La langue française

Acquiescant

Sommaire

  • Définitions du mot acquiescant
  • Phonétique de « acquiescant »
  • Évolution historique de l’usage du mot « acquiescant »
  • Images d'illustration du mot « acquiescant »
  • Traductions du mot « acquiescant »
  • Synonymes de « acquiescant »
  • Antonymes de « acquiescant »

Définitions du mot acquiescant

Trésor de la Langue Française informatisé

ACQUIESÇANT, ANTE, part. prés. et adj.

A.− Part. prés. de acquiescer*.
B.− Adj. parfois péj. [En parlant d'une pers. ou de ses attitudes] Disposé à acquiescer (avec parfois une nuance de condescendance) :
1. À son habitude, son regard passait au-dessus de ses interlocuteurs, et au coin des lèvres il avait un sourire inexplicable, un mince sourire orgueilleux et acquiesçant. Quand ils se turent, il les regarda avec cette autorité qui exerçait sur eux une sorte de fascination, et le feu secret qui semblait avoir desséché tout son être jetait des flammes par ses yeux. M. Barrès, La Colline inspirée,1913, p. 113.
2. J'avais compris de bonne heure (...) que nos incursions prématurées dans le monde étaient désastreuses. Et elles l'eussent été même pour des artistes arrivés, à moins qu'ils ne se laissent pas éblouir; or Proust me semblait l'être, et il fallait qu'il feignît bien habilement, quand il écoutait, paisible et même acquiesçant, des bourdes énormes, d'onctueuses impertinences. J.-E. Blanche, Mes modèles,1928, p. 105.
3. Je relis avec un grand effort d'attention acquiesçante, Aurélia. Heureux de revenir sur la déception et l'ennui que ce récit poétique m'avait causés à la première lecture, et chaque fois que j'avais tenté de le reprendre. A. Gide, Journal,1942, pp. 131-132.
Rem. Absent de la nomenclature des dict.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 12.

ACQUIESCER, verbe intrans.

