La langue française

Ouvrier, ouvrière

Sommaire

  • Définitions du mot ouvrier, ouvrière
  • Étymologie de « ouvrier »
  • Phonétique de « ouvrier »
  • Citations contenant le mot « ouvrier »
  • Images d'illustration du mot « ouvrier »
  • Traductions du mot « ouvrier »
  • Synonymes de « ouvrier »
  • Antonymes de « ouvrier »

Définitions du mot ouvrier, ouvrière

Trésor de la Langue Française informatisé

OUVRIER, -IÈRE, subst. et adj.

I. − Substantif
A. −
1.
a) Travailleur, travailleuse qui exécute pour le compte d'autrui, moyennant salaire, un travail manuel (dans un atelier, une mine, une manufacture, une usine, une exploitation agricole). Ancien, jeune, pauvre, petit ouvrier; ouvrier d'administration, des filatures, d'imprimerie, de l'usine, de la ville; ouvrier sans travail; bande, fils d'ouvrier(s). Grâce à ses talents d'ouvrière, je comprenais assez que Sylvie n'était plus une paysanne. Ses parents seuls étaient restés dans leur condition, et elle vivait au milieu d'eux comme une fée industrieuse (Nerval,Filles feu,Sylvie, 1854, p.616).Ouvrier qui veut «s'en sortir», qui rampe, lèche ou ruse, pour devenir contremaître (...), on dit: le bon ouvrier, le bon employé, un ménage de bons petits travailleurs (Vailland,Drôle de jeu,1945, p.174):
1. Le capitaliste, dit-on, a payé les journées des ouvriers; pour être exact, il faut dire que le capitaliste a payé autant de fois une journée qu'il a employé d'ouvriers chaque jour, ce qui n'est point du tout la même chose. Car, cette force immense qui résulte de l'union et de l'harmonie des travailleurs (...), il ne l'a point payée. Proudhon,Propriété,1840, p.215.
Ouvrier (agricole). Un engagement d'un mois, et grassement payé, voilà qui promettait de rétablir les affaires de la famille. On allait pouvoir prendre un ouvrier pour rentrer les fourrages (Peyré, Matterhorn,1939, p.53).V. agricole I A 1 b.
Ouvrier à la chaîne. Ouvrier qui travaille à la chaîne. Ce qui compte le plus dans la vie d'un ouvrier à la chaîne, ce n'est peut-être pas toujours son «boulot» (Mauriac,Journal 2,1937, p.158).
Ouvrier à domicile, ouvrière à domicile. Ouvrier, ouvrière qui travaille chez lui (chez elle) pour le compte d'une entreprise. Elle avait trouvé cet ouvrage dans une maison de confection qui tirait bon profit des ouvrières à domicile (Duhamel,Notaire,1933, p.187).
Ouvrier à façon. V. façon II A 1.
Ouvrier aux pièces. Ouvrier payé en fonction du travail fait. V. infra ex. de Bertrand-Quinquet.
IMPR., vieilli. Ouvrier en conscience. Ouvrier qui travaille en conscience. Il y a dans l'imprimerie des ouvriers aux pièces et en conscience. Les premiers sont ceux avec lesquels on fait prix à tant par feuille de composition ou de tirage; les seconds sont ceux que l'on paye à la journée (Bertrand-Quinquet,Impr.,1799, p.242).
Ouvrier qualifié ou ouvrier professionnel (O.Q. ou O.P.). Ouvrier, généralement titulaire d'un certificat d'aptitude professionnelle (C.A.P.), qui possède un métier soit par un long apprentissage, soit par un enseignement professionnel. V. ex. 2.
Ouvrier spécialisé (O.S.). Ouvrier sans qualification professionnelle qui exécute un travail précis (sur une machine) ne demandant qu'une très courte période d'apprentissage:
2. Ces cours [de perfectionnement] s'adressent: aux employés; aux manoeuvres et ouvriers spécialisés, en vue de la préparation d'un certificat d'aptitude professionnelle; aux ouvriers professionnels pour leur permettre d'acquérir la pleine possession de leur métier et les préparer aux postes de maîtrise... Encyclop. éduc.,1960, p.75.
En partic. Personne qui a terminé son apprentissage et qui a un métier. Marc Gilbert (...) entrait comme apprenti dans un grand atelier du voisinage. Au bout de six mois, il savait assez son métier pour être employé comme ouvrier (Murger, Scènes vie jeun.,1851, p.33).La jeune fille entra en apprentissage chez une blanchisseuse, et, quand elle fut ouvrière et qu'elle toucha deux francs par jour, les deux francs s'égarèrent (Zola, Fortune Rougon,1871, p.125).
Ouvrier, ouvrière + nom de métier en appos.Ouvrier, ouvrière qualifié(e) dans ce métier. Minard s'était marié par amour avec une ouvrière fleuriste, fille d'un portier (Balzac,Employés,1837, p.105).Il s'installa, jetant un regard à l'ouvrier ébéniste qui lui tournait le dos en ce moment (Ponson du Terr.,Rocambole,t.1, 1859, p.178).
Vieilli. Ouvrier, ouvrière en + nom de matière.Ouvrier, ouvrière qualifié(e) dans le travail de cette matière. Ouvrier en bois, ouvrier en étoffes. Les beautés de la ville et particulièrement les jeunes ouvrières en dentelle se montrèrent à toutes les fenêtres (Stendhal,L. Leuwen,t.1, 1835, p.57).
[P.allus. à la parabole de l'Évangile: Les ouvriers de la dernière (onzième) heure] Personnes qui participent à un travail au dernier moment et sont néanmoins rétribuées pour leur bonne volonté; p.iron., personne qui propose son aide quand le travail est terminé. Jésus a largement payé L'ouvrier de la dernière heure, Dont Caton n'eût pas eu pitié (Sully Prudh., Justice,1878, p.259).Il ne trouvait pas juste que les ouvriers de la onzième heure fussent payés autant que les ouvriers de la première heure (Queffélec, Recteur,1944, p.155).
b) P.ext. Tout travailleur manuel (salarié ou travailleur indépendant). Vous me demanderez ce que je fais à Cahuzac; je fais le manger à des ouvriers qui réparent la maison (E. de Guérin,Lettres,1835, p.97).Sa main solide, un peu calleuse, fatiguée aux ongles comme la main d'un ouvrier (Du Camp,Hollande,1859, p.40).Des camions passaient, chargés de cageots de fruits, des ouvriers en bleus pédalaient ou s'en allaient à pied (Triolet,Prem. accroc,1945, p.225).
