La langue française

Profaner

Sommaire

Définitions du mot profaner

Trésor de la Langue Française informatisé

PROFANER, verbe trans.

A. − Porter atteinte à une chose, ou plus rarement à une personne revêtue d'un caractère sacré, par un acte d'irrévérence ou un acte impie. Synon. violer, polluer (vieilli); anton. consacrer.Profaner une église, un temple, un sanctuaire; profaner un autel; profaner des reliques; profaner les objets du culte; profaner une tombe. On craint, dès qu'on ne le prononce pas à genoux et en l'adorant, de profaner, rien qu'à le répéter, ce nom ineffable [celui de Jésus-Christ], et pour qui le plus profond même des respects pourrait encore être un blasphème (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.3, 1848, p.380).Il venait du même coup de violer le coutumier de Bretagne qui interdisait à tout baron de lever des troupes sans le consentement du Duc, et de commettre un double sacrilège, en profanant une chapelle et en s'emparant de Jean Le Ferron qui était un clerc tonsuré d'Église (Huysmans, Là-bas, t.2, 1891, p.100):
1. ... la mosquée occupe, du point de vue religieux, une place intermédiaire entre le temple protestant, simple lieu de réunion, et l'église catholique qui est la demeure de Dieu. L'Islâm ne connaît aucun rite de consécration pour une nouvelle mosquée, ou de réconciliation d'une mosquée profanée; mais cependant, celle-ci a un certain caractère sacré. G.-H. Bousquet, Prat. rit. Islâm, 1949, p.120.
[Sans la notion d'irrévérence ou d'acte impie] Dépouiller quelque chose de son caractère sacré; le rendre à un usage profane. Synon. désacraliser.Pour pouvoir réparer les vases sacrés, il faut d'abord les profaner (Ac.1835, 1878).C'était un usage habituel, je crois même religieux, chez les anciens, lorsqu'un édifice sacré était renversé par la guerre ou par le temps (...) de se servir des matériaux pour les constructions accessoires des monuments restaurés, afin de ne pas laisser profaner sans doute, à des usages vulgaires, les pierres qu'avait touchées l'ombre des dieux (Lamart., Voy. Orient, t.2, 1835, p.167).
B. − Au fig. Dégrader, avilir quelque chose, ou plus rarement quelqu'un en manquant au respect qui lui est dû, en le traitant de manière indigne. Profaner la nature; profaner un sentiment; profaner l'amour; profaner son idéal, son talent, son génie. Un dégoût immense et une humiliation infinie la tenaient immobile sous le regard désormais triomphant du misérable dont le langage l'épouvantait en la profanant (Bloy, Femme pauvre, 1897, p.28).Rien de tout cela ne nous rendra hésitants un seul jour sur ce qui nous restera à faire dans ce vieux pays souillé, profané et peut-être à demi détruit (Mauriac, Journal, 1943, p.353):
2. Les personnes qui ont appris une langue étrangère, qu'elles n'ont jamais entendue parler que dans les livres (...) aiment mieux exprimer dans cette langue que dans la leur certains sentiments nobles et doux. C'est que les mots de cette langue étrangère sont intacts pour eux, qu'ils n'ont jamais perdu leur fleur, qu'ils n'ont jamais été profanés par la canaille parlante ou écrivante. Stendhal, Hist. peint. Ital., t.2, 1817, p.373.
Empl. pronom. Ne croirons-nous pas plus à l'immatérialité et à l'éternité de notre amour quand il restera élevé à la hauteur d'une pensée pure, dans les régions inaccessibles au changement et à la mort, que s'il descendait à l'abjecte nature des sensations vulgaires en se dégradant et en se profanant dans d'indignes voluptés? (Lamart., Raphaël, 1849, p.181).Tout était chez elle vrai et profond; elle ne savait pas se profaner (Renan, Ma Soeur, 1862, p.40).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔfane], (il) profane [-fan]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1342 prophaner «violer la sainteté des choses sacrées» (Renart le Contrefait, éd. G. Raynaud et H. Lemaître, I, 258); 1538 (Est., s.v. profanus Profaner. Se servir en communs usages des choses consacrees). Empr. au lat. profanare «rendre à l'usage profane (une chose, une personne qui a été auparavant consacrée)» et «souiller». Fréq. abs. littér.: 372. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 910, b) 363; xxes.: a) 501, b) 305.
DÉR.
Profanatoire, adj.Qui profane, a le caractère d'une profanation. Irrévérences profanatoires (Lar. 19e-20e). Dans les bas-côtés, debout ou sur les chaises, un public de curieux, amené par la nouveauté du spectacle. Rien de profanatoire dans l'attitude des hommes (Goncourt, Journal, 1871, p.792).Appliquer une telle démarche scientifique à l'étude de Bach, par exemple, ce n'est pas profanatoire, c'est appliquer, avec rigueur, tout l'homme (et pas seulement son intellect: son coeur, ses muscles pensants) à cet objet musical de grande envergure, afin d'y apercevoir, et une musique plus générale, et autre chose de plus général que la musique (Schaeffer, Rech. mus. concr., 1952, p.166). [pʀ ɔfanatwa:ʀ]. 1reattest. 1834-35 (Decourchamp, Souvenirs de la marq. de Créquy, t.IV, ch. 4 ds Littré); dér. sav. de profanare, v. profaner, suff. (at)oire*.

