La langue française

Veine

Définitions du mot « veine »

Trésor de la Langue Française informatisé

VEINE, subst. fém.

I.
A. −
1. ANAT. Vaisseau sanguin dans lequel la circulation se fait de la périphérie vers le cœur. Réseau de veines; inflammation des veines. Pour savoir s'il y a du sucre et de la matière dans le sang de la veine porte ou dans les veines hépatiques, prendre le sang, le traiter par charbon et le faire sécher à une douce chaleur (Cl. Bernard, Notes, 1860, p. 168).Les artères et les veines modifient automatiquement leur calibre. Elles se contractent ou se dilatent sous l'influence des nerfs de leur tunique musculaire (Carrel, L'Homme, 1935, p. 232).
En partic. Veine lymphatique. Vaisseau collecteur de tous les lymphatiques non tributaires du canal thoracique. Le chyle, ou lymphe, contenu dans les chylifères, est un liquide ayant la même composition que le sang, mais qui est dépourvu de globules rouges. La lymphe des chylifères aboutit dans des veines lymphatiques (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 118).
SYNT. Veine cardiaque, carotide, cave, cérébrale, collatérale, communicante, coronaire, dorsale, fémorale, iliaque, jugulaire, latérale, médiane, profonde, pulmonaire, rénale, saphène, superficielle; injection dans une veine; anastomoser, dénuder, ligaturer, ouvrir une veine.
2. Dans le lang. cour. Vaisseau sanguin généralement apparent sous la peau. Veine gonflée, à fleur de peau. Un lacis de veines drues se tordait sur ses mains que n'agitait pas le tremblement habituel aux vieillards (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 321).Il affectait de pouffer entre ses deux longues paumes, le regard un peu faux, le front barré d'une grosse veine bleue (Bernanos, Mauv. rêv., 1948, p. 886).
Expr. et proverbes
S'ouvrir les veines. Se trancher les veines du poignet dans le but de se donner la mort. Au loin, sous quelque véranda d'hôtel, plusieurs mandolines confondues filent un chant mièvre, nostalgique. Écœurante langueur. S'ouvrir les veines dans la douceur d'un bain (Martin du G., Thib., Sorell., 1928, p. 1190).
Se saigner aux/des quatre veines (fam.). V. saigner III B.
Qui voit ses veines, voit ses peines. Les veines saillantes sont le signe d'une vie difficile ou de la vieillesse. (Dict. xixeet xxes.).
B. − Au plur., dans des loc. et expr. Les vaisseaux où circule le sang.
1. Les vaisseaux porteurs du sang, comme symbole de la vie, de la santé, des émotions. Sang qui bout, qui se fige, qui s'arrête dans les veines; avoir du feu, du vif-argent dans les veines; colère, désir, jeunesse qui court dans les veines; sang qui se retire des veines; n'avoir plus une goutte de sang dans les veines. À ces paroles foudroyantes, je sentis tout mon sang se glacer dans mes veines (...), je me crus environné des ombres du trépas (Genlis, Chev. Cygne, t. 2, 1795, p. 104).Le sang lui bouillonnait dans les veines, de colère, de désir refoulé (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 21).
P. métaph. La Flandre avait assez donné au monde. Sa vie confuse, épaisse et riche, sa vie gonflée de sang, de sucs, ivre de force, suante d'odeurs fécondes, avait fait passer son esprit, par Rubens, dans les veines de l'avenir (Faure, Hist. art, 1921, p. 30).
2. Les vaisseaux porteurs du sang, comme symbole de la force, de l'audace. N'avoir rien, pas de sang dans les veines; avoir du jus de citrouille, du sang de navet dans les veines. T'es pas un homme. T'as du sang de poulet dans les veines (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Trou, 1886, p. 580). Nous avons trois enfants qui n'ont pas de sang dans les veines et qui n'ont même pas ce que j'appelle un fond de santé (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 41).
3. Les vaisseaux porteurs du sang, comme symbole de la naissance, de l'appartenance sociale, culturelle. Avoir du sang de marin dans les veines; avoir dans les veines du sang de courtisan, de bohémien, du sang indien. J'ai du sang de soldat dans les veines, moi! Je n'aime rien tant que la gloire! (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 449):
1. Montrer un jeune paysan qui joue de la flûte sur le dos d'un buffle et chemine ainsi à travers la montagne encore emmitouflée dans les brumes de l'aube, on peut faire cela avec des bouts de fer, si l'on a dans les veines mille ans de civilisation, comme les Chinois qui faisaient, aux environs de 1650, des paysages de métal. Green, Journal, 1941, p. 173.
C. − P. anal. Voie de circulation. Sous tant de noms divers, ce n'étaient toujours que deux rues, mais les deux rues mères, les deux rues génératrices, les deux artères de Paris. Toutes les autres veines de la triple ville venaient y puiser ou s'y dégorger (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 141).Si le Canal de Suez est une veine maîtresse du commerce mondial (...), c'est parce que la route des Indes représente l'aorte de l'univers (Morand, Route Indes, 1936, p. 6).
II.
A. −
1. PÉDOL. Zone allongée et étroite de matière différente, par sa composition, du terrain ou de la roche environnante. Veine de terre, de chaux. On observe dans ces contrées une foule de veines de quartz (Élie de Beaumontds B. Sté géol. Fr., t. 4, 1847, p. 62).Ils choisirent non loin un coin propice, dans une veine d'argile, derrière un relief, à l'abri du grand vent et du grand soleil (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 148).
MINES. Filon étroit de charbon ou de minerai. Exploiter une veine; veine étroite, riche; veine d'argent, de charbon. C'est parfois à plusieurs centaines de mètres de profondeur qu'il faut chercher les veines de houille sous les marnes et conglomérats crayeux qui les recouvrent (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 71).
Taper à la veine. Toute la matinée, le vide du buffet, la maison sans café et sans beurre, l'avait tracassé (...) pendant qu'il tapait à la veine, suffoqué au fond de la taille (Zola, Germinal, 1885, p. 1227).
2. HYDROGRAPHIE. Veine d'eau. Filet d'eau qui coule sous terre ou à fleur de terre. Il regardait à terre les veines d'eau, les pointes des pierres, les bancs d'une légère vase, brillante de mica (Pourrat, Gaspard, 1931, p. 254).Sous cette parure souvent épineuse, elle recompose [la terre] en silence ses couches d'humus nourricier et ses veines d'eau (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 85).
B. − Filet coloré et sinueux formant un dessin dans le bois, le marbre, les pierres dures. Veine du granit, du jaspe, d'un camée, d'un galet; veine de l'orme, du noyer. Les carrières de Carysto, en Eubée, sont abandonnées, mais non pas épuisées. Elles fournissaient dans l'Antiquité un beau marbre cipollin dont les veines imitent la couleur et l'ondulation des vagues de la mer (About, Grèce, 1854, p. 158).
