la fin (Mérimée, Lettres ctesse de Montijo,t. 1, 1870, p. 359).
Des dents et des griffes; des dents et des ongles. Des noirs tout nus, armés de leurs dents et de leurs ongles (A. France, Île ping.,1908, p. 186).Elle se cramponnait à lui des ongles et des dents (Claudel, Soulier,1929, 1rejournée, 13, p. 703).Comme un animal sauvage (...) qui se défend et de ses dents et de ses griffes (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 643).
Avoir la dent dure, mauvaise. Au fig. Porter des critiques acerbes. Je regrette de n'être plus jeune, il me semble que j'aurais été un polémiste (...) à la dent plus mauvaise que Rochefort (Goncourt, Journal,1889, p. 1027):
6. C'est un si grand luxe d'avoir la dent dure, que nul ne pouvait supposer qu'elle se fût permis de mordre avec tant d'entrain si sa fortune ne l'avait mise à l'abri des représailles. Martin du Gard, Devenir,1909, p. 135.
3. [La dent en tant qu'organe de la phonation] Une contraction de la gorge, une émission d'air sifflante entre la langue et les dents (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 226).
Bougonner, grommeler, murmurer, parler entre ses dents. S'exprimer de façon indistincte. Tu te décides? siffla Belsenza entre ses dents (Gracq, Syrtes,1951, p. 170).
Ne pas desserrer les dents. Se taire. Personne ne desserrait les dents, que pour manger (Montherl., Démon bien,1937, p. 1348).
4. [La dent en tant que révélateur de l'âge ou de l'évolution] En vain on me dit : « Vous rajeunissez ». Croit-on me faire prendre pour mes dents de lait, ma dent de sagesse? (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 163).Un vieux monsieur, crachant sa dernière dent (Goncourt, Journal,1895, p. 871).Père a vieilli, (...) il n'a plus toutes ses dents (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 324).
Avoir toutes ses dents. Avoir atteint l'âge de raison.
Quand les poules auront des dents. Jamais :
7. − Qu'est-ce que vous ferez? − Je ferai ce que je ferai. − La semaine des quatre jeudis. − Quand les poules auront des dents. Aymé, La Jument verte,1933, p. 265.
5. [La dent en tant que révélateur d'un sentiment, d'un état (joie, colère, peur, etc.)] Cf. aussi supra loc.Rire de toutes ses dents. En ouvrant largement la bouche. Avoir la rage aux dents. Être très en colère. Être sur les dents. Être dans un état fébrile, être sur le qui-vive; (vieilli) être épuisé. La voiture [des bandits] ne peut vous échapper, observa Consuelo [au baron]; leur cheval est sur les dents (Sand, Consuelo,t. 2, 1842-43, p. 335).Claquer des dents (de froid, de peur). Serrer les dents. Montrer de la fermeté dans l'adversité. La fatigue, la faiblesse et l'horrible dégoût qui l'étreignait de plus en plus lui donnaient le vertige. Il serra les dents et marcha plus vite (Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 645).[P. réf. biblique] Il y aura des cris, des pleurs, des jurons et des grincements de dents (Éluard, Capitale douleur,1926, p. 129).
P. méton.
(Avoir la/les) dent(s) avide(s), dédaigneuse(s), féroce(s), venimeuse(s). Ses dents riaient avec une grâce inexprimable (About, Roi mont.,1857, p. 291).Il parlait la bouche serrée, les dents haineuses (A. France, Lys rouge,1894, p. 387).
Avoir, garder une dent contre qqn. Éprouver de la rancune à son égard. La dent qu'il [Piron] avait eue toute sa vie contre Voltaire ne lui tomba jamais (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 7, 1863-69, p. 458).Je vois que vous avez une dent contre lui. Qu'est-ce qu'il vous a fait? (Proust, Guermantes 2,1921, p. 490).
6. [Dans des loc. à valeur de superl. ou d'hyperb.]
Jusqu'aux dents. À cinq heures précises, le président C. de Bonfons et son oncle le notaire arrivèrent endimanchés jusqu'aux dents (Balzac, E. Grandet,1834, p. 132).Quel enfant charmant jusqu'aux dents [que ce nouveau-né nourri de lait de chèvre]! (Esparbès, Lég. outil,1903, p. 301).
Être armé jusqu'aux dents. Une sentinelle boche, armée jusqu'aux dents (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 342).
De quoi s'emplir une dent creuse :
8. Eux fouillaient leurs poches (...). Rien! Rien du tout! C'était toute l'horreur du néant, le vide navrant du gousset; juste, tout bien compté et tant or que monnaie, de quoi s'emplir une dent creuse. Courteline, Le Train de 8 h 47,1888, II, 9, p. 196.
7. Loc. Mentir comme un arracheur* de dents. Œil pour œil*, dent pour dent. Prendre le mors* aux dents.
D.− P. anal.
1. Élément saillant, généralement de forme aiguë.
a) BOT. Les feuilles [de la bugrane épineuse] sont ovales, garnies de dents aiguës (Baudrillart, Nouv. Manuel forest.,1808, p. 350).Chaque épi [d'orge] est formé d'un axe qui présente des dents alternes (Boullanger, Malt., brass.,1934, p. 37).
b) GÉOGR. Dent rocheuse. Après avoir couché au couvent de Mar-Iakoub, sur une des dents les plus abruptes de ces parages, nous entrâmes dans la région brûlante de Toula (Renan, Ma sœur,1862, p. 57).
c) TECHNOL. Dent d'acier, de fer; les dents d'une fourchette, d'une herse, d'un peigne, d'une roue, d'une scie. Il dut refaire plusieurs fois le tranchant de sa hache et les dents de sa scie (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 288).Le convoi s'ébranla sur la crémaillère, avec un cri, et se détacha dent par dent (Peyré, Matterhorn,1939, p. 284):
9. La dent d'un organe de transmission n'a ni conscience, ni honneur; elle s'engrène et se désengrène; elle ne connaît pas son moteur, elle en ignore la nature et le dessein. Arnoux, Les Crimes innocents,1952, p. 230.
d) TRAVAUX MANUELS (cf. feston). Elle les [les bandes de papier] découpe sur les côtés, en dents rondes à l'emporte-pièce (Colette, Cl. école,1900, p. 262).
2. Premier élément de loc. composées dent + de + subst.
a) Dent de scie. Motif constitué par une succession d'angles alternativement saillants et rentrants, à la manière des dents d'une scie. Sur les dents de scie de la clôture en traverses égouttaient des pots blancs, des marmites bleues (Hamp, Champagne,1909, p. 91).
En dent(s) de scie. Ses maisons aux toits en escaliers et en dents de scie (Huysmans, Art mod.,1883, p. 38).Au fig. L'approvisionnement (...) n'a pu se faire qu'en dent de scie, avec des déficits ou des excédents considérables selon les années (Industr. fr. bois, 1955, p. 11).
Spéc., ARCHIT. Beaucoup de moulures, peut-être entre autres les dents de scie, variété très commune du zigzag (...) durent leur origine à une certaine disposition des briques dans l'appareil (Mérimée, Ét. arts Moy. Âge,1870, p. 16).
b) [P. anal. avec la dent de certains animaux]
ARTS DÉCORATIFS ou B.-A.
Dent de chien. Motif ornemental formé de fleurons à quatre feuilles d'où s'échappent des filets aigus ressemblant à des dents de chien (cf. Adeline, Lex. termes art, 1884).
Dent de loup. Découpe ornementale ressemblant à une denture de loup (cf. supra dent(s) de scie). Des fleurs dans des seaux vernis et dorés sur leurs découpures à dents de loup (Balzac, Lys,1836, p. 53).Découpé en dents de loup (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 162).P. méton :
