La langue française

Étonné

Sommaire

  • Définitions du mot étonné
  • Étymologie de « étonné »
  • Phonétique de « étonné »
  • Évolution historique de l’usage du mot « étonné »
  • Citations contenant le mot « étonné »
  • Traductions du mot « étonné »
  • Synonymes de « étonné »
  • Antonymes de « étonné »

Définitions du mot étonné

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTONNÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de étonner*.
II.− Emploi adj.
A.− Étourdi sous l'effet d'une commotion :
1. Alors il restait là, encore étonné de sa chute, voilà pourquoi il se taisait; et pourquoi elle se taisait, il savait bien aussi, tant ce silence était sur lui lourd de reproches... Ramuz, A. Pache, peintre vaudois,1911, p. 260.
En partic. Qui est ébranlé, lézardé. Pierre, voûte, partie de construction étonnée (Chabat1881).
B.− Frappé de stupeur. Les troupes (...) sont entrées en ordre de bataille; le peuple étonné n'a point fait de résistance (Le Moniteur,t. 2, 1789, p. 329):
2. Ce n'est pas dans les froids pastiches des écrivains d'aujourd'hui qui disent : au fait (pour en réalité), singulièrement (pour en particulier), étonné (pour frappé de stupeur), etc... qu'on retrouve le vieux langage et la vraie prononciation des mots, mais en causant avec une Mmede Guermantes ou une Françoise... Proust, Prisonn.,1922, p. 34.
C.− Sous l'effet de l'étonnement; fortement surpris; qui dénote la surprise. Victime? dit-il (...) d'un air étonné (Balzac, Gobseck,1830, p. 388):
3. Je n'ai rien vu de plus ravissant, parmi tous les visages de femmes qui sont gravés dans ma mémoire, que la figure de Julia (...) avec ce regard étonné levé sur sa mère et sur moi, et ce sourire qui semblait nous dire : « Jouissez, et voyez comme je suis belle aussi! » Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 173.
Emploi subst. Faire l'étonné. Elle lui avait fait honte et maintenant elle faisait l'étonnée (France, Balth., Ab., 1889, p. 179):
4. montaudoin. − Je sais tout. Fernande n'est pas ma fille. pénuri. − Ah! mon Dieu! montaudoin. − Ne fais pas l'étonné. pénuri. − Dame, une pareille nouvelle? montaudoin. − J'ai été trompé par un ami. pénuri. − Vraiment? montaudoin. − Ne fais pas l'étonné... Cet ami, c'est toi, c'est vous, monsieur! Labiche, 37 sous Montaudoin,1863, p. 457.
Fréq. abs. littér. : 4 346. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 767, b) 7 748; xxes. : a) 6 580, b) 4 598.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTONNÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de étonner*.
II.− Emploi adj.
A.− Étourdi sous l'effet d'une commotion :
1. Alors il restait là, encore étonné de sa chute, voilà pourquoi il se taisait; et pourquoi elle se taisait, il savait bien aussi, tant ce silence était sur lui lourd de reproches... Ramuz, A. Pache, peintre vaudois,1911, p. 260.
En partic. Qui est ébranlé, lézardé. Pierre, voûte, partie de construction étonnée (Chabat1881).
B.− Frappé de stupeur. Les troupes (...) sont entrées en ordre de bataille; le peuple étonné n'a point fait de résistance (Le Moniteur,t. 2, 1789, p. 329):
2. Ce n'est pas dans les froids pastiches des écrivains d'aujourd'hui qui disent : au fait (pour en réalité), singulièrement (pour en particulier), étonné (pour frappé de stupeur), etc... qu'on retrouve le vieux langage et la vraie prononciation des mots, mais en causant avec une Mmede Guermantes ou une Françoise... Proust, Prisonn.,1922, p. 34.
C.− Sous l'effet de l'étonnement; fortement surpris; qui dénote la surprise. Victime? dit-il (...) d'un air étonné (Balzac, Gobseck,1830, p. 388):
3. Je n'ai rien vu de plus ravissant, parmi tous les visages de femmes qui sont gravés dans ma mémoire, que la figure de Julia (...) avec ce regard étonné levé sur sa mère et sur moi, et ce sourire qui semblait nous dire : « Jouissez, et voyez comme je suis belle aussi! » Lamart., Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 173.
Emploi subst. Faire l'étonné. Elle lui avait fait honte et maintenant elle faisait l'étonnée (France, Balth., Ab., 1889, p. 179):
4. montaudoin. − Je sais tout. Fernande n'est pas ma fille. pénuri. − Ah! mon Dieu! montaudoin. − Ne fais pas l'étonné. pénuri. − Dame, une pareille nouvelle? montaudoin. − J'ai été trompé par un ami. pénuri. − Vraiment? montaudoin. − Ne fais pas l'étonné... Cet ami, c'est toi, c'est vous, monsieur! Labiche, 37 sous Montaudoin,1863, p. 457.
Fréq. abs. littér. : 4 346. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 767, b) 7 748; xxes. : a) 6 580, b) 4 598.

