La langue française

Rancœur

Définitions du mot « rancœur »

Trésor de la Langue Française informatisé

RANCŒUR, subst. fém.

État affectif durable fait d'une profonde amertume, de ressentiment, de haine, lié au souvenir d'une injustice ou d'une désillusion. Éprouver de la rancœur, un sentiment de rancœur. On lisait chez lui comme chez les autres, cette rancœur, cet air mauvais et dur de ceux qu'un excès de misère a accablés (Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 361):
1. Sa gratitude pour tout ce que le comte avait fait pour lui, tournait à la rancœur. Il le reniait éperdument. Ce qu'il vit acheva de le lui faire prendre en haine: Passavant, penché vers Sarah, avait passé son bras autour de sa taille et se montrait de plus en plus pressant. Gide, Faux-monn., 1925, p. 1172.
[Constr. avec un compl. désignant ce qui cause la rancœur; introd. par contre, plus rarement à l'égard de, envers, pour] C'était une femme précocement fanée et pleine de rancœur contre le destin (Arland, Ordre, 1929, p. 420).Peu après « ces années folles » de l'énergie atomique, les bénéfices se sont transformés le plus souvent en pertes qui ont laissé chez leurs victimes une certaine rancœur envers l'énergie nucléaire (Goldschmidt, Avent. atom., 1962, p. 109).
Loc. adj., rare. De rancœur. Synon. rancunier.Elle (...) n'acceptait pas la moindre chose qu'elle ne murmurât d'un air de rancœur: « beaucoup trop aimable », ou « beaucoup trop beau pour moi... » (Green, Journal, 1934, p. 285).
Au plur. Moments de rancœur liés à des souvenirs différents; sentiments de rancœur éprouvés par plusieurs personnes. Toute la sale marée de ses rancœurs refluait en lui avec ce matin sombre (Mauriac, Génitrix, 1923, p. 396).Dans la fonction publique (...) les rancœurs étaient particulièrement vives, car Vichy avait rayé des cadres plus de 50 000 personnes (De Gaulle, Mém. guerre, 1959, p. 108).
[Dans diverses combinaisons]
[Avec les prép. avec, dans, de, sans] Essener se sentait âgé dans cette compagnie joyeuse, et il voyait avec rancœur le contentement de ces potentats de village (Chardonne, Épithal., 1921, p. 407).Papa, saoul de rancœur, ne répondit pas un mot (Duhamel, Notaire Havre, 1933, p. 195).Rien n'a plus de sens, il vous reste à mourir dans la haine et la rancœur (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 239).
[Avec avoir, garder, tenir] Je ne pus m'empêcher de lui dire la rancœur que je lui gardais qu'il ait eu si peu de confiance en moi (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 166).Je tenais une affreuse rancœur à Max de n'être pas celui par qui, en ce moment, aurait vacillé le destin (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 289):
2. S'il est un Français qui garde une rancœur contre l'Allemand, je l'envie. Je n'ai plus de rancœur disponible. Elle s'est usée toute contre moi-même, et mes pareils. Chardonne, Attach., 1943, p. 205.
Prononc. et Orth.: [ʀ ɑ ̃kœ:ʀ]. Att. ds Ac. 1935. Littré: -cœur ou -cueur. Étymol. et Hist. Fin xiies. rancor (Sermons St Bernard, 114, 10 ds T.-L.); 1317 rancuer (Arch. JJ 53, f o79 r ods Gdf.); 1421 ranckeur (Cartul. de Bouvignes, I, 94, Borgnet, ibid.); ca 1470 rancœur (G. Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, t. 3, p. 135, 13). Du b. lat. rancor, -oris « rancidité » qui prit en lat. chrét. le sens fig. de « rancœur, rancune » (v. Blaise Lat. chrét.). Fréq. abs. littér.: 122. Bbg. Gohin 1903, p. 309.

