La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « office »

Office

[ɔfis]
Ecouter

Définitions de « office »

Office - Nom commun

  • Obligation morale inhérente à certains rôles sociaux ou familiaux.

    C’est l’office d’un bon père, d’un bon fils, d’un bon ami, d’un bon citoyen.
  • Fonction ou emploi auquel sont associées certaines responsabilités.

    Les amortisseurs sociaux mis en place par l’exécutif remplissent leur office : salaires pris en charge dans le cadre du chômage partiel, report des cotisations sociales, fonds de solidarité pour les indépendants et les TPE…
    — Raphaëlle Besse Desmoulières et Sylvia Zappi, Après deux mois de confinement
  • (Religion) Ensemble des cérémonies liturgiques et prières officielles de l’Église, notamment celles prescrites pour être récitées quotidiennement par les clercs.

    Hanser enseigna d’abord a Méhul les premières règles du contrepoint rigoureux, et le mit bientôt en état de le remplacer à l’orgue pour les offices du matin.
    — Castil-Blaze, Étienne Nicolas Méhul
  • (Architecture, Histoire) Pièce dans une demeure bourgeoise principalement utilisée au XIXème siècle pour la préparation du service de table et le rangement des ustensiles culinaires et du linge.

    Pour preuve que vous commencez d’être en faveur, dit Chon, vous ne mangerez point aux offices.
    — Alexandre Dumas, Joseph Balsamo
  • (Histoire) Désigne un bureau ou une administration publique dans certains contextes historiques.

    Office des registres.
    — Ibidem, page 263

Office - Définition de France Terme

  • Annexe à la cuisine.

Expressions liées

  • Abandonner, résigner un office
  • Acheter un office
  • Aller à l'office
  • Assister aux offices
    Villecomtal fut la "Rome" rouergate de la Petite Église née en 1801. Ce mouvement fut généré par des évêques réfractaires à la constitution civile du clergé votée en 1791. Ces militants anti-concordataires étaient nommés les "enfarinés" car les hommes poudraient leurs cheveux avec de la farine pour assister aux offices religieux. À découvrir l’Espace des Enfarinés. Autre curiosité, la Maison de la République de Clément Douranjou en hommage à Raymond Poincaré.
    — ladepeche.fr, Villecomtal, rougier au sang neuf - ladepeche.fr
  • Avocat d'office
  • Avoir recours aux bons offices de quelqu'un
  • Bon office (service que l'on rend à quelqu'un.)
    Le monde que je vois est plein de braves gens, Affables, généreux, probes, intelligents, Dévoués, toujours prêts à rendre un bon office
    — Ponsard, Honneur et Argent
  • Bons offices
    Henri VI, manquant à son tour d'argent, résolut d'alimenter son trésor défaillant grâce aux bons offices d'un alchimiste
    — Caron, Hutin, Alchimistes
  • Calendrier des offices
  • Céder un office
  • Célébrer un office
  • D'office
    Acheter un livre d'office
  • Dans cette maison, l'office est très nombreux
  • Dire, entendre l'office
  • Dire, réciter son office
  • Démission, mutation d'office
  • Envoi d'office
  • Faire office de (tenir lieu de.)
    Dupuy conclut ainsi : « Ce qu’il faudrait, c’est combiner les deux démarches : annoncer un avenir destinal qui superposerait l’occurrence de la catastrophe, pour qu’elle puisse faire office de dissuasion, et sa non-occurrence, pour préserver l’espoir. Dans d’autres disciplines, cette superposition serait la marque d’une indétermination. On voit que l’indétermination de la catastrophe future n’est pas du tout la même chose que la conviction que son occurrence est certaine ».
