La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « u »

U

Définitions de « u »

Trésor de la Langue Française informatisé

U, u, lettre

La vingt-et-unième lettre de l'alphabet; un exemplaire de cette lettre.
A. − [La lettre en tant que telle, signe et valeur du signe]
1. [Désigne le signe graph.] Ainsi j'ai dit Lawsonia au lieu de Henneh, et même j'ai eu la complaisance d'écrire Lausonia par un u, ce qui est une faute (Flaub., Corresp., 1862, p. 60).J'ose à peine dire que kilo, kyste deviendraient français sous la forme quiste, quilot; cela est trop évident et trop simple pour qu'on l'admette (...). Devant a, o, u, le qu deviendrait naturellement c: arcange (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 66).J'ai laissé imprimer dans la dernière phrase de Vesica piscis « On ne parle que de »... C'est Ou avec un u qu'il faut (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1911, p. 183).
P. méton. Le caractère d'imprimerie représentant u. La question des U majuscules va se représenter pour Coûfontaine (...). Les grandes capitales sont d'un bien meilleur effet; il a fallu refondre une nouvelle série d'U (Gide, Corresp.[avec Claudel], 1911, p. 162, 165).
2. [Avec une attention partic. à la valeur phonétique du signe]
a) [Identité du phonème] Je distingue encore deux o qui diffèrent entre eux comme les deux a; tels sont ceux des mots hotte et hôte: mais je ne puis distinguer qu'un i, un u, et un ou (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p. 371).Les voix, dont on exprime les diverses espèces par les lettres nommées voyelles, a, e, i, o, u, ai, ou, eu, etc. On ignore absolument à quoi tient cette modification du son, quoique l'on sache assez quels sont les mouvemens que l'homme et les animaux doivent imprimer à leurs organes vocaux pour les produire (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 447).
En partic. [Identification par rapport à la rime] Rime en u. Je serai un vieux rompu, un vieux tordu, un vieux moulu, un vieux tortu, toutes les rimes (populaires) en u, sauf deux (ou trois) dont l'une est que je ne serai certainement pas un vieux cossu (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 672).
[Changements d'identité] L'i latin (...) s'est changé jadis assez volontiers en u: Affiblare Affubler (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 145).Comparution et parution, tout court, que l'on commence à rencontrer, prouvent du moins qu'il n'est pas nécessaire d'être du bas peuple pour changer les i en u. Parution est le poturon des grammairiens (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 149).
b) [Traits articulatoires ou acoustiques]
[Projection, arrondissement] Dans tous les quadrupèdes à museau saillant, elles [les lèvres] se contournent autour des mâchoires, les suivent dans leurs mouvemens, et ne peuvent ni s'avancer, comme quand nous prononçons l'u, ni se disposer en cercle, comme quand nous prononçons l'o, etc. (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 523).
[Palatalité, et non palatalité, de u] Les Grecs civilisés savent assez bien le français, mais ils le prononcent mal. L'u leur coûte beaucoup à dire (About, Grèce, 1854, p. 429).Et je m'en revins, et, repassant la montagne, je revis le Français au nez rond et le peuple qui dit u (Claudel, Violaine, 1892, IV, p. 564).
[Avec une connotation pol. délibérée; conservation, et prononc. vélaire probable, d'un u] Je vous entends dire Buonaparte en accentuant l'u comme des royalistes. Je vous préviens que mon grand-père fait mieux encore; il dit Buonaparté (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 802).
[Durée] N'espère enfin, peuple, qu'en ta vertu. L'étoile meurt, l'aigle tombe abattu. Oh! la douleur qu'elle exprima tragiquement! Elle prolongeait le son des u, les yeux au ciel (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 231).
[Hauteur mélodique; caractère aigu du u fr., grave du u all.] « L'ancien sceptique, alors articulait un petit « U » sifflé, très aigu, voisin de l'« I », chargé d'exprimer l'éblouissement » (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 80).J'ai été très touché par la beauté de ces vers. Dans An die Parzen, il y a ceci d'une sonorité qui m'a paru exactement adaptée au sens (je pense au son sourd et sinistre des u dans le second vers): « Die Seele, der im Leben ihr göttlich Recht nicht ward, sie ruht auch drunten im Orkus nicht... » (Green, Journal, 1949, p. 287).
3. [Figures de la lettre]
P. anal. (de la forme graph.)
En forme d'U. C'était un ignoble bouge, une petite salle avec des tables et des bancs de bois, un comptoir en zinc, un jeu de zanzibar, et des brocs violets; au plafond, un bec de gaz en forme d'U (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 169).
En U.Arbres taillés en U (Lexis 1975). Banquette, broche, cylindre, tube en U. Pitons de tous calibres, broches en U et à vis, marteaux, mousquetons, cordelette et rouleau de corde fixe: tout est en ordre (La Montagne et alpinisme,oct. 1962, no39, p. 273 ds Quem. DDL t. 27, s.v. broche à vis).Courbe en U (Piéron1973).Profil en V ou en U (Le Mercure scientifique, févr. 1892, p. 27 ds Quem. DDL t. 21).Ressorts en U (Lar. mén.1926, p. 194).