P. anal. Dessin fin et coloré dans une matière. Les plus riches ornements d'une fleur de serre, les veines nacrées d'un orchis, le velours tendre qui borde les ailes d'un papillon (Taine, Notes Paris, 1867, p. 158).Aux effluves du camembert crémeux et du bleu d'Auvergne odorant, marbré de veines, de la bouteille poudreuse (...) le Chanoine s'échauffait (Arnoux, Zulma, 1960, p. 52).
C. − BOTANIQUE
1. ,,Nervure d'une feuille`` (Forest. 1946).
2. Veine résineuse, de résine. ,,Accumulation locale et excessive de résine sous forme de veine, se présentant dans le bois de certains conifères`` (Forest. 1946).
D. − PHYS. Veine fluide. Jet de gaz ou de liquide qui s'échappe d'un récipient par une étroite ouverture. Lorsqu'elles sont sorties du vase [les molécules], elles conservent encore, en partie, ces directions; ce qui produit un rétrécissement dans la largeur de la veine fluide, qui subsiste jusqu'à une certaine distance de l'orifice (Poisson, Mécan., t. 2, 1811, p. 459).
En partic. Veine gazeuse, liquide. Pour que le tirage d'une cheminée ne soit pas influencé d'une manière fâcheuse par l'action des vents, il faut une assez grande puissance vive de la veine gazeuse à la sortie (Ser, Phys. industr., 1888, p. 615).Les applications de l'électrophorèse ont été innombrables depuis l'électrophorèse en veine liquide décrite par Tiselius (Privat de Garilhe, Acides nucl., 1963, p. 40).
III.
A. − Inspiration artistique. Veine dramatique, poétique, théâtrale; veine ludique, créatrice. À trente-huit ans seulement, il [Collé] trouva sa veine; il fit sa première comédie (...) et il devint le divertisseur en vogue du comte de Clermont (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 7, 1864, p. 365):
2. ... à l'âge où il était parvenu, Barrès, bien qu'il cédât à des convictions sincères et même passionnées, n'aurait pu se passer des grands thèmes que lui fournissaient les cimetières de sa Lorraine. Je m'obstinais à ne voir dans ses ouvrages de cette veine que des chefs-d'œuvre de patience froide. Mauriac, Écrits intimes, Renc. Barrès, 1945, p. 77.
Être en veine, dans une (bonne) veine. Être inspiré dans une œuvre, un discours. Plus de vanité que d'envie d'être utile dans vos instructions. Vous parlez trop quand vous croyez être en veine et pouvoir bien parler (Michelet, Journal, 1820, p. 81).J'aurais tant de choses à vous dire sur mon travail que je ne vous en dirai rien. Je ne suis pas pour le moment dans une veine heureuse, je barbote et me ronge (Flaub., Corresp., 1866, p. 251).
En partic. Inspiration caractéristique d'un style, d'une époque, d'un créateur. Veine baroque, païenne. Dirai-je (...) qu'il y a dans Mmede Sévigné une veine de Rabelais? (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 1, 1861, p. 294).
B. − Disposition d'esprit, inclination, humeur. Nous le fîmes approprier [le cloître], pour l'amour du christianisme dont les allures sentimentales et la discipline satisfont notre veine d'ascétisme et d'énervement (Barrès, Homme libre, 1889, p. 33).
En veine de + subst. ou inf.Enclin, disposé à. En veine d'aventures, de folies, de taquineries; en veine de compliments, de confidences, d'enthousiasme, d'esprit de création, de grossièretés, d'indulgence; en veine de se confier, de discuter, de professer. En toutes circonstances, en veine de repentir comme en veine de débauche, il entassait mensonges sur mensonges, d'une manière fort habile (Reider, MlleVallantin, 1862, p. 214).Le lieutenant Grappa en veine d'amabilité m'invita, par exception, à venir prendre le café chez lui (Céline, Voyage, 1932, p. 192).
C. − Chance, fortune.
1. Vieilli. Bonne, heureuse, mauvaise veine. Une veine plus favorable s'ouvrit pour lui [Restif] en 1764; un de ses amis lui fit avoir la place de prote chez Guillau, rue du Fouarre (Nerval, Illuminés, 1852, p. 247).
En interj. Synon. chic, chouette2(fam.).Monsieur Lepic: Tu ôteras ça demain, nous reviendrons. Poil de Carotte: Veine! Pourvu qu'il fasse beau! (Renard, Poil Carotte, 1894, p. 77).Veine! Ce vieux normalien racorni rythme la musique de Rameau avec sa tête (...) et paraît enchanté (Colette, Cl. école, 1900, p. 153).
En compos. Porte-veine. V. porte-.
2. Mod. Synon. arg. pop. bol2, pot1; anton. déveine, malchance.Avoir de la veine, un coup de veine, une sacrée veine; avoir de la veine à (en) revendre; avoir de la veine dans son malheur; avec deux sous de veine; ce n'est pas de veine; ne pas avoir de veine; c'est bien ma veine. Soudain, le petit point noir qu'on attendait: un avion boche. Le reste, c'était une question de sport et de veine. Tout pouvait être réglé en vingt minutes, retour au terrain compris (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 258).
Expressions
(Être) en veine. (Être) dans une période de chance, de réussite. Romero est si peu en veine, ce soir, que je suis forcé de jouer contre mon propre argent, afin de compenser mes pertes (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 293).
Il n'y a de la veine que pour la crapule, la canaille. Il n'y a que les gens malhonnêtes qui ont de la chance. Il n'y a de la veine que pour la canaille, on a bien raison de le dire (Courteline, Vie mén., Peur des coups, 1895, p. 175).
Une veine de cocu, de pendu, de + subst. à connotation péj.Chance insolente. J'avais pour me trouver dans des cas de ce genre une espèce de veine de chacal (Céline, Voyage, 1932, p. 460).Ce Respellière a une veine de cocu! (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 39).
[Dans une exclam.] Chance exceptionnelle, extraordinaire. Aussitôt installé dans le train, il se disait: Mon Dieu quelle veine! me voici libre! (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 10). ll n'y a pas eu de contrôle. À Lyon j'ai changé de train. Tu en as de la veine! (...) Les Boches deviennent négligents (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 279).
REM.
Vein(o)-,(Vein-, Veino-) élém. formanttiré du subst. veine, entrant dans la constr. de termes de méd. Souvent en concurrence avec l'élém. formant phléb(o)-.a)
Veinectomie, subst. fém.,,Phlébectomie`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
b)
Veinite, subst. fém.Irritation de l'endothélium veineux, provoquée par certaines substances médicamenteuses. La veinite est à distinguer de la phlébite (Man.-Man. Méd. 1980).
c)
Veinographie, subst. fém.,,Phlébographie`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
d)
Veinosité, subst. fém.,,Petite veine visible à travers la peau`` (Man.-Man. Méd. 1980).
e)
Veinotomie, subst. fém.,,Phlébotomie`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