10. L'insigne [du grade de Surveillant Principal] est comparable à celle d'adjudant − le galon [,] plus large [,] est orné dans le haut de côtes en forme de dents − on nomme ici ce grade « dents de loup ». A.-L. Dussort, Journal,1932, dép. par G. Esnault, 1953, p. 5.
BOTANIQUE
Dent de brebis. Synon. de gesse (cf. Nouv. Lar. ill., Lar. 20e).Variété de maïs. Le maïs dit « dent de brebis », dont le nom révèle la forme plate et la couleur laiteuse (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 154).
Rem. Littré, Guérin 1892 signalent une variété de maïs nommée dent de cheval.
Dent de chien. Synon. cour. de érythrone, plante de la famille des Liliacées (cf. E. de Goncourt, Zemganno, 1879, p. 18).
Dent de lion. Synon. de pissenlit.Je deviens botaniste. J'étudie le bassin d'or, ou pied-de-coq, la dent-de-lion, le coucou (Renard, Corresp.,1883-1910, p. 215).Des fleurs de dents de lion (Ramuz, A. Pache,1911, p. 163).Au masc. À côté du premier dent-de-lion, la prèle des champs dressa son fragile cône vert (Guèvremont, Survenant,1945, p. 185).
TECHNOLOGIE.
Dent de chien. Ciseau de sculpteur à deux pointes. Synon. double pointe.
Dent de loup. Pièce d'assemblage. La face postérieure [des dents d'engrenage] pourrait être laissée quelconque, comme on le fait pour les dents de loup, de quelques engrenages de remontoir (Andrade, Horlog.,1924, p. 123).Lorsque la manivelle ne doit entraîner [l'arbre] que dans un seul sens, on l'engage sur l'arbre par une douille à dents de loup (Champly, Nouv. Encyclop. prat.,t. 2, 1927, p. 124).Instrument courbe servant au brunissage de la tranche des livres après dorure ou jaspage (cf. Maire, Manuel biblioth., 1896, p. 320). Croc servant à suspendre des ustensiles de cuisine ou des pièces de boucherie. Tombant d'une barre à dents de loup, des colliers de saucisses, de saucissons, de cervelas, pendaient (Zola, Ventre Paris,1873, p. 637).
Prononc. et Orth. : [dɑ ̃]. D'apr. Littré le t se lie : une dent aiguë [dɑ ̃tεgy] et au plur. l's : des dents aiguës [dɑ ̃zεgy]. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Les composés s'écrivent gén., ds les dict., avec un trait d'union (cf. Lar. 19e-Lar. Lang. fr., Guérin 1892, Rob., Quillet 1965). Mais Littré n'écrit avec un trait d'union que dent-de-loup et dent-de-chien, ce dernier uniquement dans le sens de « pointe » qu'il distingue du sens de « ciseau de sculpteur » sans trait d'union. De même que Lar. 19eécrit dents-de-scie pour le terme de sculpture et dents de scie pour celui de technol. La docum. donne, pour les composés formés avec dent, des ex. écrits sans trait d'union (cf. part. sém. de chacun d'eux). Dans les composés, c'est dent qui prend la marque du plur. : des dents-de-chien, des dents-de-cheval. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 masc. (Roland, éd. J. Bédier, 1956 : as dentz menus); id. fém. (ibid., 2346 : la dent seint Perre); ca 1150 dire entre ses denz (Pél. de Charlemagne, éd. P. Aebischer, 408); 1330-32 dens de lait (G. de Digulleville, Vie hum., 7484 ds T.-L.); diverses expr. : 1330-32 rire du bout du dent (Id., ibid., 8444, ibid.); 1340 monstrer le dent (à qqn) « s'opposer (à quelqu'un) en ennemi » (Bastard de Bouillon, 4385, ibid.); 1507-08 des menteurs et arracheurs de dens (Eloy d'Amerval, Le Livre de la Deablerie, éd. Charles-Fréd. Ward., 155 a); 1538-70 armez jusques aux dens (J. Grevin, La Tresor, p. 101); 1548 serrant de rage les dens (Noël du Fail, Baliverneries, éd. J. Assézat, p. 149); 2. 1177-79 es danz del peigne (Chr. de Troyes, Charrette, éd. M. Roques, 1354); 1erquart xives. roe a dens (Ovide moralisé, éd. C. de Boer, IV, 3826). Du lat. dens, dentis masc. (peut-être employé au fém. par Cassius Felix ds TLL s.v., 537, 41) « dent (de l'homme, des animaux); objet en forme de dent ». Fréq. abs. littér. : 6 383. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 8 028, b) 11 780; xxes. : a) 9 174, b) 8 466.
DÉR. 1.
Dentifère, adj.Qui porte des dents. Os dentifère (E. Perrier, Zool.,t. 4, 1928-32, p. 3026).Rem. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892 et Quillet 1965 attestent l'adj. synon. dentigère. 1reattest. 1928-32 (E. Perrier, Zool., t. 4, 1928-32, p. 3026); de dent, suff. -fère*, avec voyelle de transition -i- propre aux composés d'orig. lat. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Dentiforme, adj.Qui a la forme d'une dent (cf. E. Perrier, Zool., t. 3, 1899-1925, p. 2371). Seule transcr. ds Land. 1834 et Littré : dan-ti-for-m'. 1resattest. 1564 vertebre dentiforme (Rabelais, V, 20 ds Hug.) ex. isolé; 1899-1925 (E. Perrier, Zool., t. 3, 1899-1925, p. 2371); de dent, élément suff. -forme*, avec voyelle de transition -i- propre aux composés d'orig. lat. Fréq. abs. littér. : 1.
3.
Dentine, subst. fém.Tissu osseux spécialisé constituant la masse de la dent. Les dents sont souvent consolidées (...) par des replis de dentine qui vont du socle de la dent jusqu'à sa pointe (E. Perrier, Zool.,t. 3, 1899-1925, p. 2773).Une carie de la dentine (Quillet Méd.1965, p. 177).Rem. On rencontre ds la docum. l'adj.dentinaire. Qui concerne la dentine. (Attesté ds Lar. 19eSuppl. 1878-Lar. encyclop., Quillet 1965, Rob. Suppl. 1970). [dɑ ̃tin]. 1resattest. 1586 (Le Loyer, Hist. des Spectres II, 3 ds Hug.) ex. isolé; 1899-1925 (E. Perrier, Zool., t. 3, 1899-1925, p. 2773); de dent, suff. -ine*.
4.
Dentirostre(s),(Dentirostre, Dentirostres) subst. masc. (plur.).(Sous-ordre de) passereau(x) caractérisé(s) par une échancrure au niveau de la mandibule supérieure (cf. Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 339). [dɑ ̃tiʀ ɔstʀ ̥]. Ds Ac. 1932 au plur.; cf. aussi ds Land. 1834, Gattel 1841, DG, Rob. et Lar. Lang. fr. Au sing. ds Besch. 1845 et Littré. 1reattest. 1806 (Duméril Zool., p. 40); composé du lat. class. dens, dentis « dent » et rostrum « bec d'oiseau ». Fréq. abs. littér. : 1.
5.
Dentu, ue, adj.,vx. Armé de dents. La bouche dentue de Quasimodo (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 272).Limaces, limaçons, insectes de mille sortes, tous gens de terrible appétit, nés dentus, armés d'appareils admirables, d'ingénieuses machines à détruire (Michelet, Oiseau,1856, p. 175).Emploi subst. En sanscrit le lion est proprement le chevelu et l'éléphant le dentu (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 185). [dɑ ̃ty]. 1reattest. Ca 1179 (Horn, éd. F. Michel, 4659 ds T.-L.); de dent, suff. -u*. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. − Bourciez (J.). Sur un point de parémiologie fr.-ital. de G. Tilander. R. Lang. rom. 1955, t. 72, p. 339. − Clédat (L.). Être sur les dents. R. de Philol. fr. et de litt. 1927, t. 39, pp. 65-66. − Cohen 1946, p. 14. − Darm. Vie 1932, p. 73. − Delamaire (J.). Herbes et bouquets de chez nous. Vie Lang. 1972, p. 76 (s.v. dent de lion).Gottsch. Redens. 1930, passim.Martin (E.). S'il faut dire grincer les dents ou grincer des dents. Courrier (Le) de Vaugelas. 1875, pp. 186-187. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 221 (s.v. dent de loup).Quem. 2es. t. 2 1971 (s.v. dent de loup).Rog. 1965, p. 23, 71, 128, 180. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 66.

