Ternir : définition de ternir


Ternir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TERNIR, verbe trans.

A. − Domaine des sensations
1. Domaine de la vue
a) [Le compl. désigne une couleur] Ôter l'éclat, l'intensité, la vivacité de. Synon. altérer.Ternir un jaune, un vert. J'ai mon drapeau dans ma chaumière. Quand secoûrai-je la poussière Qui ternit ses nobles couleurs? (Béranger, Chans., t. 2, 1829, p. 216).
Part. passé en empl. adj. La barbe raide et pauvre, d'un vilain blanc terni, fumeux (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 14).
[P. méton.; le compl. désigne une chose colorée] Rendre terne, moins intense la couleur de; décolorer. Ternir les cheveux, une étoffe, un tissu. Un grand diable de paysan roussâtre, hirsute, dont la poussière, le vent, le soleil, ont terni le poil et brouillé le teint (Martin du G., Vieille Fr., 1933, p. 1017).
Empl. intrans. ou pronom. Perdre son éclat. L'étoffe ternit. Ces couleurs se ternissent aisément (Ac.). Désolé de les voir [les cicindèles] ternir ou noircir uniformément dans l'alcool, je tente d'en garder quelques-unes, des dernières espèces capturées, dans le flacon de cyanure (Gide, Retour Tchad, 1928, p. 1001).
Part. passé en empl. adj. Je revis la cretonne de la penderie, la lumière d'un couchant rouge sur le mur au papier terni (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 360).
b) [Le compl. désigne une source de lumière ou un objet lumineux] Affaiblir l'éclat de; rendre pâle ou sombre; faire perdre son intensité lumineuse à. Le froid qui ternit tout, qui déroule son voile gris et nébuleux sur les riches couleurs du ciel, sur les reflets de l'eau (...) Le froid qui décolore tout dans le monde matériel (Sand, Lélia, 1833, p. 121).L'orage ternissait le ciel mais se retenait de gronder (Mauriac, Myst. Frontenac, 1933, p. 119).
Part. passé en empl. adj. Le soleil, terni, semblait avoir repris sa primitive splendeur (Fabre, J. Savignac, 1863, p. 111).
c) [Le compl. désigne un objet gén. brillant] Faire perdre son éclat, son brillant à. Ternir l'argenterie, un métal, un meuble, l'or, un parquet. Ces taches éclatantes d'affectation et de faux brillant qui souillent quelquefois la mâle simplicité du récit du Tasse, comme une poudre d'or qui ternirait un diamant (Lamart., Confid., 1849, p. 53).De la poussière ternissait légèrement les poignées des espagnolettes, le pied de cuivre des consoles (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 152).
Empl. pronom. passif. Quand il [le plomb] est coupé nouvellement, il est brillant; mais il se ternit bientôt et devient noirâtre (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 552).Certaines d'entre elles [des perles] ont conservé leur éclat merveilleux, mais en général elles se ternissent irrémédiablement au bout d'un ou deux siècles (Metta, Pierres préc., 1960, p. 118).
Part. passé en empl. adj. Ce grand salon aux meubles fanés et aux dorures ternies (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 29).Son lit de cuivre terni (Tharaud, Fête arabe, 1912, p. 104).
En partic. [Le compl. désigne un matériau transparent ou réfléchissant] Empêcher la lumière de passer ou empêcher la réflexion des images; rendre opaque, trouble. Ternir un miroir, un verre. Une buée humide et bleue ternit la glace (Colette, Vagab., 1910, p. 311).Ternir qqc. de qqc.Sa pure et fraîche haleine ternit d'une légère vapeur la surface brillante de la glace (Sue, Atar-Gull, 1831, p. 29).
Part. passé en empl. adj. [Dans un cont. métaph.] Notre mémoire n'est-elle qu'une glace ternie que le souffle de Dieu ravive? (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 407).
Littér. [Le compl. désigne une sensation visuelle] Affaiblir, effacer. Ce qu'elle voulait surtout, c'était de rapporter toute vive, comme une proie, l'image de Gaston Dolande dans un lieu où elle pût la considérer à son aise avant que les heures ne la ternissent (Green, Malfaiteur, 1955, p. 148).
d) [Le compl. désigne la couleur de la peau, en partic. le teint] Ôter son éclat, sa couleur, sa fraîcheur à; rendre blafard, blême, gris. Ternir la peau, le teint. [Le plus souvent au passif] Elle avait le visage terni par le chagrin, avec encore les stigmates d'une nuit de larmes (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 125).
Part. passé en empl. adj. Un teint blanc, une coupe de visage distinguée les rendent [quelques jeunes gens] de belles fleurs humaines, magnifiques à voir sur la masse des autres physionomies, ternies, vieillottes (Balzac, Fille yeux d'or, 1835, p. 338).
e) [Le compl. désigne l'expression du visage, du regard] Ôter son éclat, son expression, sa vivacité à. Leurs physionomies avaient changé d'expression, leurs yeux si brillants étaient ternis par la lassitude (Balzac, Peau chagr., 1831, p. 189).Et puis, peu à peu, ou plutôt non, presque subitement, quelque chose a terni son regard, nos tête-à-tête, le simple bonheur qui était notre fortune (Estaunié, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 123).Ternir qqc. de qqc.Ne ternis pas de pleurs les mystiques prunelles (Moréas, Syrtes, 1884, p. 49).
