La langue française

Sanctifier

Définitions du mot « sanctifier »

Trésor de la Langue Française informatisé

SANCTIFIER, verbe trans.

A. − Sanctifier qqn
1. RELIGION
a) Révérer comme saint. Le plus grand des hommes de Dieu [Moïse], auréolé plus que tout autre du rayonnement de l'esprit, n'a pas assez sanctifié Dieu à un moment de sa carrière, et a expié cette défaillance en se voyant refuser l'entrée en terre promise (Weill,Judaïsme, 1931, p. 180).
b) Rendre saint. Mais apprends-moi, vieillard, comment tu fus sanctifié (...) ils versèrent de l'eau sur mon front et me souhaitèrent la paix en Jésus-Christ (France,Puits ste Claire, 1895, p. 32):
Car la fin d'une religion véritable étant d'adorer Dieu autant que le mérite un être infiniment parfait, et de sanctifier l'homme autant qu'un être imparfait et borné en a besoin, un culte qui adore Dieu et qui sanctifie l'homme (...) est le seul qui honore Dieu, et qui sanctifie l'homme d'une manière proportionnée à la grandeur infinie de l'un, et aux besoins immenses de l'autre... Bonald,Législ. primit., t. 2, 1802, p. 42.
Empl. pronom. Se mettre en état de grâce.
réfl. Eux, voyaient surtout dans le monastère (...) le moyen de se sanctifier (Huysmans,Oblat, t. 2, 1903, p. 47).
réciproque. Vous pouvez vous marier, dit-il enfin. L'apôtre Paul a dit: « Les époux se sanctifieront l'un l'autre » (France,Étui nacre, L. Wood, 1892, p. 139).
c) Rare. Déclarer saint. Synon. canoniser.Parmi les dernières canonisations, l'une des plus curieuses est celle de ce Julien que Léon XII sanctifia en 1825; son principal miracle avait été de ressusciter des mauviettes embrochées et rôties (Stendhal,Rome, Naples et Flor., t. 2, 1817, p. 379).
2. P. ext., littér. Donner un caractère sacré à. Méditez ces consolantes paroles et dites s'il est possible de ne pas sentir là quelque chose de prophétique qui transfigure l'Écrivain, sanctifie le Penseur (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, Crit. et conf., 1896, pp. 347-348).Il lui était insupportable de laisser, aux mains brutales et déshonorantes de Ragu, cette femme adorée, qu'il aurait voulu faire vivre dans un paradis de tendresse, en l'entourant du culte dévot dû à la mère que l'enfant sanctifie (Zola,Travail, t. 2, 1901, p. 22).
B. − Sanctifier qqc.
1. RELIGION
a) Révérer comme saint. Que ton/votre nom soit sanctifié (formule du Notre Père).
b) Célébrer religieusement. Sanctifier le dimanche, le sabbat. Jérémie, l'apôtre de la religion intérieure, insiste (...) sur l'abstention du travail servile au jour qui doit être sanctifié (Weill,Judaïsme, 1931, p. 147).
c) Donner un caractère saint ou sacré à. Synon. consacrer.Elle embrassa sa mère et la pria d'aller sanctifier un chapelet au tombeau d'un saint homme (...) et de le lui apporter ensuite (Mérimée,Guzla, 1827, p. 235).L'eucharistie est le pain sanctifié par les invocations (Théol. cath.t. 14, 11939, p. 504).
2. P. ext. Rendre noble, sacré. Ce qu'ils appellent les affaires semble à ces travailleurs un domaine réservé où le travail sanctifie tout, car ils ont la religion du travail (Bernanos,Journal curé camp., 1936, p. 1084).Dans les temps anciens, le sang du meurtre provoquait au moins une horreur sacrée; il sanctifiait ainsi le prix de la vie (Camus,Homme rév., 1951, p. 345).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃ktifje], (il) sanctifie [-fi]. Fér. 1768: ,,Le c ne se prononce point`` mais Mart. Comment prononce 1913, p. 218: ,,Devant une consonne, le c intérieur sonne aujourd'hui partout, même après une nasale`` et Rouss.-Lacl. 1927, p. 164: ,,Quelques-uns prononcent à tort sans k: san(c)tion, san(c)tifier, san(c)tuaire, etc.`` Sur la tendance, dès le xvies., à réintroduire la prononc. des cons. implosives sous l'infl. de l'orth., v. G. Straka ds Trav. Ling. Litt. Strasbourg t. 19 n o1 1981, pp. 233-236. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. sanctificat « rendre saint » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 97); 1remoit. xiies. saintefier (Psautier Oxford, éd. F. Michel, 45, 4); ca 1480 part. passé sanctifié (Mistere Viel Testament, éd. J. de Rothschild, I, 916); 2. ca 1265 saintefier le sabat (Brunet-Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, p. 66); 3. 1651 sanctifier la poésie « rendre sublime » (Corneille, Imit., Préf. ds Littré). Empr. au b. lat. eccl.sanctificare « sanctifier ». Fréq. abs. littér.: 350. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 671, b) 547; xxes.: a) 394, b) 382.
DÉR.
Sanctifiable, adj.Qui peut être sanctifié. C'est bien la vie humaine tout entière, considérée jusque dans ses zones dites les plus « naturelles », que l'Église déclare sanctifiable (Teilhard de Ch.,Milieu divin, 1955, p. 33). [sɑ ̃ktifjabl̥]. Supra prononc. 1reattest. 1955 id.; de sanctifier, suff. -able*.

