La langue française

Cheval

Sommaire

  • Définitions du mot cheval
  • Étymologie de « cheval »
  • Phonétique de « cheval »
  • Évolution historique de l’usage du mot « cheval »
  • Citations contenant le mot « cheval »
  • Images d'illustration du mot « cheval »
  • Traductions du mot « cheval »
  • Synonymes de « cheval »

Définitions du mot « cheval »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHEVAL, AUX, subst. masc.

A.− Mammifère domestique appartenant à la famille des Équidés, utilisé notamment comme animal de monture et de trait. Une promenade à cheval; des courses de chevaux; monter un cheval. Je mis mon cheval au trot sur le sol ferme (Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 204):
1. − Dites au cocher qu'il nous promène et qu'il nous conduise à la poste : (...). Il [Lewis] fit un petit discours au cocher, et le cheval se mit en marche, à petits pas. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 424.
SYNT. a) Cheval alezan, blanc, bai, moucheté, pommelé; cheval de race; cheval fougueux, nerveux; cheval sauvage, pur sang. b) Cheval de boucherie, de carrousel, de cirque, de course, de labour, de manège, de selle, de trait. c) Crin, crinière, croupe, poitrail d'un cheval; harnais, mors, rênes, selle de cheval. d) Le hennissement, le galop, le trot, les ruades du cheval. e) Atteler, brider, harnacher un cheval; bouchonner, ferrer, soigner un cheval; aller, monter à cheval; faire une chute de cheval; pousser son cheval ventre à terre; monter un cheval en amazone, à cru (sans selle).
[En emploi subst. apposé] :
2. Quand le poulain devient sage, ne gambade pas, se colle à la mère-cheval, mauvais signe. A. Arnoux, Pour solde de tout compte,1958, p. 280.
1. Loc. À cheval :
3. Le voyage sans fatigue, avec taxi, porteur, wagon-lit, le voyage en auto, en avion, à dos de chameau, à cheval, à pied, j'ai tout fait, tout aimé... E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 331.
Au fig. Dans la dignité :
4. Le règne du malheureux jeune homme, de 1174 à 1185 − (...) − ne devait donc être finalement qu'une lente agonie, mais une agonie à cheval, face à l'ennemi, toute raidie dans le sentiment de la dignité royale du devoir chrétien et des responsabilités de la couronne, en ces heures tragiques où au drame du roi répondait le drame du royaume. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 210.
2. P. méton.
a) ALIM. Synon. de viande de cheval.Aimer le cheval, manger du cheval.
Fig. et fam. Manger du cheval. Manger de la viande très dure. Il a mangé du cheval. Il a une force décuplée.
b) ÉQUIT Synon. de équitation.Aimer le cheval, faire du cheval; culotte de cheval. Je me mettrais à la discipline de la rame, des altères [sic] et du cheval (Valéry, Correspondance[avec Gide], 1894, p. 212).
c) Au plur. Synon. de chevaux montés, cavaliers combattants.À la tête de sept cents chevaux, il [Fernand de Castro] envahit le nord du royaume de Léon (Mérimée, Histoire de Don Pèdre Ier, roi de Castille,1848, p. 143).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. chevale. La reine, la chevale a piaffé sur mon cœur! Ô trop pareille à moi, son ombre lui fait peur. Ô folle aux cheveux de femme, aux longs cils, aux grands yeux! Elle fait frémir son toupet, elle s'émouche de sa queue. Le sang au fond de ses naseaux est comme des dahlias en fleur (Montherlant, Encore un instant de bonheur, 1934, p. 683).
B.− Emplois métaph. ou fig.
1. [P. réf. à la robustesse, à la résistance du cheval] Fam.
Travailler comme un cheval. Travailler dur. Tu travailles comme un cheval, tu te crèves (Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1101):
5. Il ne lui [Joseph] restait plus qu'à s'en aller planter des raves dans une de ses propriétés, car rien de plus vorace que tous ces biens que l'on croit posséder et qui, en réalité, vous possèdent et pour lesquels on travaille comme un cheval de trait, comme un forçat, comme un esclave. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 216.
Fièvre de cheval. Fièvre très forte. Médecine, remède de cheval. Médecine, remède puissant. Santé de cheval. Santé robuste. Vie de cheval. Vie dure. Métier de cheval. Métier pénible :
6. Si tout ce qu'on dit de l'autre monde doit aboutir à une banqueroute, c'est vraiment dur d'avoir fait mener aux pauvres gens une vie de cheval pour rien du tout. Renan, Drames philos.,1888, p. 480.
7. Ma mère murmura que j'avais pourtant bien besoin d'être reconstitué, que j'étais déjà assez nerveux, que cette purge de cheval et ce régime me mettraient à bas. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 498.
Péj. [P. oppos. au cheval de selle] C'est un cheval, un cheval de bât, de carrosse, de charrue. C'est un homme grossier et brutal :
8. Vous m'avez vu tout à l'heure avec un fier imbécile. Que voulez-vous? On finit par prendre des habitudes de cheval, à force de cultiver tous ces chameaux et, quelquefois, on tombe assez mal... Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 51.
2. [P. réf. à l'aspect physique du cheval] Profil de cheval.
[En parlant d'une femme] Femme grande, dégingandée et laide. Comment ai-je pu aimer une si grande femme, pensait-il, ce grand cheval? (Nizan, La Conspiration,1938, p. 215).
3. [P. réf. à la position du cavalier sur le cheval] Loc. adv. À cheval (sur qqc.).
À califourchon. À cheval sur un mur :
9. Au fond, à cheval sur une chaise, le menton sur le dossier, se tenait un véritable cent-kilos à qui le charron était en train de couper les cheveux. E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 367.
[En parlant d'une chose] :
10. ... un ouvrier, en cotte bleue, un mégot aux lèvres; deux godillots tout neufs, en cuir épais, pendaient, à cheval sur son épaule. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 586.
Rare :
11. Ces derniers soirs, dans la cuisine, les mains à cheval sur les cuisses, il [le père] ouvrait de gros yeux sur les uns et sur les autres. Pourrat, Gaspard des Montagnes,La Tour du Levant, 1931, p. 193.
Chanson pour enfant :
12. Longtemps il [mon grand'père] m'avait fait sauter sur sa jambe tendue en chantant : « A cheval sur mon bidet; Quand il trotte il fait des pets », et je riais de scandale. Sartre, Les Mots,1964, p. 44.
De part et d'autre de quelque chose :
13. Cette zone frontière, à cheval sur la France et la Belgique, est peuplée surtout de hors-la-loi auxquels se mêlent nombre de bandits. Van der Meersch, L'Empreinte du dieu,1936, p. 37.
Loc. fig. Être à cheval sur qqc. Être très strict sur quelque chose. Être à cheval sur les principes. Ils sont à cheval sur le règlement. Quand je suis entré chez Hoederer, ils me poussaient avec le canon de leurs mitraillettes (Sartre, Les Mains sales,1948, 3etabl., 2, p. 79).
Absolument :
14. Il [André Suarès] ne pouvait s'empêcher d'avoir de l'éloignement pour les Coantré, gens qui avaient été désastreux à sa sœur, − gens plus superficiels, moins « à cheval » et moins nobles que les Coetquidan, ... Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 804.
Péj. Écrire une lettre à cheval à qqn. Écrire une lettre injurieuse et menaçante :
15. mme petypon. − Moi, pendant ce temps-là, j'écris une lettre à cheval à ma couturière. petypon. − À ta...? mme petypon. − Mais oui, elle devait déjà me livrer cette robe hier; alors, moi, ne voyant rien venir... Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, I, 5, p. 9.
4. Expr. et loc. diverses.
a) Loc. nom.
Homme de cheval
Cavalier (opposé à l'homme de [pied*]) :
16. Elle [la mère] vit une grande troupe d'hommes armés, de pied et de cheval, rangée sur la grève. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 544.
17. ... Maxime (...) redoute la mer. Quant à moi, j'y suis crâne. C'est, avec l'équitation, un talent que j'ai acquis en voyage, car je suis maintenant « aussi bon homme de cheval que de pied » comme M. de Montluc. Flaubert, Correspondance,1850, p. 265.
Vieux
Homme qui aime les chevaux et pratique l'équitation :
18. Une autre nuit, Papadakis m'interrogea : − Il était riche, ton grand-père? − Grand-père, pourquoi donc? − Pour t'avoir payé un bateau. − Ah! mon lougre? L'albatros? Oui, grand-père était millionnaire. − Mais pourquoi t'avoir payé un bateau, il était donc marin? − Tu veux rire, Papadakis! Grand-père était un homme de cheval, il n'a jamais mis les pieds sur un bateau. Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 217.
Homme du monde. Tu es tout à fait un homme du monde, un gentilhomme de cheval dans l'acception la plus complète (Ponson du Terrail, Rocambole,t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 104):
19. ... des larmes remontaient aux yeux de la triste femme, tandis que lui [Séguin] ricanait de son air d'homme du monde, d'homme de cheval, mâtiné d'amateur de littérature et d'art... Zola, Fécondité,1899, p. 140.
Au fig.
Selle à tous chevaux. Objets, remèdes utilisés dans de nombreuses circonstances.
Arg. [En parlant d'hommes] Chevaux à toute selle. Aptes à plusieurs fonctions :
20. Que voulez-vous, mon ami? quand on est de la boutique [= Préfecture de police], il faut faire un peu de tout. Ne sommes-nous pas des chevaux à toute selle? F. Vidocq, Mémoires de Vidocq,t. 3, 1828-29, p. 357.
b) Fam. C'est un... cheval.
C'est un bon cheval de trompette. C'est un homme qui ne craint pas le bruit, les menaces :
21. ... le peuple était pour Tartarin. Sa carrure, sa démarche, son air, un air de bon cheval de trompette qui ne craignait pas le bruit, ... A. Daudet, Tartarin de Tarascon,1872, p. 13.
C'est un cheval échappé. C'est un homme emporté et indiscipliné.
Ça n'est pas le mauvais cheval. C'est un brave homme :
22. On aura beau faire, il y a quelque chose entre nous qui ne colle pas. Mais je ne dis pas que tu sois le mauvais cheval et puis c'est vrai qu'on était mal parti. Sartre, Les Mains sales,1948, 3etabl., 3, p. 101.
C'est un cheval de retour. C'est un récidiviste :
23. ... maintenant on en était au forçat, au récidiviste, au « cheval de retour ». Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 316.
C'est son cheval de bataille. C'est son argument favori, son dada :
24. « Par là, (...), le dogme et la controverse, qui ne sont que le cheval de bataille et les armes du sot et du fanatique, fussent insensiblement devenus plus rares dans la chaire; ... » Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 343.
c) Loc. verbales
Vx. Loger à pied et à cheval. Loger les voyageurs à pied et les voyageurs à cheval :
25. Ils arrivèrent à Orangis vers les neuf heures et s'arrêtèrent à l'auberge de la cloche, où les époux Poitrine logeaient à pied et à cheval. A. France, Les Dieux ont soif,1912, p. 126.
Tirer un homme à quatre chevaux. L'écarteler. P. métaph. Je désirais sentir ma vie sans contradictions, ne pas être divisé, tiré à quatre chevaux, être un pour moi (Barrès, Mes cahiers,t. 1, 1896-98, p. 38).
Au fig.
Monter sur ses grands chevaux. Se mettre en colère et parler avec hauteur :
26. − Oh! mon bon père, s'écria la petite Barniol en se jetant, sur un coussin, aux genoux de Phellion, ne monte pas sur tes grands chevaux! Il y a bien des imbéciles et des niais dans les conseils municipaux, et la France va tout de même. Balzac, Les Petits bourgeois,1850, p. 97.
Faire quelque chose à pied, à cheval, et en voiture. Faire quelque chose de toutes les façons possibles :
27. On mentait avec rage au delà de l'imaginaire, bien au delà du ridicule et de l'absurde, dans les journaux sur les affiches, à pied, à cheval, en voiture. Tout le monde s'y était mis. Céline, Voyage au bout de la nuit,1932, p. 69.
Lâcher son cheval :
28. ... l'attente est un état violent. Je lâche mon cheval, c'est-à-dire que je suis méprisant, insolent, menaçant; je me jette; j'achève mon malheur. Ce mouvement est commun; chacun en a l'expérience. Tous les mouvements d'humeur sont ainsi prévus, redoutés, et enfin confirmés par le gouvernement intérieur, qui achève alors l'événement, qui joue son rôle comme un acteur le jouerait. Alain, Propos,1928, p. 792.
d) Loc. proverbiales
C'est un cheval à l'écurie. C'est une dépense permanente :
29. Les Jardies sont un cheval à l'écurie; on ne les loue pas, et il faut payer mille francs par an en concierge, impositions et réparations. Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 2, 1850, p. 431.
Cela ne se trouve pas (dans le pas, sous le sabot, sous le pas) d'un cheval. C'est très difficile à trouver. Oui : un honnête homme ne se trouve pas sous le pied d'un cheval (E. Augier, Ceinture dorée,1855, II, p. 362).
Être mal à cheval. Être mal dans ses affaires.
Fermer l'écurie quand les chevaux sont dehors. Prendre des précautions quand il est trop tard.
Je lui ferai voir que son cheval n'est qu'une bête. Je lui ferai voir qu'il se trompe lourdement.
N'avoir ni cheval ni mule. Être sans ressources.
e) Proverbes. À cheval donné, il ne faut pas regarder à la bouche ou à la bride. Il faut toujours être content d'un cadeau reçu. À cheval hargneux, étable à part. Il faut écarter les gens querelleurs. À jeune cheval, vieux cavalier. Il faut un homme expérimenté pour diriger des hommes inexpérimentés. À méchant cheval, bon éperon. Dans les affaires compliquées, il faut beaucoup de fermeté. Après bon vin, bon cheval. Après avoir bien bu, l'homme est plus hardi. Changer son cheval borgne contre un aveugle. Changer quelque chose de mauvais contre quelque chose de pire. Il est bien aisé d'aller à pied quand on tient son cheval par la bride. Il est facile d'endurer certains ennuis quand on peut s'en délivrer à volonté. Il fait toujours bon tenir son cheval par la bride. Il est bon d'être toujours maître de ses affaires. Il n'est si bon cheval qui ne bronche. Tout le monde peut se tromper. Il n'est si bon cheval qui ne devienne rosse. Tout homme est enclin à vieillir. Jamais bon cheval ne devient rosse. On ne perd jamais entièrement de bonnes qualités. Jamais coup de pied de jument ne fit mal à cheval. Un homme doit prendre galamment tout ce qui vient d'une femme. L'œil du maître engraisse le cheval. Les affaires vont mieux quand on les surveille soi-même. Les chevaux courent les bénéfices et les ânes les attrapent. Les récompenses ne vont pas toujours à ceux qui les méritent. Quand le foin manque aux râteliers, les chevaux se battent. Les querelles naissent quand manque l'argent.
f) [En réf.]
[à l'Hist.] Cheval d'Alexandre, cheval de bronze, cheval de Caligula, cheval de Mazeppa, cheval noir d'Attila, cheval de Roland, cheval de Saint-Georges (cf. cavalerie), cheval de Troie.
Richard III, Tragédie de Shakespeare] :
30. Joseph se détacha de l'appareil et cria : « Ma voiture, tout de suite! » comme jadis un roi d'Angleterre, sur le champ de bataille : « Un cheval! Ma couronne pour un cheval! » G. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 200.
[à la Myth.] Le cheval prophétique d'Achille, les chevaux ailés, les chevaux marins :
31. La fable des chevaux ailés, notre Pégase, a sans doute pris naissance dans ces pays, où les bergers ont pu voir souvent un onagre sautant d'un rocher à un autre. Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 233.
[à l'Écriture sainte] Le cheval-aigle, les chevaux de l'Apocalypse.
C.− Emplois spéc.
1. ASTROL. Cheval du sagittaire.
2. ASTRON. Cheval ou Pégase; Petit Cheval. Constellations de l'hémisphère boréal.
3. MÉCAN., au plur. Cheval, synon. p. abrév. de cheval-vapeur*.
4. COIFFURE, fam. Queue de cheval. Coiffure féminine consistant à nouer les cheveux derrière la nuque. Nouer ses cheveux en queue de cheval (Colette, Claudine à l'école,1900, p. 33).
5. HÉRALD. Cheval animé, bordé, caparaçonné, passant. Figure du blason représentant toujours le cheval de profil.
6. JEUX
a) Cheval à bascule, cheval de bois, cheval mécanique. J'avais des jouets, une voiture bleue avec des roues, un cheval de bois (Guéhenno, Journal d'un homme de quarante ans,1934, p. 25).
b) Chevaux de bois. Manège dans une fête foraine. Un chevaux-de-bois musique dans le lointain (Barrès, Mes cahiers,t. 6, 1907, p. 33).
c) Cheval fondu. Synon. saute-mouton (vx) :
32. Ils dominaient dans les récréations ainsi que dans les classes et montraient, au cheval fondu et dans les parties de barres, la maîtrise que nous leur reconnaissions en thème grec et en discours latin. A. France, La Vie en fleur,1922, p. 359.
d) Petits chevaux. Jeu de hasard où l'on fait avancer des pions à tête de cheval. Je perds au chemin de fer, je perds aux petits chevaux (...) et je perds au bridge! (Bernstein, Le Secret,1913, II, 1, p. 17).
e) Cheval. Synon. de cavalier (dans le jeu d'échecs) :
33. ... ces sauterelles à ailes bleues et rouges qui avancent dans les bruyères en sautant de biais comme le cheval aux échecs. Giraudoux, Simon le Pathétique,1926, p. 238.
f) Mise placée sur deux numéros dans le jeu de la roulette :
34. Cheval. Terme des joueurs de roulette (...) « Pour le cheval, on vous a donné 17 louis ». L. Larchey, Dict. hist. d'arg.,Nouv. Suppl., 1889, p. 54.
7. ART MILIT.
a) Cheval de frise. Solive traversée de part en part de pieux armés de fer et que l'on utilise comme moyen de défense ou comme barrage :
35. Lorsqu'il [Bucquey] jeta les yeux sur le quai [du haut du Fort l'Evêque], il fut effrayé... de cette quantité... de chevaux de frise et autres ingrédients qui, dit-il « formaient un spectacle des plus affreux... car on croyait voir une forêt toute hérissée de fer. » Nerval, Les Illuminés,1852, p. 42.
b) Cheval de bois (cf. chevalet) :
36. Celle-ci [la charpente] porte, au centre de ses rayons, un cheval de bois ou chevalet, instrument de torture dont l'application fut encore froidement réglée par une ordonnance de 1670. G. Sand, Les Beaux Messieurs de Bois-Doré,t. 1, 1858, p. 26.
8. SC. NAT.
a) BOT. Queue-de-cheval. Synon. vulgaire de la prêle*(cf. Nosban, Nouv. manuel complet du menuisier, t. 2, 1857, p. 176).
b) ZOOLOGIE
Genre cheval. Genre de la famille des équidés dont le zèbre est une espèce :
37. ... en même temps que les rhinocéros et les hippopotames sont à leur apogée, enfin que le genre cheval fait son apparition. A. de Lapparent, Abr. de géol.,1886, p. 369.
Antilope-cheval. Grande antilope d'Afrique Occidentale (cf. Maran, Batouala, 1921, p. 157).
Cheval marin. Synon. vulg. de l'hippocampe(cf. H. Coupin, Animaux de nos pays, 1909, p. 186).
Pied-de-cheval :
38. La pluie faisait dans les gouttières le bruit de quelqu'un qui mâche du caoutchouc. Des regards comme des éclairs de chaleur. Une langue comme cette huître qu'on appelle pied-de-cheval. Renard, Journal,1894, p. 197.
9. SP. Cheval d'arçons, (vx) cheval de bois. Instrument rembourré muni de quatre pieds, avec ou sans poignées, et sur lequel des sportifs s'exercent à sauter, à voltiger.
Cheval de voltige. Un cheval de voltige en bois avec le rembourrage eût été dispendieux (Flaubert, Bouvard et Pécuchet,t. 2, 1880, p. 64).
10. TECHNOL. Petit cheval. Pompe alimentaire d'une chaudière à vapeur (cf. A. Croneau, Constr. pratique des navires de guerre, t. 2, 1892, p. 316).
11. TURF. Jouer un cheval dans une course; miser sur un cheval :
39. J'ai joué le cheval que vous m'aviez indiqué, et, naturellement, j'ai perdu. Benoit, L'Atlantide,1919, p. 15.
Parler cheval. Il tenait à la main un journal de sports. Pour combler le silence, j'essayai de parler cheval (Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 204).
Longueur* de cheval :
40. ... lorsque je les vis arriver au but, devançant les coureurs de trois longueurs de cheval, je fus si joyeuse que je me mis à battre des mains comme une folle. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 775.
Prononc. et Orth. : [ʃ(ə)val], plur. [-o]; pour [ə] cf. chemin. Rouss.-Lacl. 1927 signale que à Paris, on peut entendre, bien que rarement : jeval pour cheval, jeveu pour cheveu. Cf. lettre C. Ds Ac. 1694-1932. Au plur. des chevaux. Étymol. et Hist. A. Début xiies. désigne l'animal (Lois G. le Conquérant, éd. J. E. Matzke, § 5); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 890); spéc. ca 1195 cheval désigne le mâle (Ambroise, Guerre sainte, 8296 ds T.-L., s.v. ive); 1873 désigne la viande (Dumas); 1. ca 1100 as chevals « montés sur des chevaux » (Roland, 1095); d'où ca 1100 interj. as chevals! ordre de monter à cheval (Roland, 2986); av. 1661 à cheval « à califourchon » (St Amand ds Fur. : à cheval sur des coquesigruës); 1835 fig. être à cheval sur « être très strict, ferme sur » (Ac.); a) 1160-70 gent a cheval « soldat à cheval » (Wace, Rou, III, 2651 ds Keller, p. 262a) − 1668, Molière, Amphitryon, I, 1; av. 1511 hommes de cheval « cavaliers » (Comm., IV, 1 ds Littré); chevaux « soldats à cheval », v. chevau-légers; b) 1690 « équitation » (Fur.); av. 1866 monde du cheval (L. Reybaud ds Lar. 19e); 2. a) fin xiiies. être a cheval « être insolent » (Deuxième coll. anglo-norm. des Mir. de la Ste Vierge, éd. H. Kjellman, 48, 179); p. ext. av. 1622 mettre son opinion a cheval « la faire prévaloir » (F. de Sal., Aut. de S.P., ms. Chigi, fo96ads Gdf. Compl.); b) 1579 estre mal a cheval « être mal à l'aise » (Lariv., les Ecol., V, 3, ibid.); c) av. 1592 monter sur ses grands chevaulx « s'emporter » (Mont., iv, 193 ds Littré); 3. 1539 medecine pour les chevaulx (Est.); d'où fig. 1690 médecine de cheval (Fur.); 1690 travail de cheval (ibid.); 1798 fièvre de cheval (Ac.); 4. 1690 fig. cheval de bataille (Fur.); 5. emplois fig. s'appliquant à une pers. 1670 cheval de carosse « homme grossier ou brutal » (Molière, Le Bourgeois gentilhomme, II, 2); 1828 arg. cheval de retour « récidiviste » (Vidocq, Mém. ds Esn.); 1829 (Hugo, Le Dernier jour d'un condamné, 667 − Ollendorff − ds Quem.). B. 1. 1512 jeux au chevau fondu (Gringore, Sottie contre Jules II, 109 ds Recueil de Sotties, Paris, éd. E. Picot, 1904, t. 2, p. 139); 1556 cheval de bois (Argenterie de la reine, fos1 et 13 ds Gay); 1680 fortif. cheval de frise (Rich.); 1768 technol. cheval « support » (Encyclop. t. 27, ardoiserie d'Anjou, p. 12a); 1891 petits chevaux désigne un jeu de hasard (H. Bauer, au Soleil, Echo de Paris ds Guérin2); 1946 cheval d'arçon (Ambrière, Les Grandes vacances, p. 310); 2. 1611 cheval marin « hippocampe » (Cotgr.). Du lat. caballus d'abord « mauvais cheval » (Lucilius ds TLL s.v., 3, 67), puis « cheval hongre » et « cheval de travail » terme pop., dès Varron est le substitut du lat. class. equus qu'il supplante ultérieurement. Fréq. abs. littér. : 14 521. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 25 519, b) 28 396; xxes. : a) 18 716, b) 13 507. Bbg. Atteler des chevaux sur un duc. L'Intermédiaire des chercheurs et des curieux. 1882, t. 15, p. 37, 84, 85. − Bonan Garrigues (M.), Élie (J.). Essai d'analyse sémique. Cah. Lexicol. 1971, pp. 81-82. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Goug. Mots t. 1, 1962, pp. 70-73. − Kitza (A.). Das Ross in den altfranzösischen Abenteuerromanen. Marburg, 1887. − Kurrelmeyer (W.). Friesischer Reiter « cheval de frise ». Mod. Lang. Notes 1943, t. 58, pp. 350-351. − Le Bidois Délire 1970, p. 237. − Manly (C.). Words for horse in French and Provençal. Baltimore, 1939. − Mat. Louis-Philippe. 1951, p. 54. − Millepierres (F.). Les Noms du cheval. Vie Lang. 1959, pp. 662-664. − Monfrin (J.). Romania. 1963, t. 84, p. 142. − Perrochon (H.). Cheval et chèvre en Suisse romande. Vie Lang. 1961, pp. 371-373. − Quem. 2es. t. 4 1972. − Rog. 1965, p. 40. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 105. − Sandmann (M.). Monter à cheval. Rom. Jahrb. 1962, t. 13, pp. 28-42. − Steiger (A.). Altromanische Pferdenamen. Mél. Wartburg (W. von) 1958, pp. 767-796. − Tournemille (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1967, p. 410. − Tuaillon (G.). Analyse d'une carte ling. : cheval-chevaux. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1971, t. 9, no1, pp. 91-176. − Vigneron (P.). Le Cheval dans l'Antiquité. Nancy, 1968.

