Révélation : définition de révélation


Révélation : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVÉLATION, subst. fém.

A. − Action de révéler quelque chose à quelqu'un; résultat de cette action.
1. La révélation de qqc. Action de porter à la connaissance quelque chose de caché, d'inconnu. La révélation d'un secret, d'un complot. Ce terme, dans l'usage n'est point accompagné de l'idée odieuse qu'on attache à ceux de délation et de dénonciation, bien qu'il leur soit synonyme. Il semble que la révélation d'un crime ou d'un délit dangereux pour la société soit un devoir pour le citoyen (St-Edmet. 51828).Les experts ne veulent pas raconter ici leur expertise: ils la monnoyent dans les journaux. On nous cache des documents dont la révélation serait, dit-on, nuisible aux intérêts de la Défense Nationale (Clemenceau,Iniquité, 1899, p. 206).
P. méton. [L'obj. de la révélation désigne une pers.] Révélation des complices (Ac. 1835-1935).
DR. PÉNAL. Révélation ou violation de secret. ,,Manquement à l'obligation du secret professionnel (...) [qui] constitue un délit, hormis les cas où la loi oblige à se porter dénonciateur. (Cod. pén. art. 368)`` (Cap. 1936).
2. En partic. Communication orale ou écrite d'un fait demeuré jusque-là ignoré ou secret; fait, chose révélé(e). Dites bien que, sur Van Gogh, je prépare un ouvrage qui comportera des révélations sensationnelles et des renseignements scientifiques (Duhamel,Passion J. Pasquier, 1945, p. 52).V. civisme ex. de France:
1. Vous avez jugé bon de livrer au public le journal intime d'une femme, journal que celle-ci n'aurait jamais consenti d'écrire si elle eût pu se douter du sort qui lui serait fait un jour. La mode est aux confessions, aux révélations indiscrètes, sans souci du préjudice matériel ou moral que ces indiscrétions peuvent causer aux survivants... Gide,Robert, 1930, p. 1314.
SYNT. Révélations curieuses, étranges, inattendues; révélations personnelles; faire une, des révélation(s); faire, avoir la révélation que; avoir la révélation de qqc.; avoir, attendre, obtenir, recevoir des révélations de qqn; apporter des révélations sur qqc.
DR. CANON. ,,Déclaration qui se faisait à un prêtre, après la publication d'un monitoire, de ce qui s'était passé de secret dans une affaire`` (Guérin 1892). On publia des monitoires pour avoir révélation de telle chose (Ac.1835, 1878).
B. − RELIGION
1. Dans les relig. positives.Acte pouvant s'exercer suivant divers modes, par lequel Dieu ou la divinité, se manifeste à l'homme et lui communique la connaissance de vérités partiellement ou totalement inaccessibles à la raison; ensemble de vérités ainsi portées à la connaissance de l'homme et constituant le fondement de la religion en question. Être frappé, saisi, touché par la révélation. Ne peut-il pas sembler qu'il y ait eu, dans tous les cultes intelligents, une certaine part de révélation divine? Le christianisme primitif a invoqué la parole des Sibylles et n'a point repoussé le témoignage des derniers oracles de Delphes (Nerval,Filles feu, Isis, 1854, p. 658):
2. ... Dieu doit leur avoir dit de ce que nous ne savons pas, de ce que nous ignorons nous autres. Dieu doit leur avoir fait des révélations particulières. Hauviette: Il n'y a point de révélations particulières. Il n'y a qu'une révélation pour tout le monde; et c'est la révélation de Dieu et de Notre-Seigneur-Jésus-Christ. De Dieu par lui-même et par Notre-Seigneur-Jésus-Christ. C'est une révélation pour tous les bons chrétiens, pour tous les chrétiens, même pour les mauvais, et pour les pécheurs, pour tous les bons paroissiens. Péguy,Myst. charité, 1910, p. 26.
SYNT. Révélation orale, écrite; la révélation égyptienne, judéo-chrétienne, juive, chrétienne; la révélation biblique, mosaïque, prophétique, évangélique; la révélation des Écritures, de l'Ancien, du Nouveau Testament, de l'Évangile, du Coran; le dépôt, le contenu, les données, les enseignements de la révélation.
En partic., dans la relig. judéo-chrét.
Révélation naturelle. Manifestation de Dieu qui se fait connaître par la création et par la conscience de l'homme. Là où l'Apôtre [saint Paul] invoquait contre les païens, une révélation naturelle qui les condamne, saint Justin admet en leur faveur une révélation naturelle qui les sauve (Gilson,Espr. philos. médiév., 1931, p. 29).V. infra ex. de Dheilly.
Révélation surnaturelle. Manifestation de Dieu communiquant à l'homme par la parole adressée à ses messagers, la connaissance de son être, de sa volonté, de son plan tel qu'il se développe dans l'histoire. La révélation surnaturelle, d'abord destinée à un petit groupe, se manifeste ensuite comme adressée à l'humanité entière. Elle se présente sous forme partielle et progressive; sa continuité est assurée par la personne du Christ qui en est le centre et en qui elle s'achève. Tandis que la révélation naturelle commence avec l'homme et s'achèvera avec lui, la révélation surnaturelle commence avec Abraham pour se terminer avec la mort du dernier apôtre ou mieux avec la fin du Nouveau Testament (Dheilly1964, p. 1027).
Révélation directe. Communication que Dieu établit directement avec l'un de ses élus, notamment par vision ou par audition. Les auteurs sacrés ne donnent pas d'explications sur la manière dont se sont produites ces révélations directes. On sait seulement que Moïse entendait la voix de Jéhovah mais ne pouvait voir sa face (...). Sur le chemin de Damas, saint Paul entendit et vit Jésus (...). Il y a certainement dans ces révélations directes une action divine qui s'exerce sur l'intelligence de l'homme et se fait reconnaître elle-même (Bible1912, p. 1082).
Révélation transmise. Révélation transmise aux autres hommes par les médiateurs de Dieu; en partic. ,,celle que Moïse a transmise à ses frères`` (Guérin 1892).
Révélation primitive. Révélation faite à Adam et aux patriarches. V. infra ex. de Marcel 1938.
Révélation mosaïque. Révélation faite à Moïse et aux prophètes. Dieu a instruit l'homme en le créant: c'est la révélation primitive, puis Il a renouvelé et développé celle-ci par l'organe de Moïse et des Prophètes: c'est la révélation mosaïque (Marcel1938).
Révélation chrétienne. Révélation de Dieu en Jésus-Christ. Laissée à ses seules forces, l'intelligence humaine ne peut donc pénétrer le mystère divin; elle arrive seulement à comprendre vraiment un point, à savoir que Dieu reste pour elle incompréhensible. La révélation chrétienne change cet état de choses, non pas complètement, car notre connaissance de Dieu n'est jamais ici-bas compréhensible, même au sens vulgaire du mot; mais elle le change partiellement, dans les limites où le Verbe divin, fait homme, nous a parlé de son père (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1044).
