Office : définition de office


Office : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OFFICE1, subst. masc.

I. − [Ce qui est accompli par obligation morale ou sociale]
A. − Vieilli ou littér.
1. [Gén. suivi d'un adj. ou d'un compl. déterminatif précisant la nature du devoir ou la circonstance dans laquelle on doit l'accomplir] Devoir (v. ce mot B 1). Tous les offices de la vie civile (Ac. 1798, 1878). C'est l'office d'un bon père, d'un bon fils, d'un bon mari, d'un bon citoyen (Ac. 1935). Le bourgeon [de la vanité] est donc, à tout prendre, un triste conseiller, un pitoyable maître; et, s'il n'est possible de l'extirper jusqu'à la racine, au moins est-ce l'office de l'homme de sens que de le refouler sans cesse, et d'en arrêter les pousses à mesure qu'il les voit poindre (Toepffer,Nouv. genev.,1839, p.203).Vous devez, ma fille, rappeler d'abord le but continu de la vie humaine, la conservation et le perfectionnement du grand-être, qu'il faut à la fois connaître, aimer, et servir. Chacun accomplit spontanément ce triple office, que la religion systématise par le dogme, culte, et le régime (Comte,Catéch. posit.,1852, p.92).Ce que nous avons à faire, faisons-le incessamment (...). Armons-nous sans hâte ni délai pour cette part qui est de notre office (Claudel,Corona Benignitatis,1915, p.370).
2. But, tâche que l'on se donne à soi-même avec le sentiment d'un devoir à remplir. Synon. mission.Je ne pouvais m'exempter de revenir ici, car mon office est d'ouvrir le flanc de Monsanvierge et de fendre la paroi à chaque fois qu'un vol nouveau de colombes y veut entrer (Claudel,Annonce,1948, prol., p.135).Ce qu'il [Barrès] veut, c'est ranimer ces régions délaissées qui subsistent au fond de notre coeur (...). Voilà sa mission, son office (Massis,Jugements,1923, p.245).
B. − Dans le domaine de la vie publ., admin., etc.
1.
a) Tâche que l'on doit accomplir. Synon. charge, emploi, fonction.S'acquitter de son office; vaquer à son office; être préposé à un office; remplir l'office de secrétaire; abandonner, résigner un office. Il fallait un grand nombre de gardes pour empêcher le peuple indigné de remplacer les bourreaux dans leur office (Stendhal,Abbesse Castro,1839, p.213).Il m'est impossible de conserver comme garçon de laboratoire une personne qui ne possède aucune des qualités requises pour cet office (Duhamel,Combat ombres,1939, p.98):
1. ... les gens du Monestier, piqués de n'avoir pas un maître d'école comme ceux des autres villages, offrirent la place à Barthélemy. Son office, désormais, fut d'apprendre aux enfants à lire, écrire et chiffrer, de balayer l'église, d'en chasser les chiens et de chanter au lutrin, bref, d'être à la fois le magister et le sacristain de la paroisse. Pourrat,Gaspard,1922, p.158.
Faire office de, faire l'office de. Remplir, sans en être le titulaire ou l'agent habituel, la charge de. Synon. faire fonction(s) de (v. fonction I A 3 bα).Criton, qui faisait office de maître d'hôtel, servit des gelées, des coulis et des purées (A. France, Rôtisserie,1893, p.75).Les Indiens Crow ne pouvaient admettre de luttes intestines; le chef et sa police faisaient donc office d'intermédiaires pour tâcher d'obtenir une réconciliation (Lowie,Anthropol. cult.,trad. par E. Métraux, 1936, p.314).
Faire, remplir son office. S'acquitter de ses fonctions. Voir le bourreau remplir son office (Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.583).Montrant [au prêtre de Nemi] les victimes [d'un sacrifice religieux]. Ces gens-là sont contents de mourir. Fais ton office (Renan,Drames philos.,Prêtre Nemi, 1885, ii, 3, p.554).
b) P. anal. Usage, destination (d'une chose). Synon. emploi (v. ce mot A 1), rôle.Il en est de cela comme d'un meuble qui ne remplit pas bien l'office auquel il est destiné, ou dont on n'avait pas besoin, et qui embarrasse plutôt qu'il ne sert (Say,Écon. pol.,1832, p.478).Les critiques docilement décrétaient que l'office essentiel de l'oeuvre d'art est de plaire (Rolland,J.-Chr.,Foire, 1908, p.723).
Faire office de. Tenir lieu de. Synon. faire fonction de (v.fonction I B 3).Un champignon séché faisant office d'amadou (Lowie,Anthropol. cult.,trad. par E. Métraux, 1936p.74).Le fossé qui borde talus ou haies fait office de drain (Meynier,Paysages agraires,1958, p.165).Le foie fait également office de réservoir et de régulateur pour plusieurs vitamines, pour divers éléments minéraux et plus spécialement pour le fer (Bariéty, Coury,Hist. méd.,1963, p.691).
Faire, remplir son office. Produire l'effet escompté, jouer son rôle. La vanité a fait son office; elle ressemble à ces coups de soleil qui brûlent un peu les fruits, mais qui les mûrissent (Taine, Notes Paris,1867, p.257).Les batardeaux précédents seraient démolis permettant aux vannes et aux écluses de remplir leur office (Romanovsky,Mer, source én.,1950, p.100).
2. En partic., vieilli. Service de la table. (Dict. xixeet xxes.). Ce domestique sait bien l'office, sait très bien l'office, entend bien l'office (Ac. 1798-1878).
P. méton. Ensemble des domestiques affectés au service de la table; p. méton. personnel de l'office (v. office2). Dans cette maison, l'office est très nombreux (Ac.). L'on dirait que l'office se doute de quelque chose tellement les valets renforcent leur dédain cérémonieux (A. Daudet, Rois en exil,1879, p.369).
3. Spécialement
a) DROIT
α) DR. ADMIN. Fonction publique de justice, de finances, conférée à vie pour laquelle le titulaire a le droit de présenter des successeurs. Synon. charge (v. ce mot II B 1 c).Office d'agent de change; office d'avocat au Conseil d'État, à la Cour de Cassation; office d'avoué, de commissaire-priseur, d'huissier, de notaire; céder un office. Le droit de présenter un successeur appartient seulement au titulaire de l'office, à ses héritiers ou légataires, ces derniers perdant le droit si le titulaire a été destitué ou contraint de donner sa démission (Lar. comm.1930).Les registres exclusivement relatifs à l'exercice des fonctions sont, de même que les dossiers, un accessoire de l'office et, à ce titre, virtuellement compris dans la cession (Réau-Rond.1951, p.900).
Office ministériel. Office auquel sont attachées des fonctions dépendantes de l'administration de la justice (d'apr. Cap. 1936). La fixation du prix des offices ministériels intéresse l'ordre public (Réau-Rond.1951, p.900).
Office public. Office auquel sont attachées des fonctions indépendantes de l'administration de la justice et dont les titulaires jouissent du droit d'authentifier des actes (d'apr. Cap. 1936). Tous les titulaires d'offices publics et d'offices ministériels (Rob.1959, s.v. officier2rem.).
β) HIST. DU DR. [Sous l'Ancien Régime] Charge publique, inamovible et vénale, qui se transmettait héréditairement. Office de finance, de judicature; office royal; acheter un office; être revêtu d'un office. C'est Louis XII qui achève de fonder la vénalité des offices; c'est Henri IV qui en vend l'hérédité (Tocqueville,Anc. Rég. et Révol.,1856, p.188).Entré, après la suppression des offices, à la mairie de Paris, il était maintenant un dragon sans-culotte et le greluchon d'une ci-devant (A. France,Dieux ont soif,1912, p.64).De très nombreux offices −près de 4000 en 1789 −étaient accompagnés de privilèges importants, notamment l'anoblissement (Encyclop. Alpha, Paris, Grange Batelière, t.11, 1971, p.4338).
γ) Loc. adj. ou adv. D'office
DR. PÉNAL. (Qui agit) en vertu des obligations de sa charge. Le juge a informé d'office (Ac.).Lachaud plaide d'office pour lui; et (...) lui obtient une indemnité de 95.000 francs (Goncourt,Journal,1876, p.1130).Il avait été chargé de défendre d'office une femme accusée d'avoir volé une paire de bas (Theuriet,Mais. deux barbeaux,1879, p.7):
2. Smith veut que la justice civile soit payée par les plaideurs. Cette idée deviendrait plus praticable encore, si tous les jugemens étaient rendus, non par des tribunaux nommés d'office, mais par des arbitres choisis par les parties, entre un certain nombre d'hommes désignés à la confiance publique. Say,Écon. pol.,1832, p.501.
Avocat (désigné, nommé) d'office. V. avocat I A.
DR. ADMIN. (Qui se fait) par voie d'autorité, sans tenir compte de l'avis de l'intéressé. Être mis à la retraite, être promu d'office; démission, mutation d'office. N'est-ce pas en vertu du principe que nul n'a le droit de nuire à autrui qu'est ordonné l'internement d'office des aliénés dès que l'enquête a démontré qu'ils constituent un danger pour eux-mêmes ou pour autrui (Biot,Pol. santé publ.,1933, p.29).Ceux-ci [les ministres] démissionnent après leur mise en minorité, mais ne sont pas démis d'office (Vedel,Dr. constit.,1949, p.169).Être l'objet d'une mesure disciplinaire ou d'un déplacement d'office (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit.,1954, p.124).
P. ext. (Qui se fait) automatiquement. Envoi d'office (v. envoi B 2). Rien dans le patron d'aujourd'hui (celui de la livraison du premier dimanche du mois, servi d'office et gratuitement aux abonnées) qui demande une explication autre que la toilette de visite (Mallarmé,Dern. mode,1874, p.779).Il ne vit plus en Anne cette espèce de supériorité qu'il lui accordait d'office (Radiguet,Bal,1923, p.191).Il se savait trop singulier pour que ses jugements sur la vie fussent valables, d'office, pour un autre que lui seul (Montherl.,Lépreuses,1939, p.1457).
b) HIST. DE FRANCE. [Sous l'Ancien Régime]
α) Charge de la maison du roi. Les sept offices de la bouche du roi:
3. ... la distinction entre grands officiers de la maison du roi et grands officiers de la couronne n'était pas toujours aisée à établir, depuis que les offices de la maison du roi étant de fait permanents n'apparaissaient plus comme différents des grands offices de la couronne, doués de pérennité comme la couronne elle-même. MarionInstit.1923, pp.407-408.
β) Grand office de la couronne. Haute dignité de la cour des rois de France, inamovible mais non héréditaire, dont les titulaires étaient attachés au service privé du souverain. Il y avait donc à la fin de l'ancien régime six grands offices de la couronne: le chancelier, le grand maître, le grand chambellan, le grand amiral, les maréchaux, le grand écuyer (MarionInstit.1923p.407).V.aussi supra ex. 3.
4. P. méton.
a) Établissement où s'effectue une activité particulière; p. ext. lieu de travail. Synon. agence (v. ce mot I B), bureau (v.ce mot II B 2).Office commercial; office de publicité, de tourisme. Au fond de la salle (...) un petit retranchement en planches (...) était devenu, grâce à un grillage avec chatière, «l'office» du bateau à vapeur, c'est-à-dire le bureau de la Durande (Hugo,Travaill. mer,1866, p.111).
b) DR. ADMIN. ,,Organisme chargé statutairement d'une tâche ou d'une mission déterminée d'intérêt public`` (Admin. 1972). Office des Anciens Combattants, Office Public d'H.L.M. (O.P.H.L.M.), Office de Radiodiffusion-Télévision française (O.R.T.F.), Office National des Forêts (O.N.F.), Office des Pêches, Offices des Changes. L'office national météorologique a provoqué une enquête sur les périodicités, dont les résultats se trouvent, passim, dans les années 1936 et 1937 de la Météorologie (Maurain,Météor.,1950, p.174).L'office des céréales qui a la charge de réglementer et de diriger le marché des céréales (Meynaud,Groupes pression Fr.,1958, p.216).Un office national des Forêts doit assurer la mise en valeur et la meilleure exploitation de biens forestiers domaniaux (Belorgey,Gouvern. et admin. Fr.,1967, p.93).
C. − Dans le domaine relig.
1. LITURG. CATH.
a) Office (canonial, divin). Ensemble des prières et des lectures que les chanoines, les religieux et les religieuses doivent chanter ou réciter quotidiennement au choeur à des heures déterminées de la journée. Synon. heures canoniales*.Dire, entendre l'office. Sortie des traités sur le plain-chant et l'office divin, rien ne l'intéresse [une religieuse] (Huysmans,Oblat,t.1, 1903, p.33).L'émir, visitant à Sébaste l'église de Saint-Jean-Baptiste, est bouleversé par la ferveur des moines latins qu'il a vus en train de réciter l'office (Grousset,Croisades,1939, p.161).V. bréviaire ex. 2.
Livre d'office. Recueil des prières chantées ou récitées au service divin. Acheter un livre d'office (Ac.1798-1878).
En partic. Ensemble des prières et des lectures prévues pour un moment déterminé, une fête particulière de l'année liturgique. Office du jour; office de la nuit, du matin, du soir; office de saint Jean-Baptiste; calendrier des offices. L'office de cette fête est fort long (Ac.). Jusqu'à six heures, assis par bandes sous les saules, ses camarades et lui [l'abbé Mouret] récitaient en choeur l'office de la Vierge (Zola,Faute Abbé Mouret,1875, p.1301).La liturgie pouvait exhiber le plus merveilleux écrin de son douaire, l'office de saint Thomas (Huysmans,En route,t.2, 1895, p.253).La récitation des offices fut souvent assurée jusqu'à l'époque moderne sur de vieux manuscrits dont les graphies nous sont devenues peu familières (L'Hist. et ses méth.,1961, p.587).
Office des morts. Ensemble des prières instituées en commémoration des morts. Aussi mon coeur s'en va quand je vois sur le soir Le convoi d'un défunt, les cierges, le drap noir, Et l'office des morts avec les chants funèbres (Delavigne,Louis XI,1832, iii, 3, p.107).L'office des morts ne veut pas être consolateur; les chants portent l'effroi par la seule résonnance (Alain,Propos,1932, p.1065).
Petit office. Service abrégé de la Vierge ou d'un saint. Quant aux petits offices, deux bougies suffisent (Huysmans,Oblat,t.2, 1903, p.181).
[Précédé d'un adj. poss.] Ensemble des prières du jour qui sont contenues dans le bréviaire pour la récitation privée. Synon. bréviaire (v. ce mot A 2).Dire, réciter son office; à quoi en êtes-vous de votre office? Quand j'aurai achevé mon office (Ac. 1798-1878). Toute sa journée était remplie par la récitation de son office (Sainte-Beuve,Port-Royal,t.3, 1848, p.604).
b) Cérémonie du culte; en partic. sacrifice de la messe. Aller à l'office; assister aux offices; manquer l'office; célébrer un office. Dès le neuvième siècle, Amalarius, abbé de Hornbach, au diocèse de Metz, parlait d'instrument en bois destiné à annoncer les offices religieux (D'Allemagne,Hist. jouets,1902, p.28).Le trio des saintes femmes assiste quotidiennement à l'office. Et, comme M.le Curé n'a pas d'enfant de choeur pendant la semaine, elles ont la joie de répondre la messe, à tour de rôle, chacune leur jour (Martin du G.,Vieille Fr.,1933, p.1026):
4. L'Empereur racontait, qu'aumônier des princes d'Orléans et leur disant un jour la messe, quelque chose d'imprévu les fit sortir successivement durant l'office. L'abbé [Sieyès] se retournant et n'apercevant plus que les valets, ferma le livre et sortit aussi, disant qu'il n'était pas payé pour dire la messe à la canaille. Las Cases,Mémor. Ste-Hélène,t.2, 1823, p.191.
2. P. anal. Cérémonie liturgique (dans une religion autre que la religion catholique). Les offices [dans le judaïsme] sont normalement présidés par le rabbin, maître chargé de l'enseignement et de la prédication, et dirigés par un officiant (hazan), mais ni l'un ni l'autre n'ont de caractère sacerdotal (La Gde encyclop., Paris, Larousse, t.35, 1974, p.7212).
II. − [Ce qui relève de l'obligeance]
A. − Vieilli, au sing.
1. (Bon) office. Service que l'on rend à quelqu'un. Le monde que je vois est plein de braves gens, Affables, généreux, probes, intelligents, Dévoués, toujours prêts à rendre un bon office (Ponsard,Honn. arg.,1853, i, 3, p.12).Il fit à la jeune fille des compliments sur sa broderie, et comme elle avait du fil à dévider, il lui présenta ses mains pour ce petit office (Duranty,Malh. H.Gérard,1860, p.214).
Faire, rendre office. Rendre service, se montrer obligeant. (Dict. xixeet xxes. sauf Ac.).
2. Mauvais office. Acte ou parole susceptible de porter préjudice à quelqu'un. Je veux bien (...) oublier mes injures particulières et tous les mauvais offices que vous m'avez rendus (Barante,Hist. ducs Bourg.,t.3, 1821-24, p.126).
B. − Au plur. Bons offices
1. Aide que l'on apporte à quelqu'un; en partic. intervention destinée à rapprocher ou à réconcilier des personnes entre elles ou à faciliter la conclusion des affaires qui les intéressent. Synon. aide, assistance, appui, concours, entremise, services.Offrir, proposer ses bons offices; avoir recours aux bons offices de qqn. L'auteur, qui ne vivait pas de son oeuvre, devait compter pour la rémunérer et pour la répandre sur le dévouement de ses amis ou les bons offices de protecteurs prenant en mains les intérêts de sa gloire (Civilis. écr.,1939, p.14-5).Henri VI, manquant à son tour d'argent, résolut d'alimenter son trésor défaillant grâce aux bons offices d'un alchimiste (Caron, Hutin,Alchimistes,1959, p.54).Une coopération étroite sera nécessaire entre les maîtres dans chaque classe (elle sera assurée grâce aux bons offices du professeur principal) (Capelle,Éc. demain,1966, p.74).
2. DR. INTERNAT. Démarche d'un État, d'un organisme international (ou de ses représentants) qui propose sa médiation dans le règlement d'un conflit opposant deux autres États. Monsieur bons offices. Il s'agissait d'un différend d'une certaine gravité (...), l'État intéressé (...) exposait sa revendication devant l'opinion publique internationale et requérait les bons offices du Conseil [de la Société des Nations] en vue d'arriver à un règlement satisfaisant (Conseil S.D.N.,1938, p.33).En aucune occasion, le Gouvernement yougoslave −faute d'en avoir sans doute la latitude −ne se tourna vers nous pour demander nos bons offices (De Gaulle,Mém. guerre,1956, p.203).Le 3juillet, la diète décida d'accepter les bons offices de la Prusse pour conclure la paix avec la France sur la base de l'intégrité de l'Allemagne (Lefebvre,Révol. fr.,1963, p.450).
Prononc. et Orth.: [ɔfis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1160-74 liturg. cath. «ensemble des prières et des lectures prévues pour une fête déterminée» ici, office des morts (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, Appendice, 688: li maistre clerc chantent l'office); spéc. ca 1223 l'office devin «la messe» (Gautier de Coinci, Mir. Vierge, éd. V. F. Koenig, I Mir 22, 349). B. 1. 1174-76 ofice «fonction, tâche, rôle dont on doit s'acquitter» (Guernes de Pont-Ste-Maxence, StThomas, éd. E. Walberg, 2955); 1384-89 faire son office «remplir son rôle» (Philippe de Mézières, trad. de l'Hist. de Griseldis, éd. E. Golenistcheff-Koutouzoff, p.161); fin xves. faire office de «remplir la fonction de» (Roques t.2, B.N. 13032, 1396); 1612 faire l'office de «remplacer, tenir lieu de» (H. d'Urfé, L'Astrée, 1repart., éd. H. Vaganay, Lyon, 1925-28, t.1, p.404); 2. fin xiies. «charge» (Sermons de St Bernard, éd. W. Foerster, p.13, 30); spéc. ca 1375 nom donné à certaines charges publiques (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 79, 35). C. Loc. adv. d'office 1. 1283 de son office «en vertu des obligations de sa charge» (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, 1157); 1338 d'ofisse (Etat des dettes de Robiert de Maude, Arch. Tournai ds Gdf. Compl.); 1508 d'office (Coutumes d'Anjou ds Nouv. Coutumier gén., t.4, p.536, LXXIII et LXXIV); 2. 1690 «sans en être requis, de son propre chef» (Fur.). D. 1467 «service que l'on rend; aide» (Arch. Nord, B 1693, fo12 vods IGLF); ca 1590 bons offices (Montaigne, Essais, L. II, chap. 8, éd. P. Villey, t.1, p.397); av. 1679 rendre de bons offices «intervenir en faveur de» (Cardinal de Retz, Mém., éd. A. Feillet, t.1, p.200). E. 1. 1863 «bureau, agence» (Commission internat. des postes, p.140 ds Littré: office expéditeur); 2. 1891 «service public de caractère industriel, commercial, administratif, etc., doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière» (loi du 20-21 juillet tendant à la création d'un office du travail ds Rec. Dalloz 1891, 4epart., p.70). Empr. au lat. officium «fonction, devoirs d'une fonction; assistance, service; devoir, obligation morale» qui désigna aussi dès le viies. les offices liturgiques (au plur., Isidore ds Blaise Lat. chrét.). Le sens E est empr. à l'angl. office «lieu où se traitent les affaires publiques ou privées» (dep. 1386, Chaucer ds NED), d'abord «service, fonction, etc.», empr. au fr. (cf. supra B); v. Rey-Gagnon Anglic. Bbg. Tracc. 1907, pp.158-159. _ Vidos (B. E.). Archivum Romanicum. 1930, t.14, p.143. _ Wind 1928, p.174.

