La langue française

Béatifier

Définitions du mot « béatifier »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÉATIFIER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− RELIG. [Le suj. est le pape ou l'Église] Proclamer bienheureux :
1. « ... La noblesse est tête ou cœur, vertu ou chef-d'œuvre. Qui niera que le B. Labre est plus noble qu'un Bourbon? » Il y eut des protestations. − « Prenez garde, » fit-il, « l'Église l'a béatifié, il est ennobli pour l'éternité... » Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 107.
2. Chaque mercredi, chaque samedi, je participai pendant une heure à une cérémonie sacrée, dont la pompe transfigurait toute ma semaine. Les élèves s'asseyaient autour d'une table ovale; trônant dans une sorte de cathèdre, Mademoiselle Fayet présidait; du haut de son cadre, Adeline Désir, une bossue qu'on s'occupait en haut lieu de faire béatifier, nous surveillait. S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 25.
B.− P. ext. [Le compl. désigne une pers. ou un inanimé abstr. (puissance, instinct)] Rendre heureux, combler :
3. Parmi les petits oiseaux, le premier, par ordre d'excellence, est sans contredit le becfigue. Il s'engraisse au moins autant que le rouge-gorge ou l'ortolan, et la nature lui a donné en outre une amertume légère et un parfum unique si exquis, qu'ils engagent, remplissent et béatifient toutes les puissances dégustatrices. Brillat-Savarin, Physiol. du goût,1825, p. 87.
4. ... dans la mesure où M. Gide s'est, par avance, défendu de conserver leur énergie aux plus hautes puissances de l'âme, où il a béatifié l'instinct sans loi, c'est aux « puissances démoniaques » qu'il doit soumettre la vie supérieure de l'esprit... Massis, Jugements,t. 2, 1924, p. 72.
II.− Emploi pronom., rare, iron. Se béatifier.Devenir comme un bienheureux du ciel :
5. Vers ce temps-là, je ne sais quel plaisant avait fait courir le bruit que [G. de] Balzac aussi, de son côté, se béatifiait, se prenait d'adoration pour les choses spirituelles; ... Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 2, 1842, p. 65.
Rem. Béatifier, canoniser. ,,Béatifier dit moins que canoniser; par la béatification, le pape permet de considérer comme élu un personnage dont la vie et la mort ont été édifiantes; par la canonisation, il ordonne l'inscription d'un nouveau nom dans le canon des saints reconnus par toute l'Église, et, dès lors, tous les fidèles sont tenus d'honorer ce nom comme appartenant à un habitant du ciel`` (Lar. 20e).
PRONONC. ET ORTH. : [beatifje], (je) béatifie [beatifi]. Dans la conjug. : 2 i aux 2 premières pers. du plur. de l'imp. de l'ind. et du prés. du subj. nous béatifiions, vous béatifiiez.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1370 « mettre au nombre des bienheureux » (Oresme, Éthique, 28 dans Gdf. Compl. : Et semblablement des hommes nous beatifions ceulx qui sont tres parfects et comme divins et tres bons excellemment); 2. 1565 « rendre heureux » (Amyot, trad. des Œuvres morales de Plutarque dans Hug. : C'est en quoy les Roys ... ressemblent mieulx à la divinité, de pouvoir béatifier et rendre heureux, non une ville seulement, ou un païs particulier, ains tout un monde); considéré comme plaisant dep. Ac. 1835, qualifié de ,,vieilli`` par DG. Empr. au lat. chrét. beatificare « rendre heureux » (Itala, Is. 3, 12 dans TLL s.v., 1793, 80); « magnifier, déclarer bienheureux » (ann. 866, Rimbertus, Vita Anscarii, 35, p. 68, 16 dans Mittellat. W. s.v.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 23.

Wiktionnaire

Verbe

béatifier \be.a.ti.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Christianisme) Mettre au nombre des bienheureux.
    • Il est béatifié, mais il n’est pas encore canonisé.
  2. (Désuet) (Familier) (Par plaisanterie) Rendre heureux.
    • Cette nouvelle l’a béatifié.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BÉATIFIER. v. tr.
T. de Théologie. Mettre au nombre des bienheureux. Il est béatifié, mais il n'est pas encore canonisé. Il se dit quelquefois en plaisantant, dans le langage ordinaire, et signifie Rendre heureux. Cette nouvelle l'a béatifié.