Un U. Les fers : une lourde tige de métal, longue de quatre à cinq mètres, où glissent des U de métal juste assez ouverts pour maintenir les chevilles des prisonniers (Gide, Journal, 1938, p. 1298).[L'attelle de Thomas] représente un U très allongé (Judet, Fractures membres, 1948, p. 8).Le brusque passage du caisson à un U (Siegel, Formes structurales archit. mod., 1965, p. 166).
B. − [La lettre désigne un référent autre qu'elle-même, directement, ou par l'intermédiaire d'un signe lex., en tant qu'abrév. de ce signe; avec une motivation lex.]
1. [Abrév. d'une lettre (l'épellation est possible en association avec un autre élém.: U1, cité U)]
U, unité. U1, U2. Les unités de recherche 1, 2 (de l'Institut National de la Langue Française).
U (chim.), symb. de l'uranium.
Cité U, restau (ou resto) U. Cité, restaurant universitaire. (Ds Car. Argot 1988). [Les politiques] s'empoignaient dans la queue du restaurant, faisaient assaut de tracts et de brochures, refusaient de montrer leurs cartes (...). Le « resto U » était l'enjeu d'une lutte politique (Le Nouvel Observateur, 19 janv. 1976, p. 40, col. 2).
Dictionnaire U. Dictionnaire universel. (Ds Raymond 1832).
Gros U. Gros usagers. [Les] « camions des gros U » - les gros usagers industriels du centre de Paris (Le Nouvel Observateur, 13 sept. 1976, p. 39, col. 3).
2. [Abrév. de 2 lettres ou plus, et sigles (lecture syllabique si leur constitution s'y prête, sinon épellation: UNESCO → [ynεsko]; en revanche, U.D.S.R. → [ydeεsε:ʀ]; cas partic.: USA → [yesa], par épellation, par expansion d'US → [yεs]; ne se disent en aucun cas *[yza], *[ys]; URSS → [yε ʀ εsεs], par épellation, ou, abrégé [yʀs])]
UDF (pol.). Union pour la démocratie française.
UDR (pol.). Union pour la défense de la République.
U.D.S.R (pol.) Union démocratique et socialiste de la Résistance. Si c'est une philosophie orientée dans le sens indiqué par Sartre, elle doit donner des directives, elle doit, en 1945, dire s'il faut adhérer à l'U.D.S.R., au parti socialiste, au parti communiste ou ailleurs (Naville ds Sartre, Existent., 1946, p. 131).
UEO (pol.). Union de l'Europe occidentale. (Ds M. Gendrel, Dict. des princ. sigles utilisés ds le monde jur., 1980).
UER, UFR (éduc.). Unité d'enseignement, ou de formation, et de recherche.
U.G.T. (socio-pol.). Union générale du travail. P. méton. Un militant de l'U.G.T. Manuel envoya un communiste prévenir Ramos, un U.G.T. (Malraux, Espoir, 1937, p. 487).
U.H.F. (phys.). V. ultra- II A 1 ex. de Virg. Micro-informat. 1984.
U.H.P. (méd.). Union hospitalière privée. Les autos passaient à toute vitesse, dans les deux sens, couvertes des énormes initiales blanches des syndicats, ou du U.H.P. (Malraux, Espoir, 1937, p. 469).
UHT (phys.). V. ultra- II B 3 ex. de Luq.-Boud. Lait 1976.
UL (méd.). Ultra-levure. (Ds J.-P. Poinsotte, Dict. des sigles méd., 1981).
ULM (loisirs). V. ultra- II A 2 d ex. Le Monde loisirs.
UNEDIC [ynedik]. Union nationale pour l'emploi dans l'industrie et le commerce. (Ds M. Gendrel, op. cit.).
UNEF (socio-pol.). Union nationale des étudiants de France. (Dict. des sigles, Paris, La Maison du dict., 1992).
UNESCO. V. uni A 1 b.
UNRRA. Administration des nations unies du secours et de la reconstruction (United nations relief and rehabilitation administration). (Ds M. Gendrel, op. cit.). L'UNRRA (1943-1946) combat la famine et la misère en distribuant des secours (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 374).
URO (méd.). Urologie, par réduction aux trois premières lettres. (Ds J.-P. Poinsotte, op. cit.).
URSS. Union des républiques socialistes soviétiques. Voilà qui est curieux, dis-je, Deux fois 66.Et c'est encore plus curieux si on note que le mot U.R.S.S.: 16 plus 20 plus 2 fois 15 donne également 66, ajouta-t-il (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 138):
Une telle saturation pourrait se produire d'ici quelques années pour les USA comme pour l'URSS, qui auraient alors en stock plusieurs fois la quantité d'armes nécessaires pour réduire à néant tous les grands objectifs militaires du globe. Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 259.
U.S., USA. États-unis d'Amérique (United States of America). Notre pays doit (...) mettre sur pied un certain nombre de divisions et de corps d'armée, ayant une structure de notre choix, c'est-à-dire dégagés des tableaux d'effectifs et de dotation des grandes unités du type U.S. (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 333).Une autre solution à l'étude aux USA est l'envoi direct des solutions de haute activité dans des structures géologiques convenables (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 215).
U.V. (phys.). V. ultra-violet II A.U.V. (éduc.). Unité* de valeur.
Prononc. et Orth.: [y]. Le nom et la valeur de la lettre généralement sont confondus. Élision régulière: l'u, d'u, contre l'avis, trop catégorique, de Warn. 1987. La métalangue en revanche n'élide pas de u, etc. Liaison probable dans un u, en u, petit u, douteuse dans des u. Liaison probable dans gros U. Resto U montre que l'hiatus est accepté. L'Académie distingue v, u dès Ac. 1694. Elle n'a toutefois qu'un art. commun à v et à u, et elle mêle les mots en v et u indistinctement. Ceci jusqu'en Ac. 1762. Ac. 1798, 1835, 1878 décrivent, le premier au présent, les suivants au passé, deux sortes d'U; l'un voyelle, U, et l'autre consonne, V; ce dernier, dans l'usage actuel, se nomme Ve ou Vé. U consonne désigne le cas échéant la semi-consonne [ɥ] (Grev. 1980,30, p. 43). Fréq. abs. littér.: 157. Bbg. Quem. DDL t. 21, 31.