Wiktionnaire

Nom commun

cheval \ʃə.val\, \ʃval\[2] masculin (pour la femelle on dit : jument)

  1. (Zoologie) Grand mammifère ongulé herbivore de la famille des équidés et du genre Equus, au cou muni d’une crinière, domestiqué par l’être humain, utilisé notamment comme monture, bête de trait ou de somme, pour la chasse et pour les courses.
    • […] ; sous le hangar, les chevaux, harcelés par les mouches et piqués par les taons, s’ébrouaient […]. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Accompagné de trois cavaliers, il approchait de Troyes : avec sa monture, il y avait donc quatre chevaux. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Nous admirions des choses nouvelles, […]. Des cavaliers à burnous flottant galopaient sur des chevaux merveilleux. — (Alain, Souvenirs de guerre, p. 112, Hartmann, 1937)
    • Au Tchad, nous changerons nos chevaux de réquisition (qui sont d’insignes rosses) et nos bêtes de somme contre des chameaux pour continuer notre route dans la zone désertique d'Agadem. — (Louis Alibert, Méhariste, 1917-1918, Éditions Delmas, 1944, page 23)
    • Dès sa première communion, gagé par l’un ou par l’autre, […], il était sans l’avoir appris devenu habile à menuiser, à charronner, à réparer un coutre, à ferrer un cheval. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
    • Le Pourquoi pas, lutte, lutte toujours. Mais déjà les chevaux blancs des Walkyries hennissent dans les rafales. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
  2. (Par extension) (Cuisine) Viande de cet animal.
    • Il y eut un massacre de chevaux un peu en avant de nous ; nous eûmes des biftecks de cheval, et j’appris alors que la viande d’un cheval blanc n’est pas comestible. Est-ce vrai ? Nul depuis n’a pu m’instruire là-dessus. — (Alain, Souvenirs de guerre, p. 115, Hartmann, 1937)
  3. (Courant) Appellation courante de cheval-vapeur, puissance mécanique équivalente à 748 watts.
    • Le curage des vases de la Darse au moyen d’un dragueur à la vapeur de la force de 14 chevaux, a été complet en 1837. — (Répertoire des travaux de la Société de statistique de Marseille, page 370, 1838)
    • Les locomobiles de la force de 4 à 5 chevaux ont un poids qui atteint déjà 2 000 kilogrammes. — (Charles Drion et Émile Fernet, Traité de Physique élémentaire, Masson, 1885, note bas de page 325)
    • La ville exécute aujourd’hui […] une nouvelle installation hydraulique. Cet établissement comprendra 15 turbines à 800 chevaux chacune, soit une force totale de 12 000 chevaux. — (La Suisse circulaire, Guide Conty, 8e éd., 1894, p. 70)
    • En tirant parti des conditions topographiques, on a pu réaliser une chute de 7 m. à Pouilly et une de 8 m. à Escommes, qui, avec le débit moyen, ont donné environ 21 chevaux de force à Pouilly et 12 à Escommes, soit en totalité 33 chevaux, constamment disponibles. — (Léonce Louis Vincent Abel Mazoyer, La navigation intérieure: rivières et canaux, vol. 1, E. Bernard et Cie, 1902, p. 200)
    • C’était un Bréguet dernier modèle, 12 cylindres, 340 chevaux, 180 kilomètres à l’heure. — (Jacques Mortane, Missions spéciales, 1933, p. 50)
  4. (Courant) Cheval fiscal, dont l’abréviation est cv ou CV.
    • La Citroën Ami 6 était une 3 chevaux.
    • La Citroën 2 CV et la Renault 4 CV étaient les voitures populaires des années 1950.
  5. (Argot) Héroïne (drogue).
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  6. (Gymnastique) Appareil gymnique, utilisé pour deux agrès différents : le cheval d’arçons et le saut de cheval.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  7. (Péjoratif) Synonyme parfois utilisé pour désigner une personne.
    • Elle est tombée sur un mauvais cheval, sur un bon cheval.
  8. (Héraldique) Meuble représentant l’animal du même nom dans les armoiries. Il est généralement représenté de profil et passant.
    • D’argent au cheval cabré de sable, qui est de Renansart de l’Aisne → voir illustration « armoiries avec un cheval »
  9. (Jeux) Pièce de certains jeux comme les petits chevaux, et parfois le cavalier aux échecs à cause de la forme de la pièce.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHEVAL. n. m.
Quadrupède domestique de la famille des Solipèdes qui, comme l'âne et le mulet, sert de bête de trait et de somme mais qui plus qu'eux sert de monture. Cheval entier. Cheval hongre. Cheval de charrette, de charrue, de harnais. Cheval de fiacre. Cheval de selle, d'attelage, de trait. Cheval de manège. Cheval de course. Cheval de pur sang, de demi-sang. Cheval de race. Cheval vicieux, qui mord, qui rue, qui se défend. La bouche, les jambes, le garrot, la croupe, l'encolure, la robe d'un cheval. Recevoir un coup de pied de chenal. Le hennissement d'un cheval. Ce cheval a la bouche dure, sensible, gâtée. Panser, étriller, frotter un cheval. Ferrer, déferrer un cheval. La bride, la selle, le harnais d'un cheval. Seller, brider, harnacher un cheval. Aller à cheval. Monter à cheval. Descendre de cheval. Les allures du cheval. Mettre un cheval au pas, au trot, au galop. Faire une partie de cheval. Promenade à cheval. Tomber de cheval, faire une chute de cheval. Pousser un cheval à toute bride, le lancer à fond de train. Ce cheval s'emporte, prend le mors aux dents. Monter, exercer, dresser un cheval. Éperonner un cheval. Son cheval s'abattit sous lui, tomba les quatre fers en l'air. Mettre les chevaux à la voiture. Course de chevaux. Viande de cheval. Manger du cheval. Homme de cheval, Homme qui s'intéresse à ce qui concerne le cheval, et qui s'y connaît. À cheval! se dit elliptiquement pour Montez à cheval. À cheval, messieurs, à cheval. Monter à cheval signifie Se promener à cheval. Il signifie aussi Apprendre à monter à cheval. Il a monté à cheval sous un tel. Mettre quelqu'un à cheval, Lui enseigner l'équitation. C'est tel écuyer qui a mis ce jeune homme à cheval. Aux enseignes des hôtelleries, on mettait ordinairement Un tel loge à pied et à cheval, pour indiquer qu'on y recevait les voyageurs qui vont à pied et ceux qui vont à cheval. Défier quelqu'un à pied et à cheval, Le défier dans n'importe quelle lutte, sous n'importe quelles conditions. Prov., L'œil du maître engraisse le cheval, Quand le maître va voir souvent ses chevaux, les valets en prennent plus de soin. Il signifie aussi figurément Quand on surveille soi-même ses affaires, elles en vont mieux. Fig. et fam., Fièvre de cheval, Fièvre violente. Remède de cheval, comme pour un cheval, Médecine très forte. Prov. et fig., Il n'est si bon cheval qui ne bronche. Voyez BRONCHER. Prov. et fig., À cheval donné, on ne regarde pas la bride, Quand on reçoit un présent, il ne faut pas le déprécier pour quelques détails qui y sont défectueux. Prov. et fig., Changer, troquer son cheval borgne contre un aveugle. Voyez AVEUGLE. Fig. et fam., C'est son cheval de bataille, son grand cheval de bataille. Voyez BATAILLE. Prov. et fam., Il est bon cheval de trompette, il ne s'étonne pas du bruit, se dit de Quelqu'un qui ne s'effraie pas des menaces, qui ne s'émeut pas de ce qu'on lui dit, soit pour l'intimider, soit pour l'embarrasser. Fig. et fam., C'est un cheval pour le travail, C'est un homme qui travaille beaucoup. Fig. et fam., C'est un cheval échappé, se dit d'un Jeune homme qui est emporté et qui se soustrait à l'obéissance, à la discipline. Prov. et fig., Brider son cheval par la queue, S'y prendre maladroitement et à contresens dans une affaire. Prov. et fig., Il fait toujours bon tenir son cheval par la bride, Il fait bon être maître de son bien, d'une affaire où l'on a intérêt. Fig. et fam., Écrire à quelqu'un une lettre à cheval, Lui écrire avec hauteur, avec menace. Prov. et fig., Monter sur ses grands chevaux, Prendre les choses avec hauteur, mettre de la fierté, de la sévérité dans ses paroles. Fig., Trouver sous le pas, dans le pas d'un cheval, Trouver facilement, sans peine. Croit-il qu'une telle somme se trouve sous le pas d'un cheval? Être à cheval, se dit, par extension, de Celui qui est monté sur quelque autre animal qu'un cheval, et même d'une Personne qui se tient jambe deçà, jambe delà, sur une poutre, sur une muraille, etc. Il était à cheval sur le haut du mur. Cet enfant courait par la chambre, à cheval sur un bâton. Fig. et fam., Être à cheval sur quelque chose, S'en prévaloir, y tenir rigoureusement, ou N'en pas démordre, y revenir sans cesse. Il est à cheval sur sa naissance, sur sa noblesse, etc. Il est toujours à cheval sur sa doctrine, sur telle opinion, sur le règlement, sur la discipline, sur les grands principes, etc. En termes de Guerre, Être à cheval sur un fleuve, sur une rivière, se dit d'une Armée qui a des troupes sur l'une et sur l'autre rive d'un fleuve, etc. On dit dans un sens analogue Être, se mettre à cheval sur une route. Tirer un criminel à quatre chevaux signifiait Écarteler un criminel, en attachant chacun de ses membres à un cheval et faisant tirer les quatre chevaux chacun de son côté en même temps. Fam., Cheval de retour, Récidiviste. Cheval marin, Animal fabuleux, qu'on représente ayant le devant d'un cheval et le derrière d'un poisson, tel qu'on en voit sur certaines médailles et dans certains ornements d'architecture et de peinture. Cheval fondu, Sorte de jeu où plusieurs enfants sautent l'un après l'autre sur le dos d'un d'entre eux, qui se tient courbé, dans l'attitude d'un cheval. Jouer au cheval fondu. Cheval de bois, en termes de Gymnastique, Figure de bois qui ressemble à peu près à un cheval et sur laquelle on apprend à voltiger. Chevaux de bois, Figures de bois représentant des chevaux, qui tournent mécaniquement autour d'un axe et sur lesquelles on monte pour se divertir. Manège de chevaux de bois. En termes de Guerre, Cheval de frise. Voyez FRISE. En termes de Mécanique, Cheval vapeur, ou simplement Cheval, Unité conventionnelle employée pour évaluer la puissance motrice des machines à vapeur, des moteurs, et représentant la force capable d'élever par seconde un poids de 75 kilogrammes à la hauteur d'un mètre. Une machine à vapeur de dix chevaux, de vingt chevaux. Une automobile de dix chevaux, ou par ellipse Une dix chevaux.

