Avènement : définition de avènement


Avènement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVÈNEMENT, subst. masc.

[S'emploie surtout à propos d'un personnage ou d'un fait important] Action, fait de venir à un état, une situation; résultat de cette action.
A.− POL. [En parlant d'un homme politique et, p. ext., d'un dignitaire eccl., d'une classe sociale, d'un régime, etc.] Action, fait de parvenir au pouvoir suprême :
1. ... ils ne virent point le front de leur souverain : le visage du prince était couvert d'un voile. Quelques personnes ont cru qu'Alexandre, vers la fin de sa vie, s'était fait catholique. Son avènement au trône lui enleva son père; sa descente du trône pensa renverser son empire. Après tant de bruit et de gloire, il ne resta de lui que son cercueil et la bière de sa femme... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 159.
2. 1 L'avènement des modérés : L'avènement des républicains modérés supposait la défaite du boulangisme (1889), le ralliement des catholiques (1890), les menaces, puis les attentats anarchistes (1892, 1893, 1894), la révélation de l'esprit nouveau par Eugène Spuller, l'assassinat du président Carnot, l'élection « réactionnaire » de Jean Casimir-Périer (1894-1895), enfin l'avènement de Félix Faure à la présidence. On se souvient que Félix Faure fut élu sur la désignation explicite de Mgr le duc d'Orléans... Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. 3.
3. − « Il annonce la faillite du monde moderne, l'effondrement du capitalisme! Lui aussi, il pense que la guerre durera jusqu'à l'épuisement de l'Europe. Mais, quand tout aura disparu, quand tout sera nivelé, il prédit l'avènement d'un monde nouveau. Il voit s'élever sur les ruines de notre civilisation quelque chose comme une confédération mondiale, l'organisation d'une grande vie collective de la planète, sur des bases entièrement renouvelées... » R. Martin du Gard, Les Thibault,Épilogue, 1940, p. 899.
HISTOIRE
Droit de joyeux avènement. Droit du souverain à percevoir, lors de son avènement, certaines taxes.
Rem. Attesté ds Besch. 1845, Lar. 19e-Lar. encyclop., Littré.
.Don de joyeux avènement. Don fait au souverain, lors de son avènement (notamment contre reconnaissance de certains privilèges).
Rem. Attesté ds Nouv. Lar. ill., DG, Ac. 1932, Rob., Quillet 1965.
P. ext. Don que fait une personne en accédant au pouvoir, en entrant en fonction dans un poste important :
4. père ubu. − Non! Je ne veux pas, moi! Voulez-vous me ruiner pour ces bouffres? capitaine bordure. − Mais enfin, Père Ubu, ne voyez-vous pas que le peuple attend le don de joyeux avènement? mère ubu. − Si tu ne fais pas distribuer des viandes et de l'or, tu seras renversé d'ici deux heures. père ubu. − Des viandes, oui! De l'or, non! Abattez trois vieux chevaux, c'est bien bon pour de tels sagouins. Jarry, Ubu Roi,1895, II, 6, p. 52.
B.− THÉOL. [En parlant du Christ] Venue au monde du Sauveur. Premier avènement (commémoré à Noël); second avènement (à la fin des temps) :
5. ... voyez venir Jésus-Christ, le Prince de son Ordre aussi, mais de l'Ordre de Sainteté, avec tout l'éclat de cet Ordre, dans son avénement de douceur, humblement, patiemment, et par là même en grande pompe et en prodigieuse magnificence aux yeux du cœur, aux yeux qui voient la Sagesse... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 382.
6. Les Actes des Apôtres sont, sur ce point, très nets. Ouvrez-les, vous y lirez au premier chapitre, ces lignes : − « Ce Jésus qui, en se séparant de vous, s'est élevé jusqu'au ciel, viendra de la même manière que vous l'y avez vu monter. » − Saint Jean annonce aussi cette nouvelle dans l'Apocalypse qui est l'Évangile du second avènement du Christ : − « Le Christ viendra, dit-il, et règnera mille ans. » − Saint Paul ne tarit pas en révélations de cette nature. Dans l'épître à Timothée, il évoque le Seigneur, − « qui jugera les vivants et les morts, au jour de son avènement glorieux de son règne. » − Dans sa deuxième