La langue française

Messe

Sommaire

  • Définitions du mot messe
  • Étymologie de « messe »
  • Phonétique de « messe »
  • Citations contenant le mot « messe »
  • Images d'illustration du mot « messe »
  • Traductions du mot « messe »
  • Synonymes de « messe »

Définitions du mot messe

Trésor de la Langue Française informatisé

MESSE, subst. fém.

A. − RELIG. (liturg. cath.). Office qui commémore le sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ présent sous les espèces du pain et du vin et qui est célébré par le ministère du prêtre selon un rite dont les parties essentielles sont l'offertoire, la consécration et la communion. Synon. saint sacrifice*, office* divin;synon. mod. Eucharistie, célébration eucharistique (termes repris du iies. par le concile Vatican II).Sacrifice de la messe; célébrer, dire la messe; assister à la messe (du dimanche). Ce furent encore deux heures de souveraine pompe, la messe chantée, avec les encensements (Zola,Rêve,1888, p.205).La cloche sonne. Le prêtre est là. La vie est loin. C'est la messe (Claudel,Messe là-bas,1919, p.487).− Avez-vous quelquefois célébré le Saint-Sacrifice? − En dehors de la Messe d'ordination, non, Éminence, jamais (Billy,Introïbo,1939, p.206).V. douze ex. 2:
1. «L'innovation majeure porte sur la Prière eucharistique», − donc sur le coeur de la messe (...). Qu'on remodèle l'introduction de la messe avec une liturgie pénitentielle variée; qu'on allège l'Offertoire; qu'on situe mieux la bénédiction finale avec la suppression du dernier Évangile, soit! mais qu'on touche au «canon»? Paul VI s'en explique très bien... P. Loret,La Messe du Christ à Jean-Paul II,Mulhouse, éd. Salvador, 1981, p.158.
P. métaph. Et, de même que Bayreuth ne servait qu'à la glorification monstrueuse d'un seul [Wagner], les filiales de Bayreuth étaient de petites églises, où l'on disait éternellement la messe en l'honneur du seul Dieu (Rolland,J.-Chr.,Révolte, 1907, p.443).
P. anal.:
2. ... à travers tous les jours de chaque homme, et tous les âges de l'Église, et toutes les périodes du monde, il n'y a qu'une seule messe et qu'une seule communion. Le Christ est mort une fois douloureusement. Pierre et Paul reçoivent tel jour, à telle heure, la sainte Eucharistie. Mais ces actes divers ne sont que les points, diversement centraux, en lesquels se divise et se fixe, dans le temps et dans l'espace, pour notre expérience, la continuité d'un geste unique. Teilhard de Ch.,Milieu divin,1955, p.151.
SYNT. Belle, bonne, sainte messe; messe dominicale, quotidienne, matinale, tardive; messe d'action de grâces, de communion, de mariage; messe en français, en latin; chants, prières, rites de la messe; canon, élévation, évangile, offertoire de la messe; fondation, honoraires de messes; l'heure, la sortie de la messe; le premier coup de la messe sonne; chanter, entendre, ouir, répondre, servir, sonner la messe; suivre la messe (dans son missel); faire dire une messe pour les vivants, pour les morts, à une intention particulière; manquer la messe.
Expr., loc. et proverbes
1. Usuel
Messe basse*. Synon. petite messe (fam.), messe lue (liturg.). (Ds Ac. 1798-1932).Dire, faire des messes basses (fam.). Parler en aparté et à voix basse. Mariette a assuré l'avoir rencontrée (...) en grande conférence avec M. César et lui faisant des messes basses chuchotées grand train (Pourrat,Gaspard,1930, p.104).Eh ben, vous autres, là-bas, c'est fini votre messe basse? (Vercel,Cap. Conan,1934, p.148).
Grand-messe*.
P. anal. et plais. Dans ce domaine [la politique économique], toute la pompe des grand-messes d'avant-élection ne leur a pas suffi [aux députés de la majorité nouvelle] à se faire une religion. La tâche se complique aujourd'hui alors qu'il s'agit d'établir le rite qu'aucun «Premier économiste de France» ne paraît disposé cette fois à imposer (L'Est Républicain,8 sept. 1981, p.1, col.1).
Première messe. Messe qui a lieu très tôt le matin. Je ne suis, en conscience, tenu qu'à venir, les jours de communion, assister à la première messe, continuait-il; mais je serais désolé de manquer les laudes (Huysmans,Oblat,t.1, 1903, p.233).
Première messe (d'un prêtre). Première messe que le prêtre célèbre après son ordination. Du temps de Calderon, on fêtait avec une course la célébration par le jeune prêtre de sa première messe (Montherl.,Bestiaires,1926, p.514).
Messe de Noël, messe de minuit. Messe qui se dit dans la nuit de Noël. On dit trois messes le jour de Noël (Ac. 1798-1935). À part ces légères méprises, le digne homme débite son office très consciencieusement, sans passer une ligne, sans omettre une génuflexion; et tout marche assez bien jusqu'à la fin de la première messe; car vous savez le jour de Noël le même officiant doit célébrer trois messes consécutives (A. Daudet, Lettres de mon moulin, Paris, Charpentier, 1917 [1869], p.219).
