La langue française

Réformé, réformée

Sommaire

  • Définitions du mot réformé, réformée
  • Étymologie de « réformé »
  • Phonétique de « réformé »
  • Images d'illustration du mot « réformé »
  • Traductions du mot « réformé »
  • Synonymes de « réformé »
  • Antonymes de « réformé »

Définitions du mot réformé, réformée

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉFORMÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de réformer*.
II. − Adjectif
A. − [En parlant d'une règle, d'un ordre religieux] Qui a été rétabli dans l'observance primitive; dont la règle est observée comme à sa fondation. Mabillon, entré jeune dans une branche réformée de l'Ordre (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 3, 1848, p. 582).Il y a d'autres pénitents que les solitaires, d'autres abbayes réformées que celle de Port-Royal (Bremond,Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 421).
Religieux réformés. ,,Se dit des Religieux qui suivent la réforme établie dans l'Ordre auquel ils appartiennent; par opposition aux Religieux qui n'ont point reçu cette réforme et qu'on appelle Religieux de la commune observance ou Anciens`` (Ac. 1835-1935).
B. − [En parlant de qqn, de son caractère, de son comportement] Qui s'est/a été amendé, amélioré. Une époque où Louis XIV réformé passait des maîtresses aux confesseurs, se rangeait près de Madame de Maintenon, et où il ne s'agissait plus de badinage (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 3, 1848, p. 225).Elle épinglait sur le mur de sa chambre d'enfant une page bien écrite, qui devait fixer pour l'avenir le règlement d'une existence réformée (Chardonne,Épithal., 1921, p. 231).
C. − Qui a été modifié, réorganisé.
1. [En parlant d'une instit.] Jacques se persuadait lui-même en développant son idéal, une République purifiée, réformée, tolérante, respectueuse de tous les droits et de toutes les consciences (Vogüé,Morts, 1899, p. 102).La rapacité fut tout de même la plus forte. Aux procédés anglais dans l'Amérique du Nord et dans l'Inde le christianisme réformé n'a rien su opposer (Maritain,Primauté spirit., 1927, p. 146).
2. [En parlant d'un écrit, d'un acte] Quand la bulle de Pie V fut promulguée, la liturgie française qui avait près de huit siècles d'existence était libre de ne pas agréer le bréviaire réformé de Rome (Huysmans,Oblat, t. 2, 1903, p. 185).V. instruire ex. 13.
D. −
1. Religion réformée. Religion qui est issue de la Réforme religieuse protestante du xvies. Henri IV, roi de Navarre, était né dans la religion réformée; au moment de la Saint-Barthélémy, il fut contraint (...) d'abjurer la Réforme (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 57):
La religion n'y a pas assez d'extérieur [en Angleterre]: défaut de toutes les religions réformées; les exercices de piété n'y sont pas assez multipliés: (...) les temples restent fermés pendant la semaine... Chateaubr.,Essai Révol., t. 2, 1797, p. 374.
[Pour les catholiques] Religion prétendue réformée (p. abrév. R.P.R.), Église prétendue réformée. Synon. vieilli de religion réformée.Mais l'Église prétendue réformée n'est qu'un membre tranché de l'Église catholique (A. France,Orme, 1897, p. 81).
2. Qui appartient à la religion réformée; qui y a trait. [En parlant de qqn] Qui appartient à cette religion, qui la pratique. La Renaudie, ayant réuni un certain nombre de gentilshommes réformés, leur proposa d'enlever les Guise (Bainville,Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 163).[En parlant de qqc.] Qui appartient à la religion réformée, à ceux qui la pratiquent; qui y a trait. La famille Stapfer est protestante; M. Monod est pasteur du culte réformé (Delécluze,Journal, 1827, p. 473).Voici l'église réformée allemande et, tout à côté, des rues tchéco-slovaques (Morand,New-York, 1930, p. 211).
E. − Domaine milit.Qui a été réformé, mis à la/en réforme.
1. [En parlant de qqn]
a) Vieilli. [En parlant d'un officier] Auquel on a retiré son commandement tout en lui versant sa solde. (Dict. xixes.).
b) [En parlant d'un soldat] Qui a été reconnu/est devenu inapte au service. Les Allemands se voyaient contraints à faire appel à de très vieilles classes ou à des hommes réformés pour conserver leurs effectifs (Joffre,Mém., t. 2, 1931, p. 162).
Empl. subst. masc. Un réformé temporaire. En février 1917 eut lieu une seconde révision de tous les réformés. Je fus pris pour le service armé (Billy,Introïbo, 1939, p. 168).
2. Mis à la réforme. [En parlant d'un animal de l'armée] Il est venu acheter une jument réformée qui a quelque chose dans la patte, mais qui sera bien assez bonne pour un pauvre petit cultivateur (Renard,Journal, 1909, p. 1234).[En parlant d'un équipement, d'un matériel] Des chiffonniers! Je vois ça d'ici: un wagon réformé dans la zone, avec une cabane à lapins, des gosses autant que les lapins, et des poux en veux-tu en voilà! (Bernanos,Imposture, 1927, p. 487).
III. − Substantif
A. − Protestant(e) ne se rattachant pas à la doctrine de Luther; en partic., calviniste. Frédéric-Guillaume (...) voulut un jour réunir les luthériens et les réformés: il retrancha de leurs formules respectives ce qui occasionnait leurs dissentiments, et leur ordonna d'être d'accord (Constant,Princ. pol., 1815, p. 141).Luthériens et réformés rejetaient l'épithète d'athéistes; car si athée signifie « qui n'admet point de Dieu », ni Luther ni Calvin n'étaient athées (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 763).
B. − [Pour les catholiques] Les prétendus réformés. Synon. vieilli de protestants.On disait dans ce temps-là, selon l'opinion à laquelle on appartenait, les réformés ou les prétendus réformés (Sand,Beaux MM. Bois-Doré, t. 1, 1857, p. 293).Les commentaires de l'Écriture sainte faits par les incrédules et les prétendus réformés (A. France,Orme, 1897, p. 24).
Prononc. et Orth.: [ʀ əfɔ ʀme]. Ac. 1694, 1718: re-; 1740-1878: ré-. Fréq. abs. littér.: 237. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 458, b) 293; xxes.: a) 212, b) 331. Bbg. Richard (W.) 1959, pp. 17-20.