Wiktionnaire

Verbe

profaner \pʁɔ.fa.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Religion) Abuser des choses de la religion, les traiter avec irrévérence, avec mépris, les employer à des usages profanes.
    • Et les hordes fanatisées par les prédicateurs de la Croisade trouvèrent tout naturel, avant de régler leur compte à ceux qui avaient profané (soi-disant) le tombeau du Christ, de châtier les descendants des « déicides ». — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  2. (Par extension) Commettre un acte impie dans un lieu sacré.
    • Cette église a été profanée. — Les tombes furent profanées.
  3. (Figuré) Faire un mauvais usage de ce qui est rare, précieux, respectable, le dégrader, le traiter avec trop peu de respect.
    • Lire de si belles choses devant un homme qui n’y entend rien, c’est les profaner.
    • C’est profaner son talent que de l’employer à de pareilles besognes.
    • Il se rendit donc chez lui au numéro 1 d’Inner Temple Lane, et le trouva dans sa chambre que le balai visitait peu sans doute et que la main des ménagères ne profanait point. — (Julien Green, Suite anglaise, 1972, Le Livre de Poche, p. 12.)
    • Profaner la beauté, l’innocence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROFANER. v. tr.
Abuser des choses de la religion, les traiter avec irrévérence, avec mépris, les employer à des usages profanes. Profaner les vases sacrés. Profaner un temple, une église. Il profane les choses les plus saintes. Profaner la parole de Dieu. Cette église a été profanée, Il s'y est commis un meurtre, un assassinat, une action criminelle; elle a été souillée par une présence impie.

PROFANER signifie figurément Faire un mauvais usage de ce qui est rare, précieux, respectable, le dégrader, le traiter avec trop peu de respect. Lire de si belles choses devant un homme qui n'y entend rien, c'est les profaner. C'est profaner son talent que de l'employer à de pareilles besognes. Profaner la beauté, l'innocence.

Littré (1872-1877)

PROFANER (pro-fa-né) v. a.
  • 1Traiter avec irrévérence les choses de la religion. Puisque, en tant que créatures, ils [les baptisés] doivent se tenir dans l'ordre des créatures et ne pas profaner le lieu qu'ils remplissent, et qu'en tant que chrétiens…, Pascal, Lett. à Mme Perier, 1er avr. 1648. On verra de David l'héritier détestable Abolir tes honneurs, profaner ton autel, Racine, Ath. V, 6. Va profaner des dieux la majesté sacrée, Racine, Andr. IV, 5.

    Cette église a été profanée, il s'y est commis un meurtre, un assassinat, une action criminelle.

    Par extension. La royauté a été profanée, et les princes sont foulés aux pieds, Bossuet, Reine d'Anglet. Le fruit de l'adultère Profane insolemment le trône d'Angleterre, P. Lebrun, Marie St. III, 4.