Wiktionnaire

Adjectif

étonné \e.tɔ.ne\

  1. Qui est sous l’effet de la surprise, de l’étonnement.

Forme de verbe

étonné \e.tɔ.ne\

  1. Participe passé masculin singulier du verbe étonner.
    • Et quand j’ai posé les doigts sur les barres de métal un contact tiède et mou, plus proche du plastique que du fer, m’a étonné plus encore : j’ai tâté, forcé un peu, et réalisé que ce morceau que je touchais, là, juste à mon niveau, mais aussi en levant la tête toute la structure du pied, et à coup sûr la tour entière, était en réalité en clipo, oui en clipo, en clipo gris foncé, en millions de morceaux identiques de clipo, de petite taille, ceux des jouets pour enfants, qu’il suffisait de décliper puis de recliper, alors j’ai déclipé, un morceau puis l’autre, puis bientôt dix, vingt, cinquante, trop peu encore pour déséquilibrer cette zone-ci du pied, ni même me faire voir par un gardien ou un touriste délateur, mais assez pour ressentir au bout des doigts le plaisir incomparable de décliper, de désimbriquer, de déloger, même geste cent fois répété comme on casse des crackers ou retire des boulons, et assez pour que mes doigts sachent, pour que mon corps entier sache que tous les monuments de ma ville étaient en clipo, mitraillés l’année durant par des armadas de touristes mais n’en attendant pas moins, placides comme l’est désormais la modernité révolue, que je vienne enfin les décliper, les déloger, les désimbriquer, l’un après l’autre jusqu’au dernier, et qu’on demande alors à tous les morpions des écoles élémentaires de la ville de consacrer l’année prochaine à reconstruire la ville clipo, tous ensemble, de préférence en un peu plus fantaisiste. — (François Cusset, Les jours et les jours, 2015)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTONNER. v. tr.
Surprendre par quelque chose d'extraordinaire, d'inattendu. Cet accident imprévu, cette nouvelle inattendue l'a fort étonné, l'a extrêmement étonné. Je crois que cela l'étonnera. Cela est fait pour étonner. Vous l'étonnerez bien quand vous lui direz cela. Cet enfant étonne, étonne tout le monde par son esprit, par la vivacité de ses reparties. Je suis étonné qu'il ne m'en ait rien dit. Il aime à étonner les gens. Paraître étonné de quelque chose. Air étonné. Je m'étonne qu'il ne voie pas le danger où il est. J'en sais la raison, je ne m'en étonne plus. Ne vous étonnez pas s'il en use de la sorte. Je m'étonne que vous n'ayez pas prévu cet accident. Je suis étonné de votre procédé à mon égard.

Littré (1872-1877)

ÉTONNÉ (é-to-né, née) part. passé.
  • 1Qui éprouve du vertige par suite d'un coup ou de quelque maladie. La faiblesse de ma tête toujours vide et étonnée m'empêcherait, quand je l'oserais, de suivre plus loin ces réflexions, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 9 mars 1770.

    Terme d'architecture. Se dit d'une voûte, d'une construction qui a été ébranlée, lézardée par une commotion quelconque.