f)
Veinotonique, subst. masc. et adj.(Médicament) qui améliore la tonicité des parois veineuses. Les veinotoniques sont employés dans les insuffisances veineuses, notamment dans le traitement des varices (Méd. Biol. t. 3 1972).
g)
Veinotrope, subst. masc. et adj.(Médicament) utilisé comme protecteur veineux. On appelle vasculotropes, les produits veinotropes et les protecteurs capillaires (Touit.-Perl.1976).
Prononc. et Orth.: [vεn]. Voy. longue ds Passy 1914, Grammont Prononc. 1938, p. 38, Buben 1935, p. 50. Homon. vain, au fém. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1160 orinal (var. orguenal) voine « artère du cou; trachée artère » (Enéas, éd. J. J. Salverda de Grave, 3653; cf. aussi Romania t. 21, p. 293) sens att. sous les formes veine orgenal (xiie-xiiies.) et veine original (xive-xves.); ca 1174 veine « vaisseau sanguin, artère » (Chroniques des Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 17126); ca 1200 maistre voine « aorte » (Chevalerie Vivien, éd. A. Terracher, 1526); 1256 vainne du chief, du cuer, du foie, etc. « veine céphalique du bras, médiane du pli du coude, basilique du coude, etc. » (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, gloss.); cf. aussi 1314 (Chirurgie d'Henri de Mondeville, éd. A. Bos, gloss.); b) xiiies. estre seigniez de vaine « avoir été saigné à une veine » (Renart, éd. Fukumoto, Harano et Suzuki, 5366); dernier quart du xives. se faire saignier... la voine (Romania t. 15, p. 184, 34); 1552 ouvrir la veine « pratiquer une saignée » (Estienne ds FEW t. 14, p. 226b); 2. bouch. 1863 « chez le bœuf, protubérance graisseuse à proximité de la poitrine » (Littré, s.v. avant-cœur); cf. ca 1268 hapax vainne « panse du cheval » (Claris et Laris, éd. J. Alton, 10121); 3. 1212 de noble veine « de noble origine » (Angier ds Anglo-Norman Dictionary, éd. W. Rothwell, London, 1992); ca 1461 tirer qqc. des veines de son pere « hériter quelque chose par naissance » (Chastellain, Chroniques, 4, 313, 2 ds Heilemann Chastellain); 4. 1574 le sang me gele dans mes veines « je suis frappé d'effroi » (Garnier, Cornélie, II, vers 403-4 ds Quem. DDL t. 28, s.v. sang); 1636 le sang se glace dans mes veines « id. » (Tristan, Mariane, I, 3, vers 108, ibid.); 1624 ce peu de sang qui me boût dans les veines « le peu de force qui me reste » (Hardy, Didon, II, 3, vers 501-2, ibid., t. 25, s.v. sang); 1676 son vieux sang bouillonne encor dans ses veines « il est plein de vigueur créatrice en dépit de son grand âge » (Corneille, Au roi ds Littré); 1694 quand le sang bout (est glacé) dans les veines « dans la jeunesse (la vieillesse) » (Ac.); 1694 le sang lui bout dans les veines « il a des mouvements d'impatience et de colère » (ibid.); 5. 1155 veine « jet (d'eau); conduit d'une source » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 13779); xiiies. la mestre veine « le courant principal (d'un fleuve) » (Pescheor de Pont seur Saine ds Nouv. Rec. Complet des Fabliaux, éd. W. Noomen, 28, 78); 6. ca 1265 vaine « filon de métal dans le sol » (Brunet Latin, Tresor, éd. Fr. J. Carmody, I, 105, 3); 7. a) 1remoit. xiies. veine « raie dans une pierre précieuse » (Lapidaires anglo-norm., éd. P. Studer et J. Evans, FF 887); 1690 « endroit où une pierre, un bois est faible et peut se briser plus facilement » (Fur.); b) ca 1393 « côte du chou » (Menagier, éd. G. E. Brereton et J.-M. Ferrier, 203, 22); 1636 « nervure d'une feuille » (Monet); 8. ca 1165 estre tochié de la veine de « être mû par telle ou telle inspiration » (Troie, éd. L. Constans, 15180); 1540 veine « inspiration poétique » (Salel, Œuvres, éd. H. H. Kalwies, 328; cf. aussi Marot ds Littré); 1636 veine poétique (Monet); 1798 être en veine « être inspiré » (Ac.); 9. ca 1230 estre pris en bone vaine « se trouver dans une disposition d'esprit bienveillante » (Guillaume de Lorris, Rose, éd. F. Lecoy, 3195); 2emoit. xives. n'avoir vaine qui ne tende a « aspirer fortement à (l'honneur) » (Brun de la Montaigne, éd. P. Meyer, 3126); 1508 n'avoir vaine qui y tire « n'avoir aucune envie de faire quelque chose » (Eloy D'Amerval, Deablerie, éd. Deschaux et Charrier, 13406); 1640 trouver la veine « découvrir le secret d'une affaire » (Oudin Curiositez); 1672 trouver une bonne veine « découvrir le secret d'une affaire, ce qui l'explique » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 500); 1689 « être dans une mauvaise veine de santé » « être indisposé » (Id., ibid., t. 3, p. 497); 1740 être tombé sur une bonne veine « avoir été favorisé par la chance » (Ac.); 1798 être en veine de bonheur « réussir dans tout ce qu'on entreprend » (Ac.); 1801 être en veine « gagner continuellement au jeu » (A. Gouffé, La Bouillotte, in Les Dîners du Vaudeville, no43, germinal an 9, p. 16 ds Quem. DDL t. 19); 1832 avoir la veine « gagner continuellement au jeu » (Raymond). Du lat. vena « veine; filon de métal; canal d'eau naturel; veine du bois, de la pierre; veine poétique, inspiration » qui désigne aussi au plur. « le siège de la vie; le cœur, le fond d'une chose; l'essentiel ». Fréq. abs. littér.: 2 253 (veine-cave: 74; veine-porte: 20). Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 896, b) 3 866; xxes.: a) 3 223, b) 2 246.
DÉR. 1.
Veinette, subst. fém.a) Peint. Brosse que les peintres emploient pour imiter les veines du bois ou du marbre. (Dict. xixeet xxes.). b) Petite veine. α) [Corresp. à supra I] Les veinettes bleutées qui barraient les tempes de Kayl (J. Cordelier, La Passagère, 1981, p. 226 ds Rob. 1985). β) Mines. [Corresp. à supra II A] ,,Petit filon`` (Lar. Lang. fr.). En partic. ,,Couche de charbon trop mince pour être exploitée`` (Lar. Lang. fr.). [vεnεt]. 1resattest. a) 1remoit. xiies. veinetes « petite veine » ici dans une pierre précieuse (Lapidaire agn., éd. P. Studer-J. Evans, I, 754), à nouv. 1611 veinette (Cotgr.), en partic. 1776 wall. « petit filon » (Morand, Art d'exploiter les mines de charbon,393-397 ds Brunot t. 6, p. 398), b) 1876 « brosse plate utilisée par les peintres pour imiter les veines du bois » (Chabat t. 2); de veine, suff. -ette (v. -et*).
2.
Veinure, subst. fém.a) Dessin formé par les veines du bois ou du marbre. Synon. marbrure, veinule.Ces veinures, ces bigarrures de coloration qui, dans certaines roches, dans certains marbres, révèlent des différences d'origine, d'âge, de « formation » (Proust, Swann, 1913, p. 186).b) ,,Aspect de la pâte fromagère qui présente des veines, c'est-à-dire des fissurations tourmentées et colorées par le bleu`` (Auss. Roquefort 1984). [vεny:ʀ], [ve-]. 1reattest. 1913 (Proust, loc. cit.); de veine, suff. -ure1*.
BBG.Quem. DDL t. 19, 25, 28.

