Compromettre : définition de compromettre


Compromettre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

COMPROMETTRE, verbe.

A.− Emploi intrans., vieilli
DR. S'engager par un acte à s'en rapporter au jugement d'un ou plusieurs arbitres pour régler ses différends avec autrui; avoir recours à un arbitrage. Ils ont compromis de toutes leurs affaires entre les mains d'un tel. Je lui ai offert de compromettre là-dessus s'il voulait. Ils ont compromis sur tous les chefs du procès (Ac.1835-1932) :
1. On ne peut compromettre sur les dons et legs d'aliments, logement et vêtements; sur les séparations d'entre mari et femme, divorces, questions d'état, ni sur aucune des contestations qui seraient sujettes à communication au ministère public. Code de procédure civile,1806, art. 1004.
B.− Emploi trans. Mettre dans une situation qui peut devenir critique, exposer à un danger.
1. [L'obj. est un inanimé désignant une valeur] Mettre en danger, exposer à un dommage, à un préjudice. Compromettre son avancement, le succès d'une affaire :
2. Pourquoi ne m'a-t-elle pas laissé suivre ma voie? Nous sommes pauvres, c'est entendu; mais ce n'est pas une raison pour avoir faussé ma carrière, perdu ma vie, compromis, gâché mon bonheur. G. Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 31.
SYNT. Compromettre l'avenir, les chances, la défense, l'équilibre, l'existence, les intérêts, l'unité (de qqc.), la sûreté ou l'honneur de l'État; craindre, risquer de compromettre.
[L'obj. peut être un inanimé concr.] On causa du printemps, dont les grandes pluies avaient compromis les récoltes (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 353).Les sous-barbes du beaupré cassèrent et compromirent la stabilité du mât de misaine (Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 3, 1868, p. 41).
2. Compromettre qqn (dans une situation, une affaire)
a) Mettre quelqu'un pour un temps plus ou moins long, à titre plus ou moins définitif, dans une situation difficile, au physique et surtout au moral, en l'impliquant dans une affaire où il risque de perdre sa réputation, le plus souvent pour servir son propre intérêt. Je ne voudrais pas qu'il fût rien dit [dans le procès] qui pût vous nuire et vous compromettre, vous personnellement (Hugo, Correspondance,1832, p. 518).Nous ne voterons pas pour lui; il est trop compromis comme orléaniste (Zola, La Conquête de Plassans,1874, p. 1147):
3. Compromis dans le Panama, dans toutes les affaires suspectes, il passait chaque fois à travers les mailles du filet de la justice, reparaissait souriant et acquitté. De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 17.
P. méton. [L'obj. désigne un élément, un aspect représentatif de la pers.] Il faut se tenir éloigné des affaires publiques quand elles peuvent compromettre la conscience, quand on ne peut s'en mêler sans trahir le devoir et l'honneur (Maine de Biran, Journal,1815, p. 90).
Spéc. Compromettre une femme. Risquer de nuire à sa réputation par son attitude, ses paroles en donnant à penser qu'on a une liaison avec elle :
4. Moi, mon cher, je n'ai pas à me reprocher d'avoir jamais compromis une femme ou déshonoré une fille. Je n'ai heureusement rencontré que des personnes qui avaient pris leurs précautions avant de me connaître. Je n'ai eu que des amours de table d'hôte. A. Dumas Fils, Le Fils naturel,1858, III, 2, p. 138.
b) Emploi pronom.
Péj. Se mettre dans une situation délicate, douteuse, risquer d'y perdre sa réputation :
5. Moi, je peux écrire des niaiseries; moi, je peux m'avilir; moi, je peux me compromettre. Je suis dès maintenant, en effet, compromis dans toute cette sale cuisine. G. Duhamel, La Chronique des Pasquier,Le Combat contre les ombres, 1939, pp. 162-163.
Spéc. [En parlant d'une femme] Se compromettre (avec qqn).S'afficher avec un homme en donnant à penser qu'on a une liaison avec lui, en donnant prise aux commérages. Et elle se promenait avec lui dans les rues, tête haute, sans peur, disait-elle, de se compromettre (Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 126).
Non péj. Assumer des risques dans une affaire difficile, engageant à fond sa personne, son avenir. Se compromettre dans une affaire difficile avec qqn; ne pas craindre de se compromettre. Je suis excédé de leur lâcheté, de leur besoin de ne jamais se compromettre tout à fait (Malraux, Les Conquérants,1928, p. 140).
Prononc. et Orth. : [kɔ ̃pʀ ɔmεtʀ ̥], (je) compromets [kɔ ̃pʀ ɔmε]. Ds Ac. 1694-1932. Cf. mettre. Étymol. et Hist. 1. 1283 intrans. « s'en remettre à l'arbitrage d'un tiers » (Arch. S 4949, pièce 46 ds Gdf.); d'où 1580 fig. compromettre a « se soumettre à » (Montaigne, Essais, II, chap. 17, collection Pléiade, p. 739), rare; 2. 1636 compromettre de « exposer (qqc.) à un préjudice » (Corneille, Cid, Avertissement : avoir compromis de ma réputation); 1680 pronom. « s'exposer à quelque préjudice » (Rich.); 1690 trans. (Fur.); spéc. 1837-38 se compromettre [d'une femme] (Gautier, Fortunio, p. 74 ds Rob.). Empr. (avec adaptation d'apr.promettre) au lat. jur.compromittere (proprement « promettre en même temps »), « s'engager mutuellement à, soumettre un différend à l'arbitrage d'un tiers » (class., médiév. v. Bambeck ds Mél. Wartburg, t. 2, 1968, pp. 216-217 et Nierm.); sens 2 peut-être dû au fait qu'en s'en remettant à l'arbitrage d'un tiers, on s'expose au hasard de son jugement, donc à un préjudice possible. Fréq. abs. littér. : 1 468. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 426, b) 2 643; xxes. : a) 1 703, b) 1 731. Bbg. Bambeck (M.). Mittellateinische Lexikalia zum FEW. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, pp. 216-217.