La révélation de Saint Jean. L'Apocalypse (v. ce mot A 2). Plusieurs théologiens, même catholiques, ont cru que des faits du premier ordre et peu éloignés étoient annoncés dans la révélation de saint Jean (J. de Maistre,Soirées St-Pétersb., t. 2, 1821, p. 308).
Empl. abs. Les trois révélations. Les religions juive, chrétienne et musulmane. (Ds Littré, Rob.). Les deux révélations. La religion juive et la religion chrétienne (d'apr. Guérin 1892). La révélation. La révélation chrétienne, le christianisme. Dans le péril où le pousse sa philosophie [Locke], il abandonne sa philosophie et toute philosophie, et il en appelle au christianisme, à la révélation, à la foi (Cousin,Hist. philos. XVIIIes., t. 2, 1829, p. 350).
2. Dans le vocab. mystique. Connaissance relative aux choses surnaturelles, conçue comme donnée à l'individu par inspiration divine. Révélations intérieures; révélations particulières (supra ex. 2); recevoir des révélations. Tu n'as pas su cela, jeune homme, parce que tu n'étais pas prêtre, parce que tu n'avais ni révélations, ni visions, ni pressentiments (Sand,Lélia, 1833, p. 81).Causes d'erreurs au sujet des révélations privées: ceux qui les reçoivent les interprètent mal à cause de leur obscurité ou parce que Dieu n'en donne qu'une demi-intelligence (...) on les interprète trop à la lettre, on n'en voit pas le véritable esprit (...) les visions peuvent ne représenter tel événement que de façon approximative, ou n'ont qu'une valeur symbolique (Marcel1938).
C. − Phénomène par lequel une réalité cachée ou ignorée se manifeste, s'impose soudainement à la conscience ou à la connaissance; prise de conscience immédiate, découverte par voie d'intuition, d'inspiration, d'illumination. Cette espèce d'instinct, plus sûr que le raisonnement, qui, par une révélation intime, soudaine, profonde, donne à chacun comme la vive intuition de ce qui est au fond de toutes les âmes (Lamennaisds L'Avenir, 1831, p. 351).[Une impression] si particulière, si spontanée, qui n'avait été ni tracée par mon intelligence, ni atténuée par ma pusillanimité, mais que la mort elle-même, la brusque révélation de la mort, avait, comme la foudre, creusée en moi, selon un graphique surnaturel, inhumain, comme un double et mystérieux sillon (Proust,Sodome, 1922, p. 759).
SYNT. Révélation brusque, brutale, subite, inattendue, spontanée; révélation progressive; avoir, attendre, recevoir la révélation de qqc.; avoir des révélations (relativement à qqc.); la révélation de l'amour, du plaisir; la révélation de soi-même.
P. méton.
[Désigne une chose] Fait, réalité que l'on découvre inopinément et qui, souvent, s'avère riche d'enseignement ou de grande conséquence. [La Zambinella] jeta sur Sarrasine un des coups d'œil éloquents qui disent souvent beaucoup plus de choses que les femmes ne le veulent. Ce regard fut toute une révélation. Sarrasine était aimé! (Balzac,Sarrasine, 1831, p. 416).La course de taureaux fut pour l'enfant la seconde des trois grandes révélations... faut-il dire « de sa jeunesse », ou bien « de sa vie »? (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 385).[Suivi d'un compl. déterminatif] Ce qui révèle, ce qui est l'expression, la manifestation de quelque chose. Le pays qu'un grand homme a habité et préféré, pendant son passage sur la terre, m'a toujours paru la plus sûre et la plus parlante relique de lui-même; une sorte de manifestation matérielle de son génie, une révélation muette d'une partie de son âme, un commentaire vivant et sensible de sa vie, de ses actions et de ses pensées (Lamart.,Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 329).Dès que l'homme se sert du langage pour établir une relation vivante avec lui-même ou avec ses semblables, le langage n'est plus un instrument, n'est plus un moyen, il est une manifestation, une révélation de l'être intime et du lien psychique qui nous unit au monde et à nos semblables (Goldstein ds Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 229).
Personne qui s'impose (principalement dans le domaine du sport, des arts, du spectacle) en manifestant sa valeur, son talent, ses qualités. La révélation de l'année. Il paraît que Hindenburg c'est une révélation, lui dis-je. − Une vieille révélation, me répondit-il du tac au tac, ou une future révolution (Proust,Temps retr., 1922, p. 761).Ce jeune cinéaste de 26 ans [Humberto Solas] s'impose comme l'une des révélations les plus fracassantes et les plus sûres du cinéma cubain et mondial (Les Lettres fr., 6 août 1969, p. 20, col. 3).
D. − OPT., PHOT. Apparition de l'image donnée par un système optique. Révélation de l'image latente (Rob.). L'optique classique ne considérait que les images définies comme lieu des sommets des cônes issus du système optique (...). Tous les raisonnements portaient sur la structure de ces lieux géométriques, en considérant la révélation de l'image comme un simple procédé destiné à confirmer les prévisions du calcul arithmétique ou de la construction géométrique (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 204).
Prononc. et Orth.: [ʀevelasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: reve-; dep. 1740 révé-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 relig. « inspiration par laquelle Dieu fait connaître surnaturellement certaines choses » (Marie de France, Es-purgatoire, 65 ds T.-L.); 2. a) Fin xiiies.-déb. xives. [ms.] revelaciun « action de révéler (un secret, un crime,...) » (Ms. Londres, B.L., Egerton 613, f o16 r o); b) 1835 « information qui explique des événements obscurs ou fait connaître des éléments nouveaux » (Ac.); c) 1902 « personne qui manifeste brusquement de grandes qualités, un grand talent » (L'Auto-vélo, 13 janv. ds Petiot); 3. 1831 « tout ce qui apparaît brusquement comme une connaissance nouvelle, de sensations ou de sentiments jamais éprouvés » (Lamennais, loc. cit.); 4. 1941 phot. (Duhamel, Inv. abîme, p. 70). Empr. au b. lat. eccl.revelatio « action de laisser voir, de découvrir (en parlant de choses divines) » (v. Blaise Lat. chrét.), du lat. de l'époque impériale revelatio « action de laisser voir, de découvrir », dér. de revelatum, v. révélateur. Fréq. abs. littér.: 1 959. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 197, b) 2 349; xxes.: a) 3 032, b) 3 373. Bbg. Gall. 1955, p. 117, 118, 378. − Quem. DDL t. 17.