Livre de messe. V. livre1.
Vin* de messe.
Aller à la messe. Pratiquer la religion catholique. S'ébahir parce qu'un polytechnicien va à la messe (Alain,Propos,1923, p.495).
Vieilli et fam.
Vivre de ses messes (en parlant d'un prêtre). Vivre des rétributions reçues pour célébrer la messe. (Ds Ac. 1798-1878).
Voilà une messe qui sort de la sacristie. ,,Voilà un prêtre qui sort de la sacristie pour aller dire la messe`` (Ac. 1798-1878).
Il ne faut pas se fier à un homme qui entend deux messes. ,,Il faut se défier des hypocrites`` (Ac. 1835, 1878).
Il ne va ni à messe ni à prêche (vieilli). ,,Il n'a point de religion`` (Ac. 1835, 1878).
[P. allus. à une parole attribuée à Henri IV au moment de sa conversion au catholicisme] Paris vaut bien une messe. Henri IV, j'en fais l'aveu, ne m'apparaît pas comme une grande conscience. Le mot «Paris vaut bien une messe» est d'une hauteur d'âme assez douteuse (Clemenceau,Iniquité,1899, p.397).
2. LITURGIE
Messe ambrosienne. ,,Messe suivant le rite de l'Église de Milan`` (Ac. 1835-1935). Messe grecque. ,,Messe suivant le rite grec et en langue grecque`` (Ac. 1835-1935). Messe latine, romaine, grégorienne. Messe ,,qui se célèbre suivant le rite romain`` (Marcel 1938).
Messe capitulaire, conventuelle ou de choeur. Messe d'une communauté à laquelle sont tenus de participer tous les membres. Voir Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p.177.
Messe chrismale. ,,Messe célébrée le Jeudi Saint par l'évêque et au cours de laquelle il consacre le Saint-Chrême`` (Foi t.1 1968).
Messe concélébrée. V. concélébrer.
Messe dialoguée. Messe ,,à laquelle les fidèles participent en disant collectivement les réponses du servant ou mieux les parties qui reviennent au peuple dans la messe chantée`` (Foi t.1 1968).
Messe solennelle. Messe où le célébrant est assisté par un diacre et un sous-diacre ou célébrée par un évêque ou un prélat. Il avait entendu une messe solennelle, célébrée à Notre-Dame pour le succès de ses armes (Barante,Hist. ducs Bourg.,t.1, 1821-24, p.346).Messe papale, pontificale. Messe célébrée par le pape, un évêque.
Messe votive. Messe qui par préférence à l'office du jour est célébrée pour répondre au désir du célébrant ou de la communauté. Messe de la sainte Vierge, des saints (locaux) (d'apr. Marcel 1938). Voir Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p.177.
Messe des catéchumènes. Première partie de la messe ,,après laquelle se faisait le renvoi (...) des catéchumènes`` (Marcel 1938). Synon. avant-messe; anton. messe des fidèles.
Messe des funérailles, des morts. ,,Messe célébrée avec un des formulaires prévus pour les défunts`` (Foi t.1 1968). Je ne sentais pas (...) que la signification de ces choses, le parti à en tirer c'est la vie du coeur. Voilà le thème que je dois méditer aux messes d'anniversaires, aux messes des morts (Barrès,Cahiers,t.8, 1910, p.274).Messe de Requiem. Messe nommée par le premier mot de son introït. Fondation d'une messe quotidienne et éternelle de Requiem (Guéhenno,Journal «Révol.»,1937, p.62).Messe d'ange. ,,Messe célébrée pour les funérailles d'un enfant baptisé mort en bas-âge`` (Foi t.1 1968).
Messe des présanctifiés. Liturgie de communion du Vendredi saint pour laquelle on utilise des hosties consacrées la veille. (Ds Foi t.1 1968).
Messe du Saint-Esprit. Messe célébrée pour obtenir l'assistance divine sur les travaux d'un corps délibérant, de magistrats, d'étudiants. Les premiers tintements des cloches annonçant la messe du Saint-Esprit, avant les élections (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t.1, 1870, p.135).La rentrée est fixée au lundi matin, 2 octobre; on commencera par la messe du Saint-Esprit (Renard,Poil Carotte,1894, p.120).
Messe rouge (vieilli). Messe célébrée en vêtements liturgiques rouges ou ,,que les parlements faisaient célébrer après les vacances pour recommencer leurs fonctions, et à laquelle ils assistaient en robes rouges`` (Littré).
Ordinaire de la messe. Ensemble des prières invariables. On y trouve encore [dans le Manuel chrétien] les prières du matin et du soir, l'Ordinaire de la Messe, les Vêpres du dimanche (Mauriac,Journal occup.,1945, p.338).Anton. Propre de la messe.Propre de la messe. Toute prière, ensemble d'éléments de célébration propres à un saint, à un lieu et qui s'intercale dans l'ordinaire. P. méton. Messe (du sanctoral, d'un saint). Toute la messe [de saint Jean Damascène], avec son Introït, son Épitre, son Graduel, son Évangile, son Offertoire, sa Communion, ne cesse de faire allusion à ce miracle (Huysmans,Oblat,t.2, 1903, p.176).V. auxiliateur ex. 3.
