La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « revanche »

Revanche

Variantes Singulier Pluriel
Féminin revanche revanches

Définitions de « revanche »

Trésor de la Langue Française informatisé

REVANCHE, subst. fém.

A. − Fait de rendre la pareille pour un mal que l'on a reçu (un préjudice, une injure), de racheter une défaite par une victoire. Synon. vengeance.Prendre sa revanche. Alors, il ne parla plus, ayant une revanche à prendre, se disant tout bas, crûment: « Toi, tu vas y passer! » comme elle refusait de le suivre dans la chambre, il la renversa brutalement au bord de la table (Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 76):
1. L'idée qu'un homme à tête froide, comme Poincaré, pût souhaiter une guerre de revanche, était stupide; et, non moins stupide, l'idée que, sans la souhaiter, simplement parce qu'il la croyait possible, ou fatale, il pût agir de manière à la rendre inévitable. Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 141.
P. ext. Avantage, compensation que l'on tire d'une situation défavorable pour l'autre. Les jours où les nouvelles étaient bonnes, il prenait sa revanche en assurant à Françoise que la guerre durerait trente-cinq ans, et, en prévision d'une paix possible, assurait que celle-ci ne durerait pas plus de quelques mois et serait suivie de batailles auprès desquelles celles-ci ne seraient qu'un jeu d'enfant, et après lesquelles il ne resterait rien de la France (Proust,Temps retr., 1922, p. 843).La soumission, l'obéissance, cette immense tendresse que je voyais, que je sentais en lui, c'était ma revanche, à moi, la fille lâchée, la fille dédaignée (La Varende,Souv. seigneur, 1953, p. 247).
B. − JEUX, SPORTS. Nouvelle partie offrant la possibilité à un adversaire vaincu d'être à nouveau gagnant. Jouer la revanche et la belle. Messieurs, qui de vous fait ma partie d'échecs, en attendant le retour du roi? Saint-Mégrin, ta revanche? (Dumas père, Henri III, 1829, ii, 1, p. 142).N'oubliez pas, demain à huit heures et demie, notre partie de billard chez moi (...) j'ai ma revanche à prendre (Arnoux,Crimes innoc., 1952, p. 8).V. beau IV B 2 b ex. de Larch. 1861.
C. − Loc. adv.
1. À charge de revanche. À condition de rendre la pareille, parfois pour exprimer que l'on est obligé. J'accepte, mais à charge de revanche:
2. Georgette ménage Isabelle, sans doute à charge de revanche, pour que le jour où Edmond se demandera s'il ne va pas faire une bêtise en épousant Georgette, Isabelle lui dise: « Mais non! c'est bien la femme qu'il te faut. Elle te rendra heureux. Tu sais, entre elles, les femmes sentent ça. » Romains,Hommes bonne vol., 1938, p. 250.
2. En revanche. En retour, en compensation, en contrepartie. Synon. par contre.Ce qui lui manque [à Couture], je crois qu'il ne l'acquerra jamais. En revanche, il est bien maître de ce qu'il sait (Delacroix,Journal, 1847, p. 225).Le cas est douteux; mais, en revanche, il fut aussi clair que le jour, pour quelle cause, un beau matin, le comte d'Oels vint prévenir son altesse, qu'il épousait Mademoiselle Renz (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p. 261).
Prononc. et Orth.: [ʀ əvɑ ̃:ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1270 revenche « vengeance » (Marques de Rome, 55 d 2 ds T.-L.); b) ca 1525 « action de rendre la pareille pour un mal qu'on a reçu, de reprendre sur quelqu'un l'avantage qu'il avait pris sur nous » (Crétin, Œuvres, éd. K. Chesney, p. 296, 130); c) 1539 « seconde partie que joue le perdant dans l'espoir de regagner ce qu'il a perdu » (Est.); d) 1588 « action de rendre la pareille pour un bien qu'on a reçu » (Montaigne, Essais, II, 17, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, t. 1, p. 633); 2. loc. adv. 1619 en revanche (A. d'Aubigné, Faeneste, III, 21, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 2, p. 545); 1797 à charge de revanche (Sénac de Meilhan, Émigré, p. 1773). Déverbal de revancher*. Fréq. abs. littér.: 1 845. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 235, b) 2 262; xxes.: a) 2 784, b) 3 905.
DÉR.
Revanchard, -arde, adj. et subst.,péj. a) Adj. Qui est animé d'un esprit de revanche. Et je me dis que le juge des enfants doit être un type sacrément équilibré car il est peut-être l'homme en France qui touche au plus près la misère de la société. Passera encore dans la matinée, sur la chaise de skaï noir, un père divorcé et « revanchard » qui veut reprendre son fils à son ex-épouse (Le Nouvel Observateur, 10 mai 1976, p. 62, col. 2).b) Subst. Personne habitée par un désir de revanche (surtout militaire). Est-ce pour tranquilliser le monde sur ses intentions pacifiques, que la France a mis à l'Élysée ce Lorrain patriote, dont tous les trublions nationalistes ont fait aussitôt un symbole cocardier? Dont l'élection a réveillé aussitôt chez nous la marotte des revanchards? (Martin du G.,Thib., Été 14, 1936, p. 133). [ʀ əvɑ ̃ ʃa:ʀ], fém. [-aʀd]. 1reattest. 1894 subst. (Sachs-Villatte, Französisch-deutsches Supplement-Lexikon ds Quem. DDL t. 5); de revanche, suff. -ard*, cf. anciennement 1558 revencheur « celui qui revanche quelqu'un » (G. Morel ds DG).
BBG.Danjou-Flaux (N.). Au contraire, par contre, en revanche. B. Centre Anal. Discours. 1980, n o4, pp. 123-148. − Dub. Pol. 1962, p. 406. − Pauli 1921, p. 78 (s.v. revanchard). − Quem. DDL t. 9 (s.v. revanchard).

