La langue française

Planche

Sommaire

  • Définitions du mot planche
  • Étymologie de « planche »
  • Phonétique de « planche »
  • Citations contenant le mot « planche »
  • Images d'illustration du mot « planche »
  • Traductions du mot « planche »
  • Synonymes de « planche »
  • Antonymes de « planche »

Définitions du mot « planche »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLANCHE, subst. fém.

I.
A. − Pièce de bois plane, plus longue que large et peu épaisse, obtenue par sciage en long d'un tronc d'arbre. Planche de chêne, de hêtre, de noyer, de sapin; barricade, cabane, cloison, pont en planches; clouer, poncer, raboter, scier, vernir une planche; assemblage de planches; planches d'une étagère. Effrayée, ayant peur de l'eau, Angélique suivit la Chevrotte, pour gagner la planche qui servait de pont (Zola, Rêve, 1888, p.86).Plus loin, les menuisiers commençaient à tirer des planches, à longs coups de leur varlope, de beaux copeaux odorants (Duhamel, Maîtres, 1937, p.238):
1. Elle va jusqu'à la grande armoire, l'ouvre, et une tiède odeur de verveine remplit la pièce. De haut en bas, les planches sont chargées à rompre de linge blanc que le reflet du bois poli par les siècles dore imperceptiblement. Bernanos, Mouchette, 1937, p.1331.
Locutions.
[P. allus. à la planche servant à franchir un obstacle] Offrir, tendre une planche à qqn. Donner à quelqu'un le moyen de se sortir d'une situation désespérée. Elle avait tendu sans doute à l'artiste une planche pour passer ce détroit de la vie conjugale (Balzac, Cous. Bette, 1846, p.224).Planche pourrie. Personne sur laquelle il n'est pas possible de compter. On ne te brûlera pas. Le prévôt et le syndic sont des planches pourries. Ils ne font que semblant de te protéger contre la foule (...). Mais le Cardinal est sincère. Il te sauvera (Claudel, Bacchus, 1952, iii, 5, p.190).
[P. allus. à la planche à laquelle s'accroche le naufragé] Planche (de salut). Ultime ressource dans une situation désespérée. Il avait travaillé trente ans dans l'espoir d'accrocher son nom à quelque planche de salut (Duhamel, Nuit St-Jean, 1935, p.44).V. aussi infra ex. 5:
2. Une planche s'offrait après le naufrage: la diligence devait passer à six heures; ne pouvait-elle apporter la réponse du gouverneur? (...) À six heures un quart, Baptiste entre dans ma chambre: «Le courrier ordinaire de Prague vient d'arriver; il n'y a rien pour Monsieur». Le dernier rayon d'espoir s'éteignit. Chateaubr., Mém., t.4, 1848, p.209.
Loc. adv. fam. Entre quatre planches. Dans un cercueil. On ira finalement dormir entre quatre planches: alors, l'argent, le gain, les biens, qu'a-t-on tant à en faire? (Pourrat, Gaspard, 1930, p.60).
[Dans une compar., à propos d'une femme] Mais, à ce moment, une longue figure noire entra, une grande fille sèche, maigre (...) Où donc avait-il vu cette haute planche à peine équarrie, cette taille plate, sans hanches ni poitrine (Zola, Fécondité, 1899, p.444).V. infra B 1 b planche à repasser et B 1 e planche à pain.
Plate comme une planche. C'est une grande fille plate comme une planche, le nez rouge et habillée fabuleusement (Mérimée, Lettres ctessede Montijo, t.2, 1861, p.198).
B. −
1. ARTS MÉN. Pièce de bois obtenue par sciage ou p.anal., pièce de bois en aggloméré ou lamellé.
a) Planche à laver. Planche sur laquelle on lave le linge. Dans la grange l'Adélaïde frottait sur sa planche à laver (Aymé, Jument, 1933, p.263).
b) Planche à repasser. Planche recouverte de tissu molletonné, le plus souvent à bouts arrondis et montée sur pieds, sur laquelle on repasse le linge. Les jours de savonnage, c'était encore pis! Il fallait (...) poser la planche à repasser sur son bureau et sur une autre table, faire essorer le linge (Huysmans, Marthe, 1876, p.62).Les planches à repasser pliantes (...) manquent souvent de stabilité et rendent difficile le repassage du linge qui a une grande surface (Mathiot, Éduc. mén., 1957, p.76).
Au fig., péj. Femme maigre, plate et sans formes. Synon. planche à pain (infra e).L'homme: Vieille carne! (...) La femme: Vieux pignouf! (...) L'homme: Planche à repasser (...) La femme: Poivrot! (Courteline, Conv. Alceste, Cinquantaine, 1895, p.221).
c) Planche à pâtisserie. Planche sur laquelle on pétrit la pâte. Pour une installation de salle ménagère moderne, voici la liste de l'équipement convenant à chaque cuisinette: (...) 1 planche à pâtisserie de 60 cm; 1 rouleau à pâtisserie cylindrique de 60cm (Mathiot, Éduc. mén., 1957, p.82).
d) Planche à découper. Planche sur laquelle on découpe la viande. La planche à découper, près de laquelle les pattes du lapin traînaient encore (Zola, Ventre Paris, 1873, p.789).
e) Planche à pain
Vieilli. Planche sur laquelle on conserve le pain, le plus souvent fixée aux solives du plafond dans l'habitat rural traditionnel. Puis vinrent les quelques ustensiles en métal: les poêles, à longue queue (...) les deux chaudrons traditionnels, celui pour la graisse, celui pour la confiture. Et puis la planche à pain, (...) clouée au plafond (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p.160).