3. En partic.
Messe sèche. Cérémonie limitée aux prières de la messe dites par un prêtre (ou même un laïque) sans consécration ni communion dans certaines circonstances, du Moyen Âge à la Révolution (d'apr. Nelli 1968). Synon. messe navale. (Ds Littré).
Arg. eccl. Messe à trois chevaux. ,,Messe solennelle dite par un célébrant assisté d'un diacre et d'un sous-diacre`` (Foll. 1966).
4. P. anal., OCCULT. Messe noire. Pratique de sorcellerie qui consiste en une parodie de la messe que l'on célèbre en l'honneur du diable. Sa glace de toilette la voit souvent sans voiles, souriante à sa nudité. Elle fera dire la messe noire à ce religieux, et le mènera au sabbat sur elle (Péladan,Vice supr.,1884, p.281):
3. − (...) en somme, dans le moderne, le grand jeu du satanisme, c'est la messe noire! − (...) Messe sacrilège, maléfices et succubat, c'est la véridique quintessence du Satanisme! Huysmans,Là-bas, t.1, 1891, p.111.
B. − P. méton. Musique composée pour une grand-messe.
1. Parties de l'ordinaire (kyrie, gloria, credo, sanctus, agnus dei, ite missa est) et parties du propre (introït, graduel, alleluia, trait, séquence, offertoire, communion) chantées en grégorien.
Messe des anges. Ensemble des chants de l'ordinaire d'une messe grégorienne. (Ds Foi t.1 1968).
2. MUS. Ensemble des compositions musicales sur les paroles des chants liturgiques de l'ordinaire de la messe. Messe polyphonique; messe pour orgue. Une autre chose que je veux te demander, c'est de m'envoyer aussitôt qu'elle aura paru ta Messe des Morts et d'y joindre les scènes de Faust (publiées chez Schlesinger) que je voudrais revoir (Liszt,Corresp.[avec Berlioz] ds Berlioz, Corresp. gén., Paris, Flammarion, t.2, 1975 [1837], p.388).En écoutant le Kyrie de la Messe en si, je me suis souvenu du jour de 1921 où, pour la première fois, j'entendis jouer un air de Bach (Green,Journal,1941, p.161):
4. Aucune importance particulière n'est attachée à cette partie de la Messe. Or, c'est en elle que le coeur de Beethoven s'est livré tout entier. À ce moment de l'office, s'accomplit, dans le silence des fidèles et de l'autel, le plus divin mystère de la messe: la Transsubstantiation. Il s'accomplit dans la géniale vision de Beethoven. Rolland,Beethoven,t.2, 1937, p.385.
Messe en musique. Parties de la messe chantées en musique et non en plain chant. L'abbé Mauduit avait reparu en chasuble, les chantres attaquaient la messe. C'était une messe en musique, d'une grande pompe (Zola,Pot-Bouille,1882, p.148).
REM. 1.
Messer, verbe intrans.,rare et fam. Dire la messe. Brotteaux lui ayant dit que ce livre n'était pas un livre de messe, et qu'il avait été écrit avant que l'idée de messer se fût introduite dans le monde, elle pensa que c'était une Clef des Songes (A. France,Dieux ont soif,1912, p.192).
2.
Messoyer, verbe intrans.Synon. de messer (supra).Le matin, il pouvait messoyer chez les Bénédictines ou à Saint-Séverin (Huysmans,Cathédr.,1898, p.222).
3.
Messé, -ée, adj.Fam. Être messé. ,,Avoir entendu la messe`` (Littré).
Prononc. et Orth.: [mεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié xes. (St Léger, éd. J. Linskill, 82: Missae cantat); ca 1170 messe del Saint Esperite; soner, oïr la messe (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 701; 6826, 6828); xives. grant messe (Watriquet de Couvin, 374, 46 ds T.-L.); 1564 fig. chanter messe a (qqn) «maltraiter (quelqu'un)» (Rabelais, Cinquième livre, 12 ds Hug.); 2. 1690 «honoraire d'une messe» (Fur.); 3. 1740 (Ac.: on dit qu'Un musicien a fait une belle messe). Du lat. chrét. missa (part. passé fém. subst. de mittere «laisser aller, renvoyer») «congé après un office» (1remoitié ves. Peregrinatio Aetheriae, 24, 11), spéc. «renvoi des catéchumènes après les premières prières et le sermon» (fin ive-début ves. St Augustin, Serm., 49, 8), «renvoi des fidèles à la fin de la messe» (Peregr. Aether., 31, 5; cf. ite missa est, Ord. rom., I, fin viies.), «le saint sacrifice de la messe» ([à partir de l'offertoire] fin ives. St Ambroise, Ep., 20, 4; «la messe» en gén. Peregr. Aether., 27, 8), v. Blaise Lat. chrét., TLL s.v.; Archéol. chrét. En b. lat. jur., missa signifie «action de laisser partir, congé» (1remoitié ves. Code théodosien, 6, 26, 3 ds TLL). Fréq. abs. littér.: 3417. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3518, b) 3802; xxes.: a) 8050, b) 4649. Bbg. Richard (W.). 1959, p.9, 86, 102, 247, 248. _ Riverain (J.). Un Vocab. en crise... Foi Lang. 1977, no2, pp.151-152. _ Sain. Sources t.2 1972 [1925], p.139.