Révélation : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉVÉLATION, subst. fém.

A. − Action de révéler quelque chose à quelqu'un; résultat de cette action.
1. La révélation de qqc. Action de porter à la connaissance quelque chose de caché, d'inconnu. La révélation d'un secret, d'un complot. Ce terme, dans l'usage n'est point accompagné de l'idée odieuse qu'on attache à ceux de délation et de dénonciation, bien qu'il leur soit synonyme. Il semble que la révélation d'un crime ou d'un délit dangereux pour la société soit un devoir pour le citoyen (St-Edmet. 51828).Les experts ne veulent pas raconter ici leur expertise: ils la monnoyent dans les journaux. On nous cache des documents dont la révélation serait, dit-on, nuisible aux intérêts de la Défense Nationale (Clemenceau,Iniquité, 1899, p. 206).
P. méton. [L'obj. de la révélation désigne une pers.] Révélation des complices (Ac. 1835-1935).
DR. PÉNAL. Révélation ou violation de secret. ,,Manquement à l'obligation du secret professionnel (...) [qui] constitue un délit, hormis les cas où la loi oblige à se porter dénonciateur. (Cod. pén. art. 368)`` (Cap. 1936).
2. En partic. Communication orale ou écrite d'un fait demeuré jusque-là ignoré ou secret; fait, chose révélé(e). Dites bien que, sur Van Gogh, je prépare un ouvrage qui comportera des révélations sensationnelles et des renseignements scientifiques (Duhamel,Passion J. Pasquier, 1945, p. 52).V. civisme ex. de France:
1. Vous avez jugé bon de livrer au public le journal intime d'une femme, journal que celle-ci n'aurait jamais consenti d'écrire si elle eût pu se douter du sort qui lui serait fait un jour. La mode est aux confessions, aux révélations indiscrètes, sans souci du préjudice matériel ou moral que ces indiscrétions peuvent causer aux survivants... Gide,Robert, 1930, p. 1314.
SYNT. Révélations curieuses, étranges, inattendues; révélations personnelles; faire une, des révélation(s); faire, avoir la révélation que; avoir la révélation de qqc.; avoir, attendre, obtenir, recevoir des révélations de qqn; apporter des révélations sur qqc.
DR. CANON. ,,Déclaration qui se faisait à un prêtre, après la publication d'un monitoire, de ce qui s'était passé de secret dans une affaire`` (Guérin 1892). On publia des monitoires pour avoir révélation de telle chose (Ac.1835, 1878).
B. − RELIGION
1. Dans les relig. positives.Acte pouvant s'exercer suivant divers modes, par lequel Dieu ou la divinité, se manifeste à l'homme et lui communique la connaissance de vérités partiellement ou totalement inaccessibles à la raison; ensemble de vérités ainsi portées à la connaissance de l'homme et constituant le fondement de la religion en question. Être frappé, saisi, touché par la révélation. Ne peut-il pas sembler qu'il y ait eu, dans tous les cultes intelligents, une certaine part de révélation divine? Le christianisme primitif a invoqué la parole des Sibylles et n'a point repoussé le témoignage des derniers oracles de Delphes (Nerval,Filles feu, Isis, 1854, p. 658):
2. ... Dieu doit leur avoir dit de ce que nous ne savons pas, de ce que nous ignorons nous autres. Dieu doit leur avoir fait des révélations particulières. Hauviette: Il n'y a point de révélations particulières. Il n'y a qu'une révélation pour tout le monde; et c'est la révélation de Dieu et de Notre-Seigneur-Jésus-Christ. De Dieu par lui-même et par Notre-Seigneur-Jésus-Christ. C'est une révélation pour tous les bons chrétiens, pour tous les chrétiens, même pour les mauvais, et pour les pécheurs, pour tous les bons paroissiens. Péguy,Myst. charité, 1910, p. 26.
SYNT. Révélation orale, écrite; la révélation égyptienne, judéo-chrétienne, juive, chrétienne; la révélation biblique, mosaïque, prophétique, évangélique; la révélation des Écritures, de l'Ancien, du Nouveau Testament, de l'Évangile, du Coran; le dépôt, le contenu, les données, les enseignements de la révélation.
En partic., dans la relig. judéo-chrét.
Révélation naturelle. Manifestation de Dieu qui se fait connaître par la création et par la conscience de l'homme. Là où l'Apôtre [saint Paul] invoquait contre les païens, une révélation naturelle qui les condamne, saint Justin admet en leur faveur une révélation naturelle qui les sauve (Gilson,Espr. philos. médiév., 1931, p. 29).V. infra ex. de Dheilly.
Révélation surnaturelle. Manifestation de Dieu communiquant à l'homme par la parole adressée à ses messagers, la connaissance de son être, de sa volonté, de son plan tel qu'il se développe dans l'histoire. La révélation surnaturelle, d'abord destinée à un petit groupe, se manifeste ensuite comme adressée à l'humanité entière. Elle se présente sous forme partielle et progressive; sa continuité est assurée par la personne du Christ qui en est le centre et en qui elle s'achève. Tandis que la révélation naturelle commence avec l'homme et s'achèvera avec lui, la révélation surnaturelle commence avec Abraham pour se terminer avec la mort du dernier apôtre ou mieux avec la fin du Nouveau Testament (Dheilly1964, p. 1027).
Révélation directe. Communication que Dieu établit directement avec l'un de ses élus, notamment par vision ou par audition. Les auteurs sacrés ne donnent pas d'explications sur la manière dont se sont produites ces révélations directes. On sait seulement que Moïse entendait la voix de Jéhovah mais ne pouvait voir sa face (...). Sur le chemin de Damas, saint Paul entendit et vit Jésus (...). Il y a certainement dans ces révélations directes une action divine qui s'exerce sur l'intelligence de l'homme et se fait reconnaître elle-même (Bible1912, p. 1082).
Révélation transmise. Révélation transmise aux autres hommes par les médiateurs de Dieu; en partic. ,,celle que Moïse a transmise à ses frères`` (Guérin 1892).
Révélation primitive. Révélation faite à Adam et aux patriarches. V. infra ex. de Marcel 1938.
Révélation mosaïque. Révélation faite à Moïse et aux prophètes. Dieu a instruit l'homme en le créant: c'est la révélation primitive, puis Il a renouvelé et développé celle-ci par l'organe de Moïse et des Prophètes: c'est la révélation mosaïque (Marcel1938).
Révélation chrétienne. Révélation de Dieu en Jésus-Christ. Laissée à ses seules forces, l'intelligence humaine ne peut donc pénétrer le mystère divin; elle arrive seulement à comprendre vraiment un point, à savoir que Dieu reste pour elle incompréhensible. La révélation chrétienne change cet état de choses, non pas complètement, car notre connaissance de Dieu n'est jamais ici-bas compréhensible, même au sens vulgaire du mot; mais elle le change partiellement, dans les limites où le Verbe divin, fait homme, nous a parlé de son père (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1044).