CHEVAUX, au pluriel, se dit quelquefois de Gens de guerre à cheval. Un escadron de deux cents chevaux. Une armée de vingt mille hommes de pied et de six mille chevaux. Un détachement de mille chevaux.

Littré (1872-1877)

CHEVAL (che-val) s. m.
  • 1Animal domestique de la famille des solipèdes, qu'on emploie à tirer ou à porter. Cheval de charrette, de carrosse, de main, de bataille. La bouche d'un cheval. Panser, étriller, ferrer, seller, brider un cheval. Un cheval fin, ardent, plein de feu, souple, léger à la main, obéissant. Cheval qui porte bien sa tête. Un cheval vicieux, ombrageux, pesant à la main. De rage et de douleur le monstre bondissant Vient aux pieds des chevaux tomber en mugissant, Racine, Phèd. V, 6. J'ai vu, seigneur, j'ai vu votre malheureux fils Traîné par les chevaux que sa main a nourris, Racine, ib. Sous les pieds des chevaux cette reine foulée, Racine, Athal. I, 1. On commença la course des chariots, que l'on distribua au sort ; le mien se trouva le moindre pour la légèreté des roues et pour la vigueur des chevaux, Fénelon, Tél. v. Lâchant les rênes à ses chevaux fumants de sueur, Fénelon, ib. Mes chevaux s'animèrent et se mirent peu à peu en haleine, Fénelon, ib. Hippomaque poussant trop ses chevaux, le plus vigoureux s'abattit, Fénelon, ib. Mes chevaux, mieux ménagés que les siens, étaient en état de le devancer, Fénelon, ib. Malheureux, laisse en paix ton cheval vieillissant, De peur que, tout à coup efflanqué, sans haleine, Il ne laisse en tombant son maître sur l'arène, Boileau, Ép. X.

    Cheval de relais, cheval tout préparé dans les postes pour prendre la place de celui qui vient de faire une traite. On avait préparé des chevaux de relais, sur lesquels ils furent sur-le-champ conduits à Leipsic, où on les enferma étroitement, Voltaire, Charles XII, 2. Il en est ainsi de poste en poste dans le royaume ; vous changez de jurisprudence en changeant de chevaux, Voltaire, Dial. 2.

    Cheval de service, dans le langage de la féodalité, cheval dû par le vassal au seigneur.

    Tirer un criminel à quatre chevaux, écarteler un criminel, en attachant un cheval à chacun de ses membres.

    Fig. N'avoir ni cheval ni mule, être fort gueux.

    Chercher quelqu'un à pied et à cheval, faire toutes les diligences pour le trouver.

    C'est un cheval échappé, c'est un jeune homme qui n'écoute ni autorité ni conseil. Athamare est un jeune cheval échappé, amoureux comme un fou, Voltaire, Lett. d'Argental, 27 avril 1767.

    C'est un vrai cheval à la besogne, c'est un homme dur à la peine, grand travailleur. Mon esclave travaille comme un cheval, je le nourris mal, je l'habille de même, Voltaire, Dial. XXIV, 8.

    Fig. et familièrement. Cheval de carrosse, cheval de bât, gros cheval, ou, simplement, cheval, homme rude, grossier, intraitable. C'est un vrai cheval. C'était [le chevalier de Nogent] une manière de cheval de carrosse qui était de tout temps ami de Saint-Pouange, Saint-Simon, 191, 58. Comment, grand cheval de carrosse ! Molière, Bourg. II, 3.

    Fig. C'est le cheval de bât, se dit d'un homme chargé, dans une maison, dans une communauté, de la grosse besogne.

    Dans le pas d'un cheval, c'est-à-dire facilement, sans peine, sous les pieds. Croit-il que mille cinq cents livres se trouvent dans le pas d'un cheval ? Molière, Fourb. II, 11. Cinquante mille francs, c'est un joli denier ; et, comme on dit, ça ne se trouve pas tous les jours dans le pas d'un cheval, Ch. de Bernard, le Gendre, § 6.

    Aux enseignes des hôtelleries, un tel loge à pied et à cheval, c'est-à-dire un tel donne le logement aux hommes et aux chevaux.

    Fig. C'est son cheval, son grand cheval de bataille, c'est l'argument dont il s'appuie, l'idée à laquelle il est attaché. La cérémonie est le cheval de bataille de la noblesse campagnarde, Hamilton, Gramm. 10.

    Monter sur ses grands chevaux, prendre les choses avec résolution, avec hauteur, se gendarmer ; locution venue de ce que les chevaliers allant en guerre et chevauchant sur de petits chevaux montaient, pour combattre, sur de grands chevaux. Je vous vois montée sur vos grands chevaux, Sévigné, 537. Dessus ses grands chevaux est monté mon courage, Molière, Sgan. 21. Voyant qu'elle montait sur ses grands chevaux, Hamilton, Gramm. 9. Elle monta sur ses grands chevaux au lieu de se justifier, Hamilton, ib. 11.

    Brider son cheval par la queue, s'y prendre à contre-sens dans une affaire.

    Fièvre de cheval, fièvre violente.

    Médecine de cheval, médicament très fort.

    Familièrement. Écrire à quelqu'un une lettre à cheval, écrire une lettre où on le gourmande vertement.

  • 2Homme de cheval, un cavalier. Une troupe de gens de cheval. Soit de gens de cheval ou soit de gens de pied, Régnier, Sat. X. Il n'y avait point de meilleurs hommes de cheval que les Égyptiens, Bossuet, Hist. III, 3. Du Plessis, écuyer de la grande écurie et le premier homme de cheval de son siècle, Saint-Simon, 37, 174. Les Romains tireront de leurs alliés 700 000 hommes de pied, et 70 000 de cheval, Montesquieu, Rom. 4.

    Monter à cheval signifie quelquefois apprendre à monter à cheval. Il a monté à cheval sous un tel.

    Mettre quelqu'un à cheval, lui enseigner l'équitation. C'est un tel écuyer qui a mis ce jeune homme à cheval.

    En termes de manége, cheval de deux cœurs, celui qui ne se manie que par contrainte. Cheval dans la main, celui dont l'encolure, la tête et le corps sont dans un parfait équilibre. Cheval entier à une main, celui qui refuse de tourner d'un côté. Cheval de pas, celui qui va un grand pas fort à l'aise.

  • 3À cheval, loc. adv. Sur un cheval. Se promener à cheval. Montrez-lui comme il faut… Passer les jours entiers et les nuits à cheval, Corneille, Cid, I, 7. Pour les faire monter à cheval, Bossuet, Hist. III, 5. M. le Chantre sera toujours prêt à monter à cheval, Bossuet, Lett. abb. 72. Sortis, il me demande : êtes-vous à cheval ? Régnier, Sat. VIII.

    Elliptiquement, à cheval, messieurs ! c'est-à-dire montez à cheval.

    Par analogie, à califourchon, jambe deçà, jambe delà. Il était à cheval sur le haut du mur.

    Terme de guerre. Être à cheval sur un fleuve, sur une rivière, sur une route, avoir des troupes placées sur l'une et l'autre rive, sur l'un et l'autre côté de la route.

    Fig. Être à cheval sur quelque chose, n'en pas démordre, s'en prévaloir, y revenir sans cesse. être à cheval signifie aussi être solidement établi.

    Fig. Être mal à cheval, être mal dans ses affaires.

    Il se tient mieux à table qu'à cheval, se dit d'un écornifleur.

  • 4 S. m. plur. Terme de guerre. Cavaliers. Il avait dix mille hommes de pied, avec deux mille chevaux. C'était vous, intrépide Nemours, qui meniez ces fameux chevaux aux combats, Chateaubriand, Natch. I, 92.

    Les grands chevaux, nom qui était donné aux quatre principales familles de la noblesse de Lorraine. Les petits chevaux, la noblesse inférieure de Lorraine.

  • 5Cheval fondu, jeu d'enfants dans lequel l'un saute par-dessus l'autre qui a le corps plus ou moins fléchi.
  • 6Cheval de bois, figure de bois sur laquelle on apprend à voltiger. [Il] fait crever les courtauds en chassant aux forêts, Court le faquin, la bague, escrime des fleurets, Monte un cheval de bois…, Régnier, Sat. v.

    Anciennement. Cheval de bois, pièce de bois qui, taillée en arête et mise sur des tréteaux, servait à une punition de soldat. Ce soldat, ayant fait un faute, fut mis pendant deux heures sur le cheval de bois.

    Cheval de Troie, cheval de bois renfermant des guerriers dans ses flancs, au moyen duquel les Grecs prirent la ville de Troie.

    Les courtisans du cheval de bronze, s'est dit jadis à Paris des filous et personnes de mauvaise vie qui se tenaient sur le pont Neuf auprès de la statue d'Henri IV, pour y attraper quelqu'un.

  • 7Cheval de frise, en termes de guerre, grosse poutre carrée, traversée par trois rangs de pieux de bois, dont les bouts sont armés de pointes de fer, ainsi dite parce que cet engin a d'abord été employé dans la Frise.

    Cheval de frise ou patte de coq, espèce de support dans une fabrique de poteries.

  • 8 Terme d'astronomie. Un des noms vulgaires de la constellation de Pégase.

    Petit Cheval, constellation de l'hémisphère septentrional.

  • 9Cheval-vapeur ou simplement cheval, unité conventionnelle dont on se sert pour évaluer la force motrice des machines à vapeur, et qui équivaut à une force capable d'élever un poids de 75 kilogrammes à la hauteur d'un mètre dans l'unité de temps ou seconde.
  • 10Dans les carrières de marbre, on appelle cheval de terre, un espace où le marbre manque et qui se trouve rempli d'une masse de terre.

    Trou rempli de terre qu'on trouve quelquefois dans un bloc.

  • 11 Terme de zoologie. Cheval cerf, nom d'un mammifère observé en Chine et qui paraît être l'antilope gnus (ruminants) dite vulgairement gnou.

    Cheval du Cap, nom donné par quelques voyageurs au cheval quaccha, qui est le couagga de Buffon.

    Cheval marin, cheval de rivière, hippopotame, et plusieurs poissons.

    Cheval du bon Dieu, grillon.

    Cheval marin, animal fabuleux, qu'on représente avec le devant d'un cheval et le derrière d'un poisson.

  • 12 Terme de métier. Siége sur lequel l'ouvrier s'assoit pour façonner l'ardoise.

PROVERBES

Cheval de foin, cheval de rien ; cheval d'avoine, cheval de peine.

Fermer l'écurie quand les chevaux sont dehors, c'est-à-dire prendre des précautions quand le mal est arrivé.

Il fait toujours bon tenir son cheval par la bride, c'est-à-dire il fait bon être maître de ses affaires, de son bien.

Il est bien aisé d'aller à pied quand on tient son cheval par la bride, c'est-à-dire on souffre volontiers de petites incommodités quand on peut s'en délivrer aussitôt qu'on veut.

Des femmes et des chevaux, il n'en est point sans défauts.

Un coup de pied de jument ne fait point de mal au cheval, c'est-à-dire un homme doit prendre galamment les malices que lui font les femmes.

À un cheval hargneux, il lui faut une étable à part, c'est-à-dire il faut se tenir loin des hommes querelleurs, difficultueux, méchants.

Les chevaux courent les bénéfices, et les ânes les attrapent, c'est-à-dire les récompenses ne vont pas à ceux qui les méritent.Je lui ferai voir que son cheval n'est qu'une bête, c'est-à-dire je lui ferai voir qu'il se trompe lourdement. Je voudrais bien qu'elle eût soufflé devant moi et qu'elle s'avisât de traverser ce que j'aurais résolu ; je lui ferais bien voir que son cheval ne serait qu'une bête, Hauteroche, Crispin médecin, I, 2.

Qui aura de beaux chevaux si ce n'est le roi ? c'est-à-dire il n'est pas étonnant qu'un homme riche et puissant ait ce qu'il y a de mieux.

Il n'est si bon cheval qui ne devienne rosse, c'est-à-dire l'âge affaiblit les corps, les esprits les plus vigoureux. Et, en sens inverse, jamais bon cheval ne devint rosse.

À jeune cheval vieux cavalier, c'est-à-dire pour conduire un jeune cheval, et figurément, pour diriger des gens inexpérimentés, il faut un homme expérimenté.

Il est bon cheval de trompette, c'est-à-dire le bruit, les menaces ne l'effrayent pas.

Changer son cheval borgne contre un aveugle, changer une chose mauvaise contre une autre plus mauvaise encore.

À cheval donné on ne regarde point à la bouche, à la bride, c'est-à-dire un don est toujours bienvenu.

Il n'est si bon cheval qui ne bronche, c'est-à-dire le plus sage, le plus habile peut commettre des fautes.

Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome, c'est-à-dire on ne se corrige pas en voyageant.

L'œil du maître engraisse le cheval, c'est-à-dire il faut surveiller ses affaires.