2. [Par rapport aux travailleurs des autres catégories et du point de vue de la force sociale représentée] Travailleur de la grande industrie. Ouvrier communiste, républicain; bourgeois, patron, paysan et ouvrier. Est-ce que tous les citoyens n'étaient pas égaux depuis la Révolution? Puisqu'on votait ensemble, est-ce que l'ouvrier devait rester l'esclave du patron qui le payait? (Zola,Germinal,1885, p.1277).Les ouvriers, les socialistes ne furent pas les derniers à l'acclamer [Wilson]. Pourtant la révolution bolchévique avait un an de date. La république des ouvriers et des paysans appelait, depuis un an, les prolétaires de tous les pays (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p.94):
3. [Engels] écrivait dans ses notes de voyage que le socialisme en France ne triompherait que par une guerre civile des ouvriers contre les paysans. Heureusement, il n'en est pas, il n'en sera pas ainsi. La Commune de 1871 a été une héroïque lutte des ouvriers républicains et en partie socialistes de Paris contre les ruraux. Mais ces ruraux, ce n'étaient pas les petits propriétaires paysans... Jaurès,Ét. soc.,1901, p.41.
B. −
1. Personne qui excelle dans son métier ou dans un autre travail. Bon, excellent, habile, mauvais ouvrier. Je demeurais (...) chez un ferblantier (...). C'était un vieil homme, avec de grosses besicles, et très bon ouvrier de son état (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan,t.2, 1870, p.267).Je le fréquentais quotidiennement quand je venais à Anvers traiter mes affaires de bijoux. C'était l'ouvrier le plus réputé de la place (Cendrars,Bourlinguer,1948, p.80):
4. Il se donna ensuite le plaisir d'ouvrir chacun des quatre-vingts volumes. Ils étaient reliés magnifiquement, c'était le chef-d'oeuvre du meilleur ouvrier de Londres. Il n'en fallait pas tant pour porter au comble l'admiration de Julien. Stendhal,Rouge et Noir,1830, p.241.
De main d'ouvrier. De la main d'une personne habile et compétente. Une oeuvre qui ne propage que l'erreur peut être faite de main d'ouvrier, sans doute (Massis,Jugements,1923, p.274).
Le coin, la marque de l'ouvrier. Le signe d'un travail bien fait. Si je ne me trompe, la note espagnole est de fabrique française; elle porte la marque de certain ouvrier (Chateaubr.,Corresp.,t.2, 1821, p.133).
Maître(-)ouvrier. V. maître II A 2 b.
Proverbe. Les mauvais ouvriers ont toujours de mauvais outils. On a toujours de bons prétextes pour ne pas bien faire un travail.
2. P.anal.
a) Celui, celle qui travaille, pour lui-même, pour elle-même ou pour la collectivité, à la réalisation d'un projet, à une entreprise intellectuelle. Être l'ouvrier de sa destinée, de sa fortune; ouvrier d'un dogme. Et la femme de chambre était ainsi devenue l'ouvrière la plus active du mariage de mademoiselle (Zola,Fécondité,1899, p.518).Des conditions qui ne seraient bonnes que pour les ouvriers d'une grande pensée ou d'une grande oeuvre (Montherl.,Célibataires,1934, p.761):
5. ... ce petit homme est l'ouvrier d'une radicale rénovation théâtrale, et si, comme il le disait, elle ne se fait pas chez lui, elle se fera forcément sur les autres scènes. Quelle que soit la fortune de son entreprise théâtrale, il est bien certainement le rajeunisseur du vieux théâtre. Goncourt,Journal,1888, p.844.
Vieilli Le divin, éternel, grand, suprême ouvrier. Dieu. Par le grand ouvrier tel fut l'ordre prescrit: Il mit les éléments sous la loi d'un esprit, Pour que chaque rouage, en l'immense machine, Remplit, sans dévier, sa fonction divine (Brizeux,Marie,1840, 17).
Ouvrier d'iniquité. Personne mauvaise et injuste. En couvrant ainsi de sa protection ces ouvriers d'iniquité, M. Necker s'associait à leurs forfaits (Marat,Pamphlets,Nouv. dénonc. Necker, 1790, p.171).
Proverbe. À l'oeuvre on connaît l'ouvrier. On juge quelqu'un à ce qu'il fait.
b) En partic., dans le domaine de l'art.Artiste qui s'en remet plus au travail qu'à l'inspiration. Flaubert fut le plus laborieux des ouvriers de lettres. Il travaillait quatorze heures par jour (...) suant, soufflant, haletant (A. France,Vie littér.,1891, p.307).Courbet fut un magnifique ouvrier. Sa tendance réaliste (...) fut salutaire pour le développement de l'art de ses successeurs (Mauclair,Maîtres impressionn.,1923, p.32).
Péj. Artiste laborieux mais sans originalité. C'est une dame, ouvrière en romans, qui tâche de se faire un fonds des idées, des situations, des caractères qu'elle emprunte aux Durfé [sic], aux Scudéri, et dont elle compose des romans historiques (Jouy,Hermite,t.3, 1813, p.148):
6. Les plus intelligents ne voyaient (...) dans l'opéra [à l'époque de l'Othello de Rossini] qu'un prétexte à fioritures vocales, à morceaux de concert, à roucoulades imbéciles, considéraient le compositeur (...) comme un sous-artiste (...) comme un ouvrier en cavatines... Bruneau,Mus. hier et demain,1906, p.59.
C. − Arg. Voleur. Ils donneront à celui qu'ils appellent un Ouvrier (...) le résultat de leurs observations. Cela fait, l'Ouvrier prend l'empreinte de la serrure (...) [et] l'affaire est faite (Vidocq,Voleurs,t.1, 1836, p.130).Le bonneteur avise un étranger (...) et finit toujours par l'entraîner dans un café connu où ses complices, les «ouvriers» l'attendent (Hogier-Grison,Monde où l'on triche,1resérie, 1886, p.211).
II. − Adjectif
A. − Vieilli. Jour ouvrier. Jour ouvrable. (Dict. xixeet xxes.).
B. −
1. Rare et littér. Qui travaille beaucoup. Synon. laborieux.La nature ouvrière et rêveuse des Allemands s'y meut à l'aise, parce qu'elle [la musique] leur offre à la fois le plus précis des moyens et le but le plus imprécis (Faure, Hist. art,1914, p.517).V. chevrière ex.
2. Cheville* ouvrière.
C. − Relatif aux ouvriers.
1. [En parlant d'une ou de plusieurs pers.]
a) Qui appartient à la catégorie sociale des ouvriers. Délégué, militant ouvrier. Saluez les chefs ouvriers de la Commune, peut dire aux conservateurs l'historien qui est toujours un peu prophète (...)! (Sorel,Réflex. violence,1908, p.143).La famille ouvrière, dans la société bourgeoise, est en pointe; elle réalise (...) une démocratie concrète (Traité sociol.,1968, p.382).V. bras ex. 50.