OFFICE2, subst. fém.

Pièce, généralement attenante à la cuisine, où l'on range la vaisselle et le linge de table et où l'on conserve les provisions; dans les grandes maisons bourgeoises, partie de l'habitation consacrée au service. Offices bien garnies; grande office; manger à l'office; armoire, table, meuble d'office. Donne-toi la peine d'aller chercher toi-même ton couvert à l'office (Zola, Curée, 1872, p.363).C'est un fait reconnu que notre esprit se modèle sur celui de nos maîtres, et ce qui se dit au salon se dit également à l'office (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.101).Il régnait dans la maison un silence à peine troublé par un bruit de vaisselle qui montait de l'office (Green, Moïra, 1950, p.156).
Rem. Rob., Dub. Gramm. t.2 1967, Lar. Lang. fr. et Pt Rob. 1980 signalent la fréquence de l'emploi masc. de office dans la lang. courante.
Prononc.: [ɔfis]. Étymol. et Hist. 1330 (Hugues Capet, 233 ds T.-L.). Empr. au lat. officium (office1*).
STAT.Office1 et 2. Fréq. abs. littér.: 2154. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2546, b) 2746; xxes.: a) 4848, b) 2599.

Office : définition du Wiktionnaire

Nom commun

office \ɔ.fis\ masculin

  1. (Vieilli) Devoir que chacun est tenu de remplir dans la vie privée et sociale.
    • Le Traité des offices de Cicéron.
    • C’est l’office d’un bon père, d’un bon fils, d’un bon ami, d’un bon citoyen.
    • Vous vouliez rendre un bon office à un pauvre vieillard. Cela est fait, madame : seul le son d’une voix française me fait un plaisir dont je vous remercie. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, page 44.)
  2. Fonction, emploi dont on doit s’acquitter.
    • Les amortisseurs sociaux mis en place par l’exécutif remplissent leur office : salaires pris en charge dans le cadre du chômage partiel, report des cotisations sociales, fonds de solidarité pour les indépendants et les TPE… — (Raphaëlle Besse Desmoulières et Sylvia Zappi, Après deux mois de confinement, une rancœur encore plus forte accumulée contre le gouvernement, Le Monde. Mis en ligne le 12 mai 2020)
    • Mon estomac fait fort bien son office, ne fait plus son office.
  3. Charge, emploi avec juridiction.
    • L’office de connétable, de chancelier, de maréchal de France.
    • Office de la maison du roi.
    • Office de grand maître, de grand aumônier.
    • Être pourvu, être revêtu d’un office.
    • La vénalité des offices.
    • Remplir un office.
    • Office de notaire, d’avoué.
    • Offices ministériels, office d’avocat au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation.
  4. Institution, organisme autonome qui est rattaché à un ministère.
    • Office national du commerce extérieur.
    • L’Office de la langue française régule l’usage du français au Québec.
    • Office national de la propriété industrielle.
  5. Assistance qu’on prête, service qu’on rend.
    • Accordez- moi vos bons offices auprès d’un tel.
    • De bons offices mutuels, réciproques.
    • Jouer les bons offices.
  6. (Religion) Service de l’église, messe et prières publiques.
    • Aussi à Lima, tous les étrangers vont-ils à l’église, non pour entendre chanter aux moines l’office divin, mais pour admirer, sous leur costume national, ces femmes d’une nature à part. — (Flora Tristan; Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • Hanser enseigna d’abord a Méhul les premières règles du contrepoint rigoureux, et le mit bientôt en état de le remplacer à l’orgue pour les offices du matin. — (Castil-Blaze, Étienne Nicolas Méhul, dans la Revue de Paris, 1834, volume 1, page 24)
    • Le bruit court que c’est dimanche. Ce n’est pas le curé qui le confirmera. Il a refusé de dire la grand’messe et a célébré l’office dans sa chambre, tout seul. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    1. (En particulier) Partie du bréviaire que tout ecclésiastique, dans les ordres sacrés, est obligé de dire chaque jour.
      Dire son office.
      Livre d’office, Livre qui contient les prières chantées ou récitées au service divin.
  7. (Architecture) (Histoire) Annexe à la cuisine.
    • Pour preuve que vous commencez d’être en faveur, dit Chon, vous ne mangerez point aux offices. — (Alexandre Dumas, Joseph Balsamo, 1846)
    • Des gigues de chevreuil, des quartiers de marcassin parvenaient dans leurs offices et les dames agréaient les honneurs du pied. — (Danielle Gallet, Madame de Pompadour: ou le pouvoir féminin, Fayard, 1985)
    • La cuisine ouest communique avec un office aussi pourvu d'un potager. Cette pièce sert habituellement à apprêter certains mets, conserver les provisions et ranger la vaisselle et le linge de table. — (C. Lapointe, A. Bain et R. Auger, Le site archéologique du palais de l'intendant à Québec, éd. du Septentrion, Québec, 2019, page 80.)
  8. (Par extension) Domestiques qui mangent à l’office dans une maison.
    • Dans cette maison, l’office est très nombreux.
  9. (Histoire) Bureau.
    • Il arriva devant un office d’accueil. — (Romain Sardou, Pardonnez nos offenses, page 256)
    • Office des registres. — (Ibidem, page 263)
  10. (Édition) Contrat par lequel un libraire s’engage auprès d’un fournisseur à lui commander un certain volume de livres parmi les nouveautés et qui lui permet de renvoyer les invendus.