Après bon vin, bon cheval, c'est-à-dire quand on a un peu bu, on est plus hardi.

L'âge n'est que pour les chevaux, c'est-à-dire il ne faut pas s'enquérir de l'âge des personnes. Laissons l'âge à part ; aussi bien, comme on dit, il n'est que pour les chevaux, Hauteroche, Crispin médecin, I, 1.

À méchant cheval bon éperon, c'est-à-dire il faut de la fermeté dans les affaires difficiles.

SYNONYME

HOMMES DE CHEVAL, GENS DE CHEVAL. Les gens de cheval, c'est la cavalerie. Cette locution a toujours un sens collectif qui n'appartient pas à hommes de cheval ; c'est pour cela qu'on dit mille hommes de cheval, et qu'on ne peut dire mille gens de cheval.

HISTORIQUE

XIe s. Cil ki aveir [bétail] escut [retire] u chivalz u buefs, Lois de Guill. 6. Puisque il sont as chevals et as armes, Ch. de Rol. LXXXV. Sur Veillantif, son bon cheval courant, ib. LXXXIX. Sire, à pied estes, et je sui à cheval, ib. CLVII.

XIIe s. Chevaus de pris, Ronc. p. 7. Ses chevaus [son cheval] fu en vingt lieus assenez, ib. p. 96. Je le defen à cheval et à pié, ib. p. 187. Sur les chevax [ils] monterent qu'on leur tint au perron, Sax. XXII. Les chevals Saint Thomas tuz ensemble [ils] enmenerent, Th. le mart. p. 152.

XIIIe s. Et chascuns chevaus donra quatre mars, et chascuns homs dui [deux], Villehardouin, XIV. Lors furent li cheval trais des huissiers [vaisseaux], Villehardouin, LXIII. Chevaus, or et argent leur fist on presenter, Berte, III. Il doit deus deniers de tonlieu pour chascun cheval, se li chevaus est vis [vif], Livre des mét. 316. Et la court deit connoistre que la bataille deit estre à chevau, au quarantisme jor, Ass. de Jér. I, 162. Je voi que qui cheval achete, N'iert ja si fox que riens i mete, Comment que l'en l'ait bien couvert, Se tout nel voit à descouvert, la Rose, 8707. Et quand les chevaus aus Sarrazins et aus Beduins avoient poour [peur] d'un bisson [buisson], Joinville, 203. Qui n'a cheval si voist [aille] à piét, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 163. Miex vault le cheval Bertran, Qui souvent menjue [mange] avaine Que cil qui fait la crevaine [qui crève], Anc. poésies fr. du Vatican, dans LACURNE. Se ses quevax muert ou afole, Beaumanoir, 64.

XIVe s. Là où li chevaux chiet [choit], on le vait escorchant, Guesclin. 10831.

XVe s. Par ma foy, mes chevaulx se lasse, Et dit que les nois [neiges] et la glace L'ont destruit…, Deschamps, Poésies, f° 358, dans LACURNE. Dix huyt cens hommes de cheval, Commines, IV, 1. Se l'autre son compagnon avoit bien fait du mauvais cheval et en maintien et en paroles, encore en fit il plus, Louis XI, Nouv. XXXIII. Un cheval a quatre pieds et si chiet [et pourtant tombe], Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 164. En verité il m'est mescheu ; dont je suis dolent, mais c'est sur le tard, et me puis comparer à celluy qui ferme l'estable quant on lui a emblé son cheval, Perceforest, t. III, f° 88.

XVIe s. Un esclave qui vint à tue cheval l'avertir, Mém. sur D. G. ch. XVIII. Voyant rapporter le corps d'un homme de cheval, Montaigne, I, 8. Se sentant eschapper du [tomber de] cheval, Montaigne, I, 16. Apprendre à monter à cheval, Montaigne, I, 150. En sa mort, on sent Caton tousjours monté sur ses grands chevaulx, Montaigne, IV, 193. Il y eut quelques chevaulx legers numidiens, qui par le chemin rencontrerent…, Amyot, Marcell. 50. Il y mourut, non en capitaine, ains en cheval leger et en avant coureur, Amyot, Pélop. et Marcell. comp. 5. Dix mille hommes de pied, mille chevaux, et une flotte de cent voiles, Amyot, ib. 51. Faire du cheval eschappé, Amyot, Caton, 55. Qu'es-tu toy ? archer, picquier, homme d'armes ou cheval leger ? Amyot, Que la vertu se peut apprendre, 8. La Riviere, le plus diligent et laborieux caval leger qui fust au service du roi, D'Aubigné, Hist. I, 333. On faisoit bouillir les cuirs, les peaux de cheval et de chiens, D'Aubigné, ib. II, 56. Ils firent du pain de paille hachée et d'ardoise, y meslant du fumier de chevaux, D'Aubigné, ib. II, 57. Ne trouvant dedans autres garnisons que quelque peu de soldats pour garder les grands chevaux de Joieuse, D'Aubigné, ib. II, 58. Il perce un grand païs de Beausse tout semé de chevaux-legers, D'Aubigné, ib. II, 188. En cheval leger, D'Aubigné, ib. III, 213. Pour forcer les villes : beliers, chevaux, vignes, tortues, balistes, Paré, IX, Préface. Leurs trompettes et clairons ronfloient et sonnoient boutte selle, boutte selle, monte à cheval, monte à cheval, boutte selle, monte à caval, à caval, Paré, t. III, p. 703. Tu resembles au viel cheval de mon pere, tu ne veulx poynt marcher jusques à tant que tu soyes picqué, Palsgrave, p. 427. Et comme l'on dict, nous vendons nostre cheval pour avoir du foin, Charron, Sagesse, I, 22. N'achapte cheval jouant de la queue, Génin, Récréat. t. II, p. 245. Quand plus ne peult ne haut ne val, à la charrue va le cheval, Génin, ib. p. 248. Se houser et n'avoir cheval, Génin, ib. p. 249. Cheval courant, sepulture ouverte, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 159. Cheval fait et valet à faire, cheval fait et femme à faire, Leroux de Lincy, ib. Cheval rogneux n'a cure qu'on l'estrille, Leroux de Lincy, ib. À nouveau cheval, nouvelle selle, Leroux de Lincy, ib. p. 160. À cheval rueur, d'avant passe, Leroux de Lincy, ib. Aux chevaux maigres va la mouche, Leroux de Lincy, ib. Bien merite d'aller à pied qui n'a soin de son cheval, Leroux de Lincy, ib. p. 161. Bride et esperon font le cheval bon, Leroux de Lincy, ib. Il fait comme les bons chevaux, il s'eschauffe en mangeant, Leroux de Lincy, ib. p. 162. Il ne faut pas lier les asnes avec les chevaux, Leroux de Lincy, ib. Un bon cheval fait les lieues courtes, Leroux de Lincy, ib. p. 163. Un cheval est bien meschant [mauvais] s'il ne peut porter sa selle, Leroux de Lincy, ib. p. 184. Comment, dit Mandragor, vous parlez à cheval et fort glorieusement pour une femme ; par Dieu, si vous ne fussiez aussi bien au pouvoir de la royne vostre maistresse qu'elle mesme est en celuy du roy mon maistre, je vous ferois bien abaisser vostre caquet, Don Flores de Grece, f° XXXVI, dans LACURNE. Ny estoit coustume de venir à telz biens par force ny en parlant à cheval, veu que tous ceux qui se humilioient jusqu'à terre et qui ne servent que d'obeïr et complaire, à grand peine y peuvent ilz parvenir, Aresta amorum, p. 136, dans LACURNE. On doit estre maistre de son cheval, compagnon de son chien et valet de son oiseau, Favin, Théâtre d'honn. t. II, dans LACURNE. On touche toujours sur le cheval qui tire, Cotgrave Il n'y a cheval si bien ferré qui ne glisse, Cotgrave Qui n'a cheval ne chariot, il ne charge pas quand il veut, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHEVAL. Ajoutez :
13Cheval de cheville, cheval attelé en cheville ; c'est le cheval de tête dans un attelage à deux chevaux ; quelquefois les traits de ce cheval sont simplement passés sur des chevilles fixées à l'extrémité des brancards ou limons. Un charretier, monté sur un cheval de cheville attelé à un tombereau, tomba, en traversant la plaine d'Ivry submergée, dans une fondrière…, Journ. offic. 21 mars 1876, p. 1968, 3e col.
14 Cheval de retour, se dit, dans l'argot des prisons, du criminel qui, enclin aux récidives, revient toujours à la prison, au bagne, etc. P. Sarrazin, l'Opin. nationale, Supplément au n° du 28 avr. 1876, Feuilleton.
15Petit cheval, petite machine à vapeur auxiliaire.
Un petit cheval de la force de 12 chevaux nominaux… à bord du Porcupine le petit cheval permettait de rentrer les dragues à raison de un pied par seconde, A. Reclus, Rev. maritime et coloniale, juill. 1874 p. 160.

REMARQUE

1. Cheval fondu s'est dit, dans l'ancienne langue, du cheval qui s'est abattu : Le cheval… joignit les quatre piedz et saillit bien quinze piedz ainsi comme pour saillir en l'eaue ; et quant le cheval trouva de ses piedz la terre dure, qui cuydoit trouver l'eaue, il va cheoir sur ses piedz de coup de meschef et fondit jusques à terre ; et quant le roy vit son cheval fondu, il regarde bas, et lui fut advis qu'il estoit en une rivière, Perceforest, f° 28, recto. Cette locution donne la clé du jeu des enfants dit cheval fondu.

2. Parler à cheval, s'est dit, dans le XIVe siècle, pour parler orgueilleusement, rudement : Il a trop esté à repos ; E ! gar comme il parle à cheval, S'Artus estoit ou Parceval ; S'a il grant cuer, Théâtre franç. au moyen âge, Paris, 1839, p. 290. On peut voir, à l'historique, des exemples de cette locution, mais du XVIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHEVAL, s. m. equus, (Hist. nat. Manege & Maréchallerie.) animal quadrupede, domestique, ou sauvage, du genre des solipedes, plus grand que l’âne, mais à plus petites oreilles, à queue garnie de crins depuis son origine, & à cou garni en-dessus d’un pareil poil. Voyez l’article Quadrupede.

Cheval sauvage. La domesticité du cheval est si ancienne & si universelle, qu’on ne le voit que rarement dans son état naturel. Quand cet animal n’a pas été brisé par les travaux, ou abâtardi par une mauvaise éducation, il a du feu dans les yeux, de la vivacité dans les mouvemens, de la noblesse dans le port ; cependant l’âne a cet avantage sur lui, qu’il ne paroît pas fier de porter l’homme.

Hérodote dit que sur les bords de l’Hispanis en Scythie, il y avoit des chevaux sauvages blancs ; & que dans la partie septentrionale de la Thrace au-delà du Danube, il y en avoit d’autres qui avoient le poil long de cinq doigts sur tout le corps. Aristote assûre la même chose de la Scythie ; Pline, des pays du nord ; & Strabon, de l’Espagne & des Alpes.

Parmi les modernes, Cardan prétend qu’il y a eu des chevaux sauvages aux Orcades & en Ecosse ; Olaüs, dans la Moscovie ; Dapper, dans l’île de Chypre ; Struis, dans l’île de May au Cap verd ; Léon l’Africain, dans les deserts de l’Afrique & de l’Arabie, & dans les solitudes de Numidie, où cet auteur & Marmol disent qu’il y a des chevaux à poil blanc & à criniere crêpue. Voyez les lettres édifiantes & curieuses.

Il n’y a plus de chevaux sauvages en Europe. Ceux de l’Amérique sont des chevaux domestiques & Européens d’origine, que les Espagnols y ont transportés, & qui se sont multipliés dans les deserts de ces contrées, où il y a quelque apparence que ces animaux étoient inconnus. Les auteurs parlent très-diversement de ces chevaux de l’Amérique, devenus sauvages de domestiques. Il y en a qui assûrent que ces affranchis sont plus forts, plus legers, plus nerveux que la plûpart de nos chevaux esclaves ; qu’ils ne sont pas féroces ; qu’ils sont seulement fiers & sauvages ; qu’ils n’attaquent pas les autres animaux ; qu’ils les repoussent seulement quand ils en sont attaqués ; qu’ils vont par troupe ; que l’herbe leur suffit, & qu’ils n’ont aucun goût pour la chair des animaux. D’autres racontent qu’en 1685, il y avoit près de la baie de Saint-Louis des chevaux si farouches, qu’on ne pouvoit les approcher. L’auteur de l’histoire des Flibustiers dit qu’on en voit dans l’île de Saint-Domingue, des troupes de plus de cinq cents qui courent ensemble ; que lorsqu’ils apperçoivent un homme, ils s’arrêtent ; que l’un d’eux s’approche à une certaine distance, souffle des naseaux & prend la fuite ; que les autres le suivent ; qu’ils descendent de la race des chevaux d’Espagne, mais qu’elle paroît avoir dégénéré en devenant sauvage ; qu’ils ont la tête grosse, ainsi que les jambes qui sont encore raboteuses, les oreilles & le cou longs ; qu’on se sert pour les prendre de lacs de corde, qu’on tend dans les endroits où ils fréquentent ; qu’ils s’y engagent facilement ; que s’il leur arrive de se prendre par le cou, ils s’étranglent dans le lacs, à moins qu’on n’arrive assez tôt pour les secourir ; qu’on les arrête par le corps & par les jambes ; qu’on les attache à des arbres, où on les laisse deux jours sans boire ni manger ; que cette épreuve suffit pour les rendre dociles ; qu’ils cessent d’être sauvages pour ne le plus devenir, ou que s’ils le deviennent encore par hasard, ils reconnoissent leur maître, & se laissent approcher & reprendre. En effet, les chevaux sont naturellement doux & disposés à se familiariser avec l’homme ; les mœurs de ceux qui nous servent, viennent presque entierement de l’éducation qu’on leur donne. Quand on a négligé un poulain, il arrive souvent lorsqu’il est cheval, que l’approche & l’attouchement de l’homme lui cause une grande frayeur, qu’il se défend de la dent & du pié, & qu’il est presque impossible de le panser & de le ferrer. Mais le moyen que M. de Garsault indique pour l’apprivoiser, rend très-croyable celui dont on se sert pour dompter ceux de l’Amérique : on lui tourne le derriere à la mangeoire ; on lui met toute la nuit un homme à sa tête, qui lui donne de tems en tems une poignée de foin, & l’empêche de dormir & de se coucher jusqu’à ce qu’il tombe de foiblesse. Il ne faut pas huit jours de ce régime aux plus farouches pour les adoucir.

Cheval domestique. Il paroît que le caractere des chevaux sauvages varie selon les contrées qu’ils habitent : la même variété se remarque dans les chevaux domestiques, mais augmentée par une infinité de causes différentes. Pour juger plus sûrement des occasions où les défauts sont où ne sont pas compensés par les qualités, il est à-propos d’avoir dans l’esprit le modele d’un cheval parfait, auquel on puisse rapporter les autres chevaux. La nécessité d’un modele idéal s’étend à tout, même à la critique vétérinaire. Voici l’esquisse de ce modele.

Le cheval est de tous les animaux celui qui avec une grande taille a le plus de proportion & d’élégance dans les parties de son corps. En lui comparant les animaux qui sont immédiatement au-dessus & au-dessous, on trouve que l’âne est mal fait, que le lion a la tête trop grosse, que le bœuf a la jambe trop menue, que le chameau est difforme, & que le rhinoceros & l’éléphant ne sont, pour ainsi dire, que des masses. Dans le cheval bien fait, la partie supérieure de l’encolure dont sort la criniere, doit s’élever d’abord en ligne droite en sortant du garrot, & former ensuite en approchant de la tête, une courbure à-peu-près semblable à celle du cou d’un cygne. La partie inférieure de l’encolure ne doit former aucune courbure ; il faut que sa direction soit en ligne droite, depuis le poitrail jusqu’à la ganache, & un peu panchée en-devant : si elle étoit perpendiculaire, l’encolure seroit fausse. Il faut que la partie supérieure du cou soit mince, & qu’il y ait peu de chair auprès de la criniere, qui doit être médiocrement garnie de crins longs & déliés. Une belle encolure doit être longue & relevée, & cependant proportionnée à la taille du cheval : trop longue & trop menue, le cheval donne des coups de tête ; trop courte & trop charnue, il est pesant à la main. La tête sera placée avantageusement, si le front est perpendiculaire à l’horison ; elle doit être seche & menue, non trop longue. Les oreilles seront peu distantes, petites, droites, immobiles, étroites, déliées, bien plantées au-haut de la tête. Il faut que le front soit étroit & un peu convexe ; que les salieres soient remplies ; les paupieres minces ; les yeux clairs, vifs, pleins de feu, assez gros, avancés à fleur de tête ; la prunelle grande ; la ganache décharnée & un peu épaisse ; le nez un peu arqué ; les naseaux bien ouverts & bien fendus ; la cloison du nez mince ; les levres déliées ; la bouche médiocrement fendue ; le garrot élevé & tranchant ; les épaules seches, plates, & peu serrées ; le dos égal, uni, insensiblement arqué sur la longueur, & relevé des deux côtés de l’épine qui doit paroître enfoncée ; les flancs pleins & courts ; la croupe ronde & bien fournie ; la hanche bien garnie ; le tronçon de la queue épais & ferme ; les cuisses & les bras gros & charnus ; le genou rond en-devant & large sur les côtés ; le nerf bien détaché ; le boulet menu ; le fanon peu garni ; le paturon gros & d’une médiocre longueur ; la couronne peu élevée ; la corne noire, unie, & luisante ; la fourchette menue & maigre, & la sole épaisse & concave.