b) Qui est composé d'ouvriers. Association, classe, masses, organisation ouvrière(s); comité, syndicat ouvrier. Cette admirable et touchante population ouvrière de Saint-Étienne (Hugo,Corresp.,1869, p.214).Le comité, Katow, moi-même, avons organisé la garde ouvrière (...). Les unions ouvrières s'organisent partout d'elles-mêmes dans les quartiers pauvres (Malraux,Cond. hum.,1933, p.282).On a pu constater en effet que l'action révolutionnaire ou syndicale la plus efficace a toujours été le fait d'élites ouvrières que la faim ne stérilisait pas (Camus,Homme rév.,1951, p.264).
Classe ouvrière. Ensemble des ouvriers; en partic. (philos. marxiste), ensemble des ouvriers considérés comme la force économique, sociale et politique qui réalisera le passage à la société socialiste. Tout faisait croire aux gens de la classe ouvrière que le joug de la disparité des fortunes allait enfin cesser de peser sur eux (Staël,Consid. Révol.,t.1, 1817, p.443).Qu'est-ce que notre XXesiècle est en train de réaliser? Verra-t-il l'émancipation de la classe ouvrière (et des peuples de couleur) (...)? (Marrou,Connaiss. hist.,1954, p.275).V. exclusivement ex. 3:
7. La classe ouvrière ne doit pas se contenter d'attendre le jour inévitable où le capitalisme tombera comme un fruit mûr. En prenant conscience des antagonismes de classe, en prenant conscience de son rôle historique, elle aide l'histoire à se faire. Vedel,Dr. constit.,1949, p.205.
2. [En parlant d'un inanimé concr.] Qui est fréquenté par les ouvriers ou qui leur appartient. Bar, jardin ouvrier; cité, maison ouvrière. Il est rare que ces agglomérations ouvrières se livrent aux excès si fréquents dans les centres où ce système [d'habitation] n'a pas été appliqué (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p.305).L'école est dans une rue pauvre d'un quartier pauvre, assez différent d'un quartier ouvrier proprement dit (Frapié,Maternelle,1904, p.9).Venant de Grenoble par le premier train, le train ouvrier, il a cru pouvoir s'arrêter à Saint-Romains (Bernanos,Crime,1935, p.827).
3. [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui est propre aux ouvriers. Condition, cotisation, force, grève, promotion, retraite, revendication ouvrière; mouvement, syndicalisme ouvrier. Et il s'attendrit sur la misère du peuple. Il avait un coeur exalté de démocrate sentimental et il parlait des fatigues ouvrières (Maupass.,Contes et nouv.,t.1, Quest. du lat., 1886, p.568):
8. ... l'apparition dans la presse (...) de deux journaux, l'Atelier, dirigé par l'ouvrier-imprimeur Anthime Corbon et la Ruche populaire, dirigé par l'ouvrier menuisier Vincard. Des ouvriers seuls les rédigent. La presse ouvrière est née, témoignage le plus authentique, le plus humain sur la condition de la classe ouvrière et sur son désir profond de culture. Cacérès,Hist. éduc. pop.,1964, p.22.
D. − ZOOL. Abeille ouvrière et p.ell. ouvrière (désignant aussi p.anal. les fourmis, les guêpes, les termites). Femelle stérile s'occupant de la subsistance de la colonie. Les abeilles ouvrières poignardent les mâles quand elles jugent que la ruche n'a plus besoin d'eux (Bergson,Deux sources,1932, p.298):
9. Je pris donc une fourmi de l'espèce la plus commune, fourmi neutre, de ces ouvrières dispensées d'amour, en qui le sexe, atrophié au profit du travail, développe d'autant plus l'instinct, qui seules font tous les métiers dans la petite cité... Michelet,Insecte,1857, p.117.
REM.
Ouvrièrement, adv.,rare, littér. Avec beaucoup de travail et d'effort. Être plus que mathématiquement sûr. Être laborieusement, ouvrièrement sûr (Péguy,V.-M., comte Hugo,1910, p.692).
Prononc. et Orth.: [uvʀije], fém. [-jε:ʀ]. Ac. 1694, 1718: ouvrier, -iere; dep. 1740: -ier, -ière. Étymol. et Hist. A. Subst. 1. 1remoitié xiies. «agent, auteur» ovrer (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, XCIII, 16: liquels esterat pur mei envers les ovrers de felunie? [adversum operarios iniquitatis]); xiies. [ms.] ovriers (ibid., var. ms. B.N. lat. 8846); 2. a) ca 1155 «celui qui loue ses services moyennant salaire» bons uvriers (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 6916); en partic. 1903 ouvrier d'État (Nouv. Lar. ill.); 1931 ouvrier spécialisé (Joffre, Mém., t.2, p.25: le rappel des ouvriers spécialisés des usines métallurgiques); b) ca 1155 «celui qui fait avec habileté un travail» ici au fém. la meillor ovriere (Wace, op. cit., 1565 ds T.-L.); 3. xves. «personne qui ne possède qu'une certaine habileté pratique, sans véritable talent» en la fin l'on cognoist l'ouvrier (Perceforest, t.VI, fo33 ds Littré); 4. 1751 subst. fém. [abeilles] ouvrières (Encyclop. t.1, s.v. abeille). B. Adj. 1. début xiies. jurn uvrer «jour ouvrable» (St Brendan, éd. E. G. R. Waters, 790); 1412-13 jour ouvrier (Chr. de Pisan, Le Livre de la paix, éd. Ch. C. Cannon, 3epart., XV, p.137); 2. 1694 «qui travaille» l'idée ouvrière (Boss[uet], Élév. sur myst., III, 8 ds Littré); 1808 «relatif aux ouvriers» la classe ouvrière (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t.2, p.82). Du lat. class. operarius «homme de peine, ouvrier», dér. de opera, v. oeuvre. Fréq. abs. littér.: 6770. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6747, b) 12820; xxes.: a) 13344, b) 8138. Bbg. Baldinger (K.). Z. rom. Philol. 1978, t.94, p.570. _Cobban (A.). The Vocabulary of social history. Political science quaterly. 1956, t.71, p.14. _Dub. Pol. 1962, pp.361-363. _Gemmingen. Arbeit 1973, p.28; pp.93-98; p.118, 124. _Quem. DDL t.17, 22. _Tournier (M.). Un Vocab. ouvrier en 1848. Thèse, Saint-Cloud, 1975, pp.92-100, 103-104; p.164; pp.166-167; p.169, 170, 172. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.279.