Planche sur laquelle on coupe le pain. (Dict. xxes.).
P. anal., péj. [En parlant d'une femme] Synon. planche à repasser (supra b).Sale petite menteuse! Comme si tu pouvais inspirer le moindre désir à un Valorin! Une planche à pain! (Aymé, Têtes autres, 1952, p.115).
Loc. verb. Avoir du pain sur la planche
Avoir de quoi survivre. Depuis qu'on a coupé la tête à ce fou de Salvat, tout leur réussit [à la femme et à la fille de Salvat]. Leur affaire est faite, elles ont du pain sur la planche (Zola, Paris, t.2, 1897, p.221).
Avoir du pain, du travail sur la planche. Avoir beaucoup de travail en perspective. [Les philosophes] se croisent les bras et ils s'installent dans la paix du dimanche. Plus de travail sur la planche. Ils méditent dans le repos du septième jour (Nizan, Chiens garde, 1932, p.84).Quand ma phrase aura l'allure même de cette promenade au trot, une-deux-trois, une-deux-trois alors le reste sera plus facile (...) Mais, pour cela, il avait encore du pain sur la planche. Il ne consentira jamais à livrer cette phrase telle quelle à un imprimeur (Camus, Peste, 1947, p.1302).
Arg., vx. Planche au pain. Banc des accusés. Enfin, on m'empoigne, on me met sur la planche au pain (Sue, Myst. Paris, t.1, 1842, p.92).
2. Autres domaines
a) ARCHIT., DESSIN. Planche (à dessin). ,,Plaque en bois, qui doit être parfaitement plane et à bords rigoureusement dressés, sur laquelle on fixe le papier pour dessiner aux instruments`` (Bég. Dessin 1978). Chez Dream, c'est une véritable usine à plans. Il a constamment sous ses ordres quatre ingénieurs et quatre dessinateurs penchés sur leur planche et leur bureau (Peisson, Parti Liverpool, 1932, p.92):
3. ... [Aimé] s'était trouvé perché sur un haut tabouret de paille, avec une planche à dessin, une feuille de papier Ingres et, posée sur un chevalet, une tête de Minerve en plâtre. Ramuz, A. Pache, 1911, p.34.
b) MAR. ,,Planche ou assemblage de planches établissant la communication entre le navire et le quai`` (Gruss 1978). Retirer la planche. Au moyen d'une planche jetée de la yole au rivage, M. Benoît descendit à terre (Sue, Atar-Gull, 1831, p.4).Le jour nous fera voir les rivages blanchissants de la Grèce. On pose une planche pour l'embarquement. Menelas: −Monte, Hélène [dans le bateau] (Claudel, Protée, 1914, ii, 5, p.348).
Planche de roulis. ,,Planche qu'on installe verticalement en bordure des couchettes, en cas de roulis, pour empêcher le dormeur de tomber`` (Le Clère 1960).
Jour* de planche.
c) SPORTS et LOISIRS
ATHL. (saut en longueur). Planche d'appel. ,,Solive peinte en blanc, placée transversalement à l'extrémité de la piste d'élan, dont la bordure extérieure constitue la ligne de départ d'où se mesure le saut`` (Petiot 1982). L'entraînement au saut en longueur comporte avant tout et surtout des courses de vitesse de 60 à 80 mètres destinées à obtenir la régularité de foulées et, par conséquent la certitude pour le sauteur de tomber exactement sur la planche d'appel lors des compétitions (R. Vuillemin, Éduc. phys., 1941, p.146).
SKI, au plur. Synon. fam. de skis.Le poète explorateur Regnard (...) est même le premier à avoir qualifié les skis du surnom de planches, employé par tous nos skieurs modernes (L'Auto, 14 déc. 1933, p.4 ds Grubb Sports 1937, p.56).
SURF. Planche lourde en bois ou en matière synthétique sur laquelle on se place debout ou à plat-ventre dans le but d'affronter la vague de ressac déferlant sur le rivage (d'apr. Petiot 1982) ; p.méton., sport ainsi pratiqué. Il s'agissait du surf, jeu violent venu d'Honolulu. Je regardai Norman et le camarade se mettre à l'eau, chacun poussant devant soi sa planche de bois dur (Ph. Hériat, Les Enfants gâtés, 1939ds Petiot 1982).
VOILE. Planche (à voile). Flotteur en matière plastique muni d'une dérive, d'un mât central et d'une voile que l'on manoeuvre pour se déplacer sur l'eau; p.méton., sport ainsi pratiqué. Faire de la planche à voile. Dans un monde épris de liberté et avide d'émotion, la pratique de la planche à voile est vraisemblablement l'un des exutoires les plus appropriés à la vie moderne, souvent difficile pour nos contemporains (Chr. Target, S. Valentin, J.-E. Mazer, Prat. de la planche à voile, t.1, 1982, p.6).
Planche (à roulettes). Petite plate-forme en matière plastique, à bouts arrondis, montée sur deux trains de roulettes, sur laquelle on se déplace par un mouvement de hanches analogue à la godille du skieur; p.méton., sport ainsi pratiqué. C'est aux parents de jouer, en lisant notamment les recommandations sur l'âge et l'emploi, en empêchant le petit dernier (...) de coiffer un simple casque de panoplie pour faire de la planche à roulettes (Le Point, 5 déc. 1977, p.55, col. 2).
P. anal.
GYMN. ,,Position statique à l'horizontale: station, suspension ou appui`` (Petiot 1982). Le départ de l'équerre avec chute des jambes à la verticale, puis passage en planche avant, facilite un peu l'exécution (Piard, Agrès masculins,1968,ds Petiot 1982).