Chevaux Arabes. Les chevaux Arabes sont de tous ceux qu’on connoisse en Europe, les plus beaux & les plus conformes à ce modele ; ils sont plus grands & plus étoffés que les Barbes, & sont aussi bien faits. Si ce que les voyageurs nous racontent est vrai, ces chevaux sont très-chers même dans le pays, & il n’y a aucune sorte de précautions qu’on ne prenne pour en conserver la race également belle.

Chevaux Barbes. Les chevaux Barbes sont plus communs que les Arabes ; ils ont l’encolure longue, fine, peu chargée de crins, & bien sortie du garrot ; la tête belle, petite, & assez ordinairement moutonnée ; l’oreille belle & bien placée ; les épaules légeres & plates ; le garrot menu & bien relevé ; les reins court, & droits ; le flanc & les côtes rondes, sans trop de ventre ; les hanches bien effacées ; la croupe un peu longue ; la queue placée un peu haut ; la cuisse bien formée & rarement plate ; les jambes belles, bien faites & sans poil ; le nerf bien détaché ; le pié bien fait, mais souvent le paturon long. Il y en a de tous poils, mais communément de gris. Ils ont un peu de négligence dans leurs allures ; ils ont besoin d’être recherchés ; on leur trouve beaucoup de vîtesse & de nerf ; ils sont legers & propres à la course. Ils paroissent être très-bons pour en tirer race ; il seroit à souhaiter qu’ils fussent de plus grande taille ; les plus grands ont quatre piés huit pouces, très-rarement quatre piés neuf pouces. En France, en Angleterre, &c. ils sont plus grands qu’eux. Ceux du royaume de Maroc passent pour les meilleurs.

Chevaux Turcs. Les chevaux Turcs ne sont pas si bien proportionnés que les Barbes ; ils ont pour l’ordinaire l’encolure éfilée, le corps long, les jambes trop menues : mais ils sont grands travailleurs, & de longue haleine. Quoiqu’ils ayent le canon plus menu que ceux de ce pays, cependant ils ont plus de force dans les jambes.

Chevaux d’Espagne. Les chevaux d’Espagne qui tiennent le second rang après les Barbes, ont l’encolure longue, épaisse, beaucoup de crins, la tête un peu grosse, quelquefois moutonnée ; les oreilles longues, mais bien placées ; les yeux pleins de feu ; l’air noble & fier ; les épaules épaisses ; le poitrail large ; les reins assez souvent un peu bas ; la tête ronde ; quelquefois un peu trop de ventre ; la croupe ordinairement ronde & large, quelquefois un peu longue ; les jambes belles & sans poil ; le nerf bien détaché ; la paturon quelquefois un peu long, comme le Barbe ; le pié un peu allongé, comme le mulet ; souvent le talon trop haut. Ceux de belle race sont épais, bien étoffés, bas de terre, ont beaucoup de mouvement dans la démarche, de la souplesse ; leur poil le plus ordinaire est noir ou bai marron, quoiqu’il y en ait de toutes sortes de poil ; ils ont rarement les jambes blanches & le nez blanc. Les Espagnols ne tirent point de race de chevaux marqués de ces taches qu’ils ont en aversion ; ils ne veulent qu’une étoile au front ; ils estiment autant les zains que nous les méprisons. On les marque tous à la cuisse, hors le montoir, de la marque du haras d’où ils sont sortis ; ils ne sont pas communément de grande taille ; il s’en trouve de quatre piés neuf ou dix pouces. Ceux de la haute Andalousie passent pour les meilleurs ; ils sont seulement sujets à avoir la tête un peu trop longue. Les chevaux d’Espagne ont plus de souplesse que les Barbes ; on les préfere à tous les chevaux du monde pour la guerre, la pompe, & le manege.

Chevaux Anglois. Les chevaux Anglois, quand ils sont beaux, sont pour la conformation assez semblables aux Arabes & aux Barbes, dont ils sortent en effet ; ils ont cependant la tête plus grande, mais bien faite & moutonnée ; les oreilles plus longues, mais bien placées : par les oreilles seules, on pourroit distinguer un Anglois d’un Barbe ; mais la grande différence est dans la taille. Les Anglois sont bien étoffés & beaucoup plus grands : on en trouve communément de quatre piés dix pouces, & même de cinq piés. Ils sont généralement forts, vigoureux, hardis, capables d’ure grande fatigue, excellens pour la chasse & pour la course ; mais il leur manque de la grace & de la souplesse : ils sont durs, & ont peu de liberté dans les épaules.

Chevaux d’Italie. Les chevaux d’Italie ne sont plus distingués, si l’on en excepte les Napolitains ; on en fait cas sur-tout pour les attelages. Ils ont en général la tête grosse, l’encolure épaisse, sont indociles & difficiles à dresser ; mais ils ont la taille riche & les mouvemens beaux : ils sont fiers, excellens pour l’appareil, & ont de la disposition à piaffer.

Chevaux Danois. Les chevaux Danois sont de si belle taille & si étoffés, qu’on les préfere à tous les autres pour l’attelage ; il y en a de parfaitement bien moulés : mais ils sont rares, & ont ordinairement la conformation irréguliere, l’encolure épaisse, les épaules grosses, les reins un peu longs & bas, la croupe trop étroite pour l’épaisseur du devant ; mais ils ont les mouvemens beaux : ils sont de tous poils, pie, tigre, &c. Ils sont aussi bons pour l’appareil & la guerre.

Chevaux d’Allemagne. Les chevaux d’Allemagne sont en général pesans, & ont peu d’haleine, quoique descendans de chevaux Turcs & Barbes. Ils sont peu propres à la chasse & à la course. Les Transilvains, les Hongrois, &c. sont au contraire bons coureurs. Les Housards & les Hongrois leur fendent les naseaux pour leur donner, dit-on, plus d’haleine & les empêcher de hennir à la guerre. Les Hongrois, Cravates, & Polonois, sont sujets à être beguts.

Chevaux de Hollande. Les chevaux Hollandois sont bons pour le carosse ; les meilleurs viennent de la province de Frise : les Flamands leur sont fort inférieurs ; ils ont presque tous la taille grosse, les piés plats, & les jambes sujettes aux eaux.

Chevaux de France. Il y a en France des chevaux de toute espece ; mais les beaux n’y sont pas communs. Les meilleurs chevaux de selle viennent du Limosin ; ils ressemblent assez aux Barbes, sont excellens pour la chasse, mais lents dans leur accroissement : on ne peut guere s’en servir qu’à huit ans. Les Normands ne sont pas si bons coureurs que les Limosins ; mais ils sont meilleurs pour la guerre. Il vient du Cotentin de très-beaux & très-bons chevaux de carrosse ; du Boulonois & de la Franche-Comté, de bons chevaux de tirage. En général, les chevaux de France ont le défaut contraire aux Barbes ; ceux-ci ont les épaules trop serrées ; les nôtres les ont trop grosses.

Des haras. La beauté & la bonté des chevaux répondront toûjours aux soins qu’on prendra des haras. S’ils sont négligés, les races s’abâtardiront, & les chevaux cesseront d’être distingués. Quand on a un haras à établir, il faut choisir un bon terrein & un lieu convenable ; il faut que ce lieu soit proportionné à la quantité de jumens & d’étalons qu’on veut employer. On le partagera en plusieurs parties, qu’on fermera de palis ou de fossés, avec de bonnes haies ; on mettra les jumens pleines & celles qui alaitent leurs poulains, dans la partie où le pâturage sera le plus gras ; on séparera celles qui n’ont pas conçu ou qui n’ont pas encore été couvertes ; on les mêlera avec les jumens poulines dans un autre parquet où le pâturage soit moins gras, parce que si elles prenoient beaucoup d’embonpoint, elles en seroient moins propres à la génération ; on tiendra les jeunes poulains entiers ou hongres dans la partie du terrein la plus seche & la plus inégale, pour les accoûtumer à l’exercice & à la sobriété. Il seroit à désirer que le terrein fût assez étendu, pour que chaque parquet pût être divisé en deux, où l’on enfermeroit alternativement d’année en année des chevaux & des bœufs ; le bœuf répareroit le pâturage que le cheval amaigrit. Il faut qu’il y ait des mares dans chaque parquet, les eaux dormantes sont meilleures pour les chevaux que les eaux vives ; il faut y laisser quelques arbres, ce sera pour eux une ombre qu’ils aimeront dans les grandes chaleurs. Il faudra faire arracher les troncs & les chicots, & combler les trous : ces pâturages nourriront les chevaux en été. Ils passeront l’hyver dans les écuries, sur-tout les jumens & les poulains. On ne sortira les chevaux que dans les beaux jours seulement. On les nourrira avec le foin ; on donnera de la paille & du foin aux étalons ; on exercera ceux-ci modérément jusqu’au tems de la monte, qui les fatiguera assez. Alors on les nourrira largement.

Des étalons & des jumens poulinieres. Dès l’âge de deux ans ou deux ans & demi, le cheval peut engendrer. Les jumens, ainsi que toutes les autres femelles, sont encore plus précoces : mais on ne doit permettre au cheval de trait l’usage de la jument, qu’à quatre ans ou quatre ans & demi, & qu’à six ou sept ans aux chevaux fins. Les jumens peuvent avoir un an de moins. Elles sont en chaleur au printems, depuis la fin de Mars jusqu’à la fin de Juin ; le tems de la plus forte chaleur ne dure guere que quinze jours ou trois semaines. L’étalon qu’il faut avoir alors à leur donner, doit être bien choisi, beau, bien fait, relevé du devant, vigoureux, sain par tout le corps, de bon pays.

Si l’on veut avoir des chevaux de selle fins & bien faits, il faut prendre des étalons étrangers, comme Arabes, Turcs, Barbes, chevaux d’Andalousie ; ou à leur défaut, chevaux Anglois ou Napolitains : ils donneront des chevaux fins avec des jumens fines, & des chevaux de carrosse avec des jumens étoffées. On pourra prendre encore pour étalons des Danois, des chevaux de Holstein, de Frise : on les choisira de belle taille ; il faut qu’ils ayent quatre piés huit, neuf, dix pouces, pour les chevaux de selle, & cinq piés pour le carrosse. Quant au poil, on préférera le noir de jais, le beau gris, le bai, l’alsan, l’isabelle doré, avec la raie de mulet, les crins & les extrémités noires : tous les poils mal teints & d’une couleur lavée doivent être bannis des haras, ainsi que les chevaux à extrémités blanches.

Outre les qualités extérieures, il ne faut pas négliger les autres. L’étalon doit être courageux, docile, ardent, sensible ; agile, libre des épaules, sûr des jambes, souple des hanches, &c. car le cheval communique par la génération presque toutes ses bonnes & mauvaises qualités naturelles & acquises.

On prendra les jumens bonnes nourrices ; il faut qu’elles ayent du corps & du ventre. On donnera à l’étalon des jumens Italiennes & Espagnoles, pour avoir des chevaux fins ; on les lui donnera Normandes ou Angloises, pour avoir des chevaux de carrosse. Il n’est pas inutile de savoir, 1°. que dans les chevaux, on croit que le mâle contribue plus à la génération que la femelle, & que les poulains ressemblent plus au pere qu’à la mere : 2°. que les haras établis dans des terreins secs & legers, donnent des chevaux sobres, legers, vigoureux, à jambe nerveuse, à corne dure ; au lieu que dans les pâturages gras & humides, ils ont la tête grosse, le corps épais, les jambes chargées, la corne mauvaise, le pié plat : 3°. que de même qu’on change les graines de terreins pour avoir de belles fleurs, il faut pour avoir de bons chiens & de beaux chevaux, donner aux semelles des mâles étrangers ; sans quoi la race s’abâtardira. Dans ce croisement des races, il faut corriger les défauts les uns par les autres ; quand je dis les défauts, j’entens ceux de la conformation extérieure, ceux du caractere, ceux du climat, & les autres, & donner à la femelle qui peche par un défaut, un étalon qui peche par l’excès. L’usage de croiser les races, même dans l’espece humaine, qu’on ne fonde que sur des vûes politiques, a peut-être une origine beaucoup plus certaine & plus raisonnable. Quand on voit chez les peuples les plus grossiers & les plus sauvages, les mariages entre proches parens si rarement permis, ne seroit-ce pas que, par une expérience dont on a perdu toute mémoire, les hommes auroient connu de très-bonne heure le mauvais effet qui résulteroit nécessairement à la longue de la perpétuité des alliances du même sang ? Voyez, dans le 3e volume de l’histoire naturelle de MM. de Buffon & Daubenton, au chapitre du cheval, des conjectures très-profondes sur la cause de cet effet, & une infinité de choses excellentes, qu’il ne nous a pas été possible de faire entrer ni par extrait, ni en entier dans cet article : par extrait, parce que belles également par-tout, il nous étoit impossible de choisir ; en entier, parce qu’elles nous auroient mené trop au-delà de notre but. Il faut dans l’accouplement des chevaux, assortir les poils, les tailles, opposer les climats, contraster les figures, & écarter les jumens à queue courte ; parce que ne pouvant se défendre des mouches, elles se tourmentent, & ont moins de lait. Il seroit à propos d’en avoir qui eussent toûjours pâturé, & qui n’eussent jamais fatigué.

Quoique la chaleur soit depuis le commencement d’Avril jusqu’à la fin de Juin, cependant il y a des jumens qui avancent & d’autres qui reculent. Il ne faut point exposer le poulain à naître ou dans les grands froids, ou dans les grandes chaleurs.

Lorsque l’étalon & les jumens seront choisies, on aura un autre cheval entier qui ne servira qu’à faire connoître les jumens qui seront en chaleur, ou qui contribuera seulement à les y faire entrer ; on sera passer les jumens les unes après les autres devant ce cheval ; il voudra les attaquer toutes ; celles qui ne seront pas en chaleur, se défendront ; les autres se laisseront approcher : alors on lui substituera l’étalon. Cette épreuve est bonne, sur-tout pour connoître la chaleur des jumens qui n’ont pas encore produit.

Quand on menera l’étalon à la jument, on commencera par le panser : il faudra que la jument soit propre & déferrée des piés de derriere, de peur qu’étant chatouilleuse, elle ne rue : un homme la tiendra par un licol ; deux autres conduiront l’étalon par des longes ; quand il sera en situation, on aidera à l’accouplement en le dirigeant, & en détournant la queue de la jument : un crin qui s’opposeroit pourroit blesser l’étalon, & même dangereusement. Il arrive quelquefois que l’étalon ne consomme pas ; on le connoîtra si le tronçon de sa queue n’a pas pris un mouvement de balancier : ce mouvement accompagne toûjours l’émission de la liqueur séminale. S’il a consommé, il faudra le ramener tout de suite à l’écurie, & l’y laisser jusqu’au sur-lendemain. Un bon étalon peut couvrir une fois tous les jours pendant les trois mois que dure la monte ; mais il vaut mieux le ménager, & ne lui donner une jument qu’une fois tous les deux jours.

