La langue française

Gourmand

Définitions du mot « gourmand »

Trésor de la Langue Française informatisé

GOURMAND, -ANDE, adj.

A. −
1. Vieilli. ,,Qui mange avec avidité et avec excès`` (Ac.). Il est gourmand, mon cher, à se faire mourir à tous les repas. Tu ne te figures point ce qu'il mangerait si on le laissait libre (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Famille, 1886, p. 562).
Emploi subst. Une peinture déjà vieille à cette époque, qui représentait un gourmand, habillé à la mode de mon grand-père. Il était assis devant une table couverte de bouteilles, chargée d'un pâté monstrueux et ornée d'un ananas décoratif (A. France, Pt Pierre,1918, p. 51).
2. Au fig. Qui exige beaucoup. Vingt-cinq mille répéta Porey-Cave, c'est cher; tu es gourmande, Yada (L. de Vilmorin, Lit à col.,1941, p. 278).
B. −
1. Qui aime la bonne nourriture et qui sait l'apprécier. Gourmand comme un chat. Morny (...) a soutenu que les femmes n'avaient pas de goût, qu'elles ne savaient point ce qui est bon, qu'elles n'étaient ni gourmandes ni libertines, qu'en fait de goût, elles n'avaient que du caprice (Goncourt, Journal,1863, p. 1273).Un petit bourgeois rêveur et gourmand qui aimait ses pantoufles et les petits plats (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 294) :
1. Tu es donc gourmand? − Parbleu! Il n'y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands. On est gourmand comme on est artiste, comme on est instruit, comme on est poète. Le goût, mon cher, c'est un organe délicat, perfectible et respectable comme l'œil et l'oreille. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 683.
Emploi subst. Justement sort d'un buisson la tortue, ce mets recherché par tous les gourmands (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 128) :
2. Rien n'est plus agréable à voir qu'une jolie gourmande sous les armes : sa serviette est avantageusement mise; une de ses mains est posée sur la table; l'autre voiture à sa bouche de petits morceaux élégamment coupés, ou l'aile de perdrix qu'il faut mordre... Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 145.
En gourmand. Il épargna les trois sous de son gloria et but en gourmand l'excellent thé de MmeRaquin (Zola, T. Raquin,1867, p. 31).
Rem. ,,Gourmet et gourmand ne sont pas interchangeables. Un gastronome est un gourmet; un gourmand n'en est pas nécessairement un. On peut être gourmand de chocolat et de sucreries et n'être en aucune façon connaisseur pour les autres éléments qui constituent les plaisirs de la table`` (Dupré 1972).
[P. méton. du déterminé] Où l'on mange bien. Région gourmande. Il suffirait, à un gastronome, de dire que Saulieu, patrie gourmande de l'illustre Alexandre Dumaine est en Morvan (Arts et loisirs,3 mai 1967, p. 75).
En partic. Qui recherche, qui aime particulièrement les sucreries, les friandises. Les enfants qui venaient à la maison me paraissaient gourmands et sans gêne. Dès que leurs parents avaient le dos tourné, ils se précipitaient sur les gâteaux (Gyp, Souv. pte fille,1927, p. 70).
Gourmand de
α) Qui a un goût prononcé pour (un aliment). Enfant gourmand de fruits; ours gourmand de miel. Elle devait mettre au four le pain de la ferme, ce qui amusait fort la petite fille, gourmande de galette (Zola, M. Férat,1868, p. 167).
β) Au fig. Avide de. Gourmand d'air pur, de soleil. Ces petits corps ardents et las, ces âmes non blasées, pas abondantes, mais vives et gourmandes de vivre (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 818).Docile aux modes, gourmand d'idées nouvelles, il est facile à convaincre et accessible au bobard (Mounier, Traité caract.,1946, p. 293).
2. Qui manifeste, qui exprime la gourmandise. Elle but sa chartreuse avec des mines gourmandes (Arland, Ordre,1929, p. 402).M. Urbain Levêque fit claquer sa langue contre son palais avec un bruit gourmand et appliqué (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 23).
Au fig.
Qui manifeste, qui annonce un tempérament voluptueux. Elle avait les lèvres gourmandes, le nez retroussé, de grands yeux vides, au regard, eût-on dit, bovin (Gide, Thésée,1946, p. 1422).C'était une forte plante d'homme, avec un long visage, de grands yeux étincelants, un long nez généreux, une bouche gourmande (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 228) :
3. ... la petite n'avait pas les traits réguliers, le visage tendre et résigné de sa mère, mais des yeux hardis, un grand rire gourmand, et une manière de jeter sa poitrine dans le regard des hommes. Aymé, Jument,1933, p. 191.
Qui exprime le désir. Il s'avança, les mains tendues, les lèvres gourmandes, et, la saisissant à pleins bras, il l'embrassa (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Morin, 1882, p. 846).« Ne sois pas nerveux. Donne-moi ta main... Tu es venu! » reprit Irène, penchée sur son visage, tout près, le fixant avec une intensité gourmande (Gracq, Beau tén.,1945, p. 189) :
4. Avec une audace espagnole, Ma gourmande caresse n'a- T-elle aux genoux de Rosina Moqué les verrous de Barthole? Moréas, Syrtes,1884, p. 18.
C. − HORTIC. Branche gourmande (vieilli) ou gourmand, subst. masc.
1. Rameau inutile et qu'il faut supprimer parce qu'il tire la sève à lui. Couper, élaguer les gourmands. Les arbres non taillés projetaient en tous sens des branches gourmandes (Gautier, Fracasse,1863, p. 3).Menus soins de jardinage; il enlève le gui, les gourmands, les pucerons (Gide, Feuillets,1911, p. 343).Il coupait les « gourmands » des rosiers vivaces (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 27).
2. Synon. de stolon.Un fraisier qui étend à l'infini ses gourmands (Morand, Londres,1933, p. 330).
REM.
Gourmandement, adv.D'une manière gourmande. Une certaine façon (...) de plisser gourmandement les narines (Arnoux, Visite Mathus.,1961, p. 365).
Prononc. et Orth. : [guʀmɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:d]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1354 nov. « qui mange avec avidité; qui aime les bons morceaux » ici adj. ouvriers gourmans, ou frians (Ordonnance du Roi et du conseil... ds Rec. gén. des anc. lois fr., éd. Decrusy, Isambert et Jourdan, t. 4, p. 701); en partic. 1688 bot. branche gourmande (Miege); 1702 subst. ces gourmands (Liger, La Culture parfaite des jardins fruitiers et potagers, Paris, Vve C. Gasse, p. 325); 2. p. ext. 1550 « avide de connaître; qui aime » ici adj. gourmand de gloire (Ronsard, Les quatre premiers livres des Odes, Au Lecteur ds Œuvres complètes, éd. G. Cohen, t. 2, p. 971). Orig. peu claire; l'hyp. d'un rattachement à gourmet* avec changement de suff. sous l'infl. de friand* (v. Regula ds Z. rom. Philol. t. 44, 650) se heurte au fait que gourmet ne prend le sens de « gourmand », que beaucoup plus tard , v. FEW t. 16, p. 93a. On devrait alors partir du sens de « valet » (v. gourmet) et songer à une évolution sém. comparable à celle que présente plus tard goinfre *. Fréq. abs. littér. : 473. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 588, b) 770; xxes. : a) 862, b) 578. Bbg. Dauzat Ling. fr. 1946, p. 154. - Pollak (W.). Fallstricke des französischen und des deutschen Wortschatzes. Wien, 1956, 44 p. - Quem. DDL t. 4 (s.v. gourmandement).