Donner un plein assentiment à quelque chose ou à quelqu'un. Acquiescer à qqn, à qqc., aux demandes, aux désirs de qqn.
A.− [Avec un compl. indiquant le signe ou geste d'approbation] Répondre oui avec discrétion à une demande :
1. Le recteur, qui me connaissait déjà de nom, s'empressa, après deux ou trois questions qu'il me fit, d'acquiescer au vœu de la malade et de me céder tout pouvoir. Mais un nuage passa au front de M. de Couaën; ce fut très rapide, et lui-même, il vint, en me serrant convulsivement les mains, me conjurer d'accepter. Ch.-A. Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 244.
2. − Il est magnifique votre verrat! dit Durtal. Et le convers regarda Durtal avec des yeux humides; et il se frotta le cou avec la main, en soupirant. − Cela signifie qu'on le tuera prochainement, dit l'oblat. Et le vieux acquiesça d'un hochement douloureux de tête. J.-K. Huysmans, En route,1895, p. 159.
3. Ma mère reprit : − Tu te fatigues trop à chercher. Il faudra prendre un peu de café avec nous, tout à l'heure. J'acquiesçai d'un sourire. Je ne serai jamais un homme pour ma mère. G. Duhamel, Confession de minuit,t. 1, 1920, p. 149.
4. − « Parle à la sœur, Antoine, parle-lui! Elle t'écoutera, toi! » Il acquiesça d'un « oui » conciliant; puis, sans plus s'inquiéter d'elle, il quitta la pièce. Elle vit les jambes qui s'éloignaient, elle les suivit tendrement des yeux :... R. Martin du Gard, Les Thibault,La Consultation, 1928p. 1059.
5. Et comme je desserrais mon étreinte, il m'écarta pour mieux me regarder : − vous acceptez, n'est-ce pas? répéta-t-il. Je n'acquiesçai que d'un signe de tête. − Ce sera pour demain matin, fit-il. A. Billy, Introïbo,1939, p. 127.
Empl. absol. Même sens :
6. (Haut aux témoins). Vous êtes au courant, n'est-ce pas? Messieurs, du motif de la rencontre? à la vérité, il n'est pas bien grave; mais, pour des gens comme nous, la gravité des causes importe peu. (Les autres témoins s'inclinent pour acquiescer.) G. Feydeau, La Dame de chez Maxim's,1914, p. 70.
7. Elle cherchait ses mots, voyait aussi clair que son mari, parlait plus mal. Elle finit par se rabattre sur ses phrases à lui : − son père trouve qu'il obéit moins qu'il n'acquiesce et ne consent. Il dit aussi qu'il sait bien mépriser. J. Malègue, Augustin ou le Maître est là,t. 1, 1933, p. 65.
8. J'ai horreur de ne pas être de l'avis de celui avec qui je parle (étant donné que je ne parle qu'à des amis) et me fous de mes propres opinions. Je cède aussitôt; j'acquiesce; j'ai envie de demander pardon. Convaincu tout à la fois que j'ai raison et que... Il suffirait de s'entendre. Je remarque qu'on est toujours du même avis quand on a vu la même chose ensemble. A. Gide, Journal,1937, pp. 1261-1262.
B.− Dans un contexte de nature jur.Donner une adhésion tacite ou expresse à un acte. Acquiescer à un jugement, une requête, un édit :
9. Le chancelier de L'Hôpital empêcha malgré les Guise, la cour et l'Espagne, que le tribunal de l'Inquisition fût introduit en France − et c'est pour cela qu'il acquiesça à l'édit de Romorantin, plus sévère pour les protestants qu'il n'eût voulu. A. Chénier, L'Amérique,1794, p. 195.
10. 464. Aucun tuteur ne pourra introduire en justice une action relative aux droits immobiliers du mineur, ni acquiescer à une demande relative aux mêmes droits, sans l'autorisation du conseil de famille. Code civil,1804, p. 86.
11. − Monsieur le comte, dit le maréchal, je vous prie de signer l'autorisation nécessaire à ma nièce, votre femme, pour vendre une inscription de rente dont elle ne possède encore que la nue propriété. − Mademoiselle Fischer, vous acquiescerez à cette vente en abandonnant votre usufruit. H. de Balzac, La Cousine Bette,1847, p. 313.
12. ... il suffit que les contrats soient librement consentis. Il est vrai; mais la difficulté n'est pas pour cela résolue, car, qu'est-ce qui constitue le libre consentement? L'acquiescement verbal ou écrit n'en est pas une preuve suffisante; on peut n'acquiescer que forcé. Il faut donc que toute contrainte soit absente;... É. Durkheim, De la Division du travail social,1893, p. 376.
