La langue française

Accueil > Articles > « Ripoliner », « climato-hypocrite » : 10 mots surprenants du débat Le Pen - Macron 2022

« Ripoliner », « climato-hypocrite » : 10 mots surprenants du débat Le Pen - Macron 2022

Le mercredi 20 avril 2022 se tenait en France le débat du second tour de l'élection Présidentielle, opposant Marine Le Pen au Président sortant, Emmanuel Macron. Ce débat de près de trois heures a mis à jour quelques mots qui ont suscité l'intérêt des téléspectateurs.

Nous listons ci-dessous les mots ou expressions qui ont fait l'objet des plus nombreuses recherches sur Internet pendant le débat. De quoi découvrir à la fois des mots d'usage désuet ou bien des mots apparus récemment, voire construits de toute pièce par les candidats. Bonne découverte !

Les 10 mots les plus recherchés par les téléspectateurs pendant le débat

  1. Ripoliner : c'est le mot qui restera de ce débat, après la fameuse « poudre de perlimpinpin » du débat opposant les mêmes protagonistes en 2017. Ripoliner est un verbe qui désigne l'action de peindre quelque chose (un mur par exemple) avec du ripolin, peinture laquée très résistante qui donne un aspect brillant. Au sens figuré, on peut utiliser le verbe « ripoliner » dans le domaine politique, avec le sens de « farder, masquer, rafraîchir une image politique. »
  2. Localisme : la Politique nous a habitué aux mots en -isme, décrivant généralement une idéologie particulière (socialisme, nationalisme, communisme etc.) Cher à Marine Le Pen, le localisme est une doctrine qui consiste à privilégier ce qui est local, tout simplement.
  3. Anathème : expression favorite du Rassemblement national (RN) pour dénoncer ses concurrents, un anathème est à l'origine, dans le domaine religieux, une sentence de malédiction à l'encontre d'une doctrine ou d'une personne jugée hérétique. Par extension, aujourd'hui, un anathème désigne la condamnation, réprobation énergique, le blâme sévère à l'adresse d'une personne, d'un acte, d'une opinion, etc.
  4. Mixité : invitée régulière des débats, inciter (ou non) à la mixité est une ritournelle politique. En effet, ce mot désigne la réunion de personnes, de collectivités, d'origines, de formations ou de catégories différentes. On parle par exemple de mixité culturelle, raciale, sociale etc.
  5. Pérenne : le débat a longtemps porté sur les finances publiques, et de la pérennité des mesures prises pour augmenter le pouvoir d'achat. Une réforme est-elle pérenne ou est-ce simplement un coup de pouce qui s'arrêtera aussitôt, sans effet dans le temps ? Vous l'avez compris, le mot « pérenne » désigne quelque chose qui dure toujours ou depuis très longtemps, qui ne se tarit pas.
  6. Reboutiquer : ce mot est largement passé inaperçu au cours de ce débat, mais a bien été utilisé par Emmanuel Macron. Il est la contraction du verbe « boutiquer » avec le préfixe « re » qui permet d'en signifier le caractère répétitif. « Boutiquer » signifie faire, fabriquer, préparer quelque chose en cachette et souvent à contrecœur.
  7. Finito : voilà un mot qui n'a pas fini d'exciter les réseaux sociaux ! L'emploi de « finito » par le Président de la République a quelque peu surpris, car en apparence d'usage familier. Cependant, le mot « finito » est d'abord issu du vocabulaire juridique. C'est un terme latin usité dans la pratique des notaires, pour exprimer l’arrêté ou état final d’un compte. Par extension, « finito » signifie simplement que quelque chose est terminé, mis à l'amende, abandonné.
  8. Outrecuidance : c'est un des mots favoris du vocabulaire d'Emmanuel Macron. L'outrecuidance désigne la confiance excessive en soi, l'orgueil, la présomption.
  9. Prétérition : une figure de style s'est glissée dans les mots du débat, à notre plus grand plaisir ! La prétérition est une figure de style qui consiste à dire qu'on ne va pas parler d'une chose en le faisant malgré tout. C'est une figure classique très utilisée par le personnel politique.
  10. Climato-hypocrite : finissons avec un néologisme de Marine Le Pen, formé de deux mots : « climat » et « hypocrite », en réponse à son adversaire qui l'accuse d'être « climato-sceptique ». Un climato-hypocrite est donc une personne qui affecte, le plus souvent par intérêt, des opinions favorables à la lutte contre le réchauffement climatique, sans pour autant s'atteler à véritablement lutter contre ce dernier.

Pour aller plus loin :

S'inscrire à notre lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour recevoir tous les nouveaux articles de lalanguefrancaise.com, gratuitement. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.


Laisser un commentaire

Vous devez vous connecter pour écrire un commentaire.

Se connecter S'inscrire

« Ripoliner », « climato-hypocri...

Partager