Empl. pronom. La tête rentrait plus lourde que jamais dans les épaules, le regard s'était terni d'un coup (Gracq, Syrtes, 1951, p. 131).Se ternir de qqc.Leurs yeux se ternirent d'un vacillement d'inquiétude (Zola, Bête hum., 1890, p. 87).
Part. passé en empl. adj. On dit que je suis fort malade, Ami; j'ai déjà l'œil terni; Je sens la sinistre accolade Du squelette de l'infini (Hugo, Chans. rues et bois, 1865, p. 274).
2. P. anal. [Le compl. désigne un son] Ôter, atténuer l'éclat, le timbre, la résonance de; rendre sourd et monocorde. Mais une chose en tout cas était sûre, son origine méridionale, bien qu'après de longs efforts il eût réussi à ternir son accent (Queneau, Enf. du limon, 1938, p. 175).
B. − Au fig.
1. Diminuer ou enlever l'attrait, la richesse, le caractère, la valeur de.
a) [L'obj. désigne un inanimé concr.] La chair vivante des huîtres me répugnait encore plus que la viscosité des méduses ne me ternissait la plage de Balbec (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 696).
b) [L'obj. désigne un inanimé abstr.] Les paroles du Christ sont divinement lumineuses et il n'a pas fallu moins de toute l'ingéniosité des hommes pour en ternir ou pour en modifier la signification évidente (Gide, Journal, 1919, p. 604).Une pensée désagréable ternira la fin de ma dernière lettre (J. Bousquet, Trad. du sil., 1936, p. 254).
c) [L'obj. désigne une pers.] Violente, Agnès perdait cet air d'infériorité qui la ternissait (Drieu La Roch., Rêv. bourg., 1937, p. 107).
2. Diminuer, altérer les mérites, la gloire, le nom de quelqu'un. Ternir le talent de qqn. Ce qui a terni à nos yeux les mérites du grand ébéniste [Boulle], ce sont ses imitateurs (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 74).
3. Rendre moins pur, moins honorable. Synon. compromettre, salir, souiller.Ternir l'honneur, la mémoire, la pureté de qqn. C'est lui (...) qui a terni une réputation sans tache (Cottin, Cl. d'Albe, 1799, p. 212).Cette honorabilité, il pouvait la ternir par la médisance (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 121).
Ternir qqc. de qqc.Rendre moins honorable quelque chose à cause de quelque chose. Celui qui ternit de sang sa victoire renonce à presque toute sa gloire (Camus, Dév. croix, 1953, 3ejournée, p. 584).
[P. méton. du compl. d'obj.] Porter atteinte à l'honneur, à la réputation de quelqu'un:
Vous, François de Valois, le soir du même jour, (...) Dans votre lit, tombeau de la vertu des femmes, Vous avez froidement, sous vos baisers infâmes, Terni, flétri, souillé, déshonoré, brisé Diane de Poitiers, comtesse de Brézé! Hugo, Roi s'amuse, 1832, p. 379.
Prononc. et Orth.: [tε ʀni:ʀ], (il) ternit [tε ʀni]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Part. passé ca 1175 adj. « sans couleur » (Benoît, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 33237); 2. pronom. a) α) fin du xiiies. [ms.] « rendre terne, faire perdre le brillant » (Renart, branche XIII, 1056 [Bibl. Arsenal 3334], éd. E. Martin, t. 3, p. 479); β) 1538 « perdre son éclat » (Est. d'apr. FEW t. 17, p. 316a); 1580 fig. (Montaigne, Essais, II, 17, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 637); 3. trans. a) 1338 « rendre terne » (Guillaume de Digulleville, Roman de la fleur de lis, 148 ds Romania t. 62, 1936, p. 326); b) 1456-67 fig. (Cent nouvelles nouvelles, II, 40, éd. Fr. P. Sweetser, p. 32: la grand triumphe [...] est par ce cas abatue et ternye). Prob. de l'a. b. frq. *tarnjan, cf. l'a. h. all. tarnan « cacher », m. h. all. ternen « id. », all. tarnen « camoufler ». Voir FEW t. 17, p. 316b. Fréq. abs. littér.: 507. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 975, b) 745; xxes.: a) 642, b) 535.
DÉR. 1.
Ternissement, subst. masc.,rare. Action de (se) ternir; résultat de cette action. Dans le miroir parut le visage de Julie, sa pâleur, ses cernes, son ternissement (Colette, J. de Carneilhan, 1941, p.212). [tε ʀnismɑ ̃]. 1reattest. 1582 (Paré, Discours de la licorne, chap. 15 ds Œuvres, éd. J.-Fr. Malgaigne, t. 3, p. 506); de ternir, suff. -ment1*.
2.
Ternissure, subst. fém.a) État de ce qui est terni, endroit où quelque chose est terni. La ternissure d'une glace, d'un miroir (Ac.). b) Au fig. Ce qui ternit, compromet, salit la moralité, la réputation d'une personne. Synon. souillure.Bernal: Est-ce que le chevalier teutonique, devant le pont-levis du château, n'acceptait pas tout pour sauver sa petite fille? Alvaro: Il acceptait des blessures. Il n'aurait pas accepté de ternissure (Montherl., Maître Sant., 1947, II, 1, p. 629). [tε ʀnisy:ʀ] Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1546 « état de ce qui est terni » (Est.); de ternir, suff. -ure1*.