NATATION, loc. verb. Faire la planche. Se maintenir sur le dos à la surface de l'eau, sans bouger ou en effectuant le moins de mouvements possible. Elle fit la planche, les bras croisés, les yeux ouverts dans le bleu du ciel. Il regardait, allongée ainsi à la surface de la rivière, la ligne onduleuse de son corps (Maupass., Contes et nouv., t.2, Yvette, 1884, p.516).
d) TISS. Planche à aiguilles. Planche percée de trous dans lesquels passent les aiguilles de la mécanique Jacquard. [Dans la mécanique Jacquard actuelle] les pointes des aiguilles passent à travers les trous de la planche à aiguilles et font saillie à l'extérieur de la mécanique (Ch. Thomas, Araud, Fabric. drap, 1921, p.28).
3. Arg. scol., vieilli. Planche noire. Tableau noir. La planche noire destinée aux démonstrations mathématiques (Jouy, Hermite, t.1, 1811, p.83).
P. méton. ,,Interrogation. Passer en planche, une planche prolongée`` (Esn. 1966).
4. Au plur. et p.méton.
a) Les planches. Chemin de planches établi le long de certaines plages de la Manche. Lulu lui interdit de danser, de se baigner, de marcher au soleil [à Deauville]. Elle devait rester de longues heures étendue sur le balcon de sa chambre d'hôtel, à regarder les gens parcourir les planches, et les yachts de course se poursuivre sur la mer (Druon, Gdes fam., t.2, 1948, p.133).
b) THÉÂTRE, MUSIC-HALL, fam. Les planches (d'un théâtre). Le plancher d'une scène. Avoir vingt ans de planches. Pendant dix ans, de 1817 à 1827, cette fille a brillé sur les illustres planches de l'Opéra (Balzac, Prince Bohême, 1840, p.382).Les pièces qu'on joue sur les planches d'un théâtre sont écrites par des hommes de lettres (Renard, Journal, 1890, p.65).
Métier d'acteur. Si je voulais du bien à quelqu'un, d'un sexe ou l'autre, qui se destine aux planches, je n'aurais rien tant à coeur que de le préserver de la souillure que c'est, d'interpréter les oeuvres je ne dis pas même ignobles, mais seulement médiocres (Montherl., Notes théâtre, 1954, p.1079).
Loc. verb.
Monter sur les planches. Faire du théâtre. Plus tard, quand il n'eut plus les moyens de mener une vie mondaine, il trouva encore des occasions de monter sur les planches, fût-ce dans des patronages (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.38).
Quitter les planches. Renoncer à faire du théâtre. Pénible, (...) pour un vieil acteur de quitter les planches (Drieu la Roch., Rêv. bourg., 1937, p.341).
Brûler* les planches.
II. − GRAVURE
A. − Plaque de bois plate et mince, ou p.anal., plaque de pierre ou de métal poli, que l'on grave en vue d'une reproduction par impression. Buriner une planche. Philippe Desmahis (...) apporta au citoyen Jean Blaise une planche qu'il venait de graver au pointillé, le Suicide de Robespierre (A. France, Dieux ont soif, 1912, p.308):
4. ... il me disait qu'il avait chez lui tout un arsenal de planches de cuivre, sa femme ne pouvant faire un mouvement qui ne fût de grâce et d'élégance, et dix fois par jour, il s'essayait à surprendre ces mouvements dans une rapide pointe-sèche. Goncourt, Journal, 1894, p.517.
En partic. Planche à billets. Planche gravée servant à la fabrication du papier-monnaie. Chacun pressent l'émission des effets Popinot, tu l'as établi tout exprès pour en faire une planche à billets (Balzac, C. Birotteau, 1837, p.330):
5. Face à une masse de revendications légitimes mais parfaitement incompatibles, le gouvernement est obligé de céder pour ramener le calme et relancer la production. Il vide les caisses, accroît les importations et finit par prendre la planche à billets pour une planche de salut. Le Nouvel Observateur, 6 juin 1981, p.32, col. 3.
Loc. verb., péj. Faire marcher la planche à billets. Émettre du papier-monnaie de manière excessive et pouvant provoquer une inflation:
6. ... vous, ouvriers rhénans, et les paysans français des régions dévastées, vous êtes en lutte avec les magnats des régions occupées, qui ne veulent vous payer (...). Ils font marcher la planche à billets et placent l'argent à l'étranger, pendant qu'ils vous paient des salaires de famine. Barrès, Cahiers, t.14, 1923, p.253.
B. − P. méton. Estampe tirée au moyen d'une planche gravée. Synon. gravure.Il regarde ses tableaux et ses estampes: deux Salomés de Gustave Moreau, des planches de Luyken, représentant des supplices de martyrs, des dessins d'Odilon Redon (Lemaitre, Contemp., 1885, p.328).
P. ext. Dessin ou illustration en pleine page accompagnant dans un ouvrage l'étude d'un thème. Planche d'anatomie; planche en couleurs; planches d'une encyclopédie; planches d'une bande dessinée; planches hors-texte. Deux planches au lavis ne me permettaient pas non plus d'ignorer désormais le nom d'aucun coquillage (Giraudoux, Suzanne, 1921, p.176).Je m'enchantais (...) des planches de mon atlas (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p.26).
III.
A. − Spécialement
1. AUTOMOB., AVIAT. Planche de bord. Synon. plus usuel tableau de bord*.Je ne vois plus la planche de bord [de l'avion]. Mes mains s'amollissent sur le volant. Je n'ai même plus la force de parler. Je m'abandonne (Saint-Exup., Pilote guerre, 1942, p.290).Citroën, Peugeot (sur la «402»), Renault (sur ses modèles de luxe d'avant guerre) ont placé le levier des vitesses dans la planche de bord (Tinard, Automob., 1951, p.341).