Wiktionnaire

Nom commun

messe \mɛs\ féminin

  1. (Christianisme) Rite catholique qui commémore la mort de Jésus-Christ, et qui se fait par le ministère du prêtre devant un autel.
    • Les curés sont très violemment attaqués par lui et la famille Chagot est dénoncée parce qu’elle force les mineurs de Montceau à aller à la messe. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, p. 284)
    • Venez à la messe, ne manquez pas mon prône surtout, j’ai quelque chose de très sérieux, de très intéressant, de très grave à vous apprendre ; venez, vous verrez que vous ne vous en repentirez pas. — (Louis Pergaud, « Le Sermon difficile », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • …Offenserais-je le Très-Haut si à la messe dimanche prochain, j’ai pour mes paroissiens une intention particulière ? — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Entre la poire et le fromage Bianchon arriva, par d’habiles préparations, à parler de la messe, en la qualifiant de momerie et de farce. — (Honoré de Balzac, La Messe de l’athée)
    • Catholique ardente, Madame Lemonnier allait régulièrement à la messe prier la Sainte Vierge de l’aider dans ses petits trafics, marché noir à la petite semaine, trocs, échanges de services. — (Évelyne Krief, Enfance interdite ou La Petite Marrane, L’Harmattan, 1997, page 112)
    • S’il y eut des saintes et des martyres, en revanche point de papesses ou seulement de clergeonnes. La messe est purement virile. — (Roger Judrin, Goûts et couleurs : portrait abécédaire, Plon, 1966, p. 108)
  2. (Musique) Pièce de musique composée pour une grand-messe.
    • L’introduction est confiée aux cuivres, dont la sonorité puissante est soutenue par celle du grand orgue. Dans cette messe, Gounod fait à l’église ce qu’il a fait au théâtre dans le Tribut de Zamora. — (Louis Pagnerre, Charles Gounod : sa vie et ses œuvres, L. Sauvaitre, 1890, page 399)
    • Dans le Benedictus de cette messe, Mozart approfondit encore la conception révolutionnaire de ce verset esquissée dès la messe en ré mineur KV65. — (Carl de Nys, La Musique religieuse de Mozart, Presses universitaires de France, 1982, page 77)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MESSE. n. f.
Dans le langage de l'Église, le Sacrifice du corps et du sang de JÉSUS-CHRIST, qui se fait par le ministère du prêtre à l'autel, suivant le rite prescrit. Messe paroissiale. Dire, célébrer la messe, la sainte messe. Entendre, ouïr la messe. Aller à la messe. Le canon de la messe. Une messe des morts, des trépassés, ou de Requiem. Messe de bout de l'an. Messe de mariage. Messe de communion. Messe pontificale. Messe d'action de grâces. On dit trois messes le jour de Noël et le jour des Morts. La messe de minuit. Faire dire, fonder une messe, des messes pour quelqu'un. Sonner la messe. La messe en est à l'évangile. Manquer la messe. Au sortir de la messe. Chanter, servir la messe. La messe est dite. Un livre de messe. Vin de messe. Voyez VIN. La première messe, Celle qui se dit au point du jour. Il s'est levé de grand matin et a entendu la première messe. La première messe d'un prêtre, La première qu'il dit après son ordination. J'ai assisté à sa première messe. Messe basse, ou Petite messe, Celle qui se dit sans chant et où les prières sont seulement récitées. Messe chantée ou Grand-messe, Celle qui est chantée par le prêtre avec le concours de la maîtrise. Messe en musique, Messe où le plain-chant est remplacé par des compositions musicales faites sur les paroles des chants liturgiques. Messe de Palestrina, de Gounod. Ce musicien a fait, a composé une belle messe. Cette messe est un chef-d'œuvre. Messe ambrosienne, Messe suivant le rite de l'Église de Milan. Messe grecque, Messe suivant le rite grec et en langue grecque. Messe votive, Messe pour quelque dévotion particulière et qui n'est point de l'office du jour. Messe rouge, Messe que les cours souveraines de justice faisaient célébrer après les vacances pour leur rentrée, et à laquelle elles assistaient en robes rouges. Messe noire se dit d'une Messe sacrilège en l'honneur de Satan.

Littré (1872-1877)

MESSE (mè-s') s. f.
  • 1Dans le langage de l'Église, le sacrifice du corps et du sang de Jésus-Christ, suivant le rit prescrit. Le sacrifice de la messe. Célébrer la messe. Dire des messes pour quelqu'un, pour le repos de l'âme de quelqu'un. En prenant de l'eau bénite, en faisant dire des messes, Pascal, Pensées, X, 1. Je fais tous les jours dire une messe pour vous ; c'est une dévotion qui n'est pas chimérique, Sévigné, 15. Je sentis un plaisir sensible d'aller à la messe, il y avait longtemps que je n'avais senti tant de joie d'être catholique, Sévigné, 240. Une goutte d'eau n'est pas plus semblable à une autre que la messe romaine est semblable, quant au fond et à la substance, à la messe que les Grecs et les autres chrétiens ont reçue de leurs pères, Bossuet, Var. XIV, § 122. En 1523, lorsque Luther réforma la messe et en dressa la formule, il ne changea presque rien de ce qui frappait les yeux du peuple, Bossuet, ib. III, § 1. Une courte messe où ils assistent, et où ils n'assistent qu'aux jours ordonnés, voilà souvent tout le fonds de leur piété et toute leur religion, Bourdaloue, Exhort. Dign. div. des prêtres, t. I, p. 359. Il faudra éviter certaines messes qui sont comme des rendez-vous d'un certain monde, et où l'on cherchait auparavant à se faire voir et à se distinguer, Bourdaloue, Instruct. pour l'oct. du St Sacrem. Exhort. t. II, p. 298. Je vous recommande de faire dire treize messes à l'autel de la Vierge de Notre-Dame, treize à Sainte-Geneviève, treize au Saint-Esprit, et treize au roi Jacques, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 9, dans POUGENS. Lundi 1er janv. 1685, à Versailles… le roi et Monseigneur, avec tous les chevaliers de l'ordre qui se trouvèrent ici, entendirent la messe des chevaliers, et il ne se trouva point de prélat de l'ordre pour la dire, Dangeau, I, 101. Ce matin donc, séduit par sa vaine promesse, J'y cours [au dîner] midi sonnant, au sortir de la messe, Boileau, Sat. III. Il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe, aux Feuillants ou aux Minimes, La Bruyère, VII. Je trouvai le lendemain la messe du roi si belle, que je consentis à me faire catholique, à condition que je l'entendrais tous les jours, et qu'on me garantirait du fouet, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 33, dans POUGENS. Le bon chevalier Bayard faisait toujours dire une messe, lorsqu'il allait se battre en duel, Voltaire, Mœurs, 121. Quel fut le fruit de toutes ces vastes entreprises [de Philippe II] qui tinrent si longtemps l'Europe en alarmes ? Henri IV, en allant à la messe, lui fit perdre la France en un quart d'heure, Voltaire, ib. 166.
  • 2Messe basse, ou petite messe, celle qui se dit sans chant, et où les prières sont seulement récitées.