Ternir : définition du Wiktionnaire

Verbe

ternir \tɛʁ.niʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre terne, ôter ou diminuer l’éclat de quelque chose.
    • Certaines vapeurs ternissent l’argenterie.
    • Ces couleurs se ternissent aisément.
  2. (Figuré) Dégrader l’image publique, la considération, le crédit, de quelqu’un.
    • Ternir son nom, sa réputation.
    • Ternir sa gloire.
    • C’est un vice qui ternit toutes ses vertus.
    • Cela ternit sa mémoire.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ternir : définition du Littré (1872-1877)

TERNIR (tèr-nir) v. a.
  • 1Ôter ou diminuer l'éclat d'une chose. Le centième décembre a les plaines ternies, Et le centième avril les a peintes de fleurs…, Malherbe, II, 12. Ils entrèrent dans Rome… par un temps gris qui ternit et confond tous les objets, Staël, Corinne, I, 4. Je vous revois, et le temps trop rapide Ternit ces yeux où riaient les amours, Béranger, Déesse. Le soir retient ici son haleine expirante, De crainte de ternir la glace transparente Où se mire le firmament, Lamartine, Harm. I, 10. L'Archipel tout à coup frappé d'ombre, Comme un vaste miroir qu'un souffle aurait terni, P. Lebrun, Voy. de Grèce, III, 2.