Wiktionnaire

Nom commun - français

revanche \ʁə.vɑ̃ʃ\ féminin

  1. Action par laquelle on reprend sur quelqu’un l’avantage qu’il avait pris sur vous. Action de rendre la pareille pour un mal qu'on a reçu.
    • Ne triomphez point tant; vous ne tarderez guère à me faire avoir ma revanche. — (Molière, Les Amants magnifiques, Acte II, scène 1, 1670)
    • Annibal : Je vous ai fait passer de mauvais jours et de mauvaises nuits.
      Fabius : Il est vrai, mais j’en ai eu ma revanche.
      — (François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogues des morts, XXXVI, 1712, « Fabius Maximus et Annibal »)
    • La vengeance n'est plus qu'une revanche utile ; on la prend comme un moyen de réussir. — (Duclos, Considérations sur les mœurs de ce siècle, Ch. IV, 1751)
    • Je tressaillis à ce nom presque oublié ; mais je dis aux bateliers de changer de route, ne jugeant pas, quoique j’eusse assez beau jeu pour prendre alors ma revanche, que ce fût la peine d’être parjure, et de renouveler une querelle de vingt ans avec une femme de quarante. — (Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782-1789, Livre I)
    • Oui mais !
      Ça branle dans le manche,
      Les mauvais jours finiront.
      Et gare à la revanche,
      Quand tous les pauvres s’y mettront.(bis)
      — (Jean-Baptiste Clément; La Semaine Sanglante, 1871)
    • […] ; les poètes hébreux ont chanté un espoir de revanche qui existait au cœur de persécutés ; mais jusqu'au second siècle de notre ère les Juifs ont demandé cette revanche aux armes ; […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.339)
  2. Action de rendre un bien qu'on a reçu.
    • Si la revanche était indubitable, quelle gloire y aurait-il de faire plaisir ? — (Malherbe, Traité des bienfaits de Sénèque, Traduction, Livre I, Chapitre I)
    • Eh oui ! votre réception Me touche, me pénètre ; elle est et noble et franche : Ne pourrai-je chez moi prendre un jour ma revanche. — (Jean-François Collin d'Harleville, Les Châteaux en Espagne, II, 4, 1789)
    • Vous m'avez rendu de bons offices, je tâcherai d'en avoir ma revanche. — (Académie française)
  3. (Jeux) Seconde partie que joue le perdant, dans l’espoir de regagner ce qu’il a perdu. Toute reprise de jeu demandée pour se racquitter de ce qu'on a perdu, pour regagner ce qu'on a perdu auparavant.
    • Jouer la revanche. — Prendre, demander sa revanche. — Voulez-vous votre revanche ? — Donner la revanche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

REVANCHE. n. f.
Action par laquelle on reprend sur quelqu'un l'avantage qu'il avait pris sur vous. On l'avait maltraité, mais il a eu sa revanche, il a pris sa revanche. Vous m'avez rendu de bons offices, je tâcherai d'avoir, de rendre ma revanche. À charge de revanche, À condition qu'on rendra la pareille.