Wiktionnaire

Adjectif

réformé

  1. Qui n’est plus utilisé
    • Nos dragages pratiqués suivant une technique un peu nouvelle avec de vieilles dragues réformées, nous permirent de rapporter de nombreux et très volumineux échantillons géologiques. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Il en résulte que les dépenses de renouvellement du matériel roulant représentées par la valeur d'inventaire du matériel mis hors de service doivent être intégralement portées au débit du compte d'exploitation, après déduction de la valeur des vieilles matières provenant de la démolition du matériel réformé. — (François Caron, Les grandes compagnies de chemin de fer en France: 1823-1937, Droz, 2005, p.232)
  2. (Religion) Relatif à la Réforme protestante.
    • Je ne parle dans ma statistique que des églises protestantes reconnues en France sous la dénomination d'églises réformées, et nullement des autres églises protestantes, également reconnues sous une autre dénomination, […]. — (A. Soulier, Statistique des Églises réformées en France, Paris : H. Servier, 1828, p.V)
    • Il faut ensuite établir la relation exacte, au sein même de la réforme protestante, entre le culte réformé par Bucer et le culte réformé, une seconde fois, par Marbach et Pappus. — (René Bornert, La réforme protestante du culte à Strasbourg au XVIe siècle: (1523-1598), E.-J. Brill, 1981, p.4)
    • Sans remonter à l’événement traumatique fondateur que furent les massacres de la Saint-Barthélemy, on rappellera que la minorité réformée fut l'objet, sous Louis XIV, d'un « mémoricide » sans précédent : […]. — (Chantal Bordes-Benayoun, Patrick Cabanel & Colette Zytnicki, Les musées protestants et juifs dans le midi de la France, dans Une histoire à soi: Figurations du passé et localités, sous la direction de Alban Bensa & Daniel Fabre, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015)