2. CUIS., vx. Bande de lard, longue et large. 200 000 kilos de lard en planches (Journ. offic.,4 févr. 1872, p.828,1recol. ds Littré Suppl. 1877).On le reconnaît [le lard salé d'Amérique] à la grande dimension des planches (Douanes,Tarif de 1877, note 111recol. ds Littré Suppl. 1877).
3. MÉTALL. ,,Forme qui sert à la coulée de certains métaux ou alliages, comme le laiton`` (Lar. encyclop.). On réunit le laiton de six ou huit creusets, et on s'apprête à le couler en planches (Al. Brongniart, Traité de minér., t.2, 1807, p.360 ds Pougens ds Littré).
4. MINES ET CARR. Bloc d'ardoise non encore fendu. (Dict.xixeet xxes.).
5. SERR. ,,Plaque à l'intérieur d'une serrure, (...) servant de guide d'appui, et éventuellement de sûreté supplémentaire`` (Barb.-Cad. 1971).
B. − AGRIC., HORTIC. Surface cultivée, longue et relativement étroite, dans un jardin ou un champ. Cultiver une planche de carottes. On descend au jardin arroser les planches de laitues (Pourrat, Gaspard, 1930, p.15):
7. On sait qu'un champ prêt à être ensemencé est divisé en planches égales, de cinq pas de largeur chacune (...). Le semeur entame la première planche à sa droite. Au tiers de la terre, parce qu'il va et vient dans le sens de la longueur, et marche, au retour, à la même distance du bord opposé. Ainsi, le blé se croise également des deux côtés sans laisser de place non couverte. Pesquidoux, Livre raison, 1928, p.2.
Labour en planches (p.oppos. à labour en billons, v. billon). Labour en bandes larges et planes dans lequel la charrue renverse toujours la terre du même côté. Les labours en planches [sont] effectués avec des charrues ne possédant qu'un corps, et versant par conséquent d'un seul côté (Ballu, Mach. agric., 1933, p.106).
REM. 1.
Planche, adj.,région. (notamment Canada), vieilli. Plat, plan. Un sol planche. Du beau terrain «planche» aussi loin qu'on peut voir, pas de crans ni de bois, rien que des champs carrés avec de bonnes clôtures droites, de la terre forte (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p.30).Peut-être, se dit Nazaire, que si j'avais eu une vie de même j'aurais moins envie de mouver. Ma vie ici est comme ces champs, trop planche d'un bout à l'autre (Genevoix, Laframboise, 1942, p.18).
2.
Planche-contact, subst. fém.,phot. ,,Feuille de papier photographique sur laquelle a été tirée simultanément par contact une série de négatifs`` (Phot. 1979). Certains laboratoires sont encore équipés d'une tireuse: elle sert à établir les «planches-contact» des clichés de petit et moyen format permettant l'appréciation et le choix des négatifs (R. Bouillot, La Phot. mod., Paris, 1975, p.125).La planche-contact sert communément à identifier, classer, sélectionner et cadrer en vue de l'agrandissement ultérieur des images (Phot.1979).
3.
Planchiste, subst.Celui, celle qui pratique la planche à voile. Dès que le vent atteint force 3, les débutants comme les planchistes confirmés ont deux à quatre jours pour apprendre ou perfectionner une manoeuvre de base (Le Monde loisirs,4 mai 1985,p.V).
Prononc. et Orth.: [plɑ ̃:ʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. a) 1150 «passerelle, petit pont fait de planches» (Conte de Floire et Blancheflor, éd. J.-L. Leclanche, 1507); b) α) 1160-74 «pièce de bois plane, plus longue que large» (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, III, 5226); β) 1794 faire la planche «flotter sur le dos» (Desforges, Le Sourd, 6 [Toubon] ds Quem. DDL t.25); γ) 1873 planche à dessin (A. et L. Tolhausen, Dict. technol., Leipzig, p.627b); δ) 1874 «personne maigre» (Lar. 19e); 1899 «femme maigre» (Zola, loc. cit.); c) α) 1541 «ce qui facilite une chose, sert d'exemple» (Calvin, Institution, éd. J.-D. Benoit, IV, XIX, 17, p.484); β) 1822 planche de salut (Michelet, Mémor., p.212); 2. 1293 «espace de terre cultivée, plus long que large, dans un jardin» (doc., Indre-et-Loire ds Gdf.); 3. a) 1575 «estampe tirée sur une planche gravée» (Paré, OEuvres compl., Dédicace, éd. J.-F. Malgaigne, t.1, p.3); b) 1585 «plaque, feuille de métal poli, destinée à la gravure et à la reproduction par une impression» (Cholières, Matinées, III ds OEuvres, éd. E. Tricotel et D. Jouaust, t.1, p.97); c) 1837 planche à billets (Balzac, loc. cit.); 4. 1761 «le plancher de la scène, au théâtre» (Chevrier, Le Colporteur, p.103: monter sur les planches); 5. 1807 «lingot de laiton» (Al. Brongniart, loc. cit.); 6. 1872 «grand et long morceau de lard» (Journ. offic., loc. cit.); 7. a) 1878 «tableau noir» (d'apr. Esn.); b) 1929 «interrogation au tableau» (ibid.); 8. 1932 planche de bord (Lar. 20e); 9. 1933 plur. «skis» (L'Auto-Vélo, 14 déc. ds Petiot). D'un b. lat. planca (ives., Palladius ds Gaff.), forme syncopée de *palanca (v. palanche), née peut-être sous l'infl. de planus «de surface plane, plat». Fréq. abs. littér.: 2237. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2063, b) 4382; xxes.: a) 4382, b) 2769. Bbg. Archit. 1972, p.56. _ Ball (R. V.). Nouv. dat. pour le vocab. de l'automob. Fr. mod. 1975, t.43, p.53. _ Hotier Cirque 1973 [1972] p.120. _ Quem. DDL t.10, 14.