Nom commun

office \ˈɒf.ɪs\

  1. Guichet.
  2. Emploi, place, poste.
  3. Emploi, fonction, office, service.
  4. Bureau.
  5. Local.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Office : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OFFICE. n. m.
Il se disait autrefois des Devoirs que chacun de nous est tenu de remplir dans la vie privée et sociale. Le Traité des Offices de Cicéron. On dit encore aujourd'hui dans ce sens : C'est l'office d'un bon père, d'un bon fils, d'un bon ami, d'un bon citoyen. Il signifie aussi Fonction, emploi dont on doit s'acquitter. Il n'a plus de secrétaire, mais sa fille en fait l'office. Mon estomac fait fort bien son office, ne fait plus son office. Spécialement, en termes de Palais, Le juge a informé d'office, Il a informé sans en être requis et par le seul devoir de sa charge. Avocat, expert nommé d'office, Avocat, expert nommé par le juge. Personne ne s'étant présenté pour défendre l'accusé, un avocat fut nommé d'office par le tribunal. Fig., Faire quelque chose d'office, Faire quelque chose de son propre mouvement, sans en être requis.

OFFICE se disait encore de Certains emplois, de certaines charges avec juridiction. L'office de connétable, de chancelier, de maréchal de France. Office de la maison du roi. Office de grand maître, de grand aumônier. Être pourvu, être revêtu d'un office. La vénalité des offices. Remplir un office. Dans la plupart des cas, on dit aujourd'hui de préférence CHARGE. Office de notaire, d'avoué. On dit aujourd'hui Offices ministériels. Le Saint-Office, La congrégation de l'Inquisition, établie à Rome, le tribunal de l'Inquisition. Il a été détenu deux ans dans les prisons du Saint-Office.

OFFICE signifie aussi Assistance qu'on prête à quelqu'un, service qu'on lui rend. Accordez-moi vos bons offices auprès d'un tel. De bons offices mutuels, réciproques. Je vous demande vos bons offices pour un de mes amis. Il désigne en outre le Service de l'église, les prières publiques et les cérémonies qu'on y fait. L'office divin. Entendre l'office. Lire l'office. Assister à l'office. Il désigne aussi la Manière particulière de dire l'office de chaque jour, en raison du mystère ou du saint dont l'Église fait commémoration. L'office du jour. Aujourd'hui, l'office est double, semi-double, simple. L'office de cette fête est fort long. L'office de la Vierge. Le petit office, Office abrégé de la Vierge. L'office des morts, Certaines prières que l'Église a réglées en commémoration des morts. Livre d'office, Livre qui contient les prières chantées ou récitées au service divin.

OFFICE se dit encore de la Partie du bréviaire que tout ecclésiastique, dans les ordres sacrés, est obligé de dire chaque jour; et en ce sens il se joint ordinairement avec l'adjectif possessif. Dire son office. Il désigne, en termes d'Administration, un Organisme autonome qui est rattaché à un ministère. L'Office national du commerce extérieur. L'Office national de la propriété industrielle. Il se dit aussi de la Classe de domestiques qui mange à l'office dans une maison. Dans cette maison, l'office est très nombreux. Il se disait, en outre, de la Fonction de préparer le service de la table. Il désigne aujourd'hui, par extension, le Lieu où se fait cette fonction et où les domestiques prennent leurs repas. Dans ce dernier sens Office est du féminin. Manger à l'office. Une grande office.

Office : définition du Littré (1872-1877)

OFFICE (o-fi-s') s. m.
  • 1Devoir de la vie. Le ciel plus propice M'envoie un compagnon en ce pieux office, Corneille, Pomp. V, 1. Il [le roi] m'envoie Faire office vers vous de douleur et de joie, Corneille, Hor. IV, 2. Si votre main puissante Voulait favoriser jusqu'au bout deux mortels, Ensemble nous mourrions en servant vos autels ; Clothon ferait d'un coup ce double sacrifice ; D'autres mains nous rendraient un vain et triste office, La Fontaine, Phil. et Bauc. On vit tomber de leur propre poids ces mains fatales à l'erreur [scellant la révocation de l'édit de Nantes] qui ne devaient plus servir à aucun office humain, Fléchier, le Tellier. N'est-ce pas la foi qui conduisit madame la Dauphine dans tous les offices de la vie chrétienne ? Fléchier, Dauphine. Vous le savez, pieuse confidente de ses aumônes secrètes [Mme de Miramion], qui lui rendez aujourd'hui les offices publics d'une sainte amitié…, Fléchier, Lamoignon. La probité dans les offices de la vie civile, Fléchier, I, 273.

    S. m. pl. Les Offices, livre de Cicéron, traitant des devoirs. Ajoutons que nous n'avons aucun traité de morale qui approche de ses Offices [de Cicéron] ; et ce n'est pas faute de liberté que nos auteurs modernes ont été si au-dessous de lui en ce genre, Voltaire, Triumvirat, notes. On n'a pas besoin de savoir les Offices de Cicéron pour être honnête homme, Rousseau, Ém. V.

  • 2Fonction, rôle, destination. C'est l'office d'un roi d'en purger sa contrée [des vices], Garnier, Bradam. I, 2. Il y a fait l'office de juge, Corneille, Hor. Examen. À quel étrange office, amour, me réduis-tu ? De faire accueil au vice et chasser la vertu ? Rotrou, Vencesl. I, 2. Les trois que Dieu destine à ce pieux office, Boileau, Lutr. I. Lui-même [Dieu] il nous traça son temple et son autel, Aux seuls enfants d'Aaron commit ses sacrifices, Aux lévites marqua leur place et leurs offices, Racine, Ath. II, 4. Les femmes allument du feu et se distribuent dans les différents offices dont elles étaient chargées, Fénelon, t. XXI, p. 468. D'un office d'ami simplement je m'acquitte, Regnard, Fol. amour. III, 2. Vous pouvez m'employer, monsieur, à tout office, Regnard, Ménechmes, II, 2. Son office [de la pénitence] est de rétablir dans l'état naturel ce que le péché avait renversé, Massillon, Panégyr. Magd. Les esclaves [chez les Germains] n'avaient point d'offices dans la maison ; ils rendaient à leur maître une certaine quantité de blé, Montesquieu, Esp. XV, 10.

    Faire son office, produire l'effet naturel. Le sang fait son office et le roi s'attendrit, Rotrou, Vencesl. V, 3. Scapin : La tendresse paternelle fera son office. - Argante : Elle ne fera rien, Molière, Fourber. I, 6.

    Faire office de, l'office de, tenir lieu, remplacer. L'âne à messer lion fit office de cor, La Fontaine, Fabl. II, 19. Nous l'avons vu, frappé de ces murmures importuns qui interrompent les oraisons des fidèles et troublent dans la maison de Dieu le vénérable silence des saints mystères, se lever avec indignation, et, faisant l'office des anciens diacres de l'Église, ordonner qu'on fléchît les genoux, Fléchier, Duc de Mont. Tant d'autres malheureux dont j'ai causé les maux Font déjà dans mon cœur l'office des bourreaux, Racine, Théb. V, 6. Les juges [de la vehme] prononçaient sans jamais confronter les témoins et l'accusé, souvent sans les interroger ; le plus jeune des juges faisait l'office de bourreau, Voltaire, Ann. Emp. Charlemagne, 788.

    Faire l'office de, suffire pour mettre à effet. Tirons au sort, c'est la justice, Deux pailles en feront l'office, La Fontaine, Joc. Hélas ! il ne me faudrait guère prier pour me faire pleurer présentement [pour le départ de Mme de Grignan] : un tour de mail sur le soir en ferait l'office, Sévigné, 21 oct. 1671.

  • 3Bureau. Il existe à Paris plusieurs offices de publicité, de correspondance, etc. Les correspondances internationales tombées en rebut doivent être rendues, sans frais, à l'office expéditeur, Commiss. internat. des postes, Paris 1863, p. 140.
  • 4 Terme de diplomatie. Avis, message, pièce. Tous les offices que j'avais passés sur ce sujet… cette légation n'avait point d'autre cause que de passer des offices en faveur des Vaudois, M. de Bordeaux, envoyé auprès de la reine d'Angleterre, dans GUIZOT, Hist. de la rép. d'Anglet. t. II, p. 591 et 592.
  • 5Assistance, service. Ce malheur me rend un favorable office, Corneille, le Ment. I, 2. À moi bien plus qu'à lui vous rendiez cet office : Vous sauviez Antigone en sauvant Polynice, Rotrou, Antig. I, 4. Vous me rendrez un merveilleux office, La Fontaine, Mandr. Mme de Vins nous servira dans cette maison [de Pompone] ; sans cela, je vous avoue que je serais inconsolable de vous priver des petits offices que je vous pourrais rendre, Sévigné, 26 juill. 1675. Il me semble que, si j'étais avec vous, je lui rendrais [à sa petite-fille Pauline] de grands offices, rien qu'en redressant un peu votre imagination, Sévigné, 22 févr. 1689. Un fils consacré à Dieu… s'acquitte courageusement de son devoir [avertir son père de l'approche de la mort]… il trouve ce qu'il espérait, un chrétien préparé à tout, qui attendait ce dernier office de sa piété, Bossuet, le Tellier. Le ministre… en faisant connaître les hommes capables de remplir les grandes places, et en leur rendant à propos des offices qu'ils ne savaient pas, Bossuet, ib. Les a-t-il jamais amusés [ses amis] par des caresses, quand ils ont attendu de lui des offices effectifs ? Fléchier, Duc de Mont. Un fils osa rendre ce triste office à son père [l'avertir de sa mort prochaine], Fléchier, le Tellier. Mes mains ne purent lui refuser ce cruel office, Fénelon, Tél. X.

    Faire office, s'est dit pour rendre de bons offices, s'employer pour. Le plus qu'il [un prince] pouvait, c'était de recommander ses serviteurs à son favori, et de faire office pour ceux qu'il aimait, Guez de Balzac, De la cour, 7e disc.

    Bon office, service, assistance. Je vous devrai beaucoup pour un si bon office, Corneille, Hor. IV, 2. Je me suis donc rendu moi-même un bon office, Corneille, le Ment. V, 4. Je vous prie de me rendre vos bons offices, c'est ainsi qu'il faut s'exprimer en pareil cas, non-seulement avec ceux qui sont au-dessus de nous, mais même avec nos égaux, Caillères, Bon et mauvais usage, p. 68, dans POUGENS. Tout oser pour rendre de bons offices, Hamilton, Gramm. 5. Il vous offre ses bons offices auprès du roi de France, Hamilton, ib. 7. Vos bons offices pour lui sont un bienfait pour moi ; souffrez que je partage la reconnaissance, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 58.

    En un sens opposé. Mauvais office, action, parole destinée à desservir quelqu'un, à lui nuire. S'il me rend près de vous tant de mauvais offices, Rotrou, Vencesl. I, 1. Il n'y a point de mauvais offices qu'elle n'ait tâché de rendre à l'un et à l'autre, Sévigné, 14. Je ne vous ai point rendu de mauvais offices auprès du roi, Maintenon, Lett. à M. de Villette, 9 avril 1682. Pour prévenir les mauvais offices qu'il avait à craindre, Fénelon, Tél. XII.

  • 6 Anciennement. Certains emplois, certaines charges avec juridiction. Création d'offices. Suppression d'offices. L'office de chancelier, de connétable. Un office de judicature. Un office de finance. Je sais combien d'argent vous coûte votre office, Et comment aujourd'hui s'exerce la justice, Boursault, Mots à la mode, sc. 1. Le mot de charge ne doit point exclure celui d'office, quoiqu'ils signifient la même chose ; on dit un office de la maison du roi, un office de judicature, un office de finance, Caillères, Bon et mauvais usage, p. 65, dans POUGENS. Se priver de quelques terres était peu de chose ; renoncer aux grands offices, c'était perdre la puissance même, Montesquieu, Espr. XXXI, 7. Un office qu'il [le souverain] vend est proprement un emprunt dont il paye l'intérêt sous le nom de gages, Condillac, Comm. gouv. II, 11. Les titres de duc, de comte, étaient d'abord des offices à vie, Voltaire, Mœurs, 98. Des roturiers qui avaient acheté chèrement des offices, Voltaire, Russie, II, 7. Ils n'ont, dit-il [Commines], souci de rien, parlant des Français de son temps, sinon d'offices et états… les choses ont peu changé ; seulement cette convoitise des offices et états, curée autrefois réservée à nobles limiers, est devenue plus âpre encore, depuis que tous y peuvent prétendre, Courier, Lettre II.

    Charge de la maison du roi et des princes. Les offices de la chambre, de la garde-robe.