Wiktionnaire

Adjectif

ouvrier \u.vʁi.je\

  1. Qui travaille, œuvrant.
    • Les abeilles ouvrières, abeilles qui forment la plus grande partie de la ruche et y font tout l’ouvrage.
  2. Relatif aux travailleurs. Par définition, cette notion fait référence au statut du salariat et à l'exercice d'un travail manuel (ce qui exclut les employés de bureau).
    • Il semble que la tradition politique de la classe ouvrière européenne soit encore vivace dans certains pays, alors qu'elle est étouffée en Amérique, où pourtant aussi elle a existé. — (Herbert Marcuse, Débat sur le problème de la violence dans l'opposition, dans La fin de l'Utopie, traduction de Liliane Roskoff & Luc Weibel, 1968)
    • Population dégourdie, « dessalée » et qui, au point de vue des mœurs, diffère très peu des autres agglomérations ouvrières françaises. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Nom commun

ouvrier \u.vʁi.je\ masculin (pour une femme on dit : ouvrière)

  1. Personne qui, moyennant salaire, effectue un travail généralement manuel pour un employeur dans les domaines du bâtiment, de l’industrie ou de l’agriculture.
    • […] car l'ouvrier n'achète pas pour sa subsistance des productions de haut prix & ne contribue donc pas, ainsi que fait le propriétaire, à entretenir la valeur & les revenus des bonnes terres qui ont la propriété de produire des denrées précieuses. — (François Quesnay, Analyse de la formule arithmétique du tableau économique de la distribution des dépenses annuelles d'une nation agricole, 1766)
    • Le compositeur particulièrement désigné comme homme de conscience doit être excellent ouvrier, minutieux, et d'une conduite régulière. — (A. Frey, Nouveau manuel complet de Typographie, Manuels-Roret, 1857)
    • Les ouvriers occupés à la fouille et à l'extraction des coquins bruts, travaillent à la tâche ; on les paye à raison de 33 centimes le mètre cube de minerai extrait. Les bons ouvriers gagnent 3 fr 50 par jour. — (Jean-Augustin Barral, Phosphate de chaux des Ardennes, dans le Journal d'agriculture pratique, 27e année, 1863, tome 2, 29 octobre, p. 422)
    • Si les ouvriers agricoles de l’Hérault avaient la sagesse de s’astreindre à la parcimonie des gens de l’Ariège ou de la Lozère, je ne doute pas qu’ils se trouveraient très heureux. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Pour tous les ouvriers et toutes les ouvrières du textile la condition empirait avec la hausse des prix. — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    • Les inégalités ont par exemple augmenté chez les jeunes et chez les ouvrières. — (INSEE, Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunérations en France, mai 2009)
    • […] deux ouvriers recouvrent les poissons d’une pelletée de sel avant de les précipiter dans une fosse de conservation. — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, p.30-31)
  2. Celui qui œuvre à une chose ; auteur ; artisan.
    • […]; ces machinations avaient eu pour principal ouvrier un juge d’instruction, nommé Bertulus, dont le souvenir ne fait guère honneur à la magistrature. — (Jean Roget, L’affaire Dryfus, page 61, Action française, 1925)

Nom commun 1

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : ouvrier)

  1. Personne qui, moyennant salaire, effectue un travail généralement manuel pour un employeur dans les domaines du bâtiment, de l’industrie ou de l’agriculture.
    • Lorsque la quantité de soie voulue a passé sur la machine, l’ouvrière arrête cette dernière, […] — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Nom commun 2

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Femelle stérile de certaines espèces d'insectes, qui approvisionne la collectivité des fruits de son travail.
    • L’essaim doit débuter un élevage à partir de zéro : trouver un nouveau nid, bâtir les rayons, élever des ouvrières à partir de l’œuf, ce qui prend vingt en un jours. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)

Forme d’adjectif

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\

  1. Féminin singulier de l’adjectif ouvrier.

Nom commun 1

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : ouvrier)

  1. Personne qui, moyennant salaire, effectue un travail généralement manuel pour un employeur dans les domaines du bâtiment, de l’industrie ou de l’agriculture.
    • Lorsque la quantité de soie voulue a passé sur la machine, l’ouvrière arrête cette dernière, […] — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Nom commun 2

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Femelle stérile de certaines espèces d'insectes, qui approvisionne la collectivité des fruits de son travail.
    • L’essaim doit débuter un élevage à partir de zéro : trouver un nouveau nid, bâtir les rayons, élever des ouvrières à partir de l’œuf, ce qui prend vingt en un jours. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)

Forme d’adjectif

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\

  1. Féminin singulier de l’adjectif ouvrier.

Nom commun 1

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : ouvrier)

  1. Personne qui, moyennant salaire, effectue un travail généralement manuel pour un employeur dans les domaines du bâtiment, de l’industrie ou de l’agriculture.
    • Lorsque la quantité de soie voulue a passé sur la machine, l’ouvrière arrête cette dernière, […] — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Nom commun 2

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Femelle stérile de certaines espèces d'insectes, qui approvisionne la collectivité des fruits de son travail.
    • L’essaim doit débuter un élevage à partir de zéro : trouver un nouveau nid, bâtir les rayons, élever des ouvrières à partir de l’œuf, ce qui prend vingt en un jours. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)

Forme d’adjectif

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\

  1. Féminin singulier de l’adjectif ouvrier.

Nom commun 1

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin (pour un homme on dit : ouvrier)