Wiktionnaire

Adjectif

gourmand masculin

  1. Qui mange avec avidité et parfois avec excès.
    • Un polisson gourmand.
    • Une caille, une grive gourmande.
    • Il est gourmand de gibier, de fruits, de confitures.
  2. Qui aime faire bonne chère. Qui recherche le plaisir de manger des mets succulents, des sucreries, des friandises. (En cette acception il se rapproche du sens de gourmet sans toutefois se confondre avec lui)
    • Un chanoine gourmand et jovial.
  3. (Figuré) Avide de satisfactions sensuelles ou d'avantages quelconques.
    • Des lèvres gourmandes.
    • Gourmand d’honneurs, de louanges, d'avantages en nature.
    • Trop gourmand (dans une transaction) qui veut plus d'argent, plus que sa part normale. Dans le partage des bénéfices, il s’est montré trop gourmand.
  4. (Jardinage) Se dit des branches d’un arbre fruitier, d’un arbuste ou d’une plante qui poussent avec trop de vigueur et qui absorbent la nourriture des autres branches.
    • Branches gourmandes.
  5. (Jardinage) Nom vulgaire des stolons.
  6. Qui est apprécié des gourmands ou des gourmets. — Note : Par métonymie de destination.  [1]
    • Nourries au foin, les biquettes ne donnaient pas un lait aussi savoureux et parfumé. Rien ne valait les pâtures gourmandes du printemps et de l'été. — (Jérôme Deliry, L'Héritage de Terrefondrée, Éditions Calmann-Lévy, 2013, chap. 6)
    • Région gourmande. Tables gourmandes.
    • Un plat gourmand. Une spécialité gourmande du Berry.