REVANCHE se dit, en termes de Jeu, de la Seconde partie que joue le perdant, dans l'espoir de regagner ce qu'il a perdu. Jouer la revanche. Prendre, demander sa revanche. Voulez-vous votre revanche? Donner la revanche.

EN REVANCHE, loc. adv. En récompense, en retour. Il m'a servi dans telle occasion, et en revanche je l'ai servi dans une autre. Il signifie aussi inversement, au contraire. L'ennemi avait pris un village, et en revanche nous lui prîmes une de ses meilleures places.

Littré (1872-1877)

REVANCHE (re-van-ch') s. f.
  • 1Action de rendre la pareille pour un mal qu'on a reçu. Ne triomphez point tant ; vous ne tarderez guère à me faire avoir ma revanche, Molière, les Amants, II, 1. Annibal : Je vous ai fait passer de mauvais jours et de mauvaises nuits. - Fabius : Il est vrai ; mais j'ai eu ma revanche, Fénelon, Dial. Fabius, Annibal. La vengeance n'est plus qu'une revanche ; on la prend comme un moyen de réussir, et pour l'avantage qui en résulte, Duclos, Consid. mœurs, 4. Quoique j'eusse assez beau jeu pour prendre ma revanche, Rousseau, Conf. I.
  • 2Il se dit quelquefois en bonne part pour reconnaissance, retour. Il m'a rendu un bon office, j'aurai ma revanche. Si la revanche était indubitable, quelle gloire y aurait-il de faire plaisir ? Malherbe, Traité des bienf. de Sénèque, I, 1. Eh oui ! votre réception Me touche, me pénètre ; elle est et noble et franche : Ne pourrai-je chez moi prendre un jour ma revanche ? Collin D'Harleville, Chât. en Espagne, II, 4.
  • 3 Terme de jeu. La seconde partie entre deux joueurs, que le perdant joue pour se racquitter. Jouer la revanche. Donner la revanche. Partie, revanche et le tout. Quand vous [mari] perdez au jeu, l'on [l'amant de votre femme] vous donne revanche ; Même votre homme écarte et ses as et ses rois, La Fontaine, Coupe enchantée. Je lui gagnai partie, revanche et le tout dans un clin d'œil, Hamilton, Gramm. III.

    Fig. J'ai vu M. de Garville, je ne l'ai point assez vu, j'étais très malade, mais j'espère qu'il me donnera ma revanche, Voltaire, Lett. Marmontel, 9 août 1773.

    Fig. Je trouve que nos gouverneurs ont gagné, dans toute cette manœuvre, la partie, la revanche et le tout, Sévigné, 8 juillet 1685.

    Fig. Prendre sa revanche. réussir après avoir éprouvé un insuccès. M. le vicomte n'a pas encore eu le temps de déployer toute son éloquence ; mais laissez-le faire, il prendra sa revanche, Genlis, Théât. d'éduc. le Voyageur, I, 1.

  • 4Toute reprise de jeu que demande un joueur qui a perdu. J'ai perdu au piquet ; voulez-vous me donner ma revanche au trictrac ?
  • 5En revanche, loc. adv. En compensation, en récompense. Si jamais je t'aimai, cher Rodrigue, en revanche Défends-toi maintenant pour m'ôter à don Sanche, Corneille, Cid, V, 1. Je n'en dissimulerai point les défauts, et en revanche je me donnerai la liberté de remarquer ce que j'y trouverai de moins imparfait, Corneille, 1er disc. …Qui rit d'autrui Doit craindre qu'en revanche on rie aussi de lui, Molière, Éc. des femmes, I, 1.

