La langue française

Guignon

Sommaire

  • Définitions du mot guignon
  • Étymologie de « guignon »
  • Phonétique de « guignon »
  • Citations contenant le mot « guignon »
  • Traductions du mot « guignon »
  • Synonymes de « guignon »
  • Antonymes de « guignon »

Définitions du mot guignon

Trésor de la Langue Française informatisé

GUIGNON, subst. masc.

Malchance qui semble poursuivre quelqu'un (au jeu, dans la vie, etc.). Guignon sur guignon. Tout rate et fait long feu ce matin (Amiel, Journal,1866, p. 46).Je me remémore les aventures de Lazarille de Tormes et son implacable guignon (T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 210) :
Non, vils et fréquentant les déserts sans citerne, Ils courent sous le fouet d'un monarque rageur, Le Guignon, dont le rire inouï les prosterne. Mallarmé, Poésies,1898, p. 29.
Porter le guignon (à qqn); être en (dans le) guignon. Quand quelqu'un est dans le guignon, il a beau faire, il se noierait dans son crachat (Vidocq, Mém., t. 4, 1828-29, p. 176).Avoir du guignon. En revanche j'ai eu du guignon à trois reprises (Amiel, Journal,1866p. 489).
Littér. (xixes.). Prendre qqn (qqc.) en guignon. Prendre quelqu'un (quelque chose) en grippe. Il lui sembla qu'elle prenait en guignon le marquis de Croisenois (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 319).On s'explique aussi que le monde prenne en guignon les veuves sérieusement inconsolables (Amiel, Journal,1866, p. 238).Si vous lui dites mon nom avec ces charges-là, il me prendra en guignon (Sainte-Beuve, Corresp., t. 6, 1818-69, p. 254).
Prononc. et Orth. : [giɳ ɔ ̃]. Att. ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1609 « mauvaise chance » (Régnier, Satires, XI ds Œuvres complètes, éd. J. Plattard, p. 101). Dér. de guigner* pris au sens de « regarder de manière défavorable »; suff. -on*. L'idée de malchance vient de l'allusion à la superstition très répandue du mauvais œil. Fréq. abs. littér. : 78. Bbg. Wedgwood (H.). Fr. etymologies. Guignon. Romania. 1878, t. 8, p. 437.

Wiktionnaire

Nom commun

guignon \ɡi.ɲɔ̃\ masculin

  1. (Vieilli) (Familier) Malchance persistante.
    • Comme la cinquième ouvrait la bouche pour parler, l’on entendit dans la cheminée un bruit comme d’une grosse pierre qui tomberait du haut d’un clocher, et Carabosse parut toute barbouillée de suie, criant à tue-tête : « Je doue cette petite créature de guignon guignonnant. Jusqu’à l’âge de vingt ans. — (Madame d’Aulnoy, Les Contes de fées, 1698. Conte La Princesse Printanière.)
    • […] ; mais, par un guignon inconcevable, il ne réussissait à rien. Quand il jouait à la drogue il perdait toujours ; et, soit malice des autres tambours, soit qu’il eût en effet un nez en pomme de terre, […], soit toute autre cause, toujours est-il que la drogue qu’on lui mettait sur le nez le pinçait si horriblement que les larmes lui en venaient aux yeux. — (Frédéric Soulié, « Le petit tambour », dans Napoléon: mémorial anecdotique et biographique de l’Empire et de la Grande Armée, 2e année, Paris, 1835, page 303)
    • Le guignon, au contraire, est la gaucherie naturelle qui nous fait prendre toujours les choses par le côté où il n’y a point d’anses, cueillir les fruits hors de saison, et croire que les couchers de soleil sont des aurores. — (Émile Souvestre, « Récits de la muse populaire » dans la Revue des deux mondes, Paris, avril 1849, page 120)
    • Joyeux enfants de la Bourgogne, je n’ai jamais eu de guignon,
      Quand je vois rougir ma trogne, je suis fier d’être Bourguignon […].
      — (Anonyme, La Bourguignonne, Chanson traditionnelle)
    • Dieu ! n’est-ce pas du guignon ! pour une pauvre fois que je me suis mise en retard, me voilà prise. — (Charles Dickens , Vie et aventures de Nicolas Nickleby, 1885)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GUIGNON. n. m.
Mauvaise chance. Avoir du guignon. C'est un guignon que nous ne nous soyons pas rencontrés. Il est familier.

Littré (1872-1877)

GUIGNON (ghi-gnon) s. m.
  • Mauvaise chance, principalement au jeu. C'est, malheureuse, toi qui me portes guignon, Régnier, Sat. X. Mais certes jamais un guignon N'arrive sans son compagnon, Scarron, Virg. II. Ne croyez point, ma fille, que depuis trois mois vous ayez été en guignon ; je commence par le gain de votre procès…, Sévigné, 491. Ce n'est pas sans un extrême chagrin que je vois ce guignon sur vous et sur lui, Sévigné, Lett. 15 nov. 1684. Le cœur me dit que votre guignon [au jeu] ne changera pas, Hamilton, Gramm. 3. Oh ! j'ai toujours eu du guignon dans les rencontres, Marivaux, Doubl. inconst. II, 11. Ma foi, c'est jouer de guignon, il en faut convenir, Genlis, Théât. d'éduc. le Magistrat, II, 1. Vous repartirez sans doute la veille de mon retour ; ce guignon-là, j'espère, ne me durera pas toujours, Courier, Lett. I, 379.

    Guignon guignonnant, sorte de génie malfaisant employé dans les contes d'enfant pour signifier ou expliquer des contrariétés successives.

HISTORIQUE

XVIe s. Chercher guignon, Oudin, Curios. fr. Porter guignon, Oudin, ib.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GUIGNON. - ÉTYM. Ajoutez : M. Hensleigh Wedgwood, Transactions of the philological Society, 1873-1874, 3e part. p. 328, ne croit pas que guignon dérive du verbe guigner. Il y a un vieux mot anglais wanion, qui signifie male chance, mauvais présage. Il pense que c'est à wanion qu'il faut rattacher le franç. guignon. L'objection est que les intermédiaires font défaut.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « guignon »

→ voir guigner
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Esp. guiñon, signe de l'œil. Guignon vient de guigner, et se rapporte à quelque idée du mauvais œil qui ensorcelle, porte guignon. Cependant on trouve aussi guillon : Là vint un postillon Qui m'aportoit guillon, Me suivant à la trace, à la seule parole D'une femme trop folle ; Maudite soit sa race ! Marot, II, 162.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « guignon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
guignon giɲɔ̃

Citations contenant le mot « guignon »

  • Quand le guignon est à nos trousses, on se noie dans un crachat. De Proverbe français

Traductions du mot « guignon »

Langue Traduction
Anglais guignon
Espagnol guignon
Italien guignon
Allemand guignon
Chinois 吉尼翁
Arabe غينيون
Portugais guignon
Russe guignon
Japonais ギニョン
Basque guignon
Corse guignon
Source : Google Translate API

Synonymes de « guignon »

Source : synonymes de guignon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « guignon »

Partager