  1. Personne qui, moyennant salaire, effectue un travail généralement manuel pour un employeur dans les domaines du bâtiment, de l’industrie ou de l’agriculture.
    • Lorsque la quantité de soie voulue a passé sur la machine, l’ouvrière arrête cette dernière, […] — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature ; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)

Nom commun 2

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\ féminin

  1. (Zoologie) Femelle stérile de certaines espèces d'insectes, qui approvisionne la collectivité des fruits de son travail.
    • L’essaim doit débuter un élevage à partir de zéro : trouver un nouveau nid, bâtir les rayons, élever des ouvrières à partir de l’œuf, ce qui prend vingt en un jours. — (Vincent Albouy, Abeilles mellifères à l’état sauvage, éditions de Terran, 2019, ISBN 978-2-35981-115-5)

Forme d’adjectif

ouvrière \u.vʁi.jɛʁ\

  1. Féminin singulier de l’adjectif ouvrier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OUVRIER, IÈRE. n.
Celui, celle qui loue ses services moyennant salaire pour un travail industriel ou agricole. Habile ouvrier. Excellente ouvrière. Mauvaise ouvrière. Ouvrière en linge, en modes, en dentelles. Il y a tant d'ouvriers qui travaillent à ce bâtiment. Employer, payer des ouvriers. Ouvriers à la journée, à la tâche, aux pièces, à façon. Prov., À l'œuvre on connaît l'ouvrier. Cela est fait de main d'ouvrier, Cela est de main d'ouvrier, Cette chose est faite par un ouvrier habile. Fig., La marque de l'ouvrier. Voyez MARQUE. Dans le langage de l'Écriture sainte, La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers, Il y a beaucoup de gens à instruire, à convertir, mais il y a peu de personnes pour y travailler. Dans le même langage, Les ouvriers d'iniquité, Les méchants. Fig., Les ouvriers de la dernière heure, Ceux qui apportent le concours de leur travail à une œuvre au dernier moment, mais qui sont cependant récompensés de leur bonne volonté. Il se dit parfois ironiquement pour désigner Ceux qui proposent leur aide quand le travail est presque terminé.

OUVRIER désigne encore Celui qui, par son travail, a produit tel résultat, qui en est l'auteur. Être l'ouvrier de sa fortune. Chacun est l'ouvrier de sa destinée. On dit plutôt aujourd'hui Artisan.

Littré (1872-1877)

OUVRIER (ou-vri-é, è-r') s. m.
  • 1Celui, celle qui travaille de la main pour différents métiers. Habile ouvrier. Mauvais ouvrier. Les ouvriers qui gagnaient leur vie en faisant de petits temples d'argent de la Diane d'Ephèse, s'assemblèrent [contre saint Paul, prêchant à Éphèse], Bossuet, Hist. II, 12. Soyez plutôt maçon si c'est votre talent, Ouvrier estimé dans un art nécessaire, Qu'écrivain du commun et poëte vulgaire, Boileau, Art p. IV. Je suis obligé de passer ma journée avec des ouvriers qui sont aussi trompeurs que des courtisans, Voltaire, Lett. Mme de Bernières, sept. 1722. Il y a, outre la Suisse, des provinces d'Allemagne qui en usent ainsi [se louent comme soldats] ; il n'importe à ces bons chrétiens de tuer… vous les voyez réciter leurs prières et aller au carnage comme des ouvriers vont à leur atelier, Voltaire, Dict. phil. Xénophon. Dame Arachné la filandière, De son métier très subtile ouvrière, Mais vaine aussi de son talent…, Chabanon, l'Araignée et le Ver à soie. Combien l'Europe a vu d'illustres ouvriers S'exercer avec gloire aux plus humbles métiers ! Delille, Pitié, IV. Où, privé trop souvent d'un bien mince salaire, Un ouvrier utile est nommé mercenaire, Collin D'Harleville, Vieux célib. IV, 3.

    Fig. Ces ouvriers du vieil océan dans le fond de la mer universelle, Buffon, Min. t. I, p. 288.

    Cela est du bon ouvrier, de la bonne ouvrière, cette chose est faite par l'ouvrier, par l'ouvrière qui a le plus de réputation en son genre. Je ne puis rien souffrir qui ne soit de la bonne ouvrière, Molière, Préc. 10.

    Compagnies d'ouvriers, compagnies d'ouvriers enrégimentés pour certains services dans les armées de terre et de mer. Croira-t-on qu'il veut [à Smolensk] donner le loisir aux artilleurs de ferrer leurs chevaux contre la glace ? comme si l'on pouvait obtenir un travail quelconque d'ouvriers exténués par la faim, par les marches, Ségur, Hist. de Nap. X, 2.

    Les ouvriers, se dit collectivement pour la classe ouvrière. L'opinion des ouvriers. Les réclamations des ouvriers.

    Ouvriers à façon, ouvriers qui travaillent pour les marchands, sans fournir rien de plus que la façon, qui leur est payée.

    Terme d'imprimerie. Ouvriers en conscience, voy. CONSCIENCE, n° 6.

    Fig. De main d'ouvrier, de la main d'un homme habile. Quand une lecture vous élève l'esprit, et qu'elle vous inspire des sentiments nobles et courageux, ne cherchez pas une autre règle pour juger de l'ouvrage ; il est bon et fait de main d'ouvrier, La Bruyère, I.

    Fig. La marque de l'ouvrier, de l'ouvrière, ce qui indique l'excellence du travail. Je reçois avec plaisir toutes vos petites lettres : Il y a toujours la marque de l'ouvrière, qui ne peut jamais ne me pas plaire, Sévigné, 139. Il y a toujours à tous vos enfants la marque de l'ouvrier, Sévigné, à Mme de Grignan, 20 avr. 1672.