    Quand les « collapsologues » se font étriller par Jean-Pierre Dupuy, l’un de leurs principaux inspirateurs | Debout ! | Jean Gadrey | Les blogs d'Alternatives Économiques
  • Faire office de, faire l'office de (remplir, sans en être le titulaire ou l'agent habituel, la charge de.)
  • Faire, remplir son office (s'acquitter de ses fonctions.)
  • Faire, rendre office (rendre service, se montrer obligeant.)
  • Grand office de la couronne (haute dignité de la cour des rois de France, inamovible mais non héréditaire, dont les titulaires étaient attachés au service privé du souverain.)
  • Grande office
  • L'office de cette fête est fort long
  • Les sept offices de la bouche du roi
  • Livre d'office (recueil des prières chantées ou récitées au service divin.)
    Acheter un livre d'office
  • Manger à l'office
  • Manquer l'office
  • Mauvais office (acte ou parole susceptible de porter préjudice à quelqu'un.)
  • Monsieur bons offices
  • Office canonial, divin (ensemble des prières et des lectures que les chanoines, les religieux et les religieuses doivent chanter ou réciter quotidiennement au choeur à des heures déterminées de la journée.)
  • Office commercial
  • Office d'agent de change
  • Office d'avocat au conseil d'état, à la cour de cassation
  • Office de finance, de judicature
  • Office de publicité, de tourisme
  • Office de saint jean-baptiste
  • Office des morts (ensemble des prières instituées en commémoration des morts.)
    L'office des morts ne veut pas être consolateur; les chants portent l'effroi par la seule résonnance
    — Alain, Propos
  • Office du jour
  • Office ministériel (office auquel sont attachées des fonctions dépendantes de l'administration de la justice.)
  • Office public (office auquel sont attachées des fonctions indépendantes de l'administration de la justice et dont les titulaires jouissent du droit d'authentifier des actes.)
    Depuis trente ans, la professeur Liliane Vana se bat pour les femmes juives, leur statut, leur place dans l’espace synagogal, et leur défense en cas de divorce (voir encadré). Cette spécialiste de la Halakha (Loi juive) et du Talmud répète, à qui veut l’entendre, que rien n’empêche les juives de s’approcher du Graal : le Sefer Torah, le rouleau de texte sacré lu à la synagogue. Et de le lire dans un office public mixte.
    — Reforme.net, Femmes et synagogue : avancée à petits pas - Reforme.net
  • Office royal
  • Offices bien garnies
  • Offrir, proposer ses bons offices
  • Petit office (service abrégé de la Vierge ou d'un saint.)
    Il fit à la jeune fille des compliments sur sa broderie, et comme elle avait du fil à dévider, il lui présenta ses mains pour ce petit office
    — Duranty, Malheureux H.Gérard
  • Remplir l'office de secrétaire
  • S'acquitter de son office
  • Tous les offices de la vie civile
  • Vaquer à son office
  • À quoi en êtes-vous de votre office? quand j'aurai achevé mon office
  • Être mis à la retraite, être promu d'office
  • Être préposé à un office
  • Être revêtu d'un office

Étymologie de « office »

Du provençal offici, de l'espagnol oficio, de l'italien uffizio, tous dérivés du latin officium, composé du préfixe ob (signifiant « devant », « vers") et de la racine dérivée de facere (signifiant « faire"). Le sens de « office » comme partie d'une maison vient initialement de la fonction de préparer le service de table, et par métonymie, du lieu où cette fonction est exercée.

Usage du mot « office »

Évolution historique de l’usage du mot « office » depuis 1800

Fréquence d'apparition du mot « office » dans le journal Le Monde depuis 1945

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Synonymes de « office »

Citations contenant le mot « office »

  • La providentielle peau de banane : toujours prête à son office sournois de rompeuse de membres de luxatrice d'articulations.
    Alexandre Arnoux — Double chance
  • Sur la corde raide de la vie, les remords font office de balanciers.
    Philippe Bouvard — Journal 1992-1996
  • Ce n'est pas en acceptant les bons offices d'autrui que nous nous faisons des amis, mais en offrant les nôtres.
    Thucydide
  • Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure, qu’elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout… Et, depuis que ce rideau s’est levé, elle sent qu’elle s’éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n’avons pas à mourir ce soir.Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l’heureuse Ismène, c’est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d’Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi, car Ismène est bien plus belle qu’Antigone ; et puis un soir, un soir de bal où il n’avait dansé qu’avec Ismène, un soir où Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone qui rêvait dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d’être sa femme. Personne n’a jamais compris pourquoi. Antigone a levé sans étonnement ses yeux graves sur lui et elle lui a dit « oui » avec un petit sourire triste… L’orchestre attaquait une nouvelle danse, Ismène riait aux éclats, là-bas, au milieu des autres garçons, et voilà, maintenant, lui, il allait être le mari d’Antigone. Il ne savait pas qu’il ne devait jamais exister de mari d’Antigone sur cette terre et que ce titre princier lui donnait seulement le droit de mourir.Cet homme robuste, aux cheveux blancs, qui médite là, près de son page, c’est Créon. C’est le roi. Il a des rides, il est fatigué. Il joue au jeu difficile de conduire les hommes. Avant, du temps d’Œdipe, quand il n’était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les belles reliures, les longues flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes. Mais Œdipe et ses fils sont morts. Il a laissé ses livres, ses objets, il a retroussé ses manches, et il a pris leur place.Quelquefois, le soir, il est fatigué, et il se demande s’il n’est pas vain de conduire les hommes. Si cela n’est pas un office sordide qu’on doit laisser à d’autres, plus frustes… Et puis, au matin, des problèmes précis se posent, qu’il faut résoudre, et il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée.La vieille dame qui tricote, à côté de la nourrice qui a élevé les deux petites, c’est Eurydice, la femme de Créon. Elle tricotera pendant toute la tragédie jusqu’à ce que son tour vienne de se lever et de mourir. Elle est bonne, digne, aimante. Elle ne lui est d’aucun secours. Créon est seul. Seul avec son petit page qui est trop petit et qui ne peut rien non plus pour lui.Ce garçon pâle, là-bas, au fond, qui rêve adossé au mur, solitaire, c’est le Messager. C’est lui qui viendra annoncer la mort d’Hémon tout à l’heure. C’est pour cela qu’il n’a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres. Il sait déjà…Enfin les trois hommes rougeauds qui jouent aux cartes, leurs chapeaux sur la nuque, ce sont les gardes. Ce ne sont pas de mauvais bougres, ils ont des femmes, des enfants, et des petits ennuis comme tout le monde, mais ils vous empoigneront les accusés le plus tranquillement du monde tout à l’heure. Ils sentent l’ail, le cuir et le vin rouge et ils sont dépourvus de toute imagination. Ce sont les auxiliaires toujours innocents et toujours satisfaits d’eux-mêmes, de la justice. Pour le moment, jusqu’à ce qu’un nouveau chef de Thèbes dûment mandaté leur ordonne de l’arrêter à son tour, ce sont les auxiliaires de la justice de Créon.Et maintenant que vous les connaissez tous, ils vont pouvoir vous jouer leur histoire. Elle commence au moment où les deux fils d’Œdipe, Étéocle et Polynice, qui devaient régner sur Thèbes un an chacun à tour de rôle, se sont battus et entre-tués sous les murs de la ville, Étéocle l’aîné, au terme de la première année de pouvoir, ayant refusé de céder la place à son frère. Sept grands princes étrangers que Polynice avait gagnés à sa cause ont été défaits devant les sept portes de Thèbes. Maintenant la ville est sauvée, les deux frères ennemis sont morts et Créon, le roi, a ordonné qu’à Étéocle, le bon frère, il serait fait d’imposantes funérailles, mais que Polynice, le vaurien, le révolté, le voyou, serait laissé sans pleurs et sans sépulture, la proie des corbeaux et des chacals… Quiconque osera lui rendre les devoirs funèbres sera impitoyablement puni de mort.Pendant que le Prologue parlait, les personnages sont sortis un à un. Le Prologue disparaît aussi. L’éclairage s’est modifié sur la scène. C’est maintenant une aube grise et livide dans une maison qui dort. Antigone entr’ouvre la porte et rentre de l’extérieur sur la pointe de ses pieds nus, ses souliers à la main. Elle reste un instant immobile à écouter. La nourrice surgit.
    Jean Anouilh —  Antigone
  • Le bon sens est le concierge de l'esprit : son office est de ne laisser entrer ni sortir les idées suspectes.
    Daniel Stern
  • Si les Anglais hésitent à aller voir une comédie le samedi soir, c'est qu'ils ont peur d'en rire à l'office du dimanche.
    Peter Ustinov
  • Défiez-vous des choses posthumes : quel que soit l'esprit avec lequel une vieille femme parle de sa beauté perdue il y a toujours dans sa louange la funèbre solennité de l'office des trépassés.
    Ninon de Lenclos — Correspondance
  • La femme tout entière est modelée et préparée de loin pour cet auguste office de la maternité, qui est le but suprême de sa vie terrestre.
    Docteur J.B. Fonssagrives — L'Education physique des jeunes filles

Traductions du mot « office »

Langue Traduction
Anglais office
Espagnol oficina
Italien ufficio
Allemand büro
Chinois 办公室
Arabe مكتب. مقر. مركز
Portugais escritório
Russe офис
Japonais オフィス
Basque bulegoan
Corse ufficiu
Source : Google Translate API


Sources et ressources complémentaires

SOMMAIRE

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.