La révélation de Saint Jean. L'Apocalypse (v. ce mot A 2). Plusieurs théologiens, même catholiques, ont cru que des faits du premier ordre et peu éloignés étoient annoncés dans la révélation de saint Jean (J. de Maistre,Soirées St-Pétersb., t. 2, 1821, p. 308).
Empl. abs. Les trois révélations. Les religions juive, chrétienne et musulmane. (Ds Littré, Rob.). Les deux révélations. La religion juive et la religion chrétienne (d'apr. Guérin 1892). La révélation. La révélation chrétienne, le christianisme. Dans le péril où le pousse sa philosophie [Locke], il abandonne sa philosophie et toute philosophie, et il en appelle au christianisme, à la révélation, à la foi (Cousin,Hist. philos. XVIIIes., t. 2, 1829, p. 350).
2. Dans le vocab. mystique. Connaissance relative aux choses surnaturelles, conçue comme donnée à l'individu par inspiration divine. Révélations intérieures; révélations particulières (supra ex. 2); recevoir des révélations. Tu n'as pas su cela, jeune homme, parce que tu n'étais pas prêtre, parce que tu n'avais ni révélations, ni visions, ni pressentiments (Sand,Lélia, 1833, p. 81).Causes d'erreurs au sujet des révélations privées: ceux qui les reçoivent les interprètent mal à cause de leur obscurité ou parce que Dieu n'en donne qu'une demi-intelligence (...) on les interprète trop à la lettre, on n'en voit pas le véritable esprit (...) les visions peuvent ne représenter tel événement que de façon approximative, ou n'ont qu'une valeur symbolique (Marcel1938).
C. − Phénomène par lequel une réalité cachée ou ignorée se manifeste, s'impose soudainement à la conscience ou à la connaissance; prise de conscience immédiate, découverte par voie d'intuition, d'inspiration, d'illumination. Cette espèce d'instinct, plus sûr que le raisonnement, qui, par une révélation intime, soudaine, profonde, donne à chacun comme la vive intuition de ce qui est au fond de toutes les âmes (Lamennaisds L'Avenir, 1831, p. 351).[Une impression] si particulière, si spontanée, qui n'avait été ni tracée par mon intelligence, ni atténuée par ma pusillanimité, mais que la mort elle-même, la brusque révélation de la mort, avait, comme la foudre, creusée en moi, selon un graphique surnaturel, inhumain, comme un double et mystérieux sillon (Proust,Sodome, 1922, p. 759).
SYNT. Révélation brusque, brutale, subite, inattendue, spontanée; révélation progressive; avoir, attendre, recevoir la révélation de qqc.; avoir des révélations (relativement à qqc.); la révélation de l'amour, du plaisir; la révélation de soi-même.
P. méton.
[Désigne une chose] Fait, réalité que l'on découvre inopinément et qui, souvent, s'avère riche d'enseignement ou de grande conséquence. [La Zambinella] jeta sur Sarrasine un des coups d'œil éloquents qui disent souvent beaucoup plus de choses que les femmes ne le veulent. Ce regard fut toute une révélation. Sarrasine était aimé! (Balzac,Sarrasine, 1831, p. 416).La course de taureaux fut pour l'enfant la seconde des trois grandes révélations... faut-il dire « de sa jeunesse », ou bien « de sa vie »? (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 385).[Suivi d'un compl. déterminatif] Ce qui révèle, ce qui est l'expression, la manifestation de quelque chose. Le pays qu'un grand homme a habité et préféré, pendant son passage sur la terre, m'a toujours paru la plus sûre et la plus parlante relique de lui-même; une sorte de manifestation matérielle de son génie, une révélation muette d'une partie de son âme, un commentaire vivant et sensible de sa vie, de ses actions et de ses pensées (Lamart.,Voy. Orient,t. 1, 1835, p. 329).Dès que l'homme se sert du langage pour établir une relation vivante avec lui-même ou avec ses semblables, le langage n'est plus un instrument, n'est plus un moyen, il est une manifestation, une révélation de l'être intime et du lien psychique qui nous unit au monde et à nos semblables (Goldstein ds Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 229).
Personne qui s'impose (principalement dans le domaine du sport, des arts, du spectacle) en manifestant sa valeur, son talent, ses qualités. La révélation de l'année. Il paraît que Hindenburg c'est une révélation, lui dis-je. − Une vieille révélation, me répondit-il du tac au tac, ou une future révolution (Proust,Temps retr., 1922, p. 761).Ce jeune cinéaste de 26 ans [Humberto Solas] s'impose comme l'une des révélations les plus fracassantes et les plus sûres du cinéma cubain et mondial (Les Lettres fr., 6 août 1969, p. 20, col. 3).
D. − OPT., PHOT. Apparition de l'image donnée par un système optique. Révélation de l'image latente (Rob.). L'optique classique ne considérait que les images définies comme lieu des sommets des cônes issus du système optique (...). Tous les raisonnements portaient sur la structure de ces lieux géométriques, en considérant la révélation de l'image comme un simple procédé destiné à confirmer les prévisions du calcul arithmétique ou de la construction géométrique (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 204).
Prononc. et Orth.: [ʀevelasjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: reve-; dep. 1740 révé-. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 relig. « inspiration par laquelle Dieu fait connaître surnaturellement certaines choses » (Marie de France, Es-purgatoire, 65 ds T.-L.); 2. a) Fin xiiies.-déb. xives. [ms.] revelaciun « action de révéler (un secret, un crime,...) » (Ms. Londres, B.L., Egerton 613, f o16 r o); b) 1835 « information qui explique des événements obscurs ou fait connaître des éléments nouveaux » (Ac.); c) 1902 « personne qui manifeste brusquement de grandes qualités, un grand talent » (L'Auto-vélo, 13 janv. ds Petiot); 3. 1831 « tout ce qui apparaît brusquement comme une connaissance nouvelle, de sensations ou de sentiments jamais éprouvés » (Lamennais, loc. cit.); 4. 1941 phot. (Duhamel, Inv. abîme, p. 70). Empr. au b. lat. eccl.revelatio « action de laisser voir, de découvrir (en parlant de choses divines) » (v. Blaise Lat. chrét.), du lat. de l'époque impériale revelatio « action de laisser voir, de découvrir », dér. de revelatum, v. révélateur. Fréq. abs. littér.: 1 959. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 197, b) 2 349; xxes.: a) 3 032, b) 3 373. Bbg. Gall. 1955, p. 117, 118, 378. − Quem. DDL t. 17.