On lui présentera donc dans les sept premiers jours quatre jumens différentes. Le neuvieme jour on lui ramenera la premiere ; & ainsi des autres, tant qu’elles set ont en chaleur. Il y en a qui retiennent des la premiere, la seconde, ou la troisieme fois. On compte qu’un étalon ainsi conduit, peut couvrir quinze ou dix-huit jumens, & produire dix à douze poulains dans les trois mois de cet exercice. Dans ces animaux la quantité & l’émission de la liqueur séminale est très-grande. Il s’en fait aussi une émission ou stillation dans les jumens. Elles jettent au-dehors une liqueur gluante & blanchâtre qu’on appelle des chaleurs, & qui disparoît dès qu’elles sont pleines. C’est à cette liqueur que les Grecs donnoient le nom d’hippomane de la jument, & dont ils faisoient des filtres. Voyez Hippomane. On reconnoît encore la chaleur de la jument au gonflement de la partie inférieure de la vulve, aux hennissemens fréquens, & à l’ardeur avec laquelle elle cherche les chevaux.

Au lieu de conduire la jument à l’étalon, il y en a qui lâchent l’étalon dans le parquet, & l’y laissent choisir celles qui ont besoin de lui : cette maniere est bonne pour les jumens, mais elle ruine l’étalon.

Quand la jument a été couverte par l’étalon, on la remene au pâturage sans autre précaution ; peut-être retiendroit-elle mieux, si on lui jettoit de l’eau fraîche, comme c’est l’usage de quelques peuples. Il faut donner la premiere fois à une jument un gros étalon ; parce que sans cela, son premier poulain sera petit : il faut aussi avoir égard à la réciprocité des figures, corriger les défauts de l’étalon ou de la jument par le contraste, comme nous avons dit, & ne point faire d’accouplemens disproportionnés.

Quand les jumens sont pleines, & que le ventre commence à s’appesantir, il faut les séparer des autres qui pourroient les blesser ; elles portent ordinairement onze mois, & quelques jours ; elles accouchent debout, au contraire de presque tous les autres quadrupedes. On les aide en mettant le poulain en situation ; & quelquefois même, quand il est mort, on le tire avec des cordes. Le poulain se présente la tête la premiere, comme dans toutes les especes d’animaux ; il rompt ses enveloppes en sortant ; les eaux s’écoulent ; il tombe en même tems plusieurs morceaux solides qu’on appelle l’hippomane du poulain : la jument lêche le poulain, mais ne touche point à l’hippomane.

Quand on veut tirer de son haras tout le produit possible, on peut faire couvrir la jument neuf jours après qu’elle a pouliné ; cependant nourrissant son poulain né & son poulain à naître dans le même tems, ses forces seront partagées ; & il vaudroit mieux ne laisser couvrir les jumens que de deux années l’une.

Elles souffrent l’accouplement, quoique pleines ; mais il n’y a jamais de superfétation. Elles portent jusqu’à l’âge de quatorze ou quinze ans ; les plus vigoureuses sont fécondes jusqu’au-delà de dix-huit ; les chevaux jusqu’à vingt, & même au-delà. Ceux qui ont commencé de bonne heure, finissent plûtôt.

Des poulains. Des le tems du premier âge, on sépare les poulains de leurs meres : on les laisse teter cinq, six, ou tout au plus sept mois. Ceux qu’on ne sevre qu’à dix ou onze mois ne sont pas si bons, quoiqu’ils prennent plus de chair & de corps. Après les mois de lait, on leur donne du son deux fois par jour avec un peu de foin, dont on augmente la quantité à mesure qu’ils avancent en âge. On les tient dans l’écurie tant qu’on leur remarque de l’inquiétude pour leurs meres. Quand cette inquiétude est passée, & qu’il fait beau, on les conduit aux pâturages. Il ne faut pas les laisser paître à jeun ; il faut leur avoir donné le son, & les avoir abreuvés une heure avant que de les mettre à l’herbe, & ne les exposer ni à la pluie, ni au grand froid.

Ils passeront de cette maniere le premier hyver. Au mois de Mai suivant, on leur permettra tous les jours les pâturages ; on les y laissera coucher pendant l’été jusqu’à la fin d’Octobre, observant de les écarter des regains, de peur qu’ils ne s’accoûtument à cette herbe trop fine, & ne se dégoûtent du foin. Le foin sera leur nourriture principale pendant le second hyver, avec du son mêlé d’orge ou d’avoine moulus. On les dirigera de cette maniere, les laissant paître le jour pendant l’hyver, la nuit pendant l’été, jusqu’à l’âge de quatre an, qu’on les tirera du pâturage pour les nourrir à l’herbe seche. Ce changement de nourriture demande quelque précaution. On ne leur donnera pendant les huit premiers jours que de la paille ; d’autres y ajoûtent quelques breuvages contre les vers. Mais à tout âge & dans tous les tems, l’estomac de tous les chevaux est farci d’une si prodigieuse quantité de vers, qu’ils semblent faire partie de leur constitution. Ils sont dans les chevaux sains comme dans les chevaux malades ; dans ceux qui paîssent l’herbe comme dans ceux qui ne mangent que de l’avoine & du foin. Les ânes ont aussi cette prodigieuse quantité de vers, & n’en sont pas plus incommodés. Ainsi peut-être ne faut-il pas regarder ces vers comme une maladie accidentelle, comme une suite des mauvaises digestions, mais plûtôt comme un effet dépendant de la nourriture & de la digestion ordinaire de ces animaux.

C’est à deux ou trois ans, selon l’usage général, & dans certaines provinces, à un an ou dix-huit mois qu’on hongre les poulains. Pour cette opération, on leur lie les jambes ; on les renverse sur le dos ; on ouvre les bourses avec un bistouri ; on en tire les testicules ; on coupe les vaisseaux qui y aboutissent, & les ligamens qui les soûtiennent ; on referme la plaie ; on fait baigner le cheval deux fois par jour pendant quinze jours ; on l’étuve souvent avec de l’eau fraîche, & on le nourrit avec du son détrempé dans beaucoup d’eau : on ne hongre qu’au printems & en automne. On n’hongre point en Perse, en Arabie, & autres lieux du Levant. Cette opération ôte aux chevaux la force, le courage, la fierté, &c. mais leur donne de la douceur, de la tranquillité, de la docilité. L’hongre peut s’accoupler, mais non engendrer. Voyez l’article Chatrer.

Quand on a sevré les jeunes poulains, il faut les mettre dans une écurie qui ne soit pas trop chaude, de peur de les rendre trop sensibles aux impressions de l’air ; leur donner souvent de la litiere fraiche, les bouchonner de tems en tems, mais ne les attacher & panser à la main, qu’à l’âge de deux ans & demi ou trois ans ; un frottement trop rude les feroit dépérir. Il ne faut pas leur mettre le ratelier trop haut, de peur qu’ils n’en contractent l’habitude de tenir mal leur tête. On leur tondra la queue à un an ou dix-huit mois ; on les séparera à l’âge de deux ans ; on mettra les femelles avec les jumens, & les mâles avec les chevaux.

Dresser un cheval. C’est à l’âge de trois ans ou trois ans & demi qu’on commencera à les dresser. On leur mettra d’abord une selle légere & aisée ; on les laissera sellés pendant deux ou trois heures chaque jour ; on les accoûtumera de même à recevoir un bridon dans la bouche, & à se laisser lever les piés sur lesquels on frappera quelques coups, comme pour les ferrer. S’ils sont destinés aux carrosses ou au trait, on leur mettra un harnois & un bridon ; dans les commencemens il ne faut point de bride, ni pour les uns, ni pour les autres. On les fera troter ensuite à la longe avec un caveçon sur le nez sur un terrein uni, sans être montés, & seulement avec la selle & le harnois sur le corps. Lorsque le cheval de selle tournera facilement & viendra volontiers auprès de celui qui tient la longe, on le montera & on le descendra dans la même place, & sans le faire marcher, jusqu’à ce qu’il ait quatre ans. Avant cet âge, il n’est pas encore assez fort pour le poids du cavalier. A quatre ans on le montera pour le faire marcher au pas, au trot, & toûjours à petites reprises.

Quand le cheval de carrosse sera accoûtumé au harnois, on l’attelera avec un autre cheval fait, en lui mettant une bride, & on le conduira avec une longe passée dans la bride jusqu’à ce qu’il commence à être sage au trait ; alors le cocher essayera de le faire reculer, ayant pour aide un homme devant, qui le poussera en arriere avec douceur, & même lui donnera de petits coups. Tout cela se fera avant que les chevaux ayent changé de nourriture ; car quand une fois ils sont engrainés, ou au grain ou à la paille, ils deviennent plus difficiles à dresser.

Monter un cheval. Nous commandons aux chevaux par le mors & par l’éperon : le mors rend les mouvemens plus précis, l’éperon les rend plus vîtes. La bouche est si sensible dans le cheval, que la moindre pression du mors l’avertit & le détermine : la grande sensibilité de cet organe veut être ménagée ; quand on en abuse, on la détruit. On ne parle point au cheval au manege : tirer la bride, & donner de l’éperon en même tems, c’est produire deux effets contraires, dont la combinaison est de cabrer le cheval. Quand un cheval est bien dressé, la moindre pression des cuisses, le moindre mouvement du mors, suffisent pour le diriger, l’éperon devient presque inutile.

Les anciens surent très-bien se faire entendre à leurs chevaux, sans la bride & sans l’éperon, quand ils les monterent ; ce qui n’arriva que tard. Il n’y a presque pas un seul vestige d’équitation dans Homere : on ne voit dans les bas-reliefs, du moins pour la plûpart, ni bride ni éperon, il n’est point parlé d’étriers dans les auteurs Grecs & Latins. Un Grec, du tems de Xénophon, pour monter à cheval, prenoit de la main droite la criniere avec les renes ; & quand li étoit trop pesant, un écuyer l’aidoit à monter, à la mode des Perses. Les Perses avoient appris aux chevaux à s’accroupir. Les Romains s’apprenoient à monter sur des chevaux de bois ; ils montoient à droite, à gauche, sans armes d’abord, puis armés. L’usage de ferrer les chevaux est ancien, mais il fut peu fréquent jadis ; les mules & les mulets l’ont été de tout tems. Le luxe fut porté sous Néron jusqu’à ferrer les chevaux d’argent & d’or. Il paroît qu’on ne les ferroit pas chez les Grecs, puisque Xénophon prescrit la maniere dont on durcira la corne aux chevaux : cependant il est parlé d’un fer à cheval dans Homere, liv. II. iliad. vers 151.

Les chevaux bridés à la Romaine ont un mors sans renes. Les Romains montoient aussi à nud, sans bride & sans selle. Les Massagetes couvroient de fer la poitrine de leurs chevaux. Les Numides couroient à nud, & étoient obéis de leurs chevaux comme nous le sommes de nos chiens. Les Perses les couvroient aussi de fer au front & à la poitrine. Les chevaux de course étoient estimés au tems d’Homere & des jeux olympiques, comme une grande richesse : ils ne l’étoient pas moins des Romains ; on gravoit sur des pierres, on exécutoit en marbre ceux qui s’étoient signalés par leur vîtesse, ou qui se faisoient remarquer par l’élégance de leurs formes : on leur érigeoit des sépulcres, où leurs noms & leurs pays étoient inscrits ; on les marquoit à la cuisse : les Grecs avoient deux lettres destinées à cet usage, le coppa, & le san ; le coppa étoit fait comme notre Q, & les chevaux ainsi marqués s’appelloient coppariæ : le san étoit le sigma „, mais ils le marquoient comme notre grand C, & les chevaux marqués du san s’appelloient samphoræ. On a vû plus haut que c’étoit aussi l’usage de nos jours en quelques contrées de marquer les chevaux.

On donne à la tête du cheval, par le moyen de la bride, un air avantageux ; on la place comme elle doit être ; & le signe le plus leger fait prendre sur le champ au cheval ses différentes allures, qu’on s’applique à perfectionner.

Monter à cheval. Pour monter à cheval, il faut s’approcher assez près de l’épaule du cheval, raccourcir les renes avec la main droite jusqu’au point d’appuyer le mors sur la barre, saisir alors une poignée de la criniere avec les renes de la main gauche, porter la main droite à l’endroit où l’étriviere joint l’étrier, pour tourner l’étrier du bon côté afin d’y passer le pié gauche ; porter ensuite la main droite au trousquin de la selle, élever le corps, & passer la jambe droite, de façon qu’en passant elle chasse la main droite, sans tomber à coup sur la selle.

Descendre de cheval. Pour descendre de cheval, il faut se soulever sur la selle, en appuyant la main droite sur la bâte droite du devant de la selle, dégager auparavant le pié de l’étrier, passer ensuite la jambe par-dessus la croupe, en la faisant suivre par la main droite qui s’appuiera sur le trousquin de la selle, comme on avoit fait en montant, & donnera la facilité de poser doucement le pié droit par terre. Au reste il paroît utile d’avoir un cheval de bois sur lequel on mette une selle pareille à celles dont on se sert ordinairement, & d’apprendre sur ce cheval à monter & descendre dans les regles : on y placera aussi facilement le corps, les cuisses & les jambes du cavalier, dans la meilleure situation où elles puissent être : ce cheval ne remuant ni ne dérangeant le cavalier, il restera dans la meilleure attitude aussi longtems qu’il lui sera possible, & en prendra ainsi plus aisément l’habitude. S’il s’agissoit d’instruire un régiment de cavalerie, il faudroit absolument choisir un certain nombre de cavaliers qui auroient le plus de disposition & d’intelligence, & après leur avoir appris, leur ordonner de montrer aux autres ; observant dans les commencemens que cet exercice s’exécutât devant soi, afin de s’assûrer que ceux qu’on a instruits rendent bien aux autres ce qu’ils ont appris.

Se tenir à cheval, ou posture du corps à cheval : Dans la posture du corps à cheval, il faut le considérer comme divisé en trois parties ; le tronc, les cuisses, & les jambes.

Il faut que le tronc soit assis perpendiculairement sur le cheval, de maniere que la ligne qui tomberoit du derriere de la tête tout le long des reins soit perpendiculaire au cheval. Comme il faut prendre cette position sans avoir égard aux cuisses, le moyen de savoir si on l’a bien prise, c’est de soulever les deux cuisses en même tems ; si l’on exécute aisément ce mouvement, on peut en inférer que le tronc est bien assis.

On laisse descendre les cuisses aussi bas qu’elles peuvent aller, sans déranger l’assiette du tronc. Il ne faut pas s’opiniâtrer à les faire descendre à tous les hommes au même point : elles descendent plus bas aux uns qu’aux autres ; cela dépend de la conformation ; l’exercice peut aussi y contribuer : il ne faut point les forcer ; on ne le pourroit sans déranger l’assiette du corps.

Pour les jambes, auxquelles il ne faut passer qu’après l’arrangement du tronc & des cuisses, il faut les laisser descendre naturellement suivant leur propre poids. Lorsqu’on dit qu’il faut qu’elles soient sur la ligne du corps, on ne veut pas dire qu’elles doivent faire partie de la ligne du corps, cela est impossible en conservant l’assiette du corps telle qu’on l’a prescrite ; ce qu’il faut entendre, c’est qu’en les laissant descendre sans conserver aucune roideur dans le genou, elles doivent former deux lignes paralleles à la ligne du tronc.

C’est à l’extrémité de ces paralleles qu’il faut fixer les étriers, qui ne doivent que supporter simplement les piés à plat, & dans la situation où ils se trouvent, sans les tourner, sans peser sur les étriers : ces actions mettroient de la roideur dans le genou & dans la jambe, fatigueroient & empêcheroient le liant qui doit être dans les différens mouvemens qu’on est obligé de faire des jambes pour conduire le cheval.

En général, quand on est obligé de serrer les cuisses, il faut que ce soit sans déranger l’assiette du corps, & sans mettre de roideur dans les jambes ; & quand on est obligé d’approcher les jambes, il faut que ce soit doucement, sans déranger ni les cuisses ni le corps en aucune façon.

Faire partir le cheval. Pour faire partir le cheval, il faut employer les jambes & la main en même tems. Si c’est pour aller droit devant soi, on approche également les deux jambes, & on rend un peu la main ; s’il faut tourner, on tire un peu la rene du côté qu’on vent tourner, afin d’y porter la tête du cheval, & on approche les deux jambes en même tems, observant d’approcher plus ferme celle du côté qu’on veut tourner le cheval : si on n’en approchoit qu’une, le derriere du cheval se rangeroit trop à coup du côté opposé. La main en dirigeant la tête du cheval, en conduit les épaules, & les deux jambes en conduisent les hanches & le derriere. Quand ces deux actions ne sont pas d’accord, le corps du cheval se met en contorsion, & n’est pas ensemble. Quand il s’agit de reculer, on leve doucement la main, & on tient les deux jambes à égale distance, cependant assez près du cheval pour qu’il ne dérange pas ses hanches, & ne recule pas de travers.