lettre aux Thessaloniciens, il écrit, après la venue du Messie : − « Jésus vaincra l'Antéchrist par l'éclat de son avènement. » Or, il déclare que cet Antéchrist n'est pas encore venu; donc l'avènement qu'il prophètise n'est pas l'avènement déjà réalisé par la naissance à Bethléem du Sauveur. Dans l'Évangile selon Saint Mathieu, Jésus répond à Caïphe qui lui demande s'il est bien le Christ, Fils de Dieu : « Tu l'as dit et même je vous dis que vous verrez après le Fils de l'homme, assis à la droite de la puissance de Dieu et venant sur les nuées du ciel. » − Et, dans un autre verset, l'apôtre ajoute : − « Tenez-vous toujours prêt parce que le Fils de l'homme viendra à l'heure que vous ne pensez pas. » Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 191.
C.− P. ext. [En parlant d'une pers., d'un groupe de pers., d'une chose] Action de venir à l'existence ou de parvenir au premier plan, à la notoriété, à la perfection, etc. :
7. C'est un grand avènement de la Bourgeoisie que Molière, une grande déclaration de l'âme du Tiers état. C'est l'inauguration du bon sens et de la raison pratique, la fin de toute chevalerie et de toute poésie en toutes choses. La femme, l'amour, toutes les folies nobles et galantes y sont ramenées à la mesure étroite du ménage et de la dot. E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 711.
8. ... ce n'était plus ma mère que j'avais sous les yeux, mais ma grand'mère. Comme dans les familles royales et ducales, à la mort du chef le fils prend son titre et, de duc d'Orléans, de prince de Tarente ou de prince des Laumes, devient roi de France, duc de la Trémoïlle, duc de Guermantes, ainsi souvent, par un avènement d'un autre ordre et de plus profonde origine, le mort saisit le vif qui devient son successeur ressemblant, le continuateur de sa vie interrompue. Peut-être le grand chagrin qui suit, chez une fille telle qu'était maman, la mort de sa mère, ne fait-il que briser plus tôt la chrysalide, hâter la métamorphose et l'apparition d'un être qu'on porte en soi... Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 769.
9. − (...) l'humanité se partage en deux espèces distinctes, selon l'idée qu'on se forme de la justice. Pour les uns, elle est un équilibre, un compromis. Pour les autres... − Pour les autres, lui-ai-je dit, la justice est comme l'épanouissement de la charité, son avènement triomphal. Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1094.
PARAD. a) (Quasi-)synon. accession, apothéose, arrivée, couronnement, éclosion, élévation, essor, établissement, progrès, promotion, résurrection, triomphe, venue. b) (Quasi-)anton. abdication, abolition, achèvement, chute, décadence, déchéance, déclin, destruction, disparition, écroulement, perte, renversement.
Rem. Avènement s'écrit avénement ds Ac. 1798-1842, Besch. 1845, Lar. 19e; cf. aussi ex. 5.
PRONONC. ET ORTH. : [avεnmɑ ̃]. Enq. : /avenmã/. Pour la prononc. de la 2esyll. par [ε] ouvert (graph. è accent grave) cf. abrégement.
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1160 « arrivée » terme gén. (Énéas, éd. Salverda de Grave, 3095-96 : Ses depreient molt dolcement Qu'il aient propre avenement), encore au xviiies., Buffon ds Dict. hist. Ac. fr., considéré comme ,,vieilli`` par Littré; 2emoitié xiiies. spéc. p. ell. « venue du Christ sur terre » (Doon de Maience, 9882, A.P. ds Gdf.); 1360-1400 id. « élévation à une dignité suprême (à la couronne notamment) » (Froissart, Chroniques, II, 74 ds Dict. hist. Ac. fr.). Dér. de l'a.fr. avenir « arriver » (advenir*); suff. -ement (-ment1*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 485. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 478, b) 714; xxes. : a) 763, b) 812.
BBG. − Allmen 1956. − Bach.-Dez. 1882. − Baldinger 1950, p. 23. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Cap. 1936. − Dheilly 1964. − Dub. Pol. 1962, passim.Dupin-Lab. 1846. − Foi t. 1 1968. − Marcel 1938. − Noter-Léc. 1912. − Pissot 1803. − Pol. 1868. − Tondr.-Vill. 1968.