Nom commun 1

gourmand \ɡuʁ.mɑ̃\ masculin (pour une femme on dit : gourmande)

  1. Personne qui aime la nourriture.
    • Porthos est un gourmand sympathique.
    • Et pourtant Elhamy est un gourmand, qui ne mangerait pas aussi souvent au restaurant, si sa femme savait mieux l’allécher ici. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GOURMAND, ANDE. adj.
Qui mange avec avidité et avec excès. Un enfant gourmand. Un oiseau gourmand. Substantivement, Un gourmand. On l'emploie aussi avec la préposition DE. Gourmand de gibier, de fruits, de confitures. Fig., Gourmand d'honneurs, de louanges. Dans le partage des bénéfices, il s'est montré trop gourmand. Il signifie aussi Qui aime à faire bonne chère, qui recherche le plaisir de manger des mets succulents, des sucreries, des friandises. En cette acception il se rapproche du sens de GOURMET sans toutefois se confondre avec lui. En termes de Jardinage, Branches gourmandes, Branches d'un arbre fruitier, d'un arbuste ou d'une plante qui poussent avec trop de vigueur et qui absorbent la nourriture des autres branches. Substantivement, Couper un gourmand, des gourmands.

Littré (1872-1877)

GOURMAND (gour-man, man-d') adj.
  • 1Qui mange avec avidité et avec excès. Le chien se pique d'être Soigneux et fidèle à son maître, Mais il est sot, il est gourmand, La Fontaine, Fabl. VIII, 25. À l'égard du président, qui a huit ans plus que moi, et qui a été bien plus gourmand, je voudrais bien savoir s'il est fâché de son état, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 7 août 1769. Je suis sensuel et non pas gourmand, Rousseau, Confess. I.

    Substantivement. Un gourmand, une gourmande, celui, celle qui mange beaucoup. Vous avez été gourmande ; et, quand les gourmands sont devenus sobres, ils vivent cent ans, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 17 sept. 1759.

    Un amateur de bonne chère, un gastronome. Les gourmands perdent la moitié de leur temps à être en peine de ce qu'ils mangeront ; ils ont là-dessus un souci machinal qui dissipe une grande partie de leur attention pour le reste, Marivaux, Pays. parv. 1re part. L'un [végétal, la truffe], caché dans la terre où son destin l'attache, Attend que d'un gourmand le luxe l'en arrache, Delille, Trois règnes, VI. Gourmands, cessez de nous donner La carte de votre dîner ; Tant de gens qui sont au régime Ont droit de vous en faire un crime, Béranger, Gourmands.

  • 2 Par extension, qui aime un certain mets. Les connaisseurs sont gourmands de lièvres.

    Fig. Vous connaissez comme je suis gourmand de vos ouvrages, Voltaire, Lett. souverains, 8.

  • 3 Terme d'agriculture. Qui occupe la terre aux dépens des plantes utiles. L'autre errant dans les blés qui verdissent la terre Fait à l'herbe gourmande une implacable guerre, Gilbert, Mort d'Abel, VII.

    Terme de jardinage. Branche gourmande, branche nouvelle détruisant par l'activité de sa végétation l'équilibre établi par la serpette dans les diverses parties d'un espalier, d'un arbre fruitier.

    Arbre gourmand, arbre qui pousse trop en branches. Mettre à fruit des arbres gourmands et qui poussent trop vigoureusement en bois, Buffon, Expér. sur les végét. 2e mém.

    S. m. Un gourmand, rameau prenant un accroissement trop grand, en disproportion avec ceux qui l'avoisinent.

    On nomme aussi gourmands, dans les arbres fruitiers greffés, des rameaux qui poussent au-dessous de la greffe et qu'il faut supprimer.

  • 4Pois gourmands, ou pois goulus, pois dont la cosse est tendre et se mange.

SYNONYME

GOURMAND, GOINFRE, GOULU, GLOUTON. Le défaut commun exprimé par ces termes est celui de manger sans modération. Le gourmand est celui qui aime à manger. Le goinfre est un gourmand dont la gourmandise a quelque chose d'ignoble et de repoussant. Le goulu est celui qui jette dans sa goule ou bouche ce qu'il mange ; il n'y a pas dans ce mot l'idée de plaisir et de discernement en mangeant. Le glouton est celui qui engloutit, et est par conséquent très voisin du goulu.