    Messe de paroisse, ou messe haute, ou grand'messe, celle qui est chantée par des choristes, que l'on célèbre quelquefois avec diacre et sous-diacre, et qui se dit à dix ou onze heures, par opposition à toutes les messes basses qui se disent le même jour. Est-ce la grand'messe qu'on sonne ?

    Mais on dit : grande messe par opposition à messe basse. Est-ce une grande messe ? Aurons-nous une grande messe ?

    La première messe, celle qui se dit au point du jour.

    Par opposition à cette première messe, on dit seconde messe, troisième messe, etc. À la seconde messe, qui ne faisait que commencer, on a apporté la nouvelle que les ennemis battaient la chamade, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 250, dans POUGENS.

    La première messe d'un prêtre, la première qu'il dit après son ordination.

    Messe ambrosienne, messe suivant le rite de l'Église de Milan.

    Messe grecque, messe suivant le rit grec et en langue grecque.

    Messe votive, messe pour quelque dévotion particulière, et qui n'est point de l'office du jour.

    Messe rouge, messe que les parlements faisaient célébrer après les vacances, pour recommencer leurs fonctions, et à laquelle ils assistaient en robes rouges.

    Messe conventuelle, celle qu'on est obligé de dire tous les jours dans certaines églises.

    Messe du Saint-Esprit, celle qu'on célèbre au commencement de quelque solennité, de quelque assemblée, à la rentrée des vacances universitaires.

    Messe d'ange, messe d'action de grâces que l'on dit au lieu de la messe funèbre pour les enfants morts au-dessous de sept ans.

    Messe de minuit, messe de la nuit de Noël, qui se célèbre à minuit. Anciennement il n'y avait ni bancs ni chaises dans les églises ; on les jonchait de paille fraîche et d'herbes odoriférantes, surtout à la messe de minuit et autres grandes fêtes, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuv. t. III, p. 127, dans POUGENS.

    Messe en musique, celle où le Kyrie, le Gloria, le Credo, le Sanctus et l'Agnus dei, ou au moins quelques-uns de ces cinq morceaux sont chantés en musique et non pas en plain-chant.

    Messe de la pie, messe qu'on disait en souvenir de la condamnation portée contre la servante innocente du vol commis par une pie, à Palaiseau. Tous les matins avant le jour, la messe de la pie que j'entends sonner à Saint-Eustache me semble un avertissement bien solennel aux juges et à tous les hommes d'avoir une confiance moins téméraire en leurs lumières, Rousseau, 1er dial.

    Messe sèche, dite aussi messe navale, messe des chasseurs, la récitation des prières de la messe qui n'est point accompagnée de la consécration, elle était usitée dans le moyen âge. Saint Louis, dans ses voyages d'outre-mer, faisait tous les jours dire une messe sèche, de peur que le mouvement du navire ne fît répandre le sang consacré, Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 317.

    Messe privée, messe sans communiants.

    Messes d'une heure, messes nocturnes célébrées, d'après la superstition populaire en quelques parties de la Normandie, par des prêtres qui sont morts sans les avoir acquittées.

  • 3 Familièrement. Voilà une messe qui sort de la sacristie, voilà un prêtre qui sort de la sacristie pour aller dire la messe.

    Voilà une messe qui sonne, voilà qu'on sonne une messe.

    Il a chanté messe tel jour, il a dit, ce jour-là, sa première messe.

    Ce prêtre vit de ses messes, il n'a que ses messes pour vivre, il vit des rétributions qu'il reçoit pour célébrer la messe.

  • 4La musique composée pour une grand'messe. Il fallut, pour tout renseignement, me contenter d'une messe à quatre parties de sa composition et de sa main, qu'il m'avait laissée, Rousseau, Confess. V.

PROVERBES

Il a fait courte messe, il fera long dîner, et, inversement, il a fait longue messe, il fera court dîner.

Enfant de la messe de minuit, débauché qui va au cabaret au lieu d'aller à la messe de minuit.

Il ne faut pas se fier à un homme qui entend deux messes, il faut se défier des hypocrites.

Il ne va ni à messe ni à prêche, se dit d'un homme sans religion.

HISTORIQUE

XIe s. Messe et matines a li reis esculted, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Mise et maitines, Roncisv. 8. L'apostole s'apreste pour la messe chanter, Sax. XII. Là espousa Bernier sa moullier ; Après la mese sont venu del mostier, Raoul de C. 237.

XIIIe s. Quant la messe fu dite, Villehardouin, XVI. Ne purent une messe entierement oïr, Berte, LXIII.

XIVe s. Si vouloit Jehan la promesse Tenir vroye comme la messe ; Mais la response fut trop dure, Livre du bon Jehan, 1189.

XVe s. Nulz ne voit [va] oïr haulte messe ; Car le dimanche, pour la presse, Tous ensemble et chascun se passe [se contente] Moult legierement d'une basse, Deschamps, Poésies mss. f° 408.

XVIe s. Le tenoit on huguenot, quoy qu'il allast à la messe ; mais on disoit à la cour : Dieu nous garde de la messe de M. de l'Hospital, Brantôme, Cap. franç. t. II, p. 90, dans LACURNE. Le roy de Navarre demanda à d'Aubigné… s'il avoit faict ses Pasques ? Luy surpris respondit : " Hé, quoy donc, sire ? " Mais quand on redoubla, " et à quel jour ? " la response fut : " Vendredy [le vendredi saint], " pour avoir ignoré qu'il n'y avoit que ce pauvre jour en toute l'année sans messe, D'Aubigné, Mémoires, édit. LALANNE, p. 32.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MESSE. Ajoutez :
2Messe noire, messe où les ornements sont en noir. Le 21 janvier, à l'église de Saint-Maurice de Besançon, une messe noire a été dite à l'occasion de la mort de Louis XVI, Journ. des Débats, 25 janv. 1875.