U, u, lettre

La vingt-et-unième lettre de l'alphabet; un exemplaire de cette lettre.
A. − [La lettre en tant que telle, signe et valeur du signe]
1. [Désigne le signe graph.] Ainsi j'ai dit Lawsonia au lieu de Henneh, et même j'ai eu la complaisance d'écrire Lausonia par un u, ce qui est une faute (Flaub., Corresp., 1862, p. 60).J'ose à peine dire que kilo, kyste deviendraient français sous la forme quiste, quilot; cela est trop évident et trop simple pour qu'on l'admette (...). Devant a, o, u, le qu deviendrait naturellement c: arcange (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 66).J'ai laissé imprimer dans la dernière phrase de Vesica piscis « On ne parle que de »... C'est Ou avec un u qu'il faut (Claudel, Corresp.[avec Gide], 1911, p. 183).
P. méton. Le caractère d'imprimerie représentant u. La question des U majuscules va se représenter pour Coûfontaine (...). Les grandes capitales sont d'un bien meilleur effet; il a fallu refondre une nouvelle série d'U (Gide, Corresp.[avec Claudel], 1911, p. 162, 165).
2. [Avec une attention partic. à la valeur phonétique du signe]
a) [Identité du phonème] Je distingue encore deux o qui diffèrent entre eux comme les deux a; tels sont ceux des mots hotte et hôte: mais je ne puis distinguer qu'un i, un u, et un ou (Destutt de Tr., Idéol. 2, 1803, p. 371).Les voix, dont on exprime les diverses espèces par les lettres nommées voyelles, a, e, i, o, u, ai, ou, eu, etc. On ignore absolument à quoi tient cette modification du son, quoique l'on sache assez quels sont les mouvemens que l'homme et les animaux doivent imprimer à leurs organes vocaux pour les produire (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 447).
En partic. [Identification par rapport à la rime] Rime en u. Je serai un vieux rompu, un vieux tordu, un vieux moulu, un vieux tortu, toutes les rimes (populaires) en u, sauf deux (ou trois) dont l'une est que je ne serai certainement pas un vieux cossu (Péguy, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 672).
[Changements d'identité] L'i latin (...) s'est changé jadis assez volontiers en u: Affiblare Affubler (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 145).Comparution et parution, tout court, que l'on commence à rencontrer, prouvent du moins qu'il n'est pas nécessaire d'être du bas peuple pour changer les i en u. Parution est le poturon des grammairiens (Gourmont, Esthét. lang. fr., 1899, p. 149).
b) [Traits articulatoires ou acoustiques]
[Projection, arrondissement] Dans tous les quadrupèdes à museau saillant, elles [les lèvres] se contournent autour des mâchoires, les suivent dans leurs mouvemens, et ne peuvent ni s'avancer, comme quand nous prononçons l'u, ni se disposer en cercle, comme quand nous prononçons l'o, etc. (Cuvier, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 523).
[Palatalité, et non palatalité, de u] Les Grecs civilisés savent assez bien le français, mais ils le prononcent mal. L'u leur coûte beaucoup à dire (About, Grèce, 1854, p. 429).Et je m'en revins, et, repassant la montagne, je revis le Français au nez rond et le peuple qui dit u (Claudel, Violaine, 1892, IV, p. 564).
[Avec une connotation pol. délibérée; conservation, et prononc. vélaire probable, d'un u] Je vous entends dire Buonaparte en accentuant l'u comme des royalistes. Je vous préviens que mon grand-père fait mieux encore; il dit Buonaparté (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 802).