Révélation : définition du Wiktionnaire

Nom commun

révélation féminin

  1. Action de révéler.
    • […] Catherine de Médicis, craignant la révélation de ce secret, l’avait empoisonnée avec des gants de senteur qui avaient été confectionnés par un nomme Réné, Florentin fort habile dans ces sortes de matières. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Et Pausole observait debout les révélations successives d'un corps teinté, ferme, vivace, tandis qu'elle ouvrait tour à tour la chemisette bossue, la jupe monastique, le difforme pantalon blanc. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
  2. Certaines informations, orales ou écrites, qui expliquent des événements obscurs, ou font connaître des faits nouveaux.
    • Ces mémoires contiennent des révélations importantes, curieuses, étranges. Il est venu trouver la police, disant qu’il avait des révélations à faire.
  3. (Figuré) Fait inattendu que l’on apprend soudain, ou qui, une fois connu en explique un grand nombre d’autres.
    • Tout, dans cette Algérie, avait été une révélation pour lui... une cause de trouble - presque d'angoisse. (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
  4. (Familier) Manifestation soudaine des qualités, d'un talent qu’on ignorait, chez quelqu'un.
    • La publication de cette œuvre a été une révélation.
  5. (Religion) Manifestation directe de la pensée et de la volonté divines.
    • […], les institutions nouvelles étaient devenues intangibles et l'idéologie qui fut construite pour les expliquer devint comme une foi qui sembla longtemps avoir pour les Français la valeur que la révélation de Jésus a pour les catholiques. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Face à cette majestas absolue, irrévélable, la révélation de Dieu apparaît comme un voilement miséricordieux de cette majesté consumante. — (Emil Brunner, Dogmatique, t. 1: La doctrine chrétienne de Dieu, 1948, éd Labor et Fides, 1964, p. 188)
    • C'est là un élément important de la pensée islamique, […]. Il ne fallait rechercher la vérité que dans la Révélation divine. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992)
  6. (Spécialement) (Christianisme) Enseignement direct ou inspiration par lesquels Dieu a fait connaître ses mystères, sa volonté, sa venue, etc.
    • Oui, l’agonisant est plutôt esprit que matière ; voilà pourquoi, à l’heure suprême, les hommes les plus athées sont revenus aux croyances éternelles et aux vérités de révélation. — (Hubert Lauvergne, Les Forçats, J.-B. Baillière, 1841, édition Jérôme Millon, 1991, p.60)
  7. (Absolument) (Religion) Cette révélation divine ou la religion révélée elle-même.
    • Ce sont d'abord les saints ayant foi en la révélation qui, prochainement et du jour au lendemain, disparaîtront tous de ce monde pour être transportés au ciel, sans laisser ici-bas aucune dépouille mortelle. — (Une station sur les côtes d'Amérique — II. New-York et la société américaine, dans La revue des deux mondes, 1862, p.197)
  8. (Par extension) (Religion) Les choses révélées elles-mêmes.
    • Les révélations de saint Jean.
  9. (Religion) Communications supposées des païens avec leurs dieux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Révélation : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉVÉLATION. n. f.
Action de révéler. Révélation d'un secret, d'un complot, d'une conspiration, d'un crime. La non-révélation des crimes qui peuvent compromettre la sûreté de l'État. Révélation des complices. Il se dit spécialement de Certaines informations, orales ou écrites, qui expliquent des événements obscurs, ou font connaître des faits nouveaux. Ces mémoires contiennent des révélations importantes, curieuses, étranges. Il est venu trouver la police, disant qu'il avait des révélations à faire. Fig., C'est une révélation se dit d'un Fait inattendu que l'on apprend soudain, ou d'un Fait qui une fois connu en explique un grand nombre d'autres. Il se dit encore, familièrement, en parlant d'une Personne qui manifeste tout à coup des qualités, un talent qu'on ignorait. La publication de cette œuvre a été une révélation.

RÉVÉLATION désigne aussi, dans les diverses religions, la Manifestation directe de la pensée et de la volonté divines. Dans le christianisme, il désigne spécialement les Enseignements directs ou l'inspiration par lesquels Dieu a fait connaître ses mystères, sa volonté, sa venue, etc. Révélation divine. Saint Paul a eu des révélations. Il se prend absolument et désigne la Révélation divine ou la Religion révélée. L'autorité de l'Écriture sainte est fondée sur la révélation. Croire à la révélation. Il se dit aussi des Choses révélées. Les révélations de saint Jean. Il se dit de même des Communications supposées des païens avec leurs dieux.

Révélation : définition du Littré (1872-1877)

RÉVÉLATION (ré-vé-la-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
  • 1Action de révéler. La révélation d'un complot. Ces mémoires contiennent de curieuses révélations. L'on peut avoir la confiance de quelqu'un sans en avoir le cœur ; celui qui a le cœur n'a pas besoin de révélation ou de confiance, tout lui est ouvert, La Bruyère, IV. Toute révélation d'un secret est la faute de celui qui l'a confié, La Bruyère, V. Au Japon où les lois renversent toutes les idées de la raison humaine, le crime de non-révélation s'applique aux cas les plus ordinaires, Montesquieu, Esp. XII, 17. La révélation de la confession de Philippe V faite au duc d'Orléans régent par le jésuite d'Aubenton, Voltaire, Lett. Richelieu, 15 avr. 1769.

    En termes d'officialité : on publia des monitoires pour avoir révélation de telle chose.

    Fig. C'est toute une révélation, se dit d'un fait qui, connu, en découvre une infinité d'autres. Ce peuple de figures nouvelles, sorties des fouilles de Sakharah [en Égypte], est toute une révélation ; car la sculpture du temps des pyramides n'était encore connue que par des échantillons rares et peu soignés, De Rougé, Archives des missions scientif. 2e série, t. Ier, p. 170.

  • 2L'inspiration par laquelle Dieu fait connaître surnaturellement certaines choses. Vous n'aurez pour vision qu'une nuit sombre, et pour révélation que des ténèbres, Sacy, Bible, Michée, III, 6. Le Seigneur, le Dieu des armées, m'a fait entendre cette parole dans une révélation, Sacy, ib. Isaïe, XXII, 14. Dans la bataille où ses affaires [de Magnence] furent ruinées, Valens, évêque arien, secrètement averti par ses amis, assura Constance que l'armée du tyran était en fuite, et fit croire au faible empereur qu'il le savait par révélation ; sur cette fausse révélation, Constance se livre aux ariens, Bossuet, Hist. I, II.

