La langue française

Affleurer

Sommaire

  • Définitions du mot affleurer
  • Étymologie de « affleurer »
  • Phonétique de « affleurer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « affleurer »
  • Citations contenant le mot « affleurer »
  • Traductions du mot « affleurer »
  • Synonymes de « affleurer »
  • Antonymes de « affleurer »

Définitions du mot affleurer

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFLEURER, verbe trans.

I.− [Le suj. désigne un inanimé]
A.− Au propre
1. Arriver au niveau de... Être à fleur de... (le plus souvent par un mouvement vertical de bas en haut).
a) Affleurer qqc.[Le compl. d'obj. dir. désigne la chose au niveau de laquelle arrive ce que désigne le suj.] :
1. Une torsade pratiquée dans l'épaisseur de la tranche, qui ne l'occupe pas tout entière, et l'affleure sans l'excéder, empêche les pièces d'être rognées sans qu'il y paraisse. L'empreinte, quand elle est saillante, doit l'être peu, pour que les pièces se tiennent facilement empilées, et surtout pour qu'elles soient moins exposées à l'action du frottement. J.-B. Say, Traité d'économie politique,1832, p. 296.
2. Comme les hauts gradins [du théâtre d'Éphèse] affleuraient le sol de la colline, une foule énorme pouvait en un instant se déverser par le haut et tout inonder. E. Renan, Hist. des origines du Christianisme,Saint-Paul, 1869, p. 428.
3. Ces assises s'élevaient d'un mètre environ au-dessus de terre, d'une hauteur de trois ou quatre marches pour l'habitat des hommes, d'un peu moins pour les étables et les granges. Mais les seuils de celles-ci affleuraient presque le sol, afin qu'on pût entrer de plain-pied dans la grange avec les chars, ... J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928, p. 134.
4. ... ce qui caractérise le lambris arasé, c'est l'arasement des panneaux, qu'ils affleurent ou non le nu du bâti. E. Robinot, Vérification, métré et pratique des travaux du bâtiment,t. 2, 1928, p. 101.
Absol. Affleurer :
5. On voyait deux ou trois murs Épais, lyriques et pauvres; Ils formaient cette chapelle Telle un vœu de franciscain. Le toit affleurait à peine, Les fenêtres étaient rares; J.-P. Jouve, Tragiques,Toscanes, 1922, p. 135.
6. Il surveille le four. Partout la flamme affleure. Ses têtes pointent, percent la couche de terre, s'agitent comme un flot aux crêtes étincelantes. J. de Pesquidoux, Chez nous,t. 2, 1923, p. 202.
Affleurer à.Venir, parvenir jusqu'à :
7. La lumière du jour a fini par s'infiltrer dans les crevasses sans fin qui sillonnent cette région de la terre; elle affleure aux seuils de nos trous. H. Barbusse, Le Feu,1916, p. 17.
8. La mer de nuages affleurait au ras de la fenêtre comme l'océan au ras d'un hublot; au-dessus de cette mer, la neige des sommets, comme l'écume au-dessus d'un océan furieux. H. de Montherlant, Les Lépreuses,1939, p. 1448.
b) En partic.
[En parlant de couches géol., de roches...] Arriver à la surface du sol, être apparent.
Affleurer le sol :
9. ... campagnes bretonnes, qu'on dirait toujours recueillies dans le passé... Grandes pierres que couvrent les lichens gris, fins comme la barbe des vieillards; plaines où le granit affleure le sol antique, plaines de bruyères roses... P. Loti, Mon frères Yves,1883, p. 413.
Absol. Affleurer (souvent avec un compl. circ. de lieu) :
10. Le calcaire carbonifère, (...), affleure dans le Boulonnais, sous la forme de calcaires marbres à Productus de couleurs variées. A. de Lapparent, Abrégé de géologie,1886, p. 184.
11. ... ils se mirent à traîner les bêtes jusqu'à un endroit choisi par eux comme étant un des mieux pourvus de terre, vu que, presque partout ailleurs, la roche affleure; ... Ch.-F. Ramuz, La Grande peur dans la montagne,1926, p. 128.
[En parlant de l'eau, de liquides] Monter jusqu'à la surface, arriver à niveau :
12. Les jattes sont alignées, pleines de lait toujours plus jaune jusqu'à ce que toute la crème en soit montée. La crème affleure lentement; ... A. Gide, Les Nourritures terrestres,1897, p. 212.
13. Les fouleurs gagnaient les comportes réparties dans les allées, y jetaient les fruits, et retournaient vers les coupeurs et puis vers les comportes, jusqu'à ce qu'une d'elles fût pleine. Alors ils y écrasaient les grappes, et cessaient quand le vin affleurait. J. de Pesquidoux, Chez nous,t. 2, 1923, p. 91.
14. Le lit de la rivière, en cette saison, n'est qu'une arène sèche. On gratte le sol; l'eau affleure aussitôt. A. Gide, Le Retour du Tchad,1928, pp. 945-946.