Avènement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

avènement \a.vɛn.mɑ̃\ masculin

  1. Venue, arrivée.
    • Si donc l’histoire récom­pense l’abnégation résignée des hommes qui luttent sans se plaindre et accomplissent sans profit une grande œuvre de l’histoire, comme l'affirme Renan, nous avons une raison nouvelle de croire à l’avènement du socialisme. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.330)
    • L’avènement du féminisme, mais d’un féminisme sérieux et familial, sera de toute manière indispensable à la rénovation de nos manières de vivre. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  2. L’élévation à une dignité suprême.
    • Le roi, à son avènement au trône, ou dès qu'il aura atteint sa majorité, prêtera à la Nation, en présence du Corps législatif, le serment d’être fidèle à la Nation et à la loi, d’employer tout le pouvoir qui lui est délégué, à maintenir la Constitution décrétée par l’Assemblée nationale constituante, aux années 1789, 1790 et 1791, et à faire exécuter les lois. — (Constitution française du 3 septembre 1791)
    • Il se laissa imposer le titre de roi des Français sous le nom de Louis-Philippe Ier (7 août 1830). C’était une usurpation audacieuse de la souveraineté nationale; l’avènement de la branche cadette peut être qualifiée un escamotage. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
  3. (Religion) Pour les chrétiens, venue de Jésus-Christ sur terre.
    • Il est né, le divin Enfant,
      Jouez, hautbois, résonnez, musettes;
      Il est né, le divin Enfant;
      Chantons tous Son avènement !
      — (Chant religieux chrétien)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Avènement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AVÈNEMENT. n. m.
Venue, arrivée. Il ne se dit guère que de l'Élévation à une dignité suprême. Le roi, à son avènement à la couronne, donna, etc. À son joyeux avènement. À son heureux avènement. Le pape, depuis son avènement au pontificat... Après son avènement à l'empire. Don de joyeux avènement, Don que l'on faisait au roi lorsqu'il montait sur le trône. En termes de Religion chrétienne, il se dit du Temps auquel le Messie s'est manifesté aux hommes et de Celui où il doit paraître pour les juger. Le premier, le second avènement du Messie.

Étymologie de « avènement »

Étymologie de avènement - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Avec le sens de « arrivée », de avenir avec le suffixe -ment. Cette forme avec accent grave remplaça l’ancienne forme « avénement » lors de la réforme orthographique française de 1878.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « avènement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
avènement avɛnœmɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « avènement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « avènement »

  • L’historien y retrace notre conversion progressive à la culture de consommation. De la création des marques au rôle des médias, en passant par l’avènement des grands magasins et du “shopping”, il remet en perspective des comportements, des institutions et une mentalité devenus normaux, jusqu’à nous faire oublier la possibilité même d’une société affranchie du pouvoir des marchands. Les Inrockuptibles, Comment la bourgeoisie a accéléré l’avènement de la société de consommation
  • "Vous aussi, soyez patients, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche." (Jacques 5:8) /Crédit photo: Cathy Yeulet/ 123Rf Journal Chrétien, "Vous aussi, soyez patients, affermissez vos cœurs, car l’avènement du Seigneur est proche." (Jacques 5:8) - Verset du jour avec commentaire biblique - Journal Chrétien

Traductions du mot « avènement »

Langue Traduction
Corse avventu
Basque etorrerak
Japonais 出現
Russe приход
Portugais advento
Arabe القدوم
Chinois 来临
Allemand advent
Italien avvento
Espagnol adviento
Anglais advent
Source : Google Translate API

Synonymes de « avènement »

Source : synonymes de avènement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « avènement »



mots du mois

Mots similaires