La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « paillard »

Paillard

Définitions de « paillard »

Trésor de la Langue Française informatisé

PAILLARD, -ARDE, adj.

A. − Fam. [En parlant d'une pers.] Qui aime les plaisirs de la chair et la joyeuse vie. Synon. débauché, grivois, libertin, viveur et fam. bambocheur, cochon, fêtard; anton. austère, prude, vertueu..Le gros tempérament et l'esprit foncièrement paillard −pardon du mot −de cet auteur [Zola] (Verlaine, OEuvres posth., t.2, Voy. Fr., 1896, p.111).C'était un fort homme, peu respectueux des prêtres, et, s'il ne faut rien cacher, joliment paillard (Bernanos, M. Ouine, 1943, p.1378).
Empl. subst. Il menait une vie de moins en moins régulière, passant au dehors la plus grande partie de ses nuits, hantant des maisons publiques. −C'est un vieux paillard, un vieux coureur, disait Maria, la bonne (Arland, Ordre, 1929, p.356).
B. − Qui a un caractère grivois. Synon. gaulois.Geste, regard, rire paillard; chanson, histoire paillarde. Si on pouvait ouvrir les esprits (...) on trouverait (...) des images paillardes dans celle [la tête] d'un débauché (Maupass., Sur l'eau, 1888, p.255).Broudier eut un rire gras comme s'il découvrait aux paroles de Bénin quelque sens paillard (Romains, Copains, 1913, p.130).
Empl. subst. fém. Récit ou chanson de caractère grivois. Chanter, raconter des paillardes.
REM.
Paillardement, adv.,rare. De manière paillarde. Bardolotti (...) riait, et applaudissait, et bousculait paillardement Dorino, lorsque Cave, tenant Assunta renversée dans ses bras, s'écrasait le museau contre elle (Gide, Caves, 1914, p.801).
Prononc. et Orth.: [paja:ʀ], fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [1073 lat. médiév. Paliardus anthropon. (Cartul. de Marmoutier d'apr. M. Bambeck ds Mél. Wartburg (W. von) 1968, t.2, p.230); 1160 Paillardus id. (Cartul. de l'abbaye de Noyers, ibid.)] A. 1. Ca 1223 subst. masc. povres cokins paillars «vaurien, fripon» (Gautier de Coinci, Miracles, éd. V. F. Koenig, 1 Mir 32, 192); fin xiiies. «vagabond» (Jakemes, Chastelain de Couci, éd. J. E. Matzke et M. Delbouille, 3964); 2. ca 1380 adj. en parlant d'une personne (Jean des Prés, Geste de Liège, 2436 Scheler, Gloss. philol. ds Gdf.); 1459 (Arch. JJ 190, fol. 13, ibid.); 1532 paillarde vie (Rabelais, Pantagruel, éd. V. L. Saulnier, XX, 124). B. 1. 1266 subst. fém. «femme débauchée» (Vers de la mort, 55, 8 ds T.-L.); 1530 subst. masc. (Palsgr., p.659a); 2. début xves. adj. fém. «(d'une personne) dévergondée, débauchée» (Quinze joies de mariage, éd. J. Rychner, 7, 242); 1643 paillard désir (Saint-Amant, La Rome ridicule, 223 ds OEuvres, éd. J. Lagny, t.3, p.18); Rich. 1680 note: ,,paillarder, paillard, paillarde et paillardise ne se disent que dans le burlesque et dans le satirique le plus bas``. Dér. de paille* (le paillard étant proprement le gueux couchant sur la paille); suff. -ard*. Fréq. abs. littér.: 64.
DÉR.
Paillarder, verbe intrans.,vieilli. Mener une vie de paillard. −Il faut satisfaire sa fantaisie. −Je la satisferai! −Jouer, dépenser, paillarder, mentir, être insouciant, paresseux, charlatan (Borel, Champavert, 1833, p.186). [pajaʀde], (il) paillarde [-aʀd]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1resattest. 1461 intrans. «agir en paillard, se débaucher» (Villon, Testament, éd. J. Rychner et A. Henry, 1619), 1606 réfl. se paillarder a «se donner du mal pour» (Béroalde de Verville, Moyen de parvenir, p.71 ds Gdf.), 1690 id. «fainéanter» (Fur.); de paillard, dés. -er.
BBG.Chautard Vie étrange Arg. 1931, p.210.

paillard, -

Wiktionnaire

Adjectif - ancien français

paillard \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de paillart.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Nom commun - français

paillard \pa.jaʁ\ masculin (pour une femme, on dit : paillarde)