Compromettre : définition du Wiktionnaire

Verbe

compromettre \kɔ̃.pʁɔ.mɛtʁ\ transitif ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (il se conjugue comme mettre) (pronominal : se compromettre)

  1. Exposer quelqu’un à se trouver dans quelque embarras soit en usant de son nom sans son aveu, soit en l’engageant dans des démêlés, dans des affaires.
    • N’ayez pas peur, je ménagerai si bien les choses, que je ne vous compromettrai pas.
    • Vous courez risque de vous compromettre en agissant de la sorte. On dit dans le même sens
  2. Mettre une réputation en péril.
    • […] ; Jaurès, […], admire fort un mouvement qui ne serait pas compromis par des violences qui auraient affligé l’humanité ; aussi n'est-il pas un ennemi irréconciliable de la grève générale politique. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.213)
    • (Pronominal)La révolution de Palais, qui se produisait le 13 décembre 1940 et dans laquelle Alibert s’était compromis, devait briser net l’élan réformateur du premier garde des sceaux de Vichy. — (Le droit sous Vichy, page 241, Vittorio Klostermann, Francfort/Main, 2006)
    • À l'heure actuelle, en Indo-Chine, tout le monde peut se compromettre sans danger. Il suffit de savoir avec qui. — (R.-A. Lortat-Jacob, Sauvons l'Indo-Chine ! Politique & Vérité, Paris : Éditions de La Griffe, sans date (fin 1926-début 1927), chap.2, page 26)
    • La Chambre était partagée dans ce temps-là entre azizistes et hafidistes; j'ai été un aziziste, parce que je pensais que ce sultan s'étant compromis pour nous, il y avait quelque honneur et quelque intérêt aussi, devant les populations marocaines à lui rester fidèle. — (Annales de la Chambre des députés: débats parlementaires, Paris : Impr. du Journal Officiel, 1911, vol.93, part.2, page 1797)
    • Compromettre sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., exposer sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., à recevoir quelque diminution, quelque échec.
  3. (Absolument) (Vieilli) Donner à penser par ses paroles ou ses actes qu’on a une liaison intime avec elle, en parlant d'une femme.
  4. (Par extension) Mettre en péril.
    • […], on pourrait dire que le soldat était convaincu que la moindre défaillance du moindre des troupiers pouvait compromettre le succès de l'ensemble et la vie de tous ses camarades - et que le soldat agissait en conséquence. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.351)
    • La gelée de mai avait compromis la récolte des sorbes et depuis déjà longtemps c'était le souci numéro un des griveleux. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Cela calait l'estomac aux petites heures du matin et la vigueur des currys absorbés contribuait agréablement à remettre d'aplomb un individu dont les gins tonics de la veille avaient compromis l'équilibre d'un organisme fatigué. — (Bertrand C. Bellaigue, Le Reportage : toute une vie, ailleurs, PubliBook, 2007, page 189)
  5. (Intransitif) (Droit) Acter d'un consentement réciproque ou de se rapporter sur les différends, les procès qu’on a ensemble, au jugement d’un ou de plusieurs arbitres.
    • Ils ont compromis de toutes leurs affaires entre les mains d’un tel.
    • Je lui ai offert de compromettre là-dessus, s’il voulait.
    • Ils ont compromis sur tous les chefs du procès.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Compromettre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