    Il se dit aussi des communications supposées avec les dieux, dans le paganisme. En autorisant les révélations de Socrate, on introduirait tôt ou tard le fanatisme dans un pays où les imaginations sont si faciles à ébranler, Barthélemy, Anach. 67.

    Fig. Savoir une chose par révélation, la savoir sans l'avoir apprise. Quoique ce ne soit pas la coutume de savoir les affaires par révélation et qu'il faille les apprendre par expérience, Guez de Balzac, De la cour, 2e disc.

    Révélation intérieure, suggestion intime qu'on rapporte à une origine divine. Une révélation intérieure qui me donnerait sans cesse la plus forte persuasion de la certitude d'un état futur, Bonnet, Paling. XVIII, 1.

  • 3 Absolument. La révélation divine ou la religion révélée. L'autorité de l'Écriture sainte est fondée sur la révélation, Dict. de l'Acad. Une religion pour vous conduire et une révélation pour vous éclairer, Montesquieu, Esp. XXV, 13. Une classe de philosophes contemplatifs qui faisait profession d'une sorte de déisme et n'admettait aucune révélation, Silvestre de Sacy, Inst. Mém. Acad. inscr. t. IX, p. 25.

    On dit quelquefois les trois révélations, en parlant de la religion juive, de la religion chrétienne et de la religion musulmane. Dans les trois révélations, les livres sacrés sont écrits en des langues inconnues aux peuples qui les suivent : les Juifs n'entendent plus l'hébreu, les chrétiens n'entendent ni l'hébreu ni le grec, les Turcs ni les Persans n'entendent point l'arabe et les Arabes modernes eux-mêmes ne parlent plus la langue de Mahomet, Rousseau, Ém.IV.

  • 4Chose révélée. Les révélations de saint Jean.

HISTORIQUE

XIIe s. Après tant halte revelation, Job, 508.

XIIIe s. Ou se Diex par tex [telles] visions Envoie revelacions, la Rose, 18710. Ke plusurs almes [âmes] veirement Veient ke lur ert à venir… Plusurs par revelaciun, E d'autres par avisiun, Marie de France, Purgatoire, 62.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Révélation : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉVÉLATION, s. f. (Théolog.) En général, c’est l’acte de révéler, ou de rendre publique une chose qui auparavant étoit secrete & inconnue.

Ce mot vient du latin revelo, formé de re & de velum, voile, comme qui diroit tirer le voile ou le rideau qui cachoit une chose, pour la manifester & l’exposer aux yeux.

On se sert particulierement de ce mot révélation, pour exprimer les choses que Dieu a découvertes à ses envoyés & à ses prophetes, & que ceux-ci ont révélées au monde. Voyez Prophétie.

On l’emploie encore dans un sens plus particulier, pour signifier les choses que Dieu a manifestées au monde par la bouche de ses prophetes, sur certains points de spéculation & de Morale, que la raison naturelle n’enseigne pas, ou qu’elle n’auroit pu découvrir par ses propres forces ; & c’est en ce sens que la révélation est l’objet & le fondement de la foi. Voyez Foi.

La religion se divise en religion naturelle, & religion révélée. Voyez Religion.

La révélation considérée par rapport à la véritable religion, se divise en révélation juive, & révélation chrétienne. La révélation juive a été faite à Moïse, aux prophetes, & aux autres écrivains sacrés dans l’ancien Testament. La révélation chrétienne a été faite par J. C. & à ses apôtres dans le nouveau. Voyez Testament.

Un auteur moderne a cru proposer une difficulté solide, en remarquant que les révélations sont toujours fondées sur des révélations antérieures. Ainsi, dit-il, la mission de Moïse suppose une premiere révélation faite à Abraham ; la mission de J. C. suppose celle de Moïse ; la prétendue mission de Mahomet suppose celle de J. C. la mission de Zoroastre aux Perses, suppose la religion des mages, &c. Mais outre que cette derniere allégation est une pure ignorance, puisque Zoroastre passe constamment pour l’instituteur de la religion des mages, & qu’on ne peut sans impiété, faire un parallele de deux imposteurs tels que Zoroastre & Manomet, avec deux législateurs aussi divins que Moïse & J. C. on ne voit pas pourquoi la mission de J. C. ne supposeroit pas celle de Moïse, ou pourquoi celle-ci ne supposeroit pas une révélation faite à Abraham. Y a-t-il de l’absurdité à ce que Dieu manifeste par degrés aux hommes les vérités qu’il leur juge nécessaires ? Est-il indigne de sa sagesse & de sa bonté qu’il leur fasse des promesses dans un tems, & qu’il se réserve d’autres momens pour les accomplir ?

Toute révélation généralement est fondée sur ce que Dieu veut que l’homme connoisse ce qui le concerne plus particulierement, comme la nature de Dieu & ses mysteres, la dispensation de ses graces, &c. objets auxquels les facultés naturelles qu’il a plu à Dieu de donner à l’homme, ne peuvent atteindre par leurs propres forces ; elle a aussi pour but d’exiger de la part de l’homme, un culte plus particulier que celui qu’il rend à Dieu à titre de créateur & de conservateur, & de lui prescrire les lois & les cérémonies de ce culte, afin qu’il soit agréable aux yeux de la divinité.

Les révélations particulieres ont leur dessein & leur but caractéristique. Ainsi celles de Moïse & des prophetes de l’ancienne loi, regardoient particulierement les Israélites, considérés comme descendans d’Abraham. Le dessein de ces révélations semble avoir été de retirer ce peuple de son esclavage ; de lui donner un nouveau pays, de nouvelles lois, de nouvelles coutumes ; de fixer son culte ; de lui faire affronter hardiment toutes sortes de dangers, & braver tous ses ennemis, en lui imprimant fortement dans l’esprit qu’il étoit protégé & gouverné directement par la divinité même ; de l’empêcher de se mêler par des alliances avec les peuples voisins, sur l’opinion qu’il étoit un peuple saint, privilégié, chéri de Dieu, & que le Messie devoit naître au milieu de lui ; enfin, de lui laisser une idée de rétablissement, au cas qu’il vint à être opprimé, par l’attente d’un libérateur. C’est à quelques-unes de ces fins que toutes les prophéties de l’ancien Testament semblent tendre. Mais ajoutons qu’elles eussent été insuffisantes pour captiver un peuple aussi opiniâtre que les Hébreux, si ces révélations n’eussent été soutenues par des caracteres véritablement divins, le miracle & la prophétie.