Wiktionnaire

Verbe

sanctifier \sɑ̃k.ti.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre saint.
    • La grâce nous sanctifie.
    • La grâce sanctifie nos âmes, nos actions.
    • Les lieux que Seigneur a sanctifiés par sa présence.
  2. (Religion) Louer, honorer comme sa sainteté l’exige.
    • Que votre nom soit sanctifié.
  3. Célébrer suivant la loi, suivant l’intention de l’église.
    • Sanctifier le jour du dimanche.
    • Dans l’ancienne loi, les juifs sanctifiaient le sabbat.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SANCTIFIER. v. tr.
Rendre saint. La grâce nous sanctifie. La grâce sanctifie nos âmes, nos actions. Les lieux que Notre-Seigneur a sanctifiés par sa présence. Dans l'Oraison dominicale, Que votre nom soit sanctifié, Que votre nom soit loué, soit honoré, comme sa sainteté l'exige. Sanctifier le jour du dimanche, Le célébrer suivant la loi, suivant l'intention de l'Église. On dit de même : Dans l'ancienne loi, les Juifs sanctifiaient le sabbat.

Littré (1872-1877)

SANCTIFIER (san-kti-fi-é), je sanctifiais, nous sanctifiions, vous sanctifiiez ; que je sanctifie, que nous sanctifiions, que vous sanctifiiez v. a.
  • 1Rendre saint, sacré, consacré. Les lieux que Jésus-Christ a sanctifiés par sa présence. Je vous ai sanctifié, avant que vous fussiez sorti de son sein, Sacy, Bible, Jérémie, I, 5. Vous aurez beau vanter le roi dans vos ouvrages, Et de ce nom sacré sanctifier vos pages, Boileau, Sat. IX.
  • 2Rendre saint, rendre conforme à la loi divine, en parlant des personnes. Les évêques des Pays-Bas l'appellent ; et ces provinces florissantes lui doivent l'établissement de tant de maisons qui ont consolé leurs pauvres, humilié leurs riches, instruit leurs peuples, sanctifié leurs prêtres, Bossuet, Bourgoing. C'est cette sagesse qui nous éclairera, cette sagesse qui nous sanctifiera, cette sagesse qui fera de nous des hommes parfaits sur la terre, Bourdaloue, Myst. Épiphan. t. I, p. 140. Dieu sanctifia saint Louis dans la gloire, le soutint dans ses travaux…, Fléchier, Pan. St Louis. Dieu, dont la providence destine les juges pour gouverner son peuple, comme elle destine les prêtres pour le sanctifier, Fléchier, Lamoignon. Je nourris dans son cœur [du roi Louis XIV] la semence féconde Des vertus dont il doit sanctifier le monde, Racine, Esth. Prol.

    Sanctifier par son exemple, mettre par de bons exemples dans la voie du salut et de la sanctification.