Wiktionnaire

Nom commun

dent \dɑ̃\ féminin (masculin au Québec)

  1. (Anatomie) Petits organes composés d’émail, de dentine et d'une pulpe, enchâssés dans la mâchoire, qui servent à inciser, à déchirer, à mâcher les aliments et à mordre.
    • On ne pouvait voir de fille plus fraîche, plus riante ; elle était blonde, avec de beaux yeux bleus, des joues roses et des dents blanches comme du lait ; elle approchait de ses dix-huit ans ; […]. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Le reste du visage se composait d’un teint rosé, d’une lèvre mince, surmontée d’une moustache fauve et de dents admirables. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Après tout, la population du globe est, dit-on, de quatorze cents millions d’âmes, et à trente-deux dents par habitant, cela fait près de quarante-cinq milliards. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Ses dents en or et sa claudication laissaient entendre, avant qu’il ne se fût livré à la moindre confidence, que son ancien métier entraînait certains risques. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Chiquant du tabac et recrachant entre ses dents gâtées des jets de salive marron, son père explosa de colère, […]. — (Catherine Fourgeau, Dobadjo: la première épouse, L'Harmattan, 2000, page 239)
    • Rire des gros dents, se dit en Lorraine.
  2. (Par analogie) Pointe à peu près en forme de dent.
    • Elles sont ensuite soumises à l’action d’une râpe mécanique, animée d’une grande vitesse, et munie de dents aiguës et serrées qui la déchirent et la transforment en une pulpe fine. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 124)
    • Près de la porte, contre le mur, une fourche se dressait, une de ces fourches d’acier aux longues dents puissantes et fines qui se plantent dans les gerbes de blé comme des canines de chat dans un ventre de souris. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je l'ai là, dit Ledyard. La merveille dont je vous ai parlé l'autre fois.
      Il écarta la bâche et le soleil éclaira un cultivateur à sept dents, flambant neuf, posé sur chant contre la ridelle.
      — (Jack Schaefer, L'Homme des vallées perdues, traduit de l'anglais par Eric Chédaille, éd. Libretto, 2015, chap. 2)
    1. (En particulier) Pointe de roue d’engrenage.
      • Deux grands défauts qu’on doit éviter dans un engrenage, c’est qu’il soit trop fort ou trop foible. Dans le premier cas, les dents de la roue sont sujettes à quoter, c’est-à-dire, que les deux pointes de deux dents voisines vont toucher les deux faces opposées des deux ailes du pignon ; de sorte que ni la roue, ni le pignon ne peuvent se mouvoir. — (Denis Diderot, Jean Le Rond d'Alembert, Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1782, page 457)
      • La souplesse et la douceur des transmissions par chaîne résultent de l'élasticité qu'elles présentent par suite de l’absence de tension initiale et de la répartition de l'effort moteur sur un grand nombre de dents. — (Revue industrielle, mars 1933, vol.63, page 138)
    2. (En particulier) (Populaire) Brèche au tranchant d’une lame.
      • La grosseur des dents d’une scie mue par un seul homme ne doit pas dépasser un centimètre à la base du triangle formé par chaque dent, encore cette grosseur n’est-elle bonne que pour des bois très tendres ou verts , […]. — (Alexandre-Édouard Baudrimont, Dictionnaire de l’industrie manufacturière, commerciale et agricole, t.2, J.-B. Baillière, 1841, page 108)
      • Pour augmenter la surface réellement utilisable du creux de la dent, on doit obligatoirement en augmenter la profondeur et, par conséquent, augmenter aussi l’épaisseur de la lame. — (Claude Dalois, Manuel de sciage et d'affûtage, Éditions Quae, 1990, page 27)
    3. (Géographie) Sommet de montagne découpé en forme de scie.
      • La dent du Midi, la dent d’Oche, la dent du Chat, etc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DENT. n. f.
Chacun des petits os recouverts d'une espèce d'émail, qui sont enchâssés dans la mâchoire et qui servent à inciser, à déchirer, à mâcher les aliments et à mordre. Chez l'homme, les dents sont au nombre de trente-deux. On distingue les dents en dents molaires, canines et incisives. Dents de devant, dents du fond. Des dents blanches. Dents bien rangées. La couronne, le collet, la racine d'une dent. Les dents percent à cet enfant, les dents lui viennent. Cet enfant fait ses dents. Les dents d'un brochet, d'une vipère. Dents de lait, Premières dents qui viennent aux enfants et qui tombent vers l'âge de sept ans. Dents de sagesse, Les quatre dernières dents molaires, qui viennent ordinairement entre vingt et trente ans. Fausses dents, Dents artificielles qu'on met à la place de celles qui manquent. Fig., N'avoir rien à se mettre sous la dent, N'avoir rien à manger, n'avoir pas de quoi vivre. Fig., Manger de toutes ses dents, Manger vite et beaucoup. Fig., Mordre à belles dents, Mordre avec force. Fig., Déchirer quelqu'un à belles dents. Voyez DÉCHIRER. Fig., Avoir les dents longues, Être affamé après avoir été longtemps sans manger. Il se dit aussi d'un Grand appétit d'argent et d'honneurs. Fig., Ne pas perdre un coup de dent, Manger avidement, sans se reposer, sans se laisser distraire par la conversation. On dit figurément Je n'en perdrai pas un coup de dent pour faire entendre qu'on ne se met point en peine de quelque chose et qu'on ne laissera pas d'agir comme à l'ordinaire. Fig., Il n'y en a pas pour sa dent creuse, se dit, au propre et au figuré, de Quelqu'un de grand appétit, à qui on présente peu de chose à manger. Parler entre ses dents, Ne pas parler assez haut ni assez distinctement pour être bien entendu. Fig., Montrer les dents à quelqu'un, Lui faire voir qu'on ne le craint point et qu'on est en état de se bien défendre. Fig., Être sur les dents, se dit des Hommes et des animaux harassés et abattus de lassitude. On dit de même Mettre sur les dents, Exténuer de fatigue, harasser. Fig., Rire du bout des dents, ne rire que du bout des dents. Manger du bout des dents. Voyez BOUT. Fig., Donner un coup de dent à quelqu'un, Médire de lui, ou Dire quelque mot qui l'offense, qui le pique. On dit dans un sens analogue Tomber sous la dent de quelqu'un. Fam., Quand on lui demande quelque chose, il semble qu'on lui arrache une dent, se dit d'une Personne qui ne donne qu'avec peine. Fig., Ne pas desserrer les dents, Se taire obstinément. On n'a pu lui faire desserrer les dents, On n'a pu l'obliger à parler, à rompre le silence. Fig., C'est vouloir prendre la lune avec les dents, on prendrait plutôt la lune avec les dents, se dit en parlant d'une Chose qu'il est impossible de faire. Fig., Avoir une dent contre quelqu'un, Avoir de l'animosité contre lui. Fig. et fam., Il est armé jusqu'aux dents. Voyez ARMER. Fig. et pop., Être guéri du mal de dents, Être mort. Fig., Œil pour œil, dent pour dent. Voyez ŒIL. Dents d'éléphant, Les défenses de l'éléphant. Les dents d'éléphant sont de l'ivoire brut.