Nom commun

réformé \ʁe.fɔʁ.me\ masculin (pour une femme on dit : réformée)

  1. Un soldat qui a été réformé de la conscription.
    • Un réformé de l’armée de Terre.
  2. Se dit des Religieux qui suivent la réforme établie dans l’ordre auquel ils appartiennent ; par opposition aux Religieux qui n’ont point reçu cette réforme et qu’on appelle Religieux de la commune observance, ou anciens.
  3. (Didactique) Les adeptes la religion chrétienne réformée.
    • Avant la révocation de l'Édit de Nantes, une idée domine chez tous les prédicateurs réformés : la défense de leur Église et de ses doctrines. Les réformés étaient menacés de plusieurs manières, et la lutte était pour eux une nécessité; […]. — (Alexandre Rodolphe Vinet, Histoire de la prédication parmi les réformés de France au dix-septième siècle, Paris : chez les éditeurs, 1860, p.621)

Forme de verbe

réformé \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé masculin singulier de réformer.

Forme d’adjectif

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Féminin singulier de réformé.

Nom commun

réformée \ʁe.fɔʁ.me\ féminin

  1. Équivalent de réformé pour une personne su sexe féminin.

Forme de verbe

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de réformer.

Forme d’adjectif

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Féminin singulier de réformé.

Nom commun

réformée \ʁe.fɔʁ.me\ féminin

  1. Équivalent de réformé pour une personne su sexe féminin.

Forme de verbe

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de réformer.

Forme d’adjectif

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Féminin singulier de réformé.

Nom commun

réformée \ʁe.fɔʁ.me\ féminin

  1. Équivalent de réformé pour une personne su sexe féminin.

Forme de verbe

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de réformer.

Forme d’adjectif

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Féminin singulier de réformé.

Nom commun

réformée \ʁe.fɔʁ.me\ féminin

  1. Équivalent de réformé pour une personne su sexe féminin.

Forme de verbe

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de réformer.

Forme d’adjectif

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Féminin singulier de réformé.

Nom commun

réformée \ʁe.fɔʁ.me\ féminin

  1. Équivalent de réformé pour une personne su sexe féminin.

Forme de verbe

réformée \ʁe.fɔʁ.me\

  1. Participe passé féminin singulier de réformer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFORMER. v. tr.
Rétablir dans l'ancienne forme; donner une meilleure forme à une chose; la corriger, la rectifier, soit en ajoutant, soit en retranchant. Réformer un ordre religieux, Réformer un monastère. Réformer la justice, la police, les lois, les mœurs. Réformer le calendrier. Des gens gui veulent réformer l'État, réformer le genre humain. Réformer un jugement. Il signifie aussi Corriger, changer en bien, en mieux. Réformer sa vie. Réformer son caractère. Il promet toujours de se réformer. Quand il aura acquis de l'expérience à ses dépens, il se réformera. Il signifie encore Retrancher ce qui est nuisible ou en excès. Réformer les abus. Réformer les superfluités. Réformer le luxe. Réformer son train, sa dépense, sa maison, Diminuer son train, réduire sa dépense. Réformer un officier, Lui retirer son emploi, mais en lui conservant une partie de sa solde. Réformer un soldat, Le reconnaître impropre au service, en lui donnant, ou non, une pension. Ce soldat, grand blessé de guerre, a été réformé avec pension. Réformer des chevaux, Les retirer du service auquel ils étaient affectés, comme n'y étant plus propres. On dit par analogie : Réformer le matériel. Réformer des effets de petit ou de grand équipement. Le participe passé

RÉFORMÉ s'emploie adjectivement. Des chevaux réformés. Substantivement, Un réformé, Un soldat qui a été réformé. La religion réformée, le culte réformé, Le protestantisme. On a dit autrefois : La religion prétendue réformée. Substantivement, Les réformés, Ceux qui suivent cette religion.