Wiktionnaire

Nom commun

planche \plɑ̃ʃ\ féminin

  1. Ais, pièce de bois refendu, ayant peu d’épaisseur.
    • Il déboucha bientôt devant plusieurs chalets, construits en planches comme le dernier, avec chacun une sorte de véranda mal peinte en blanc, […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 381 de l’éd. de 1921)
    • Pourquoi construire d’inconfortables maisons en planches et en tôle ondulée quand le feuillage des cocotiers peut vous fournir des abris toujours frais? — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  2. Illustration sur un même sujet occupant dans un livre ou un dictionnaire la plus grande partie ou la totalité d'une page.
    • Il publia, en 1706, un recueil, Cent Vues de Venise, aux planches incisées avec une maestria qui lui fait le plus grand honneur et lui assure, aujourd'hui encore, l'admiration des iconophiles collectionneurs. — (Octave Uzanne, Canaletto, Parkstone International, 2015)
  3. (Natation) Sorte de nage immobile où l'on flotte étendu sur le dos, sans mouvement.
    • Faire la planche.
  4. (Imprimerie) Morceau de bois plat ou plaque de métal sur lesquels on grave un dessin ou de la musique.
    • En 1829, M. Bregnot fit des essais pour imprimer au moyen de planches de zinc, de grandes cartes qu’il appelait géoramas. Il prit un brevet pour cette invention en 1834. — (Godefroy Engelmann, Traité de Lithographie, 1840, p.410)
  5. (Par extension) L’estampe tirée sur cette plaque gravée.
    • Il y a plusieurs planches dans ce livre.
    • Un atlas composé de vingt planches.
    • C’est une belle planche d’eau-forte.
  6. Une planche (6) surélevée
    (Jardinage) Semis ou plate-bande, plus long que large, que l’on cultive pour y faire venir des fleurs, des légumes, des herbages.
    • Il faut à cette famille de plantes une situation un peu ombragée, d’où la nécessité d’abriter les planches par ces échafaudages coupés d’allées. — (Gustave Fraipont Les Vosges, 1923)
    • Nous semons sur ce couvert, sur la largeur de la planche (75 cm), avec un semoir de précision Earthway : les carottes sur cinq rangs, les betteraves, épinards, ciboule japonaise et navets sur quatre rangs, les radis sur six rangs et les jeunes pousses et le mesclun à la volée. Deux fois cinq minutes de désherbage suffisent à avoir une planche propre en cours de culture. — (Elsa Jirou et Thibault Dupont, Sans aucun travail… du sol !, Les 4 saisons n°238, septembre-octobre 2019)
  7. Fer de forme particulière que l’on ajuste au pied des mulets.
  8. (Familier) Personne plate et maigre.
    • C’est une vraie planche.
  9. (Franc-maçonnerie) Travail écrit présenté en loge.
  10. (Au pluriel) (Par métonymie) Scène sur laquelle paraissent les acteurs.
    • Monter sur les planches.
  11. (Par ellipse) Planche à roulettes.
    • Il s'en fallut d'ailleurs de peu pour qu'il réussisse, mais les roues arrière de sa planche accrochèrent le bord du trottoir et il chuta juste derrière l'Audi noire garée dans l'allée de Richie Stella. La planche poursuivit sa route de l'autre côté de la voiture, mais pas le skateur. — (Daniel Depp, Les Losers d'Hollywood, traduit de l'anglais (USA) par Olivier Deparis, Presses de la Cité, 2011, chap. 15)

Forme de verbe

planche \plɑ̃ʃ\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de plancher.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de plancher.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de plancher.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de plancher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de plancher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLANCHE. n. f.
Ais, pièce de bois refendu, ayant peu d'épaisseur. Planche de sapin. Planche de chêne. Planche de bois de hêtre, de bois de noyer. Scier des planches. Passer un ruisseau sur une planche. On ne saurait monter sur ce bateau, la planche a été enlevée, retirée. Planche à dessin, Pièce de bois très unie sur laquelle le dessinateur tend son papier. Fig. et fam., Avoir du pain sur la planche, Avoir des ressources en réserve. Par analogie, Avoir du travail sur la planche. Fig. et fam., C'est une planche pourrie se dit d'une Personne peu sûre ou de laquelle on ne peut tirer aucun secours. Fig., C'est une planche dans le naufrage se dit d'une Dernière ressource que quelqu'un trouve dans son désastre, d'un dernier moyen qu'il a d'échapper à une ruine totale. Fig., C'est une planche qu'il a sauvée de son naufrage, C'est un faible débris qu'il a conservé de sa fortune. Fig., Planche de salut, Ressource dernière pour éviter une catastrophe. Sa connaissance de la musique a été pour lui une planche de salut. Fig., en termes de Natation, Faire la planche, Flotter étendu sur le dos, sans mouvement.

PLANCHES, au pluriel, désigne la Scène sur laquelle paraissent les acteurs. Monter sur les planches, Se faire acteur. Brûler les planches, Jouer la comédie avec feu.

PLANCHE se dit encore d'un Morceau de bois plat ou d'une plaque de métal sur lesquels on grave un dessin ou de la musique. Une planche de cuivre. Une planche bien gravée, mal gravée. Préparer une planche. Retoucher une planche. La planche est usée. On n'a tiré qu'une centaine d'estampes, d'épreuves, et l'on a brisé la planche. Il désigne également l'Estampe tirée sur une planche gravée. Il y a plusieurs planches dans ce livre. Un atlas composé de vingt planches. Planche cinq, figure trois. C'est une belle planche d'eau-forte. En termes de Jardinage, il désigne un Petit espace de terre plus long que large, que l'on cultive pour y faire venir des fleurs, des légumes, des herbages. Une planche de tulipes, d'anémones. Une planche de pourpier, de chicorée. Il se dit aussi d'un Fer de forme particulière que l'on ajuste au pied des mulets. Il se dit encore, familièrement, d'une Personne plate et maigre. C'est une vraie planche.

Littré (1872-1877)

PLANCHE (plan-ch') s. f.
  • 1Morceau de bois refendu, peu épais, et plus long que large. Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche, La Fontaine, Fabl. XII, 4. À quelques lieues de Mojaïsk, il fallut traverser la Kologha ; ce n'était qu'un gros ruisseau ; deux arbres, autant de chevalets et quelques planches suffisaient pour en assurer le passage…, Ségur, Hist. de Nap. IX, 7.

    Planches d'entrevoux, les planches qui couvrent les espaces d'entre les solives.

    Planches de bateaux, planches de chêne ou de sapin, qu'on tire des débris de bateaux, et dont on fait des cloisons légères.

    Faire la planche, nager étendu sur le dos.

    Fig. Du pain sur la planche, voy. PAIN, n° 3.

    Fig. C'est une planche qu'il a sauvée du naufrage, se dit de ce qu'un homme ruiné a pu sauver de sa fortune.

    Fig. C'est une planche dans le naufrage, c'est une dernière ressource.

    Fig. Une planche, une dernière planche, une ressource suprême. Lorsqu'on va, pour ainsi dire, noyer des malheureux sur la planche même sur laquelle ils s'étaient sauvés, Montesquieu, Rom. 14. [La solitude] C'était la dernière planche sur laquelle j'avais espéré me sauver, Chateaubriand, René.

    Fig. Parmi les théologiens, une seconde planche, la seconde planche après le naufrage, se dit du sacrement de pénitence. Après le naufrage, la pénitence est la planche qui peut encore nous sauver, Massillon, Carême, Élus.

    Fig. S'appuyer sur une planche pourrie, voy. POURRI.

  • 2 Fig. et familièrement. Ce qui facilite une chose. Flatte-la de ma part, promets-lui tout de moi ; Dis-lui que, si l'amour d'un vieillard l'importune, Elle fait une planche à sa bonne fortune, Que l'excès de mes biens, à force de présents, Répare la vigueur qui manque à mes vieux ans, Corneille, la Suiv. II, 1.