13. ... il savait bien que, s'il avait acquiescé aux termes de ce marché, il n'aurait accepté l'argent de ce marché, il n'aurait accepté l'argent de Ludwigson qu'en lui remettant chaque mois un nombre de dessins correspondant pour le moins à la somme convenue;... R. Martin du Gard, Les Thibault,La Belle saison, 1923, p. 831.
14. On peut acquiescer à un jugement entaché d'incompétence absolue. Nouveau répertoire de droit, Paris, Dalloz, t. 1, 1962.
Rem. Dans les emplois A et B, acquiescer à une demande est de plus en plus concurrencé par accéder à (cf. ce mot), qui suggère en outre un commencement d'exécution.
C.− Dans le domaine intellectuel et moral.Donner son adhésion par un engagement motivé de tout l'être. Acquiescer à des motifs, opinions, idées. Synon. adhérer, souscrire à :
15. ... car, comme l'a dit un des plus grands philosophes modernes, « quand les hommes ont une fois acquiescé à des opinions fausses, et qu'ils les ont authentiquement enregistrées dans leurs esprits, il est tout aussi impossible de leur parler intelligiblement que d'écrire lisiblement sur un papier déjà brouillé d'écriture ». A.-L.-C. Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie, Idéologie proprement dite, 1801, p. 2.
16. Nous n'entendons pas donner ceci pour une démonstration, ni même pour une induction de l'ordre de celles auxquelles la raison ne peut s'empêcher de céder, mais pour une induction très probable à laquelle on a de bons motifs d'acquiescer;... A. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 166.
17. Hélas! Pourquoi faut-il que cette idée, si lucide au regard de mon esprit, lorsque je raisonne comme on doit raisonner, avec ma tête, et à laquelle j'acquiesce de toute la force de mon être, ne puisse détruire en moi une espèce de souffrance si particulière qui envahit mon cœur, lorsque je me souviens du drame que j'ai traversé, de certaines actions que j'ai voulues, d'autres dont je suis l'auteur, bien qu'indirect? P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 63.
18. C'est pourquoi on peut bien finalement mélanger les expressions qui conviennent à ces moments différents et dire que le vouloir qui acquiesce à des motifs consent aux raisons de son choix;... P. Ricœur, Philosophie de la volonté,1949, p. 454.
Sens affaibli. Synon. de approuver (sans idée de motivation) :
19. ... − la Société des nations, le cartel des gauches, la guerre du Maroc − je n'avais aucune opinion et j'acquiesçais à tout ce qu'il me disait. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 188.
Empl. absol. :
20. Il veut que nous ayons pour lui cet abandon qui acquiesce sans réfléchir et sans interroger. Qui sommes-nous pour lui demander compte de ses desseins, pour sonder ses voies mystérieuses? F.-R. de Lamennais, Lettres inédites... à la baronne Cottu,1834, p. 261.
21. ... chaque pensée, chez lui, se double d'une ombre; il acquiesce avec restriction, mais une restriction qui reste flottante et seulement à demi formulée. Il dit : − évidemment... mais d'autre part... − oui... mais par contre... A. Gide, Journal,1931, p. 1086.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [akjεse](1)ou [-kje]-(2), j'acquiesce [ʒakjεs]. D'apr. Warn. 1968, la prononc. en [ε] ouvert (1) relève du lang. soutenu, la prononc. en [e] fermé (2) du lang. cour. Passy 1914, Harrap's 1963 et Pt Lar. 1968 notent [ε], Dub. et Pt Rob. [e]. Par ailleurs Harrap's 1963 transcrit la 2esyllabe : [-kjε-] et [-kiε]. − Rem. Fér. 1768 transcrit : aki-èsse avec un è moyen, et Fér. Crit. t. 1 1787 transcrit le mot avec [e] fermé (cf. aussi Besch. 1845 et Fél. 1851 qui transcrivent [e], alors que l'ensemble des dict. du xixes. notent [ε]). Enq. : [akie2s]. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : acquiesçant, acquiescement, acquiescence. 3. Forme graph. − À noter que les verbes en -cer prennent une cédille devant a et o. Ex. : il acquiesça, nous acquiesçons.