  • 2Le grand ouvrier, l'éternel ouvrier, l'ouvrier souverain, Dieu. Tout est mis en œuvre par ce grand ouvrier [Dieu], qui fait toujours infailliblement tout ce qu'il lui plaît, Sévigné, 14 juill. 1680. Les astres qui présidèrent à la première nuit annoncèrent la sagesse de l'ouvrier souverain qui les a tirés du néant, Massillon, dans GIRAULT-DUVIVIER. C'est là [dans les mines], c'est encor là que, cachant sa puissance, L'éternel ouvrier, dans un profond silence, Compose lentement et décompose tout, Delille, Trois règnes, V.
  • 3 Fig. Celui, celle qui produit un résultat quelconque comparé à l'œuvre de la main d'un ouvrier. Elle est l'ouvrière d'un mensonge si monstrueux, Patru, Plaid. 2, dans RICHELET. Vous lisez donc saint Paul et saint Augustin ; voilà les bons ouvriers pour établir la souveraine volonté de Dieu, Sévigné, 14 juill. 1680. Tout ce grand domaine est à moi, je suis l'ouvrier de ma fortune, Bossuet, Sermons, Honneur, 3. La grâce, cette excellente ouvrière, se plaît quelquefois à renfermer en un jour la perfection d'une longue vie, Bossuet, Duch. d'Orl. L'âme est l'ouvrière de sa détermination, Montesquieu, Lett. pers. 69.

    Il se dit de ceux qui font des ouvrages d'esprit. Je ne sais de qui est cette comédie, mais elle est d'un bon ouvrier. On ne les goûte jamais [les peintures que fait le théâtre] autant qu'une main habile l'a voulu, sans entrer dans l'esprit de l'ouvrier, et sans se mettre en quelque façon dans l'état qu'il a voulu peindre, Bossuet, Comédie, 4.

    C'est un plaisant ouvrier, se dit d'un homme qui n'entend rien à l'affaire dont il est chargé.

    Ouvrier sous terre, homme d'intrigues cachées, souterraines. M. du Maine, le plus timide des hommes, quoique le plus grand ouvrier sous terre, vivait en des transes mortelles pour toutes ses grandeurs, Saint-Simon, 326, 10.

  • 4 Fig. Il se dit des choses dont l'on compare l'action à celle des ouvriers. La tempérance, disait un ancien, est la meilleure ouvrière de la volupté, Fénelon, t. XVII, p. 32.
  • 5 Fig. Les ouvriers évangéliques, ou, simplement, les ouvriers, les prêtres qui travaillent à répandre et à confirmer la religion et la piété. Écoutez un miracle : la maréchale de la Ferté est tellement convertie, qu'on ne saurait l'être plus sincèrement ; elle est entre les mains des bons ouvriers, Sévigné, 15 févr. 1690. Non content d'exciter leur zèle [des évêques], il [le P. Bourgoing] travaillait nuit et jour à leur donner de fidèles ouvriers, Bossuet, Bourg.

    Dans le langage de l'Écriture, la moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers, c'est-à-dire le nombre des gens à instruire est grand, mais le nombre de ceux qui y travaillent est petit. Combien de fois, jetant les yeux sur les vastes campagnes des Indiens et des sauvages, et croyant y voir une moisson jaunissante qui n'attendait que la main des ouvriers…, Fléchier, Aiguillon.

    Dans le même style, les ouvriers d'iniquité, les méchants.

  • 6 S. f. Ouvrière, titre d'une des trois demoiselles qui jadis étaient attachées à la reine de France.
  • 7 S. m. Terme rural. Ouvrier, arbre sur lequel on prend les greffes.
  • 8Ouvrier hydraulique, machine pour puiser de l'eau.
  • 9 Adj. Qui a rapport aux ouvriers.

    Classe ouvrière, partie de la population qui se compose des ouvriers, des artisans.

    En 1848, force ouvrière, nom donné aux ouvriers qu'on se proposait d'armer en une espèce de garde nationale.

    Jour ouvrier, ou jour ouvrable, jour où l'on travaille. Il n'est, pour le vrai Dieu, jour ouvrier ni fête, Régnier, Sat. X. Égaler les fêtes aux jours ouvriers, Pascal, Pens. XXV, 64, éd. HAVET. Vous qui voyez tout, ne voyez-vous point comme je suis belle les dimanches, et comme je suis négligée les jours ouvriers ? Sévigné, 64.

    Cheville ouvrière, la cheville qui joint le train de devant d'un carrosse avec les brancards ; et, figurément, le principal agent d'une affaire.

    Abeilles ouvrières ou neutres, et, substantivement, les ouvrières, celles qui composent la très grande majorité d'une ruche et qui y font tous les ouvrages. Quelle serait la cause secrète qui empêcherait les ouvrières de pondre, tandis qu'elles posséderaient une reine féconde ? Bonnet, 3e mém. abeilles.

    Fig. Esprit ouvrier, l'esprit divin qui a ordonné toutes choses. Ô homme… tu peux ajouter quelques couleurs pour orner cet admirable tableau [la nature] ; mais… de quelle sorte pourrais-tu faire seulement un trait convenable dans une peinture si riche, s'il n'y avait, en toi-même et dans quelque partie de ton être, quelque art dérivé de ce premier art, quelques fécondes idées tirées de ces idées originales, en un mot quelque ressemblance, quelque écoulement, quelque portion de cet esprit ouvrier qui a fait le monde ? Bossuet, Sermons, 4e semaine de carême, sur la mort.

    On dit dans le même sens : idée ouvrière. Je [la sagesse incréée] suis moi-même ce commencement [des voies de Dieu], étant l'idée ouvrière de ce grand artisan, et le modèle primitif de toute son architecture, Bossuet, Élévat. sur myst. III, 8.

PROVERBE

Il est plus d'ouvriers que de maîtres, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 143. Il n'est ouvrage que d'ouvriers, Leroux de Lincy, ib. La fin loue l'ouvrier, Leroux de Lincy, ib.À l'œuvre on connaît l'ouvrier.

REMARQUE

RÉM. Ouvrier était, dans l'ancienne versification, de deux syllabes ; on le prononçait soit ourier, soit ouvrer ; l'articulation de ier avec v et r en une seule syllabe nous est impossible, et probablement l'a toujours été. Il était encore de deux syllabes dans le commencement du XVIIe siècle : On est venu lui dire, et par mon artifice, Que les ouvriers qui sont après son édifice… Avaient fait par hasard rencontre d'un trésor, Molière, l'Ét. II, 1.

HISTORIQUE

XIIe s. E tuit li overer de felonie furent espoenté, Machab. I, 3. Les ustils as ovriers qui firent les degrés, Th. le mart. 144. E i out treis milie e treis cenz ki maistres furent sur l'ovre e sur les overiers, Rois, p. 245.