HISTORIQUE

XVIe s. Je ne veux point mespriser, Ne mesdire en ma revanche : Mais j'aime mieux estre blanche, Marot, II, 355. À fin que nous ne nous en allions pas sans revenche, Montaigne, I, 28. Je suis prodigue de bonnetades, et n'en receois jamais sans revenche, Montaigne, III, 31. On doit avoir desplaisir, voire honte de si rigoureuses revanches, Lanoue, 582. Les freres nous ont pris sans verd à ce coup, mais nous aurons quelque jour nostre revanche, Lanoue, 613. Et moi en revanche je vous promets un livret à quoi un de mes voisins travaille, D'Aubigné, Faen. III, 21. …Que le seul moyen de faire cesser les barbaries des ennemis est de leur rendre les revanches, D'Aubigné, Hist. I, 155.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « revanche »

Voy. REVANCHER ; bourg. revainche ; Berry, revenche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Déverbal du vieux français revancher de re- et vencher, variante de venger issu du latin vindicare dont est issu vendetta via l'italien.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « revanche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
revanche rœvɑ̃ʃ

Fréquence d'apparition du mot « revanche » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « revanche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « revanche »

  • On le croyait dépassé, presque "has been". Détrôné par les tablettes tactiles moins encombrantes, plus simples d'utilisation et, bien souvent, moins chères. Ringardisé par les smartphones, toujours à portée de main et plus pratiques pour se connecter à Internet. Pourtant, l'ordinateur portable a fait un incroyable retour ces derniers mois. La revanche de cette vieille gloire a sonné. Un rebond d'autant plus inattendu que, depuis 2013, l'équipement des foyers français n'a cessé de reculer, passant de 83% à 76% en 2019.  
    LEntreprise.com — Le laptop au top : avec l'essor du télétravail, l'ordinateur portable tient sa revanche - L'Express L'Entreprise
  • Soumission. Patience dans l'inconfort, mais dans l'espoir d'une revanche qui en vaille la peine.
    Ambrose Bierce — Le dictionnaire du Diable
  • Echapper à l'impôt sur la fortune, c'est la revanche de la cigale sur la fourmi.
    Guy Bedos — Revue de presse - 1996
  • La réussite n'est souvent qu'une revanche sur le bonheur.
    Bernard Grasset — Remarques sur l'action, Gallimard
  • Dans ces moments d'intense découragement, une phrase maladroite peut achever les plus vaillants. Un message sincère peut, en revanche, ressusciter les volontés moribondes.
    Olivier de Kersauson — Homme libre...
  • Halloween n’a rien de drôle. Ce festival sarcastique reflète plutôt une soif de revanche des enfants sur le monde adulte.
    Jean Baudrillard
  • On réussit rarement contre son patron ; on peut en revanche réussir sans lui.
    François Proust — Maximes à l’usage des dirigés et de leurs dirigeants
  • Si la vie réelle est un chaos, en revanche une terrible logique gouverne l'imagination.
    Oscar Wilde — Le portrait de Dorian Gray
  • Elle semble bien en diminuer certains symptômes, comme la rumination. Six sessions hebdomadaires se sont ainsi révélées plus efficaces qu'une simple écoute et ont fait passer une dizaine d'individus d'un état dépressif "moyen" à "léger", selon une étude mexicaine. En revanche, l'hypnose semble inefficace dans la prévention de la dépression post-partum.
    Science-et-vie.com — Hypnose : est-elle vraiment efficace ? - Science & Vie
  • Un roman n’est jamais que l’histoire toujours réinventée d’une revanche sur la vraie vie.
    Marc Durin-Valois — Noir prophète
Voir toutes les citations du mot « revanche » →

Traductions du mot « revanche »

Langue Traduction
Anglais revenge
Espagnol venganza
Italien vendetta
Allemand rache
Chinois 复仇
Arabe انتقام
Portugais vingança
Russe жажда мести
Japonais 復讐
Basque mendeku
Corse vendetta
Source : Google Translate API

Synonymes de « revanche »

Source : synonymes de revanche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « revanche »

Combien de points fait le mot revanche au Scrabble ?

Nombre de points du mot revanche au scrabble : 16 points

Revanche

Retour au sommaire ➦