    Fig. Un seul doute, un seul mot la blesse [la foi] ; un souffle, pour ainsi dire, la ternit, Massillon, Carême, Vérité de la relig.

  • 2 Par extension, éclipser, obscurcir. À peine tu parais les armes à la main, Que tu ternis les noms du Grec et du Romain, Corneille, Remerc. au Roi. Et comme ami je le prie et conjure, S'il veut ternir un ouvrage immortel, Qu'il fasse mieux, Corneille, Rondeau. Si la gloire de César a terni celle de presque tous les grands capitaines de la république, Helvétius, De l'esprit, discours IV, 1.
  • 3 Fig. Diminuer, ôter l'éclat des choses morales ou intellectuelles. Jamais personne n'a été mieux persuadé que lui, que l'avarice, la sécheresse et l'orgueil ternissent les plus belles qualités des grands hommes, Retz, Conjur. Fiesque. On voudrait, à quelque prix que ce fût, ternir la beauté de son action [la retraite du cardinal de Retz], Sévigné, 209. La fin de son règne [de Clovis] ternit la gloire des commencements, Bossuet, Hist. I, 11. De peur que la contagion du siècle ne ternît, en quelque façon, la pureté de son innocence, Fléchier, Panégyr. Franç. de Paule. L'hymen de Soliman ternit-il sa mémoire ? Racine, Bajaz. II, 3. Sa mère Pénélope l'avait nourri malgré Mentor dans une hauteur et dans une fierté qui ternissaient tout ce qu'il y avait de plus aimable en lui, Fénelon, Tél. XVI. [Louis XIV] n'ayant point encore éprouvé les malheurs qui ternirent les dernières années de son règne, D'Alembert, Apolog. de Clerm. Tonn. L'ignorance a terni tes lumières sublimes [de l'Évangile], Lamartine, Harm. III, 5.
  • 4Se ternir, v. réfl. Devenir terne. On approche un miroir ou une lumière de la bouche du malade : si le miroir se ternit, ou si la lumière vacille, on conclut qu'il respire encore, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 378.

    Fig. C'est d'ordinaire ainsi que ses pareils agissent ; à suivre leur devoir leurs hauts faits se ternissent, Corneille, Nicom. II, 1. Que tout l'État périsse, Avant que jusque-là ma vertu se ternisse, Corneille, Suréna, III, 1.

HISTORIQUE

XVe s. Toute la couleur luy ternit, l'Amant ressuscité, p. 540, dans LACURNE. J'ay deuil que vieulx villains tarnys Soient d'or et d'argent si garnis ; Et mignons en ont tant besoin ! Villon, Baillev. et Malep.

XVIe s. Il n'y a que cette seule tache en tous ses haults faits d'armes, qui ternisse un peu son honneur, Amyot, Alex. 100. Pourquoy est-ce que tu as les yeux si agus à voir le mal d'autruy, et si ternis à voir le tien propre ? Amyot, De la tranq. d'âme, 14. Comme à ceste fleur, la vieillesse Fera ternir vostre beauté, Ronsard, 384. Cet aspect lui fit paslir la conscience et ternir le teint, D'Aubigné, Hist. I, 259. Je ne sçais ny plaire, ny resjouir, ny chatouiller ; le meilleur conte du monde se seiche entre mes mains et se ternit, Montaigne, III, 37.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Ternir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TERNIR, v. act. (Gram.) ôter l’éclat. L’haleine suffit pour ternir une glace : ce tableau est terni ; au figuré, on dit ternir la réputation : l’envie s’occupe sans cesse à ternir la mémoire des grands hommes, mais elle a beau s’efforcer à attacher à leurs actions ou à leurs ouvrages son haleine impure, le tems la fait disparoître.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ternir »