XIIIe s. N'avoit [il n'y avait] meillor ouvriere de Tours jusqu'à Cambrai, Berte, LVII. Car maintes fois les ot servis Li valés, qui moult iert soutis, Qui moult iert bons ouvriers et sages, Fait lor avoit mains bons ymages, la Rose, 21339. Et y estoient si ouvriez [ses ouvriers] Jà dedens por queillir les biens, Beaumanoir, XXXII, 23. Je ne sui pas ouvriers des mains, Rutebeuf, 9. Bons ouvriers est qui ne se lasse ; Itels ouvriers tous autres passe, Rutebeuf, Vie Ste Élys. p. 186.

XIVe s. Car d'ouvrier bien paier affiert [il convient] bonne journée, Baud. de Seb. VI, 541. Une meismes rieulle [règle] de lier pour sanc restraindre est commune aus anciens ovriers [chirurgiens] et à ceux qui ore sont [sont présentement], H. de Mondeville, f° 39, verso. Par les ruilles dessus dites pourra l'ouvrier de cirurgie ouvrer…, H. de Mondeville, f° 96, verso. Madame aura pour son corps trois damoiselles, une ouvriere, une femme de chambre et une lavendiere, Du Cange, ouvreria.

XVe s. Et tandis qu'il est jour ouvrier, Le temps pers [je perds], quand à vous devise, Orléans, Chanson 81. La pucelle, qui n'avoit point agreable la recommandation de Selphar, print la parole, et dit : en la fin l'on cognoist l'ouvrier, en la proesse ung chevalier, Perceforest, t. VI, f° 33. Ouvrier pour enfourner pain cuit [mauvais ouvrier], Coquillart, Enqueste entre la simple et la rusée. Vous savez qu'ilz sont six jours ouvriers en la sepmaine, les Évang. des quenouilles, p. 10.

XVIe s. Ouvriers de tous mestiers, Amyot, Péric. 24. À fort peu d'enqueste ce vieillard saute au collet du païsan deguisé, mais fut aussi tost tué d'une grande dague que tira de dessous l'ouvriere [tablier, sarreau] le Tranchard, D'Aubigné, Hist. II, 162. Quel desplaisir le temps m'a faict d'oster de nos yeulx… la couple de vie [Épaminondas et Scipion l'Émilien] justement la plus noble qui feust en Plutarque… quel matiere ! quel œuvrier ! Montaigne, III, 195.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OUVRIER, s. m. terme général, se dit en général de tout artisan qui travaille de quelque métier que ce soit.

On appelle ouvriers en drap d’or, d’argent & soie, & autres étoffes mélangées, ou ouvriers de la grande navette, les fabriquans & manufacturiers qui fabriquent & font sur le métier avec la navette toutes sortes d’étoffes d’or & d’argent & de soie, ou mêlées d’autres matieres, comme fleurets, laine, coton, poil & fil ; telles que sont les velours, les damas, les brocards & brocatelles, les satins, les taffetas & tabis, les moires, les papelines, les gazes, les crêpes & autres semblables marchandises, dont les largeurs sont d’un tiers d’aune & au-dessus ; celles au-dessous étant réservées aux maîtres Tissutiers Rubaniers. (D. J.)

Ouvrier, s. m. (Archit.) c’est la qualité d’un homme qui travaille aux ouvrages d’un bâtiment, & qui est à sa tâche ou à la journée.

Ouvriers, terme de Monnoies, on appelle ainsi dans les hôtels des monnoies, & particulierement dans l’hôtel de la monnoie de Paris, ceux qui coupent, taillent & ajustent les flaons pour les réduire au poids des especes, & les rendre conformes aux déneraux du poids matrices. On leur a donné le nom d’ouvriers pour les distinguer des autres ouvriers, à qui les rois de toute ancienneté ont accordé le droit d’être reçus à travailler avec leurs peres & meres, à tailler les especes ; les femmes sont aussi appellées ouvrieres, mais plus ordinairement tailleresses. Boizard. (D. J.)

Ouvriers de forge, (Eperonnier.) on nomme ainsi dans les anciens statuts des maîtres Selliers-Lormiers ceux d’entr’eux, qu’on appelle autrement lormiers-éperonniers, c’est-à dire ceux qui forgent, vendent les mords, éperons, étriers & autres pieces de fer servant aux harnois des chevaux, ou qui sont propres à monter & surpendre des carrosses, chaises roulantes & autres sortes de voitures : les autres mailres s’appellent Selliers-garnisseurs.

Ces deux sortes d’ouvriers, qui ne faisoient autrefois qu’une même & seule communauté, sont présentement séparés en deux corps de jurande ; l’un qu’on nomme vulgairement des maitres éperonniers, quoiqu’ils conservent toujours leur commune qualité de Selliers-Lormiers ; & l’autre des maîtres Selliers, qui à ces deux anciens noms ajoutent encore celui des Carrossiers. Savary. (D. J.)

Ouvriers à façon, (Manufact.) on appelle ainsi dans les manufactures de drap d’or, d’argent & de soie de la ville de Lyon, les maîtres ouvriers qui travaillent, ou font travailler pour les maîtres marchands, & à qui on ne paye que la façon de leurs ouvrages ; le reste, comme l’or, l’argent, la soie, &c. leur étant fourni par ceux qui les leur commandent. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ouvrier »

Bourg. ouvrei, ovrei ; wallon, ovrî ; prov. obrier ; cat. obrer ; esp. obrero ; port. obreiro ; ital. operaio ; du lat. operarius, qui vient de operari (voy. OUVRER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin operarius (« ouvrier »), l’évolution phonétique est la même que celle qui de opera mène à œuvre, et operor à ouvrer, œuvrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ouvrier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ouvrier uvrije

Citations contenant le mot « ouvrier »