DENT se dit, par analogie, en parlant de Plusieurs choses qui ont des pointes faites à peu près en forme de dents. Les dents d'un peigne, d'une scie, d'une herse, d'un râteau, d'une lime, d'une roue d'horloge, d'un feston, etc. En termes de Botanique, Les dents d'une feuille. Il se dit aussi des Brèches qui sont au tranchant d'une lame. Ce couteau ne vaut rien, il a des dents. En termes de Géographie, il désigne des Montagnes dont les sommets sont découpés en forme de scie. La Dent du Midi, La Dent d'Oche, du Chat, etc.

Littré (1872-1877)

DENT (dan ; le t se lie : une dan-t aiguë ; au pluriel, l's se lie : des dan-z aiguës) s. f.
  • 1Chacun des petits os recouverts d'émail, qui, enclavés dans la mâchoire, servent à mâcher. Une dent gâtée. Le mal de dent. Avoir mal aux dents. Des dents blanches et bien rangées. Je l'ai trouvée fort belle à une dent près, qui lui fait un étrange effet au devant de la bouche, Sévigné, 321. La reine disait de lui [le cardinal de Retz] qu'on n'était jamais laid quand on avait les dents belles, Diderot, Règne de Claude et Néron, I, § 47.

    Une rage de dents, une violente douleur de dents.

    On dit qu'on a les dents molles, lorsqu'elles n'ont pas leur fermeté ordinaire et qu'elles sont agacées par quelque substance.

    Dents de lait, les premières dents, qui sont au nombre de vingt, et qui, ordinairement complètes à deux ans ou deux ans et demi, sont destinées à tomber pour être remplacées ; elles portent aussi le nom de dents primitives, de dents temporaires. Dents de la seconde dentition, celles qui remplacent les dents de lait et qui sont destinées à rester. Dents de sagesse, dents de la seconde dentition qui poussent les dernières.

    Avoir la mort entre les dents, être très vieux, voisin de la tombe, ou bien être très malade.

    Tenir la mort entre les dents, même sens. Il bave comme un pulmonique. Qui tient la mort entre les dents, Régnier, Stances.

    Arracher une dent à quelqu'un, la lui ôter de la mâchoire ; et fig. tirer de lui quelque argent ou autre chose qu'il est contraint de donner malgré lui. Quand on lui demande quelque chose, il semble qu'on lui arrache une dent, se dit d'une personne qui ne donne qu'avec peine.

    Mentir comme un arracheur de dents, être fort accoutumé à mentir.

    C'est vouloir prendre la lune avec les dents, se dit d'une chose impossible.

    Il lui vient du bien, lorsqu'il n'a plus de dents, se dit de quelqu'un à qui il vient du bien sur la fin de ses jours.

    Donner des noisettes à ceux qui n'ont plus de dents, donner à quelqu'un des choses dont il n'est plus en état de se servir.

    Il y a longtemps qu'il n'a plus mal aux dents, il y a longtemps qu'il est guéri du mal de dents, il est mort depuis longtemps.

    Substantivement et au féminin, une sans dent, une femme qui n'a plus de dents. Qu'entend ce rustre, et que nous veut-il dire ? S'écria lors une de nos sans dents, La Fontaine, Lunettes.

    Être armé jusqu'aux dents, être garni d'armes défensives, qui couvrent le corps entier jusqu'aux dents, et, par extension, être pourvu de toutes les armes nécessaires à l'attaque et à la défense. Dans ce penser il s'arme jusqu'aux dents, La Fontaine, Gag. Habillés à la légère parmi des gens cuirassés jusqu'aux dents, Montesquieu, Lettr. pers. 67.