HISTORIQUE

XIVe s. Et pevent estre diz en francois gloutons et gourmans, Oresme, Eth. 96.

XVe s. C'est la cause pourquoi j'evite D'estre sur le manger gourment, Basselin, III.

XVIe s. Les gourmands font leurs fosses avec leurs dents, H. Estienne, Précell. dans LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 199.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GOURMAND, (Gramm.) il se prend tantôt substantivement, & tantôt adjectivement, & se dit en général d’un animal qui mange avec excès & avec avidité. Voyez ci-après Gourmandise.

Gourmand ou Larron, adj. (Jardin.) se dit d’une branche qui s’échappe & emporte toute la nourriture de l’arbre ; on a grand soin de la retrancher. Voyez Taille. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gourmand »

(1354) Origine obscure.
Son premier sens, « qui mange avec avidité ; qui aime les bons morceaux » fait qu'il est difficile de le rattacher à gourmet (qui a une spécialisation œnologique et ne prend le sens de « gourmand » que beaucoup plus tard) avec un changement de suffixe sous l'influence de friand. Il faut partir de l’étymon groom et du sens de « valet » (→ voir gourmet) et songer à une évolution sémantique comparable à celle que présente goinfre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. gorman ; Berry, gormand. Origine incertaine. Diez le rattache à gourmet (voy. ce mot). Il faut aussi mentionner le celtique : irl. gioraman, glouton, de giorr, se gorger.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gourmand »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gourmand gurmɑ̃

Citations contenant le mot « gourmand »

  • La vie ne vaut d'être vécue sans avoir été gourmand de ce qu'elle offre... De Emmanuel Wathelet
  • Le plus grand outrage que l'on puisse faire à un gourmand, c'est de l'interrompre dans l'exercice de ses mâchoires. De Grimod de La Reynière
  • Parmi dix sortes de confitures et dix sortes de potages, il est permis d'être gourmand d'une seule. De Abu Shakour / Les premiers poètes persans
  • Les gourmands font leur fosse avec leurs dents. De Henri Estienne / De la précellence du langage français
  • D'où, barbe au vent, nous reviens-tu, Septembre, La lèvre humide, amant gourmand, botté, Ceint d'or sur ta jument comme un saint Georges ? De Jean Grosjean / Neuf poètes
  • Personne n’est heureux tout le temps. Ce n’est pas joli d’être gourmand... après, on a mal au coeur. De Henri Jeanson / Paris au mois d'août
  • Les vrais gourmands lisent en remuant les lèvres, pour déguster les mots. De Yvan Audouard
  • Le gourmand creuse sa fosse avec ses dents. Et, avec quoi, le libertin ? De Hyppolyte Domont / Propos de mon village
  • Ne sois pas trop gourmand dans ta quête du bonheur et qu’il ne t’effraie pas. De Lao-Tseu
  • Un amoureux qui ne fait pas lit à part est un gourmand qui coucherait dans son garde-manger. De Pierre Véron
  • Chat gourmand rend la cuisinière avisée. De Proverbe occitan
  • N'est pas gourmand qui veut. De Anthelme Brillat-Savarin / Physiologie du goût
  • Plus on est content, plus on est gourmand de félicité. De George Sand / Les beaux messieurs de Bois-Doré
  • L’âme du gourmand est toute dans son palais. De Jean-Jacques Rousseau
  • A l'écoute de France Bleu Isère, ce mardi, vous gagnez votre panier gourmand composé de 5 produits de notre terroir : de la bière artisanale, du nectar d'abricots, de la confiture, une terrine et de l'huile de noix. France Bleu, A l'occasion du 14 juillet, remportez chaque heure votre panier gourmand sur France Bleu Isère
  • Il s’agit d’un plat à déguster le soir, quand les températures sont assez clémentes. Mais la gourmandise n’a pas de saison… La cuisine : c’est une histoire de plaisir. , Le chou farci du Cantal : un plat gourmand et typique de la cuisine d'antan | Actu Cantal

Images d'illustration du mot « gourmand »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gourmand »

Langue Traduction
Anglais greedy
Espagnol codicioso
Italien avido - ghiotto - goloso
Allemand gierig
Chinois 贪婪
Arabe جشع
Portugais ávido
Russe жадный
Japonais 貪欲
Basque greedy
Corse avido
Source : Google Translate API

Synonymes de « gourmand »

Source : synonymes de gourmand sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « gourmand »

Gourmand

Retour au sommaire ➦

Partager