Wiktionnaire

Nom commun

veine \vɛn\ féminin

  1. (Anatomie) Vaisseau qui ramène le sang au cœur.
    • Veine cave.
    • Il s’est rompu une veine.
    • On lui a ouvert la veine.
  2. (Par extension) Surtout au pluriel, Tout vaisseau sanguin.
    • Le sang qui coule dans ses veines.
    • (Figuré) L’âge où le sang bouillonne dans les veines, où le sang est glacé dans les veines, La jeunesse, la vieillesse.
    • Le sang lui bout dans les veines se dit d’un Jeune homme ardent, fougueux, dans la première vigueur de l’âge.
    • Il n’a plus une goutte de sang dans les veines, se dit d’un homme saisi d’effroi, d’épouvante, d’horreur ou de quelqu’un extrêmement anémique.
    • Cet homme n’a pas de sang dans les veines, il n’a aucun courage, aucun sentiment de fierté.
    • Tant que le sang, tant qu’un reste de sang coulera dans mes veines, aussi longtemps que je vivrai.
  3. (Botanique) Nervure de la feuille.
    • On remarque sur la surface des feuilles, des veines ou des stries formées par plusieurs vaisseaux réunis. — (August Johann Georg Karl Batsch, Botanique pour les femmes et les amateurs des plantes, traduction de Jean-François de Bourgoing, 1799, page 26)
  4. Marques longues et étroites qui vont en serpentant dans le bois, dans les pierres dures.
    • Ces fonts baptismaux étaient faits d’une espèce de marbre rouge, marqueté de plusieurs veines de diverses couleurs; ce marbre avait été tiré d'une marbrière située au-dessus de Maxainville, […]. — (Augustin Calmet, Notice de la Lorraine, 1756, Lunéville : Mme George, 1840, vol.2, p. 165)
    • Le bois de noyer a de très belles veines.
  5. (Géologie) Filon d’un dépôt long et mince.
    • Enfin le calcaire de cet étage contient çà et là des veines de lumachelle non gélive et très-recherchée pour les constructions. — (A. Leymerie, Statistique géologique et minéralogique du département de l’Aube, Troyes : chez Laloy, Paris : chez J.B. Baillière, etc., Londres : chez H. Baillière, 1846, p. 462)
    • Veine d’or, d’argent Veine de soufre, de houille, de sel gemme.
    • Veine d’eau, petite source qui court sous terre.
    • Il y avait autrefois une veine d’eau en ce endroit, mais elle est tarie.
  6. (Figuré) (Familier) Heureuse rencontre, heureux hasard, chance.
    • […], je me mets à songer à mon pauvre vieux bougre de père qui n’a vraiment pas de veine avec sa progéniture. Il avait déjà un fils qui mangeait la grenouille. Il va apprendre, un de ces jours, que son autre enfant est un maître chanteur. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 229)
    • Cet homme est tombé sur une bonne veine.
    • Il est en veine de bonheur.
    • Il est dans une bonne veine.
    • Il a su profiter de la veine.
  7. (Figuré) Génie poétique, talent pour la poésie.
    • La veine galante se développe en effet et se raffine dans les récits anciens de type monogatari, […]. — (L’Aube au printemps, traduit et présenté par André Geymond, édition Picquier, 2012, page 8)
    • Il a une veine noble et féconde.
    • Sa veine est tarie.
  8. (Par analogie) Voie de circulation, artère.
    • Sous tant de noms divers, ce n’étaient toujours que deux rues, mais les deux rues mères, les deux rues génératrices, les deux artères de Paris. Toutes les autres veines de la triple ville venaient y puiser ou s’y dégorger. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 141)
    • Si le Canal de Suez est une veine maîtresse du commerce mondial (...), c’est parce que la route des Indes représente l’aorte de l’univers. — (Paul Morand, La route des Indes, 1936, Plon, p. 6)