La révélation chrétienne est fondée sur une partie de celle des Juifs. Le Messie est prédit & promis chez ces derniers ; il est manifesté & accordé chez les Chrétiens. Tout le reste des révélations qui regardent directement le peuple juif n’a plus lieu dans la loi nouvelle, à l’exception de ce qui concerne la Morale. Nous ne nous servons d’ailleurs que de la partie de cette ancienne révélation qui regarde le monde en général, & dans laquelle il est parlé de la venue du Messie.

Les Juifs s’attribuoient directement l’accomplissement de cette partie de leur révélation, pensant en être plus particulierement les objets que le reste du monde ; que c’étoit à eux exclusivement que le Messie étoit promis ; qu’il devoit être leur libérateur & le restaurateur de leur nation. Mais une nouvelle révélation est substituée à l’ancienne, tout change de face ; cette partie de l’ancienne étoit, comme il est démontré, toute allégorique & toute symbolique ; les prophéties qui y avoient rapport ne devoient point être prises à la lettre. Elles présentoient un sens charnel & grossier ; elles en cachoient un autre spirituel & sublime. Le Messie ne devoit pas être le restaurateur de la liberté & de la puissance temporelle des Juifs, qui étoient alors sous la domination des Romains ; mais il devoit rétablir & délivrer le monde qui avoit perdu toute justice, & s’étoit rendu l’esclave du péché. Il devoit prêcher la pénitence & la rémission des crimes ; & à la fin souffrir la mort, afin que tous ceux qui croiroient en lui fussent délivrés de l’esclavage de la mort & du péché, & qu’ils obtinssent la vie éternelle qu’il étoit venu leur acquérir par son sang.

Telle a été la teneur & le dessein de la révélation chrétienne, dont l’événement a été si différent & si éloigné de celui que se figuroit le peuple auquel le Messie avoit été promis en premier lieu ; en sorte qu’au lieu de rétablir & de confirmer les autres branches de leur révélation, elle les a au contraire détruites & renversées. L’avantage d’être enfant d’Abraham a cessé d’en être un particulier & propre aux Juifs ; tous les peuples de l’univers, sans distinction de juif ni de gentil, de grec ni de barbare, ayant été invités à jouir du même privilege. Et les Juifs refusant de reconnoître le Messie qui leur avoit été promis, comme incapables de voir que toutes les prophéties se trouvoient accomplies en lui, & que ces prophéties n’avoient qu’un sens allégorique & représentatif, ont été exclus des avantages de cette mission qui les regardoit particulierement ; & leur destruction totale est venue de la même cause d’où ils attendoient leur rédemption. Mais ce qu’ils ne sauroient se dissimuler, c’est que cette opiniâtreté même à rejetter le Messie, & cet aveuglement de leur part à n’interpréter les prophéties qui le concernent, que dans un sens littéral & charnel, & enfin leur ruine & leur dispersion ont été prédites. L’accomplissement de ces trois points devroit leur ouvrir les yeux sur le reste. C’est une preuve subsistante de la religion, & de la vérité de la révélation, attestée d’ailleurs suffisamment dans la loi nouvelle, comme dans l’ancienne, par les miracles & les prophéties de J. C. & de ses apôtres.

Ce double tableau suffit pour sentir l’utilité & la nécessité de la révélation, & pour voir d’un même coup-d’œil l’enchainement qui regne entre la révélation qui fait le fondement de la loi de Moïse, & celle qui sert de base à la religion de J. C.

Un auteur moderne qui a écrit sur la religion, définit la révélation, la connoissance de quelque doctrine que Dieu donne immédiatement, & par lui-même, à quelques-unes de ses créatures, pour la communiquer aux autres de sa part, & pour les en instruire.

Il ajoute que le terme de révélation pris à la rigueur, suppose dans celui qui la reçoit une ignorance absolue de ce qui en est l’objet. Mais que dans un sens moins restraint & plus étendu, il signifie la manifestation d’un point de doctrine, soit qu’on l’ignore, soit qu’on le connoisse parfaitement, soit qu’il soit simplement obscurci par les passions des hommes. Si la révélation a pour objet un point entierement inconnu, elle retient le nom de révélation ; si au contraire elle a pour objet un point connu ou obscurci, elle prend celui d’inspiration. Voyez Inspiration.

Après avoir démontré la nécessité de la révélation, par des raisons que nous avons rapportées en substance, & que le lecteur peut voir sous le mot Religion, il trace ainsi les caracteres que doit avoir la révélation, pour qu’on puisse en reconnoître la divinité. Nous ne donnerons ici que le précis de ce qu’il traite & prouve d’une maniere fort étendue.

Toute révélation, dit-il, peut être considérée sous trois différens rapports, ou en elle-même & dans son objet, ou dans sa promulgation, ou dans ceux qui la publient & qui en instruisent les autres.

1°. Pour qu’une révélation, considérée en elle-même & dans son objet, soit marquée au sceau de la divinité il faut, 1°. que ce qu’elle enseigne ne soit point opposé aux notions claires & évidentes de la lumiere naturelle. Dieu est la source de la raison aussi-bien que de la révélation. Il est par conséquent impossible que la révélation propose comme vrai, ce que la raison démontre être faux. 2°. Une révélation vraiment divine, ne peut être contraire à elle-même. Il est absolument impossible qu’elle enseigne comme vérité dans un endroit, ce qu’elle produit comme un mensonge dans un autre. Dieu qu’on en suppose être l’auteur & le principe, ne peut jamais se démentir. 3°. Une vraie révélation doit perfectionner les connoissances de la lumiere naturelle, sur tout ce qui regarde les vérités de la religion, & leur donner une consistance inébranlable ; parce que la révélation suppose un obscurcissement, ou des erreurs dans l’esprit humain, qu’elle doit dissiper. 4°. Elle ne doit être reçue comme émanée de Dieu, qu’autant qu’elle prescrit des pratiques capables de rendre l’homme meilleur, & de le rendre maître de ses passions. Le créateur étant par sa nature incapable d’autoriser une doctrine licentieuse. 5°. Toute révélation, pour prouver la doctrine qu’elle propose à croire, doit être claire & précise. C’est par bonté & par miséricorde que Dieu se détermine à instruire, par lui-même, ses créatures des vérités qu’elles doivent croire, ou des obligations qu’elles ont à remplir. Il est donc nécessaire qu’il leur parle clairement.

