La langue française

Réflexion

Sommaire

  • Définitions du mot réflexion
  • Étymologie de « réflexion »
  • Phonétique de « réflexion »
  • Citations contenant le mot « réflexion »
  • Images d'illustration du mot « réflexion »
  • Traductions du mot « réflexion »
  • Synonymes de « réflexion »
  • Antonymes de « réflexion »

Définitions du mot réflexion

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉFLEXION, subst. fém.

I.
A. − Changement de direction des ondes (lumineuses ou sonores) lorsqu'elles rencontrent un corps interposé. Le ton des couleurs, vertes, jaunes etc... me semblait plus animé par la réflexion de la lumière dans les brouillards qu'il ne l'est dans l'état ordinaire (Maine de Biran,Journal, 1816, p. 177).Le rocher jaillissait à pic de la mer, presque irréel dans l'étincellement de sa cuirasse blanche (...). La réflexion neigeuse de ses falaises blanches tantôt l'argentait, tantôt le dissolvait dans la gaze légère du brouillard de beau temps (Gracq,Syrtes, 1951, p. 157).
Rem. On relève un empl. de réflexion, considéré par certains comme abusif au sens de « réverbération »: Tandis que sur les côtés, des verdures éteintes et maigres, anémiées par la réflexion constante de la chaleur eussent souhaité reposer le regard (Arnoux, Rêv. policier amat., 1945, p. 160).
B. − PHYS. Phénomène se produisant à l'interface de deux milieux dans lesquels une onde électromagnétique possède des vitesses de propagation différentes, et représenté par le retour de cette onde dans le milieu d'où elle provient. Synon. réfraction.Après les expériences d'Arago, les lois de la réflexion et de la réfraction semblent les mêmes pour les corps en mouvement (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 181).
Réflexion diffuse. ,,Réflexion se produisant hors des directions données par la loi de la réflexion régulière`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983). On distingue la réflexion régulière et la réflexion diffuse qui peuvent d'ailleurs coexister (Mathieu-KastlerPhys.1983).
Réflexion régulière ou réflexion spéculaire. Réflexion se produisant à la surface de séparation entre deux milieux lorsque cette surface ne présente que des irrégularités faibles par rapport à la longueur d'onde de la radiation considérée (d'apr. Mathieu-Kastler Phys. 1983):
1. ... en dégageant le phénomène de la couleur propre des corps d'un autre phénomène (...), celui de la réflexion spéculaire, le physicien (...) constatera que la teinte jaune du morceau de métal peut résulter de l'action combinée de rayons de lumière blanche réfléchie spéculairement, et de rayons pourpres qui ont subi l'action moléculaire que l'on vient d'indiquer. Cournot,Fond. connaiss., 1851, p. 12.
Réflexion totale. Réflexion se produisant lorsqu'une onde électromagnétique passe d'un milieu plus réfringent à un milieu moins réfringent et que l'angle d'incidence dépasse une valeur limite, le flux incident revenant alors totalement dans le premier milieu (d'apr. Mathieu-Kastler Phys. 1983). Le but poursuivi [par la taille] (...) est de faire offrir par la pierre un jeu de lumières aussi spectaculaire que possible, dû à la réflexion totale, d'une part, et à la dispersion, d'autre part (Metta,Pierres préc., 1960, p. 48).Prisme à réflexion totale. J. Herschel (...) employait comme source-témoin la fraction du rayonnement de la lune transmise par un prisme à réflexion totale (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 129).
Réflexion vitreuse. ,,Réflexion des ondes électromagnétiques à l'interface de deux milieux diélectriques`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983). M. Fizeau a cru observer une influence du mouvement de la terre sur la rotation du plan de polarisation dans la réflexion vitreuse de la lumière polarisée (H. Poincaré,Électr. et opt., 1901, p. 517).
Angle* de réflexion.
Coefficient, facteur de réflexion. Coefficient, facteur mesurant le rapport de l'intensité de l'onde incidente à celle de l'onde réfléchie. Synon. réflectance.Le coefficient de réflexion cristalline (M. de Broglie,Rayons X, 1922, p. 118).Une très mince couche d'argent ou d'aluminium, métaux doués d'un facteur de réflexion élevé (Danjon,Cosmogr., 1948, p. 18).
II.
A. − PSYCHOL., usuel
1. Au sing. Faculté qu'a la pensée de faire retour sur elle-même pour examiner une idée, une question, un problème; capacité de réfléchir. Synon. circonspection, discernement.Manquer, faire preuve de réflexion; être incapable de réflexion; faire quelque chose avec réflexion, sans réflexion. Nous le supposerons [l'homme] capable de réflexion, doué de raison (...) libre enfin, c'est-à-dire en état de délibérer ses actes avec la conscience de pouvoir les modifier et se modifier lui-même (Renouvier,Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 209).
2. Au sing. ou au plur. Acte de la pensée qui revient sur elle-même, qui revient sur un objet afin de l'examiner. Synon. délibération, méditation.Lente, longue réflexion; réflexion introspective; donner matière à réflexion; demander beaucoup de réflexions; se donner le temps de la réflexion, une minute de réflexion; faire quelque chose après de mûres réflexions; cela mérite réflexion. Il y aurait donc enfin deux moi différents, dont l'un serait comme la projection extérieure de l'autre, sa représentation spatiale et pour ainsi dire sociale. Nous atteignons le premier par une réflexion approfondie, qui nous fait saisir nos états internes comme des êtres vivants, sans cesse en voie de formation (Bergson,Essai donn. imm., 1889, p. 177):
2. Si la réflexion veut se justifier comme réflexion, c'est-à-dire comme progrès vers la vérité, elle ne doit pas se borner à remplacer une vue du monde par une autre, elle doit nous montrer comment la vue naïve du monde est comprise et dépassée dans la vue réfléchie. Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p. 247.
[En fonction de déterm.; en parlant d'une pers.] Habitué à réfléchir, qui réfléchit toujours avant d'agir. M. Sylvestre (...) n'avait pas ce droit-là [de tuer sa femme], n'étant pas artiste, c'est-à-dire homme de premier mouvement, et se piquant d'être philosophe, c'est-à-dire homme de réflexion (Sand,Corresp., t. 5, 1866, p. 122).
[Constr. avec un adj. spécifiant le domaine où s'exerce la réflexion] Réflexion mathématique, morale, psychologique. On pourrait se demander (...) si le progrès de la réflexion philosophique n'exige pas aujourd'hui une sorte de dépassement du personnalisme (Lacroix,Marxisme, existent., personn., 1949, p. 75).
Locutions
Réflexion faite, toute(s) réflexion(s) faite(s). Après avoir bien réfléchi. Le lac semblait être au même niveau que la mer, mais, réflexion faite, l'ingénieur expliqua à ses compagnons que l'altitude de cette petite nappe d'eau devait être de trois cents pieds (Verne,Île myst., 1874, p. 95).Non, disaient alors les questionneurs, avec l'air de conclure un long débat interne, non, toute réflexion faite, ça ne nous convient pas (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 283).
À la réflexion. En y réfléchissant bien, après avoir tout bien examiné. Charlotte ne s'était pas tuée. Une espérance me reprit alors. À la réflexion, et une fois son premier mouvement de colère passé, peut-être interpréterait-elle comme une preuve d'amour mon refus de mourir et de la laisser mourir? (Bourget,Disciple, 1889, p. 200).
Faire réflexion que. Réfléchir, penser que. J'ai souvent fait réflexion qu'un Européen habile, sachant l'arabe, (...) pourrait (...) faire la conquête de l'Orient musulman (Renan,Avenir sc., 1890, p. 502).
Le plus souvent au plur. Ensemble d'images, de représentations dans la conscience. Suivre le cours de ses réflexions. Dans cette circonstance de la vie qui donne quelques illusions tendres même aux âmes les plus sèches, elle était en proie aux réflexions les plus amères (Stendhal,Rouge et Noir, 1830, p. 345).Adossé à la porte et la tête penchée, il [Meaulnes] semblait profondément absorbé par ce qui venait d'être dit. En le voyant ainsi, perdu dans ses réflexions, regardant, comme à travers des lieues de brouillard, ces gens paisibles qui travaillaient (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p. 23).
B. − P. méton.
1. Formulation orale ou écrite de la pensée, du jugement, des considérations découlant de l'activité de réflexion (supra II A). Synon. observation, remarque.Réflexion désabusée, judicieuse, pénétrante; réflexions spirituelles; réflexions personnelles; réflexions imagées et justes; réflexions déplacées, désobligeantes. Madame Chantereau regardait d'un air stupéfait le jardin, qui lui paraissait immense. Bientôt, à voix basse, ce fut dans ce coin toutes sortes de réflexions amères (Zola,Nana, 1880, p. 1420).Le vin de messe vint à manquer. Folcoche, sans aucune arrière-pensée, s'étonna: − Je croyais que notre provision durerait plus longtemps! Réflexion anodine, mais qui, entendue de tous, allait me servir à créer, entre l'abbé et sa patronne, un malaise, cette fois définitif (H. Bazin,Vipère, 1948, p. 180).
2. En partic. Remarque adressée à quelqu'un et qui le concerne directement. Synon. observation.Il s'abstint pourtant à l'endroit d'Alphonse d'une réflexion désobligeante, qui eût préludé fâcheusement au débat nécessaire qu'il méditait depuis la veille (Aymé,Jument, 1933, p. 52):
3. − Qu'est-ce que c'est que cela? dit le voyageur. − C'est notre propre chambre de noce, dit l'aubergiste. Nous en habitons une autre, mon épouse et moi. On n'entre ici que trois ou quatre fois dans l'année. − J'aurais autant aimé l'écurie, dit l'homme brusquement. Le Thénardier n'eut pas l'air d'entendre cette réflexion peu obligeante. Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 496.
Fam., gén. au plur. Faire des réflexions à qqn. Faire des remarques désobligeantes. Il paraît que je vais trop souvent chez l'épicier (...), que je le dérange pour un rien. Ma tante Caroline a « fait des réflexions » à ma mère (Sartre,Mots, 1964, p. 27).
Prononc. et Orth.: [ʀeflεksjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1377 phys. (Oresme, Livre du ciel et du monde, éd. A. J. Menut, f. 119b, p. 456, 240); 2. a) 1637 « action de l'esprit qui réfléchit » (Descartes, Discours Méthode, éd. F. Alquié, t. 1, p. 614); b) 1643 « pensée résultant de la réflexion » (Corneille, Suite du Menteur, Epître, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 4, p. 283). Empr. au b. lat.reflexio, -onis « action de tourner en arrière, de retourner », déb. ves. ds Gdf., « reflet », déb. ives. ds Blaise Lat. chrét., lat. médiév. « réflexion (de lumière) », av. 1250 ds Latham, « méditation, connaissance de soi » xiiies., ibid., formé sur le supin reflexum de reflectere, v. réfléchir. Fréq. abs. littér.: 6 313. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 10 539, b) 6 604; xxes.: a) 7 301, b) 9 925.
DÉR.
Réflexionner, verbe,hapax. Robinson, même grand génie poétique, eût-il jamais fait des vers? Longuement réflexionné là-dessus en battant les Champs-Élysées (A. Daudet,Immortel, 1888, p. 61).[ʀeflεksjɔne], (il) réflexionne [-ksjɔn]. 1reattest. 1884 se réflectionner, se réflexionner (G. Frison, Les Aventures du colonel Ronchonot, p. 140 et 382 ds Quem. DDL t. 17); de réflexion, dés. -er.
BBG.Gohin 1903, p. 360.