Étymologie de ternir - Littré

D'après Diez, de l'anc. haut-all. tarni, caché, tarnjan, cacher, obscurcir. L'anglais to tarnish vient du français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ternir - Wiktionnaire

Probablement d'origine bas francique, à comparer avec l'allemand tarnen (« camoufler »)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ternir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ternir tɛrnir play_arrow

Conjugaison du verbe « ternir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe ternir

Citations contenant le mot « ternir »

  • Le problème, c’est l’opacité qui entoure la méthode de calcul de notre pointage, d’autant plus que les agences de crédit se dégagent de toute responsabilité si des erreurs devaient ternir notre dossier. Le Journal de Montréal, Quelques trucs pour bien bichonner sa cote de crédit | JDM
  • Il avait nié les accusations portées contre lui, affirmant qu’il s’agissait de «tentatives de certains de ternir» sa réputation. News 24, Le banquier nigérian Akinwumi Adesina blanchi après une enquête de corruption - News 24
  • Il faut le «cancel», littéralement le supprimer mais plus concrètement ternir son image, perturber son activité, jusqu’à ce qu’il rende les armes, s’excuse, essaie de réparer. , La «cancel culture», nouvelle arme des anonymes - Le Matin
  • « Scandales désastreuses, campagne visant à ternir l’image de l’appareil judiciaire », c’est en ces termes que le ministre rwandais de la Justice et Procureur général, Johnson Busingye, a rejeté en bloc toutes les accusations citant les services de sécurité rwandais dans la violation des droits de quatre anciens chefs rebelles sierra-leonnais transférés, en 2009, au Rwanda. Lors d’un échange avec les médias de la place, ce 29 juillet, M. Busingye précise que ces chefs rebelles, de triste mémoire purgent leur peine en sécurité et sans aucune inquiétude dans la prison de Mpanga. Afrik.com, Rwanda : Kigali rejette les accusations de torture sur d'anciens chefs rebelles sierra-leonais
  • Guinée L'opposition accusée de vouloir ternir l'image du pays Guinee360.com - Actualité en Guinée, toute actualité du jour, Guinée : L'opposition accusée de vouloir ternir l'image du pays
  • Sur 45 matchs possibles, Neymar et Mbappé en ont 21 en commun en 2020-21, toutes compétitions confondues. C’est moins d’un sur deux. Celui contre l’OL, vendredi au Stade de France, viendra ternir un peu plus une stat entretenue par les nombreuses blessures du Ney et les plus rares de Kyky, mais aussi par des choix tactico-politiques comme la mise sous cloche du Brésilien avant les huitièmes de finale de C1, début 2020. , OL-PSG : Neymar ou Mbappé, quelle absence est la plus préjudiciable pour Paris ?
  • Ami sincère de l'Amérique, je vois l'esclavage retarder son progrès, ternir sa gloire, fournir des armes à ses détracteurs. De Alexis de Tocqueville / Œuvres complètes, 1986
  • Ni la rusticité de l'apparence, ni l'inélégance du langage, ni la pauvreté des vêtements ne peuvent ternir la beauté des âmes. De Zhang Xianliang / Mimosa
  • Cueillez, cueillez votre jeunesse : Comme à cette fleur, la vieillesse fera ternir votre beauté. De Pierre de Ronsard / Odes, à Cassandre
  • Il ne faut jamais ternir sa mauvaise réputation. De Achille Chavée

Images d'illustration du mot « ternir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ternir »

Langue Traduction
Corse sbarazzà
Basque tarnish
Japonais 変色する
Russe потускнение
Portugais manchar
Arabe تشويه
Chinois 玷污
Allemand trüben
Italien appannamento
Espagnol deslustre
Anglais tarnish
Source : Google Translate API

Synonymes de « ternir »

Source : synonymes de ternir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ternir »


Mots similaires