    Fig. et par plaisanterie. Être savant jusqu'aux dents, être très savant ; locution prise, a-t-on dit, de ce qu'autrefois on ne tenait personne pour savant, s'il n'était docteur, et que le doctorat amenait à sa suite de fort grands repas où l'on exerçait bien ses dents, mais qu'il semble bien plus naturel de rattacher, par extension, à la locution : armé jusqu'aux dents, la science étant comparée à une armure. N'étant point de ces rats qui, les livres rongeants, Se font savants jusques aux dents, La Fontaine, Fabl. VIII, 9. Vous en qui la sagesse abonde, Vous enfin savant jusqu'aux dents, Scarron, Virg. trav. III.

    Il ment par ses dents, sorte de formule de démenti. Quelle incongruité ! vous mentez par les dents, Régnier, Sat. X.

    Dents artificielles, fausses dents, dents d'imitation, ou, simplement, dents, nom donné aux dents que l'on substitue à celles qui ont été arrachées ou qui sont tombées. Se faire mettre une dent.

  • 2Locutions figurées ou autres dans lesquelles dent figure pour l'action de manger. Prendre l'écuelle aux dents, se mettre à manger. Au fond d'un antre sauvage Un satyre et ses enfants Allaient manger leur potage Et prendre l'écuelle aux dents, La Fontaine, Fabl. V, 7.

    N'avoir pas de quoi mettre sous la dent, n'avoir pas de quoi manger, de quoi vivre.

    Manger de toutes ses dents, manger vite et beaucoup.

    Manger du bout des dents, manger à contre-cœur.

    Il n'y en a pas pour sa dent creuse, se dit quand on sert peu de chose à un homme de grand appétit. Ici creux a un sens figuré et signifie avide par vacuité.

    Familièrement. Il n'en tâtera, n'en croquera, n'en cassera que d'une dent, il n'en aura point. Faites moins la sucrée et changez de langage, Ou vous n'en casserez, ma foi, que d'une dent, Corneille, le Ment. IV, 9. Ah ! ah ! vous n'en tâterez, ma foi, que d'une dent, Fagan, Pupille, sc. 21.

    Mordre à belles dents, mordre vigoureusement. Il mordit dans la pomme à belles dents. Et fig. Que l'usure ait trouvé… Tant elle a bonnes dents, que mordre dessus moi, Régnier, Sat. VI.

    Fig. Avoir les dents longues, bien longues, avoir grand'faim, après être resté longtemps sans manger. On a le temps d'avoir les dents longues, lorsqu'on attend, pour vivre, le trépas de quelqu'un, Molière, Méd. malgré lui, II, 2.

    Ne pas perdre un coup de dent, manger sans que rien puisse interrompre. Un domestique accourt, l'avertit qu'à la porte Deux hommes demandaient à le voir promptement ; Il sort de table, et la cohorte N'en perd pas un seul coup de dent, La Fontaine, Fabl. I, 14. Je n'ai pas perdu un coup de dent ni une partie de volant, quand j'ai trouvé des joueuses comme Mlles vos filles, Courier, Lett. II, 50.

    Fig. N'en pas perdre un coup de dent, ne pas se soucier de choses représentées comme fâcheuses, de menaces faites. Il a beau agir et parler contre moi, je n'en perdrai pas un coup de dent.

  • 3Claquer des dents, choquer incessamment les dents l'une contre l'autre, ce qui est un effet ou de froid ou de frisson ou de peur. [Il] Claque des dents, tremble et frissonne, La Fontaine, Orais.

    Grincer des dents, serrer les denis fortement, de manière qu'elles font entendre un bruit. Il grinçait des dents Les dents lui grinçaient. Malgré son aigre voix qui fait grincer les dents, Il apprend de Lambert les airs les plus touchants, Regnard, Épît. I.

    Parler entre les dents, parler peu distinctement. Je m'arrête contraint ; d'une façon confuse, Grondant entre mes dents, je marmotte une excuse, Régnier, Sat. I. …Entre tes dents, je pense, Tu murmures je ne sais quoi, Molière, Amph. I, 2. Elle n'eût dit ces mots entre ses dents, La Fontaine, Berc. Tant que le jour est long, il gronde entre ses dents : Fais ceci, fais cela ; va, viens, monte, descends, Regnard, Fol. amour. I, 1. Le cardinal Albéroni parut choqué du discours que le colonel [Stanhope] lui tenait entre ses dents, Saint-Simon, 490, 138. M. de Richelieu laissa dire M. de Luxembourg et lui répondit après quelques honnêtetés entre ses dents, Saint-Simon, 19, 225. De le frapper je suis las, Mais dans ses dents monsieur gronde, Béranger, M. d'école.

    Familièrement. Rire du bout des dents, s'efforcer de rire sans en avoir envie. Et le ciel qui des dents me rit à la pareille, Régnier, Sat. X. Ce sera donc du bout des dents qu'il y rira, Molière, Impr. 3.

    Desserrer les dents, se mettre à parler, rompre le silence. Si quelqu'un desserre les dents, C'est un sot ; j'en conviens ; mais que faut-il donc faire ? Parler de loin ou bien se taire, La Fontaine, Fabl. X, 2.

  • 4Nom des petits os qui garnissent la bouche des animaux et qui leur servent à manger, à attaquer, à se défendre. Il fallait labourer les tristes champs de Mars Et des dents d'un serpent ensemencer la terre, Corneille, Médée, II, 1. Il [le rat] fit tant de pieds et de dents Qu'en peu de jours il eut au fond de l'hermitage Le vivre et le couvert, La Fontaine, Fabl. VII, 2. Il tira un fer de son petit sac, arracha les quarante dents du lion et mit à leur place quarante diamants d'une égale grosseur, Voltaire, Princ. de Babyl. 1.

    Fig. La dent, ce qui sert à mordre et à déchirer. Le moins qu'on peut laisser de prise aux dents d'autrui, C'est le mieux…, La Fontaine, Fabl. X, 9.

    Avoir une dent contre quelqu'un, lui en vouloir. Vous avez deviné qu'on n'aura point de dent contre elle, Sévigné, 324. Je vois que Votre Majesté a toujours une dent secrète contre la géométrie, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 6 mars 1771.

    Avoir une dent de lait, garder une dent de lait contre quelqu'un, avoir une vieille inimitié, une inimitié pour ainsi dire sucée avec le lait. C'est que vous avez une dent de lait contre lui, Molière, Mal. imag. III, 3.