Rem. 1. Dans l'ex. suiv., affleurer l'air signifie « arriver jusqu'à l'air, c.-à-d. à la surface de l'eau » :
15. Les poissons, devinant cette couche de jeunesse abattue sur la mer, la déchiraient de leur nageoire dorsale toute hors de l'eau. Dans la coupe des vagues, on apercevait des bancs de harengs affleurer l'air même de tous leurs flancs argentés, ... J. Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 96.
Rem. 2. Occasionnellement, affleurer qqc. peut signifier « apparaître à la surface de » :
16. − « Ah?... » murmura Jacques. Un léger frisson lui parcourut les membres, et un peu de sueur vint affleurer son front. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 242.
2. P. ext. Toucher de très près. Affleurer qqc. :
17. En dehors du mur d'enceinte, qu'affleurait le pavillon, se dressait une rangée d'arbres taillés en pointe... T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, pp. 240-241.
18. Le village flotte dans une vaste enceinte qu'entoure une forêt de rôniers. Très pittoresque, un bras mort du Logone vient l'affleurer. A. Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 873.
19. Le bord de sa jupe, [de MmeHaume] affleurait le gravier. Colette, Chambre d'hôtel,1940, p. 28.
Rem. Sens voisin de effleurer « toucher légèrement ».
Affleurer à.Toucher à :
20. ... il gratta toujours, il gratta toute la nuit, espérant dans le rocher la faille libératrice... Lentement selon une courbe inflexible et cruelle, le plancher de roc remontait insensiblement pour venir affleurer à l'entrée du terrier; mais renard enfiévré ne s'en aperçut pas : ... L. Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 15.
21. Il y a deux entrées, très basses, très étroites, à ras du sol. À celle-ci affleure la bouche d'une galerie en pente, étroite comme une conduite d'égout. H. Barbusse, Le Feu,1916, p. 304.
P. compar. :
22. Marchant vers la chaire, il ondulait entre les rangs sans les toucher comme une flamme blanche, puis, quand il eut gravi les marches, le buisson de cierges l'éclaira par-dessous et fit jaillir des mâchoires une dure ombre carnassière; la face entière sembla venir affleurer à la surface indécise de la nuit; ... J. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 192.
MAR. [En parlant d'un bât.] ,,Toucher, aborder à.`` (Lar. 19e).
B.− Au fig., littér. [Le suj. est un inanimé hum., plus rarement une pers.]
1. Apparaître, transparaître (sous telle ou telle chose) :
23. ... le scepticisme en moi consiste essentiellement dans la soudaineté avec laquelle le doute affleure sous la forme suivante : « Cela semble vrai à tel point qu'il est impossible que ce le soit. » Ch. Du Bos, Journal,avr. 1927, p. 226.
24. La lutte politique avait de la grandeur. Elle était vraiment la lutte pour l'être ou le non-être. La première génération radicale, formée par la Troisième République dans ses écoles et son université, affleurait. Elle réclamait son droit à l'existence. Or elle trouvait sa route barrée par les privilégiés du xixesiècle. J.-R. Bloch, Destin du siècle,1931, p. 63.
25. Mais au-dessous de cette interprétation naturaliste de la mort au profit de la loi de permanence et d'équivalence du kosmos matériel, affleure et perce déjà, dans la philosophie d'un Zénon de Cittium, le sens anthropologique et la signification humaine du monisme; ... J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort,1949, p. 299.
[Le plus souvent avec un compl. de lieu] :
26. Et tant que la musique chanta, il [le duc Phing] demeura ainsi le regard attaché sans illusion avec compassion, sur ce visage fier et délicat, où affleuraient les ardeurs contradictoires d'une âme violente... M. Barrès, Le Mystère en pleine lumière,1923, p. 84.
27. Il se tourna. Sur son visage affleura soudain le masque du grand homme, que le savoir sépare de l'ignorance des simples. R. Martin du Gard, Les Thibault,l'Été 1914, 1936, p. 122.
28. Y a-t-il un couple amoureux, si parfait, si génial soit-il, dans lequel − sans aller jusqu'à l'imprécation de Samson − le malentendu foncier des sexes n'apparaisse ou n'affleure? A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature,1936, p. 70.
29. Depuis longtemps, j'avais vu apparaître le côté pion du caractère de Michel. Chez lui, le casuiste affleurait sous le puriste. R. Abellio, Heureux les pacifiques,1946, p. 156.