    En titre d'office, et, plus ordinairement, à titre d'office, avec la qualité que donne un office. L'un en titre d'office exerçait un brelan, Régnier, Sat. X. Au temps de Charlemagne, il y avait des confesseurs dans les armées ; Charles en avait un pour lui en titre d'office, Voltaire, Mœurs, 21. Les Juifs eurent, au lieu de médecins, des exorcistes en titre d'office, qui chassaient les esprits malins avec la racine…, Voltaire, Dial. XXIV, 3.

    Fig. La maréchale d'Humières se retira dans une maison borgne au dehors des Carmélites du faubourg St-Jacques, et s'y fit dévote à titre d'office, Saint-Simon, 13, 14.

    N'avoir ni office ni bénéfice, n'avoir aucun revenu certain.

    Terme de droit canon. Bénéfice sans juridiction. Office claustral.

    Procureur d'office ou fiscal, se disait, dans les juridictions seigneuriales, de celui qui faisait les fonctions du ministère public.

  • 7En parlant d'un avoué, on dit office. Cet avoué vendra bien son office, car il a une excellente clientèle.
  • 8Au palais et dans le langage général, d'office, sans en être requis et par le seul devoir de la charge. Le juge a informé d'office. On s'attend qu'ils [les prédicateurs] reprendront les mauvaises mœurs ; on dit qu'ils le font d'office, et l'esprit humain indocile y fait moins de réflexion, Bossuet, Panégyr. Ste Cather. 3. Un dominicain qui l'assistait [Calas] d'office sur l'échafaud, dit qu'il voudrait mourir aussi saintement qu'il est mort, Voltaire, Lett. d'Argental, 27 mars 1762.

    Nommé d'office, nommé par le juge, par le tribunal. Avocat nommé d'office pour défendre un accusé qui n'avait point de défenseur. Les trois experts seront nommés d'office, à moins que les parties ne se soient accordées pour les nommer tous les trois conjointement, Code Nap. art. 1680.

    Fig. Faire quelque chose d'office, faire quelque chose sans en être requis. C'est un homme né pour des allées et venues, pour écouter des propositions et les rapporter, pour en faire d'office et en être désavoué, La Bruyère, II.

  • 9Le saint office, la congrégation de l'inquisition établie à Rome ; le tribunal de l'inquisition. Familier du saint office. Il [Giudice] était de la congrégation du saint office, Saint-Simon, 473, 40. Le pape Paul III, après avoir convoqué le concile de Trente, en 1545, nomma neuf savants personnages pour travailler à la réforme de la discipline ecclésiastique ; ce fut ce qui donna lieu à l'établissement de la congrégation du saint office ou de l'inquisition, Dumarsais, Lib. égl. gall. part. II, max. 17. Quand ils en seront là, ils ne chercheront pas le système du monde dans des passages de l'Écriture mal entendus ; et, pour savoir à quoi s'en tenir sur ce sujet, ils préféreront l'observatoire au saint office, D'Alembert, Ab. de la crit. Œuv. t. IV, p. 258, dans POUGENS.
  • 10Service divin qui se célèbre en public avec les cérémonies qui doivent y être observées. Assister à l'office, aux offices. Entendre, dire l'office. L'office de la nuit, du matin, du soir Quelle fureur, dit-il, quel aveugle caprice, Quand le dîner est prêt, vous appelle à l'office ? Boileau, Lutr. I.

    Se dit aussi de la manière de dire l'office qui change chaque jour. On fait l'office du dimanche, l'office d'un tel saint. Aujourd'hui l'office est double, semi-double, ou simple. On récite de longs offices, et ces offices tout divins sont composés et remplis des plus beaux sentiments de foi, Bourdaloue, 5e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. II, p. 478. Je dis l'office de la Vierge : quoique ce soit avec de grandes distractions, c'est toujours un temps destiné à Dieu et passé avec lui, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 11 déc. 1674. Cet office qu'il a composé pour l'adorable sacrement de nos autels, Massillon, Panég. St Thomas.

    Il s'est dit aussi en un sens analogue pour les protestants. Le dessein était [chez les protestants anglais du temps d'Élisabeth] de dresser un office pour la communion dont les expressions fussent si bien ménagées, qu'en évitant de condamner la présence corporelle, on réunît tous les Anglais dans une seule et même Église, Bossuet, Variat. X.

    Le petit office de la Vierge, ou les petites heures de Notre-Dame, l'office abrégé de la Vierge.

    Prière particulière qui se dit en l'honneur de chaque saint. Quand on canonise un saint, on lui assigne en même temps un office particulier. L'office de saint Louis.

    L'office des morts, certaines prières que l'Église a réglées en commémoration des morts.

    Prière que chaque ecclésiastique doit dire tous les jours, c'est-à-dire les heures du bréviaire (en ce sens, il se joint ordinairement avec l'adjectif possessif). Je n'ai pas dit tout mon office aujourd'hui, j'en suis à vêpres.

    Livre d'office, livre qui contient les prières chantées ou récitées au service divin.

  • 11Art de préparer ce que l'on met sur la table pour le service. Ce domestique sait bien l'office. Elle entend la cuisine et l'office, Rousseau, Ém. V.

    La classe de domestiques qui mange à l'office dans une maison. Un office nombreux.

  • 12Les Offices, gli Uffizii, grand et célèbre musée à Florence. On dit aussi la galerie des Offices.

REMARQUE

Au mot office, l'Académie écrit saint office sans trait d'union ; mais à saint, à congrégation, à inquisition, à qualificateur, elle écrit saint-office avec un trait d'union.

HISTORIQUE

XIIIe s. Ne vous affiert pas tex offices, [tel office ne nous appartient pas], la Rose, 7911. Il les doit penre [prendre] et emprisonner, de son office, Beaumanoir, I, 38. Li baillis, de s'office, pot bien debouter l'avocat, qu'il ne soit oïs en avocation devant lui, Beaumanoir, V, 15.

XIVe s. Qui adonc veïst gent de court, Chascuns à son office acourt, Machaut, p. 85. Les supplians et plusieurs autres nobles ont usé de office de magesté et bouté les feux es maisons et es villes d'icelles communes et plat pays, Du Cange, officium. Je di que nul, pour raison de office publique ne autrement, ne peut estre obligié à pechier, Oresme, Eth. 163.

XVe s. Avant la consecration, le roi fit là devant l'autel tous les jeunes chevaliers nouveaux ; et en après fit-on l'office de la messe, Froissart, II, II, 74. Lequel Nicolas dist à icellui Henry, que, se il ne chastioit sa femme, il le mettroit à l'office, qui est à entendre, à la court de l'eglise, Du Cange, officium. Tel perdoit ses offices et estatz pour s'en estre fuy… et furent donnés à autres qui avoient fui dix lieues plus loing, Commines, I, 4. Cappitaine de Callais et autres grosses offices, Commines, III, 4. Et chevaucherent bien armez, et sembloit bien qu'ils eussent bon vouloir de faire leurs offices, Commines, I, 6.

XVIe s. Il le renvoya en sauf conduyct, chargé de dons, chargé de graces, chargé de toutes offices d'amitié, Rabelais, Garg. I, 50. Plus il va en avant, et mains [moins] il s'ennuye de faire vostre office, et mains le veult laisser faire à nuluy, Marguerite de Navarre, Lett. 125. Quand Cesar parle des offices de sa profession, de sa vaillance, Montaigne, I, 57. Et m'eust semblé l'office du serviteur estre de…, Montaigne, I, 59. J'en veois envers qui c'est temps perdu d'employer un long soing de bons offices, Montaigne, II, 85. Il feroit tourner les affaires du costé des Carthaginois, lesquelz pour ceste office luy seroient amis, Amyot, Timol. 2. Rendre l'office d'amitié qu'il devoit, Amyot, Pélop. et Marcel. 6. Selon la maniere qu'ilz avoient de proceder à l'election dudict office, Amyot, Arist. 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Office : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

OFFICE, s. m. pris dans son sens moral, marque un devoir, c’est-à-dire, une chose que la vertu & la droite raison engagent à faire. Voyez Morale, Moralité, Ethique, &c.

La vertu, selon Chauvin, est le dessein de bien faire ; ce qui suit ou résulte immédiatement de ce dessein, est l’obéissance a la vertu, qu’on appelle aussi devoir, ou officium, ainsi l’office & le devoir est l’objet de l’obéissance qu’on rend à la vertu. Voyez Vertu.

Ciceron, dans son traité des offices, reprend Panætius, qui avoit écrit avant lui sur la même matiere, d’avoir oublié de définir la chose sur laquelle il écrivoit : cependant il est tombé lui-même dans une semblable faute. Il s’étend beaucoup sur la division des offices ou devoirs ; mais il oublie de les définir. Dans un autre de ses ouvrages, il définit le devoir une action que la raison exige. Quod autem ratione actum sit, id officium appellamus. Definit.

Les Grecs, suivant la remarque de Cicéron, distinguent deux especes de devoirs ou offices : savoir, les devoirs parfaits, qu’ils appellent κατώρθωμα, & les devoirs communs ou indifférens, qu’ils appellent καθῆκον ; ils les distinguent en disant que ce qui est absolument juste est un office parfait, ou devoir absolu, au lieu que les choses qu’on ne peut faire que par une raison probable, sont des devoirs communs ou indifférens. Voyez Raison. Voyez Devoirs.

OFFICE, SERVICE, BIENFAIT, (Synon.) Seneque distingue assez bien les idées accessoires attachées à ces trois termes, office, service & bienfait, officium, ministerium, beneficium. Nous recevons, dit-il, un bienfait de celui qui pourroit nous négliger sans en être blamé ; nous recevons de bons offices de ceux qui auroient eu tort de nous les refuser, quoique nous ne puissions pas les obliger à nous les rendre ; mais tout ce qu’on fait pour notre utilité, ne sera qu’un simple service, lorsqu’on est réduit à la nécessité indispensable de s’en acquitter ; on a pourtant raison de dire, que l’affection avec laquelle on s’acquitte de ce qu’on doit, mérite d’être compté pour quelque chose. (D. J.)

Office, (Théol.) signifie le service divin que l’on célebre publiquement dans les églises.

S. Augustin assure que le chant de l’office divin n’a été établi par aucun canon, mais par l’exemple de Jesus-Christ & des apôtres, dont la psalmodie est prouvée dans l’Ecriture, le fils de Dieu ayant chanté des hymnes, les apôtres prié à certaines heures, & s’étant déchargés sur les diacres d’une partie de leurs occupations pour vacquer plus librement à l’oraison. S. Paul recommande souvent le chant des pseaumes, des hymnes & des cantiques spirituels, & l’on sait avec quelle ferveur les premiers fidéles s’acquittoient de ce pieux devoir.

Dans les constitutions attribuées aux apôtres, il est ordonné aux fideles de prier le matin, à l’heure de tierce, de sexte, de none, & au chant du coq. On voit dans le concile d’Antioche le chant des pseaumes déja introduit dans l’Eglise. Cassien de cant. noctur. orat. & psall. modo, raconte fort au long la pratique des moines d’Egypte à cet égard. Il ajoute que dans les monasteres des Gaules on partageoit tout l’office en quatre heures ; savoir, prime, tierce, sexte & none ; & la nuit des samedis aux dimanches on chantoit plusieurs pseaumes accompagnés de leçons, ce qui a beaucoup de rapport à nos matines, & quelques autres pseaumes qui ont donné lieu aux laudes.

S. Epiphane, S. Basile, Clément d’Alexandrie, Théodoret &c. déposent également en faveur de l’office ou de la priere publique. Quelques-uns croient que saint Jérome fut le premier qui, à la priere du pape Damase, distribua les pseaumes, les épitres & les évangiles dans l’ordre où ils se trouvent encore aujourd’hui pour l’office divin de l’église romaine ; que les papes Gelase & saint Grégoire y ajouterent les oraisons, les répons & les versets, & que saint Ambroise y joignit les graduels, les traits & les alleluia.

Plusieurs conciles tenus dans les Gaules, entre autres celui d’Agde, le deuxieme de Tours, & le deuxieme d’Orléans reglent les heures & l’ordre de l’office, & décernent des peines contre les ecclésiastiques qui manqueront d’y assister ou de le réciter. Les conciles d’Espagne ne sont pas moins formels sur cette obligation, & la regle de saint Benoît entre dans le dernier détail sur le nombre des pseaumes, des leçons, d’oraisons qui doivent composer chaque partie de l’office. On a tant de monumens ecclésiastiques sur ce point, que nous n’y insisterons pas davantage.

Le mot d’office dans l’église romaine signifie plus particulierement la maniere de célebrer le service divin, ou de dire l’office, ce qui varie tous les jours. Car l’office est plus ou moins solemnel, selon la solemnité plus ou moins grande des mysteres, & suivant le degré de dignité des saints. Ainsi l’on distingue les offices solemnels majeurs, solemnels mineurs, ou annuels mineurs, ou annuels majeurs, annuels mineurs, semi-annuels, doubles majeurs, doubles mineurs, doubles, semidoubles, simples & office de la férie.

Office se dit aussi de la priere particuliere qu’on fait dans l’église en l’honneur de chaque saint le jour de sa fête. Quand on canonise une personne, on lui assigne un office propre, ou un commun tiré de celui des martyrs, des pontifes, des docteurs, des confesseurs, des vierges, &c. selon le rang auquel son état ou ses vertus l’ont élevé.