  1. Personne qui mène une vie dissolue ; débauché.

Adjectif - français

paillard \pa.jaʁ\

  1. Grivois, polisson (au sens de « qui contient des allusions sexuelles »), plein de paillardise.
    • Une chanson paillarde fut reprise en chœur.
    • Broudier eut un rire gras comme s’il découvrait aux paroles de Bénin quelque sens paillard. — (Jules Romains, Les Copains, 1922, réédition Le Livre de Poche, page 91)
  2. Qui mène une vie dissolue, qui s’adonne à la luxure.
    • Avoir la mine paillarde, mener une vie de paillard.
    • « Tu peux être sûr qu’avant la fin de l’année, tous les hommes de l’Université seront allés là-bas, fit une voix épaissie par l’alcool.
      – Je parie que non ! s’écria Mac Allister.
      – Exception faite pour quelques futurs pasteurs, dit une autre voix.
      – Imbécile ! Ceux-là sont les plus paillards !
      — (Julien Green, Moïra, 1950, réédition Le Livre de Poche, page 116)
  3. (Vieilli) (Au sens premier) Qui couche sur la paille, personne misérable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PAILLARD, ARDE. adj.
Qui mène une vie dissolue. Être paillard. Substantivement, C'est un paillard. C'est une paillarde. Par extension, Rumeur paillarde. Avoir la mine paillarde.

Littré (1872-1877)

PAILLARD (pa-llar, llar-d', ll mouillées, et non pa-yar) s. m.
  • 1Proprement, celui, celle qui couche sur la paille, homme, femme misérable. Deux forts paillards ont chacun un bâton Qu'ils font tomber par poids et par mesure, En observant la cadence et le ton, La Fontaine, Paysan. Remarquez, s'il vous plaît, mon cher lecteur, la malice du paillard qui outrage si clandestinement la mémoire de mon oncle, Voltaire, Déf. de mon oncle, X.
  • 2Personne de vie dissolue (en ce sens, c'est un terme libre). En la loi il ne recevait point pour offrande ni le prix du chien, ni le salaire de la paillarde, Guez de Balzac, le Prince, ch. x. Sous sa houpelande Logeait le cœur d'un dangereux paillard, La Fontaine, Herm. Notre ami Guignard, Fesse-Mathieu, dévot et grand paillard, Voltaire, Hypocr.

    Adj. Adonné à la luxure. Il [Énée, demandant à passer le Styx] n'est ivrogne, ni paillard, Et Pluton n'est point au hasard De voir par lui faire insolence, Scarron, Virg. VI.

HISTORIQUE

XIVe s. Houlier et ribaut et paillart, Qui touz jours la guerre commencent, En Normandie se relancent, Guiart, Branche des royaux lignages, ann. 1204. Et cilz, qui avoit son atour En habit de paillart changié, A devant la porte gaitié, le Roman du Chastelain de Couci, v. 3978.

XVe s. Tuez, tuez tous ces paillars machefains, ces larrons desroubeurs de Dieu et du monde, Chastelain, Chr. des ducs de Bourg. III, 10. L'an mil trois cens un avec quatre vins, Le premier jour du douteus mois de mars, Leva grant vant de paillars et coquins, Qui à Paris couru de toutes pars… Fuyez, fuyez pour les maillez de plomb, Deschamps, Poésies mss. f° 128. En nostre ost y eust grande sequelle de paillards et paillardes à pié, qui faisoient le dommage des morts, Commines, VIII, 6. Et que ledit frere Hieronime [Savonarole] n'estoit qu'un heretique et un paillard [mauvais homme], Commines, VIII, 19.

XVIe s. Tout ainsi que, si une femme impudique, pour navrer davantage le cœur de son mari, devant ses yeux faisoit chere à son paillard, Calvin, Instit. 284. Ils ne se meslent point avec les paillardes, Calvin, ib. 275. Galsonde, sœur aisnée de Brunehaud, deuxième femme de Chilperic, est estranglée dans son lit à l'instigation de Fredegonde, lors sa paillarde et depuis sa femme et espouse, Pasquier, Recherches, v, p. 410, dans LACURNE. Le regime qui arreste le beuveur avant l'yvresse… le paillard avant la pelade…, Montaigne, I, 177. Les paillards Turcs m'avoient mis en broche tout lardé, Rabelais, II, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « paillard »

Paille. Le sens propre est : qui couche sur la paille, qui n'a que de la paille ; d'où le sens donné par du Cange : palhardus, homo nihili et infimæ conditionis. De là aussi, le sens particulier que ce mot a aujourd'hui.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De paille avec le suffixe d’appartenance -ard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « paillard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
paillard pajar
paillarde pajard

Traductions du mot « paillard »

Langue Traduction
Anglais bawdy
Espagnol obsceno
Italien osceno
Allemand bawdy
Chinois w
Arabe فاجر
Portugais obsceno
Russe похабный
Japonais おどけた
Basque bawdy
Corse scomparsa
Source : Google Translate API

Synonymes de « paillard »

Source : synonymes de paillard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « paillard »

Paillard

Retour au sommaire ➦

Partager