  • 2Il signifie quelquefois rendre un objet sacré à un usage profane. Pour pouvoir réparer les vases sacrés, il faut d'abord les profaner. Le premier coup de marteau profane un calice.
  • 3 Fig. Dégrader, avilir une chose rare et précieuse. Mais l'amitié demande un peu plus de mystère ; Et c'est assurément en profaner le nom Que de vouloir le mettre en toute occasion, Molière, Mis. I, 2. Et ne profanez pas des transports si charmants, Racine, Phèdre, III, 4.
  • 4 Fig. et dans le discours ordinaire, faire un mauvais usage (emploi qui vieillit). Il ne faudrait point d'autre recommandation, et c'est profaner le pouvoir que vous avez sur moi l'un et l'autre, que de vous mettre en jeu, quand il est question de protéger une pareille probité, Sévigné, à M. et Mme de Guitaut, 4 août 1679. Belle Rochebonne, grondez-le pour moi [Mme de Grignan] ; j'aimerais mieux qu'elle coquetât avec M. de Vardes, comme vous me le mandez, que de profaner une santé qui fait notre vie à tous, Sévigné, 20 oct. 1677.
  • 5Se profaner, v. réfl. Faire un mauvais usage de soi-même (emploi qui vieillit). Retenez cette plume qui va si vite et si facilement… ne vous amusez point à répondre sur des nouvelles ; ne vous profanez point, Sévigné, à Mme de Grignan, 17 mars 1680.

HISTORIQUE

XVIe s. Ou sinon, contre toy je tourneray mes armes, Profanant ma valeur sur tes fresles gendarmes, Desportes, Rodomont.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROFANER, v. act. manquer de respect aux choses qu’on regarde comme sacrées ou qui le sont.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « profaner »

Lat. profanare, de profanus, profane.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1342) Emprunté au latin profanare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « profaner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
profaner prɔfane

Citations contenant le mot « profaner »

  • Il ne reste plus beaucoup de choses à profaner, faute de sacré encore capable de servir de cible. De Rémi Brague / Le Figaro, 17 janvier 2015
  • Mais l'amitié demande un peu plus de mystère, Et c'est assurément en profaner le nom Que de vouloir le mettre à toute occasion. De Molière / Le misanthrope
  • Celui qui veut assassiner un peuple, détruira son âme, profanera ses croyances, ses religions, niera sa culture et son histoire. De Jean-Marie Adiaffi / La Carte d'identité
  • Un mouvement terroriste qui dès le départ se livre à des atrocités comme celles revenant à créer une pénurie d’oxygène et à profaner des morts fait montre d’une sauvagerie extrême dès ses premiers pas. Il n’a pas besoin de monter en cadence, d’en faire plus pour que le pays sache à quel monstre il a affaire. Maghreb Online, Algérie - A Biskra et ailleurs, c'était bien du sabotage - Maghreb Online
  • Selon des informations relayées ce mardi, 14 juillet 2020, une personne aurait tenté de profaner la tombe du feu Ahmed Sekou Touré. Un acte condamné par Ibrahima Semega Diané. Ce leader du mouvement Sekoutoureiste demande donc aux autorités d’ouvrir une enquête afin de mettre mains sur le ou les auteurs de cet acte. Ma Guinée Infos, Tentative de profanation du Mausolée de Sekou Touré: Ibrahima Semega Diané s’indigne et condamne | Ma Guinée Infos
  • Pour le système, la mémoire ne devrait pas, non plus, concerner la longue période qui débute à l’indépendance et durant laquelle il n’en finit pas de profaner, par le pillage du pays, le souvenir des sacrifices de multiples générations. Le souvenir de la résistance à la colonisation commande la plus grande solennité dans l’hommage que leur pays doit leur rendre. Mais l’hommage authentique n’est pas dans les offices de circonstance. Que d’apparats depuis 1962 ! Tous les préposés aux institutions s’investissent successivement et depuis plus d’un demi-siècle dans l’organisation et l’animation de rituels les plus poignants et les plus spectaculaires.  http://www.liberte-algerie.com/, Mémoire glorifiée, mémoire profanée: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com

Images d'illustration du mot « profaner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « profaner »

Langue Traduction
Anglais profane
Espagnol profano
Italien profano
Allemand entweihen
Chinois 亵渎
Arabe دنس
Portugais profano
Russe непосвященный
Japonais 不敬
Basque profanoak
Corse prufanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « profaner »

Source : synonymes de profaner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « profaner »

Partager