    Déchirer à belles dents, dévorer. Sinon à belles dents Je te déchire, La Fontaine, Rich. Je le déchirerais, le traître, à belles dents, Scarron, Jodelet, II, 7. Et, figurément, médire sans aucune retenue. Palissot avait fait une comédie intitulée le Satirique, dans laquelle il se déchirait lui-même à belles dents, pour pouvoir déchirer à son aise les philosophes, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 2 juill. 1770.

    Coup de dent, morsure ; et, figurément, mot piquant, médisant.

    Tomber sous la dent, être mordu ; et, figurément, essuyer de quelqu'un soit des propos fâcheux, soit un mauvais traitement.

    Montrer les dents, se dit d'un animal qui menace et montre les dents. Le chien montrait les dents. Et, figurément, montrer les dents à quelqu'un, lui parler sévèrement, durement. Tellement qu'il faisait le maître Parmi les autres prétendants, Qui n'osaient lui montrer les dents, Scarron, Virg. trav. liv. VII.

    Quand la gueule de l'animal menaçant va jusqu'à montrer ses grosses dents, sa colère est encore plus grande et plus dangereuse : de là, figurément, parler à quelqu'un des grosses dents, le réprimander fortement, le menacer.

    Malgré les dents, sans craindre les dents menaçantes d'un animal ; et de là, figurément, malgré ses dents, malgré lui. Et là malgré mes dents rongeant et rêvassant, Régnier, Sat. X. Ils m'ont fait médecin malgré mes dents, Molière, Méd. malgré lui, III, 1. Je veux, je veux apprendre à vivre à votre mère ; Et, pour la mieux braver, voilà, malgré ses dents, Martine que j'amène et rétablis céans, Molière, F. sav. V, 2. Mais eût-il l'humeur sombre et noire, Avec l'époux, malgré ses dents, Mettez-vous bien, Hamilton, Gramm. 4. En dépit des dents, même sens. … les autres accidents Qui nous viennent happer en dépit de nos dents, Molière, Sgan. 17. Nous l'aurons, dis-je, en dépit de vos dents, Molière, Sicil. 9.

  • 5Les dents du cheval.

    Prendre le mors aux dents se dit d'un cheval qui s'emporte sans que le cocher ou le cavalier puissent le retenir, le mors n'opérant pas plus d'effet sur les barres que si le cheval le tenait serré entre les dents.

    Fig. Prendre le mors aux dents, se livrer à ses passions, à son emportement, à sa fougue.

    En un autre sens, prendre le mors aux dents, se mettre en colère, s'emporter subitement. On lui a fait un léger reproche, il a pris le mors aux dents.

    En un autre sens encore, prendre le mors aux dents, se livrer au travail, aux affaires avec ardeur, après être resté dans l'inaction, dans l'indolence. À présent il étudie beaucoup, il a pris le mors aux dents.

    Le cheval est sur les dents, quand, fatigué, il appuie ses dents sur le mors ; et, figurément, être sur les dents, être accablé de fatigue. Mettre sur les dents, exténuer de fatigue. Qu'elle m'ait déconfit et mis dessus les dents, Régnier, Sat. XII. La pauvre Françoise est presque sur les dents, à frotter les planches que…, Molière, B. gent. III, 2. Le voilà sur les dents, La Fontaine, Fabl. II, 9. L'incommoder, la mettre sur les dents, La Fontaine, Mandr. Tout cet embarras met mon esprit sur les dents, Molière, Amph. I, 2.

  • 6Les dents, la dentition. Beaucoup d'enfants meurent aux dents. Cet enfant a beaucoup de peine à faire ses dents.
  • 7 En termes de zoologie, nom donné à tous les organes calcaires ou cornés qui servent à diviser les substances alimentaires, quelle que soit la situation de ces organes.
  • 8Dent d'éléphant, une défense de l'éléphant.

    Dent de narval, longues défenses qui arment la mâchoire supérieure des narvals.

  • 9Nom des pointes qui garnissent certains instruments. Les dents d'une scie. Les dents d'un peigne. Souffrez qu'on peigne un peu… - Sottise sans pareille ! Tu m'as d'un coup de dent presque emporté l'oreille, Molière, Fâch. I, 1. D'obstacles infinis mille ont su triompher, Cécile des tranchants, Prisque des dents de fer [instrument de torture], Rotrou, St Gen. III, 8. Il y aurait plus de crimes dans un monde où il n'y aurait ni peines ni récompenses, comme il y aurait plus de dérangements dans une montre dont les roues n'auraient point toutes leurs dents, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 30 nov. 1770.

    Terme de botanique. Saillie plus ou moins aiguë, mais toujours de petite dimension, du bord des organes membraneux.

    Dent de broderie, broderie en fome de dent ronde ou pointue qui termine ordinairement la broderie tout en l'ornant ; elle se fait presque toujours au feston. Dent simple. Dent pleine. Dent en crête de coq. Dent de feston de rose, espèce de dent pleine formée de petites dents. Broderie, découpure à dents de loup, broderie, découpure formant une suite d'angles aigus.

    Dents de passement, appelées aussi engrelures, et qui sont des pointes aux bords du passement.

    Sommet prismatique et anguleux d'une montagne.

    Terme de serrurerie. Refentes sur le museau du panneton d'une clef.

  • 10Brèche qui est au tranchant d'une lame. Ce couteau a des dents.
  • 11Dent de chien, ciseau de sculpteur, formé d'un fer fendu en deux pointes.
  • 12Dent-de-loup, cheville pour arrêter la soupente d'une voiture.

    Terme d'architecture. Espèce de gros clou de 12 à 15 centimètres de longueur, servant à attacher les grosses pièces de bois.

    Terme de charpentier. Grosse broche de fer servant dans les pans de bois à arrêter les tournisses.

    Terme de serrurier. Tringle recourbée pour supporter des ustensiles de cuisine.

    Instrument de doreur qui sert à brunir l'or.

    Terme de marine. Sorte de levier employé dans les ports pour soulever de lourds morceaux de bois.

  • 13Dent de chien, nom vulgaire de l'érythrone dent de chien (liliacées), dite aussi vioulte, s. f.

    Dent de lion, nom vulgaire du pissenlit commun, ou du taraxacum dent de lion (synanthérées) appelé aussi couronne de moine.

    Double dent, espèce de mousse.

  • 14 Terme de minéralogie. Dent de cochon, variété de carbonate de chaux en cristaux hexaèdres.

    Dent de cheval, variété de topaze bleu-verdâtre.

PROVERBES

C'est Geoffroi à la grand' dent, se dit de celui qui a quelque dent qui avance plus que les autres.

Œil pour œil, dent pour dent, se dit en parlant d'une vengeance égale à l'offense.

Telle dent, telle morsure, c'est-à-dire l'effet répond à la cause.