[Durée] N'espère enfin, peuple, qu'en ta vertu. L'étoile meurt, l'aigle tombe abattu. Oh! la douleur qu'elle exprima tragiquement! Elle prolongeait le son des u, les yeux au ciel (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 231).
[Hauteur mélodique; caractère aigu du u fr., grave du u all.] « L'ancien sceptique, alors articulait un petit « U » sifflé, très aigu, voisin de l'« I », chargé d'exprimer l'éblouissement » (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 80).J'ai été très touché par la beauté de ces vers. Dans An die Parzen, il y a ceci d'une sonorité qui m'a paru exactement adaptée au sens (je pense au son sourd et sinistre des u dans le second vers): « Die Seele, der im Leben ihr göttlich Recht nicht ward, sie ruht auch drunten im Orkus nicht... » (Green, Journal, 1949, p. 287).
3. [Figures de la lettre]
P. anal. (de la forme graph.)
En forme d'U. C'était un ignoble bouge, une petite salle avec des tables et des bancs de bois, un comptoir en zinc, un jeu de zanzibar, et des brocs violets; au plafond, un bec de gaz en forme d'U (Huysmans, Là-bas, t. 2, 1891, p. 169).
En U.Arbres taillés en U (Lexis 1975). Banquette, broche, cylindre, tube en U. Pitons de tous calibres, broches en U et à vis, marteaux, mousquetons, cordelette et rouleau de corde fixe: tout est en ordre (La Montagne et alpinisme,oct. 1962, no39, p. 273 ds Quem. DDL t. 27, s.v. broche à vis).Courbe en U (Piéron1973).Profil en V ou en U (Le Mercure scientifique, févr. 1892, p. 27 ds Quem. DDL t. 21).Ressorts en U (Lar. mén.1926, p. 194).
Un U. Les fers : une lourde tige de métal, longue de quatre à cinq mètres, où glissent des U de métal juste assez ouverts pour maintenir les chevilles des prisonniers (Gide, Journal, 1938, p. 1298).[L'attelle de Thomas] représente un U très allongé (Judet, Fractures membres, 1948, p. 8).Le brusque passage du caisson à un U (Siegel, Formes structurales archit. mod., 1965, p. 166).
B. − [La lettre désigne un référent autre qu'elle-même, directement, ou par l'intermédiaire d'un signe lex., en tant qu'abrév. de ce signe; avec une motivation lex.]
1. [Abrév. d'une lettre (l'épellation est possible en association avec un autre élém.: U1, cité U)]
U, unité. U1, U2. Les unités de recherche 1, 2 (de l'Institut National de la Langue Française).
U (chim.), symb. de l'uranium.
Cité U, restau (ou resto) U. Cité, restaurant universitaire. (Ds Car. Argot 1988). [Les politiques] s'empoignaient dans la queue du restaurant, faisaient assaut de tracts et de brochures, refusaient de montrer leurs cartes (...). Le « resto U » était l'enjeu d'une lutte politique (Le Nouvel Observateur, 19 janv. 1976, p. 40, col. 2).
Dictionnaire U. Dictionnaire universel. (Ds Raymond 1832).
Gros U. Gros usagers. [Les] « camions des gros U » - les gros usagers industriels du centre de Paris (Le Nouvel Observateur, 13 sept. 1976, p. 39, col. 3).
2. [Abrév. de 2 lettres ou plus, et sigles (lecture syllabique si leur constitution s'y prête, sinon épellation: UNESCO → [ynεsko]; en revanche, U.D.S.R. → [ydeεsε:ʀ]; cas partic.: USA → [yesa], par épellation, par expansion d'US → [yεs]; ne se disent en aucun cas *[yza], *[ys]; URSS → [yε ʀ εsεs], par épellation, ou, abrégé [yʀs])]
UDF (pol.). Union pour la démocratie française.
UDR (pol.). Union pour la défense de la République.
U.D.S.R (pol.) Union démocratique et socialiste de la Résistance. Si c'est une philosophie orientée dans le sens indiqué par Sartre, elle doit donner des directives, elle doit, en 1945, dire s'il faut adhérer à l'U.D.S.R., au parti socialiste, au parti communiste ou ailleurs (Naville ds Sartre, Existent., 1946, p. 131).