On dit aussi l’office de la Vierge, du S. Esprit, du S. Sacrement, &c. Le premier se dit avec l’office du jour dans tout l’ordre de S. Bernard, & l’auteur de la vie de S. Bruno dit, que le pape Urbain II. y obligea tous les ecclésiastiques dans le concile de Clermont. Cependant Pie V. par une constitution en dispense tous ceux que les regles particulieres de leurs chapitres & de leurs monasteres n’y astraignent pas, & il y oblige seulement les clercs qui ont des pensions sur les bénéfices. Les chartreux disent aussi l’office des morts tous les jours, à l’exception des fêtes. Les clercs étant obligés par état de prier, & pour eux-mêmes, & pour les peuples ; quand l’église leur a assigné les fruits d’un bénéfice, ce n’est qu’afin qu’ils puissent s’acquitter avec plus de liberté de ce devoir essentiel à leur état : s’il ne le remplissent pas, ils doivent être privés, comme l’ordonnent les canons, des fruits de leurs bénéfices, parce qu’il seroit injuste qu’ils jouissent sans prier d’un avantage qui ne leur a été accordé que pour faciliter la priere. L’église a aussi imposé à tous les clercs qui sont dans les ordres sacrés l’obligation de réciter l’office ou le bréviaire, & ils ne peuvent l’omettre en tout ou en partie notable, sous peine de péché mortel.

Dans l’office public, dit M. Fleury, chacun doit se conformer entierement à l’usage particulier de l’église où il le chante, mais ceux qui récitent en particulier, ne sont pas obligés si étroitement à observer les regles, ni pour les heures de l’office, ni pour la posture d’être de bout ou à genoux. Il suffit à la rigueur de réciter l’office entier dans les 24 heures. Il vaut toutefois mieux anticiper les prieres que de les reculer, & sur ce fondement, on permet de dire dès le matin toutes les petites heures & matines dès les quatre heures après midi du jour précédent. Chacun doit réciter l’office du diocese de son domicile, si ce n’est qu’il aime mieux réciter l’office romain dont il est permis de se servir par toute l’église latine. Inst. au droit ecclés. tom. I. part. 2. ch. ij. pag. 276. Thomass. discipl. ecclésiastiq. part. 1. liv. I. ch. xxxiv. & suiv.

Office, (Jurisprud.) en latin officium, munus, honos, est le titre qui donne le pouvoir d’exercer quelque fonction publique.

On confond souvent charge & office, & en effet, tout office est une charge, mais toute charge n’est pas un office, ainsi les charges dans les parlemens & autres tribunaux sont de véritables offices ; mais les places d’échevins, consuls & autres charges municipales ne sont pas des offices en titre, quoique ce soient des charges, parce que ceux qui les remplissent ne les exercent que pour un tems, sans autre titre que celui de leur élection ; au lieu que les offices proprement dits, sont une qualité permanente, c’est pourquoi on les appelle aussi états.

Chez les Romains les offices n’étoient ni vénaux ni héréditaires ; ce n’étoient que des commissions, qui furent d’abord seulement annales, puis à vie : les officiers qui avoient la puissance publique, & que l’on appelloit magistrats, avoient en leur district le pouvoir des armes, l’administration de la justice & celle des finances.

Il en étoit à-peu-près de même en France sous les deux premieres races de nos rois.

Dans la suite, on a distingué diverses sortes d’offices ; savoir, de justice, de police, de finance, de guerre, de la maison du roi, & plusieurs autres qui ont cependant tous rapport à quelqu’une de ces cinq especes. Tous ces offices sont aussi domaniaux ou casuels ou militaires.

Anciennement tous offices en France n’étoient tenus que par commission, & sous le bon plaisir du roi : depuis, ceux de judicature ont été faits perpétuels, ensuite ceux de finance, & quelques autres.

Louis XI. ordonna, en 1467, qu’il ne donneroit aucuns offices, s’ils n’étoient vacans par mort, ou par résignation faite du bon gré & consentement du résignant, ou par forfaiture préalablement jugée. L’ordonnance de Roussillon, art. 27. porte la même chose.

La même chose fut ordonnée par Henri II. au mois de Mai 1554 pour les offices de sa maison.

Les offices ainsi rendus perpétuels & à vie, n’étoient pas d’abord vénaux ni héréditaires. Il n’y avoit que les offices domaniaux qui se donnoient à ferme, & qui pouvoient être vendus, tels que les écritures ou greffes, les sceaux, les tabellionages, la recette des prevôtés & bailliages, c’est-à-dire : les émolumens des amendes & confiscations, se donnoit aussi à ferme. Le roi nommoit aux offices non domaniaux en cas de vacance.

En 1493 Charles VIII. ordonna que les offices de finance ne seroient plus conférés en titre, mais par commission, & fit insérer dans les provisions la clause tant qu’il nous plaira, qui est devenue dans la suite usitée dans toutes sortes de provisions ; on l’y insere encore aujourd’hui, quoiqu’elle soit sans effet : on mettoit encore la clause que l’officier pourroit résigner, pourvu qu’il survécût 40 jours après la résignation.

S. Louis défendit de vendre les offices de judicature, cependant ses successeurs en ordonnerent la vente, entr’autres Louis Hutin & Philippe le Long ; mais ce n’étoit pas une véritable vente ; on donnoit seulement ces offices à ferme pour un tems.

Charles V. n’étant encore que régent du royaume, ordonna, en 1356, que les prévôtés, tabellionages, vicomtés, clergies, & autres offices, appartenans au fait de justice, ne seroient plus vendus ni donnés à ferme ; mais qu’ils seroient donnés en garde à des personnes qui ne seroient pas du pays.

La même défense fut renouvellée par le roi Jean en 1360.

Charles VII. Louis XI. & Charles VIII. ordonnerent qu’avenant vacation de quelqu’office de judicature, les autres offices du même tribunal nommeroient à S. M. deux ou trois personnes des plus capables, pour en pourvoir le plus digne ; voulant que ces offices fussent conférés gratuitement, afin que la justice fut administrée de même.

La venalité des offices commença à s’introduire entre les particuliers sous le regne de Charles VIII.

Le roi Louis XII. pour acquitter les grandes dettes de Charles VIII. son pere commença le premier à tirer de l’argent pour la nomination aux offices de finances.

François I. établit en 1522 le bureau des parties casuelles, où tous les offices furent taxés par forme de prêt, & vendus ouvertement.

Les résignations en faveur furent autorisées par Charles IX. en payant la taxe qui en seroit faite aux parties casuelles, & en 1568 il fut permis aux officiers, qui payerent la taxe de la finances de leurs offices de les résigner, & à leurs héritiers d’en disposer : que si les officiers résignans survivoient à leurs fils ou gendres résignataires, ils y rentreroient avec même faculté de résigner, & que s’ils laissoient un fils mineur, l’office lui seroit conservé. Ce même prince, en 1567, ordonna que les greffes & autres offices domaniaux seroient vendus à faculté de rachat, au lieu qu’auparavant ils étoient seulement donnés à ferme.

Henri III. fit d’abord quelques changemens : l’ordonnance de Blois, art. 100, abolit la venalité des charges de judicature ; mais elle fut bientôt rétablie, de sorte qu’en 1595 le parlement de Paris abolit le serment que l’on faisoit prêter aux officiers de judicature de n’avoir point acheté leurs offices ; réglement fait à l’occasion de M. Guillaume Joly, lieutenant-général de la connétablie, lequel ayant traité de cet office, eut la délicatesse de ne vouloir point jurer qu’il ne l’avoit pas acheté, ce qui donna lieu à Henri IV. de faire arrêter dans l’assemblée des notables, tenue à Rouen, que l’on retrancheroit ce serment qui se faisoit contre la vérité & contre la notoriété publique.

Henri IV. fit aussi, le 12 Décembre 1604, un édit portant établissement de l’annuel ou paulette : ce droit fut ainsi appellé du nom de Charles Paulet, qui en fut l’inventeur : cet édit porte en substance, que les officiers sujets à la regle de 40 jours pour la résignation de leurs offices, seront dispensés de la rigueur de cette loi, en payant chacun 4 deniers pour livre de la valeur de l’office, & ce depuis le premier Janvier jusqu’au 15 Février, moyennant quoi les offices seront conservés à leurs résignations, leurs veuves & héritiers qui en pourront disposer, en payant le huitieme denier pour la résignation ; que ceux qui négligeront en quelques années de payer ce droit, seront privés pour ces années de la dispense des 40 jours : que ceux qui n’auront pas payé la paulette payeront le quart denier de la valeur de l’office en cas de résignation, & que ceux qui n’auront pas payé ce droit, venant à déceder avant l’accomplissement des 40 jours, leurs offices seront impétrables au profit du roi. Il y a eu bien des variations par rapport à la paulette. Voyez Paulette.

On a aussi assujetti les offices au prêt qui est une taxe que chaque officier est obligé de payer pendant les trois premieres années du renouvellement qui se fait de l’annuel tous les neuf ans. Les officiers des cours souveraines & quelques autres, sont exempts de ce droit. Voyez Prêt.

Les offices vénaux sont présentement de quatre sortes : les uns héréditaires, dont on a racheté la paulette ; les autres tenus à titre de survivance, pour laquelle les acquéreurs payent au roi une certaine somme ; d’autres qui payent paulette, & faute de ce, tombent aux parties casuelles ; d’autres enfin qui ne sont point héréditaires ni à survivance, tels que les offices de la maison du roi.

Le prix des offices ayant considérablement augmenté dans les premiers tems du regne de Louis XIV. il les fixa à un certain prix par deux édits du mois de Décembre 1665, & 13 Août 1669. Ces édits furent revoqués par un autre édit du mois de Décembre 1709 : enfin par un dernier édit du mois de Septembre 1724, le roi a ordonné que le prix demeureroit fixé comme il l’étoit avant l’édit de Décembre 1709 ; ce qui n’empêcha pas les traités faits de gré-à-gré, pourvu que le prix n’excédât pas celui de la fixation.

Les offices sont réputés immeubles, tant par rapport à la communauté, que pour les successions & dispositions ; ils sont susceptibles de la qualité de propres réels & de propres fictifs ; ils peuvent aussi être ameublis par rapport à la communauté.

Les anciens offices domaniaux, comme les greffes, se reglent par la coutume du lieu où s’en fait l’exercice, les autres suivent le domicile du propriétaire.

Tous offices patrimoniaux sont sujets aux hypothèques des créanciers ; suivant l’édit du mois de Février 1683 ; ils peuvent être vendus par decret, & le prix en ce cas en est distribué par ordre d’hypotheque entre les créanciers opposans au sceau : un office levé aux parties casuelles, & dont on a obtenu des provisions sans aucune charge d’opposition, est affranchi de toutes hypotheques du passé. Voyez Opposition au sceau, Parties casuelles.

Quand le mari acquiert pendant la communauté un office non domanial, il a droit de le retenir, en rendant aux héritiers de la femme la moitié du prix qui a été tiré de la communauté.

Les offices sont sujets au douaire, de même que les autres biens, à l’exception des offices chez le roi, la reine, & autres princes.

Dans les successions & partages, les offices vénaux sont sujets à rapport : le fils ou le gendre qui a reçu l’office, ne peut pourtant pas le rapporter en nature à moins qu’il ne fût mineur lorsqu’il a été pourvu ; mais on ne peut obliger à en rapporter que le prix qui en a été payé pour lui, pourvu que ce soit sans fraude.

Pour ce qui est des offices de la maison du roi, & des offices militaires, comme ils sont dans la seule & entiere disposition du roi, ils ne sont point susceptibles d’hypothèque, ni sujets à saisie, & n’entrent point en partage dans la famille. Ces offices sont une espece de préciput pour ceux auxquels ils ont été donnés : il n’en est dû aucune récompense à la veuve ni aux héritiers, si ce n’est de la somme que le pere auroit payée pour avoir la démission du titulaire ; ils sont néanmoins propres de communauté, & si le mari qui étoit pourvu d’un de ces offices le revend pendant la communauté, il lui en sera dû remploi.

Depuis la révocation de l’édit de Nantes, on ne reçoit dans aucun office que des personnes de la religion catholique ; c’est un des objets pour lesquels se fait l’information des vie & mœurs du récipiendaire.

L’ordonnance de Blois veut que pour être reçu dans un office de judicature de cour souveraine, on soit âgé de 25 ans accomplis, & qu’on ait fréquenté le barreau & les plaidoiries. Elle fixe l’âge des présidens des cours souveraines à 40 ans, & veut qu’ils aient été auparavant conseillers de cours souveraines, ou lieutenans-généraux de bailliage pendant dix ans, ou qu’ils aient fréquenté le barreau, & fait la profession d’avocat si longuement & avec telle renommée, qu’ils soient estimés dignes & capables de cet office. Pour les bailliages, elle fixe l’âge des lieutenans à 30 ans ; celui des conseillers à 25, & veut qu’ils aient fréquenté le barreau pendant trois ans.

La déclaration du mois de Novembre 1661 veut que les officiers des cours souveraines justifient de leur majorité, qu’ils rapportent leur matricule d’avocat, & une attestation d’assiduité au barreau ; que les présidens aient été dix ans officiers dans les cours : mais le roi se réserve de donner des dispenses d’âge & de service dans les occasions importantes.

L’édit du mois de Juillet 1660 exige 40 ans pour les offices de présidens de cour souveraine ; 27 ans, & 10 de service pour les maîtres des requêtes ; 30 ans pour les avocats & procureurs-généraux ; 27 ans pour les conseillers, avocats & procureurs du roi.