    Ce qui sert d'exemple à une chose difficile et la facilite. Harlay, consulté par le roi sur la légitimation d'enfants sans nommer la mère, avait donné la planche [fait l'essai] du chevalier de Longueville, sur le succès duquel ceux du roi passèrent, Saint-Simon, 17, 198. Je sais bien que ce Wilkes n'est qu'un brouillon, mais par l'exemple de sa rejection la planche est faite, Rousseau, Gouv. de Pologne, ch. VII.

    Faire la planche, entrer le premier dans une affaire douteuse.

  • 3 Au plur. Dans le langage familier, les planches, la scène sur laquelle paraissent les acteurs. Monter sur les planches. Il faut s'être promené longtemps sur les planches, et le rôle exige quelquefois la première jeunesse, Diderot, Mém. t. IV, p. 29, dans POUGENS.

    Cet acteur, cette actrice brûle les planches, il, elle joue avec beaucoup de feu.

  • 4 En termes de mer, la planche, planche qui, poussée du navire à terre, sert de communication entre le rivage ou le quai et le bâtiment, et qu'on a jadis nommée échelle.

    Planche de roulis, petite planche pour empêcher un homme endormi de tomber de sa couchette.

    En planche, se dit des marchandises qui sont ou restent à bord d'un navire de commerce. Garder une partie de la cargaison quinze jours en planche est une perte pour un bâtiment pressé de partir.

    La mer fait ou est planche, la mer est unie, n'est pas agitée.

    Fig. Escale, relâche. Le douzième jour de notre arrivée en rade [de Tamatave, Madagascar] qui finissait la planche convenue… je me fis donner l'ordre d'appareiller, Lettre de M. Rousteau, 1846, dans JAL.

  • 5Feuille de métal ou morceau de bois plat sur lesquels on grave. Je suis venu à Amsterdam le faire imprimer [l'ouvrage sur la philosophie de Newton], et faire dessiner les planches, Voltaire, Lett. Pr. roy. de Prusse, mars 1737.

    Par catachrèse, estampe tirée sur une planche gravée. Les talents de l'abbé Fleury ne se bornaient pas à la littérature, ils s'étendaient jusqu'aux beaux-arts ; les planches qui sont dans le catéchisme historique ont été gravées sur ses dessins, D'Alembert, Éloges, Fleury.

    Plaque de cuivre ou d'étain sur laquelle on grave la musique. Le moyen employé le plus communément pour multiplier les compositions musicales consiste à les graver sur des planches d'étain, avec lesquelles on imprime de la même manière qu'en taille douce, Camus, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. V, p. 297.

    Il s'est dit quelquefois des caractères d'imprimerie formant les feuilles d'impression. Nous fûmes avertis d'un nouveau factum de M. de Luxembourg, dont il avait tiré peu d'exemplaires ; il en avait fait aussitôt après rompre les planches, Saint-Simon, 18, 212.

  • 6Planche ou plaque de laiton, la forme sous laquelle on coule le laiton. On réunit le laiton de six ou huit creusets, et on s'apprête à le couler en planches, Brongniart, Traité de minér. t. II, p. 360, dans POUGENS.
  • 7Espace de terrain ordinairement plus long que large, séparé des parties environnantes par une bordure, une allée, des fossés, une raie de charrue, etc. Préparer, dresser une planche. Une planche d'oignons, de salade.

    Labourer par planches, labour en planches, est synonyme de labour à plat, la planche différant du billon, en ce que le centre de la planche n'est pas bombé. Dès que j'eus lu dans les journaux qu'un célèbre agriculteur avait inventé un nouveau semoir, et qu'il labourait sa terre par planches, afin qu'en semant moins il recueillît davantage…, Voltaire, l'Homme aux 40 écus, Lettre. J'ai été étonné que vous adoptiez la nouvelle méthode de M. Tull, anglais, de semer par planches… je puis vous assurer qu'elle est détestable, du moins dans le climat que j'habite, Voltaire, Mél. litt. à M. Rosset.

  • 8 Terme de vinaigrier. Sorte de solive qui presse la lie.
  • 9 Terme de construction. Languette ou tablette de plâtre placée sous le manteau d'une cheminée pour empêcher qu'elle ne fume.
  • 10Partie de l'étrier sur laquelle le pied du cavalier repose.
  • 11Bloc d'ardoise, avant qu'il soit fendu.
  • 12 Terme de serrurerie. Partie de la garniture d'une serrure qui entre dans une fente faite au milieu du panneton d'une clef.
  • 13Dans la coutellerie, la meule et ses dépendances, c'est-à-dire l'auge, le chevalet et la planche sur laquelle s'étend le rémouleur.
  • 14Fer particulier qu'on ajuste aux pieds des mulets.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li empereres s'arma et passa le pont, qui fait estoit de planches longhes et estroites, H. de Valenciennes, XXXI. Tout li tainturier de Paris doivent chascun au roy six sous de hauban et quatre sous pour les planches, Liv. des mét. 138. Passer vous convient ceste planche ; Fortune ainsinc le pueple vanche Des bobans que vous demenés, la Rose, 6573. Les planques qui furent mises por les malvès pas, Beaumanoir, XXV, 12.

XVe s. Princes, yvers les poures gens guerrie [guerroie], Les mauvestus et les chetis estrie [combat], Perdre leur fait planche, pont et barriere [c'est-à-dire tout], Deschamps, Poésies mss. f° 234.