30. ... et Mainville ne voit que les yeux verdâtres, inexpressifs, où le regard semble affleurer par instants pour disparaître aussitôt, ainsi qu'une eau trouble qui ne parvient pas à atteindre son niveau. G. Bernanos, Un Mauvais rêve,1948, p. 946.
31. ... le lapement insensible et le minuscule gargouillis dans les creux de roche de la marée montante, donnaient à l'écoulement du temps, par leurs longs intervalles suspendus et leurs soudaines reprises, une incertitude flottante coupée de rapides sommeils, comme si la conscience légère qui venait affleurer en nous par instants eût puisé dans cette émersion même le minime surcroît de poids qui la replongeait aussitôt dans un court évanouissement. J. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 160.
32. Le Voyage en Orient serait emporté dans un ballet délié sans les contes mythiques qui donnent au récit le poids de l'obscur, et des arabesques plaisantes courent jusque sur l'histoire de la reine de Saba. Même dans Sylvie la malice affleure, même dans l'effrayante Pandora. M.-J. Durry, Gérard de Nerval et le mythe,1956, p. 38.
2. Affleurer à la surface, à la conscience :
33. Notre moi est fait de la superposition de nos états successifs. Mais cette superposition n'est pas immuable comme la stratification d'une montagne. Perpétuellement des soulèvements font affleurer à la surface des couches anciennes. M. Proust, À la recherche du temps perdu,La Fugitive, 1922, pp. 544-545.
34. L'univers des songes d'Aurélia est tout peuplé de symboles provenant de couches très diverses : images de sa propre vie, mythes et poèmes de tous les temps qui s'étaient incorporés à sa substance, formant ensemble une sorte de monde sous-marin, très proche de la surface et prêt à y affleurer au moindre appel. A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1949, p. 363.
35. Avant Freud, la psychologie classique n'a étudié que les manifestations du moi qui affleurent à la surface. M. Choisy, Qu'est-ce que la psychanalyse? 1950, p. 111.
Rem. Le sens fig. est souvent un emploi métaphys. nettement perceptible du sens phys. noté sous A 1 b.
II.− TECHNOL., rare. [Le suj. désigne un animé; emploi toujours trans.]
A.− Réduire au même niveau deux surfaces contiguës; réduire autour les inégalités d'une surface :
36. L'affleurage du parquet consiste à gratter seulement les joints des frises pour les affleurer, ... E. Robinot, Vérification, métré et pratique des travaux du bâtiment,t. 2, 1928, p. 183.
PAPET. Délayer et raffiner la pâte à papier (en ramenant à fleur de cuve la partie de la pâte qui, insuffisamment délayée, retombe au fond).
Rem. Attesté ds Boiste 1834, Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, DG, Rob., Lar. encyclop.
B.− P. anal., BOULANGERIE, MEUN. Mélanger des grains, des farines (p. ex. d'orge, de seigle, de froment).
Rem. Sens attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré et DG.
Rem. gén. Ce verbe et ses dér. n'ont jamais tout à fait quitté le plan techn. auquel ils appartiennent en propre.
Prononc. − 1. Forme phon. : [aflœ ʀe], j'affleure [ʒaflœ:ʀ]. Enq. : /aflø2 ʀ/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : affleurage, affleurant, affleurée (cf. Lar. 20e), affleurement, affleurie. Cf. fleur.
Étymol. ET HIST. − 1. 1397 archit. « mettre à fleur, de niveau » (Bull. de la commission des antiq. de la Seine-Infér. ds Quem. t. 1 1959 : Et se affleurera la plastre par dedans œuvre a coullombes, et seront les pos et les coulombes couvertes par le dehors de plastre de deux poux d'espaisseur); 2. xvies. « être à fleur, à niveau » (A. Paré, X, 8 ds Littré 1863 : Ces remedes repoussent le sang et les autres humeurs qui affleuroient à la partie); 3. 1766 papet. « ramener à fleur de cuve la partie de la pâte qui, n'étant pas suffisamment délayée, retombe au fond », d'où « délayer la pâte à papier » (Dict. arts et métiers, t. 2, s.v. papetier : La sixieme et derniere pile se nomme pile à affleurer ou pile de l'ouvrier; les maillets qui y répondent ne sont point garnis de fer, parce qu'ils ne servent qu'à délayer la pâte lorsqu'on veut l'employer). Dér. de fleur* dans l'expr. à fleur de; préf. a-1*, dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 131.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Barber. 1969. − Barb.-Cad. 1963. − Barb. Misc. 3. 1932-35, p. 286. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Chabat t. 1 1875. − Chesn. 1857. − Jal. 1848. − Le Clère 1960. − Mots rares 1965. − Poignon 1967. − Prév. 1755. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Verbe