Au plur. Des grand'messes, comme on écrit : des grand'mères.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MESSE, s. f. terme de Religion, c’est l’office ou les prieres publiques que l’on fait dans l’Eglise romaine lors de la célébration de l’Eucharistie. Nicod, après Baronius, dit que le mot Messe vient de l’hébreu missach, qui signifie oblatum, ou de missa missorum, parce qu’on mettoit en ce tems-là hors de l’Eglise les cathécumenes & les excommuniés, lorsque le diacre disoit ite missa est, après le sermon & la lecture de l’Epître & de l’Evangile, parce qu’il ne leur étoit pas permis d’assister à la consécration, & cette opinion est la seule véritable. Voyez Cathécumene. Ménage le fait venir de missio, congé ; d’autres de missa, envoi, parce que la Messe, les prieres des hommes qui sont sur la terre, sont envoyées & portées au ciel.

Les Théologiens disent que la Messe est une oblation faite à Dieu, où, par le changement d’une chose sensible, on reconnoît le souverain domaine de Dieu sur toutes choses en vertu de l’institution divine.

C’est dans le langage ordinaire la plus grande & la plus auguste des cérémonies de l’Eglise. C’est le sacrifice non-sanglant de la nouvelle loi, où l’on présente à Dieu le corps & le sang de son Fils Jesus-Christ sous les especes du pain & du vin.

On donne des noms différens à la Messe, selon les différens rits, les différentes intentions, les différences manieres selon lesquelles on la dit, comme on va le voir.

Messe ambrosienne, c’est-à-dire du rit ambrosien, ou de l’Eglise de Milan.

Messe anglicane, selon le rit qui s’observoit autrefois dans l’Eglise d’Angleterre.

Messe gallicane est une Messe célébrée suivant l’ancien rit de l’Eglise de France.

Messe greque est une Messe célébrée suivant le rit grec en langue greque, & par un prêtre de cette nation.

Messe latine, celle qui se dit en latin dans l’Eglise latine, & selon le rit de cette Eglise.

Messe mozarabique ou gothique est celle qu’on célébroit autrefois en Espagne, & dont le rit est encore en usage dans les églises de Tolede & de Salamanque. On l’a nommée mozarabique, parce que les Arabes ont été maîtres de l’Espagne, & qu’on appelloit alors les Chrétiens de ce pays-là mozarabes, c’est-à-dire mêlés avec les Arabes.

Messe haute, qu’on appelle aussi grande Messe, est celle qui se chante par des choristes, & que l’on célebre avec diacre & soudiacre.

Messe basse, c’est celle qui se dit sans chant, mais en récitant seulement les prieres, sans diacre ni soudiacre.

Messe de beatâ, ou de la Vierge, c’est celle que l’on offre à Dieu par l’entremise de la Vierge & sous son invocation.

Messe commune, ou de la communauté, celle qui se dit dans les monasteres à certaine heure pour toute la communauté.

Messe du Saint-Esprit, celle que l’on célebre au commencement de quelque solemnité, ou d’une assemblée ecclésiastique qu’on commence par l’invocation du Saint-Esprit.

Messe de fête, comme de Noël, de Paques, c’est celle qu’on dit ces jours-là, & dont les lectures sont conformes au tems où l’on est, & au mystere que l’on célebre.

Messe du jugement, celle où l’on se purgeoit d’une calomnie par les preuves établies. Voyez Preuves.

La Messe pour la mort des ennemis a été long-tems en usage en Espagne, mais on l’a abolie, parce que cette intention est contraire à la charité chrétienne.

Messe des morts ou de requiem est celle qu’on dit à l’intention des défunts, dont l’introit commence par requiem. Au xiij. siecle, avant que de mener les coupables au supplice, on leur faisoit entendre une Messe des morts pour le repos de leurs ames.

Messe de paroisse ou grande Messe est celle que le curé est obligé de faire chanter toutes les fêtes & dimanches pour ses paroissiens.

Petite Messe ou Messe basse, celle qui se dit à des autels particuliers avec moins de cérémonies.

La premiere Messe est celle que l’on dit dès le point du jour.

La Messe d’un saint est celle où l’on invoque Dieu par l’intercession d’un saint.

Il y a des Messes des apôtres, des martyrs, des confesseurs, des pontifes ; des vierges, &c.

Messe du scrutin, étoit une Messe qu’on disoit autrefois pour les cathécumenes le mercredi & le samedi de la quatrieme semaine de carème, lorsqu’on examinoit s’ils étoient disposés comme il faut pour recevoir le baptème.

On appelle seche la Messe où il ne se fait point de consécration, comme celle que dit un prêtre qui ne peut pas consacrer, à cause qu’il a déja dit la Messe, comme témoigne Durandus ; ou celle qu’on fait dire en particulier aux aspirans à la prêtrise, pour apprendre les cérémonies : c’est ainsi que l’appelle Eckius.