UEO (pol.). Union de l'Europe occidentale. (Ds M. Gendrel, Dict. des princ. sigles utilisés ds le monde jur., 1980).
UER, UFR (éduc.). Unité d'enseignement, ou de formation, et de recherche.
U.G.T. (socio-pol.). Union générale du travail. P. méton. Un militant de l'U.G.T. Manuel envoya un communiste prévenir Ramos, un U.G.T. (Malraux, Espoir, 1937, p. 487).
U.H.F. (phys.). V. ultra- II A 1 ex. de Virg. Micro-informat. 1984.
U.H.P. (méd.). Union hospitalière privée. Les autos passaient à toute vitesse, dans les deux sens, couvertes des énormes initiales blanches des syndicats, ou du U.H.P. (Malraux, Espoir, 1937, p. 469).
UHT (phys.). V. ultra- II B 3 ex. de Luq.-Boud. Lait 1976.
UL (méd.). Ultra-levure. (Ds J.-P. Poinsotte, Dict. des sigles méd., 1981).
ULM (loisirs). V. ultra- II A 2 d ex. Le Monde loisirs.
UNEDIC [ynedik]. Union nationale pour l'emploi dans l'industrie et le commerce. (Ds M. Gendrel, op. cit.).
UNEF (socio-pol.). Union nationale des étudiants de France. (Dict. des sigles, Paris, La Maison du dict., 1992).
UNESCO. V. uni A 1 b.
UNRRA. Administration des nations unies du secours et de la reconstruction (United nations relief and rehabilitation administration). (Ds M. Gendrel, op. cit.). L'UNRRA (1943-1946) combat la famine et la misère en distribuant des secours (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 374).
URO (méd.). Urologie, par réduction aux trois premières lettres. (Ds J.-P. Poinsotte, op. cit.).
URSS. Union des républiques socialistes soviétiques. Voilà qui est curieux, dis-je, Deux fois 66.Et c'est encore plus curieux si on note que le mot U.R.S.S.: 16 plus 20 plus 2 fois 15 donne également 66, ajouta-t-il (Abellio, Pacifiques, 1946, p. 138):
Une telle saturation pourrait se produire d'ici quelques années pour les USA comme pour l'URSS, qui auraient alors en stock plusieurs fois la quantité d'armes nécessaires pour réduire à néant tous les grands objectifs militaires du globe. Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 259.
U.S., USA. États-unis d'Amérique (United States of America). Notre pays doit (...) mettre sur pied un certain nombre de divisions et de corps d'armée, ayant une structure de notre choix, c'est-à-dire dégagés des tableaux d'effectifs et de dotation des grandes unités du type U.S. (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 333).Une autre solution à l'étude aux USA est l'envoi direct des solutions de haute activité dans des structures géologiques convenables (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 215).
U.V. (phys.). V. ultra-violet II A.U.V. (éduc.). Unité* de valeur.
Prononc. et Orth.: [y]. Le nom et la valeur de la lettre généralement sont confondus. Élision régulière: l'u, d'u, contre l'avis, trop catégorique, de Warn. 1987. La métalangue en revanche n'élide pas de u, etc. Liaison probable dans un u, en u, petit u, douteuse dans des u. Liaison probable dans gros U. Resto U montre que l'hiatus est accepté. L'Académie distingue v, u dès Ac. 1694. Elle n'a toutefois qu'un art. commun à v et à u, et elle mêle les mots en v et u indistinctement. Ceci jusqu'en Ac. 1762. Ac. 1798, 1835, 1878 décrivent, le premier au présent, les suivants au passé, deux sortes d'U; l'un voyelle, U, et l'autre consonne, V; ce dernier, dans l'usage actuel, se nomme Ve ou Vé. U consonne désigne le cas échéant la semi-consonne [ɥ] (Grev. 1980,30, p. 43). Fréq. abs. littér.: 157. Bbg. Quem. DDL t. 21, 31.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