affleurer \a.flœ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre à fleur ou de niveau deux corps contigus, soit verticaux, soit horizontaux, sans saillie de l’un sur l’autre.
    • Affleurer les battants d’une armoire.
    • Affleurer une trappe au niveau du plancher.
  2. Toucher en étant au même niveau.
    • La rivière affleure ses bords.
    • Ce filon de mine affleure le sol.
    • Ces pièces de bois affleurent bien.
  3. Être à la surface.
    • Quelques portions même affleuraient la nappe liquide, et les dernières ondulations des lames couraient en écumant à leur surface, comme si elles se fussent développées sur une grève. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Tous ces dépôts constituent une véritable moraine frontale vers laquelle se dirigent les stries NE.-SW. visibles sur les bancs de poudingue affleurant à quelque distance. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 52)
  4. (Figuré) Toucher, comme venu d'une profondeur.
    • Un sentiment de triomphe affleure-t-il Louise? — (Monique de Huertas, Louise de La Vallière, éditions Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 1998, p. 99)
  5. (Histoire des techniques) (Papeterie) Délayer la pâte lorsqu’on veut l’employer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFLEURER. v. tr.
Mettre à fleur, de niveau deux corps contigus, soit verticaux, soit horizontaux, sans saillie de l'un sur l'autre. Affleurer les battants d'une armoire. Affleurer une trappe au niveau du plancher. Il signifie quelquefois Toucher en étant au même niveau. La rivière affleure ses bords. Ce filon de mine affleure le sol. Il se dit aussi absolument. Ces pièces de bois affleurent bien.