Ces édits furent confirmés par celui du mois de Février 1672, qui ajouta que les dispenses seroient accordées séparément des provisions.

Par une autre déclaration du 30 Décembre 1679, l’âge pour être reçu dans les offices de baillifs, senéchaux, vicomtes, prevôts, lieutenans-généraux, civils, criminels ou particuliers des sieges & justices qui ne ressortissent pas nuement au parlement, avocat & procureur du roi desdits sieges, fut fixé à 27 ans.

Enfin, par déclaration de Novembre 1683, l’âge des conseillers des cours supérieures & des avocats & procureurs du roi des présidiaux a été réduit à 25 ans : celui des maîtres des requêtes à 31, & six ans de service ; celui des maîtres, correcteurs, auditeurs des comptes à 25 ans.

Les conseillers qui sont reçus par dispense avant l’âge de 25 ans, n’ont point voix délibérative, si ce n’est dans les affaires dont ils sont rapporteurs.

Les offices de conseillers clercs ne peuvent être possédés que par des personnes constituées dans les ordres sacrés.

Les officiers de judicature ne doivent point paroître au tribunal sans être révêtus de l’habit propre à leur dignité ; & lorsqu’ils paroissent au-dehors, ils doivent toujours être en habit décent, ainsi qu’il a été ordonné par plusieurs déclarations, & par des réglemens particuliers de chaque compagnie.

L’ordonnance de 1667, conforme en ce point aux anciennes ordonnances, suppose que tous officiers publics doivent résider au lieu où se fait l’exercice de leur office : les officiers des seigneurs y sont obligés aussi-bien que les officiers royaux ; mais cela n’est pas observé à leur égard, par la difficulté qu’il y a de trouver dans chaque lieu des personnes capables, ou d’en trouver ailleurs qui veuillent se contenter d’un office dans une seule justice seigneuriale ; la plûpart en possedent plusieurs en différentes justices, & ne peuvent résider dans toutes ces justices.

L’édit du mois de Juillet 1669 porte, que les parens au premier, second & troisieme degrés, qui sont de pere & fils, frere, oncle & neveu, ensemble les alliés jusqu’au second degré, qui sont beaux-peres, gendres & beaux-freres, ne peuvent être reçus dans une même compagnie, soit cour souveraine ou autre ; & à l’égard des parens & alliés, tant conseillers d’honneur que véterans, jusqu’au second degré de parenté & alliance, leurs voix ne sont comptées que pour une, à moins qu’ils ne soient de différens avis.

Le roi accorde, quand il lui plaît, des dispenses d’âge, de tems d’étude, d’ordres de service, de parenté ou alliance.

Les officiers royaux ne peuvent être en même tems officiers des seigneurs ; l’ordonnance de Blois déclare ces offices incompatibles.

L’ordonnance d’Orléans défend à tous officiers de justice de faire commerce & de tenir aucune ferme, soit par eux ou par personnes interposées, à peine de privation de leur office.

Celle de Blois leur défend sous les mêmes peines d’être fermiers des amendes & autres emolumens de leur siege, ni de se rendre adjudicataires des biens saisis, ni cautions des fermiers ou adjudicataires.

Pour ce qui concerne le devoir des juges en particulier, voyez au mot Juge.

Un officier qui a vendu sa charge peut, nonobstant les provisions obtenues par l’acquéreur & avant sa réception, demander la résolution du contrat en remboursant tous les frais faits par l’acquéreur ; cette révocation de la vente qu’on appelle regrès, n’est fondée que sur la jurisprudence.

Le roi accorde, quand il lui plaît, la survivance d’un office, c’est-à-dire, des provisions pour l’exercer après la mort ou démission de l’officier qui est en exercice. Il accorde même quelquefois la concurrence, c’est-à-dire, le droit d’exercer conjointement les fonctions de l’office. Voyez Survivance.

Les officiers qui ont vingt ans de service peuvent en vendant obtenir des lettres de vétérance, pour conserver l’entrée, séance, & voix délibérative. Voyez Honoraire & Vétérance.

Lorsqu’un officier commet quelque faute qui le rendbindigne de continuer ses fonctions, il peut néanmoins résigner son office, à moins que le délit ne soit tel qu’il emporte confiscation.

Le roi peut supprimer les offices lorsqu’il les juge à charge ou inutiles à l’état. On en a vû plusieurs qui ont été créés, supprimés & rétablis plusieurs fois, selon les diverses conjonctures.

Sur les offices, voyez le recueil des ordonnances ; le Bret, Loyseau, Chenu, Davot, tom. III. tit. des offices ; Poquet, régl. du dr. franç. Guenois, Brillon, au mot Office.

Office ancien, est celui qui a été créé le premier pour exercer quelque fonction : on l’appelle ancien, pour le distinguer de l’alternatif, triennal, mi-triennal, &c.

Office annal, est celui dont la fonction ne dure qu’un an, comme sont en quelques endroits les fonctions de maire, échevin, syndic, consul, &c.

Office alternatif, est celui dont le titulaire exerce les fonctions pendant un an, alternativement avec le titulaire de l’ancien office, qui exerce pendant l’autre année.

Office casuel, est celui qui n’est point domanial, mais qui tombe dans les parties casuelles du roi ou de celui qui est à ses droits, faute d’avoir payé les droits établis pour conserver l’hérédité de l’office. Voyez Annuel & Paulette.

Office civil : on entend ordinairement par ce terme tout office qui dépend de la puissance séculiere ; &, en ce sens, office civil est opposé à office ecclésiastique.

Office claustral, est une fonction particuliere dont on charge quelque religieux d’un monastere, comme d’avoir soin de l’infirmerie, de la sacristie, de la panneterie, du cellier, des aumônes ; & l’office de grand veneur de l’abbé de saint Denis étoit un office claustral, comme on le peut voir dans le Pouillé.

Ces offices n’étoient tous dans l’origine que de simples administrations, confiées à des religieux du monastere par forme de commission révocable ad nutum. Mais, par un abus introduit dans les derniers siecles, plusieurs de ces offices ont été transformés en bénéfices, au moyen de différentes résignations faites successivement en cour de Rome par les religieux qui remplissoient ces offices claustraux ; de sorte que l’on en distingue aujourd’hui de deux sortes, les uns qui sont possedés en titre de bénéfice, d’autres qui sont demeurés de simples commissions.

On ne présume pas que ces offices soient des titres de bénéfice ; c’est aux religieux qui le prétendent à le prouver, & dans le doute ils ne sontnregardés que comme de simples commissions.

La collation des offices claustraux appartient aux religieux, même pendant la vacance des abbayes ou prieurés dont ils dépendent.

Les Bénédictins de la congrégation de saint Maur ont obtenu des bulles des papes, confirmées par lettres patentes, qui ont éteint les titres de ces offices, & qui en ont uni les revenus à leurs manses conventuelles.

Un office claustral qui est devenu titre de bénéfice, ne peut être sécularisé par une possession même de quarante ans, s’il n’y a titre de sécularité, en vertu duquel il ait été ainsi possedé pendant cet espace de tems.

On ne peut pas non plus donner un office claustral en commende à un séculier, à-moins que la conventualité n’ait été anéantie dans le monastere.

Les offices claustraux n’entrent point en partage, si ce n’est lorsque ces offices sont chargés de fournir certaines choses aux religieux ; en ce cas on rapporte au partage ce que ceux-ci sont obligés de fournir au couvent. Voyez les mémoires du clergé, le recueil de jurisprud. de la Combe.

Office comptable, se dit par abréviation pour office d’un comptable, c’est à-dire, un office dont le titulaire est obligé de compter à la chambre des comptes du maniement de deniers qu’il a eus ; tels sont les receveurs généraux des finances, les receveurs des tailles, & tous les trésoriers & payeurs des deniers royaux. Suivant l’édit du mois d’Août 1669, le roi est préféré à tous créanciers sur le prix de ces offices. La vente & distribution du prix doit être faite aux cours des aides. Voyez au mot Chambre des Comptes l’article comptable.

Office de la couronne, est un des grands & premiers offices du royaume. Tous les chefs & premiers officiers des principales fonctions de l’état, soit pour la guerre, la justice, ou les finances, & pour la maison du roi, voulant se distinguer des autres officiers du roi, se sont qualifiés officiers de la couronne ; soit à l’exemple des grands officiers d’Allemagne, qui se qualifient tous officiers du saint empire & non de l’empereur ; soit parce que ces premiers officiers n’étoient pas destituables comme les autres officiers du roi, qui l’étoient à volonté, & ceux de la maison du roi à chaque mutation de roi ; soit encore parce que leur fonction ne se bornoit pas à une seule province, comme celle des ducs & des comtes, mais s’étendoit dans tout le royaume ; soit enfin parce que tous les autres officiers dépendoient d’eux, soit pour la disposition & provision, soit pour le commandement : tels que sont les offices de duc & pair, celui de chancelier, ceux de maréchal de France, d’amiral, de chevalier du saint-Esprit, de grand aumônier, de grand maître de la maison du roi, de grand chambellan, grand écuyer, grand échanson, grand pannetier, grand veneur, grand fauconnier, grand louvetier, grand prevôt de France, grand maître des eaux & forêts.

Tels étoient aussi anciennement les offices de maire du palais, de sénéchal, de connétable, de général des galeres, de grand maître des arbalêtriers, grands maîtres de l’artillerie, porte-oriflamme, colonels-généraux de l’infanterie, chambrier, grand trésorier, grand-queux, &c.

Ces offices ont aussi été appellés offices de France, comme si ceux qui en sont revêtus appartenoient plutôt à l’état qu’au roi. Cela vient de ce que ceux qui tenoient ces grands & premiers offices du royaume, employoient toutes sortes de moyens pour s’y maintenir, soit en se qualifiant officiers de la couronne & non simplement officiers du roi, soit en faisant la foi & hommage de ces offices au roi, comme si c’eût été des offices à vie, afin qu’ils ne fussent pas révocables non plus que les fiefs : cependant du Tillet rapporte plusieurs exemples de destitutions pour chacun de ces offices, qu’il appelle toûjours des charges, pour montrer qu’elles se faisoient en termes honnêtes.

La plûpart de ces offices avoient autrefois une justice qui étoit annexée, comme quelques-uns l’ont encore conservé.

Mais ces offices ne sont plus regardés comme des fiefs & seigneuries, si ce n’est les pairies, l’office desquelles est présentement attaché à un duché.

Les offices de la couronne supposent la noblesse dans ceux qui en sont pourvûs ; c’est pourquoi ils prennent la qualité de chevalier. Voyez du Tillet, des rangs des grands de France ; Loyseau, des offices ; & l’hist. des grands officiers de la couronne, par le pere Anselme.

Office divin : on entend par-là les prieres qui doivent être dites chaque jour dans l’église, & les cérémonies qui doivent y être observées.

Les conciles obligent à la récitation de l’office divin ou breviaire les bénéficiers & ceux qui sont dans les ordres sacrés, & à la restitution des fruits ceux d’entre les bénéficiers qui manquent à ce devoir, pro ratâ parte omissionis ; c’est la disposition des conciles de Reims, de Bordeaux & de Tours, en 1583.

Le droit de publier un office nouveau, ou d’y faire quelque changement, appartient à l’évêque, mais il ne peut le faire imprimer sans la permission du souverain. Voyez Breviaire, Missel.

Quand une église est polluée, ou en interdit, on doit y cesser l’office divin. Voyez Interdit & Pollution.

La connoissance du trouble qui peut être apporté au service divin, de la négligence à faire acquitter le service, des aumônes & fondations dont les églises sont chargées, appartient au juge royal, suivant l’art. 23. de l’édit de 1695.

Office domanial, est celui qui dépend du domaine de la couronne, que le roi peut donner à ferme & qu’il n’aliene jamais qu’à faculté de rachat perpétuel, comme les greffes & les contrôles, à la différence des offices non-domaniaux qui sont tous les autres offices non-unis au domaine, & que les particuliers possedent soit à titre d’hérédité ou de survivance, casuels & sujets à résignation. Voyez Loyseau, des offices.

Office ecclésiastique, se prend quelquefois pour le service divin ; voyez Office divin : quelquefois aussi il se prend pour toute fonction publique ecclésiastique, telle que celle d’évêque, celle d’archidiacre, de grand vicaire, d’official, de promoteur, &c. Les offices claustraux sont aussi des offices ecclésiastiques.

Office d’épée, est celui qui doit être rempli par un homme d’épée ; tels que l’office de pair de France, celui de conseiller d’état d’épée, des chevaliers d’honneur, des baillis d’épée, & autres semblables.

Office féodal ou fieffé, est celui qui est tenu en fief. Autrefois presque tous les offices étoient tenus en fief ; présentement il y a encore quelques offices de sénéchaux & de connétables, héréditaires de certaines provinces, & quelques sergenteries, tenus en fief.

Office de finance, est celui qui n’a que des fonctions de finance, comme celles des receveurs généraux des finances, des receveurs des tailles, & autres trésoriers, receveurs & payeurs des deniers royaux ou publics. Il y a quelques offices dont les fonctions sont mêlées de justice & de finance, comme ceux des chambres des comptes, cours des aides, bureaux des finances, élections, greniers à sel.

Office formé, suivant le langage des édits portant création de quelque office, est celui dont le titre est véritablement érigé en office permanent & stable.