XVIe s. C'estoit [la pénitence] une seconde planche après le naufrage, Calvin, Instit. 1175. Jetter dedans une bonne troupe favorisée de ses forces, par le moien de quatre batteaux qu'il feit porter pour faire planche du costé des marais, D'Aubigné, Hist. I, 25. Sans me soucier gueres de luy, après qu'il nous eut servy de pretexte et de planche, que les huguenots appeloient planche pourrie, pour monter où je suis, Sat. Mén. p. 48. Je l'ay enrichie [ma chirurgie] de plus de 350 planches ou figures que j'ay fait graver, Paré, Dédic. Nous diviserons le potager par planches, couches, quarreaux, vazes diversement nommés, pour, commodement et sans confusion, y loger la potagerie selon leurs especes, De Serres, 505. Ceux qui, comme plus sages, firent planche et voye à nouvelles sectes, Pasquier, Lett. t. I, p. 583. Bleds et sel conduits et portez en navire jusqu'à la ville et cité ne peuvent estre deschargez et mis en greniers, avant qu'ils ayent esté tenus dix jours venaux à la planche, et à chacun qui en veut acheter, Coust. gén. t. II, p. 703. En pont, en planche et en riviere, vallet devant, maistre derriere, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PLANCHE. Ajoutez :
15 Terme de marine. Jours de planches, voy. JOUR, n° 16.
16Grande bande de lard. 200 000 kilos lard en planches, Journ. offic. 4 févr. 1872, p. 828, 1re col. On le reconnaît [le lard salé d'Amérique] à la grande dimension des planches, Douanes, Tarif de 1877, note 11. (voy. LARD au Supplément).
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PLANCHE, s. f. en Archit. voyez Ais.

Planche, (Commerce de bois.) ais ou piece de bois de sciage, large & peu épaisse. Les bois dont on fait le plus ordinairement les planches, sont le chêne, le hêtre, le sapin, le noyer, le poirier & le peuplier.

Planche à pain, en terme de Blanchisserie, une planche percée jusqu’à la moitié de son épaisseur seulement, de deux rangées de cinq trous du moule, dans lesquels la cire prend la forme de pain. Voyez Pain, & les fig. Pl. de la Blanchis. des cires, & l’article Blanchir.

Planche de plomb, terme & outil de Ceinturier, sur laquelle ils découpent leurs enjolivemens.

Cette planche de plomb est de la longueur d’environ 2 piés sur 6 pouces de large, & 2 pouces d’épaisseur.

Planche, terme de Charron, c’est une piece de bois longue de 5 piés, large d’un pié & épaisse d’un pouce, qui sert aux laquais à être derriere le carrosse. Il y a aussi la petite planche en croix, qui se met dessus le lissoir de derriere, & vient s’appuyer sur le milieu de la planche de derriere. Il y a aussi une pareille grande planche au-devant du carrosse ; derriere le siege du cocher. Voyez la Pl. du Sellier.

Planche à souder, (Chauderonnier.) les Chauderonniers nomment ainsi une planche sur laquelle ils mettent d’un côté leur soudure, & de l’autre l’écuelle du borax, ou celle du zinc, du sel ammoniac & de la poix résine, lorsqu’ils se préparent à souder quelque piece.

Planches à moules, (Cirier.) on nomme ainsi dans le blanchissage des cires, des planches d’un pié de large, & de trois piés & demi de long, sur lesquelles sont les moules pour dresser les pains de cire blanche. Savary.

Planche ou Plaque, (Comm. de cuivre.) dans le commerce de cuivre, on nomme ainsi de grandes pieces de cuivre plates, plus longues que larges, dont les Graveurs en taille-douce se servent pour graver, & que les Chauderonniers emploient à divers de leurs ouvrages. Il y en a de différente grandeur & de différent poids. Savary. (D. J.)

Planche de bois gravée, (Doreur sur cuir.) qui sert à imprimer les cuirs. Voyez la Pl. du Doreur sur cuir, & l’article Doreur sur cuir.

Planche rayée, en terme d’Eventailliste, c’est une planche creusée de distance en distance, en forme de rayons, pour former les plis du papier d’un éventail, en l’y introduisant avec un jetton ou autre chose semblable. Voyez la Pl. de l’Eventailliste.

Planche de cuivre rouge, (Graveur.) ce sont des feuilles de cuivre fort minces, sur lesquelles on grave pour tirer ensuite des estampes. Cette feuille s’appelle aussi planche lorsqu’elle est gravée ; ce que l’on imprime dessus se nomme estampe. Voyez Gravure en taille douce.

Le cuivre dont les planches pour graver doivent être faites, & qu’on appelle rosette, doit être doux, plein, sans défaut ; on le plane d’abord sur un tas. Voyez Planer. On le gratte ensuite avec un grattoir d’acier du côté que doit être la gravure ; on acheve ensuite de le planer avec un marteau très-poli ; on le pose ensuite sur un ais qui porte d’un bout au fond d’un baquet, & de l’autre sur la circonférence du même baquet, qui est rempli aux deux tiers d’eau ; ensorte que la planche de cuivre n’y est point plongée. La planche ainsi arrêtée sur l’ais par quelques points, on la dresse avec un grès pour effacer tous les coups de marteau, en frottant le grès mouillé dessus en long & en large, jusqu’à ce que tous les coups de marteau soient effacés ; on efface ensuite les traits que le grès a faits avec une pierre-ponce rude, & ceux que cette pierre fait, avec une autre pierre-ponce plus douce ; on finit par un charbon de bois de saule bien doux, qui efface tous les traits que la derniere pierre dont on s’est servi a laissés sur la planche. C’est en cet état que les chauderonniers qui fabriquent ces planches les livrent aux graveurs qui les ont commandées, qui les brunissent avant de s’en servir. Voyez Brunissoir & Gravure en taille douce.

Planche, (Graveur en Bois.) c’est un petit ais plat de bois de poirier, de buis, ou de quelque autre bois dur, uni, & sans nœud, sur lequel on grave en relief avec des canifs, des échopes, & des ciselets.

Planche de jardin, (Jardinage.) c’est un espace de terre plus long que large, en maniere de platebande isolée, où l’on éleve des fleurs. Les planches d’un jardin sont séparées les unes des autres d’un sentier ; leur largeur est de quatre à cinq piés, & leur longueur est terminée par celle du jardin, ou le quarré dont elles font partie. On borde ces planches de fines herbes dans les beaux jardins potagers ; dans les autres on emploie le buis ou la brique.

On appelle planche costiere, celle qui est au pié d’une muraille ou d’une palissade. (D. J.)

Planches, à la monnoie, on se sert de planches pour tenir les moules ; on en place une sur le moule & l’autre dessous ; elles sont de la grandeur des chassis, & on les serre avec la presse à moule & le coin.