Littré (1872-1877)

BÉATIFIER (bé-a-ti-fi-é), je béatifiais, nous béatifiions ; que je béatifie, que nous béatifiions v. a.
  • 1Rendre bienheureux. Il fallait qu'il les créât, béatifiât et guérît, Pascal, J. C. 7. On aimerait autant Dieu, quand même (par supposition impossible) il ne voudrait jamais être béatifiant pour nous, Fénelon, XVIII, 312.
  • 2En termes dogmatiques, donner la béatification.
  • 3 Familièrement. Rendre heureux. Cette nouvelle l'a béatifié.

HISTORIQUE

XIVe s. Et semblablement des hommes nous beatifions ceulx qui sont très parfects et comme divins et très bons excellemment, Oresme, Eth. 28.

XVIe s. C'est en quoy les roys ressemblent mieulx à la divinité, de pouvoir beatifier et rendre heureux tout un monde, par maniere de dire, Amyot, Moral. épît. 2. Le ciel, qui par son influence m'a tant daigné beatiffier, Carloix, VI, 37. S'il eust pleu à sa saincteté me beatiffier [gratifier] d'ung remerciment, par lettre de sa main…, Carloix, X, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BÉATIFIER.
3Ajoutez : Le bonhomme [le père de Balzac] à qui vous avez écrit et que vous avez béatifié par votre lettre, Guez de Balzac, Lettres inéd. v, édit. Tamizey-Larroque.
4 V. réfl. Se béatifier, se rendre heureux. C'est une absurdité de dire que par la vertu seule un homme se puisse béatifier, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « béatifier »

Du latin beatificare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Beatificare, de beatus, béat (voy. ce mot), et le suffixe ficare, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « béatifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
béatifier beatifie

Évolution historique de l’usage du mot « béatifier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « béatifier »

  • Comme l'idée de devoir s'obnubile et se perd, quand on fouille sa conscience et qu'on découvre avec horreur que l'être humain ramène toujours tout à soi et ne cherche en somme qu'à se béatifier. De François Hertel / Anatole Laplante, curieux homme
  • Ce n’est qu’en 1728, soit près d’un siècle après cette fin tragique et le décès des missionnaires que l’Eglise décide, à travers un décret pontifical, de béatifier Juan de Prado. Dans son argument expliquant cette décision, le pape Benoît XIII a confirmé, le 24 mai 1728, que le Franciscain avait été tué in odium fidei, soit à cause de la haine de la foi chrétienne. , Juan de Prado, missionnaire tué sur ordre du sultan du Maroc et béatifié par l’Eglise
  • Ce vendredi, le Conseil constitutionnel n'a pas estimé contraire à la Constitution la non réhabilitation judiciaire des condamnés à mort. Il était saisi par le fils de Jacques Fesch, guillotiné en 1957, qui avait trouvé la foi en prison, à tel point que l'Église envisage de le béatifier. France Culture, Jacques Fesch, le condamné à mort qui pourrait être réhabilité et béatifié
  • Il serait bon de béatifier Blaise Pascal, pour deux raisons essentiellement. D’abord parce qu’il est un exemple magnifique de conversion intime, profonde, à Jésus-Christ. Lorsqu’il fait son expérience dite du « Mémorial », dans la nuit du 23 novembre 1654, à l’âge de 31 ans, il prend conscience d’être habité par l’infini de l’amour de Dieu (Christ Agapé) qui se révèle dans tout son être, et pas seulement dans sa raison......lire la suite de l’entretien. La Croix, Faut-il béatifier Blaise Pascal  ?

Traductions du mot « béatifier »

Langue Traduction
Anglais beatify
Espagnol beatificar
Italien beatificare
Portugais beatificar
Source : Google Translate API

Synonymes de « béatifier »

Source : synonymes de béatifier sur lebonsynonyme.fr

Béatifier

Retour au sommaire ➦

Partager