Forme de verbe

veine \vɛn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe veiner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe veiner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe veiner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe veiner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe veiner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

VEINE. n. f.
Vaisseau qui ramène le sang au cœur. Veine cave. Veine jugulaire. Veine porte. Il s'est rompu une veine. Ouvrir la veine, Saigner. On lui a ouvert la veine.

VEINE se dit, par extension, surtout au pluriel, de Tout vaisseau sanguin. Le sang qui coule dans ses veines. S'ouvrir les veines, Faire couler son sang pour se donner la mort. Sénèque se fit ouvrir les veines. Fig., L'âge où le sang bouillonne dans les veines, où le sang est glacé dans les veines, La jeunesse, la vieillesse. Fig., Le sang lui bout dans les veines se dit d'un Jeune homme ardent, fougueux, dans la première vigueur de l'âge. Par exagération, Il n'a plus une goutte de sang dans les veines se dit d'un Homme qui est saisi d'effroi, d'épouvante, d'horreur. Il se dit aussi de Quelqu'un qui est extrêmement anémique. Fig., Cet homme n'a pas de sang dans les veines, Il n'a aucun courage, aucun sentiment de fierté. Tant que le sang, tant qu'un reste de sang coulera dans mes veines, Aussi longtemps que je vivrai.

VEINE se dit encore des Marques longues et étroites qui vont en serpentant dans le bois, dans les pierres dures. C'est un bois qui est rempli de veines. Le bois de noyer a de très belles veines. Le lapis a des veines d'or. Les veines du marbre. En termes de Géologie, il se dit d'un Filon d'un dépôt long et mince. Veine d'or, d'argent Veine de soufre, de houille, de sel gemme. Veine de marbre, de sable, de glaise. Veine riche, abondante. Veine d'eau, Petite source qui court sous terre. Il y avait autrefois une veine d'eau en ce endroit, mais elle est tarie. Fig. et fam., Cet homme est tombé sur une bonne veine, Il a fait une heureuse rencontre. Il est en veine de bonheur. Il est dans une bonne veine. Il a su profiter de la veine. Fig., Veine poétique et absolument Veine, Génie poétique, talent pour la poésie. Il a une veine noble et féconde. Sa veine est tarie. Il est en veine, Il est dans une disposition d'esprit favorable au travail de la poésie, de l'éloquence, de l'art.

Littré (1872-1877)

VEINE (vè-n') s. f.
  • 1Petit canal qui ramène au cœur le sang distribué par les artères dans toutes les parties et devenu noir en cette distribution. Veine cave. Veine jugulaire. Grosse veine Petite veine. Dégorger par des sangsues les veines hémorrhoïdales. Exciser les veines variqueuses.

    On lui a ouvert la veine, on l'a saigné. Il fallait imiter [lors de la Saint-Barthelémy] les chirurgiens experts, qui, pendant que la veine est ouverte, tirent du sang jusques aux défaillances pour nettoyer les corps cacochymes de leurs mauvaises humeurs, Naudé, Coups d'État, p. 171.

    Veine porte, voy. PORTE 2.

    Terme de maréchal. Barrer la veine à un cheval, la couper, ou la lier dessus et dessous, pour arrêter le cours de quelque humeur.

    Fig. Barrer la veine, couper court à… Portland parla à Torcy du renvoi [de Jacques hors de France] ; Torcy n'en fit point à deux fois, et lui barra tout aussitôt la veine, Saint-Simon, 54, 148.

    Veine artérieuse, ancien nom de l'artère pulmonaire. La veine artérieuse qui a été ainsi mal nommée, pour ce que c'est en effet une artère, laquelle, prenant son origine du cœur, se divise en plusieurs branches qui vont se répandre partout dans les poumons, Descartes, Méth. v, 5.

  • 2En général, tout vaisseau, veine ou artère, contenant du sang. Tel Sophocle à cent ans charmait encore Athènes, Tel bouillonnait encor son vieux sang dans ses veines, Corneille, au roi, 1676. Je sens de veine en veine une subtile flamme Courir par tout mon corps, sitôt que je te vois, Boileau, Longin, Subl. VIII. Juste ciel ! tout mon sang dans mes veines se glace, Racine, Phèdre, I, 3. Dans ses veines lui-même il portait son trépas [il était empoisonné], Voltaire, Fanat. v, 1. Un malade qui, tombé dans le délire, s'ouvre les veines et perd dans sa fureur son sang avec ses forces, Raynal, Hist. phil. I, 13.

    Fig. Véritablement, il n'était pas besoin… de tirer du sang de toutes les veines de l'État par tant de nouveaux édits, Guez de Balzac, liv. II, Lett. 3.

    Tant que le sang, tant qu'un reste de sang coulera dans mes veines, aussi longtemps que je vivrai. Tant qu'un reste de sang coulera dans mes veines, Racine, Iphig. IV, 6.

    Fig. L'âge où le sang bout, bouillonne dans les veines, où le sang est glacé dans les veines, c'est-à-dire la jeunesse, la vieillesse. Ceux à qui la chaleur ne bout plus dans les veines, En vain dans les combats ont des soins diligents ; Mars est comme l'Amour : ses travaux et ses peines Veulent de jeunes gens, Malherbe, II, 12.

    Le sang lui bout dans les veines, se dit d'un homme ardent, fougueux.

    Par exagération. Il n'a pas une goutte de sang dans les veines, se dit d'un homme saisi d'épouvante, d'horreur.

    Familièrement. Cet homme n'a pas de sang dans les veines, il n'a pas de courage.

    Fig. Il n'a veine, il n'a nulle veine qui y tende, se dit d'une personne qui n'a nulle disposition, nulle inclination pour quelque chose. Vous m'avez trompée sur Mme la duchesse du Maine dans l'article principal qui est celui de la piété : elle n'a veine qui y tende, Maintenon, Lett. à Mme de Brinon, 27 août 1693.

    Se faire ouvrir les veines, supplice chez les Romains ; on incisait les vaisseaux aux bras et aux jambes, et le patient mourait d'hémorrhagie.

  • 3 Fig. Veine poétique, ou, absolument, veine, disposition naturelle à la poésie qui donne de la facilité pour faire de bons vers. Je me trouve un peu incommodé de la veine poétique, par la quantité de saignées que j'y ai faites ces jours passés, Molière, Préc. 12. Tous les poëtes laissèrent couler leur veine, bonne ou mauvaise, et l'accablèrent de louanges, La Fayette, Mém. cour de Fr. Œuv. t. II, p. 379, dans POUGENS. Je vais de toutes parts où me guide ma veine, Sans tenir en marchant une route certaine, Boileau, Disc. au roi. Saint-Amant n'eut du ciel que sa veine en partage, Boileau, ib. I. Rare et fameux esprit dont la fertile veine Ignore en écrivant le travail et la peine, Boileau, ib. II. Mais je connais bientôt que ma veine glacée…, Chaulieu, Retraite. Et quelques vers échappés à ma veine, Nés sans dessein et façonnés sans peine, Pour l'avenir ne m'engagent à rien, Gresset, Épître à ma muse.

    Il est en veine, il est dans une disposition favorable à la poésie, à la composition. On l'applaudit, l'auteur était en veine, Béranger, Dauph.

    Il s'est dit au pluriel. Ô pauvre comédie, objet de tant de veines, Si tu n'es qu'un portrait des actions humaines…, Corneille, Gal. du pal. I, 7.

  • 4 Poétiquement. Intérieur, centre. Des veines d'un caillou qu'il frappe au même instant, Il fait sortir un feu qui pétille en sortant, Boileau, Lutr. III.
  • 5 Terme de géologie. Partie longue et étroite de terre, de roche, d'une qualité ou d'une couleur différente de celle qui l'entoure. M. Bowles rapporte que, dans le terrain de la Nata en Espagne, il y a une veine de quartz qui sort de la terre, s'étend à plus d'une demi-lieue et se perd ensuite dans la montagne, Buffon, Min. t. I, p. 51.

    Terme rural. Veine de terre, portion de terre, souvent plus longue que large, d'une nature différente de celle qui l'environne. Les racines se détournent d'un obstacle ou d'une veine de mauvais terrain pour aller chercher la bonne terre, Buffon, Hist. anim. ch. 1.

  • 6Endroit d'une mine où se trouve le minéral. Veine d'argent. Veine de soufre. Veine riche, abondante. Un chercheur de mines crut, ou fit accroire avoir trouvé beaucoup de veines d'or dans les Pyrénées, Saint-Simon, 168, 266. M. Genneté a donné l'énumération de toutes les couches ou veines de charbon de la montagne de Saint-Gilles au pays de Liége, Buffon, Min. t. II, p. 236. Les filets de minerai qui parcourent cette gangue et les filons très minces portent souvent le nom de veine, Brongniart, Traité de min. t. I, p. 283.

    Terme de houilleur. Ouvrier à la veine, celui qui extrait le charbon de la couche.

    Fig. Cet homme est tombé sur une bonne veine, il a rencontré heureusement.

  • 7 Par une métaphore tirée de la veine qu'on rencontre dans les exploitations, chance bonne ou mauvaise. Nous avons trouvé une bonne veine, et qui nous explique bien une querelle que vous eûtes une fois…, Sévigné, 4 mai 1672. Mme de la Fayette… est dans une mauvaise veine de santé, Sévigné, 4 févr. 1689. J'ai, depuis quelque temps, essuyé bien des peines, Enfin la chance tourne : il est d'heureuses veines, Collin D'Harleville, Optimiste, v, 13.

    Absolument. Suite de chances favorables. Il est en veine. Il profite de sa veine.

    Être en veine de bonheur, réussir dans tout ce qu'on entreprend.

    Il se dit quelquefois au pluriel pour chances. Il vivait sans se contraindre, selon ses veines et ses boutades de nature, Sainte-Beuve, Moniteur, 27 oct. 1856.

  • 8Veine d'eau, filet d'eau qui coule sous terre. Cette grande fertilité vient de ces deux fleuves qui, par des veines d'eau, humectent le terroir, Vaugelas, Q. C. v, 1. En une infinité d'endroits de la terre, il court des veines d'eau qui ont effectivement quelque rapport avec le sang qui coule dans nos veines, Fontenelle, Couplet.
  • 9Veine fluide, nom que porte, en hydraulique, la colonne liquide qui sort par un orifice à minces parois.

    Contraction de la veine fluide, rétrécissement, à la sortie, du jet d'un liquide qui s'écoule d'un vase par une petite ouverture.

  • 10Marque longue et étroite qui va en serpentant dans le bois et dans les pierres dures. Les veines du noyer. Les veines vertes qui se rencontrent dans le marbre Campan, sont dues selon M. Bayen, à une matière schisteuse, Buffon, Min. t. II, p. 42.

    Terme de relieur. Raies colorées de la reliure. On ne doit poser les veines d'or que lorsque la couverture est dorée, Manuel du relieur, p. 169.

  • 11Nom des nervures des feuilles, qui partent de la nervure principale et se ramifient dans le limbe.
  • 12 Terme de boucherie. Voy. AVANT-CŒUR.
  • 13Veine de Médine, la filaire.

    PROVERBE

    Qui voit ses veines voit ses peines, se dit à une personne âgée dont les veines sont apparentes, ce qui est signe d'un âge qui s'avance.

HISTORIQUE

XIIe s. La maistre vene de son cuer [cœur] [il] desevra, Ronc. p. 85.

XIIIe s. Dist li leus [le loup] : qu'est-ce que je sent ? Au cuer li bat aucune vaine, Et si n'en ist [sort] feu ne alaine, Ren. 7799. Dant Brun, de Dieu soiez saingniez ; Estes-vos de vaine saingniez ? Vostre bras vos est escrevez, ib. 9345. S'il iere [était] pris en bonne voine, Pitié auroit de vostre poine, la Rose, 3223. Fontaines, Qui sordent par estranges vaines, ib. 20682. Tramblé m'en a la mestre vaine, Rutebeuf, 32.

XIVe s. Puisqu'il est, dit-elle, en tel vaine [si désireux de bien faire], Je le vueil aler essaier, J. Bruyant, dans Ménagier, t. II, p. 37.

XVe s. Cil fer [une lance de Bordeaux] lui trancha le haterel [cou], et lui passa outre, et lui coupa toutes les veines, Froissart, II, II, 5.

XVIe s. … de tel façon, que de chanter la veine Devient en moy non point lasse ne vaine, Ains triste et lente…, Marot, I, 223. Cette matiere est sucée et attirée par les veines mesaraïques, puis distribuée à la veine porte, Paré, Introd. 6. Les veines capillaires, Paré, ib. La veine cave [l'inférieure], Paré, I, 25. Tu lui as bien trouvé la veine, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

VEINE, s. f. en Anatomie, est le nom que l’on donne aux vaisseaux ou conduits qui reçoivent le sang de toutes les parties du corps, où les arteres l’ont distribué, & le rapportent au cœur. Voyez Pl. d’Anatom. Angeiol. Voyez aussi Sang, &c.

Les veines ne sont qu’une continuation des extrémités des arteres capillaires, qui se réfléchissent vers le cœur. Voyez Capillaire & Artere.

Comme elles se réunissent à mesure qu’elles approchent du cœur, elles forment à la fin trois grosses veines ou troncs ; savoir, la veine cave descendante, qui rapporte le sang de toutes les parties au-dessous du cœur. La veine cave ascendante, qui rapporte le sang de toutes les parties au-dessus du cœur. Et la veine porte, qui va se rendre au foie. Voyez Cave, Cœur, Porte, &c.

L’anastomose des veines & des arteres a été vue au microscope dans les piés, les queues, &c. des grenouilles, & d’autres animaux amphibies, premierement par Leuwenhoeck : mais depuis elle a été observée en d’autres annimaux, & surtout dans l’épiploon du chat, par Cowper ; on l’a remarquée dans différentes parties du corps humain ; mais elle n’est pas constante, &c. Voyez Anastomose, Circulation, &c.

Les tuniques des veines sont quatre, & les mêmes que celles des arteres, excepté que la tunique musculaire est fort mince dans toutes les veines, ainsi que dans les arteres capillaires ; la pression du sang contre les parois des veines étant moindre que contre celles des arteres, parce que la force du cœur est ort affoiblie dans les capillaires. Voyez Pl. anatom. (Angieol.) Voyez aussi l’article Phlébotomie.

Les veines n’ont point de battement, parce que le sang y est poussé d’une maniere uniforme, & qu’il coule d’un canal étroit dans un plus grand. Mais elles ont un mouvement péristallique, qui dépend de leur tunique musculaire. Voyez Pouls, &c.

Les veines capillaires s’unissent les unes avec les autres, comme il a été dit des arteres capillaires ; mais leur direction est entierement contraire : car au-lieu qu’une artere est un tronc qui se divise en plusieurs branches & plusieurs capillaires, une veine est un tronc formé de la réunion de plusieurs capillaires. Voyez Capillaire.

Dans toutes les veines qui sont perpendiculaires à l’horison, excepté dans celles de la matrice, & dans la veine porte, il y a de petites valvules ou soupapes. Quelquefois il n’y en a qu’une, quelquefois il y en a deux, & d’autres fois trois, placées ensemble, comme autant de demi-dez attachés aux parois des veines, avec leurs ouvertures tournées vers le cœur.

Ces valvules sont pressées contre les parois des veines par le sang qui coule vers le cœur ; mais elles empêchent le sang de revenir du cœur, & en fermant les veines, soutiennent le poids du sang dans les gros troncs. Voyez Valvule.

Les veines sont distinguées par rapport à leur situation, en supérieure & inférieure, ascendante & descendante ; en droite, comme la mésentérique, & en gauche, comme la sphérique ; en interne, comme la basilique, & en externe, comme la céphalique.

Plusieurs veines tirent aussi leurs noms des parties où elles se trouvent, comme les jugulaires, les diaphragmatiques, les rénales, les iliaques, les hypogastriques, les épigastriques, les axillaires, les crurales, les ombilicales, les surales, la sciatique, la saphene, la médiane, la céphalique, la thorachique, la souclaviere, l’intercostale, la coronale, l’hémorrhoïdale, la cervicale, la thymique, la mammillaire, la gastrique, la stomachique, l’épiploïque, la splénique, &c.

On distingue aussi les veines à raison de leurs fonctions particulieres, en spermatiques, émulgentes, &c. Voyez toutes ces veines représentées dans la Pl. anat. (Angéiol.) & leur descriptions particulieres dans leur articles propres. Voyez Jugulaire, &c.

Veine, (Maréchal.) presser la veine. Voyez Presser. Barrer la veine. Voyez Barrer.

Veines, se dit aussi des raies ou des ondes de différentes couleurs qu’on apperçoit sur plusieurs sortes de bois, de pierres, &c. comme si elles y eussent été peintes ; & que les peintres même imitent souvent, en peignant les menuiseries, &c.

En général le marbre est rempli de pareilles veines. Voyez Marbre.

Le lapis lazuli a des veines qui ressemblent à de l’or. Voyez Lapis.

Ovide parlant des métamorphoses des hommes en pierres, dit : quæ modo vena fuit, sub eodem nomine mansit.

Les veines dans les pierres sont un défaut qui vient pour l’ordinaire d’inégalité dans leur consistance, comme d’être trop dures ou trop tendres ; défaut qui fait éclater & fendre les pierres dans ces endroits.