Littré (1872-1877)

AFFLEURER (a-fleu-ré) v. a.
  • 1Mettre de niveau deux corps contigus, de manière que l'un ne fasse pas saillie sur l'autre. Affleurer les battants d'une armoire.
  • 2 En termes de physique, enfoncer dans un liquide jusqu'à une marque précise. Affleurer un aréomètre.
  • 3Arriver jusqu'à être de niveau. La rivière affleure ses bords.
  • 4Être tangent, en parlant du fil à plomb.
  • 5 V. n. Ces pièces de bois affleurent bien, elles sont bien de niveau.
  • 6 En termes de tourneur, rendre uni.
  • 7Délayer la pâte du papier.
  • 8Mêler ensemble de l'orge, du seigle et du froment.

HISTORIQUE

XVIe s. Ces remedes repoussent le sang et les autres humeurs qui affleuroient à la partie, à cause de la douleur et inflammation, Paré, X, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affleurer »

(1397) De ad- et fleur (dans le sens de « sol, niveau » comme l’anglais floor).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et fleur (voy. FLEUR). On a dit dans le XVIe s. fleurer : Enterrés des grands vazes de terre ou de bois, jusques à la gueule fleurans le plan de la terre, De Serres, 625.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affleurer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affleurer aflœre

Évolution historique de l’usage du mot « affleurer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affleurer »

  • Active sur 8 à 9 mois à partir de mars, les froids de novembre marquent le début de son hibernation. Elle s'enterre alors dans le sol, au pied d'un rocher, d'un buisson ou dans une zone boisée en laissant souvent affleurer le sommet de sa carapace, ce qui rend les individus vulnérables aux travaux mécanisés (gyrobroyage...). LaProvence.com, Écoplanète | La police de l'environnement au chevet de la tortue d'Hermann | La Provence
  • D’extérieur, ces nouveaux camping-cars se distinguent d’abord par leur ligne fluide. Une silhouette dynamique que l’on doit à leur largeur réduite, permettant de faire affleurer la cellule sur la carrosserie du porteur. On note aussi la présence d’un skyview. Ce toit vitré de série fournira une luminosité très appréciable dans les salons des profilés Série C. Ils seront aussi doté d’un filtre anti-UV, d’un store occultant intégré et d’une gaine de chauffage. Le monde du camping car, Inédit : Rapido Série C, trois profilés compacts à largeur réduite et Skyview - Le monde du camping car
  • En résulte un film d’aventures nerveux, efficace, électrique mais feutré, dont l’austérité apparente n’empêche pourtant jamais une certaine tendresse virile d’affleurer – les détenus, dont Siegel tait pour la plupart leur motif d’incarcération, sont dépeints comme autant de petits blocs de détresse concassés par l’enfermement. Clint est comme d’hab : minéral et touchant. L'Obs, « L’évadé d’Alcatraz », la dernière collaboration de Don Siegel et Clint Eastwood
  • Quelques “unes” de magazines américains laissaient affleurer cet espoir. Celui-ci devient donc réalité. À cette époque, deux films où Kirsten Dunst tient la vedette vont sortir (All Good Things du cinéaste indépendant Andrew Jarecki et Upside Down de Juan Solanas) et elle embarque au même moment sur le navire du Danois Lars von Trier pour Melancholia, où elle partage l’affiche avec Charlotte Gainsbourg. Aujourd’hui Kirsten Dunst a 38 ans. Après Entretien avec un vampire, la blonde avait visiblement franchi un cap. Le reboot de Spider-Man s’était fait sans elle et elle s’en fichait pas mal. Installée à New York, Kirsten Dunst regarde avec une distance un peu effrayée le tournant people de Hollywood. Son credo : vivre le plus possible de ces “petites bulles d’aventure”, le joli nom qu’elle donne aux tournages de cinéma. Retour sur l’interview culte de Kirsten Dunst. Numéro Magazine, L’interview culte de Kirsten Dunst

Traductions du mot « affleurer »

Langue Traduction
Anglais outcrop
Espagnol aflorar
Italien affiorare
Allemand fluchtet
Source : Google Translate API

Synonymes de « affleurer »

Source : synonymes de affleurer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affleurer »

Partager