    Absolument. Il faut ces deux choses pour sanctifier, peines et plaisirs, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 6.

  • 3Il se dit des choses en un sens analogue. Sanctifier la poésie par un ouvrage si précieux [l'Imitation de Jésus-Christ], Corneille, Imit. Préf. édit. 1651. Les moyens que nous donne l'Écriture pour sanctifier la grandeur par un bon usage, Bossuet, Sermon sur l'ambition, fragm. sur le même sujet. Je viens… vous faire admirer un homme …qui a sanctifié l'honneur et la probité par les règles et les principes du christianisme, Fléchier, Duc de Mont. Le grand ouvrage de saint Augustin, qui a pour titre de la Cité de Dieu… est… un parfait modèle de la manière dont on doit sanctifier les études profanes, Rollin, Traité des Ét. 4e part. I, 2.
  • 4Dans l'Oraison dominicale : Votre nom soit sanctifié, que votre nom soit loué, soit honoré dignement.
  • 5Sanctifier le jour du dimanche, le célébrer suivant la loi de l'Église.

    On dit de même : Dans l'ancienne loi les Juifs sanctifiaient le sabbat.

  • 6Il s'est dit pour sanctionner. Le parlement voulait demander l'assemblée des chambres, et sanctifiait par conséquent tout ce que nous avions fait, Retz, III, 24.
  • 7Se sanctifier, v. réfl. Devenir saint. La reine sanctifia sa cour en se sanctifiant elle-même ; pour être appelée auprès d'elle, il ne suffisait pas de la suivre, il fallait aussi l'imiter dans ses pratiques de piété, Fléchier, Mar.-Thér.

HISTORIQUE

XIIe s. Icest lieu seintefied fud li bers Helchana acustumiers à visiter, pur Deu depreier, Rois, p. 2.

XIIIe s. Li tiers commandemens dit. Soviegne toi de saintefier les sabbas, Latini, Trésor, p. 78.

XVIe s. Les lavemens et sacrifices par lesquels les Juifs se sanctifioyent à Dieu, les separoyent d'avec les gentils, Calvin, Instit. 269. Et ainsi sommes sanctifiez, c'est-à-dire consacrez à Dieu en vraye pureté de vie, Calvin, ib. 610.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SANCTIFIER, v. act. voyez l’article Sanctification.

Sanctifier, (Critique sacrée.) ἁγιάζειν ; ce verbe signifie rendre pur d’une pureté légale ; ce qui se pratiquoit dans l’ancienne loi par certaines cérémonies ; 2°. ce verbe veut dire, honorer, glorifier, sanctificetur nomen tuum ; que vous soyez honoré & loué de toutes les créatures ; 3°. vouer, consacrer, ou par le ministere, comme la tribu de Lévi, Exod. xxviij. 41. ou par la prophétie, comme Jérémie, Exod. j. 5. ou par l’usage, comme le jour du sabbat, Exod. xvj. 23. C’est ainsi que le temple, l’autel, & les vases furent sanctifiés au Seigneur ; c’est-à-dire, furent destinés aux usages de son culte ; ou enfin par l’oblation, comme les premiers nés ; 4°. sanctifier, veut dire, dans saint Luc, chap. x. 36. donner, conférer un ministere sacré. La sanctification de Jesus-Christ a été sa mission, sa vocation à la charge de Messie ; 5°. sanctifier, se prend pour préparer, disposer, sanctifices, sanctifiez-les pour le jour de la mort, dit Jérémie, xij. 13. c’est-à-dire, préparez-les comme des victimes pour le jour du sacrifice ; 6°. ce mot signifie dénoncer, déclarer, sanctificate jejunium, Joël, j. 14. ordonnez-leur un jour de jeûne ; 7°. rendre légitime l’usage de quelque chose. Le mari infidele est sanctifié par la femme fidele, I. Cor. vij. 14. cela signifie, que le commerce qu’ils ont ensemble, n’a rien d’illégitime ; il suffit pour cela que l’une des parties soit fidele. Ἁγιάζω, se prend ici comme dans le sens des viandes sanctifiées, I. Timoth. iv. 4. c’est-à-dire, dont l’usage est permis. De-là vient que le mot ne pas sanctifier, signifie prophaner ; sacerdotes non sanctific abunt populum in vestibus suis ; les prêtres ne prophaneront point leurs habits sacerdotaux, en les portant dans la compagnie du peuple. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « sanctifier »