Office héréditaire, est celui que le titulaire transmet à ses héritiers. Voyez Hérédité, & ce qui a été dit ci-devant sur les offices en général.

Office de judicature, est celui dont la fonction a pour objet l’administration de la justice, comme un office de président ou conseiller, bailli, prevôt, &c. On comprend aussi dans cette classe ceux qui concourent à l’administration de la justice, quoique leur fonction ne soit pas de juger, comme les offices d’avocat & de procureur du roi, ceux des substituts, ceux des greffiers, huissiers, &c.

Office de justice, est la même chose qu’office de judicature.

Offices de la maison du roi, sont ceux qui se rapportent à la personne du prince, aux fonctions de son service, ou à l’exécution des ordres qu’il peut donner à ceux qui approchent de lui ; tels sont tous les officiers militaires de la maison du roi, ceux de la chambre, garderobe & cabinet du roi, & ce qu’on appelle les sept offices qui sont le gobelet du roi, la panneterie & échansonnerie-bouche, la bouche du roi ou cuisine-bouche, l’échansonnerie-commun, la panneterie-commun, le grand & petit commun, la fruiterie, & la fouriere.

Les offices de la maison du roi sont en sa seule disposition ; &, s’ils se vendent, ce n’est que par sa permission. Ils ne sont point éteints à la mort du roi, mais ils ne sont pas héréditaires ; ils ne sont point sujets à rapport, & il n’en est dû aucune récompense à la veuve ni aux héritiers, parce que ces offices ne sont pas proprement in bonis, l’officier ne pouvant en disposer sans la permission du roi. Voyez Loyseau, & le tr. des offices de Davot.

Office militaire, est celui dont la fonction se rapporte au service militaire ; tel que celui de maréchal de France, de capitaine des gardes, &c. Les offices militaires tant de la maison du roi qu’autres, comme ceux de colonel, de capitaine, lieutenant, &c. sont sujets aux mêmes regles que les offices de la maison du roi.

On qualifie aussi d’offices militaires ceux de commissaire & de contrôleur des guerres, parce qu’ils ont rapport au militaire.

Office municipal, est celui qui a pour objet quelque partie du gouvernement d’une ville, bourg, ou communauté d’habitans ; tels sont les offices de prevôt des marchands & de maire, d’échevins, capitouls, jurats, consuls, syndics, & autres semblables.

Le titre de ces offices vient de ce que les villes romaines, qui avoient le privilege de n’avoir d’autres juges ni magistrats que de leur corps, s’appelloient municipia, à muneribus capiundis.

En France, tant que le tiers-état fut serf, il n’y eut point d’officiers municipaux : l’affranchissement accordé par Louis le Jeune aux habitans des villes de son domaine vers l’an 1137 & 1138, est l’époque à laquelle on doit fixer le rétablissement des offices municipaux ; car de ce moment les bourgeois eurent le droit d’élire leurs maires & échevins, & autres officiers.

Ces offices municipaux étoient autrefois tous électifs ; mais les offices de maire, lieutenant de maire, échevins, capitouls, jurats, avocats & procureur du roi, assesseur, commissaires aux revûes & logement de gens de guerre, contrôleurs d’iceux, archers, héraults, hocquetons, massarts, valets de villes, trompettes, tambours, fifres, portiers, concierges, gardemeubles, & gardes dans toutes les villes & communautés du royaume, de syndics perpétuels en chaque paroisse, des pays d’élection & de la province de Bretagne où il n’y a ni maire ni hôtel-de-ville, & de greffier des rôles des tailles, & autres impositions, furent créés en titre d’office par édits de Juillet 1690, Août 1692, Mars, Mai & Août 1702, Octobre 1703, Janvier 1704, Décembre 1706, Juillet 1707, Octobre 1708, Mars 1709, Avril 1710, & Janvier 1712.

Plusieurs de ces offices furent réunis aux communautés ; ceux qui restoient à vendre & à réunir furent supprimés par édit de Septembre 1714, & tous furent supprimés par édit de Juin 1717.

Ils furent néanmoins rétablis par un édit du mois d’Août 1722, mais ils furent de nouveau supprimés par un édit du mois de Juillet 1724.

Par un autre édit du mois de Novembre 1733, le roi rétablit les gouverneurs, lieutenans de roi, maires, lieutenans de maire, & autres officiers de ville, qui avoient été supprimés en 1724. La plûpart de ces offices ont été réunis aux corps de villes ; &, par un arrêt du conseil du 14 Août 1747, il a été ordonné que les offices municipaux créés en 1733, restans à vendre dans les ville & généralité de Paris, seroient réunis aux corps des villes & communautés, ensorte que la plûpart de ces offices sont toûjours électifs comme par le passé. Voyez Loyseau à la fin de son traité des offices, & les mots Capitoul, Échevin, Maire, Jurat, Prevôt des marchands.

Office perpétuel, est celui dont la fonction est stable & permanente, à la différence des commissions momentanées qui ne sont que pour un tems ou pour une seule affaire. On entend aussi quelquefois par office perpétuel celui qui est héréditaire.

Office de police, est celui qui a rapport singulierement à la police, comme l’office de lieutenant de police, ceux de commissaire, ceux d’inspecteurs de police.

On peut mettre aussi au nombre des offices de police ceux de jurés-mesureurs de grains, &c.

Office privé est celui qui est exercé par un autre qu’un officier public. Chez les Romains le délégué ou commissaire n’étoit pas réputé officier public ; parmi nous, quoiqu’il ne soit pas officier perpétuel, il est toujours considéré comme officier public pour le fait de sa commission. Voyez Commissaire.

Office public est celui dont la fonction a pour objet quelque partie du gouvernement, soit ecclésiastique ou séculier, militaire, de justice, police & finances. On appelle aussi office public celui qui est établi pour le service du public, comme l’office de notaire.

Office quatriennal est celui dont le titulaire n’exerce que de quatre années l’une. La plûpart des offices quatriennaux ont été réunis aux offices anciens & alternatifs, ou ont été supprimés.

Office de robe longue est celui qui doit être exercé par des officiers de robe longue, à la différence des offices d’épée, des offices de robe-courte, & des offices de finance.

Office royal est celui dont le roi donne les provisions.

Office de seigneur ou seigneurial, est celui auquel le seigneur justicier a droit de commettre, tels que l’office de juge, prevôt ou bailli, de greffier, procureur fiscal, voyer, huissier, notaire, procureur. Le seigneur ne peut créer de nouveaux offices : ainsi celui qui n’a pas de lieutenant ne peut en établir un sans lettres patentes ; il ne peut pareillement multiplier les offices qui sont établis dans sa justice ; ces offices ne sont proprement que de simples commissions révocables ad nutum, à moins que l’officier n’ait été pourvu à titre onéreux ou pour récompense de service, auquel cas le seigneur en destituant l’officier doit l’indemniser. (A)

Office semestre est celui dont les fonctions ne s’exercent que pendant six mois de l’année.

Office surnuméraire est lorsque le roi donne à quelqu’un une commission ou des provisions pour exercer le premier office qui sera vacant, & que cet officier est couché sur l’état sans avoir néanmoins aucuns gages. Voyez Loyseau, des offices, livre I. chap. ij. n. 32.

Office triennal est celui dont les fonctions ne s’exercent que de trois années l’une. Il y a eu beaucoup de ces offices créés en divers tems pour ce qui a rapport aux finances, mais la plûpart ont été réunis ou supprimés.

Office vacant est celui qui n’est point rempli, soit que le titulaire en soit décédé, ou qu’il ait donné sa démission, ou qu’il ait résigné en faveur d’un autre. L’office est vacant jusqu’à que le résignataire ait obtenu son soit-montré, & qu’il ait été reçu.

Office vénal est celui que le roi a donné moyennant finance, & qu’il est permis au titulaire de revendre à un autre. L’office non vénal est celui que l’on ne peut transmettre à prix d’argent. Voyez ce qui a été dit ci-devant des offices en général.

Office de ville est celui qui a rapport au gouvernement d’une ville. Voyez office municipal.

Office civil est une fonction publique qui ne peut être remplie que par un homme, telle que la tutelle qu’on ne défere qu’à des mâles, excepté la mere & l’ayeule qui y sont admises, par la grande confiance que l’on a en la tendresse qu’elles ont ordinairement pour leurs enfans & petits-enfans. Voyez Tutelle.

La pairie est aussi un office civil ; il y a pourtant eu des pairies femelles. Voyez Pairie. (A)

Office, d’, (Jurisprud.) ex officio, se dit lorsque le juge ordonne quelque chose de son propre mouvement, soit qu’il n’y ait point de parties pour requérir, soit qu’aucune des parties n’ait requis ce qu’il ordonne. Les juges ordonnent une enquête d’office pour éclaircir quelque fait ; ils nomment des experts d’office pour les parties qui n’en nomment pas.

On appelle office du juge tout ce qui touche sa fonction & le devoir de sa charge. Voyez Juge. (A)

Offices, maître des, (Hist. de l’Emp. rom.) en latin magister officiorum. Le maître des offices, autrement nommé maître du palais ou prevôt de l’hôtel, est presqu’aussi ancien que l’empire : on en voit des vestiges sous Neron, & on le trouve en charge depuis l’extinction du dernier des Césars dans la vie de nos martyrs. Il jugeoit, tant pour le civil que pour le criminel, tous les officiers du palais, ceux de la chambre de l’empereur & de l’impératrice, les silenciers, le secrétaires, les scholaires, les gardes des archives, les trésoriers ; en un mot tout ce qui concernoit la maison du prince étoit de son ressort. Il connoissoit aussi d’autres causes par subdélégation, & sur le renvoi de l’empereur. Cette dignité n’étoit possédée que par un jurisconsulte ou par un philosophe. (D. J.)

Offices, grands, (Hist. mod. Droit public.) archi-officia. C’est ainsi qu’on nomme dans l’empire d’Allemagne les fonctions que les électeurs remplissent à la cour de l’empereur, & en vertu desquelles ils reçoivent l’investiture de leurs fiefs ou domaines. L’électeur de Mayence est archi-chancelier de l’empire ; l’électeur de Saxe est grand-maréchal ; l’électeur Palatin est grand-trésorier, &c. voyez Electeur. Ces grands officiers ont sous eux des officiers, sub. officiales, qui remplissent ces fonctions en leur nom, & qui possedent à ce titre des fiefs. (—)

Office, congrégation du saint, (Hist. ecclésiast.) c’est ce qu’on appelle plus simplement tribunal de l’inquisition. Voyez au mot Inquisition à quel titre il mérite le nom de saint office.

La congrégation du saint office, établie en regle en 1545 par le pape Paul III. & confirmée par Sixte V. en 1588, envoie les inquisiteurs provinciaux dans les provinces où l’inquisition est établie, & prétend même que sa jurisdiction doit s’étendre sur toute la chrétienté ; prétention suffisante pour engager tous les princes à ne la jamais tolérer.

Cette congrégation regne à Rome, où elle est composée de douze cardinaux, & d’un grand nombre de prélats & de théologiens de divers ordres ; ces prélats & ces théologiens ont le titre de consulteurs. Il y a de plus un commissaire de l’ordre de saint Dominique & un assesseur, qui est un prélat ou un camérier d’honneur de sa sainteté, dont la fonction est de rapporter à la congrégation les affaires qu’on y doit traiter.

Cette congrégation a ses prisons & ses officiers : elle s’assemble deux fois la semaine, le mercredi au couvent des Dominicains à la Minerve, & le jeudi devant le pape. Voyez, si vous en êtes curieux, dans Martinelli, ralazione della corte di Roma, les menus détails de cette congrégation, mais considérez plutôt les maux qu’elle a causés dans le monde, & la nécessité qu’il y auroit de l’anéantir. (D. J.)

Office, en terme d’Architecture, signifie dans un hôtel un aîle de bâtiment, ou seulement plusieurs pieces qui se communiquent les unes aux autres, l’une desquelles est destinée à serrer l’argenterie sous la garde de l’officier d’office, qui la distribue sur des tables où elle est dressée avec propreté & symmétrie, rangée avec les crystaux, porcelaines & autres ustensiles utiles au service de la table : alors cette piece est nommée office paré. C’est dans cet endroit que les maîtres ou les amis familiers de la maison viennent déjeuner ou se rafraîchir pendant la journée ; elle doit être ferrée avec sûreté & exposée au levant.