RÉFORMÉ s'emploie aussi comme nom et se dit des Religieux qui suivent la réforme établie dans l'ordre auquel ils appartiennent; par opposition aux Religieux qui n'ont point reçu cette réforme et qu'on appelle Religieux de la commune observance, ou Anciens.

Littré (1872-1877)

RÉFORMÉ (ré-for-mé, mée) part. passé de réformer
  • 1Qui a éprouvé la réforme morale, intellectuelle. Les directeurs des âmes les plus réformés en apparence et les plus rigides, Bourdaloue, 1er dim. après l'Épiph. Dominic. t. I, p. 20. Un air réformé, une modestie outrée, la singularité de l'habit, une ample calotte, n'ajoutent rien à la probité, ne relèvent pas le mérite, La Bruyère, XII.

    Substantivement. Vous trouverez, mon cher, mes rimes bien mauvaises ; Quant à ces choses-là, je suis un réformé ; Je n'ai plus de système, et j'aime mieux mes aises, Musset, la Coupe et les lèvres, Dédicace.

  • 2Il se dit des religieux qui suivent la réforme établie dans leur ordre. Il n'avait que six ou sept ans que des religieux très réformés admiraient sa vie austère et mortifiée, Bossuet, Panég. St Franç. de Paule, 1.

    Substantivement. C'est un réformé.

  • 3La religion réformée, l'Église réformée, le culte réformé, le protestantisme, et, plus particulièrement, le calvinisme. Ce Jean Knox est celui dont le violent discours anima tellement le peuple réformé de Perth à la sédition, Bossuet, Déf. Var. 1er disc. 40.

    Substantivement. Les réformés, ceux qui suivent la religion réformée. Gaspard de Coligny, amiral de France, après la mort du prince de Condé, fut déclaré chef du parti des réformés en France, Voltaire, Henr. II, notes. Il faut savoir que Colbert croyait les réformés aussi nécessaires à l'État sous Louis XIV par leur industrie, qu'ils l'avaient été à Henri IV par leur courage ; Louvois ne les croyait que dangereux, Voltaire, Mél. litt. Observ. mém. Noailles.

    Les catholiques disent : La religion prétendue réformée (qu'on écrivait la R. P. R.), les prétendus réformés. C'est en vertu d'un article du traité de Beaulieu (1576) que la formule : ceux de la religion prétendue réformée, a été prescrite par les actes publics. Et pour ne laisser aucune occasion de troubles et différends entre nos subjects, avons permis et permettons à ceux de ladite religion prétendue réformée vivre et demeurer par toutes les villes et lieux de cettuy nostre royaume, Édit de Nantes, art. 6.

    En 1612, les assemblées provinciales demandèrent que les protestants fussent dispensés de se qualifier ainsi ; la cour s'engagea non pas à faire une déclaration formelle en ce sens, mais à avertir les parlements de ne plus exiger qu'ils se désignassent eux-mêmes par ces termes humiliants.

  • 4Anciennement, officier réformé, officier à qui on retirait son emploi, mais en lui conservant une partie de ses appointements (on dit présentement officier à la suite). Depuis que ton officier réformé est venu nous enlever le cœur de cette jolie fermière, Regnard, Attend. s. l'orme, 3.

    Aujourd'hui, officier réformé, celui auquel le grade a été enlevé, par suite d'infirmités physiques ou morales.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « réformé »

→ voir réformer
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réformé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réformé refɔrme

Images d'illustration du mot « réformé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réformé »

Langue Traduction
Anglais reform
Espagnol reforma
Italien riforma
Allemand reform
Chinois 改革
Arabe اعادة تشكيل
Portugais reforma
Russe реформа
Japonais 改革
Basque erreforma
Corse riforma
Source : Google Translate API

Synonymes de « réformé »

Source : synonymes de réformé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réformé »

Partager