Voilà les principaux mouvemens, les plus essentiels : nous ne finirions jamais si nous entrions dans le détail de tout ce qu’on exige du cheval & du cavalier dans un manege ; on le trouvera distribué aux différens articles de ce Dictionnaire. Voyez les articles Manege, Volte, Passeger, &c. Nous allons seulement exposer des allures du cheval, les premieres, les moins composées, & les plus naturelles, telles que le pas, le trot, le galop ; nous ajoûterons un mot de l’amble, de l’entrepas, & de l’aubin. Le cheval prend ces différentes allures, selon la vitesse avec laquelle on le fait partir.

Des allures du cheval. Du pas. Le pas est la plus lente ; cependant il doit être assez prompt ; il ne le faut ni allongé ni raccourci. La légereté de la démarche du cheval dépend de la liberté des épaules, & se reconnoît au port de la tête : s’il la tient haute & ferme, il est vigoureux & léger ; si le mouvement des épaules n’est pas libre, la jambe ne se leve pas assez, & le cheval est sujet à heurter du pié contre le terrein : si les épaules sont encore plus serrées, & que le mouvement des jambes en paroisse indépendant, le cheval se fatigue, fait des chûtes, & n’est capable d’aucun service, Le cheval doit être sur la hanche, c’est-à-dire hausser les épaules & baisser la hanche en marchant.

Quand le cheval leve la jambe de devant pour marcher, il faut que ce mouvement soit facile & hardi, & que le genou soit assez plié : la jambe pliée doit paroître comme soûtenue en l’air, mais peu ; sans quoi elle retomberoit trop lentement, & le cheval ne seroit pas leger. Quand la jambe retombe, le pié doit être ferme, & appuyer également sur la terre, sans que la tête soit ébranlée : si la tête baisse quand la jambe retombe, c’est ordinairement afin de soulager l’autre jambe qui n’est pas assez forte pour soûtenir le poids du corps ; défaut considérable, aussi bien que celui de porter le pié en-dehors ou en-dedans. Quand le pié appuie sur le talon, c’est marque de foiblesse ; s’il pose sur la pince, l’attitude est forcée & fatigante pour le cheval.

Mais il ne suffit pas que les mouvemens du cheval soient fermes & legers, il faut qu’ils soient égaux & uniformes dans le train de devant & celui de derriere. Le cavalier sentira des secousses si la croupe balance, tandis que les épaules se soûtiennent ; il en arrivera de même s’il porte le pié de derriere au-delà de l’endroit où le pié de devant a posé. Les chevaux qui ont le corps court sont sujets à ce défaut : ceux dont les jambes se croisent ou s’atteignent, n’ont pas la démarche sûre : en général ceux dont le corps est long sont plus commodes pour le cavalier, parce qu’il se trouve plus éloigné des centres du mouvement.

Les quadrupedes marchent ordinairement en portant à la fois en avant une jambe de devant & une jambe de derriere : lorsque la jambe droite de devant a parti, la jambe gauche de derriere suit & avance : ce pas étant fait, la jambe gauche de devant part à sen tour, puis la jambe droite de derriere, & ainsi le suite. Comme leur corps porte sur quatre points d’appui qui seroient aux angles d’un quarré long, la maniere la plus commode de se mouvoir est d’en changer deux en diagonale, de façon que le centre de gravité du corps de l’animal ne fasse qu’un petit mouvement, & reste toûjours à-peu-près dans la direction des deux points d’appui qui ne sont pas en mouvement.

Cette regle s’observe dans les trois allures naturelles du cheval, le pas, le trot, & le galop : dans le pas, le mouvement est à quatre tems & à trois intervalles, dont le premier & le dernier sont plus courts que celui du milieu ; si la jambe droite de devant a parti la premiere, l’instant suivant partira la jambe gauche de derriere, le troisieme instant la jambe gauche de devant, & le quatrieme instant la jambe droite de derriere : ainsi le pié droit de devant posera à terre le premier ; le pié gauche de derriere le second ; le pié gauche de devant le troisieme ; & le pié droit de derriere le quatrieme & le dernier.

Du trot. Dans le trot il n’y a que deux tems & qu’un intervalle : si la jambe droite de devant part, la jambe gauche de derriere part en même tems, sans aucun intervalle ; ensuite la jambe gauche de devant, & la jambe droite de derriere en même tems : ainsi le pié droit de devant & le pié gauche de derriere posent à terre ensemble, & le pié gauche de devant avec le pié droit de derriere en même tems.

Du galop. Dans le galop il y a ordinairement trois tems & deux intervalles : comme c’est une espece de saut où les parties antérieures du cheval sont chassées par les parties postérieures, si des deux jambes de devant la droite doit avancer plus que la gauche, le pié gauche de derriere posera à terre pour servir de point d’appui à l’élancement : ce sera le pié gauche de derriere qui fera le premier tems du mouvement, & qui posera à terre le premier ; ensuite la jambe droite de derriere se levera conjointement avec la jambe gauche de devant, & elles retomberont à terre en même tems ; & enfin la jambe droite de devant qui s’est levée un instant après la gauche de devant & la droite de derriere, se posera à terre la derniere, ce qui fera le troisieme tems. Dans le premier des intervalles, quand le mouvement est vîte, il y a un instant où les quatre jambes sont en l’air en même tems, & où l’on voit les quatre fers du cheval à la fois. Si la cadence de ce pas est bien reglée, le cheval appuiera le pié gauche de derriere au premier tems ; le pié droit de derriere retombera le premier, & fera le second tems ; le pié gauche de devant retombera ensuite, & marquera le troisieme tems ; & enfin le pié droit de devant retombera le dernier, & fera un quatrieme tems. Mais il n’est pas ordinaire que cette cadence soit aussi réguliere, & soit à quatre tems & à trois intervalles, au lieu d’être, comme nous l’avons dit d’abord, à deux intervalles & à trois tems.

Les chevaux galopent ordinairement sur le pié droit, de la même maniere qu’ils partent de la jambe droite de devant pour marcher & pour troter : ils entament aussi le chemin en galopant par la jambe droite de devant ; cette jambe de devant est plus avancée que la gauche ; de même la jambe droite de derriere qui suit immédiatement la droite de devant, est aussi plus avancée que la gauche de derriere, & cela constamment tant que le galop dure : d’où il résulte que la jambe gauche qui porte tout le poids, & qui pousse les autres en avant, est la plus fatiguée. Il seroit donc à propos d’exercer les chevaux à galoper indifféremment des deux piés de derriere, & c’est aussi ce que l’on fait au manege.

Les jambes du cheval s’élevent peu dans le pas ; au trot elles s’élevent davantage ; elles sont encore plus élevées dans le galop. Le pas pour être bon doit être prompt, leger, & sûr ; le trot, prompt, ferme, & soûtenu ; le galop, prompt, sûr, & doux.

De l’amble. On donne le nom d’allures non naturelles aux suivantes, dont la premiere est l’amble. Dans cette allure, les deux jambes du même côté partent en même tems pour faire un pas, & les deux jambes de l’autre côté en même tems, pour faire un second pas ; mouvement progressif, qui revient à-peu-près à celui des bipedes. Deux jambes d’un côté manquent alternativement d’appui, & la jambe de derriere d’un côté avance à un pié ou un pié & demi au-delà de la jambe du devant du même côté. Plus cet espace, dont le pié de derriere d’un côté gagne sur celui de devant du même côté, est grand, meilleur est l’amble. Il n’y a dans l’amble que deux tems & un intervalle. Cette allure est très fatiguante pour le cheval, & très-douce pour le cavalier. Les poulains qui sont trop foibles pour galoper la prennent naturellement, de même que les chevaux usés, quand on les force à un mouvement plus prompt que le pas. Elle peut donc être regardée comme défectueuse.

De l’entrepas & de l’aubin. Ces deux allures sont mauvaises ; on les appelle trains rompus ou desunis. L’entrepas tient du pas & de l’amble, & l’aubin du trot & du galop. L’un & l’autre viennent d’excès de fatigue ou de foiblesse des reins. Les chevaux de messagerie prennent l’entrepas au lieu du trot ; & les chevaux de poste, l’aubin au lieu du galop, à mesure qu’ils se ruinent.

Quelques observations sur la connoissance des chevaux ; âge, accroissement, vie, &c. On juge assez bien du naturel & de l’état actuel d’un cheval par le mouvement des oreilles. Il doit, quand il marche, avoir la pointe des oreilles en avant ; s’il est fatigué, il a l’oreille basse ; s’il est en colere & malin, il porte alternativement l’une en-avant, l’autre en-arriere, Celui qui a les yeux enfoncés, ou un œil plus petit que l’autre, a ordinairement la vûe mauvaise : celui qui a la bouche seche n’est pas d’un si bon tempérament que celui qui l’a fraîche & écumeuse. Le cheval de selle doit avoir les épaules plates, mobiles, & peu chargées ; le cheval de trait doit les avoir grosses, rondes & charnues. Si les épaules d’un cheval de selle sont trop seches, & que les os paroissent trop avancer sous la peau, ses épaules ne seront pas libres, & il ne pourra supporter la fatigue. Il ne faut pas qu’il ait le poitrail trop avancé, ni les jambes de devant retirées en-arriere ; car alors il sera sujet à se peser sur la main en galopant, même à broncher & à tomber. La longueur des jambes doit être proportionnée à la taille ; si celles de devant sont trop longues, il ne sera pas assûré sur ses piés ; si elles sont trop courtes, il sera pesant à la main. Les jumens sont plus sujettes que les chevaux à être basses de devant, & les chevaux entiers ont le cou plus gros que les jumens & les hongres. Les vieux chevaux ont les salieres creuses ; mais cet indice de vieillesse est équivoque : c’est aux dents qu’il faut recourir. Le cheval a quarante dents, vingt-quatre machelieres, quatre canines, douze incisives. Les jumens ou n’en ont point de canines, ou les ont courtes. Les machelieres ne servent point à désigner l’âge ; c’est par les dents de devant, & ensuite par les canines qu’on en juge. Les douze de devant commencent à pousser quinze jours après la naissance ; elles sont rondes, courtes, peu solides, tombent en différens tems, & sont remplacées par d’autres. A deux ans & demi, les quatre de devant du milieu tombent les premieres, deux en-haut & deux en-bas ; un an après il en tombe quatre autres, une de chaque côté des premieres remplacées ; à quatre ans & demi il en tombe quatre autres, toûjours à côté de celles qui sont tombées & qui ont été remplacées. Ces quatre dernieres dents sont remplacées par quatre qui ne croissent pas à beaucoup près aussi vîte que celles qui ont remplacé les huit premieres. Ce sont ces quatre dernieres dents qu’on appelle les coins, qui remplacent les quatre dernieres dents de lait, & qui marquent l’âge du cheval. Elles sont aisées à reconnoître, puisqu’elles sont les troisiemes tant en-haut qu’en-bas, à compter depuis le milieu de la machoire. Elles sont creuses, & ont une marque noire dans leur concavité. A quatre ans & demi ou cinq ans, elles ne débordent presque plus au-dessus de la gencive ; & le creux est fort sensible. A six ans & demi il commence à se remplir ; la marque commence aussi à diminuer & à se retrécir, & toûjours de plus en plus jusqu’à sept ans & demi ou huit ans, que le creux est tout-à-fait rempli, & la marque noire effacée. A huit ans passés, comme ces dents ne marquent plus l’âge, on cherche à en juger par les dents canines ou crochets ; ces quatre dents sont à côté de celles-ci. Les canines, non plus que les machelieres, ne sont pas précédées par d’autres dents qui tombent ; les deux de la machoire inférieure poussent ordinairement les premieres à trois ans & demi, & les deux de la machoire supérieure à quatre ans ; & jusqu’à l’âge de six ans, ces dents sont fort pointues. A dix ans, celles d’en-haut paroissent déjà émoussées, usées, & longues, parce qu’elles sont déchaussées ; & plus elles le sont, plus le cheval est vieux. Depuis dix jusqu’à treize ou quatorze ans, il n’y a plus d’indice. Seulement les poils des sourcils commencent à devenir blancs ; mais ce signe est équivoque. Il y a des chevaux dont les dents ne s’usent point, & où la marque noire reste toûjours ; on les appelle béguts ; mais le creux de la dent est absolument rempli. On les reconnoit encore à la longueur des dents canines. Il y a plus de jumens que de chevaux béguts. L’âge efface aussi les sillons du palais.

La durée de la vie des chevaux, ainsi que des autres animaux, est proportionnée à la durée de l’accroissement. Le cheval, dont l’accroissement se fait en quatre ans, peut vivre six ou sept fois autant, vingt-cinq ou trente ans. Les gros chevaux vivent moins que les fins, aussi s’accroissent-ils plus vîte.

Les chevaux, de quelque poil qu’ils soient, muent une fois l’an, ordinairement au printems, quelquefois en automne. Il faut alors les ménager ; il y en a qui muent de corne.

On appelle hennissement le cri du cheval, & l’on reconnoit assez distinctement cinq sortes de hennissemens, relatifs à cinq passions différentes.

Le cheval leche, mais rarement ; il dort moins que l’homme. Quand il se porte bien, il ne demeure guere que trois heures de suite couché sans se relever ; il y en a qui ne se couchent point. En général, les chevaux ne dorment que trois ou quatre heures sur vingt-quatre. Ils boivent par le seul mouvement de déglutition, en enfonçant profondément le nez dans l’eau. Il y a des auteurs qui pensent que la morve, qui a son siége dans la membrane pituitaire, est la suite d’un rhûme occasionné par la fraîcheur de l’eau.

De toutes les matieres tirées du cheval, & célebrées par les anciens comme ayant de grandes vertus médicinales, il n’y en a pas une qui soit en usage dans la medecine moderne, excepté le lait de jument. Voyez Lait.

Les principales marchandises que le cheval fournit après sa mort, sont le crin, le poil, la corne, & le cuir. On fait du crin, des boutons, des tamis, des toiles, & des archets d’instrumens à corde ; on en rembourre les selles & les meubles, & on le commet en cordes. Les Tabletiers-Peigners font quelques ouvrages de corne de cheval. Le cuir passe chez les Tanneurs & les Selliers-Bourreliers.

Le cheval, chez les anciens, étoit consacré à Mars ; c’étoit un signe de guerre. Les Poëtes supposent quatre chevaux au soleil, qu’ils ont appellés Eoüs, Pyroïs, Aëton & Phlegon. Le cheval est le symbole de Carthage dans les médailles Puniques. On désigne la paix par des chevaux paissans en liberté. Le cheval bondissant sert d’emblème à l’Espagne. Le coursier étoit celle des victorieux aux jeux olympiques. Bucéphale servoit de symbole aux rois de Macédoine. Le cheval étoit l’empreinte presque ordinaire des monnoies Gauloises. Les Germains avoient des chevaux sacrés qui rendoient des oracles par le hennissement ; ils étoient entretenus aux dépens du public, & il n’y avoit que les prêtres & le roi qui en approchassent.

Il y a peu d’animaux qu’on ait autant étudié que le cheval. La Maréchallerie, qui pourroit très-bien faire une science d’observations & de connoissances utiles relatives à cet animal, sans avoir sa nomenclature particuliere, n’a pas négligé cette petite charlatannerie. Il n’y a presque pas une partie du cheval qui n’ait un nom particulier, quoiqu’il n’y ait presque pas une de ces parties qui n’ait sa correspondante dans l’homme, & qui ne pût être nommée du même nom dans ces deux animaux. On trouvera aux différens articles de ce Dictionnaire l’explication de ces noms. Voyez Avives, Larmiers, Chanfrein, Ganache, &c.

La différence des poils a considérablement augmenté cette nomenclature ; chaque couleur & chaque teinte a son nom. Un cheval est ou aubere, ou alzan ou zain, &c. Voyez ces articles.

Il en est de même des exercices du manege, relatifs soit à l’homme, soit au cheval. On trouvera ces exercices à leurs mots.

Après l’homme, il n’y a point d’animal à qui l’on reconnoisse tant de maladies qu’au cheval. Voyez ces maladies à leurs différens articles. Voyez aussi, pour une connoissance plus entiere de l’animal, Aldrovand. de quadrup. & soliped. Le nouveau parfait Maréchal, par M. de Garsault. L’école & les élémens de cavalerie, de M. de la Gueriniere. Le Neucastle. Le véritable & parfait Maréchal, par M. de Solleysel ; & sur-tout le troisieme volume de l’histoire naturelle de MM. de Buffon & d’Aubenton. C’est dans cette derniere source que nous avons puisé la meilleure partie de cet article.