COMPROMETTRE. (Il se conjugue comme METTRE.) v. tr.
Exposer quelqu'un à se trouver dans quelque embarras soit en usant de son nom sans son aveu, soit en l'engageant dans des démêlés, dans des affaires. N'ayez pas peur, je ménagerai si bien les choses, que je ne vous compromettrai pas. Il est gravement compromis. Vous courez risque de vous compromettre en agissant de la sorte. On dit dans le même sens Compromettre sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., Exposer sa dignité, son autorité, sa fortune, sa réputation, etc., à recevoir quelque diminution, quelque échec. Il signifie aussi Mettre sa réputation en péril. Cette femme se compromet singulièrement. Compromettre une femme, Donner à penser par ses paroles ou ses actes qu'on a une liaison avec elle. En termes de Jurisprudence, il est intransitif et signifie Consentir réciproquement, par acte écrit, de se rapporter sur les différends, les procès qu'on a ensemble, au jugement d'un ou de plusieurs arbitres. Ils ont compromis de toutes leurs affaires entre les mains d'un tel. Je lui ai offert de compromettre là-dessus, s'il voulait. Ils ont compromis sur tous les chefs du procès.

Compromettre : définition du Littré (1872-1877)

COMPROMETTRE (kon-pro-mè-tr'), je compromets, nous compromettons ; je compromettais ; je compromis : je compromettrai ; que je compromisse ; compromettant ; compromis.
  • 1 V. n. Terme de droit. S'engager par acte à s'en rapporter au jugement d'un arbitre, sur un objet en litige. Ils ont compromis sur tous les chefs du procès.
  • 2 V. a. Fig. Mettre en compromis, c'est-à-dire remettre à la décision d'autrui et par conséquent exposer à quelque atteinte. Compromettre sa dignité. Compromettre les intérêts de quelqu'un.
  • 3Mêler quelqu'un dans une affaire de manière à l'exposer à des embarras ou à des préjudices. N'osant lui parler comme paria, de peur de la compromettre, Bernardin de Saint-Pierre, Ch. Ind. Je ne demande, pour assurer nos succès, que ces bontés générales qui ne compromettent personne, Voltaire, Lett. Richelieu, 23 sept. 1771.

    Compromettre quelqu'un, faire voir qu'il a part à la chose, afin que, une fois engagé, il entre dans nos intérêts. Si vous voulez qu'il vous aide, mettez-le en avant, compromettez-le.

    Compromettre une femme, faire penser par des paroles ou des actions qu'on a une liaison amoureuse avec elle.

  • 4Se compromettre, v. réfl. S'exposer à des embarras, à des périls. Il se compromet par l'opposition qu'il fait au gouvernement. Il ne craignit pas de se compromettre pour un ami malheureux. Il se peut que le ministère ne veuille pas se compromettre, en demandant grâce pour ceux dont l'entreprise n'a pas été avouée par lui, Voltaire, Lett. Richelieu, 30 mai 1772.