Wiktionnaire

Nom commun 1

réflexion \ʁe.flɛk.sjɔ̃\ féminin

  1. (Physique) Phénomène par lequel les rayons lumineux, caloriques, les ondes sonores, lorsqu’ils rencontrent une surface, sont renvoyés dans une autre direction.
    • Un peu plus tard j’aperçus dans le sud un merveilleux reflet vert qui était la réflexion dans le ciel du peu profond lagon de l’atoll d’Anaa, le plus peuplé du groupe. — (Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil, t. 1, de New-York à Tahiti, 1929)
    • La réflexion des rayons lumineux. La réflexion du son.
  2. (Figuré) Action de l’esprit qui réfléchit, méditation sérieuse, considération attentive sur quelque chose.
    • Elle était heureuse simplement, sans réflexion et sans autre désir que celui de voir son bonheur durer éternellement. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Sur le chemin du retour, vers notre maison, je musardai pour me donner loisir de la réflexion. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 46)
    • Toute augmentation de l’activité réflexive, stimule, par nature, les tendances schizoïdes. La réflexion est un isolement. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 56)
    • La question était si importante qu'elle méritait réflexion. Certes, je savais où j'allais, mais devais-je le lui dire ? — (Jacques Lanzmann, Le Fils de l'Himalaya, Éditions Ramsay, 1996, chap. 3)
    • — […]. En fait elle est aussi nulle que toi.
      Bennett réfléchit quelques temps, en se demandant comment on quantifiait la nullité.
      — Peut-être même encore plus nulle, dit-il au bout d'un moment de réflexion.
      — (Gill Hornby, Tous en chœur, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Denyse Beaulieu, Paris : JC Lattès, 2017 & Éditions France Loisirs, 2018)
  3. Pensée qui résulte de cette action de l’esprit.
    • Il y avait beau temps, au lavoir communal ou sous les auvents d’aisseaux qu’on échangeait d’oreille à oreille de petites réflexions et qu’on se faisait part d’observations particulières […] — (Louis Pergaud, « Joséphine est enceinte », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Protiste en m’entendant divaguer de la sorte, il s’est fait la réflexion que je venais sûrement de retomber malade. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
    • Cette réflexion, parce qu’elle me paraît naturelle et paraîtra telle à tous les plébéiens de l’armée, sera affligeante pour nos beaux Messieurs s’ils me lisent. — (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 120)
    • Pour la énième fois, je me fis la réflexion que, depuis un certain temps, je brûlais la chandelle par les deux bouts. En fait, j’étais au bord du surmenage professionnel. — (James Patterson, Une ombre sur la ville, chap. 12, traduit de l’américain par Philippe Hupp, éditions L’Archipel, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFLEXION. n. f.
Phénomène par lequel les rayons lumineux, caloriques, sonores, lorsqu'ils rencontrent une surface, sont renvoyés dans une autre direction. La réflexion des rayons lumineux. La réflexion du son. Angle de réflexion, Angle suivant lequel un rayon, un son est renvoyé par une surface. L'angle de réflexion est égal à l'angle d'incidence. En termes de Marine, Instruments à réflexion, Instruments astronomiques dont on se sert pour prendre la hauteur des astres au-dessus de l'horizon. Les sextants et les octants sont des instruments à réflexion. On dit de même : Cercle de réflexion.

RÉFLEXION s'emploie figurément et signifie Action de l'esprit qui réfléchit, méditation sérieuse, considération attentive sur quelque chose. Agir sans réflexion. Il a fait de longues, de profondes réflexions. Il se livre à ses réflexions. Cela me fit faire de sérieuses réflexions. Après avoir fait réflexion sur cette affaire. Il ne fait jamais réflexion à ce qu'on lui dit, sur ce qu'on lui dit. Il a fait cela faute de réflexion. Il est incapable de réflexion. Un moment de réflexion lui a suffi pour se décider. Voilà un grand sujet de réflexion. Faites réflexion à ce que je vous dis, faites-y réflexion. Ce que vous dites là mérite réflexion. Faites réflexion que... Toute réflexion faite, je ne sortirai pas. Il se dit aussi des Pensées qui résultent de cette action de l'esprit. Voilà de belles, de sages de savantes réflexions. Réflexions morales. Cet ouvrage est plein de réflexions aussi justes que fines. Il m'a communiqué ses réflexions sur cet objet, sur cette affaire.

À LA RÉFLEXION, loc. adv. En réfléchissant, réflexion faite. À la réflexion, je n'irai pas le voir comme il me l'avait demandé.

Littré (1872-1877)

RÉFLEXION (ré-flè-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Phénomène qui a lieu lorsqu'un corps doué d'une certaine vitesse en rencontre un autre qui lui fait obstacle, et qui le force de suivre une autre direction. Au même endroit où le canon ne peut aller que de bond et par réflexion, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 303. Elle [la lune dans son plein] est belle alors et fort lumineuse, quoique sa lumière ne soit que la réflexion de celle du soleil, La Bruyère, XVI. Il [Newton] a donné l'invention et le dessin d'un télescope par réflexion, qui n'a été bien exécuté que longtemps après, Fontenelle, Newton. Cette lumière blanchâtre qui nous vient de la lune est la lumière même du soleil, mais elle ne peut venir de la lune que par une réflexion, Fontenelle, Mondes, 2e soir. Dans les plaines sablonneuses de l'Afrique, la réflexion de la lumière est si vive qu'il n'est pas possible d'en soutenir l'effet, sans courir risque de perdre la vue, Buffon, De la vue. L'angle de la réflexion de la lumière est toujours égal à son angle d'incidence, Brisson, Traité de phys. t. II, p. 290.

    Fig. Que le prince envoie tant qu'il lui plaira une réflexion de sa grandeur sur les sujets qui ont trouvé grâce devant ses yeux, qu'il leur communique des rayons de sa puissance, Guez de Balzac, De la cour, 7e disc. Ces sortes de satires tombent directement sur les mœurs, et ne frappent les personnes que par réflexion, Molière, Critique, 7.

  • 2 Terme de marine. Instruments de réflexion, instruments astronomiques dont on se sert pour prendre la hauteur des astres au-dessus de l'horizon.

    Cercle de réflexion, instrument d'astronomie.

  • 3 Fig. Acte de l'esprit qui réfléchit ; suite de pensées et de jugements qui découlent les uns des autres. Après y avoir fait assez de réflexion [à certaines lois de Dieu], Descartes, Méth. V, 1. J'avais cru le contraire sans y faire de réflexion, Pascal, Prov. VII. Faites un peu de réflexion à toute la puissance de cette famille [Colbert], Sévigné, 22 nov. 1679. Il est véritable que qui ôte à l'esprit la réflexion, lui ôte toute sa force, Bossuet, Sermons, Véritable conversion, 1. Qui sait si l'Angleterre étant revenue de ses erreurs prodigieuses touchant la royauté, elle ne poussera pas plus loin ses réflexions [jusqu'à la religion] ? Bossuet, Reine d'Anglet. La réflexion est appelée l'œil de l'âme, parce que, l'acte direct n'étant le plus souvent assez aperçu, la réflexion en l'apercevant s'affermit avec connaissance et comme par un jugement confirmatif, Bossuet, Ét. d'orais. V, 5. Régulièrement parlant, un péché commis avec réflexion a plus de malice, Bossuet, ib. V, 16. Y avez-vous jamais fait… je ne dis pas toute la réflexion nécessaire, mais quelque réflexion ? Bourdaloue, Car. I, Pens. de la mort, 47. Les expériences sont inutiles aux princes amollis et inappliqués qui vivent sans réflexion, Fénelon, Tél. XII. Notre liberté est faible et bornée comme toutes nos autres facultés ; nous la fortifions en nous accoutumant à faire des réflexions, et cet exercice de l'âme la rend un peu plus vigoureuse, Voltaire, Traité de métaph. 7. On a vu souvent des signes de réflexion dans le moment même d'une mort violente, Buffon, De la vieillesse et de la mort. L'entendement, une fois exercé à la réflexion, ne peut plus rester en repos, Rousseau, Émile, IV. La réflexion sert de sauvegarde au caractère, sans le corriger, comme les règles en servent au génie, sans l'inspirer, Duclos, Consid. mœurs, 13. Quand il [l'homme] saura conduire sa réflexion, pour remonter des effets aux vrais principes, Condillac, Traité des syst. 5. Réflexion, par exemple, a premièrement désigné le mouvement d'un corps qui revient après avoir heurté contre un autre ; et ensuite il est devenu le nom qu'on donne à l'attention, lorsqu'on la considère comme allant et revenant d'un objet sur un objet, d'une qualité sur une qualité…, Condillac, Art d'écr. II, 6. Lorsque l'attention se porte sur ce qui se passe au dedans de nous-mêmes, elle s'appelle réflexion, Marmontel, Œuv. t. V, p. 287.

    Dans le langage des précieuses. Attachez un peu sur ces gants la réflexion de votre odorat, Molière, Préc. 10.

    Faire réflexion, considérer attentivement. Je ferais bien de vous dire… ce que je souffre tous les jours quand je fais réflexion en quel endroit la Providence nous a placées pour la passer [la vie], Sévigné, à Mme de Grignan, 10 juin 1671. Il faut faire réflexion sur l'état de ceux qui sont plus malheureux que nous, pour souffrir patiemment nos disgrâces, Sévigné, 15 oct. 1674.

    À la réflexion, en y réfléchissant. Ulysse délibéra s'il ne punirait pas sur l'heure les femmes de la reine ; mais, à la réflexion, il s'apaisa, Fénelon, t. XXI, p. 466.

    Toute réflexion faite, ayant bien examiné la chose dont il s'agit. Toute réflexion faite, je ne sortirai pas.

    Faire ses réflexions, réfléchir mûrement. Elle avait fait là-dessus toutes ses réflexions morales et chrétiennes, Sévigné, 6. Ce que je ferai [vous écrire], quand j'aurai trouvé le temps de faire mes réflexions, Bossuet, Lett. Alb. 122.

    C'est un homme de réflexion, homme qui ne fait rien sans y avoir bien songé.

  • 4Ce qui résulte de l'action de l'esprit réfléchissant, pensée. Nous avons fait ensemble des réflexions chrétiennes, Sévigné, 43. Croyez-moi, ma fille, ce n'est pas inutilement qu'il [M. de la Rochefoucauld mourant] a fait des réflexions toute sa vie ; il s'est approché de telle sorte ces derniers moments, qu'ils n'ont rien de nouveau, ni d'étranger pour lui, Sévigné, 15 mars 1680. Vanité des vanités, et tout est vanité ; c'est la seule réflexion que me permet, dans un accident si étrange, une si juste et si sensible douleur, Bossuet, Duch. d'Orl. Si nous habitions la lune… pourrions-nous bien nous figurer quelque chose [le genre humain] qui eût des passions si folles et des réflexions si sages, une durée si courte et des vues si longues… ? Fontenelle, Mondes, 2e soir. Chaque âge écrit et lit à sa manière : la jeunesse aime les événements ; la vieillesse, les réflexions, Diderot, Claude et Nér. I, à M. Naigeon. Dans un roman comme dans une histoire, les longues réflexions impatientent et glacent le lecteur, D'Alembert, Éloges, Marivaux, note 21.

HISTORIQUE

XIVe s. Souvent avient [dans les plaies de poitrine] que le sang et la boe [le pus] cheent [tombent] dessoubz sur la reflexion du dyafregme, Lanfranc, f° 33. En tel corps la lumiere se profunde peu ou nient, mez elle retourne par reflexion ou par infraction, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. Et dict on que le coup du soleil et du vent est plus poisant par reflexion qu'à droict fil, Montaigne, III, 363.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉFLEXION, s. f. (Logique.) la réflexion est une opération de notre ame, qui dirige successivement son attention sur les diverses parties d’un tout. C’est la réflexion qui la retire de la dépendance où elle est de tous les objets qui agissent sur elle. Maîtresse par son moyen de se rappeller les choses qu’elle a vues, elle y peut porter son attention, & la détourner de celles qu’elle voit ; elle peut ensuite la rendre à celles-ci, ou seulement à quelques-unes, & la donner alternativement aux unes & aux autres. A la vue d’un tableau, par exemple, nous nous rappellons les connoissances que nous avons de la nature, & des regles qui apprennent à l’imiter ; & nous portons notre attention successivement de ce tableau à ces connoissances, & de ces connoissances à ce tableau, ou tour-à-tour à ses différentes parties. C’est par une suite de cette liberté où nous met la réflexion de disposer de notre attention, que nous pouvons à notre gré, ou fixer nos regards sur le tronc d’un arbre, ou les élever sur la tige, & les promener ensuite sur les branches, les feuilles, les fleurs. Nous pouvons prendre de nouveau une feuille, & procéder de même dans l’examen que nous en faisons. Il est vrai que l’exercice donne la facilité de manier, pour ainsi dire, l’attention, & qu’ici, comme par-tout ailleurs, la coutume perfectionne la nature.

Cette maniere d’appliquer de nous-mêmes notre attention tour-à-tour à divers objets, ou aux différentes parties d’un seul ; c’est donc ce qu’on appelle réfléchir. On ne peut mieux en faciliter l’exercice, qu’en s’occupant des objets qui, exerçant davantage l’attention, lient ensemble un plus grand nombre de signes & d’idées. Tout dépend de-là : cela fait voir que l’usage où l’on est de n’appliquer les enfans pendant les premieres années de leurs études, qu’à des choses auxquelles ils ne peuvent rien comprendre, ni prendre aucun intérêt, est peu propre à développer leurs talens ; cet usage ne forme point de liaison d’idées, ou les forme si legeres, qu’elles ne se conservent point.

C’est a la réflexion que nous commençons à entrevoir tout ce dont l’ame est capable : tant qu’on ne dirige point soi-même son attention, l’ame est assujettie à tout ce qui l’environne, & ne possede rien que par une vertu étrangere ; mais si maître de son attention, on la guide selon ses desirs ; l’ame alors dispose d’elle-même, en tire des idées qu’elle ne doit qu’à elle, & s’enrichit de son propre fonds.

L’effet de cette opération est d’autant plus grand, que par elle nous disposons de nos perceptions, à-peu-près comme si nous avions le pouvoir de les produire & de les anéantir. Que parmi celles que j’éprouve actuellement, j’en choisisse une, aussi-tôt la conscience en est si vive & celle des autres si foible, qu’il me paroîtra qu’elle est la seule chose dont j’aye pris connoissance. Qu’un instant après, je veuille l’abandonner, pour m’occuper d’une de celles qui m’affectoient le plus légerement ; elle me paroîtra rentrer dans le néant, tandis qu’une autre m’en paroîtra sortir. La conscience de la premiere, pour parler moins figurément, deviendra si foible, & celle de la seconde si vive, qu’il me semblera que je ne les ai éprouvées que l’une après l’autre. On peut faire cette expérience, en considérant un objet fort composé. Il n’est pas douteux qu’on n’ait en même tems conscience de toutes les perceptions que ses différentes parties, disposées pour agir sur les sens, font naître. Mais on diroit que la réflexion suspend à son gré les impressions qui se font dans l’ame, pour n’en conserver qu’une seule.

La Géométrie nous apprend que le moyen le plus propre à faciliter notre réflexion, c’est de mettre sous les sens les objets mêmes des idées dont on veut s’occuper, parce que la conscience en est plus vive. Mais on ne peut pas se servir de cet artifice dans toutes les sciences. Un moyen qu’on employera partout avec succès, c’est de mettre dans nos méditations de la clarté, de la précision, & de l’ordre. De la clarté, parce que plus les signes sont clairs, plus nous avons conscience des idées qu’ils signifient, & moins par conséquent elles nous échappent : de la précision, afin que l’attention moins partagée, se fixe avec moins d’effort : de l’ordre, afin qu’une premiere idée plus connue, plus familiere, prépare notre attention pour celle qui doit suivre.

La réflexion qui nous donne le pouvoir de distinguer nos idées, nous donne encore celui de les comparer, pour en connoître les rapports. Cela se fait en portant alternativement notre attention des unes aux autres, ou en la fixant en même tems sur plusieurs. Quand des notions peu composées font une impression assez sensible pour attirer notre attention sans effort de notre part, la comparaison n’est pas difficile : mais les difficultés augmentent, à mesure que les idées se composent davantage, & qu’elles font une impression plus legere. Les comparaisons sont, par exemple, communément plus aisées en Géométrie qu’en Métaphysique. Avec le secours de cette opération, nous rapprocherons les idées les moins familieres de celles qui le sont davantage ; & les rapports que nous y trouvons, établissent entre elles des liaisons très-propres à augmenter & à fortifier la mémoire, l’imagination, & par contre-coup la réflexion.

Quelquefois, après avoir distingué plusieurs idées, nous les considérons comme ne faisant qu’une seule notion : d’autres fois nous retranchons d’une notion quelques-unes des idées qui la composent ; c’est ce qu’on nomme composer & décomposer ses idées. Par le moyen de ces opérations, nous pouvons les comparer sous toutes sortes de rapports, & en faire tous les jours de nouvelles combinaisons. Pour bien conduire la premiere, il faut remarquer quelles sont les idées les plus simples de nos notions ; comment & dans quel ordre elles se réunissent à celles qui surviennent. Par-là on sera en état de regler également la seconde ; car on n’aura qu’à défaire ce qui aura été fait ; cela fait voir comment elles viennent l’une & l’autre de la réflexion.

La réflexion n’a point lieu dans les enfans nouveau-nés ; & même les personnes en âge de raison ne réfléchissent pas, à beaucoup près, sur tout ce qu’elles voyent & sur tout ce qu’elles font. On voit des personnes, qui emportées par la vivacité de leur tempérament, & n’ayant pas été accoutumées à la réflexion, parlent, jugent, agissent, conformément à l’impression actuelle qu’elles éprouvent, & ne se donnent jamais la peine de peser le pour & le contre des partis qu’on leur propose. On peut passer ainsi sa vie dans la société ; mais les sciences, c’est-à-dire, les véritables sciences, les théories, ne s’acquierent qu’à l’aide de l’attention & de la réflexion ; & quiconque néglige ces secours, ne fera jamais de progrès dans les connoissances spéculatives. Voyez l’essai sur l’origine des connoissances humaines.

Réflexion, s. f. en terme de Méchanique, c’est le retour ou mouvement retrograde d’un mobile occasionné par la résistance d’un corps qui l’empêche de suivre sa premiere direction. Voyez Mouvement, Résistance, &c. On a mis en question, s’il y a quelques momens de repos ou intervalle entre l’incidence & la réflexion : les Péripatéticiens & tous ceux qui conçoivent le mouvement réfléchi comme différent de l’incident sur le même corps, tiennent pour l’affirmative. Le mouvement d’incidence, suivant ces auteurs, est entierement perdu & détruit par la résistance de l’obstacle qu’il rencontre, & le mobile demeure par-là parfaitement en repos au point de contact jusqu’à ce qu’une cause contraire l’oblige à se réfléchir de nouveau.

Les Cartésiens soutiennent la négative, & nient qu’il y ait aucun repos entre l’incidence & la réflexion, ils alleguent pour preuve de ce qu’ils avancent, que si le mouvement venoit à cesser un seul moment, il n’y auroit qu’une nouvelle cause étrangere qui pût le faire renaître, & que le corps demeureroit dans ce nouvel état aussi long-tems que s’il étoit en repos depuis un tems considérable. Voyez Repos & Lois de la nature.

En conséquence Rohaut & d’autres définissent la réflexion, le détour ou le changement de détermination qui arrive à un corps qui se meut à la rencontre d’un autre qu’il ne peut pénétrer.

De même, disent-ils, qu’un pendule après être parvenu à la plus grande hauteur où il peut atteindre ne s’arrête point ; de même deux corps durs qui se rencontrent directement ne s’arrêtent point, mais continuent leur mouvement dans un sens contraire, suivant la loi que la nature a établie, & cela par l’influence ou impulsion immédiate de la cause qui les a d’abord mis en mouvement. Mais cette doctrine est aujourd’hui presque universellement rejettée.

En effet, il n’y a aucune raison qui oblige un corps parfaitement dur, comme les Cartésiens le supposent, de se réfléchir lorsqu’il rencontre un plan inébranlable. Lorsque ce corps dur vient choquer le plan, il perd tout le mouvement qu’il avoit dans cette direction ; & pour qu’il reçoive du mouvement dans une autre direction, il faut de deux choses l’une, ou qu’il reçoive le mouvement de quelque cause, ou que ce mouvement se trouve déja implicitement, pour ainsi dire, dans le mouvement qu’il avoit déja, à-peu-près comme le mouvement d’un corps par un des côtés d’un parallelogramme se trouve implicitement dans son mouvement par la diagonale, ensorte que si on oppose à ce corps mû, suivant la diagonale, une puissance qui arrête son mouvement dans la direction d’un des côtés, le corps prendra de lui-même la direction & la vîtesse qu’il doit avoir, suivant l’autre côté du parallelogramme. Voyez Composition de mouvement & Dynamique.

Or on ne peut supposer ici aucune de ces deux choses. 1° Le plan ou corps choqué qui par la supposition est inébranlable, & n’a qu’une force de résistance purement passive, ne peut donner au corps aucun mouvement, il ne peut qu’arrêter celui que ce corps avoit. 2° On ne peut pas dire non plus que le mouvement du corps en arriere existât implicitement dans le mouvement primitif : car soit b le mouvement primitif du corps, a le mouvement qu’on lui suppose en arriere, il faudroit dans cette supposition regarder la vîtesse b comme composée du mouvement a que le corps garde après le choc, & d’un autre mouvement qui est détruit. Or ce mouvement détruit ne pourroit être que a + b, car la vîtesse b est composée de la vîtesse a en arriere, & de la vîtesse a + b en avant. Donc la vîtesse a + b doit être détruite par la rencontre du plan, & à plus forte raison la vîtesse a ; donc le corps choquant doit rester en repos.

La raison qui a porté les Cartésiens à établir cette loi de réflexion ; c’est que, selon eux, il ne doit point y avoir de mouvement perdu dans la nature, & que par conséquent un corps ne doit point perdre son mouvement sans le communiquer à un autre : & comme on suppose ici que le corps choquant ne peut pas communiquer son mouvement, ils en concluent qu’il doit se réfléchir avec ce mouvement. Mais outre qu’il est ici question de corps parfaitement durs, qui n’existent point dans la nature, nous observons souvent dans le choc des corps que la même quantité de mouvement ne s’y conserve pas. Voyez Percussion.

Les auteurs modernes les plus célebres conçoivent la réflexion comme un mouvement propre aux corps élastiques, par lequel, après en avoir frappé d’autres qu’ils n’ont pu mouvoir de leur place, ils s’en éloignent en retournant en arriere par leur force élastique. Voyez Élastique.

C’est sur ce principe que quelques auteurs assurent qu’il peut y avoir & qu’il y a effectivement un moment de repos entre l’incidence & la réflexion ; puisque le mouvement réfléchi n’est point une continuation du premier, mais un nouveau mouvement qui naît d’une nouvelle cause ou principe, savoir de la force d’élasticité. Cependant l’opinion de ces auteurs prise en un certain sens, n’est point une suite nécessaire de la nature de l’élasticité. Un corps à ressort qui vient frapper un plan se bande & s’applatit peu-à-peu en changeant de figure, & consume petit-à-petit tout le mouvement qu’il avoit & qu’il emploie à bander son ressort. Quand une fois le ressort est totalement bandé, & que le corps a perdu tout son mouvement, le ressort se débande aussi-tôt sans qu’il y ait d’intervalle entre le commencement du débandement & la fin du débandement.

En effet quelle seroit la cause qui feroit que le ressort resteroit bandé lorsque le mouvement du corps est entierement cessé, & que rien ne s’oppose au débandement du ressort ? Il se débandera donc aussi-tôt, & rendra par degrés au corps tout le mouvement qu’il avoit perdu, précisément comme un pendule qui retombe après avoir monté. Il n’y aura donc point d’intervalle entre la fin du bandement, qu’on peut regarder comme le terme de l’incidence, & le commencement du débandement qu’on peut regarder comme le premier moment de la réflexion. Car quand le corps commence à se débander, toutes ses parties, hors celle du point de contact, commencent à s’éloigner du plan ; & tant que le corps bande son ressort, toutes ses parties s’approchent du même plan. Mais si on veut prendre pour le moment d’incidence celui où le corps vient à toucher le plan, & pour le moment de réflexion celui où le corps quitte entierement le plan, il est évident qu’il y aura un intertervalle de tems fini, quoique très-court, entre l’incidence & la réflexion, savoir le tems que le ressort met à se bander & à se débander. Voyez Élasticité.

C’est une des grandes lois de la réflexion que l’angle qu’un corps réfléchi fait avec le plan de l’obstacle réfléchissant, est égal à celui sous lequel il frappe cet obstacle. Cette loi se démontre de la maniere suivante : imaginons qu’un corps ou point élastique A, fig. 26, Opt. vienne frapper le plan immobile DE suivant la direction AB, le mouvement de ce corps suivant AB peut être regardé comme composé d’un mouvement suivant AP perpendiculaire au plan DE, & d’un mouvement suivant FB parallelement au plan DE. Voyez Composition. Or comme de ces deux mouvemens il n’y a que le mouvement suivant AF auquel le plan résiste, le ressort se comprimera & se débandera suivant AF, ou ce qui revient au même suivant BH, ainsi le corps A ou B recevra en arriere suivant BH un mouvement égal & parallele à AF ; mais ce même corps garde outre cela le mouvement suivant BF, qui n’est ni détruit, ni alteré par le plan ; son mouvement, après le choc, est donc composé d’un mouvement BG égal à BF, & d’un mouvement BH égal à AF, il décrira donc la diagonale BC, laquelle fera évidemment l’angle CBG de réflexion égal à l’angle ABF d’incidence. Voyez Angle & Incidence. Pour les différentes lois de mouvement que l’on a observées dans les réflexions des corps, voyez Percussion.

Réflexon des rayons de lumiere (Optique.) est un mouvement des rayons, par lequel, après avoir tombé sur les parties solides des corps, ou, pour mieux dire, après s’en être approchés le plus près qu’il est possible, ils s’en éloignent de nouveau. Voyez Réflexibilité.

C’est par la réflexion des rayons de lumiere qui tombent sur les surfaces des corps éclairés, que ces mêmes corps deviennent visibles. Voyez Vision & Rayon.

Et c’est la disposition qu’ont les corps à réfléchir tel ou tel rayon en plus grande abondance, qui est la cause des différentes couleurs qu’on y remarque. Voyez Couleur.

La réflexion de la lumiere de dessus les surfaces des miroirs fait l’objet de la catoptrique. Voyez Catoptrique.