Wiktionnaire

Nom commun

rancœur \ʁɑ̃.kœʁ\ féminin

  1. Mécontentement, aigreur, dégoût que laisse après elle une déception, une mésaventure, une injustice ; ressentiment.
    • Et, peu à peu, de la douceur primordiale, un peu timide et avide de tendresse de son caractère, montaient une sourde irritation, une rancœur et une révolte. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Dans une lettre adressée au duc de Nevers, en 1208, Innocent III exhale sa rancœur contre les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Chaque vexation qu'il me fit subir accroissait ma rancœur. — (Antoine Bello, Les Funambules, 1996 ; édition Folio, 2009, p. 121)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RANCŒUR. n. f.
Mécontentement, dégoût que laisse après elle une déception, une mésaventure, une injustice.

Littré (1872-1877)

RANCŒUR (ran-keur) s. f.
  • Terme vieilli. Haine cachée et invétérée qu'on garde dans le cœur ; même sens que rancune, mais d'un style plus élevé. Arrière, vaines chimères De haines et de rancueurs ; Soupçons de choses amères, Éloignez-vous de nos cœurs, Malherbe, II, 2. Excuse par pitié ma jalouse rancœur, Régnier, Élég. II. Rancune est populaire, mais rancœur serait noble et plus fort que ressentiment, Marmontel, Œuv. t. X, p. 430.

HISTORIQUE

XIIe s. Li altres geunet [jeûne] par rancor et par impascience, Saint Bernard, 565.

XIVe s. Le suppliant et feu Guillaume buvoient à un escot, sans nulle rancuer ou mauvaise excogitation, Du Cange, rancor.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « rancœur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rancœur

Citations contenant le mot « rancœur »

  • Selon Le Monde qui a publié une enquête intitulée «De Gaulle, ce traître» sur «la rancœur tenace des partisans de l’Algérie française», (… ) «les irréductibles opposants à la ‘‘voix du 18 juin’’ s’obstinent». «Ils estiment que l’officier ne mérite pas autant d’honneurs» (cette année 2020, trois événements marquants le concernant ont été célébrés : sa naissance en 1890, l’appel de 1940 et sa disparition en 1970), «car, clament-ils, il aurait trahi sa parole et renié ses engagements lors de la guerre d’Algérie, nœud gordien de leur rancœur». «Ils ont cru qu’il choisirait un autre chemin, une association peut-être, une fédération pourquoi pas, afin de conserver ce morceau d’empire sous bannière tricolore». El Watan, De Gaulle et «la rancœur tenace des partisans de l’Algérie française» | El Watan
  • La dernière déclaration de Christopher Ross, ancien envoyé personnel du secrétaire général de l’Onu pour le Sahara, sur la décision américaine reconnaissant la marocanité du Sahara trahit la “rancœur profonde” qu’il voue au Maroc, écrit Mohamed Salah Tamek, cheikh d'identification. fr.le360.ma, Sahara: Mohamed Salah Tamek répond à Christopher Ross et à sa "rancœur profonde" au Maroc | www.le360.ma
  • A la lecture des comptes, les Veyrac ont découvert que Giuseppe Serena avait embauché 46 salariés, trop pour le nombre de couverts. Malgré quelques conseils, une croix tirée sur des loyers, le passif était trop lourd, « plus d’un million d’euros » et a conduit à la liquidation. « On a gardé le personnel, racheté son matériel je n’avais pas de rancœur mais ce n’était pas ce qu’il nous fallait », a résumé Jacqueline Veyrac, entendue vendredi. , Procès du rapt de Jacqueline Veyrac : L’accusé, un restaurateur « viré », était « atteint à son amour propre », raconte un témoin

Traductions du mot « rancœur »

Langue Traduction
Anglais bitterness
Espagnol amargura
Italien amarezza
Allemand bitterkeit
Chinois 苦味
Arabe مرارة
Portugais amargura
Russe горечь
Japonais 苦味
Basque mingostasuna
Corse amarezza
Source : Google Translate API

Antonymes de « rancœur »

Rancœur

Retour au sommaire ➦

Partager