Cheval de rencontre, (Jurisprud.) Dans la coûtume de Poitou, art. 187. est la prestation d’un cheval de service, qui est due par le vassal au seigneur, lorsque dans une même année il y a eu deux ouvertures pour ce droit ; une par mutation de vassal, une par mutation de seigneur. Il n’est dû en ce cas qu’un seul cheval, dit la coûtume, pourvû que les deux chevaux se rencontrent dans un arc ; & le cheval qui est fourni est nommé dans ce cas cheval de rencontre, parce que la rencontre de ce cheval abolit l’autre qui auroit été dû pour la mutation. Voyez Cheval de service, & Rachat rencontré (A)

Cheval de service, (Jurisprud.) c’est un cheval qui est dû par le vassal au seigneur féodal. L’origine de ce devoir est fort ancienne : on voit dans une constitution de Conrard II. de beneficiis, qui est rapportée au liv. V. des fiefs, que les grands vassaux faisoient des présens de chevaux & d’armes à leur seigneur : majores valvassores dominis suis, quos seniores appellant, solemnia munera offerunt, arma scilicet & equos. Il y est dit aussi qu’à la mort du vassal c’étoit la coûtume que ses enfans & successeurs donnoient au seigneur ses chevaux & ses armes ; & encore actuellement, en plusieurs lieux de l’Allemagne, après le décès du pere de famille, son meilleur cheval ou habit est dû au seigneur. L’ancienne coûtume de Normandie, chap. xxxjv. parle du service de cheval qui est dû par les valvasseurs ; mais il ne faut pas confondre, comme font plusieurs auteurs, le service de cheval avec le cheval de service ; le premier est le service militaire que le vassal doit faire à cheval pour son seigneur ; le second est la prestation d’un cheval, dûe par le vassal au seigneur, pour être quitte du service militaire sa vie durant ; c’est ce que l’on voit dans Beaumanoir, ch. xxviij. p. 142. & dans une charte de Philippe Auguste de l’an 1222, où le fief qui doit le cheval de service est appellé fief franc, ou liberum feodum per servitium unius runcini. Voyez Service de cheval.

Il est parlé du cheval de service dans plusieurs coûtumes, telles que Montargis, Orléans, Poitou, grand Perche, Meaux, Anjou, Maine, Châteauneuf, Chartres, Dreux, Dunois, Hainaut. Quelques-unes l’appellent roucin de service. V. Roucin.

Le cheval de service est dû en nature, ou du moins l’estimation ; c’est ce que Bouthillier entend dans sa somme rurale, lorsqu’il dit qu’aucuns fiefs doivent cheval par prix.

Dans les coûtumes d’Orléans & de Montargis, il est estimé à 60 sols, & est levé par le seigneur une fois en sa vie ; & n’est pas dû, si le fief ne vaut par an au moins dix livres tournois de revenu.

La coûtume de Hainaut, ch. lxxjx. dit que quand le vassal qui tenoit un fief-lige, est décédé, le seigneur ou son bailli prend le meilleur cheval à son choix, dont le défunt s’aidoit, & quelques armures ; & qu’au défaut de cheval le seigneur doit avoir 60 sols.

Dans les coûtumes d’Anjou & du Maine il est dû à toute mutation de seigneur & de vassal, & est estimé cent sols.

Dans celle du grand Perche, il est dû à chaque mutation d’homme ; le vassal n’est tenu de le payer qu’après la foi & hommage, & il est estimé à 60 sols & un denier tournois. Il n’est pas dû pour simple renouvellement de foi.

Enfin, par les coûtumes de Château-neuf, Chartres, & Dreux, le cheval de service se leve à proportion de la valeur du fief. Quand le fief est entier, c’est-à-dire quand il vaut 60 sols de rachat, le cheval est dû ; & le cheval entier vaut 60 sols. Si le fief vaut moins de 60 s. de revenu, le cheval se paye à proportion ; il se demande par action, & ne peut se lever qu’une seule fois en la vie du vassal, lorsqu’il doit rachat & profit de fief.

Anciennement le cheval de service devoit être essayé avec le hautbert en croupe, qui étoit l’armure des chevaliers ; il falloit qu’il fût ferré des quatre piés ; & si le cheval étoit en état de faire douze lieues en un jour, & autant le lendemain, le seigneur ne pouvoit pas le refuser sous prétexte qu’il étoit trop foible. Voyez le chap. 129. des établissemens de France. Voy. aussi la Bibliot. du droit Fr. par Bouchel ; & le gloss. de M. de Lauriere, au mot cheval de service. (A)

Cheval traversant, (Jurisp.) est le cheval de service que le vassal qui tient à hommage plein, doit par la mutation du seigneur féodal en certains endroits du Poitou ; savoir, dans le pays de Gastine, Fontenay, Douvant & Mervant. Il ne faut pas confondre ce cheval avec celui qui est dû par la mutation du vassal. On appelle le premier, cheval traversant, parce que étant dû pour la mutation du seigneur, & devant être payé par le vassal dès le commencement de la mutation, ce cheval passe & traverse toûjours au sujet médiat & suserain qui leve le rachat du fief-lige du seigneur féodal & immédiat du vassal ; au lieu que le cheval qui est dû par la mutation du vassal ne devant être payé qu’a la fin de l’année de la mutation, ce cheval ne passe ou ne traverse pas toûjours au seigneur suserain & médiat, mais seulement lorsque la mutation de la part du vassal qui tient par hommage plein, précede celle qui arrive de la part du seigneur féodal immédiat qui tient par hommage lige du seigneur suserain. Il en est parlé dans l’article 168 & 183 de la coûtume de Poitou.

Lorsque la mutation arrive de la part du vassal dont le fief est tenu par hommage plein, l’héritier du vassal, suivant l’article 165 de la même coûtume, doit dans les mêmes endroits du Poitou, au seigneur féodal immédiat, à la fin de l’année de la mutation, un cheval de service, si dans l’an de la mutation du vassal qui tient par hommage plein, le seigneur féodal immédiat vient à déceder ; & si son fief tenu à hommage lige court en rachat, l’héritier du vassal dont le fief est tenu à hommage plein, par l’article 168. de la coûtume de Poitou, est obligé de payer ce cheval de service non à l’héritier du seigneur féodal décedé, mais au seigneur suserain & médiat qui leve le rachat du fief-lige ; & ce cheval passant ainsi au seigneur médiat à l’exclusion de l’héritier du seigneur immédiat, il semble qu’on pourroit l’appeller aussi cheval traversant comme le premier dont on a parlé ; cependant on n’appelle proprement cheval traversant que celui qui est dû pour la mutation du seigneur féodal par le vassal qui tient à hommage plein. Voy. le glossaire de M. de Lauriere, au mot cheval traversant. (A)

Cheval marin, s. m. hippocampus, (His. nat. Ichthiolog.) poisson de mer : selon Arthedi, on l’avoit mis ou nombre des insectes. Il est d’une figure si singuliere, qu’on a prétendu qu’il ressembloit à une chenille par la queue, & à un cheval par le reste du corps ; c’est pourquoi on l’a nommé cheval marin : ce qui a donné lieu à ces comparaisons, c’est que la queue de cet insecte se contourne en différens sens comme les chenilles, & que le reste du corps a quelque rapport à la tête, à l’encolure & au poitrail d’un cheval pour la figure. Cet insecte a des entailles sur tout le corps ; sa longueur est de neuf pouces au plus ; il n’est pas plus gros que le pouce ; il a un bec allongé en forme de tuyau creux qui se ferme & s’ouvre par le moyen d’une sorte de couvercle qui est dans le bas ; ses yeux sont ronds & saillans ; il a sur le sommet de la tête des poils hérissés & d’autres poils sur le corps ; ils sont tous si fins qu’on ne peut les voir que lorsque l’insecte est dans l’eau ; la tête & le cou sont fort menus & le ventre fort gros à proportion ; il a deux petites nageoires qui ressemblent à des oreilles, & qui sont placées à l’endroit où se trouvent les oüies des poissons ; il y a deux trous plus haut que les nageoires, & deux autres sous le ventre. Les excrémens sortent par l’un de ceux-ci, & les œufs par l’autre. La queue est plus mince que le corps ; elle est quarrée & garnie de piquans, de même que le corps qui est composé d’anneaux cartilagineux joints les uns aux autres par des membranes. Le cheval marin est brun & parsemé de points blancs ; le ventre est de couleur blanchâtre, Rondelet. Il y a sur le dos une nageoire composée de trente-quatre piquans. Voyez Arthedi, Ichthiolog. gen. pisc. pag. 1. Voyez Insecte. (I)

Cheval marin, voyez Hippopotame.

Cheval, petit Cheval, ou equuleus, (Astron.) nom que donnent les Astronomes à une constellation de l’hémisphere du nord. Les étoiles de cette constellation sont au nombre de quatre dans le catalogue de Ptolomée & dans celui de Tycho, & elles sont au nombre de dix dans celui de Flamsteed. (O)

Cheval de bois, (Art. milit.) est une espece de cheval formé de deux planches élevées sur des treteaux, sur lequel on met les soldats & les cavaliers pour les punir de quelques fautes legeres. Voy. Chatimens militaires. (Q)

Cheval de frise, (Art milit.) c’est dans la guerre des sieges & dans celle de campagne, une grosse piece de bois percée & traversée par d’autres pieces de bois plus petites & taillées en pointe. On s’en sert pour boucher les passages étroits, les breches, &c. Ils servent aussi d’une espece de retranchement, derriere lequel les troupes tirent sur l’ennemi qui se trouve arrêté dans sa marche ou dans son attaque par l’obstacle que ce retranchement lui oppose. On les appelle chevaux de frise, parce qu’on prétend que l’usage en a commencé dans cette partie des Provinces-unies.

Le cheval de frise a ordinairement douze ou quatorze piés de long & six pouces de diametre. Les chevilles ou pointes de bois dont il est hérissé ou garni, ont cinq ou six piés de long ; elles sont quelquefois armées de fer. Voyez Pl. XIII. de Fortific. (Q)

Cheval de terre, (Marbrier.) c’est ainsi que ces ouvriers appellent les espaces remplis de terre qui se découvrent quelquefois dans le solide des blocs & qui peuvent gâter leurs plus beaux ouvrages.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cheval »

(Début du XIIe siècle) Du latin populaire caballus, du gaulois *caballos qui signifiait au départ « cheval de trait ». Ce mot s’imposa très vite en toute la Romania (aires linguistiques qui allaient donner naissance aux langues romanes) et supplanta le classique equus probablement avant le milieu du IIIe siècle : le roumain cal renvoie évidemment à caballus ; or, la séparation linguistique de la Dacie avec le reste de l’Empire romain date de 271 après J.-C. Au cours du passage du latin au français, la consonne l suivie d’une autre consonne, en l’occurrence le s du pluriel, s’est transformée en u (prononcé alors [u])[1]. De plus, pour transcrire la finale us de chevaus, on utilisait un signe abréviatif proche de notre x mais que les scribes par la suite ont confondu avec le x lui-même[1]. Les copistes ont ensuite rétabli le u qu’on croyait avoir oublié, pour donner la graphie actuelle : chevaux[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, kevau, guevau, gval, keval ; wallon, chivâ ; bourguig. chevau ; Berry, gevau, un chevau, des chevals ; Saintonge, chevau ; provenç. cavalh ; catal. caball ; espagn. caballo ; ital. cavallo ; du latin caballus, cheval de fatigue ; grec, ϰαϐάλλης, qui paraît être un mot de la Grande-Grèce, et, par conséquent, de l'Italie et qu'on rapproche du sanscrit tchapala, rapide. Dans l'ancien français, nominatif singulier chevals, chevax, chevaus, régime cheval ; nominatif pluriel cheval, régime chevals, chevax, chevaus. On voit que notre distinction de cheval, chevaux, est un reste de la déclinaison de l'ancien français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « cheval »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cheval ʃœval

Évolution historique de l’usage du mot « cheval »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cheval »

  • Le cheval court, le cavalier se vante. De Proverbe kurde
  • On ne ferre pas un cheval qui court. De Proverbe hollandais
  • A cheval donné on ne regarde pas les dents. De Proverbe français
  • Bride de cheval ne va pas à un âne. De Proverbe chinois
  • À qui dit la vérité, donnez un cheval. De Proverbe arménien
  • N’attelle pas ensemble l’âne et le cheval. De Proverbe français
  • Les vertus sont à pied et le vice à cheval. De Proverbe français
  • L'homme est la plus piètre conquête du cheval. De Jules Feller
  • A cheval hargneux, il faut une écurie à part. De Proverbe français
  • Le mal vient à cheval et le bonheur à pied. De Proverbe français
  • La plus noble conquête du cheval, c'est la femme. Alfred Jarry, Pensées hippiques, in Le Canard sauvage Librairie générale française
  • Un cheval ne va pas tout seul dans les brancards. Pablo Ruiz Picasso, Conversations avec Christian Zervos, 1935 in Cahiers d'art
  • Il y a autant de différence entre un Poète et un versificateur qu'entre un bidet et un généreux coursier de Naples. Pierre de Ronsard, La Franciade
  • Un cheval ! un cheval ! mon royaume pour un cheval ! William Shakespeare, Richard III, V, 4
  • On n'attelle pas au même timon le cheval fougueux et la biche craintive. Ivan Sergueïevitch Tourgueniev, Scènes de la vie russe, les Deux Amis
  • La plus noble conquête que l'homme ait jamais faite est celle de ce fier et fougueux animal, qui partage avec lui les fatigues de la guerre et la gloire des combats. Georges Louis Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle, De l'homme
  • Ainsi en est-il des reliques : tout y est si brouillé et confus, qu'on ne saurait adorer les os d'un martyr qu'on ne soit en danger d'adorer les os de quelque brigand ou larron, ou bien d'un âne, ou d'un chien, ou d'un cheval. Jean Calvin de son vrai nom Cauvin , Traité des reliques
  • Le génie est un cheval emballé qui gagne la course. Jean Cocteau, Poésie critique, Gallimard
  • Mon néant, pour un cheval ! De André Velter / Zingaro suite équestre
  • On éperonne toujours le cheval qui galope. De Pline l’Ancien
  • Il vaut mieux être cheval que charrette. De Proverbe français
  • Depuis plusieurs jours une vidéo postée sur les réseaux sociaux crée la polémique. On y voit un cavalier frapper à plusieurs reprises un cheval dans un centre équestre du Calaisis, parce qu’il refuse de passer des obstacles. Depuis, deux visions de l’équitation s’affrontent. La Voix du Nord, Calaisis: un cavalier cravache violemment un cheval, une plainte déposée
  • "Je suis pour la réintroduction des cheval en ville!"C'est l'avis de Gilles, qui témoigne dans Brunet Neumann sur RMC. RMC, « Je suis pour la réintroduction des cheval en ville! »
  • Le cheval a retrouvé sa liberté après avoir été sanglé et tracté par un manitou mise à disposition par un entrepreneur du village. Il s’en sort avec quelques blessures mais heureux de trotter à nouveau dans la garrigue. Le Journal Catalan, Baixas : intervention pour secourir un cheval sur la commune ! - Le Journal Catalan
  • Ce samedi 27 juin 2020, un vieux cheval coincé dans une rivière d'Arnay-sous-Vitteaux (Côte-d'Or), a dû être secouru par les pompiers qui ont mis plusieurs heures à le tirer de là. France Bleu, PHOTOS - Arnay-sous-Vitteaux : un cheval sauvé des eaux par les pompiers
  • La découverte du cadavre de son cheval, amputé de l’oreille droite, le 16 juin 2019, dans le pré où il broutait, à Loubeyrat (Puy-de-Dôme), l’avait déjà profondément marquée. La multiplication récente de cas similaires, en France, la trouble encore plus. www.lamontagne.fr, Chevaux retrouvés morts avec une oreille coupée : après les drames de Loubeyrat (Puy-de-Dôme), les cas se multiplient en France - Loubeyrat (63410)
  • Si vous aimez les chevaux, que vous souhaitez ralentir votre rythme, renouer avec la nature et les siens, pourquoi ne pas ne pas adopter un cheval, le temps d’un été ? Infotravel vous propose quatre raison d’apprécier les bienfaits de balade en famille et en pleine nature.  InfoTravel, 4 raisons d'adopter un cheval pour l'été | InfoTravel.fr

Images d'illustration du mot « cheval »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « cheval »

Langue Traduction
Anglais horse
Espagnol caballo
Italien cavallo
Allemand pferd
Portugais cavalo
Source : Google Translate API

Synonymes de « cheval »

Source : synonymes de cheval sur lebonsynonyme.fr
Partager