Étymol. ET HIST. I.− 1. Ca 1327 trans. acquiescer (datif de pers. + inf.) « permettre (à qqn de + inf.) » (J. de Vignay, Mir. hist., 27, 87 [éd. 1531], Delboulle ds Quem. t. 1 1959 : Voyons se il [notre cœur] nous acquiesce toutes les choses qui sont au monde délaisser), attest. isolée; 2. a) terme gén. 1371-1375 intrans., acquiescer a « se soumettre à (qqc.) » (Raoul de Presles, Cité de Dieu, 6, Exp. sur le chap. 1 [1531] id., ibid. : Que toutes fois ceulx contre lesquelz il a disputé veullent obeyr et acquiescer a raison); b) 1341-1409 jur. id. « id. » (Reg. du Châtelet, II, 147 ds Gdf. Compl. : Consideré que, pour ses delis fais et commis, il a autrefois esté bany, et audit ban acquiescé); c) 1687 domaine intellectuel « donner son assentiment à, approuver (une idée, une doctrine) » (La Bruyère, Caractères, éd. 1775, 16 ds Littré : Si l'on me dit que je puis du moins acquiescer à cette doctrine); 3) 1327 emploi abs. « donner son assentiment », terme jur. (J. de Vignay, op. cit., 25, 81, ibid. : En l'élection duquel commë aucuns prins palatins, ne voulsissent acquiescer). II.− 1513 sens étymol. « se reposer » (Lemaire de Belges, Concorde des 2 langages, I ds Œuvres, éd. Stecker, III, 112 ds Hug. : La n'ot on rien, que plaisance et liesse... Tout à soulas s'y deduit et acquiesce), seulement au xvies. Empr. au lat. acquiescere dep. Plaute « se reposer » (Asinaria, v. 326 ds TLL s.v., 422, 61 : placide... rogita, ut adquiescam non vides me ex cursura anhelitum etiam ducere?), d'où II; emploi fig. dep. Cicéron, constr. avec ablatif seul ou in + ablatif : Pro Laelio, 101, ibid., 423, 48 : senes in adulescentium caritate adquiescimus, d'où II; de cet emploi, dès le iers. av. J.-C., celui de « avoir confiance en, donner son assentiment à » (De bello Africo commentarius, chap. 10 § 4 ds TLL s.v., 424, 9 : huic imperatori adquiescebant homines et in eius scientia... omnia sibi proclivia... fore sperabant), qui se développe en lat. chrét. : Itala et Vulgate, I, Tim., 6, 3 : non adquiescit sanis sermonibus Domini, et en lat. jur. : Ulpien, 49, 1, 3, 1, ibid., 424, 20 : quasi adversus ipsos adquieverit sententiae (cf. lat. médiév., 829-876, Dipl. Louis le Germ., 66 ds Mittellat. W. s.v., 122, 24 : acquiescere judiciis), d'où I 2; même sens dans l'emploi abs. (Ulpien, 27, 4, 1, 4 ds TLL s.v., 424, 21 : si reprobata est haec reputatio et adquievit ille; cf. lat. médiév. ca 950-1024 : Thangmar, Vita Bernwardi, 2 ds Mittellat. W. s.v., 122, 38 : rogatus, ne ab eo discederet... acquievit), d'où I 3. Au sens de « permettre de (+ inf.), constr. lat. soit avec ut (dep. Cyprien ds TLL s.v., 122, 34), soit avec inf. (ds TLL s.v., 424, 80 sq; cf. lat. médiév., Lex salica, Merov., Decret. Childerici, 2, 4 ds Mittellat. W. s.v., 122, 32 : forsitam... iudex consenserit et fortasse adquiescat istum farfalium custodire), d'où I 1.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 214.
BBG. − Bailly (R.) 1969. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bonnaire 1835. − Bruant 1901. − Girard 1756. − Guizot 1864. − Hanse 1949. − Laf. 1878. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACQUIESCER. v. intr.
Déférer au désir de quelqu'un. Ils acquiescèrent à ce qu'on souhaitait d'eux. J'acquiesçais aux sentiments, aux volontés d'autrui. Nous acquiesçons à une demande, à une sentence.

Phonétique du mot « acquiescant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acquiescant akkiɛskɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « acquiescant »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « acquiescant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « acquiescant »

Langue Traduction
Anglais nodding
Espagnol cabeceo
Italien cenno del capo
Allemand nicken
Chinois 点头
Arabe الإيماء
Portugais assentindo
Russe кивание
Japonais うなずく
Basque nodding
Corse facennu nulla
Source : Google Translate API

Synonymes de « acquiescant »

Source : synonymes de acquiescant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « acquiescant »

Partager