Veine est un mot qui se dit aussi dans le même sens que stratum, pour exprimer les différentes dispositions ou especes de terre qu’on rencontre en creusant. Voyez Stratum.

Ainsi on dit une veine de sable, une autre de roc, &c. une veine d’ocre, de vitriol, d’alun, de calamine, de charbon, &c. Les eaux minérales acquierent leurs différentes qualités en passant par des veines de vitriol, de souffre, &c. Voyez Minéral.

On dit dans le même sens une veine d’or, d’argent, de mercure, &c. & on entend par-là certaines parties de la terre dans lesquelles on trouve de la mine de ces métaux, qui se distribue en différentes branches, comme font les veiges dans le corps. Voyez Mine, &c.

Tavernier donne une description des veines qui sont dans les mines de diamans de Golconde, avec la maniere de les tirer. Voyez Diamant.

Veines métalliques, (Hist. nat.) voyez l’article Filon.

Veine, (Architecture.) c’est une beauté & un défaut dans la pierre, dans le marbre & dans le bois. Nous allons distinguer ces défauts pour chaque matiere d’après Daviler.

Veine de bois. C’est une variété qui fait la beauté des bois durs pour le placage, & c’est un défaut dans ceux d’assemblage de menuiserie, parce que la veine est alors une marque de tendre ou d’aubier.

Veine de marbre ; c’est une variété qui fait la beauté des marbres mêlés. Les veines grises sont un défaut dans les marbres blancs, pour la sculpture, quoiqu’elles fassent la beauté des marbres blancs.

Veine de pierre ; défaut de la pierre qui provient d’une inégalité de consistance par le dur & le tendre. La pierre se moie & se délite à l’endroit de ce défaut, qui est encore une tache au parement, qui fait rebuter la pierre dans les ouvrages propres. (D. J.)

Veines d’eau, (Archit. Hydraul.) ce sont dans la terre des filets d’eau qui viennent d’une petite source, ou qui se séparent d’une grosse branche, & qu’on recueille, comme des pleurs de terre dans des réservoirs. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « veine »

Du latin vena, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, vônn ; provenç. et espagn. vena ; portug. vea veia, ; ital. vena ; du lat. vena.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « veine »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
veine vɛn

Citations contenant le mot « veine »

  • Qui voit ses veines, voit ses peines. De Francis Jourdain / Né en 76
  • Le sang bleu se retrouve parfois dans les veines d'un demeuré ou dans la trompe d'un moustique. De Austin O'Malley
  • Tout le monde a du sang dans les veines. De Barbara / Télé 7 Jours - Février 1990
  • La folie, c'est la mort avec des veines chaudes. De Xavier Forneret
  • Le culte des héros c'est le culte de la veine. Louis Ferdinand Destouches, dit Louis-Ferdinand Céline, Bagatelles pour un massacre, Denoël
  • La chance, c’est une question de veine. De Pierre Dac / Arrières-pensées
  • Même absente, la vie des pierres est de veine humaine. De Denys Gagnon / Chants et silences des trois créatures
  • La veine, c'est le nom que l'on donne au talent des autres. De Roland Dorgelès
  • Les chats ont de la veine : l'obscurité ne les empêche pas de lire. De Louis Scutenaire
  • La guigne, c'est l'absence de veine chez un individu sans gain. De Anonyme
  • La médecine n’est pas une affaire de science : c’est une affaire de veine. De Alphonse Allais / A se tordre
  • - La chance, c’est pas une question de veine. Il faut vouloir... De Henri Jeanson / Quand les lilas refleuriront
  • Le mariage est comme une partie de baccarat : tant que vous avez de la veine, vous gardez la main. De Georges Feydeau
  • Les papillons ne sont que des fleurs envolées un jour de fête où la nature était en veine d'invention et de fécondité. De George Sand / Contes d'une Grand-Mère
  • Le mineur a dans les veines le feu intérieur de la terre qui l'excite à la parcourir. De Novalis
  • "Pensez à votre époux à l'approche de la date d'accouchement", détaille l'article, dans la même veine. Les femmes enceintes sont ainsi incitées à préparer quelques repas à l'avance pour leurs maris, peu familiers des arts de la cuisine, mais aussi à s'assurer qu'ils ont assez de sous vêtements, de chaussettes et de chemises propres... Europe 1, Le guide ultra-sexiste de la "parfaite femme enceinte" selon la mairie de Séoul
  • Décidément, Federico Marchetti n'est pas en veine, en ce moment. Le sanguin deuxième gardien du Genoa, qui n'avait pas disputé la moindre rencontre la saison dernière, a réussi à se blesser en décembre face à la Fiorentina, alors qu'il recevait une deuxième fois la chance de jouer cette saison. Et à peine a-t-il eu fini de soigner une cuisse douloureuse qu'il a voulu faire briller sa Ferrari 812 Superfast (valeur supérieure à 300.000€) en la conduisant au car-wash le plus proche. En demandant au passage à ce que son bolide lui soit directement ramené au centre d'entraînement de son club dès qu'il brillerait de mille feux.Petit problème: la Ferrari n'est jamais arrivée à bon port puisque l'employé du car-wash a perdu le contrôle du véhicule, percutant pas moins de cinq voitures garées dans la rue. Voici le résultat (amoureux de belles voitures, s'abstenir): DH Les Sports +, Le gardien du Genoa n'aurait pas dû confier sa Ferrari au car-wash (PHOTOS) - DH Les Sports+
  • "C’est ce qui fait le sel de mon métier, de ma discipline. Améliorer la compréhension, la prise en charge, la recherche. C’est pour cela que je suis resté à l’hôpital universitaire". Cet attachement viscéral au service public et ce dévouement pour la cause commune coulent dans les veines du Pr Éric Delabrousse. , Besançon | Santé. Covid-19 : le Professeur Eric Delabrousse honoré pour sa découverte majeure

Traductions du mot « veine »

Langue Traduction
Anglais vein
Espagnol vena
Italien vena
Allemand vene
Chinois 静脉
Arabe الوريد
Portugais veia
Russe вена
Japonais 静脈
Basque ildoa
Corse vena
Source : Google Translate API

Synonymes de « veine »

Source : synonymes de veine sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « veine »

Veine

Retour au sommaire ➦

Partager