U. n. m.
La vingt et unième lettre de l'alphabet. Elle représente une des voyelles. Un grand U. Un petit u. U, placé après un a, un e, un o, se combine avec lui pour former un son particulier : au, eu, ou. On met un tréma sur l'ü, lorsqu'on veut indiquer qu'il ne se lie pas avec la voyelle précédente : Ésaü, Saül. Il se place toujours après la consonne Q quand elle commence une syllabe. Querelle. Requérir. Remarque. Dans ce cas, il ne se prononce généralement pas, sauf dans un certain nombre de mots d'origine savante : alors il se prononce normalement devant e et i, comme dans Questeur, Quintuple, Équiangle; et il se prononce ou devant a et o, comme dans Quadrupède, Aquatique, Équateur. Il se met également après le G, quand on veut conserver à cette consonne devant e et i sa prononciation particulière et éviter qu'on ne la prononce comme un j : Guenon, Guéable Guide, Guitare. Dans ce cas, il ne se prononce pas, sauf dans quelques mots comme Arguer, Aiguë, Aiguille, Ciguë, etc.

Littré (1872-1877)

U s. m.
  • 1La cinquième des voyelles et la vingt et unième lettre de l'alphabet. Un grand U. Un petit u. M. Jourdain : Et toi, sais-tu bien comme il faut faire pour dire un u ? - Nicole : Comment ? - M. Jourdain : Oui ; qu'est-ce que tu fais quand tu dis u ? - Nicole : Quoi ? - M. Jourdain : Dis un peu u, pour voir. - Nicole : Eh bien ! u. - M. Jourdain : Qu'est-ce que tu fais ? - Nicole : Je dis u. - M. Jourdain : Oui ; mais quand tu dis u, qu'est-ce que tu fais ?… tu allonges les lèvres en dehors, et approches la mâchoire d'en haut de celle d'en bas : u, vois-tu ? je fais la moue, u, Molière, Bourg. gent. III, 3.
  • 2On distinguait autrefois deux sortes d'u, l'u voyelle et l'u consonne qui est le v.
  • 3Il se met après le g quand on veut donner au g un son dur devant e et i : guenon, guide.
  • 4On met un tréma sur l'u quand on veut indiquer qu'il se prononce séparément de la voyelle qui le précède : Ésaü, Saül.
  • 5Membre d'U ; les treillageurs nomment ainsi les parties de leurs ouvrages d'une forme longue et étroite, comme les larmiers, les bandeaux, etc. lesquels sont remplis par des compartiments disposés en chevrons frisés en forme d'U, ou pour mieux dire de V. L'usine de la Franche-Comté fabrique les nouveaux fers spéciaux dits fers à U, etc. dont l'usage est encore peu répandu, Ch. Garnier, Monit. univ. 6 sept. 1867, p. 1481, 3e col.

HISTORIQUE

XVIe s. Je voy toutes les nations de l'Europe incliner en ceste opinion, et qu'il n'y a que nostre France où l'on prononce l'u comme nous faisons, Pasquier, Lettres, t. I, p. 147.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

U, Subst. masc. (Gram.) c’est la vingtieme lettre de l’alphabet latin ; elle avoit chez les Romains deux différentes significations, & étoit quelquefois voyelle, & quelquefois consonne.

I. La lettre U étoit voyelle, & alors elle représentoit le son ou, tel que nous le faisons entendre dans fou, loup, nous, vous, qui est un son simple, & qui, dans notre alphabet devroit avoir un caractere propre, plutôt que d’être représenté par la fausse diphtongue ou.

De-là vient que nous avons changé en ou la voyelle u de plusieurs mots que nous avons empruntés des Latins, peignant à la françoise la prononciation latine que nous avons conservée : sourd, de surdus ; court, de curtus ; couteau, de culter ; four, de furnus ; doux, de dulcis ; bouche, de bucca ; sous, & anciennement soub, de sub ; genou, de genu ; bouillir, & anciennement boullir, de bullire, &c.