La réflexion de la lumiere, ainsi que M. Newton l’a fait voir, ne se fait point par les rayons qui frappent toutes les parties d’un corps, mais par quelque propriété de ce même corps également répandue sur toute sa surface, au moyen de laquelle il agit sur le rayon, l’attirant ou le repoussant sans aucun contact immédiat. Voyez Rayon.

Il prétend que c’est ce même pouvoir qui fait que les rayons se rompent dans d’autres circonstances, & qu’ils émanent du corps lumineux. Voyez Lumiere.

Les raisons dont il se sert pour prouver son sentiment, sont 1° que les surfaces des miroirs qui paroissent les plus unies à l’œil, sont cependant raboteuses & inégales ; puisque polir une glace n’est autre chose qu’enlever ses parties les plus éminentes par le moyen du sable ou du tripoli. Si donc les rayons de lumiere étoient réfléchis en frappant les parties solides du verre, les réflexions ne seroient jamais aussi exactes qu’elles le sont, & le verre le plus uni écarteroit autant les rayons que le plus raboteux. Il reste donc à savoir comment un verre poli peut réfléchir les rayons aussi régulierement qu’il fait, & on ne peut résoudre ce probleme qu’en disant que la réflexion d’un rayon se fait non d’un seul point de corps réfléchissant, mais par quelque faculté de ce corps également répandue sur toute sa surface, par laquelle il agit sur un rayon sans aucun contact immédiat ; car on a déja fait voir au mot Diffraction, que les parties des corps agissent sur la lumiere à une certaine distance.

2°. Si l’on fait ensorte que les couleurs que l’on a séparées par le moyen d’un prisme placé à l’endroit par où un rayon de lumiere entre dans une chambre obscure tombent successivement sur un second prisme, placé à une très-grande distance du premier avec une même obliquité ; le second prisme peut être tellement incliné aux rayons incidens, qu’il réfléchisse tous ceux qui sont de couleur bleue, & qu’il donne passage à ceux qui sont rouges. Or si la réflexion étoit causée par les parties de l’air ou du verre, on pourroit demander d’où vient qu’à la même obliquité d’incidence les rayons bleus frappent ces parties de maniere qu’ils se réfléchissent, & que les rouges trouvent assez de pores pour passer à-travers le prisme en grande quantité.

3°. Il n’y a point de réflexion sensible au point où deux verres se touchent, & cependant on ne voit point d’où vient que les rayons ne heurtent point les parties du verre, lorsqu’il est contigu à un autre verre avec autant de force que lorsqu’il l’est à l’air.

4°. Si les rayons rouges & bleus qui ont été séparés par le prisme, tombent successivement sur une lame plate de telle matiere transparente que ce soit, dont l’épaisseur augmente en proportion arithmétique continue, telle qu’une lame d’air entre deux verres, dont l’un soit plan & l’autre un peu convexe, la même lame réfléchira dans la même partie tous les rayons d’une même couleur, & donnera passage à tous ceux d’une couleur différente, mais elle réfléchira dans ses différentes parties les rayons d’une seule & même couleur à une épaisseur, & leur donnera passage à une autre, & ainsi alternativement & à l’infini. Or, on n’imaginera jamais que dans un endroit les rayons qui font voir, par exemple, une couleur bleue, rencontrent fortuitement les parties solides, & ceux qui font voir le rouge les pores du corps ; & que dans un autre endroit où le corps est ou un peu plus mince, ou un peu plus épais, les rayons bleus frappent ses pores, & les rouges ses parties solides.

5°. Dans le passage de la lumiere du verre dans l’air, la réflexion est aussi forte que dans son passage de l’air dans le verre, & beaucoup plus forte que dans son passage de ce même verre dans l’eau. Il ne paroît pas cependant possible que l’air ait un plus grand nombre de parties réfléchissantes que l’eau ou le verre ; & quand même on supposeroit que cela est, on n’en seroit pas plus avancé pour cela ; car la réflexion est aussi forte ou même plus forte, quand on écarte l’air du verre au moyen de la machine pneumatique, que quand il lui est contigu. On objectera peut-être, selon l’hypothese de Descartes, qu’encore que l’on pompe l’air, il ne laisse pas d’y avoir une matiere subtile qui le remplace, laquelle étant beaucoup plus dense, est par conséquent beaucoup plus propre qu’aucun autre corps à réfléchir la lumiere. Mais quand nous n’aurions pas fait voir ailleurs, voyez Matiere subtile, que cette matiere subtile n’a jamais existé ; l’expérience suivante suffiroit pour nous convaincre de la fausseté de cette hypothèse.

5°. Si la lumiere en passant du verre dans l’air le frappe sous un angle moindre de 40 ou 41 degrés, elle se réfléchit entierement ; mais si son obliquité est moindre, elle est transmise pour la plus grande partie. Or, on ne peut pas s’imaginer que la lumiere à un degré d’obliquité, rencontre assez de pores dans l’air pour lui donner passage, & que sous un autre degré elle ne rencontre que des parties capables de la réfléchir entierement, sur-tout si l’on fait attention que dans son passage de l’air dans le verre, quelqu’oblique que soit son incidence, elle trouve assez de pores dans le verre pour en transmettre la plus grande partie. Que si l’on suppose qu’elle n’est point réfléchie par l’air, mais par les parties les plus superficielles du verre, la même difficulté subsistera toujours ; d’ailleurs une pareille supposition est inintelligible, & paroîtra également fausse, si l’on met de l’eau à la place de l’air derriere quelque partie du verre : car en supposant les rayons dans une obliquité convenable, par exemple de 40 ou 46 degrés, suivant laquelle, ils sont tous réfléchis dans l’endroit où l’air est contigu au verre, ils seront transmis pour la plûpart dans l’endroit où l’eau le touchera : ce qui prouve que leur réflexion ou leur transmission dépend de l’air & de l’eau qui sont derriere le verre, & non point de ce qu’ils frappent les parties de ce dernier ; les rayons ne se réfléchissant jamais qu’ils ne soient parvenus à la derniere surface du verre & prêts à en sortir. Car s’ils rencontrent en sortant la surface de l’eau & de l’huile, ils passent à travers ; l’attraction du verre étant balancée ou diminuée par une force contraire, & ne pouvant avoir son effet à cause de l’attraction de la liqueur qui lui est adhérente : mais si les rayons en sortant de cette derniere surface tombent dans un vuide qui n’a point d’attraction, ou dans l’air qui n’en a que fort peu, & point assez pour contre-balancer l’effet du verre, pour-lors l’action du verre les attire de nouveau, & les oblige à se réfléchir.

Cela paroîtra encore plus évident si l’on applique l’un contre l’autre deux prismes de verre, ou deux verres objectifs, dont l’un soit plat & l’autre un peu convexe, en sorte cependant qu’ils ne se touchent point, & qu’ils ne soient pas trop éloignés ; car la lumiere qui tombera sur la surface postérieure du premier verre, à l’endroit où il n’est pas éloigné du second d’un de pouces, passera à travers sa surface pour pénétrer dans le second verre, quoiqu’il y ait de l’air ou du vuide entre deux ; mais si l’on ôte le second verre, la lumiere passant de la seconde surface du premier verre dans l’air ou dans le vuide, se réfléchira & retournera de nouveau.

Il suit delà, selon M. Newton, que les rayons sont attirés par quelque propriété du premier verre, n’y ayant rien qui puisse occasionner leur retour, & que la réflexion n’est point causée par quelque matiere subtile, contiguë à la surface postérieure, suivant les principes de Descartes ; puisque cette matiere devroit les réfléchir aussi-bien lorsque les verres sont presque contigus, que lorsqu’ils sont séparés l’un de l’autre.

Enfin, si l’on demande comment quelques-uns des rayons sont réfléchis & d’autres transmis, & pourquoi ils ne se réfléchissent pas tous également ; en supposant que la réflexion vienne de l’action de toute la surface, M. Newton répond qu’il y a tant dans les rayons de lumiere que dans les corps mêmes, certaines vibrations, ou quelque propriété pareille, imprimées aux rayons par l’action du corps lumineux qui les envoie, ou par celle des corps qui le réfléchissent, & qui fait que ces rayons, dans cette partie de leur vibration qui concourt avec le mouvement des parties du corps, entrent dans le corps, y sont rompus & transmis ; au lieu que ceux qui sont dans la partie contraire de leur vibration se réfléchissent. Voyez Couleur & Lumiere.

Le P. Malebranche, quoique d’une opinion fort différente de M. Newton sur la nature de la lumiere & sa propagation, est entierement de l’avis de ce philosophe, sur la cause de la réflexion : il pense comme lui que ce ne sont point les parties solides des corps qui réfléchissent la lumiere, & les raisons qu’il en apporte sont les mêmes. Voyez la recherche de la vérité, tom. iv. pag. 508. édit. de 1721. Plusieurs philosophes ont depuis adopté cette opinion ; cependant il semble que les preuves que ces deux auteurs en donnent, prouvent seulement que les rayons ne sont point réfléchis uniquement par les parties solides des corps, mais que cette réflexion a une autre cause plus générale & plus étendue ; mais ils n’ont peut-être pas prétendu donner entierement l’exclusion aux parties solides ; ils ont seulement dit qu’il y avoit beaucoup d’apparence que les rayons qui tomboient sur ces parties, s’éteignoient au moins en grande partie, & perdoient leurs forces.

Réflexion, en terme de Catoptrique, est le retour d’un rayon de lumiere de la surface polie d’un miroir, d’où il est repoussé. Voy. Miroir & Catoptrique.

On donne au rayon qui est ainsi renvoyé le nom de rayon réfléchi ou de réflexion ; & au point du miroir où son retour commence, celui de point de réflexion.

Si l’on suppose, par exemple, que le rayon AB, (Pl. Optiq. fig. 26.) parte du point lumineux A, & aille frapper le miroir en B, pour retourner en C, la ligne BC représentera le rayon réfléchi, & B le point de réflexion ; A B représentera le rayon incident ou d’incidence, & B le point d’incidence.

De même la ligne CG menée de quelque point C du rayon réfléchi BC, perpendiculairement au miroir, est appellée la cathete de réflexion ou de l’œil ; & la ligne AF, menée du point lumineux perpendiculairement au miroir, est appellée la cathete d’incidence. Voyez Cathete.

Des deux angles que le rayon réfléchi BC fait avec le miroir, le plus petit CDE est appellé angle de réflexion ; de même des deux angles que le rayon incident fait avec le miroir, le plus petit ABD est appellé angle d’incidence. Voyez Angle.

Si le miroir est ou convexe ou concave, les plus petits angles que le rayon fait avec la tangente au point de réflexion & d’incidence, sont les angles de réflexion & d’incidence.

L’angle CBH que le rayon réfléchi fait avec une perpendiculaire au point de réflexion, est appellé l’inclinaison du rayon réfléchi ; de même que l’angle ABH est appellé l’inclinaison du rayon incident. Voyez Inclinaison.

Lois générales de la réflexion. Quand un rayon de lumiere est réfléchi par un miroir de telle forme que ce soit, l’angle d’incidence est toujours égal à l’angle de réflexion. Cette loi a lieu dans les percussions de toutes les especes de corps, & par conséquent elle doit être la même dans celle des rayons de lumiere. Voyez Percussion.

Cette loi se trouve confirmée par une expérience très-facile : car faisant tomber par un petit trou un rayon solaire sur un miroir enfermé dans une chambre obscure, on a le plaisir de le voir se réfléchir & faire l’angle de réflexion égal à celui d’incidence. Voyez Chambre obscure.

On peut encore démontrer la même chose d’une autre maniere : que l’on place par exemple un demi cercle FG (Pl. Optiq. fig. 26.) sur un miroir DE, en sorte que son centre soit en B, & son limbe perpendiculaire à la surface du miroir. Que l’on prenne des arcs égaux Fa & Ge, & que l’on place un objet en A & l’œil en C, on verra l’objet par un rayon réfléchi en B, & si l’on couvre ce dernier point B, on cessera d’appercevoir l’objet.

Telle est la loi que les rayons de lumiere observent très-exactement lorsqu’ils rencontrent la surface des corps polis ; mais la démonstration de cette loi n’est peut-être pas aussi facile qu’on pourroit se l’imaginer.

Les anciens auteurs d’optique, pour prouver l’égalité des angles d’incidence & de réflexion, se sont fondés sur ce principe, que la nature agit toujours par les voyes les plus courtes ; & ils prétendent qu’un rayon de lumiere AB se réfléchit suivant la ligne BC, parce que le chemin le plus court pour aller du point A au point C en frappant le plan DE, est de passer par le point B, tel que l’angle ABF d’incidence, soit égal à l’angle CBG de réflexion ; en sorte que si le corps ou point A passoit par tout autre point que B du plan DE pour arriver en C, il y arriveroit par un chemin plus long que ABC. Telle est la démonstration que donnent Vitellion, Ptolomée, Héliodore de Larisse, Héron, Clavius, &c. M. de Fermat s’est servi du même principe pour démontrer l’égalité des angles d’incidence & de réflexion ; mais on voit assez combien il est peu solide : car 1°. le rayon qui part de A a déja une direction déterminée, & par conséquent on ne peut pas dire qu’il prenne la direction AB pour arriver au point C, mais plutôt qu’il arrive au point C parce qu’il a pris la direction AB.

2°. D’ailleurs si la nature agit toujours par les voies les plus courtes, pourquoi le rayon ne va-t-il pas tout droit de A en C au lieu de passer par le plan DE, qui ne se trouve là qu’accidentellement ?

3°. Enfin une raison décisive contre ce principe, c’est que le chemin de réflexion ABC est à la vérité le plus court dans les miroirs plats & dans les miroirs sphériques convexes ; mais dans les miroirs concaves sphériques, il est souvent le plus long ; que devient alors ce principe ? M. de Fermat répond que la ligne droite étant plus simple que la circulaire, le mouvement du rayon doit alors se rapporter au plan qui touche le miroir concave au point d’incidence, & qu’en substituant ainsi un miroir plan au miroir concave, le principe subsiste dans son entier. Le P. Taquet dit que la nature agit à la vérité par la voie la plus courte, lorsqu’il y en a une plus courte de possible ; mais que quand il n’y en a pas, elle prend la plus longue, qui est alors la seule voie unique & déterminée. Il ne paroît pas nécessaire de réfuter sérieusement ces opinions.

La preuve la plus plausible que l’on donne de l’égalité des angles d’incidence & de réflexion, consiste à regarder un globule de lumiere D (fig. 54. Opt.) qui vient frapper le plan GB, comme un corpuscule élastique, & à appliquer à ce corps tout ce que nous avons dit de la réflexion des corps élastiques. Cependant il faut convenir que si ce ne sont point les parties solides des corps qui réfléchissent la lumiere, cette démonstration n’est pas entierement satisfaisante, à moins qu’on ne veuille substituer à l’élasticité du globule D une force repoussante répandue dans la surface AB, qui après avoir détruit le mouvement perpendiculaire du rayon suivant DG, lui rend ensuite ce mouvement suivant CH.

Il suit delà, 1°. que si un rayon de lumiere HB tombe perpendiculairement sur la surface d’un miroir DE, il se réfléchira sur lui-même & retournera en arriere.

2°. Que plusieurs rayons ne peuvent point se réfléchir d’un seul point du miroir vers le même point ; car il faudroit pour cela que l’angle de réflexion fût égal à différens angles d’incidence, ce qui est absurde.

3°. Qu’un rayon comme AB ne peut se réfléchir vers deux ou un plus grand nombre de points, car dans ce cas tous ses angles de réflexion seroient égaux à celui d’incidence, ce qui est également absurde.

II. Chaque point d’un miroir réfléchit les rayons qui tombent sur lui de toutes les parties d’un objet. Puis donc que les différens rayons qui partent d’un objet lumineux ne peuvent point se réfléchir du même endroit d’un miroir vers le même point, il s’ensuit que les rayons qui viennent des divers points d’un objet, se sépareront après la réflexion, & montreront chacun le point d’où ils sont partis. V. Vision.

Delà vient que les rayons réfléchis des miroirs, représentent l’image des objets qui sont placés vis-à-vis. Voyez Miroir.

Il est aisé de concevoir par-là d’où vient que les images des objets ne se peignent point sur les corps dont la surface est inégale, c’est qu’ils réfléchissent la lumiere de telle sorte qu’ils confondent les rayons par leurs éminences & leurs cavités, leurs hauteurs & leurs enfoncemens alternatifs.

III. Si l’œil C & le point lumineux A changent mutuellement de place, le rayon se réfléchira vers l’œil, en prenant le même chemin qu’auparavant ; car le rayon qui étoit auparavant le rayon de réflexion, deviendra celui d’incidence ; & puisqu’il doit réfléchir sous le même angle que celui sous lequel il tombe, celui qui étoit auparavant le rayon d’incidence, deviendra le rayon de réflexion.

IV. Le plan de réflexion, c’est-à-dire le plan où se trouvent les rayons incidens & réfléchis, est perpendiculaire à la surface du miroir ; & dans les miroirs sphériques, il passe par le centre. Il suit delà que la cathete d’incidence & de réflexion se trouve dans le plan de réflexion. Voyez Cathete.

Euclide, Alhazen & d’autres, regardent comme un axiome la proposition que le plan de réflexion est perpendiculaire au miroir, & ne prennent point la peine de la démontrer, parce qu’elle est évidente par les observations aussi bien que par l’expérience.

Mais cette proposition peut se prouver aisément, en remarquant que la réflexion doit se faire dans le plan où tombe la ligne (fig. 54.) perpendiculaire au plan, puisque c’est dans la direction de cette ligne que le corps ou point C est repoussé par le plan AB.

V. Plusieurs auteurs prétendent que l’image de tout objet peint dans un miroir est dans la cathete d’incidence. Les anciens ont pris cette proposition pour un axiome ; & comme l’image doit nécessairement se trouver dans le rayon réfléchi, ils en concluoient qu’il doit paroître dans le point de concours du rayon réfléchi avec la cathete d’incidence ; ce qui est généralement vrai dans les miroirs plans, mais non pas dans les autres, comme le montre Kepler. Voyez Miroir & Apparent.

Quant aux lois particulieres de la réflexion qui resultent des circonstances des différentes especes de miroirs plans, concaves, convexes, &c. Voyez-les au mot Miroir.

Réflexion de la lune, est un terme dont quelques auteurs se servent pour exprimer ce que nous appellons autrement sa variation ; c’est une des principales irrégularités de son mouvement, par laquelle son vrai lieu hors des quadratures, differe du lieu que l’on trouveroit par le calcul du mouvement de cette planete dans une ellipse. Voyez Lune, Chambers & Wolf. (O)

Réflexion, (Gnom.) cadran à reflexion est une sorte de cadran solaire qui indique les heures par le moyen d’un miroir plan placé de maniere qu’il réfléchit les rayons solaires au haut d’un plafond où les heures sont tracées.

Les rayons du soleil qui viennent tomber sur un cadran à réflexion, ont leur direction de bas en haut, au lieu que ceux qui tombent sur les cadrans ordinaires ont leur direction de haut en bas. Ainsi un cadran à réflexion, soit horisontal, vertical, soit incliné, n’est autre chose qu’un cadran horisontal, vertical ou incliné, tracé à l’ordinaire, & dont la surface est opposée au soleil : d’où il s’ensuit que pour tracer de pareils cadrans, on peut les décrire d’abord sur le papier à l’ordinaire, comme si on vouloit faire un cadran direct, en observant seulement d’écrire les heures avant midi à gauche de la méridienne, & les autres à droite, & ensuite renverser le papier, de maniere que les heures qui étoient à droite se trouvent à gauche.

Voilà quelle doit être la construction de ces cadrans, lorsque la surface du miroir plan qui leur renvoie les rayons est entierement exposée au soleil, & éclairée par cet astre, parce qu’alors les cadrans de réflexion doivent montrer l’heure de la même maniere que si le soleil étoit sous l’horison, & que la terre étant transparente, il éclairât le plan du cadran ; mais si les rayons du soleil tombent sur le miroir par un trou, & qu’ils soient réfléchis de là sur le cadran, il faut alors que le cadran soit construit de la même maniere que si le bout de son stile étoit placé dans la perpendiculaire menée du trou sur le miroir, & prolongée au-dessous du miroir, & que le bout de ce stile fût autant éloigné de la surface du miroir en-dessous que le trou l’est en-dessus. Voyez Cadran. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réflexion »

(Date à préciser) De réfléchir, sur le modèle de fléchir, flexion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. reflexio ; espagn. reflexion ; ital. riflessione ; du lat. reflexionem, de reflectere (voy. RÉFLÉCHIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réflexion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réflexion reflœksjɔ̃

Citations contenant le mot « réflexion »

  • Le bonheur ? Une sensation spontanée qui ne résiste (hélas) pas à la réflexion. De Anonyme
  • On n'est guère malheureux que par réflexion. De Joseph Joubert / Pensées
  • L'écriture est une parole maquillée par le dessin de la réflexion. De Franck Guyot
  • Un sondage n'est pas un substitut à la réflexion. De Warren Buffett
  • On n'est guère malheureux par réflexion. De Joseph Joubert / Pensées
  • Imprudentes et vaines réflexions que celles qu'inspire le malheur ! Pour méditer sagement, il faut des jours heureux. Claude Aveline, Avec toi-même, etc., Mercure de France
  • J'ose presque assurer que l'état de réflexion est un état contre nature, et que l'homme qui médite est un animal dépravé. Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes
  • Personne n'est sujet à plus de fautes que ceux qui n'agissent que par réflexion. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • Rien d'humainement grand n'est né de la réflexion. Józef Konrad Korzeniowski, dit Joseph Conrad, Remembrances
  • Glace : matière à réflexion. De Léo Campion
  • Hésiter est une preuve de réflexion. De Renaud Laflamme
  • La réflexion fait de nous des lâches. De William Shakespeare
  • Rien d’humainement grand n’est né de la réflexion. De Joseph Conrad / Souvenirs
  • Le temps de la réflexion est une économie de temps. De Publius Syrus
  • Le courage n'est rien sans la réflexion. De Euripide / Fragments
  • On appelle réflexe les mouvements que l'on fait sans réflexion. De Maurice Donnay / Le Retour de Jérusalem
  • Jeudi, en conférence de presse sur un autre sujet, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a indiqué que le gouvernement poursuivait sa réflexion à ce sujet, mais qu'aucune décision n'avait été prise à ce jour. Le Soleil, Possible enquête sur les décès dans les CHSLD: Québec poursuit sa réflexion | COVID-19 | Actualités | Le Soleil - Québec
  • Les membres du groupe de réflexion pensent que les industries comme la télévision, le show-rire, les séries, le théâtre, le cinéma et autres doivent avoir un cadre qui puisse favoriser une liaison interprofessionnelle. D’où, la création d’un espace d’échanges, d’exposition et de vente s’impose. , Foire nationale du cinéma et des métiers de la télévision : la première édition prévue en septembre | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo
  • "Ce marché exige des vins très techniques, ce qui suppose des équipements, des investissements derrière. Ces opérateurs doivent se parler, car ils ont les clés des marchés. Pour sortir de l’ornière, on est obligé de s’appuyer sur eux. Il faut en finir avec les guéguerres de clochers." Une réunion a déjà eu lieu dans la discrétion. L’an prochain, l’appellation (AOP) perdra sans doute encore 30 000 hl (sur un total de 100 000). Comment les regagner ? Peut-être en valeur, sur des IGP mieux payées… mais avec des exigences techniques supérieures. La réflexion risque de tourner en rond. Gaillac, en Occitanie, paraît noyé dans "le plus grand vignoble du monde", au milieu des "bassins" et des "interprofessions" multiples, écartelé entre une région administrative méditerranéenne et son appartenance aux "vins du sud-ouest". Le vignoble a des atouts (ses cépages autochtones) et ses faiblesses (une diversité qui brouille l’image, à l’extérieur). Au niveau régional, Cédric Carcenac souligne que "la discussion progresse". Avec la même discrétion. ladepeche.fr, Gaillac. La crise est prétexte à la réflexion collective - ladepeche.fr
  • Le secteur abritera-t-il des habitats, des commerces ou une zone mixte? La circulation sera-t-elle toujours maintenue? «Aujourd’hui tout est envisageable. Nous devons examiner plusieurs aspects, dont la connexion entre les modes de transport. Nous sommes au début de la réflexion quant à une future revalorisation», déclare le président.  , Saint-Maurice: la place de la gare en grande réflexion
  • C’était attendu, c’est désormais chose faite. le collège syndical de l’entreprise EDG et la commission de réflexion mise en place par le gouvernement autour de sa plateforme revendicative sont finalement parvenus à un accord. Mosaiqueguinee.com, EDG : la commission de réflexion et le collège syndical parviennent à un accord (copie) - Mosaiqueguinee.com
  • Anthony Céleste a décidé de tirer une croix sur le X-Terra, auquel il s'était dédié corps et âme ces quatre dernières années. Énergivore, la discipline a fini par user le triathlète de 31 ans qui a décidé de renouer avec le VTT à l'issue du confinement. Après avoir mûri sa réflexion pendant le confinement, le champion du monde de cross-triathlon 2018 prend donc un nouveau départ en renouant avec ses anciennes pratiques. Clicanoo.re, [Sport] Anthony Céleste : "Ma réflexion a évolué" | Clicanoo.re
  • Six jeunes artistes en pleine réflexion sur le Grand Amour. Ils terminent un premier chantier artistique sur ce thème, au Maquis à Brest. Une initiative de la Compagnie des bÔ Jours, qui souhaite proposer des alternatives à un système de domination masculine toujours trop pesant, selon elle.   France 3 Bretagne, Dans une résidence de création, de jeunes artistes interrogent les violences conjugales et les stéréotypes tenaces
  • Le parti de droite a dévoilé un imposant catalogue de pistes de réflexion, qui ressemble à une ébauche de programme en vue de la prochaine élection présidentielle.  Valeurs actuelles, Sécurité, pouvoir d'achat... Les pistes de réflexion de LR pour 2022 | Valeurs actuelles
  • "Comme avec la politique linguistique, la politique transfrontalière n’existe pas du point de vue du pouvoir central et de l'Etat. Il faut une réflexion politique sur la question du transfrontalier", a insisté Mathieu Bergé. Le cadre transfrontalier doit devenir un enjeu politique. Selon ses propos, l’Eurorégion n’a pas toutes les compétences pour que le transfrontalier soit objet de politique publique. "Les Etats doivent comprendre que ce n’est pas une frontière, c’est un bassin de vie", a-t-il rajouté. , “Il faut une réflexion politique sur la question du transfrontalier” | Euskal Herria | MEDIABASK
  • En plus de ces décisions, une réflexion est engagée pour envisager l’avenir de la ligne. Comme l'annonce la préfecture du Puy-de-Dôme : www.lamontagne.fr, Des travaux en 2020, un sursis jusqu'en 2021 et une réflexion sur l'avenir de la ligne SNCF du Mont-Dore (Puy-de-Dôme) - Le Mont-Dore (63240)
  • La belle Québécoise a partagé une profonde réflexion sur la vie, aujourd'hui sur son compte Instagram officiel. En vedette, Ima partage une profonde réflexion: «Tout peut changer d’un claquement de doigt»
  • « L’éleveur qui décide d’avoir ce type de chien doit savoir ce qu’il a entre les mains. » Ces chiens de 80 cm au garrot, de 70 kg, avec cet instinct de protection face aux loups, peuvent être une vraie arme. « Ils doivent donc avoir un maître qui les gère et qui en est responsable ! », met en garde l’expert auprès de l’Institut de l’élevage, intervenant dans les formations Chien de protection. «  Ce sont des chiens primitifs, qui demandent une approche particulière. Ils représentent l’antithèse des chiens de conduite comme les Border Collie », rappelle-t-il. C’est un système qui mérite donc réflexion avant de s’y engager. Il faut d’abord étudier si c’est possible d’accueillir ce type de chien par essence destiné aux grands espaces par rapport au parcellaire de l’exploitation. Les bords de route, les clôtures sont à exclure. La gestion du troupeau par lot implique un nombre de chiens important. Et ce canidé à la grosse voix et à l’activité nocturne ne plaît guère aux voisins… Journal Paysan Breton, Le chien de protection mérite réflexion | Journal Paysan Breton
  • « On en a parlé ce matin avec le directeur de la santé publique, qui est en réflexion et qui devrait nous revenir rapidement avec une recommandation », a-t-il laissé savoir. , La santé publique «en réflexion» sur la fermeture des bars | LesAffaires.com
  • Le Midi Libre évoque aujourd’hui les grandes interrogations que se posent Michel Der Zakarian avec son schéma tactique. Le manque d’efficacité des couloirs conjugué à la richesse de notre milieu de terrain avec des joueurs Savanier, Mollet, Le Tallec, Ferri, Chotard (entre autres) incite l’entraineur pailladin à la réflexion. AllezPaillade.com, Der Zakarian en véritable réflexion sur la tactique du MHSC | AllezPaillade.com
