La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « recru »

Recru

Définitions de « recru »

Trésor de la Langue Française informatisé

RECRU, -UE, adj.

Littéraire
A. − Vieilli. Épuisé, à bout de forces. Synon. fourbu, harassé, rendu, rompu, vanné.Par pitié, ne racontez plus ces gastronomies anciennes à de pauvres diables affamés et recrus comme des chiens de chasse (Gautier, Fracasse, 1863, p. 61).Il était trop recru pour trouver, dans sa poitrine, l'haleine d'un hurlement (Duhamel, Passion J. Pasquier, 1945, p. 215).
B. − Recru de
1. Recru de fatigue. Épuisé, harassé de fatigue. Il arrivait affamé, recru de fatigue, mangeait comme un ogre et se couchait à neuf heures (Theuriet, Mais. deux barbeaux, 1879, p. 71).
2. Brisé, submergé par l'excès de. Recru de douleur. Et il continuait à faire l'espiègle, recru de sommeil, cramponné à son rôle (Bernanos, Imposture, 1927, p. 456).Vieil homme, recru d'épreuves, détaché des entreprises, sentant venir le froid éternel, mais jamais las de guetter dans l'ombre la lueur de l'espérance! (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 290).
Prononc. et Orth.: [ʀ əkʀy]. Homon. recrû et recrue, subst. Ac. 1694: -u, -üe; dep. 1718: -u, -ue. Étymol. et Hist. a) Ca 1100 recrëut « qui se rend, qui s'avoue vaincu » (Roland, éd. J. Bédier, 2088); b) 1176 recrëu « épuisé de fatigue (en parlant d'une personne) » (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6085); ca 1185 recrëu « fatigué (en parlant d'un cheval) » (Alex. de Paris, Alexandre, I, 2566 in Elliott Monographs n o37, p. 58); 1624 [éd.] reccreu « épuisé de fatigue (en parlant d'une personne) » (Alex. Hardy, Procris, p. 317). Part. passé de l'anc. verbe (soi) recroire « cesser, se décourager, se lasser; renoncer (surtout au combat), s'avouer vaincu » (ca 1100, Roland, 3892, 3908), d'où « se fatiguer à l'excès (surtout en parlant d'un cheval) » (xiiies. [date du ms.], Des deux chevaux ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 1, p. 159), lequel est issu du b. lat. recredere « [se] rendre à merci », att. au ixes. ds des doc. carol., lui-même dér. de credere (croire). Fréq. abs. littér.: 44.

Wiktionnaire

Adjectif - français

recru \ʁə.kʁy\

  1. (Littéraire) (Vieilli) Qui est harassé, las, exténué.
    • Après avoir dîné d’un des morceaux, comme il était las et recru, il s’endormit. — (Charles Deulin, « Les Trentes-Six Rencontres de Jean du Gogué », in Cambrinus et autres Contes, XIXe siècle (1874?))
    • […] si l’âme était gourde et contuse, l’esprit n’était, ni moins endolori, ni moins recru. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Jean suivait le brigand
      Le vieil apôtre était si recru , après sa longue route, que c'est à peine s'il pouvait marcher, et le jeune homme ne s'arrêtait pas.
      — (Léon Tolstoï, traduction de Charles Salomon, Les oeuvres littéraires de Tolstoï VIII, éd. Rencontre, Lausanne, 1961, page 336)
  2. (Figuré) Accablé, submergé.
    • Ainsi Wattara, homme du Nord, doit-il apaiser un pays recru de ressentiments. — (Claude Imbert, « L’Afrique, terre promise ? », Le Point no 2054, janvier 2012)

Nom commun - français

recru \ʁə.kʁy\ masculin

  1. (Sylviculture) Végétation ligneuse poussant après une coupe.
    • Ces recrus, ou jachères appelées localement kapoka, sont des lieux de collecte privilégiés et ce à différents niveaux (bois de chauffe et bois d’œuvre, plantes médicinales et rituelles, plantes indicatrices de la saisonnalité mais également de la fertilité du milieu). — (S. M. Carrière et al., « Savoirs et usages des recrus post-agricoles du pays Betsiléo : Valorisation d’une biodiversité oubliée à Madagascar », Vertigo, volume 6, no 1)
  2. (En particulier) Une telle végétation ne comprenant pas de tiges d’essence objective.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RECROÎTRE. (Il se conjugue comme CROÎTRE.) v. intr.
Prendre une nouvelle croissance. Ce bois recroît à vue d'œil. La rivière était diminuée, mais elle recroît.

Littré (1872-1877)

RECRU (re-kru, krue) adj.
  • Excédé de fatigue. Il n'est plus courtisan de la cour si recru, Pour faire l'entendu, qu'il n'ait…, Régnier, Sat. X. Des troupes recrues et harassées, Perrot D'Ablancourt, Tac. 296. Il y aura de la différence entre les esprits d'un animal qui aura sa vigueur entière et ceux d'un animal déjà épuisé et recru, Bossuet, Connaiss. V, 13. Le voilà chasseur s'il tirait bien : il revient de nuit mouillé et recru sans avoir tué, La Bruyère, VII. Elle se plaint qu'elle est lasse et recrue de fatigue, La Bruyère, XI.

HISTORIQUE

XIIe s. Et s'il vous fait requerre chevage ne treü [tribut], Ne soiomes pour ce maté ne recreü, Sax. XXVIII.

XIIIe s. Quant il furent el tertre amont, Li chien sont las, recreü sont, Ren. 1258.

XVe s. Mieux vaut que nous nous defendions de bonne volonté, que, en fuyant comme lasches et recreus, nous soyons pris et deconfits, Froissart, I, I, 327.

XVIe s. La fortune… comme si elle en eust esté recreue [de faveurs faites], Pasquier, Lett. VII, 10. On voyoit les autres incontinent recreuz et rompuz du travail, ou bien amolliz et enervez de delices, et luy au contraire invincible de l'un et de l'autre, Amyot, Caton, 10. Les reithres par ces deux furieuses charges avoient fort harassé et quasi recru leurs chevaulx, Carloix, VIII, 36. Jamais François ne furent veus recreus de bien faire, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RECRU, adj. (Langue françoise.) Ce mot, pour signifier las, fatigué, harassé, est assez connu quoique vieux ; mais tout le monde ne sait pas que le terme recrû a été fort en usage dans les tems où les duels étoient autorisés, & qu’un homme recrû signifioit un homme vaincu. Voyez Ducange, dans ses observations sur Joinville. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « recru »

Recreu, part. de l'anc. verbe recroire, bas-latin recredere se, (de re, et credere, croire, confier), se remettre, se rendre, et par conséquent être rendu, las de corps, faible de courage ; comparez ἀπαγορεύω, proprement dire non, et, par suite, être rebuté, harassé. Provenç. recrezut, ital. recreduto. L'ancienne langue avait aussi le part. présent recreant, qui s'est conservé dans le picard : ercrant, las. Ce terme énergique avait aussi son substantif, recreantise.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif) (Date à préciser) De l’ancien français recrëu, participe passé de recroire, issu du bas latin recredere, « se rendre à son adversaire ».
(Nom) (Date à préciser) Du participe passé de recroître.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « recru »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
recru rœkry
recrue rœkry

Traductions du mot « recru »

Langue Traduction
Anglais recruited
Espagnol reclutado
Italien reclutato
Allemand rekrutiert
Chinois 招募
Arabe المجندين
Portugais recrutado
Russe нанят
Japonais 募集
Basque kontratatu
Corse ricrutatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « recru »

Source : synonymes de recru sur lebonsynonyme.fr

Recru

Retour au sommaire ➦

Partager