    Il se dit aussi des pierres, en ce sens. Un certain nombre de ces débris de silex, fendillés, étonnés, craquelés comme les porcelaines de Chine ou du Japon, semblent dénoter l'emploi du feu pour essayer d'attendrir les matières siliceuses, Vibraye, Acad. des sc. Comptes rendus, t. LVI, p. 580.

  • 2Qui est comme sous le coup d'une commotion, stupéfait. Le destin se déclare, et nous venons d'entendre Ce qu'il a résolu du beau-père et du gendre ; Quand les dieux étonnés semblaient se partager, Pharsale a décidé ce qu'ils n'osaient juger, Corneille, Pomp. I, 1. Je sens manquer la force à mes sens étonnés, Corneille, Suite du Ment. v, 3. De vos sens étonnés quel désordre s'empare ? Racine, Athal. III, 5. Ah ! lisons : ma main tremble, et mon âme étonnée Prévoit que ce billet contient ma destinée, Voltaire, Zaïre, IV, 5.
  • 3Saisi par quelque chose d'inattendu, de singulier. Avoir l'air étonné. Ne me regarde plus d'un visage étonné, Corneille, Cid, III, 1. Je fus étonné que, deux jours après, il me montra toute l'affaire exécutée…, Molière, Préf. de la Crit. de l'Éc. des f. Le général accoutumé à une victoire prompte, étonné de la voir balancer si longtemps, Massillon, Or. fun. prince de Conty.

    Cet homme est étonné comme un fondeur de cloches, il est étonné comme s'il tombait des nues, comme si les cornes lui venaient à la tête, il est étonné au dernier point.

    Substantivement. Jouer l'étonné, faire comme si on était étonné. Elle lui apprit ensuite ce qu'elle savait mieux qu'elle, dont elle fit bien l'étonnée, Scarron, Rom. com. I, 22.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étonné »

Du participe passé de étonner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étonné »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étonné etɔne

Évolution historique de l’usage du mot « étonné »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étonné »

  • Il est bon d'étonner, mais […] il faut étonner justement. Roger Caillois, Art poétique, Gallimard
  • Rien n'étonne quand tout étonne : c'est l'état des enfants. Antoine Rivaroli, dit le Comte de Rivarol, Maximes et pensées
  • Nous sommes à la fois étonnants et étonnés ; les animaux ne sont qu'étonnants. De Antoine de Rivarol
  • Etre amoureux, c’est être étonné. Quand l’étonnement disparaît, c’est la fin. De Frédéric Beigbeder / L’égoïste romantique
  • Nous sommes le seul animal qui soit surpris de l'univers, et qui s'étonne tous les jours de n'en être pas plus étonné. De Antoine de Rivarol
  • Ce qui m'étonne le plus est de voir que tout le monde n'est pas étonné de sa faiblesse. De Blaise Pascal / Pensées sur la religion
  • Un conseil municipal d'installation durant lequel les premières décisions de Mathieu Klein ont été prises. Celle de passer de 18 à 20 adjoints a étonné le groupe Nancy Positive « alors que le contexte socio-économique appelle à l'exemplarité et à des efforts des élus locaux. Fort logiquement, le groupe Nancy Positive s'est donc prononcé contre cette augmentation du nombre d’adjoints, des indemnités et frais de représentation correspondants. » Quant à la diminution du nombre d’adjoints de territoire (4 au lieu de 5) , selon l'opposition elle apparaît « paradoxale de la part d’un édile qui proclame vouloir être en proximité, au quotidien et “à portée d'engueulade”. »  , Nancy : l'opposition « étonnée » de la première décision de Mathieu Klein

Traductions du mot « étonné »

Langue Traduction
Anglais surprised
Espagnol sorprende
Italien sorpreso
Allemand überrascht
Chinois 惊讶的
Arabe فوجئت
Portugais surpreso
Russe удивлены
Japonais びっくり
Basque harritu
Corse surpresu
Source : Google Translate API

Synonymes de « étonné »

Source : synonymes de étonné sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étonné »

Partager