Le vin trouble ne casse point les dents.

HISTORIQUE

XIe s. [Il] Tranche le nes et la bouche et les dens, Ch. de Rol. CXXIII. [Il] Tranche la teste d'ici qu'as denz menus, ib. CXLIV.

XIIe s. Et par la grant angoisse touz les dens rechigner, Ronc. p. 200. Le nez moult très bien fait, les danz menus et blanz, Sax. v. Es danz del peigne ot des chevos [cheveux] Celi [de celle] qui s'en estoit peigniée, la Charrette, 1354.

XIIIe s. De paour [elle] va à dens sur la terre coucher, Berte, XI. Et Berte gist à dens par dessus la bruiere, ib. X. Puis [elle] dist entre ses dens, que nuls ne l'a oït…, ib. LIII. Par les denz bieu, ce dist li uns, C'est Bruns li ors [l'ours], li chaz Tybert, Ne li aura mestier haubert Qu'autre foiz m'ont il fet damage, Ren. 9226. Tu commenceras à fremir, à tressaillir, à demener, Sor costé t'estovra torner Une heure envers, une eure adens, Cum fait hons qui a mal as dens, la Rose, 2444. Mecine [médecine] encontre dens dolur ; De petis maus est le peür [pire], Ms. St Jean.

XIVe s. Il ne scet homme ou monde en tout le firmament à qui on doie faire de l'espée present, Se ce n'est à vous, sire ; chascun y a la dent, Guesclin. 17242. Il sont touz affamez, je le sai vraiement ; Ne pueent plus durer, car chascun a long dent, ib. 11384. C'est Bertran du Guesclin qui vient si faitement ; Il nous tient à brebis, il nous monstre la dent, ib. 1163. Le Besque de Vilaines, qui m'a grevé forment, Olivier de Mauny, que je hé durement, Et ses freres aussi qui me monstrent la dent, ib. 11004.

XVe s. Là les povres gens leur chantoient une note entre leurs dents tout bas, Froissart, II, III, 44. Je meurs de soif auprès de la fontaine ; Chault comme feu, et tremble dent à dent, Orléans, Ball. 106. Et icelui respondit fellement qu'il mentoit par ses dents, Monstrelet, liv. I, ch. 107. Du jour n'avoie mengé des dents ; S'avoye grand soif et grand faim, La Fontaine, 28. Parquoi, comme le roy lui monstroit la dent, avoit bien loy aussi de monstrer son orgueil envers le roy, Chastelain, Chron. des d. de Bourg. III. ch. 200. Malgré leurs dents, s'en vindrent toujours combattant, Bouciq. I, ch. 30. Le mareschal, qui toujours y avoit la dent, encore se voult mettre en son devoir de s'essayer, avant que aux Florentins aulcune vendition en fust faite, ib. III, ch. 8. Car, dit le proverbe, où la dent deult, la langue va, et, dit l'Escriture, qui de terre est de terre parle, Hist. de J. Boucicaut, in-4°, Paris, 1620, p. 378, dans LACURNE. C'est à meshuy, j'ay beau corner, Or ça il s'en fault retourner Maulgré sez dentz en sa maison, Villon, Arch. de Bagn.

XVIe s. Maugré ses dens, Calvin, Instit. 7. Cecy est pour blanchir vos dents, Si par temps ils deviennent ords, Saint-Gelais, 121. Je vy naguere un cheval qui prenoit Son mors aux dents…, Saint-Gelais, 200. Comme ne peut s'appaiser Ta dent par ire accrochée, Saint-Gelais, 246. Ses dentelettes d'ivoyre, Du Bellay, J. VII, 37, recto. Le prince se retira en son camp, riant (mais entre les dents), Lanoue, 562. Les magistrats catholiques, remis en leurs estats, avoient bien souvent quelque dent de prendre la revanche des huguenots, Castelnau, 177. Ayant la mort entre les dents, il songe encore à la guerre contre Mithridate, Amyot, Marius et Pyrr. 14. Il ne faisoit mourir seulement ceulx contre qui il avoit particulierement quelque vieille dent, Amyot, Lysand. 35. Le beguoyement de leur parler entre leurs dents, Amyot, Sertor. 40. Celle herbe que l'on appelle dent de chien, Amyot, César, 68. Si on luy commande de parler des grosses dents à un fascheux beau pere, il est sans honte et sans mercy, Amyot, Comm. disc. le flatt. 41. Les advocats n'en meurent guere, Qui boivent avec leurs clients : Ayant une bonne matiere, Ils s'en lavent fort bien les dents, Jean le Houx, Vau de Vire, 1. Là l'infanterie demeura sur les dents, comme aians foit trois lieues plus que leurs ennemis, D'Aubigné, Hist. III, 9. L'apophyse dressée au corps superieur du second spondyle, que Hippocrates appelle dent, Paré, IV, 16. Si les dents sont corrodées, creuses et pertuisées jusques à la racine, Paré, XV, 26. Les orfevres garnissent ces dents [de lamie ou requin] d'argent, les appelans dents de serpent, Paré, Monstr. app. 1. À douleur de dent n'ayde viole n'instrument, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 214. Battre le tambour avec les dents [trembler], Leroux de Lincy, ib. Bonnes sont les dents qui retiennent la langue, Leroux de Lincy, ib. Les gourmands font leurs fosses avec leurs dents, Leroux de Lincy, ib. Dent contre dent se consume, Génin, Récréations, t. II, p. 237. On met mieulx entre ses dens qu'on ne le rejette quand est dedans, Génin, ib. p. 246. Il portoit une dent à Guesclin depuis qu'il avoit enlevé le chasteau de Fougeray sur Robert de Bambroc, Mém. s. du Guesclin. ch. V.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DENT. Ajoutez :
15Dent à brunir, instrument de relieur. Alors avec une dent à brunir d'agate ou de caillou très dur, en forme de dent-de-loup, et d'une grosseur proportionnée à la tranche, il brunit avec soin de la manière suivante…, Manuel du relieur, p. 185, Roret, 1827.
16Dent-de-chien, instrument dit aussi double pointe (voy. POINTE n° 7).
17Maïs dent de cheval, sorte de maïs. La variété qui est généralement cultivée est la variété dent de cheval, remarquable par sa tardiveté et par l'accroissement qu'elle prend en France et en Amérique, Bulletin de la Soc. centr. d'Agric. 1875, p. 638.
18Donner par les dents, donner un coup sur les dents, sur la bouche. Il [Caligula] n'eût pas pensé avoir bien foulé aux pieds la république, s'il ne lui eût encore donné du pied par les dents, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

REMARQUE

1. On lit dans Régnier : L'une se plaint des reins… L'autre du mal des dents, Sat. XI. On dit plus ordinairement mal de dents.