II. La même lettre étoit encore consonne chez les Latins, & elle représentoit l’articulation sémilabiale foible, dont la forte est F ; le digamma I, que l’empereur Claude voulut introduire dans l’alphabet romain, pour être le signe non équivoque de cette articulation, est une preuve de l’analogie qu’il y avoit entre celle là & celle qui est représentée par F. (Voyez I.) Une autre preuve que cette articulation est en effet de l’ordre des labiales, c’est que l’on trouve quelquefois V pour B ; velli pour belli ; Danuvius, pour Danubius.

En prenant l’alphabet latin, nos peres n’y trouverent que la lettre U pour voyelle & pour consonne ; & cette équivoque a subsisté long-tems dans notre écriture : la révolution qui a amené la distinction entre la voyelle U ou u, & la consonne V ou v, est si peu ancienne, que nos dictionnaires mettent encore ensemble les mots qui commencent par U & par V, ou dont la différence commence par l’une de ces deux lettres ; ainsi l’on trouve de suite dans nos vocabulaires, utilité, vue, uvée, vuide, ou bien augment avant le mot avide ; celui-ci avant aulique, aulique avant le mot avocat, &c. C’est un reste d’abus dont je me suis déjà plaint en parlant de la lettre I, & contre lequel je me déclare ici, autant qu’il est possible, en traitant séparément de la voyelle U, & de la consonne V.

U, s. m. c’est la vingt-uniéme lettre de l’alphabet françois, & la cinquieme voyelle. La valeur propre de ce caractere est de représenter ce son sourd & constant qui exige le rapprochement des lévres & leur projection en-dehors, & que les Grecs appelloient upsilon.

Communément nous ne représentons en françois le son u que par cette voyelle, excepté dans quelques mots, comme j’ai eu, tu eus, que vous eussiez, ils eurent, Eustache : heureux se prononçoit hureux il n’y a pas long-tems, puisque l’abbé Régnier & le pere Buffier le disent expressément dans leurs grammaires françoises ; & le dictionnaire de l’académie françoise l’a indiqué de même dans ses premieres éditions : l’usage présent est de prononcer le même son dans les deux syllabes heu-reux.

Nous employons quelquefois u sans le prononcer après les consonnes c & g, quand nous voulons leur donner une valeur gutturale ; comme dans cueuillir, que plusieurs écrivent cueillir, & que tout le monde prononce keuillir ; figue, prodigue, qui se prononcent bien autrement que fige, prodige, par la seule raison de l’u, qui du reste est absolument muet.

Il est aussi presque toujours muet après la lettre q ; comme dans qualité, querelle, marqué, marquis, quolibet, queue, &c. que l’on prononce kalité, kerelle, marké, markis, kolibet, keue.

Dans quelques mots qui nous viennent du latin, u est le signe du son que nous représentons ailleurs par ou ; comme dans équateur, aquatique, quadrature, quadragésime, que l’on prononce ékouateur, akouatike, kouadrature, kouadragésime, conformément à la prononciation que nous donnons aux mots latins æquator, aqua, quadrum, quadragesimus. Cependant lorsque la voyelle i vient après qu, l’u reprend sa valeur naturelle dans les mots de pareille origine, & nous disons, par exemple,kuinkouagésime pour quinquagésime, de même que nous disons kuinkouagesimus pour quinquagesimus.

La lettre u est encore muette dans vuide & ses composés, où l’on prononce vide : hors ces mots, elle fait diphtongue avec l’i qui suit, comme dans lui, cuit, muid, &c.

V, s. m. c’est la vingt-deuxieme lettre, & la dix-septieme consonne de notre alphabet. Elle représente, comme je l’ai déjà dit, l’articulation sémilabiale foible, dont la forte est F ; (voyez F.) & de-là vient qu’elles se prennent aisément l’une pour l’autre : neuf devant un nom qui commence par une voyelle, se prononce neuv, & l’on dit neuv hommes, neuv articles, pour neuf hommes, neuf articles : les adjectifs terminés par f, changent f en ve pour le féminin ; bref, m. breve, f. vif, m. vive, f. veuf, m. veuve, f.

Déjà avertis par la Grammaire générale de P. R. de nommer les consonnes par l’e muet, nos peres n’en ont rien fait à l’égard de celle-ci quand l’usage s’en introduisit ; & on l’appelle plus communément , que ve.