Le cardinal Bona dans son ouvrage de rebus liturgicis, lib. I. cap. xv. parle assez au-long de cette Messe seche, qu’il appelle aussi Messe nautique, nautica, parce qu’on la disoit dans les vaisseaux où l’on n’auroit pas pu consacrer le sang de Jesus-Christ sans courir risque de le répandre à cause de l’agitation du vaisseau, & il dit sur la foi de Guillaume de Nangis, que saint Louis dans son voyage d’Outremer en faisoit dire ainsi dans le navire qu’il montoit. Il cite aussi Génébrard, qui dit avoir assisté à Turin en 1587 à une pareille Messe célébrée dans une église, mais après dîner & fort tard pour les funérailles d’une personne noble. Durand qui parle de ces Messes, assûre très-distinctement qu’on n’y disoit point le canon ni les prieres directement relatives à la consécration, puisqu’en effet le célébrant ne consacroit pas. Pierre le Chantre, qui vivoit en 1200, s’est élevé contre ces abus, aussi-bien qu’Estius, & le cardinal Bona remarque que la vigilance des évêques les a entierement supprimées.

Le même Pierre le Chantre dans son ouvrage intitulé, Verbum abbreviatum, fait mention d’un autre abus, qu’il appelle Messes à deux & à trois faces, Missa bifaciata, Missa trifaciata ; & voici comme il le décrit : Quelques prêtres, dit-il, mêloient plusieurs Messes en une ; c’est-à-dire qu’ils célébroient la Messe du jour ou de la fête jusqu’à l’offertoire, puis ils en recommençoient une seconde, & quelquefois une troisieme & une quatrieme jusqu’au même endroit ; ensuite ils disoient autant de secrettes qu’ils avoient commencé de Messes, mais pour toutes ils ne récitoient qu’une fois le canon, & à la fin ils ajoutoient autant de collectes qu’ils prétendoient avoir réuni de Messes. Il y avoit bien de l’ignorance & de la superstition dans cette conduite. Il y a apparence que les exemples n’en ont pas été fréquens, puisque l’auteur dont nous venons de parler, est le seul qui en ait fait mention. Bingham, Orig. ecclesiastiq. tom. VI. lie. XV. cap. iv. §. 5.

Messe votive, est une Messe autre que celle de l’office du jour, & qui se dit pour quelque raison ou quelque dévotion particuliere.

Messe des présanctifiés, est celle dans laquelle on, prend la communion de l’hostie consacrée les jours précédens, & réservée. Cette Messe est en usage ordinaire chez les Grecs, qui ne consacrent l’Eucharistie en carême que le samedi & le dimanche : chez les Latins, elle n’est plus en usage que le seul jour du vendredi-saint.

La Messe est composée de deux parties ; la premiere, l’ancienne Messe des Catéchumenes ; la seconde, qu’on nommoit Messe des fideles, comprenoit la célébration & la consécration de l’Eucharistie jointe à la communion qui, selon l’ancien usage, suit la consécration. A l’égard des oraisons particulieres & des cérémonies que l’on emploie dans la célébration de la Messe, elles ont été différentes en différens tems & en diverses Eglises, ce qui a composé diverses liturgies chez les Orientaux, & des Messes pour les différens pays occidentaux. Voyez Liturgies.

Messe du pape Jules, (Peinture.) merveilleux tableau de Raphaël ; voici ce que M. l’abbé Dubos dit de ce tableau : Il est peint à fresque au-dessus & aux côtés de la fenêtre dans la seconde piece de l’appartement de la signature au Vatican. Il suffit que le lecteur sache que cette peinture est du bon tems de Raphaël, pour être persuadé que la poésie en est admirable. Le prêtre qui doutoit de la présence réelle, & qui a vû l’hostie qu’il avoit consacrée devenir sanglante entre ses mains pendant l’élévation, paroît pénétré de terreur & de respect.

Le peintre a très-bien conservé à chacun des assistans son caractere propre, mais sur-tout l’on voit avec plaisir le genre d’étonnement des suisses du pape, qui regardent le miracle du bas du tableau où Raphaël les a placés. C’est ainsi que ce grand artiste a su tirer une beauté poétique de la nécessité d’observer la coutume en donnant au souverain pontife sa suite ordinaire.

Par une liberté poétique, Raphaël emploie la tête de Jules II. pour représenter le pape devant qui le miracle arriva. Jules regarde bien le miracle avec attention, mais il n’en paroît pas beaucoup ému. Le peintre suppose que le souverain pontife étoit trop persuadé de la présence réelle pour être surpris des évenemens les plus miraculeux qui puissent arriver sur une hostie consacrée. On ne sauroit caractériser le chef de l’Eglise, introduit dans un semblable évenement, par une expression plus noble & plus convenable. Cette expression laisse encore voir les traits du caractere particulier de Jules II. On reconnoît dans son portrait l’assiégeant obstiné de la Mirandole.

Enfin le coloris de ce tableau est très-supérieur au coloris des autres tableaux de Raphaël. Le Titien n’a pas peint de chair où l’on voie mieux cette mollesse, qui doit être dans un corps composé de liqueurs & de solides. Les draperies paroissent de belles étoffes de laine & de soie que le tailleur viendroit d’employer. Si Raphaël avoit fait plusieurs tableaux d’un coloris aussi vrai & aussi riche, il seroit cité entre les plus excellens coloristes. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « messe »

Provenç. messa ; catal. missa ; espagn. misa ; portug. missa ; ital. messa ; du lat. missa, sur l'origine duquel on a quelque doute. Les uns le font venir de l'hébreu missah, offrande ; mais l'opinion la plus probable est qu'il vient de missus, envoyé, renvoyé, soit qu'il s'agisse du renvoi des catéchumènes qu'on faisait sortir avant de commencer la célébration de la messe, soit qu'il s'agisse du renvoi de l'assistance quand la messe était finie : ite, missa est.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Missa ou missio désignait à Rome, dans le langage civil, un acte où le peuple avait à comparaître devant un supérieur ; c'était, à proprement parler, la formule de congé du supérieur aux inférieurs ; cette étymologie, à la fois historique et hiérarchique, est la véritable, Nefftzer, Rev. german. XIII, 598.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du moyen français messe, issu ancien français messe, latin tardif missa, lui-même du latin missum.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « messe »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
messe mɛs