  • L’ouvrier qui veut bien faire son travail doit commencer par aiguiser ses instruments. De Confucius / Entretiens
  • Fuis l'étude qui donne naissance à une oeuvre appelée à mourir en même temps que son ouvrier. De Léonard de Vinci
  • Votez à droite c’est soit pour préserver la société soit pour écraser l’ouvrier. De Michel Audiard / Les grandes familles
  • Le mobile essentiel du mouvement ouvrier est une question de dignité au moins autant qu'une question d'intérêt. De Henri de Man / Au-delà du marxisme
  • Un artiste n’est pas un ouvrier du divertissement qui compte ses heures, il se consume au feu de sa passion. De Bartabas / Bartabas, roman
  • La seule différence entre un ouvrier qui travaille à la mine et un musicien de jazz, c’est que le musicien n’a pas de lampe frontale. De Daniel Humair / Evene.fr - Octobre 2006
  • Ce vendredi, aux environs de 11 h, une nacelle de chantier sur laquelle se trouvaient deux ouvriers avait lâché à Vénissieux. Lyonmag.com, Chute de nacelle à Vénissieux : un ouvrier n’a pas survécu 
  • La majorité des ouvriers recensés par l’Insee sont dorénavant maçons, mécaniciens de garage ou préparateurs de commande et ne travaillent plus dans un environnement industriel, selon une étude publiée vendredi 24 juillet. La Croix, Les ouvriers ne sont plus dans les usines
  • Pour tous les ouvriers du monde, le bourgeois est le produit du capital ; pour les nôtres, il est aussi le fils de ses œuvres, un tueur - et il va le rester longtemps. Jean-Paul Sartre, Situations VI, Gallimard
  • L'ouvrier qui veut bien faire son travail doit commencer par aiguiser ses instruments. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, VIII, 15 (traduction S. Couvreur)
  • Le droit d'avoir une opinion et de l'exprimer librement ne serait pas garanti du fait que les ouvriers posséderaient des machines. August Strindberg, L'Écrivain
  • Un ouvrier mégalo, c’est pas fréquent. De José Artur
  • Un mauvais ouvrier accuse ses outils. De Proverbe australien
  • A l'oeuvre on connaît l'ouvrier. De Aristophane
  • Un mauvais ouvrier a toujours de mauvais outils. De Proverbe québécois
  • Le plus grand ouvrier de la nature est le temps. De Georges-Louis Leclerc de Buffon
  • Un bon ouvrier n'est jamais trop chèrement payé. De Proverbe français
  • C'est plus facile pour un bon ouvrier de devenir un bon bourgeois que pour un bon bourgeois de devenir un bon ouvrier. De Georges Wolinski
  • Cet été, nous nous intéressons à des parcours de salariés qui ont changé de vie. Vendredi, Catherine, après avoir été ouvrière, puis ayant travaillé aux Assedic, propose désormais sa mousse au chocolat au Japon et bientôt aux États-Unis. Franceinfo, Ils ont changé de vie. Catherine, 65 ans, de simple ouvrière à la vente dans le monde entier de sa recette de mousse au chocolat
  • Le confinement a été moins difficile à vivre pour eux : les habitants de la cité ouvrière Chanturgue à Clermont-Ferrand passent pour certains l'été à la maison. Dans ces anciennes cités ouvrières, les pavillons disposent d'un jardin, un petit havre de paix qui rend plus agréables les vacances post-Covid à la maison. France Inter, Un été à la maison dans une cité ouvrière Michelin à Clermont-Ferrand
  • Le salaire de l'ouvrier entre par la porte et sort par la cheminée. De Proverbe espagnol
  • Ce midi, vers 12 h 15, un ouvrier âgé de 30 ans, qui était en train de décharger des plaques de plâtre, a été victime d’un accident sur le chantier mené par Rabot Dutilleul sur le bâtiment principal des Grands moulins de Paris à Marquette-lez-Lille. L’homme est décédé sur place. LA VDN, Un ouvrier de 30 ans meurt sur le chantier des Grands Moulins de Paris à Marquette
  • Le pronostic vital d'un ouvrier couvreur, qui faisait des réparations sur un toit de chaume au Torp-Mesnil, est engagé au CHU de Rouen, après une chute de 4 mètres ce jeudi matin. Ce sont ses trois collègues qui ont prévenu les secours. France Bleu, Seine-Maritime : le pronostic vital d'un ouvrier engagé après une chute de 4 mètres
  • Le drame s’est produit en plein après-midi, sur les coups de 15 heures. Lundi 20 juillet 2020, un ouvrier agricole de la commune de Préaux (Seine-Maritime) réparait la toiture d’un bâtiment quand il a traversé le toit. L’homme âgé d’une quarantaine d’années a fait une chute de sept mètres. Il n’y a pas survécu. , Accident du travail en Seine-Maritime : un ouvrier agricole chute d'un toit et décède | 76actu
  • C’est dans un état jugé grave par les secours qu’un ouvrier a été hospitalisé, mercredi 22 juillet 2020, à la suite d’un accident du travail au sein de la société Iveco, rue Jacques Kellner, à Taverny (Val-d’Oise). , Val-d'Oise. Un ouvrier hospitalisé à la suite d'une chute à Taverny | La Gazette du Val d'Oise
  • Vêtement ouvrier devenu symbole des femmes libres dans les "années folles" puis adopté par des stars comme Freddy Mercury, le débardeur, petit haut de coton sans manche, s'expose à Marseille, dans le sud-est de la France, où il se fabrique encore sur des machines historiques. Le Point, Ouvrier, féministe, androgyne, le débardeur s'expose et se fabrique encore en France - Le Point
  • Le Temps des ouvriers déroule, sur plus de trois siècles, l’histoire du monde ouvrier européen en une synthèse éblouissante. En 4 épisodes cette fresque épique rappelle ce que nos sociétés doivent aux luttes des « damnés de la terre » qui, depuis 300 ans, façonnent l'histoire des pays d'Europe, au gré des révolutions, des guerres et des bouleversements sociaux. La classe ouvrière, ce sont ces générations qui font tourner les machines de notre monde industriel. Trois siècles de travail et d'espoirs, de combats gagnés et perdus. Et de vie, tout simplement. Nous leurs devons notre prospérité et nos valeurs. Sans eux, ni voyage dans l’espace, ni suffrage universel. Mais quelle est leur place dans ce monde qu'ils ont créé ? , Le Temps des ouvriers : une série passionnante sur l’émergence et l’évolution de la classe ouvrière (en DVD et VOD) - ON mag

Images d'illustration du mot « ouvrier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ouvrier »

Langue Traduction
Anglais worker
Espagnol trabajador
Italien lavoratore
Allemand arbeiter
Chinois 工人
Arabe عامل
Portugais trabalhador
Russe работник
Japonais ワーカー
Basque langilea
Corse travagliadore
Source : Google Translate API

Synonymes de « ouvrier »

Source : synonymes de ouvrier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ouvrier »

Partager