Il paroît que c’étoit le principal caractere ancien pour représenter la voyelle & la consonne. Il servoit à la numération romaine, où V. vaut cinq ; IV. vaut cinq moins un, ou quatre ; VI, VII, VIII, valent cinq plus un, plus deux, plus trois, ou six, sept, huit : .

Celles de nos monnoies qui portent la lettre V simple, ont été frappées à Troyes : celles qui sont marquées du double W, viennent de Lille. (B. E. R. M.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « u »

U latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « u »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
u y

Citations contenant le mot « u »

  • Les machines sont les seules femmes que les Américains savent rendre heureuses. De Paul Morand / U.S.A.
  • La patrie peut accorder plus de confiance à un critique qui travaille quun enthousiaste qui vocifère. De Eugenio d’Ors Y Rovira / U-turn-it
  • Qu'est-ce qu'une vie ?... Rien. Un fil venant de nulle part n'allant nulle part, perdu parmi des millions de millions d'autres fils identiques mais dont le possesseur se croit le centre de l'univers. De Jean Van Hamme / Thorgal - Au-delà des ombres
  • A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes. De Arthur Rimbaud / Voyelles
  • L’Uruguay est un patelin inimportant, connu seulement des joueurs de Scrabble à cause de ses trois u. De Frédéric Dard / Réflexions sur les gens de chez nous et d’ailleurs
  • O.N.U. Organisation des nations prétendues unies, dont l'objet est de préserver le droit des peuples à s'aligner sur les Etats-Unis, la Chine ou l'U.R.S.S. De George Elgozy / L'Esprit des mots ou l'antidictionnaire
  • Le ridicule ne tue plus, nulle part, mais aux U.S.A. il enrichit drôlement. De Boris Vian / Jazz hot
  • U.S.A. : Toute-puissance qui possède les deux tiers des autos, la moitié des engins nucléaires, le quart de l'acier et la quasi-totalité des emmerdements du monde. De Georges Elgozy / L'esprit des mots ou l'antidictionnaire
  • En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis. De Winston Churchill
  • Même les rois, doivent mourir quand l'heure est venue. De U Ponnya / Poème du désillusionné
  • Mais TDActu a besoin de la pub pour vivre et se développer. Nous sommes une petite structure, mais nous espérons grandir. Si vous voulez nous aider, vous pouvez retirez adBlock pour ce site ou aidez nous sur Tipeee. , [critique] Last Chance U saison 5 : le chant de l'aigle | Touchdown Actu (NFL Actu) - News, analyses et résultats de la NFL
  • Publicité Corse Matin, Aleria : deux cuvées et plein de projets pour le jeune Duminiu U Portu | Corse Matin
  • Le Rapport Mondial sur le Marché SPECT Radiopharmaceutiques présente les perspectives mondiales et locales dans sa récente étude de Business Intelligence sur le marché SPECT Radiopharmaceutiques. Le Rapport sur le marché SPECT Radiopharmaceutiques examine plus en détail lanalyse régionale dans les pays importants, ainsi que la part de marché et que le modèle dadoption dans chaque pays. Instant Interview, Marché mondial des SPECT Radiopharmaceutiques 2020 meilleures entreprises – Cardinal Health Inc. (U.S.), Mallinckrodt plc (Ireland), GE Healthcare (U.K.), Lantheus Medical Imaging Inc. (U.S.), Bayer Healthcare (Germany), Bracco Imaging S.p.A (Italy), Eczacibasi-Monrol Nuclear Products (Turkey) – Instant Interview
  • VIDÉO - Système U a vu son chiffre d'affaires et sa part de marché augmenter en 2019. Challenges, Système U devient le 4e distributeur français - Challenges
  • Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet. Capital.fr, Système U : “La crise a rappelé toute l’utilité sociale de la distribution” - Capital.fr
  • Vous pourrez ainsi accéder librement aux articles réservés du site, à la version digitale du dernier numéro de votre abonnement ainsi qu’aux anciens numéros parus (jusqu’à janvier 2005 selon votre formule d’abonnement). , Un premier So.bio ouvert par un associé U / La distribution - Linéaires

Images d'illustration du mot « u »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « u »

Langue Traduction
Anglais u
Espagnol tu
Italien u
Allemand u
Chinois ü
Arabe ش
Portugais você
Russe u
Japonais あなた
Basque u
Corse è
Source : Google Translate API

U

Retour au sommaire ➦

Partager