  • Dans ce jeu d'aventure et de réflexion en 2D, le joueur utilise un mécanisme permettant de décoller des morceaux de la carte de la même façon qu'on déplacerait la pièce d'un puzzle en cherchant le bon sens et le bon emplacement de celle-ci. Ce faisant, c'est toute la surface du monde de Carto qui change et révèle ses secrets. Le voyage de Carto consiste à découvrir de nouvelles cultures et de nouvelles terres tout en se forgeant des souvenirs grâce aux rencontres avec les personnages de l'aventure. Ancien membre de PlayStation en charge des relations avec les studios indépendants, Nick Suttner s'est d'ailleurs occupé de tous les dialogues du jeu après avoir déjà contribué à l'écriture de Celeste et Guacamelee 2. La sortie de Carto est programmée pour cet automne. , Humble Games présente le jeu d'aventure et de réflexion Carto - Actu - Gamekult
  • Conservez une vision globale de la situation, en France et dans le monde. Décryptez les conséquences de la crise sur l’économie, les entreprises et les marchés. Eclairez votre réflexion avec des points de vue, des idées et des contributions de tous horizons. Les Echos, Opinion | Réflexion sur les violences policières en France | Les Echos
  • Pour moi, c'est vraiment même combat pour tous les sports et toutes les villes, que ce soit Paris ou que ce soit le basket à Chalon : il faut que les gens puissent aller dans les stades en toute sécurité. On avait beaucoup travaillé sur la question des protocoles. Il y a eu quelques incidents. Il y a eu quelques difficultés, certes, mais c'est vrai que j'aurais préféré qu’on se donne encore un petit temps de réflexion avant d'aller jusqu'à la fin du mois d'août.  Franceinfo, Maintien de la jauge à 5 000 spectateurs dans les stades : "J'aurais préféré un petit temps de réflexion" réagit Patrick Wolff
  • Hashiva.org, nouvelle plateforme de réflexion francophone sur Israël, a été créé en mai dernier, en plein confinement. The Times of Israël, Hashiva, une nouvelle plateforme francophone de réflexion sur Israël | The Times of Israël
  • L’objectif de cette journée : « leur donner des clés et des pistes de réflexion afin de mieux intégrer l’égalité femmes-hommes dans les actions qu’ils conduisent dans leur quartier », souligne la directrice du CDIFF (centre d’information sur les droits des femmes et des familles) , Isabelle Berger. Et d’ajouter : « C’est notre cœur de métier. On essaie de transmettre ses valeurs dès le plus jeune âge notamment en intervenant dans les écoles, collèges et lycées. » , Société | Des pistes de réflexion pour mieux intégrer l’égalité femmes-hommes
  • Le parcours de "Destination collection" commence par le rez-de-chaussée, où logent les stèles gravées du IIIe millénaire avant Jésus-Christ exhumées en 1976 sur le site du Petit-Chasseur. Un ensemble d’importance européenne. Le visiteur découvre là les premières interrogations de l’équipe montée par Diane Antille, illustrées à chaque fois par des objets à même d’éclairer le propos. Se trouvent aussi bien là une croix processionnelle médiévale prêtée par l’Hospice du Grand Saint-Bernard qu’un grand Diday. Le peintre genevois a donné des airs d’Italie à la plaine du Rhône dans la première moitié du XIXe siècle. Les musées valaisans se devaient d’acquérir cette vaste toile en 2012. Ils doivent en effet s’enrichir, mais avec discernement. Que faut-il acheter afin de compléter et non pas pour entasser? Une superbe collection de rabots anciens illustre au premier étage cette réflexion. Convient-il de l’étendre sans fin, ou de se limiter vu les moyens et la place disponibles. Un 200eou un 300e rabot ne se révélera peut-être pas vraiment utile… Bilan, Le Pénitencier de Sion propose sa grande réflexion muséale: "Destination collection" - Bilan
  • Jeudi soir, à l’initiative du collectif Antenne protection Lokorn, une réunion en forme de réflexion citoyenne a été organisée sur le thème du déploiement de la 5G à l’espace Ti Lokorn. Plusieurs personnes se sont retrouvées afin de débattre et de réfléchir sur cette question liée aux impacts de ces technologies sur la santé, le climat et l’environnement. Le Telegramme, Un scientifique nourrit la réflexion sur la 5G - Locronan - Le Télégramme
  • Ce genre de mouvement peut souvent être difficile à vivre et ramener des souvenirs douloureux. Il peut aussi nous amener à nous questionner à savoir si on doit nous aussi dénoncer ce qui nous est arrivé. On trouvait important de vous dire que ce que vous vivez est valide, et que rien ne vous force à dénoncer. On veut aussi vous partager quelques ressources et pistes de réflexion qui peuvent aider. Ton petit look, Quelques pistes de réflexion et des ressources utiles pour comprendre la vague de dénonciations | Ton petit look
  • Rendez-vous à la rentrée, donc, pour en savoir plus, les députés devant soumettre le fruit de leurs réflexions au Premier ministre en septembre. Pleinevie.fr, Les retraites les plus modestes sur le point d'être revalorisées ? - Pleine vie
  • nous avons mené une réflexion sur la création d’une troisième équipe , Promu en Fédérale 2, l'US Mouguerre "mène une réflexion sur la création d’une troisième équipe" ! | Actu Rugby
  • À Grasse, dans les Alpes-Mari­times, deux frères ont agressé un homme qui venait de faire une réflexion à une auto­mo­bi­liste. Sauf que c’était un poli­cier et qu’il se défen­dait très bien. Résul­tat, le duo a pris la fuite et est allé porter plainte au commis­sa­riat, racon­tait Actu17 mercredi 29 juillet. Ulyces, Ils agressent un policier en civil et portent plainte contre lui après avoir perdu
  • La piscine municipale, en plein air, rouvrira ses portes samedi. Une bonne nouvelle alors que le mercure frôle les standards caniculaires. "Cela a nécessité une réflexion par rapport au protocole prescrit par le ministère des Sports. Nous avons donc instauré un sens de circulation, le respect des gestes barrières, la distanciation sociale et une capacité limitée pour chaque bassin", souligne Francis Garrigues, adjoint au maire en charge des sports. Un dispositif faisant l’objet d’un Plan d’organisation de surveillance et des secours (POSS), obligation légale "qui détaille avec précision l’organisation mise en place pour permettre l’ouverture de la piscine", ajoute l’élu. ladepeche.fr, Verfeil. La piscine rouvre samedi en plein air - ladepeche.fr
  • Worm Jazz est un jeu de réflexion unique qui combine les mécaniques d’élongation corporelle d’un Snake et le côté explosif d’un Bomberman. Vous contrôlez Mr. Mark, un ver de terre particulièrement épris de jazz et de chapeaux élégants. Tortillez-vous dans un dédale étroit, rempli de mines, de trous et de bonus qui vous feront perdre la tête ! Rapetissez lorsque vous implosez et étirez-vous à mesure que vous engloutissez quelques bouchées au passage. Serez-vous capable de dévorer toute la nourriture de chaque niveau et d’atteindre la pomme d’or tant convoitée ? Nintendo-Town.fr, Tortillez-vous dans les labyrinthes énigmatiques de Worm Jazz sur Nintendo Switch – Nintendo-Town.fr
  • D’abord, en réhabilitant des temps de réflexion dans son planning. Il faut s’interroger sur le temps que l’on consacre aux tâches qui nécessitent de la réflexion. Puis consacrer 1 à 2 heures par semaine à une vraie prise de recul. L’idée n’est pas de réfléchir pour réfléchir, mais de sortir la tête du guidon pour mieux gérer les priorités. , Slow working : travaillez moins vite, mais mieux ! - Courrier Cadres
  • Durant le confinement, trois marchands ambulants ont régulièrement garé leur camion dans le village. Et ça a tellement bien fonctionné qu’ils continuent de venir toutes les semaines. De quoi accélérer la réflexion de la municipalité sur la création d’un mini-marché. La Voix du Nord, Un projet de mini-marché en réflexion à Estevelles
  • Comme tous les deux ans, le moto club d’Auribail organise son moto-cross nocturne avec dès 14 heures les essais et les qualifs et à 20 heures les premières manches de la soirée. MX réflexion seront présents. ladepeche.fr, Auribail. Moto cross au profit des soignants - ladepeche.fr
  • À travers les oeuvres présentées, les espaces d’Interface seront explorés, confrontés à leurs limites de territoire pour mieux déborder par le regard ou par la réflexion mental : un schéma directeur commun pour une réflexion sans limite. Unidivers, No limits Interface Dijon vendredi 18 septembre 2020
  • "Bête Beurk "avec Frédéric David et la complicité de Yann Lefer, est une pièce de théâtre sous un format burlesque et décalé, qui ne gêne en rien la profondeur de la réflexion proposée sur les sujets de la nature, du respect, de la tolérance, de la rencontre et de la différence. Une histoire qui réveille et résiste ! Les parents en profiteront autant que les enfants ! ladepeche.fr, Berdoues. "La Bête Beurk" s’invite sur la scène berdouaise - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « réflexion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réflexion »

Langue Traduction
Anglais reflection
Espagnol reflexión
Italien riflessione
Allemand reflexion
Chinois 反射
Arabe انعكاس
Portugais reflexão
Russe отражение
Japonais 反射
Basque hausnarketa
Corse riflessione
Source : Google Translate API

Synonymes de « réflexion »

Source : synonymes de réflexion sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réflexion »

Partager