Il y a aussi à la monnoie ce que l’on appelle planches gravées ; elles sont ainsi que la figure le représente, & l’œil dans des objets si simples, en dit mille fois plus qu’un long détail ; il y a assez communément 7 barres sur la planche gravée ; ces barres de relief n’ont point de largeur déterminée, leur proportion étant conséquente du métal que l’on jette en moule.

Planche de harnois, terme de riviere ; sont celles sur lesquelles monte le pilote d’un bateau foncet.

Planche sur bord, se dit de la planche que les voituriers des coches sont obligés de mettre en certains endroits suivant les ordonnances.

Planche, (Serrurerie.) espece de petit foncet qui se place dans les serrures benardes ; où il partage la hauteur de la clé en deux parties égales, & reçoit le pertuis qu’on met à cette sorte de serrure. Il y a des planches foncées, hâtées & renversées en-dehors ; des planches foncées & hâtées en crochet ; des planches foncées en fût de villebrequin. Des planches hâtées & renversées. Après qu’on a tourné celles-ci en rond comme elles doivent être, on observe de les laisser assez larges pour les différentes formes qu’on veut leur donner. Il faut prendre des viroles avec un mandrin qu’on ajuste par-devant, puis les renverser dessus du côté & de la forme qu’on aura limé les viroles au mandrin. On ne fait pas autrement à quelque serrure que ce soit. La planche foncée est une sorte de garde ; elle passe entre les barbes du pêne & la feuille de sauge, ou le ressort qui empêche qu’on n’atteigne avec le crochet les barbes du pêne, la feuille de sauge & le ressort. Elle sert aussi d’ornement. Elle tourne autour des rateaux & étochios, où elle est ajustée. Elle ne doit point excéder les dents du rateau par-dedans le panneton de la clé, afin de ne pas empêcher d’y fendre les rouets nécessaires. On la fait d’un morceau de fer doux, d’épaisseur convenable ; on l’élargit des deux côtés, on la lime, on la place, on fait passer le battant par-derriere, on la tourne en rond de la hauteur qui convient ; cette derniere façon se donne à froid ou à chaud. On peut la mettre d’épaisseur en la forgeant ou après qu’elle est forgée.

Planche, (Marine.) mets la planche. C’est un commandement que l’on fait à l’équipage de la chaloupe, de mettre une planche dont un bout porte sur le bord de la chaloupe & l’autre à terre, pour servir de passage à ceux qui veulent s’embarquer dans la chaloupe, ou débarquer.

La planche est halée, la grande planche est halée ; c’est une maniere de parler pour dire qu’on ne va plus à terre, qu’on est embarqué pour rester à bord du navire. Planche est encore une autre piece de bois qui flote sur l’eau après le naufrage.

Planches, (Soierie.) petits plateaux de bois très minces, percés régulierement de trous où l’on fait passer les branches des arcades. Voyez Arcades. Il y a aussi des plateaux de bois très-minces, sur lesquels on plie les étoffes fabriquées.

Planche, terme de Vinaigrier ; c’est une sorte de solive qui presse la lie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « planche »

(Date à préciser) Du bas latin planca forme syncopé de *palanca, du grec ancien φάλαγξ phálanks « gros morceau de bois rond, gros bâton, phalange » ; → voir palanche, palanque et phalange.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, planke ; norm. planke, pont de bois ; wallon, plang ; prov. planca, plancha, planqua ; cat. planxa, palanca ; esp. plancha ; port. prancha ; piémontais, pianca ; du lat. planca, planche, que Quicherat rapproche du grec πλὰξ, plaque.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « planche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
planche plɑ̃ʃ

Citations contenant le mot « planche »

  • Un trône n'est qu'une planche garnie de velours. De Napoléon Bonaparte
  • La démocratie est toujours en chantier, et le théâtre est là pour rappeler sans cesse au citoyen qu'il a du pain sur la planche. De François Chattot
  • Le monde n'est pas moins beau pour n'être vu qu'à travers une fente ou le trou d'une planche. De Henry David Thoreau / Journal
  • On ne brûle bien les planches que si on a le feu sacré. De Henri Jeanson
  • On marche toujours de travers sur un plancher qui ne nous appartient pas. De Proverbe québécois
  • Le marbre est le plancher des vivants et le toit des morts. De Philippe Bouvard
  • Sur les planches, on est à poil, sans filet. C'est un peu les jeux du cirque ! De Catherine Jacob
  • On n'est pas ivre tant qu'on peut rester allongé dans un bar sans avoir besoin de se tenir au plancher. De Joe Lewis
  • On croit souvent qu'un appartement est bas de plafond, alors qu'il est tout simplement haut de plancher. De Pierre Dac
  • Ce qui ennoblit un acteur sur les planches peut sur l'écran le rendre vulgaire. De Robert Bresson / Notes sur le cinématographe
  • Quand les combles sont en feu, il ne sert plus à rien de prier ou de récurer le plancher. Il est néanmoins plus pratique de prier. De Karl Kraus
  • Nous plaçons régulièrement la classe politique sous le plancher de la cave dans notre estime collective, et au bout du compte, nous allons tout de même courir la réélire. De Jean Dion / Le Devoir - 2 Novembre 2000
  • C'est le mérite de la poésie qui a mille petites portes de planches pour une porte de pierre, mille sorties au jour le jour pour une gloire triomphale. De Paul Eluard
  • Les moniteurs d’auto-école à la main baladeuse ont une nette préférence pour le changement de vitesse au plancher qui permet quelques excès. De José Artur / Pensées
  • Ce n'est pas la crise qui fait exploser le bitcoin (+56%) et l'or (+28%) en 2020, mais la planche à billets des Banques centrales... , Le cours de l’or explose: la planche à billets panique-t-elle les investisseurs? - Sputnik France

Images d'illustration du mot « planche »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « planche »

Langue Traduction
Anglais board
Espagnol tablero
Italien tavola
Allemand tafel
Chinois
Arabe مجلس
Portugais borda
Russe доска
Japonais ボード
Basque taula
Corse tavula
Source : Google Translate API

Synonymes de « planche »

Source : synonymes de planche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « planche »

Partager