2°. La révélation, envisagée dans sa promulgation, pour être reçue comme divine doit être accompagnée de trois caracteres. 1°. Il est nécessaire que la promulgation en soit publique & solemnelle, parce que personne n’est tenu de se soumettre à des instructions qu’il ne connoît pas. 2°. Cette promulgation doit être revêtue de marques extérieures qui fassent connoître que c’est Dieu qui parle par la bouche de celui qui se dit inspiré ; sans cela on prendroit pour des oracles divins, les discours du premier fanatique. 3°. La prophétie & les miracles faits en confirmation d’une doctrine, annoncée de la part de Dieu, sont ces marques extérieures qui doivent accompagner la promulgation de la révélation, & conséquemment en démontrer la divinité ; parce que Dieu ne confiera jamais ces marques éclatantes de sa science de l’avenir, & de son pouvoir sur toute la nature, à un imposteur pour entraîner les hommes dans le faux.

3°. Les caracteres de la révélation, considérée dans ceux qui la publient & qui en instruisent les autres, peuvent être envisagés sous deux faces, comme les signes auxquels un homme peut connoître s’il est inspiré de Dieu, ou les marques auxquelles les autres peuvent reconnoître si un homme qui se dit envoyé de Dieu, est réellement revêtu de cette qualité.

Quant au premier moyen, 1°. Les merveilles opérées en confirmation de la divinité de la mission qu’on croit recevoir : 2°. des prédictions faites pour en constater la vérité, & qu’il voit s’accomplir : 3°. le pouvoir qu’il reçoit lui-même de faire des miracles, ou de prédire l’avenir, pouvoir confirmé par des effets dans l’un ou l’autre genre : 4°. l’humilité, le désintéressement, la profession de la saine doctrine ; toutes ces choses réunies sont des motifs suffisans à un homme qui les éprouve, pour se croire inspiré de Dieu.

Quant au second moyen, si le prophete a des mœurs saintes & réglées ; s’il annonce une doctrine pure ; si, pour la confirmer, il prédit l’avenir, & que ses prédictions soient vérifiées par l’événement ; s’il joint à cela le don des miracles, les autres hommes à ces traits doivent le reconnoître pour l’envoyé de Dieu, & ses paroles pour autant de révélations. Traité de la véritable religion, par M. de la Chambre, docteur de Sorbonne, tom. II. part. III. dissert. j. ch. j. ij. & iij. p. 202. & suiv.

Le mot de révélation se prend en divers sens dans l’Ecriture. 1°. Pour la manifestation des choses que Dieu découvre aux hommes d’une maniere surnaturelle, soit en songe, en vision ou en extase. C’est ainsi que S. Paul appelle les choses qui lui furent manifestées dans son ravissement au troisieme ciel. II. Cor. xij. 1. 7. 2°. Pour la manifestation de J. C. aux Gentils & aux Juifs. Luc, ij. 32. 3°. Pour la manifestation de la gloire dont Dieu comblera ses élus au jugement dernier. Rom. viij. 9. 4°. Pour la déclaration de ses justes jugemens, dans la conduite qu’il tient tant envers les élus, qu’envers les réprouvés. Rom. xj. 5.

Révélation, en grec, ἀποκάλυψις, est le nom qu’on donne quelquefois à l’Apocalypse de S. Jean l’évangeliste. Voyez Apocalypse.

Révélation, (Jurisprud.) est une déclaration qui se fait par-devant un curé ou vicaire, en conséquence d’un monitoire qui a été publié, sur des faits dont on cherchoit à acquérir la preuve par la voie de ce monitoire.

Ces révélations n’étant point précédées de la prestation du serment, elles ne forment point une preuve juridique, jusqu’à ce que les témoins aient été répétés devant le juge dans la forme ordinaire de l’information ; jusqu’à ce moment elles ne sont regardées que comme de simples mémoires, auxquels les témoins peuvent augmenter ou retrancher.

Tous ceux qui ont connoissance du fait pour lequel le monitoire est obtenu, ne peuvent se dispenser de venir à révélation sans encourir la peine de l’excommunication ; les impuberes même, les ecclésiastiques, les religieux, & toutes personnes en général y sont obligées.

Il faut cependant excepter celui contre lequel le monitoire est publié, ses conseils, tels que les avocats, confesseurs, médiateurs, ses parens ou alliés jusqu’au quatrieme degré inclusivement. Voyez l’ordonnance de 1670, tit. 7. & le mot Monitoire. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « révélation »

Étymologie de révélation - Littré

Provenç. revelacio ; espagn. revelacion ; ital. rivelazione ; du lat. revelationem, de revelare, révéler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de révélation - Wiktionnaire

Du bas latin ecclésiastique revelatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « révélation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
révélation revelasjɔ̃ play_arrow

Citations contenant le mot « révélation »

  • Mariage de Marc Lavoine : comment Gérard Jugnot a perturbé la cérémonie... la révélation de dernière minute ! Public.fr, Mariage de Marc Lavoine : comment Gérard Jugnot a perturbé la cérémonie... la révélation de dernière minute !
  • Quelle est la révélation? Closermag.fr, Mort de Naya Rivera : cette terrible révélation sur son certificat de décès - Closer
  • Si l'on pensait que tout était parti des récentes révélations du rappeur... Depuis plusieurs jours, Kanye West multiplie les tweets incohérents et cinglants à l'encontre de la famille Kardashian, en révélant notamment des détails intimes sur son couple avec Kim Kardashian. Après avoir évoqué la volonté d'avorter de son épouse lorsqu'elle était enceinte de sa fille North, voilà que l'artiste assure vouloir divorcer, depuis qu'il soupçonne son épouse de l'avoir trompé avec Meek Mill. Une décision que la star de téléréalité est prête à accepter, à condition que son mari se fasse soigner, lui qui a été reconnu bipolaire. Closermag.fr, Kim Kardashian et Kanye West : cette troublante révélation sur leur couple - Closer
  • La plus sublime révélation, c’est que Dieu est en chaque homme. De Ralph Waldo Emerson / Journals
  • La solitude est propice aux révélations de l'esprit. De Jacques Chardonne / Attachements
  • La souffrance ne mène pas à la révélation. De Marc Gendron / Titre à suivre
  • La personne humaine est la révélation en l'homme de l'image de Dieu. De Nicolas Berdiaev / Vérité et révélation
  • La plus grande révélation est le silence. De Lao-Tseu
  • Tout doit pouvoir être libéré de sa coque […] Ne vous croyez pas à l'intérieur d'une caverne, mais à la surface d'un œuf. André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Gallimard
  • Privez-vous. La révélation est fille du refus. André Breton, Le Surréalisme et la Peinture, Gallimard

Images d'illustration du mot « révélation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « révélation »

Langue Traduction
Corse rivelazione
Basque errebelazio
Japonais 啓示
Russe открытие
Portugais revelação
Arabe وحي
Chinois 启示
Allemand offenbarung
Italien rivelazione
Espagnol revelación
Anglais revelation
Source : Google Translate API

Synonymes de « révélation »

Source : synonymes de révélation sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « révélation »


Mots similaires