Citations contenant le mot « messe »

  • S'il fallait dire la messe que pour des anges, le prêtre la dirait devant des bancs vides. De Julien Green
  • Le théâtre est comme la messe ; pour en bien sentir les effets il faut y revenir souvent. De Alain / Eléments de philosophie
  • Le spectacle dominical qui me fait le plus marrer, c'est la sortie des églises après la messe. De Dan Franck / Libération - 25 Mars 2000
  • Il n'y a qu'une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse. De François Rabelais / Vie inestimable du grand Gargantua
  • Paris vaut bien une messe. Henri IV,
  • Paris vaut bien une messe ! De Henri IV
  • La messe est un échange d'amour. De Jean Montaurier
  • Je suis de ces chrétiens qui vont à la messe pour obtenir une place au ciel. De Tristan Maya
  • Celui qui ne peut faire une prière chez lui fait la messe chez les autres. De Proverbe arménien
  • On ne répète pas deux fois la messe pour les sourds. De Adrien de Montluc / Les Illustres proverbes historiques
  • Femme, feu, messe, vent et mer Font cinq maux de grand amer. De Proverbe français
  • Aller à la messe quand on est dépressif, c’est comme aller voter quand on est communiste, ça ne sert à rien. De Christophe Alévêque / L’Européen - 1998
  • La messe de l'amour, - on dirait que la musique est cela pour la femme. De Edmond et Jules de Goncourt / Idées et sensations
  • Je ne vais pas à la messe car elle est à l'heure de l'apéritif. De Georges Courteline
  • Le face à face télévisé est à toute campagne électorale ce que la grand-messe est à la religion catholique, le point d'orgue du grand pèlerinage aux urnes. De Jacques Mailhot / La Politique d'en rire
  • Aller voir un voyant n'est pas plus néfaste que d'aller à la messe, à la mosquée ou même dans le cabinet d'un psy… c'est exactement la même chose. De Dieudonné / Ciné Live - Avril 2001
  • Un peu à l’image des premiers chrétiens, c’est en plein air que les fidèles assistent à la messe du dimanche matin à la plage, derrière la chapelle Notre-Dame-Etoile-de-la-Mer. lindependant.fr, La messe en plein air à Argelès-sur-Mer - lindependant.fr
  • « Les saints, ce sont nos ancêtres dans la foi. C’est un peu comme si on nous avait piqué les ossements de nos ancêtres. Et pour en faire quoi ? C’est la grande question », souffle-t-il. Toujours atterré, il célèbre une messe de réparation à l’église Saint Léonard ce mardi 21 juillet à 18 heures en présence des fidèles, eux aussi « choqués ». Même si une plainte a été déposée, les chances de retrouver ces reliques vieilles de plus de 1.300 ans sont minces. Archevêque de Mayence en 722, saint Boniface est connu pour avoir évangélisé plusieurs régions d’Allemagne avec succès. Il est mort assassiné par des païens en 754. Aleteia, À Honfleur, une messe de réparation après le vol de reliques datant du VIIIe siècle
  • Ils sont jeunes, ils sont amoureux, et ils veulent aider à aller à la messe ! Joseph Poidevin, résidant près d’Arras (Pas-de-Calais) et sa fiancée Maëlis Berthelot, ont lancé une nouvelle application internet gratuite, « La messe.app », qui aide à s’inscrire pour assister aux célébrations. Car en temps de crise sanitaire, les places sont comptées dans les églises. Actuellement, 34 diocèses, soit 201 paroisses de France, disposent de cette appli. Un beau succès. Et on peut toujours s’inscrire ! , Une appli pour aller à la messe, créée par des ch'tis | Actu Pas-de-Calais
  • Il emportera de Lyon une nouvelle croix pectorale, une gravure de la cathédrale Saint-Jean et le souvenir d’une descente de la nef sous les applaudissements. Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon pendant dix-sept ans, a célébré, dimanche 28 juin, une dernière messe en la primatiale des Gaules, à Lyon. Il a renoncé à cette charge épiscopale le 6 mars, après plus de quatre années scandées par les révélations, les enquêtes et les procès du scandale de pédophilie lié à Bernard Preynat, prêtre défroqué condamné pour agressions sexuelles sur de jeunes scouts, dont il était l’aumônier dans les années 1970 et 1980. Le Monde.fr, La dernière messe du cardinal Barbarin à Lyon
  • Ordonnés ce samedi 27 juin, 95 nouveaux prêtres ont présidé la messe pour la première fois. Enthousiastes ou stressés, ils racontent leur préparation. Le Figaro.fr, Prêtres ordonnés : ils ont célébré leur première messe
  • La messe au Monseigne est prévue samedi 18 juillet, et sera célébrée à 10 h 30. Elle sera précédée par une marche pèlerine priante. Rendez-vous à 8 h 15, devant l’église de Mauriac, pour un départ à 8 h 30 (il est préférable de porter des chaussures de marche). Chaque année, cette rencontre estivale attendue par beaucoup, donne l’occasion aux résidents de se retrouver avec les vacanciers sur ce sommet du Lévézou qui offre un panorama à 360° à la ronde, où se mêlent villages et pâturages, et qui se prête si bien à la méditation. midilibre.fr, Bientôt la messe au Monseigne - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « messe »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « messe »

Langue Traduction
Anglais mass
Espagnol masa
Italien massa
Allemand masse
Chinois 大众
Arabe قداس
Portugais massa
Russe масса
Japonais 質量
Basque masa
Corse massa
Source : Google Translate API

Synonymes de « messe »

Source : synonymes de messe sur lebonsynonyme.fr
Partager