    On dit qu'une femme se compromet, quand elle expose sa réputation.

    Engager une lutte avec un adversaire indigne de soi. Que vous avilissiez l'honneur de votre rang Jusqu'à vous compromettre avec un misérable, Voltaire, Scythes, IV, 1.

HISTORIQUE

XVe s. Le roy compromettra le traitté dessus declaré es mains des dits cardinaux ambassadeurs, pour le tenir ferme et stable, J. Chartier, Hist de Charles VII, p. 80, dans LACURNE.

XVIe s. En la pluspart des occurrences, je compromettrois volontiers à la decision du sort, Montaigne, III, 63. Touts indifferemment se preparants et attendants la mort à ce soir ou au lendemain, d'un visage et d'une voix si peu effrayée, qu'il sembloit qu'ils eussent compromis à cette necessité, Montaigne, IV, 209.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

COMPROMETTRE. Ajoutez : - REM. Compromettre de, neutralement, s'est dit au même sens que nous disons compromettre activement. Il me serait honteux qu'il [mon nom] y passât [à la postérité] avec cette tache, et qu'on pût à jamais me reprocher d'avoir compromis de ma réputation, Corneille, Lexique, édit. Marty-Laveaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Compromettre : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

COMPROMETTRE, v. n. se rapporter de la décision d’une consultation au jugement de quelqu’un, prendre des arbitres pour régler ses différends. Cette maniere de finir les affaires est assez ordinaire entre les marchands. Il y a même dans le réglement pour les assûreurs & les polices d’assûrance un article exprès, qui oblige à compromettre & à s’en rapporter à des arbitres sur les contestations en fait d’assûrances. Voyez Assûrance & Assûreur ; voyez aussi Compromis. Dictionn. du Comm.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « compromettre »

Étymologie de compromettre - Littré

Provenç. comprometre ; espagn. comprometer ; ital. compromettere ; du latin compromittere, de cum, et promittere (voy. PROMETTRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de compromettre - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin compromittere (« promettre en même temps »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « compromettre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
compromettre kɔ̃prɔmɛtr play_arrow

Conjugaison du verbe « compromettre »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe compromettre

Évolution historique de l’usage du mot « compromettre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « compromettre »

  • Soupçonnée d’avoir mis en danger sa fille de 12 ans, puis d’avoir outragé, avec son conjoint, les gendarmes appelés sur place, une femme de 34 ans était jugée, ce mardi 30 juin, au tribunal correctionnel de Brest. La justice lui reprochait, en premier lieu, un délaissement de mineure susceptible de compromettre sa santé ou sa sécurité. Les faits s’étaient produits dans la nuit du 13 au 14 décembre dernier à Landéda. Résidant en Corse mais de passage dans le pays des Abers où le beau-père a conservé des attaches, la petite famille vivait une soirée jusqu’alors festive avant de se garer devant un bar, lui-même situé à proximité d’une discothèque. Le Telegramme, Partie s’alcooliser à Landéda, elle avait laissé sa fille de 12 ans seule dans la voiture : prison avec sursis pour la mère - Brest - Le Télégramme
  • On ne sait pas combien de temps il nous reste. Trois mois, six mois, ça peut compromettre nos chances pour toujours. France Bleu, TÉMOIGNAGE - Le confinement a interrompu les PMA à Metz, "ça peut compromettre nos chances"
  • Il est des injures qu'il faut dissimuler pour ne pas compromettre son honneur. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • Parler avec l’adversaire, c’est déjà se compromettre. De Jean Lecanuet / Cannes - 27 Septembre 1984

Images d'illustration du mot « compromettre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « compromettre »

Langue Traduction
Corse per cumprumà
Basque konpromisoa hartzeko
Japonais 妥協します
Russe пойти на компромисс
Portugais comprometer
Arabe إلى حل وسط
Chinois 妥协
Allemand kompromisse eingehen
Italien compromettere
Espagnol comprometerse
Anglais to compromise
Source : Google Translate API

Synonymes de « compromettre »

Source : synonymes de compromettre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « compromettre »


Mots similaires