2. La Grammaire générale et raisonnée, p. 11 (4e édit. Paris, 1780) dit que malgré ses dents est pour malgré ses aidants. Rien ne prouve cette assertion, contre laquelle l'historique est décisif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dent »

Du latin dentem, accusatif de dens (même sens).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, deint, s. m. ; wallon, den ; génev. cet enfant met ses dents, pour il fait ses dents ; provenç. dent ; espagn. diente ; ital. dente ; du latin dens ; grec, ὀδοὺς ; angl. tooth ; allem. Zahn ; island. tan ; bas-breton, dant ; sanscrit, danta, qui paraît être originairement le participe présent adanta, mangeant, du verbe sanscrit ad, manger (latin edere), dont la voyelle initiale serait conservée dans le grec ὀδοὺς. Dans l'ancien français, dent était masculin comme en latin ; il est resté tel dans quelques patois : rire des gros dents, se dit en Lorraine ; Il commence à devenir féminin au XIVe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dent »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dent dɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « dent »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dent »

  • La plus perdue de toutes les journées pour un dentiste est celle où il n'a pas de carie à se mettre sous la dent. De Hippolyte Domont / Propos de mon village
  • Il reste dans le fruit les dents de l'origine Pierre Emmanuel pseudonyme littéraire devenu le patronyme légal de Noël Mathieu, Tombeau d'Orphée, Seghers
  • Le loup attaque de la dent, le taureau des cornes. Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Satires, I, 1, 52
  • Oeil pour oeil, dent pour dent. De Proverbe biblique
  • Une mauvaise habitude est comme une mauvaise dent. Arrache-la. De Baden-Powell
  • La langue bute toujours sur la dent qui fait mal. De Proverbe chinois
  • Une rage de dent commence toujours un samedi soir. De Loi de Murphy
  • Fracture pour fracture, oeil pour oeil, dent pour dent. Tel le dommage que l'on inflige à un homme, tel celui que l'on subit. De La Bible
  • Le loup attaque de la dent, le taureau de la corne. De Horace / Satires
  • On doit mille fois plus estimer une dent qu'un diamant. De Proverbe espagnol
  • Quand on a une dent contre quelqu’un, il est inutile de mâcher ses mots. De Pierre Perret
  • Répondre à l'agression par l'agression, oeil pour œil, dent pour dent, n'a pour résultat que de multiplier le mal, et pis, de le légitimer. De Eric-Emmanuel Schmitt / L'Evangile selon Pilate
  • Qu'il est plus aigu que la dent d'un serpent D'avoir un enfant ingrat. De William Shakespeare / Le roi Lear
  • La cigarette aux lèvres d’une femme lui sied autant qu’une dent en moins à son sourire. De Paul Carvel / Mots de tête
  • Qu’il est plus aigu que la dent d’un serpent d’avoir un enfant ingrat. De William Shakespeare / Le Roi Lear
  • La dent cruelle de la douleur n'est jamais plus venimeuse que lorsqu'elle mord sans déchirer la plaie. De William Shakespeare / Richard II
  • Certains dentistes ont parfois la main un peu trop lourde sur les antibiotiques. Cette pratique clinique est-elle soutenue par des preuves dans la littérature biomédicale ? Pas si sûr. Deux revues de la littérature viennent confirmer les recommandations sanitaires prudentes à cet égard. Futura, Contre les problèmes de dents, le réflexe antibiotique n'est pas toujours une bonne idée
  • L'histoire paraît incroyable. Un habitant de Saint-Julien-le-Montagnier dans le Var vivait depuis quinze ans avec une aiguille dans la racine d'une de ses dents. Pendant quinze longues années, il n'a rien su, ni rien senti. Ce type d'aiguille était utilisé pour dévitaliser une molaire avant de poser une couronne. ladepeche.fr, Il découvre 15 ans après que son dentiste a oublié une aiguille dans sa dent - ladepeche.fr
  • Une Ardéchoise de 20 ans meurt dans un accident de la route à Pierrelatte France Bleu, Une fréquentation en dent de scie dans les restaurants de Tours depuis la réouverture il y a un mois
  • En effet le 12 juin dernier, prétextant une soudaine rage de dents, le prévenu explique qu'il était pressé de se rendre au service des urgences de l'hôpital. Ce jour-là, les gendarmes constatent que non seulement sa vitesse était excessive - "152 km/heure au lieu de 80" -, mais qu'il conduisait également sous l'emprise d'un état alcoolique (taux de 1,68 gr/litre). LaProvence.com, Faits divers - Justice | Alpes-de-Haute-Provence : le conducteur ivre et en excès de vitesse pour une "rage de dent" | La Provence
  • La victime la plus durement touchée, inconsciente durant de longues minutes, a perdu une dent. Ce sont les sapeurs-pompiers, appelés sur place tout comme les policiers, qui ont pris en charge le jeune homme. Au moins deux autres personnes ont été légèrement blessées dans cette bagarre de saloon dans l’une des rues les plus passantes de Lyon. Lyonmag.com, Lyon : il perd une dent en voulant défendre une femme harcelée par une bande
  • Aux États-Unis, une femme a trouvé une dent de méga­lo­don en se prome­nant sur les berges de la rivière Stono, près de Char­les­ton, en Caro­line du Sud. Ce vestige de plus de 14 cm pour­rait être vieux de 3 à 5 millions d’an­nées, rappor­tait The Inde­pendent jeudi 11 juin. Ulyces, Une dent de mégalodon grosse comme une main découverte aux États-Unis
  • Quand on parle de tigre à dent de sabre, on peut penser au gentil et courageux Diego dans la saga L’Âge de Glace, ou bien à des animaux sanguinaires régnant en maitre sur leur territoire il y a des millions d’années. Seulement voilà, selon une nouvelle étude anglo-américaine, cette idée largement répandue ne serait pas tout à fait vraie, nous apprend le magazine Sciences et Avenir. parismatch.be, Les tigres à dents de sabre n’étaient pas aussi féroces qu’on le pensait
  • Parmi les cure-dents figure celui dit «de la mariée», orné d’une mini robe en dentelle blanche : «plus question de quitter la fête pour se livrer à sa toilette buccale. Grâce à "Dent’elle", la mariée restera belle et présentable», indique le cartel. , Insolite | Le musée mondial du cure-dent se trouve... en France !

Images d'illustration du mot « dent »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dent »

Langue Traduction
Anglais tooth
Espagnol diente
Italien dente
Allemand zahn
Chinois 齿
Arabe سن
Portugais dente
Russe зуб
Japonais
Basque hortza
Corse dente
Source : Google Translate API

Synonymes de « dent »

Source : synonymes de dent sur lebonsynonyme.fr
Partager