Prov. sanctifiar, sanctificar ; espagn. santificar ; ital. santificare ; du lat. sanctificare, de sanctus, saint, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 980) sanctificat (participe passé). Du latin sanctificare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sanctifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sanctifier sɑ̃ktifje

Citations contenant le mot « sanctifier »

  • Telle est la tâche de l'homme : conquérir l'espace et sanctifier le temps. De Abraham Heschel / Les Bâtisseurs du temps
  • Privés, donc, de la source et du sommet eucharistique, il nous faut cependant sanctifier le Jour du Seigneur, non par obligation, mais parce que la résurrection du Christ a allumé un nous un feu que rien ne peut éteindre. Dès lors, l’absence de messe ne signifie aucunement absence de rencontre du Christ, il est toujours présent parmi nous comme il l’a promis à ses disciples. L’absence de messe n’empêche pas plus la rencontre de nos frères, d’une part au sein de nos familles et d’autre part dans l’attention portée aux autres, proches et amis que nous pouvons rejoindre par téléphone pour leur apporter soutien et consolation. Aleteia, Sanctifier le dimanche contre vents et marées
  • Depuis les trois épisodes d'intempéries qui ont touché la ville. Le port a dû se remettre à flot pour arriver à sanctifier la faune maritime. C'est là que le conseil départemental a décidé d'investir massivement pour permettre de le rénover. Nice Premium, Travaux du port de la darse : l'importance de préserver la biodiversité marine - Nice Premium
  • La délégation française entrevoit néanmoins la brèche : les Pays-Bas paraissent isolés, les autres frugaux concentrant leurs flèches contre le montant du plan, notamment les 500 milliards d'euros de subventions (dons). Tandis que le chancelier autrichien Sebastian Kurz s'arc-boute lui sur son rabais… ce qui ouvre la porte à des marchandages. Selon un diplomate, le couple franco-allemand, si la situation reste bloquée, pourrait lâcher un peu de lest sur l'enveloppe – quelques dizaines de milliards – pour préserver l'ensemble de l'architecture du Plan. Ce qu'il entend sanctifier coûte que coûte, ce sont les 310 milliards d'euros (sur l'enveloppe de 500) prévus pour alimenter directement les plans de relance nationaux de chaque Etat. A l'image des 35 milliards d'euros attendus par la France. leparisien.fr, Plan de relance européen post-Covid : ce qui bloque encore - Le Parisien
  • "Sanctifier le nom de Dieu c'est entrer dans un chemin d'adoration" Dans l'ouvrage "La prière du Notre Père" (éd. Bayard / Mame / Cerf), Mgr Jérôme Beau explique le deuxième verset du Notre Père, "Que ton nom soit sanctifé". Que signifie sanctifier ? Pourquoi parle-t-on du nom de Dieu ?   , Le Notre Père expliqué en huit étapes - Verset 2, "Que ton nom soit sanctifié"
  • Survient cet ennemi déclaré de l’Europe et de ses principes qui, avec le cynisme le plus total et dans la grande tradition, au fond, de l’Holodomor stalinien et de son « extermination par la faim » en 1932-1933, laisse le virus faire ses ravages. Il commet, ou laisse commettre, un crime de guerre, qui est aussi un crime d’État, contre l’un de ces médecins que nous n’en finissons pas de sanctifier. La Règle du Jeu, Bernard-Henri Lévy, Sous les radars du Covid-19 : un crime de guerre russe en Ukraine - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts

Traductions du mot « sanctifier »

Langue Traduction
Anglais sanctify
Espagnol santificar
Italien santificare
Allemand heiligen
Chinois 成圣
Arabe قدس
Portugais santificar
Russe посвящай
Japonais 聖別する
Basque sanctificaitzac
Corse santificà
Source : Google Translate API

Synonymes de « sanctifier »

Source : synonymes de sanctifier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sanctifier »

Sanctifier

Retour au sommaire ➦

Partager