On appelle aussi office une piece dans laquelle sont pratiqués des fourneaux placés sous la hotte d’un tuyau de cheminée, pour exhaler l’odeur du charbon ; ce fourneau sert à l’officier pour cuire ses compotes, faire ses confitures, &c. Sous cette même hotte il doit y avoir un four pour faire cuire la pâtisserie ; c’est proprement ce lieu que l’on nomme office, parce que c’est le chef d’office qui y travaille, à côté de laquelle est pratiquée une étuve, ainsi nommée, parce qu’elle contient une armoire marquée, dans laquelle est une poële à feu qui communique une chaleur douce à des tablettes posées horisontalement les unes sur les autres, doublées chacune de tole, & sur lesquelles on entretient à sec les gâteaux d’amande, les biscuits, &c. Une autre piece sert de laboratoire ou d’aide pour l’office, pour y préparer les fruits hatifs, y faire des glaces, & autres ouvrages qui donneroient de l’humidité dans les pieces précédentes, qui toutes ensemble peuvent être considérées comme les bâtimens d’office, qui en général sont plus ou moins considérables, selon l’opulence du maître de la maison ; car chez le roi il y a autant d’offices que d’appartemens, & d’officiers pour la bouche, comprenant sous ce nom la paneterie, fruiterie, sommellerie, &c. Voyez les Pl. de Confiseur.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « office »

Étymologie de office - Littré

Provenç. offici ; espagn. oficio ; ital. uffizio ; du lat. officium, de ob, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de office - Wiktionnaire

De l’anglo-normand office, lui-même de l'ancien français office.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de office - Wiktionnaire

Du latin officium (« fonction », « charge », « service », « emploi », « office ») composé du préfixe ob (« devant », « vers ») et d’une racine dérivée de facere (« faire »).
En ce qui concerne l’office en tant que partie d’une maison, il s’est dit tout d’abord de la fonction de préparer le service de la table puis, par métonymie, du lieu où cette fonction s’exerce.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « office »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
office ɔfis play_arrow

Citations contenant le mot « office »

  • Pour un office comme le nôtre en création, cela nous a permis d’accélérer grandement l’évolution de nos process, notamment celui de la dématérialisation. , Pierre Dubreuil, directeur général de l’Office français de la biodiversité - Environnement Magazine
  • Est-ce à dire que c’est la fin du bureau tel qu’on le connaît aujourd’hui ? Il va probablement y avoir du changement. Quand on regarde cette étude menée par BNP Paribas dans le détail, on se rend compte que l’une des solutions que privilégient les entreprises pour l’avenir, c’est le "flex office". Et pas qu’un peu : 64% des utilisateurs de bureau disent qu’ils vont à l’avenir privilégier cette solution. Le "flex office", c’est simple : les salariés ont des casiers individuels, à leur nom, pour entreposer leurs affaires, et quand ils arrivent dans l’entreprise, ils s’installent où ils veulent - ou bien où ils peuvent. Dans les faits, on remarque d’ailleurs que la plupart s’installent toujours à la même place ! Franceinfo, C'est mon boulot. Le "flex office", l'avenir du travail en entreprise ?
  • Toutourisme… Non vous ne voyez pas double, il ne s’agit pas de tourisme mais de « toutourisme » pour les deux pôles de l’office de tourisme de Terroir-de-Caux, près de Dieppe (Seine-Maritime). À l’office de tourisme de Quiberville et celui d’Auffay désormais, tous les chiens sont les bienvenus ! , Près de Dieppe, un office de tourisme décroche le label Toutourisme | Les Informations Dieppoises
  • L'office de tourisme de Montrichard a brûlé ce samedi 14 septembre au cours d'un incendie qui n'a pas fait de victimes. L'origine du sinistre serait volontaire et un homme a été déféré devant le parquet de Blois. France 3 Centre-Val de Loire, Loir-et-Cher : l'office du tourisme de Montrichard, classé monument historique, détruit par un incendie
  • L'office de tourisme intercommunal a cessé provisoirement l'accueil physique depuis la mise en place des mesures de confinement. Pour autant, les agents continuent de travailler. La face immergée de cette activité, cela reste les réseaux sociaux. Les comptes Facebook, Twitter et Instagram sont... lecourriercauchois.fr, Fécamp. L'office de tourisme prépare l'après-confinement
  • Dark Waters se hisse à la deuxième place du box-office de la semaine en vendant 21 385 tickets (dont 4 349 en AVP) sur 247 copies pour son premier jour d'exploitation France. Son thriller écolo semble avoir conquis le public autant que son précédent film Carol, qui, en 2016, réalisait 21 679 entrées lors de sa sortie. Les Inrockuptibles, Box-office France : “Invisible Man” perce à l'écran
  • Deux élus strasbourgeois, Paul Meyer et Jean-Jacques Gsell, perçoivent une indemnité de l'office de tourisme, dont ils négocient les subventions publiques. Un rapport d'audit pointe un risque de "prise illégale d'intérêt" sur fond d'enrichissement personnel. Paul Meyer justifie la rémunération et dénonce une attaque de ses rivaux politiques . . . Rue89 Strasbourg, Un rapport questionne les rémunérations d'élus par l'office de tourisme
  • Seul texte inscrit à l’ordre du jour de cette séance du Conseil commun de la fonction publique (CCFP), le projet de décret relatif au détachement d’office d’un fonctionnaire en cas d’externalisation de son activité, est repassé devant l’instance consultative, mercredi 12 février, après un premier vote de rejet le 30 janvier. La Gazette des Communes, Le projet de décret sur le détachement d'office ne convainc toujours pas
  • Pour les professeurs il y a aussi office 2019 pour 16€. Complet et pour un poste. MacGeneration, Comparaison des différentes versions d'Office disponibles sur Mac | MacGeneration
  • Reporterre révèle que le gouvernement entérine la privatisation de l’office public chargé des forêts : ses agents pourront de plus en plus être de droit privé. Cette mesure capitale affaiblira leur pouvoir de protection des forêts. C’est un nouveau recul, alors même que le changement climatique exige une attention accrue pour les massifs français. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Le gouvernement accélère la privatisation de l’Office national des forêts
  • Pourquoi The office est la série de bureau à voir en ce moment Nice-Matin, Pourquoi The office est la série de bureau à voir en ce moment - Nice-Matin
  • Au passage , encore un article sans interet car les gens peuvent toujours migrer sous linux et libreoffice ou osx avec sa suite bureautique ( selon leur moyen ) GinjFo, Office 2010, la fin est proche et Microsoft informe ses utilisateurs - GinjFo
  • petite erreur sur le prix d’office 365 business premium sur le site Microsoft, il est proposé à 10.50€HT/mois soit 12.60€ TTC /mois et on peut trouver moins cher…. c’est probablement 149€ TTC par an qu’il fallait lire Toms Guide : actualités high-tech et logiciels, Office 365 : les logiciels bureautiques Microsoft à la carte et sans engagement
  • Enfin, Office permet de coupler son terminal mobile à son ordinateur pour envoyer ou recevoir des fichiers et, ce, dans les deux sens. Il suffit pour cela d'accéder au site transfer.office.com depuis son ordinateur et de scanner sur son mobile le QR code généré à l'écran. , Application mobile d'Office : le test du JDN
  • Suite mise a jour win 10 2004 Je n’ai plus office ni acrobat ni edge et je pars en deplacement GinjFo, Windows 10 et KB4557957, Microsoft Office ne fonctionne plus - GinjFo
  • Les office web app existent depuis longtemps et sont gratuites. Frandroid, Comment installer Microsoft Office gratuitement sur son PC Windows 10
  • « Il y a eu beaucoup de pluie pendant le premier week-end de la sortie du film et on a obtenu des résultats impressionnants au box-office, ajoute-t-il. C’est très encourageant. Cela prouve que quand il y a des nouveautés à l’affiche, les gens sont prêts à retourner au cinéma. » Le Journal de Montréal, Suspect numéro un: un film québécois en tête du box-office | JDM
  • Chez Gen-G, une agence de communication basée à Paris et qui emploie une vingtaine de personnes, le flex-office est déjà une réalité au quotidien. Plusieurs grandes tables, d'1 m30 sur 4, permettent d'accueillir les collaborateurs qui n'ont pas besoin de réserver préalablement. « Ce qui n'empêche pas de tenir un agenda des présences, de manière à programmer des points plus facilement », note Laurence Gabriel, la fondatrice de l'agence. Gen-G, qui vient d'emménager dans de nouveaux locaux non loin de la place de l'Etoile, a profité de l'occasion pour basculer définitivement dans le flex-office : plus de téléphone fixe, deux jours de télétravail par semaine bientôt contractualisés, une plus grande autonomisation donnée aux salariés… « C'est certainement plus facile à faire dans une petite structure que dans un grand groupe, où il faudrait multiplier les concertations avant de pouvoir mettre le dispositif en place », poursuit Laurence Gabriel. A noter que chacun des salariés Le Figaro.fr, Le flex-office, une solution d'avenir ?
  • L’office proposera, aussi, des visites commentées le 28 juillet, les 4, 11 et 25 août et le 1er septembre (à 10 heures, 5 euros et 3 euros pour les moins de 12 ans) ; un jeu de piste le 12 août (de 15 à 17 heures, 3 euros et 2 euros pour les moins de 12 ans) ; un rallye selfie le vendredi 31 juillet, de 15 à 18 heures (5 euros, 2 euros pour les moins de 12 ans ; forfait famille à 10 euros pour deux adultes et deux enfants). Renseignements et réservations au 02.48.53.09.32.  www.leberry.fr, Le musée de Vierzon et l’office de tourisme proposent des animations - Vierzon (18100)
  • Comme le montant dépensé en moyenne par un couple de camping-caristes, chaque jour. Corinne Bruel et Laurent Morice, fondateurs de la société Camping-car Park, étaient de passage à Millau, mardi 30 juin, à bord de leur maison sur roues. L’occasion d’évoquer avec eux le boom promis aux ventes de camping-cars avec l’été post-confinement qui s’annonce. Ce profil de vacanciers sera de facto une cible privilégiée des collectivités et offices de tourisme pour les mois, voire les années à venir. Reportage à retrouver dans notre prochaine édition. Journal de Millau, St Jean du Bruel: Réouverture du point accueil de l’office du tourisme | Journal de Millau
  • Pour participer à ces activités, il est nécessaire de réserver auprès de l’office de tourisme. , Yvelines. Profitez de croisières sur le fleuve avec l'office de tourisme Saint-Germain boucles de Seine | 78actu
  • « Finalement, les gens commencent à s’habituer à laisser leur voiture en entrée de ville afin de poursuivre leur visite à pied ou à vélo. L’emplacement de l’OT est donc bien pensé ». Une signalisation adéquate doit encore être mise en place afin de guider les visiteurs vers le nouvel office de tourisme, dont l’inauguration officielle aura lieu en septembre. , Autres | Un nouvel écrin pour l’Office de tourisme
  • Le résultat est là : depuis quelques temps, les institutions publiques normandes font appel au talent d’Heula pour communiquer sur les atouts touristiques de la Normandie et sur l’esprit normand. L’une des dernières commandes en date : la signalétique de rappel des mesures « barrières » antiCovid dans les espaces publics des offices de tourisme. « , Heula expose son humour normand à l’office de tourisme de Pont-l’Évêque | Le Pays d'Auge
  • Grande nouveauté cet été, l’office de tourisme de Vibraye propose à la location deux vélos à assistance électrique. Une solution pour tous ceux qui veulent découvrir leur territoire sans trop se fatiguer ! , Vibraye, Saint-Calais : louez un vélo électrique à l'office de tourisme | L'Écho Sarthois
  • Ce que les hommes ont nommé amitié n'est qu'une société, qu'un ménagement réciproque d'intérêts, et qu'un échange de bons offices ; ce n'est enfin qu'un commerce où l'amour-propre se propose toujours quelque chose à gagner. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • On a souvent plus d'envie de passer pour officieux que de réussir dans les offices, et souvent on aime mieux pouvoir dire à ses amis qu'on a bien fait pour eux que de bien faire en effet. De Madame de Sablé / Maximes
  • Ce n'est pas en acceptant les bons offices d'autrui que nous nous faisons des amis, mais en offrant les nôtres. De Thucydide
  • Ne vous fiez pas à l'ami réconcilié, car les bons offices n'effacent pas les anciens griefs. De George Chapman
  • Défiez-vous des choses posthumes : quel que soit l'esprit avec lequel une vieille femme parle de sa beauté perdue il y a toujours dans sa louange la funèbre solennité de l'office des trépassés. De Ninon de Lenclos / Correspondance
  • Si les Anglais hésitent à aller voir une comédie le samedi soir, c'est qu'ils ont peur d'en rire à l'office du dimanche. De Peter Ustinov
  • Quand vous lisez une page et, quand tout à coup, vous fermez les yeux et prolongez cette page par quelques images qui sont en vous, le romancier a fait office d’accoucheur de votre propre imaginaire. De Henry Bonnier
  • Celui qui se tait a tort ou qu'il l'admet d'office. Ne rien dire est devenu insupportable, vous êtes méprisé sans le savoir. De Paul Virilio / Le Monde de l'éducation - Mai 2001
  • La femme tout entière est modelée et préparée de loin pour cet auguste office de la maternité, qui est le but suprême de sa vie terrestre. De Docteur J.B. Fonssagrives / L'Education physique des jeunes filles
  • Le bon sens est le concierge de l'esprit : son office est de ne laisser entrer ni sortir les idées suspectes. De Daniel Stern
  • La providentielle peau de banane : toujours prête à son office sournois de rompeuse de membres de luxatrice d'articulations. De Alexandre Arnoux / Double chance
  • Sur la corde raide de la vie, les remords font office de balanciers. De Philippe Bouvard / Journal 1992-1996
  • C'est souvent la solution écartée d'office qui aurait été la bonne. De Edouard Michelin
  • Les cloches appellent à l'office et n'y vont jamais. De Martin Luther

Traductions du mot « office »

Langue Traduction
Corse ufficiu
Basque bulegoan
Japonais オフィス
Russe офис
Portugais escritório
Arabe مكتب. مقر. مركز
Chinois 办公室
Allemand büro
Italien ufficio
Espagnol oficina
Anglais office
Source : Google Translate API

Synonymes de « office »

Source : synonymes de office sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires