La langue française

Occasion

Sommaire

  • Définitions du mot occasion
  • Étymologie de « occasion »
  • Phonétique de « occasion »
  • Citations contenant le mot « occasion »
  • Images d'illustration du mot « occasion »
  • Traductions du mot « occasion »
  • Synonymes de « occasion »
  • Antonymes de « occasion »

Définitions du mot occasion

Trésor de la Langue Française informatisé

OCCASION, subst. fém.

I. − Circonstance favorable.
A. −
1. Circonstance qui se présente à propos et pendant une durée limitée. L'occasion était trop belle; c'est l'occasion ou jamais! Le génie de Kléber ne jaillissait que par moments, quand il était réveillé par l'importance de l'occasion, et il se rendormait aussitôt après au sein de la mollesse et des plaisirs (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.145).Il n'était pas de ceux qui boudent les occasions. La plus mince aventure, en elle-même, l'excitait (Romains,Hommes bonne vol., 1932, p.235).Un esprit vif et calculateur, prompt à prendre une décision, apte à saisir l'occasion au vol, quitte à courir un risque (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.382).V. dégager ex. 7:
1. L'occasion ne veut pas qu'on la force, mais elle ne nous laisse pas non plus réfléchir trop longtemps. Une seconde d'hésitation, et tout est perdu! Le temps de prendre conscience et déjà l'occasion est irrémédiablement passée, en ne laissant derrière elle que le repentir pour tout héritage. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.132.
SYNT. Occasion alléchante, engageante, exceptionnelle, favorable, inespérée, magnifique, propice, providentielle, rare, sûre, tentante, unique; attendre, épier, guetter, manquer, négliger, provoquer, rater l'/une occasion; courir après l'/une occasion; profiter de l'occasion; bondir, sauter (fam.), se précipiter sur l'/une occasion; laisser échapper, s'envoler, passer, perdre l'/une occasion; attendre une meilleure occasion; se réserver pour une autre occasion; l'/une occasion mûrit, naît, s'offre, se présente, tarde, vient.
2. Loc. et expr.
a) Loc. verb. [Suivi de la prép. de]
[Suivi de l'inf.] (Chercher, donner, éviter (toute), fournir, offrir, trouver l'/une) occasion de faire qqc. Où est l'homme qui n'a pas rencontré dans sa vie une seule occasion d'être amoureux? (Balzac,Langeais, 1834, p.252).Les charbonniers s'exprimaient avec lenteur, cherchant leurs idées et pesant tous leurs termes, en hommes qui passent leur vie dans la solitude des bois, et n'ont guère l'occasion de bavarder (Moselly,Terres lorr., 1907, p.110).V. bénéficiaire ex. 3.
Expr. fam. Vous avez perdu une (belle) occasion de vous taire. Vous auriez mieux fait de vous taire. Tu viens de perdre une occasion de te taire. Étant donné ton âge, ces questions ne t'intéressent pas et je ne te demande pas ton avis (Camus,Caligula, 1944, ii, 10, p.47).
[Suivi d'un subst.] Je crois que tous les défauts sont dans toutes les femmes et n'attendent que l'occasion du développement (Constant,Journaux, 1804, p.167).J'ai saisi l'occasion d'un petit tête-à-tête avec Jibé pour lui demander, non sans égards, s'il avait envoyé la somme (Duhamel,Journal Salav., 1927, p.51).
b) Loc. adv.
À l'occasion. Si ou quand le moment se présente; si la situation l'exige ou le permet. Synon. éventuellement, le cas échéant*.Ce peuple, grand par la volonté, l'est aussi par le coeur, à l'occasion (Michelet,Chemins Europe, 1874, p.319).Une voix douce et frêle, qui savait même, à l'occasion, dire des choses très lestes, sans avoir l'air d'y toucher (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.732).V. anneau ex. 4.
À la première (prochaine, moindre) occasion. Dès que possible, dès qu'une occasion se présentera. Il ne vous aime pas. Il est flatté, tout simplement. Il vous lâchera à la première occasion (A. France,Lys rouge, 1894, p.241).Son système nerveux est maintenant tout prêt à s'emballer à la moindre occasion (Goncourt,Journal, 1895, p.830).C'est bon, si elles n'aiment pas le classique, on leur servira du moderne à la prochaine occasion! (Colette,Cl. école, 1900, p.63).
À toute occasion. Chaque fois qu'une occasion se présente. Ils eurent des scènes violentes, et cela se tourna promptement, en habitude. À toute occasion, il lui jetait au front de sèches vérités (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p.251).V. femme I B 2 ex. de Arland.
Dans l'occasion (vx). Synon. de à l'occasion (supra).La cour peut confier les forces de l'État aux hommes qui peuvent la servir dans l'occasion avec d'autant plus de succès qu'on leur aura travaillé une espèce de réputation de patriotisme (Robesp.,Discours, Guerre, t.8, 1792, p.87).Celui qui parle ici (...) se reconnaît la force de louer dans l'occasion quiconque lui semble louable, fût-ce un roi (Hugo,Rhin, 1842, p.445).
Par occasion (région. (Canada)). Synon. de à l'occasion (supra).Je suis venue par occasion. Ils doivent m'attendre sur la grève (Guèvremont,Marie-Didace, 1947, p.184 ds Richesses Québec 1982).
c) Expr. proverbiale. L'occasion fait le larron. Une circonstance favorable fait souvent faire des choses que l'on n'aurait peut-être pas songé à faire autrement. Souvent aussi le paysan se fait brigand pour quelques semaines, lorsqu'il sait un bon coup à faire. Il retourne ensuite à son champ. La Grèce est le pays du monde où l'occasion a fait le plus de larrons (About,Grèce, 1854, p.375).
3. MYTH. ,,Divinité qu'on représente sous la forme d'une femme nue, chauve par derrière, avec une longue tresse de cheveux par devant, un pied en l'air, et l'autre sur une roue, tenant un rasoir d'une main, et de l'autre une voile tendue au vent`` (Littré). Un dieu scalpa, comme l'Occasion, Le front serein de la Bêtise humaine (Banville,Odes funamb., 1859, p.259).Vous connaissez votre mythologie et la coiffure de Dame Occasion. Elle revient rarement sur ses pas, la coureuse (Toulet,Corresp. avec un ami, 1920, p.200):
2. Parfois l'Occasion vous contraint à la saisir en vous présentant sa mèche de cheveux devant la main, et de façon si opportune que ce serait sottise pure de ne pas s'y accrocher à pleins doigts; car, lâchée, elle ne revient point. Gautier,Fracasse, 1863, p.135.
P. allus., expr. proverbiale. L'occasion est chauve (v. ce mot A). Prendre, attraper, saisir l'occasion aux/par les cheveux (v. ce mot I C).
4. P. méton., vieilli. Personne fiable par qui on fait passer un courrier, un colis. J'ai huit pages à vous écrire du récit d'un seul jour, mais comme c'est une occasion qui vous porte cette lettre, je renvoie à demain les longs épanchements de mon coeur (Staël,Lettres div., 1793, p.494).Je vous envoie par une occasion sûre la note ci-jointe (Tocqueville,Corresp.[avec Reeve], 1852, p.131).
B. − Acquisition faite à un prix avantageux.
1. Bonne affaire pour l'acheteur. Synon. aubaine.L'étude d'huissier n'était que l'accessoire, le commerce des vieux meubles et des antiquités de tout genre était le principal. Par sa profession, il connaissait les bonnes occasions (Malot,R. Kalbris, 1869, p.61).Le commis faisait l'article, jurait que c'était tout soie, que le fabricant était en faillite, et qu'on ne retrouverait jamais une occasion pareille (Zola,Bonh. dames, 1883, p.621).Ce bateau-là, monsieur Brun ne l'a pas fait faire sur commande; et il ne l'a pas payé au prix d'un canot inchavirable. Il l'a payé 1.500 francs; c'est une occasion! (Pagnol,Fanny, 1932, ii, 3, p.119).V. assoiffer ex. 4:
3. Les occasions. De bibelots, fantaisies, voire même de villas et de châteaux pendant les saisons d'eaux; bons marchés dans les magasins ou à l'hôtel des ventes, ou échange entre gens du monde. Mallarmé,Dern. mode, 1874, p.743.
2. Bien (généralement de seconde main) mis ou remis en vente à un prix avantageux. Synon. usagé ; anton. neuf.Le mot occasion ne signifie pas (...) machine de rebut et la machine que vous achetez aujourd'hui neuve, est demain (...) occasion (Baudry de Saunier, Cycl., 1892, p.456).Là, déjeunaient ensemble deux couples de commerçants bien connus dans le quartier, l'un tenait une librairie, neuf et occasions, l'autre une galerie d'art (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p.38).V. coupon ex. 1.
Loc. D'occasion
Loc. adv. [Postposé à un verbe] Acheter, vendre d'occasion; (objet) acheté, vendu d'occasion. Un bourgeois propriétaire se frottait les mains en admirant le canot acheté d'occasion, la veille, pour cinquante francs, à deux hommes qui le lui avaient vendu, comme ça, en passant (Maupass.,Contes et nouv., t.2, Âne, 1883, p.373).Une paire de chaussures neuves coûtait sept cents francs, d'occasion cent cinquante (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.196).
Loc. adj. [Postposé à un subst.] Objet d'occasion; livres, meubles, voiture d'occasion. Il avait gardé le gilet d'occasion que lui avait vendu le fripier de la Villette (Ponson du Terr.,Rocambole, t.5, 1859, p.297).J'ai acheté en anglais: Les confessions d'un fumeur d'opium, Thomas de Quincey. Tout neuf et d'occasion (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1905, p.19).Magasin d'occasion. Commerce où l'on trouve des objets d'occasion. Léon Daudet, dans son Paris vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d'occasion (Fargue,Piéton Paris, 1939, p.76).
Commerçant d'occasion (rare). Commerçant qui vend des objets d'occasion. Nos «assises» se tenaient au premier étage d'un marchand de vins établi au coin de la rue Bonaparte et de la place Saint-Sulpice, vis-à-vis d'un libraire d'occasion (Verlaine,OEuvres posth., t.2, Crit. et conf., 1896, p.258).
[Précédé de l'art. déf.] L'occasion. Ensemble des objets, des marchandises vendus d'occasion. Anton. le neuf.Le marché de l'occasion. En 1981, 4600000 véhicules d'occasion ont été immatriculés contre 1800000 voitures neuves, selon la Centrale des particuliers, qui estime que le chiffre d'affaires de l'occasion et celui du neuf sont du même ordre: environ 80 milliards de francs (Le Monde, Suppl., 13 févr. 1983, p.1, col. 1).
II. − Circonstance déterminante.
A. − [Le plus souvent suivi d'un compl. prép. de] Circonstance qui, sans être la cause véritable d'un fait, le facilite ou le déclenche. Elle aurait voulu avoir un prétexte, une occasion pour le renvoyer tout à fait, et se fâcher avec lui (Goncourt,MmeGervaisais, 1869, p.245).Nous avons eu en dix années bien des hauts et des bas. Les plus grandes occasions d'orgueil, des triomphes et les plus grandes occasions de désespoir, les effrondrements (Barrès,Cahiers, t.9, 1912, p.322):
4. Lettres de Flaubert. Cette liaison avec Louise Colet semble une série d'orages. Toute occasion est bonne au romancier pour contredire et rabrouer une femme qui paraît l'agacer autant qu'elle l'attire. Green,Journal, 1939, p.209.
B. − Locutions
1. Loc. verb.
Devenir, être, fournir l'occasion, une occasion de + subst. Donner lieu à, causer, provoquer, entraîner. Synon. occasionner.Les progrès de la société, la société elle-même n'est-elle que le théâtre, l'occasion, le mobile du développement de l'individu? (Guizot,Hist. civilis., leçon 1, 1828, p.27).La vieillesse, c'est quand tout concourt à devenir une occasion de fatigue (Barrès,Cahiers, t.7, 1909, p.295).Le repas continuait, les plats étaient enlevés les uns après les autres, non sans fournir à Mmede Guermantes l'occasion de spirituelles plaisanteries ou de fines historiettes (Proust,Guermantes 1, 1920, p.208).
Donner, être occasion à + subst. Même sens. Les citations dispendieuses des témoins, qui, par la longueur du procès, commencent à varier à la fin dans leurs dernières dépositions, et qui, par là, donnent occasion à des nouveaux procès aussi ruineux et aussi incertains que les premiers (Insmingds Doc. hist. contemp., 1789, p.35).La coutume [des spectacles dans les temples] fut interdite par les mandarins parce qu'elle était occasion à désordre (Philos., Relig., 1957, p.54-8).
Donner, être l'occasion, une occasion de + inf. Être le prétexte, la circonstance favorable, la bonne raison qui détermine à faire quelque chose. Dans le grand public, on a l'idée que les attachés militaires devraient être mêlés aux histoires d'espionnage, ce qui donne à une partie de la presse française l'occasion de conseiller à nouveau la suppression de l'institution des attachés militaires (Affaire Dreyfus, 1894, p.97).La mort d'un homme d'État est une occasion de méditer; et l'on voit partout des théologiens d'un instant (Alain,Propos, 1923, p.517).
Prendre occasion de (vieilli, littér.) + subst. + pour ou de + inf.Prendre prétexte de quelque chose (pour faire quelque chose); profiter d'une circonstance favorable (pour faire quelque chose). M. Canning nous cherche de toutes parts des torts et un prétexte pour reconnaître l'indépendance des colonies espagnoles. Il nous accuse d'avoir le dessein de les attaquer, et il en prend occasion d'envoyer des forces dans le Golfe du Mexique (Chateaubr.,Corresp., t.5,1823,p.73).31 mars - vendredi saint, à Henry de Groux: Mon cher Henry, je prends occasion de la mort de Notre Seigneur pour vous écrire (Bloy,Journal, 1899, p.313).
2. Loc. prép. À l'occasion de + subst.
Lors de. À l'occasion de la mort de ma mère, ma famille rompit toutes ses relations de société (Stendhal,H. Brulard, t.1, 1836, p.88).Leurs maîtres [des esclaves] pouvaient user d'eux à leur guise, voire même les tuer, ce qui se produisait parfois à l'occasion de cérémonies (Page,Dern. peuples primit., 1941, p.115).V. course ex. 4.
[Le subst. désigne une pers. ou une chose] Vieilli. Au sujet de ou à propos de. Il va [Locke] jusqu'à prétendre que le syllogisme n'ajoute rien à nos connaissances, et n'est qu'un moyen de disputer à leur occasion (Cousin,Hist. philos. XVIIIes., 2, 1829, p.468).Je sors justement de chez le juge d'instruction, où j'ai été appelé pour témoigner à l'occasion de ce malheureux enfant (Bourget,Disciple, 1889, p.54).Un long article où l'on défend Verlaine contre J. Lemaitre à l'occasion du sonnet: L'espoir luit comme un brin de paille (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1906, p.74).V. désaccoutumer ex.
C. − Spécialement
1. PHILOS. Synon. de cause occasionnelle (v. occasionnel A 2).Ils [les sens] sont les occasions de la connaissance; ils n'en sont pas les causes; les causes sont en nous et dans notre esprit (Cousin,Philos. écoss., 1857, p.336):
5. ... la cause reste bien la cause, et l'occasion n'occasionnerait même pas si elle ne présupposait la cause éminente qui la rend occasionnelle; l'occasion n'opère que parce que la situation est rendue instable, explosive, virtuellement féconde en effets potentiels grâce à la préexistence latente de la cause. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.105.
2. MOR., RELIG. Occasion (de péché). ,,Personne ou chose extérieure qui porte au péché`` (Marcel 1938). L'occasion est qualifiée par son caractère externe et doit donc être distinguée des conditions internes du péché [par exemple une passion violente ou la faiblesse morale du pécheur] (Foit.11968).
III.
A. − Circonstance (en général). Occasion difficile, officielle, solennelle; douloureuse, pénible occasion. Il y a des occasions où l'homme d'honneur doit se montrer (Scribe,Bertrand, 1833, iv, 6, p.201).Il se présenta avec une de ces figures navrées qu'on prend dans les occasions tristes (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Hérit., 1884, p.493).Il pense peu mais, en toute occasion, par une grâce profonde, il fait exactement ce qu'il faut (Sartre,Nausée, 1938, p.81).Comme elle est courte l'épée de la France, au moment où les Alliés se lancent à l'assaut de l'Europe! Jamais encore notre pays n'a, en une si grave occasion, été réduit à des forces relativement aussi limitées (De Gaulle,Mém. guerre, 1956, p.245).V. costumier B ex. de Estaunié:
6. Si atroce que fût la douleur, c'est seulement du répit amical apporté cette nuit-là par Roger que j'ai conservé le souvenir. Ce qu'il fut pour moi dans cette occasion, c'est cela même que je voudrais être pour d'autres. Gide,Ainsi soit-il, 1951, p.1238.
Gén. au plur. Grandes occasions. Événements importants, solennels, graves de la vie familiale, sociale. De toute la famille, je n'ai jamais embrassé que maman, et encore dans les grandes occasions (Duhamel,Cécile, 1938, p.72).Une bouteille de vieille chartreuse que je gardais pour une grande occasion (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p.36):
7. Je le vois encore s'en allant aux Tuileries, toutes ses croix sur la poitrine, dans ce bel habit de colonel rouge et or qu'il ne tirait de sa malle qu'aux grandes occasions. A. Daudet,Contes lundi, 1873, p.303.
B. − Locutions
1. Loc. adj. D'occasion. Synon. de occasionnel.
a) [Postposé à un subst. désignant une chose] Qui est le fait du hasard, des circonstances. Peu chercheur d'amour, il désirait avant tout une vie calme et se contentait des liaisons d'occasion qu'un jeune homme rencontre toujours (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Passion, 1882, p.825).Cette double fracture malencontreuse me procure (...) une vacance d'occasion (Arnoux,Zulma, 1960, p.7).V. aventure ex. 5.
Péj. De peu de valeur; faux. Héroïsme, vertu d'occasion. Une tendresse d'occasion, une fausse tendresse (Renard,Journal, 1892, p.125).
b) [Le subst. antéposé désigne une pers.] Qui est tel du fait des circonstances; qui accomplit une tâche qu'il n'accomplit pas habituellement ou professionnellement. Le docteur Dalichamp, son parrain d'occasion, un brave homme toujours prêt à adopter les enfants des malheureuses qu'il accouchait (Zola,Débâcle, 1892, p.95).Quelques tailleurs professionnels ou d'occasion parvinrent (...) à s'habiller par leurs propres moyens (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.237).V. égoutier ex.
Péj. Peu compétent; de peu de valeur. C'était pourtant un ramassis de bien vilain monde, ces artilleurs de la Commune. Des canonniers d'occasion, qui ne songeaient qu'à siffler leurs trois francs cinquante de haute paye (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p.180).Ces mémorialistes d'occasion inondent les vitrines des libraires et cèdent à l'illusion qu'ils pourront retoucher leur image éternelle, fixée à jamais dans l'Histoire (Mauriac,Gds hommes, 1949, p.226):
8. ... si au lieu d'un homme consciencieux, il y avait ici un type très service, ou simplement un imbécile, il pourrait comme ça, sans contrôle, avec des juges d'occasion, un avocat d'occasion et un général qui signe, faire tout le gâchis qu'il voudrait? Vercel,Cap. Conan, 1934, p.94.
2. Loc. adv. Par occasion. Par hasard; du fait des circonstances. Synon. occasionnellement.La plupart des hommes embrassent un état par occasion, suivant les conjonctures, sans avoir pu comparer les avantages ou les inconvénients qu'il présente (Say,Écon. pol., 1832, p.366).À Londres même, sauf quelques exceptions, les Français notoires qui s'y trouvaient, soit en service, soit par occasion, ne rejoignirent pas la France Libre (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.83).
C. − Vx. Rencontre de guerre; combat. Pauvres généraux des armées du Nord, de Sambre-et-Meuse, de Rhin-et-Moselle, des Pyrénées, de la Vendée, de partout, quelle quantité de combats, de batailles vous aviez livrés en 92, 93, 94, 95, dans des occasions terriblement plus graves, plus dangereuses que celles d'Italie! (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t.2, 1870, p.453).
Prononc. et Orth.: [ɔkazjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Ex. d'une graph. descriptive occâsion ds Canada 1930. Étymol. et Hist. 1. 1174 occasiun «raison, motif» (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 834); ca 1462 a l'occasion de «à cause de» (Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. P. Sweetser, La XCVIeNouvelle, p.539, 11); 2. a) fin xives. «circonstance qui vient à propos» (Aalma, 8304 ds Roques t.2, p.284); b) loc. adv. 1606 par occasion «accidentellement» (Crespin); 1671 dans les occasions «si l'occasion se présente» (Mmede Sévigné, Lettre à Mmede Grignan du 16 août ds Lettres, éd. Monmerqué, t.2, p.321); 1671 aux occasions (Id., Lettre à Mmede Grignan du 23 déc., t.2, p.444); 1859 à l'occasion (Ponson du Terr., Rocambole, t.4, p.359); prov. 1626 l'occasion fait le larron (Ch. Sorel, Hist. com. de Francion, t.4, livre 10, p.754); c) 1826 subst. (Balzac, OEuvres div., t.1, p.188); 1832 marchandises d'occasion (Raymond); 3. 1553 à l'occasion de «à propos de, au sujet de» (La Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Gen. 12). Empr. au lat. occasio «moment favorable, temps propice», subst. verbal de occidere «tomber, se coucher (en parlant des astres)». A remplacé l'a. fr. ochaison/achaison (xiie-xvies.) de forme pop. fréq. att. au sens de «accusation, poursuite en justice» d'où le a initial qui vient de accusare, accusatio. Fréq. abs. littér.: 8269. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 13320, b) 10105; xxes.: a) 9718, b) 12541. Bbg. Quem. DDL t.6.

Trésor de la Langue Française informatisé

OCCASION, subst. fém.

I. − Circonstance favorable.
A. −
1. Circonstance qui se présente à propos et pendant une durée limitée. L'occasion était trop belle; c'est l'occasion ou jamais! Le génie de Kléber ne jaillissait que par moments, quand il était réveillé par l'importance de l'occasion, et il se rendormait aussitôt après au sein de la mollesse et des plaisirs (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.145).Il n'était pas de ceux qui boudent les occasions. La plus mince aventure, en elle-même, l'excitait (Romains,Hommes bonne vol., 1932, p.235).Un esprit vif et calculateur, prompt à prendre une décision, apte à saisir l'occasion au vol, quitte à courir un risque (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.382).V. dégager ex. 7:
1. L'occasion ne veut pas qu'on la force, mais elle ne nous laisse pas non plus réfléchir trop longtemps. Une seconde d'hésitation, et tout est perdu! Le temps de prendre conscience et déjà l'occasion est irrémédiablement passée, en ne laissant derrière elle que le repentir pour tout héritage. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.132.
SYNT. Occasion alléchante, engageante, exceptionnelle, favorable, inespérée, magnifique, propice, providentielle, rare, sûre, tentante, unique; attendre, épier, guetter, manquer, négliger, provoquer, rater l'/une occasion; courir après l'/une occasion; profiter de l'occasion; bondir, sauter (fam.), se précipiter sur l'/une occasion; laisser échapper, s'envoler, passer, perdre l'/une occasion; attendre une meilleure occasion; se réserver pour une autre occasion; l'/une occasion mûrit, naît, s'offre, se présente, tarde, vient.
2. Loc. et expr.
a) Loc. verb. [Suivi de la prép. de]
[Suivi de l'inf.] (Chercher, donner, éviter (toute), fournir, offrir, trouver l'/une) occasion de faire qqc. Où est l'homme qui n'a pas rencontré dans sa vie une seule occasion d'être amoureux? (Balzac,Langeais, 1834, p.252).Les charbonniers s'exprimaient avec lenteur, cherchant leurs idées et pesant tous leurs termes, en hommes qui passent leur vie dans la solitude des bois, et n'ont guère l'occasion de bavarder (Moselly,Terres lorr., 1907, p.110).V. bénéficiaire ex. 3.
Expr. fam. Vous avez perdu une (belle) occasion de vous taire. Vous auriez mieux fait de vous taire. Tu viens de perdre une occasion de te taire. Étant donné ton âge, ces questions ne t'intéressent pas et je ne te demande pas ton avis (Camus,Caligula, 1944, ii, 10, p.47).
[Suivi d'un subst.] Je crois que tous les défauts sont dans toutes les femmes et n'attendent que l'occasion du développement (Constant,Journaux, 1804, p.167).J'ai saisi l'occasion d'un petit tête-à-tête avec Jibé pour lui demander, non sans égards, s'il avait envoyé la somme (Duhamel,Journal Salav., 1927, p.51).
b) Loc. adv.
À l'occasion. Si ou quand le moment se présente; si la situation l'exige ou le permet. Synon. éventuellement, le cas échéant*.Ce peuple, grand par la volonté, l'est aussi par le coeur, à l'occasion (Michelet,Chemins Europe, 1874, p.319).Une voix douce et frêle, qui savait même, à l'occasion, dire des choses très lestes, sans avoir l'air d'y toucher (Rolland,J.-Chr., Foire, 1908, p.732).V. anneau ex. 4.
À la première (prochaine, moindre) occasion. Dès que possible, dès qu'une occasion se présentera. Il ne vous aime pas. Il est flatté, tout simplement. Il vous lâchera à la première occasion (A. France,Lys rouge, 1894, p.241).Son système nerveux est maintenant tout prêt à s'emballer à la moindre occasion (Goncourt,Journal, 1895, p.830).C'est bon, si elles n'aiment pas le classique, on leur servira du moderne à la prochaine occasion! (Colette,Cl. école, 1900, p.63).
À toute occasion. Chaque fois qu'une occasion se présente. Ils eurent des scènes violentes, et cela se tourna promptement, en habitude. À toute occasion, il lui jetait au front de sèches vérités (Bourges,Crépusc. dieux, 1884, p.251).V. femme I B 2 ex. de Arland.
Dans l'occasion (vx). Synon. de à l'occasion (supra).La cour peut confier les forces de l'État aux hommes qui peuvent la servir dans l'occasion avec d'autant plus de succès qu'on leur aura travaillé une espèce de réputation de patriotisme (Robesp.,Discours, Guerre, t.8, 1792, p.87).Celui qui parle ici (...) se reconnaît la force de louer dans l'occasion quiconque lui semble louable, fût-ce un roi (Hugo,Rhin, 1842, p.445).
Par occasion (région. (Canada)). Synon. de à l'occasion (supra).Je suis venue par occasion. Ils doivent m'attendre sur la grève (Guèvremont,Marie-Didace, 1947, p.184 ds Richesses Québec 1982).
c) Expr. proverbiale. L'occasion fait le larron. Une circonstance favorable fait souvent faire des choses que l'on n'aurait peut-être pas songé à faire autrement. Souvent aussi le paysan se fait brigand pour quelques semaines, lorsqu'il sait un bon coup à faire. Il retourne ensuite à son champ. La Grèce est le pays du monde où l'occasion a fait le plus de larrons (About,Grèce, 1854, p.375).
3. MYTH. ,,Divinité qu'on représente sous la forme d'une femme nue, chauve par derrière, avec une longue tresse de cheveux par devant, un pied en l'air, et l'autre sur une roue, tenant un rasoir d'une main, et de l'autre une voile tendue au vent`` (Littré). Un dieu scalpa, comme l'Occasion, Le front serein de la Bêtise humaine (Banville,Odes funamb., 1859, p.259).Vous connaissez votre mythologie et la coiffure de Dame Occasion. Elle revient rarement sur ses pas, la coureuse (Toulet,Corresp. avec un ami, 1920, p.200):
2. Parfois l'Occasion vous contraint à la saisir en vous présentant sa mèche de cheveux devant la main, et de façon si opportune que ce serait sottise pure de ne pas s'y accrocher à pleins doigts; car, lâchée, elle ne revient point. Gautier,Fracasse, 1863, p.135.
P. allus., expr. proverbiale. L'occasion est chauve (v. ce mot A). Prendre, attraper, saisir l'occasion aux/par les cheveux (v. ce mot I C).
4. P. méton., vieilli. Personne fiable par qui on fait passer un courrier, un colis. J'ai huit pages à vous écrire du récit d'un seul jour, mais comme c'est une occasion qui vous porte cette lettre, je renvoie à demain les longs épanchements de mon coeur (Staël,Lettres div., 1793, p.494).Je vous envoie par une occasion sûre la note ci-jointe (Tocqueville,Corresp.[avec Reeve], 1852, p.131).
B. − Acquisition faite à un prix avantageux.
1. Bonne affaire pour l'acheteur. Synon. aubaine.L'étude d'huissier n'était que l'accessoire, le commerce des vieux meubles et des antiquités de tout genre était le principal. Par sa profession, il connaissait les bonnes occasions (Malot,R. Kalbris, 1869, p.61).Le commis faisait l'article, jurait que c'était tout soie, que le fabricant était en faillite, et qu'on ne retrouverait jamais une occasion pareille (Zola,Bonh. dames, 1883, p.621).Ce bateau-là, monsieur Brun ne l'a pas fait faire sur commande; et il ne l'a pas payé au prix d'un canot inchavirable. Il l'a payé 1.500 francs; c'est une occasion! (Pagnol,Fanny, 1932, ii, 3, p.119).V. assoiffer ex. 4:
3. Les occasions. De bibelots, fantaisies, voire même de villas et de châteaux pendant les saisons d'eaux; bons marchés dans les magasins ou à l'hôtel des ventes, ou échange entre gens du monde. Mallarmé,Dern. mode, 1874, p.743.
2. Bien (généralement de seconde main) mis ou remis en vente à un prix avantageux. Synon. usagé ; anton. neuf.Le mot occasion ne signifie pas (...) machine de rebut et la machine que vous achetez aujourd'hui neuve, est demain (...) occasion (Baudry de Saunier, Cycl., 1892, p.456).Là, déjeunaient ensemble deux couples de commerçants bien connus dans le quartier, l'un tenait une librairie, neuf et occasions, l'autre une galerie d'art (Vailland,Drôle de jeu, 1945, p.38).V. coupon ex. 1.
Loc. D'occasion
Loc. adv. [Postposé à un verbe] Acheter, vendre d'occasion; (objet) acheté, vendu d'occasion. Un bourgeois propriétaire se frottait les mains en admirant le canot acheté d'occasion, la veille, pour cinquante francs, à deux hommes qui le lui avaient vendu, comme ça, en passant (Maupass.,Contes et nouv., t.2, Âne, 1883, p.373).Une paire de chaussures neuves coûtait sept cents francs, d'occasion cent cinquante (Van der Meersch,Invas. 14, 1935, p.196).
Loc. adj. [Postposé à un subst.] Objet d'occasion; livres, meubles, voiture d'occasion. Il avait gardé le gilet d'occasion que lui avait vendu le fripier de la Villette (Ponson du Terr.,Rocambole, t.5, 1859, p.297).J'ai acheté en anglais: Les confessions d'un fumeur d'opium, Thomas de Quincey. Tout neuf et d'occasion (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1905, p.19).Magasin d'occasion. Commerce où l'on trouve des objets d'occasion. Léon Daudet, dans son Paris vécu, consacre plus de cinquante pages aux seuls quais, à ses bouquinistes et à ses librairies d'occasion (Fargue,Piéton Paris, 1939, p.76).
Commerçant d'occasion (rare). Commerçant qui vend des objets d'occasion. Nos «assises» se tenaient au premier étage d'un marchand de vins établi au coin de la rue Bonaparte et de la place Saint-Sulpice, vis-à-vis d'un libraire d'occasion (Verlaine,OEuvres posth., t.2, Crit. et conf., 1896, p.258).
[Précédé de l'art. déf.] L'occasion. Ensemble des objets, des marchandises vendus d'occasion. Anton. le neuf.Le marché de l'occasion. En 1981, 4600000 véhicules d'occasion ont été immatriculés contre 1800000 voitures neuves, selon la Centrale des particuliers, qui estime que le chiffre d'affaires de l'occasion et celui du neuf sont du même ordre: environ 80 milliards de francs (Le Monde, Suppl., 13 févr. 1983, p.1, col. 1).
II. − Circonstance déterminante.
A. − [Le plus souvent suivi d'un compl. prép. de] Circonstance qui, sans être la cause véritable d'un fait, le facilite ou le déclenche. Elle aurait voulu avoir un prétexte, une occasion pour le renvoyer tout à fait, et se fâcher avec lui (Goncourt,MmeGervaisais, 1869, p.245).Nous avons eu en dix années bien des hauts et des bas. Les plus grandes occasions d'orgueil, des triomphes et les plus grandes occasions de désespoir, les effrondrements (Barrès,Cahiers, t.9, 1912, p.322):
4. Lettres de Flaubert. Cette liaison avec Louise Colet semble une série d'orages. Toute occasion est bonne au romancier pour contredire et rabrouer une femme qui paraît l'agacer autant qu'elle l'attire. Green,Journal, 1939, p.209.
B. − Locutions
1. Loc. verb.
Devenir, être, fournir l'occasion, une occasion de + subst. Donner lieu à, causer, provoquer, entraîner. Synon. occasionner.Les progrès de la société, la société elle-même n'est-elle que le théâtre, l'occasion, le mobile du développement de l'individu? (Guizot,Hist. civilis., leçon 1, 1828, p.27).La vieillesse, c'est quand tout concourt à devenir une occasion de fatigue (Barrès,Cahiers, t.7, 1909, p.295).Le repas continuait, les plats étaient enlevés les uns après les autres, non sans fournir à Mmede Guermantes l'occasion de spirituelles plaisanteries ou de fines historiettes (Proust,Guermantes 1, 1920, p.208).
Donner, être occasion à + subst. Même sens. Les citations dispendieuses des témoins, qui, par la longueur du procès, commencent à varier à la fin dans leurs dernières dépositions, et qui, par là, donnent occasion à des nouveaux procès aussi ruineux et aussi incertains que les premiers (Insmingds Doc. hist. contemp., 1789, p.35).La coutume [des spectacles dans les temples] fut interdite par les mandarins parce qu'elle était occasion à désordre (Philos., Relig., 1957, p.54-8).
Donner, être l'occasion, une occasion de + inf. Être le prétexte, la circonstance favorable, la bonne raison qui détermine à faire quelque chose. Dans le grand public, on a l'idée que les attachés militaires devraient être mêlés aux histoires d'espionnage, ce qui donne à une partie de la presse française l'occasion de conseiller à nouveau la suppression de l'institution des attachés militaires (Affaire Dreyfus, 1894, p.97).La mort d'un homme d'État est une occasion de méditer; et l'on voit partout des théologiens d'un instant (Alain,Propos, 1923, p.517).
Prendre occasion de (vieilli, littér.) + subst. + pour ou de + inf.Prendre prétexte de quelque chose (pour faire quelque chose); profiter d'une circonstance favorable (pour faire quelque chose). M. Canning nous cherche de toutes parts des torts et un prétexte pour reconnaître l'indépendance des colonies espagnoles. Il nous accuse d'avoir le dessein de les attaquer, et il en prend occasion d'envoyer des forces dans le Golfe du Mexique (Chateaubr.,Corresp., t.5,1823,p.73).31 mars - vendredi saint, à Henry de Groux: Mon cher Henry, je prends occasion de la mort de Notre Seigneur pour vous écrire (Bloy,Journal, 1899, p.313).
2. Loc. prép. À l'occasion de + subst.
Lors de. À l'occasion de la mort de ma mère, ma famille rompit toutes ses relations de société (Stendhal,H. Brulard, t.1, 1836, p.88).Leurs maîtres [des esclaves] pouvaient user d'eux à leur guise, voire même les tuer, ce qui se produisait parfois à l'occasion de cérémonies (Page,Dern. peuples primit., 1941, p.115).V. course ex. 4.
[Le subst. désigne une pers. ou une chose] Vieilli. Au sujet de ou à propos de. Il va [Locke] jusqu'à prétendre que le syllogisme n'ajoute rien à nos connaissances, et n'est qu'un moyen de disputer à leur occasion (Cousin,Hist. philos. XVIIIes., 2, 1829, p.468).Je sors justement de chez le juge d'instruction, où j'ai été appelé pour témoigner à l'occasion de ce malheureux enfant (Bourget,Disciple, 1889, p.54).Un long article où l'on défend Verlaine contre J. Lemaitre à l'occasion du sonnet: L'espoir luit comme un brin de paille (Alain-Fournier,Corresp.[avec Rivière], 1906, p.74).V. désaccoutumer ex.
C. − Spécialement
1. PHILOS. Synon. de cause occasionnelle (v. occasionnel A 2).Ils [les sens] sont les occasions de la connaissance; ils n'en sont pas les causes; les causes sont en nous et dans notre esprit (Cousin,Philos. écoss., 1857, p.336):
5. ... la cause reste bien la cause, et l'occasion n'occasionnerait même pas si elle ne présupposait la cause éminente qui la rend occasionnelle; l'occasion n'opère que parce que la situation est rendue instable, explosive, virtuellement féconde en effets potentiels grâce à la préexistence latente de la cause. Jankél.,Je-ne-sais-quoi, 1957, p.105.
2. MOR., RELIG. Occasion (de péché). ,,Personne ou chose extérieure qui porte au péché`` (Marcel 1938). L'occasion est qualifiée par son caractère externe et doit donc être distinguée des conditions internes du péché [par exemple une passion violente ou la faiblesse morale du pécheur] (Foit.11968).
III.
A. − Circonstance (en général). Occasion difficile, officielle, solennelle; douloureuse, pénible occasion. Il y a des occasions où l'homme d'honneur doit se montrer (Scribe,Bertrand, 1833, iv, 6, p.201).Il se présenta avec une de ces figures navrées qu'on prend dans les occasions tristes (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Hérit., 1884, p.493).Il pense peu mais, en toute occasion, par une grâce profonde, il fait exactement ce qu'il faut (Sartre,Nausée, 1938, p.81).Comme elle est courte l'épée de la France, au moment où les Alliés se lancent à l'assaut de l'Europe! Jamais encore notre pays n'a, en une si grave occasion, été réduit à des forces relativement aussi limitées (De Gaulle,Mém. guerre, 1956, p.245).V. costumier B ex. de Estaunié:
6. Si atroce que fût la douleur, c'est seulement du répit amical apporté cette nuit-là par Roger que j'ai conservé le souvenir. Ce qu'il fut pour moi dans cette occasion, c'est cela même que je voudrais être pour d'autres. Gide,Ainsi soit-il, 1951, p.1238.
Gén. au plur. Grandes occasions. Événements importants, solennels, graves de la vie familiale, sociale. De toute la famille, je n'ai jamais embrassé que maman, et encore dans les grandes occasions (Duhamel,Cécile, 1938, p.72).Une bouteille de vieille chartreuse que je gardais pour une grande occasion (Simenon,Vac. Maigret, 1948, p.36):
7. Je le vois encore s'en allant aux Tuileries, toutes ses croix sur la poitrine, dans ce bel habit de colonel rouge et or qu'il ne tirait de sa malle qu'aux grandes occasions. A. Daudet,Contes lundi, 1873, p.303.
B. − Locutions
1. Loc. adj. D'occasion. Synon. de occasionnel.
a) [Postposé à un subst. désignant une chose] Qui est le fait du hasard, des circonstances. Peu chercheur d'amour, il désirait avant tout une vie calme et se contentait des liaisons d'occasion qu'un jeune homme rencontre toujours (Maupass.,Contes et nouv., t.1, Passion, 1882, p.825).Cette double fracture malencontreuse me procure (...) une vacance d'occasion (Arnoux,Zulma, 1960, p.7).V. aventure ex. 5.
Péj. De peu de valeur; faux. Héroïsme, vertu d'occasion. Une tendresse d'occasion, une fausse tendresse (Renard,Journal, 1892, p.125).
b) [Le subst. antéposé désigne une pers.] Qui est tel du fait des circonstances; qui accomplit une tâche qu'il n'accomplit pas habituellement ou professionnellement. Le docteur Dalichamp, son parrain d'occasion, un brave homme toujours prêt à adopter les enfants des malheureuses qu'il accouchait (Zola,Débâcle, 1892, p.95).Quelques tailleurs professionnels ou d'occasion parvinrent (...) à s'habiller par leurs propres moyens (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.237).V. égoutier ex.
Péj. Peu compétent; de peu de valeur. C'était pourtant un ramassis de bien vilain monde, ces artilleurs de la Commune. Des canonniers d'occasion, qui ne songeaient qu'à siffler leurs trois francs cinquante de haute paye (A. Daudet, Contes lundi, 1873, p.180).Ces mémorialistes d'occasion inondent les vitrines des libraires et cèdent à l'illusion qu'ils pourront retoucher leur image éternelle, fixée à jamais dans l'Histoire (Mauriac,Gds hommes, 1949, p.226):
8. ... si au lieu d'un homme consciencieux, il y avait ici un type très service, ou simplement un imbécile, il pourrait comme ça, sans contrôle, avec des juges d'occasion, un avocat d'occasion et un général qui signe, faire tout le gâchis qu'il voudrait? Vercel,Cap. Conan, 1934, p.94.
2. Loc. adv. Par occasion. Par hasard; du fait des circonstances. Synon. occasionnellement.La plupart des hommes embrassent un état par occasion, suivant les conjonctures, sans avoir pu comparer les avantages ou les inconvénients qu'il présente (Say,Écon. pol., 1832, p.366).À Londres même, sauf quelques exceptions, les Français notoires qui s'y trouvaient, soit en service, soit par occasion, ne rejoignirent pas la France Libre (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.83).
C. − Vx. Rencontre de guerre; combat. Pauvres généraux des armées du Nord, de Sambre-et-Meuse, de Rhin-et-Moselle, des Pyrénées, de la Vendée, de partout, quelle quantité de combats, de batailles vous aviez livrés en 92, 93, 94, 95, dans des occasions terriblement plus graves, plus dangereuses que celles d'Italie! (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t.2, 1870, p.453).
Prononc. et Orth.: [ɔkazjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Ex. d'une graph. descriptive occâsion ds Canada 1930. Étymol. et Hist. 1. 1174 occasiun «raison, motif» (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 834); ca 1462 a l'occasion de «à cause de» (Les Cent Nouvelles Nouvelles, éd. F. P. Sweetser, La XCVIeNouvelle, p.539, 11); 2. a) fin xives. «circonstance qui vient à propos» (Aalma, 8304 ds Roques t.2, p.284); b) loc. adv. 1606 par occasion «accidentellement» (Crespin); 1671 dans les occasions «si l'occasion se présente» (Mmede Sévigné, Lettre à Mmede Grignan du 16 août ds Lettres, éd. Monmerqué, t.2, p.321); 1671 aux occasions (Id., Lettre à Mmede Grignan du 23 déc., t.2, p.444); 1859 à l'occasion (Ponson du Terr., Rocambole, t.4, p.359); prov. 1626 l'occasion fait le larron (Ch. Sorel, Hist. com. de Francion, t.4, livre 10, p.754); c) 1826 subst. (Balzac, OEuvres div., t.1, p.188); 1832 marchandises d'occasion (Raymond); 3. 1553 à l'occasion de «à propos de, au sujet de» (La Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Gen. 12). Empr. au lat. occasio «moment favorable, temps propice», subst. verbal de occidere «tomber, se coucher (en parlant des astres)». A remplacé l'a. fr. ochaison/achaison (xiie-xvies.) de forme pop. fréq. att. au sens de «accusation, poursuite en justice» d'où le a initial qui vient de accusare, accusatio. Fréq. abs. littér.: 8269. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 13320, b) 10105; xxes.: a) 9718, b) 12541. Bbg. Quem. DDL t.6.

Wiktionnaire

Nom commun

occasion \ɔ.ka.zjɔ̃\ féminin

  1. Rencontre, conjoncture ou concours fortuit et éphémère de circonstances qui favorise temporairement une entreprise, un dessein, etc.
    • Il régnait, en fait, depuis la maladie de son père (1179) et n’avait négligé aucune occasion d’affirmer son autorité, en prenant le contrepied des décisions paternelles. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Quelques hommes seulement prirent part aux obsèques et peu de femmes même, de celles qui profitent de toutes les occasions pour sortir leurs vêtements noirs, leurs toquets de crêpe et qui aiment renifler l’odeur de l’encens. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il lui représenta donc charitablement qu’il aurait grand tort de ne pas profiter de l’occasion qui lui était offerte pour faire marcher un salaud de richard qui jetait sans scrupules le déshonneur et la misère dans les familles pauvres, mais honorables. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […] dans le cas où une circulaire modifie le contenu de circulaires applicables, il y a lieu de privilégier la solution consistant à abroger ces dernières et réécrire l’ensemble du dispositif plutôt que de laisser au lecteur la charge d’en assurer la combinaison. Cette méthode est l’occasion de vérifier l’actualité du contenu des circulaires applicables dans le domaine considéré. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
  2. Ce qui donne lieu à une chose.
    • Et pourquoi cela, Madame ? demanda Charles IX en fixant sur sa mère son œil vitreux qui, dans certaines occasions, devenait si pénétrant. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre VI)
    • A la bride et au mors arabe on ajoute, aux grandes occasions, une large bande frontale ornée de franges et un gros gland pendant au cou du cheval. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 85)
    • Le cadeau ou objet publicitaire de faible valeur est largement utilisé en de nombreuses occasions.[…]. Les classiques sont les stylos à bille, les briquets, les calendriers, les porte-clefs, les sacs, les pochettes d’allumettes, les cartes à jouer. — (Rémi-Pierre Heude, Guide de la communication pour l'entreprise, page 60, Éditions Maxima, 2005)
  3. Objet d’un prix moins élevé que celui des objets de même espèce, soit parce qu’il a déjà servi, soit pour toute autre raison.
    • Suzanne, en minaudant, me parle d’un manteau de fourrure, véritable occasion pour cet hiver et qu’il ne faudrait pas laisser passer ! — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 230)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OCCASION. n. f.
Rencontre, conjoncture, concours fortuit de circonstances qui favorise une entreprise, un dessein, etc. Occasion favorable. Chercher, saisir l'occasion, les occasions. Je lui ferai plaisir à l'occasion, quand l'occasion s'en présentera, s'en trouvera. Il faut attendre l'occasion. Ne pas perdre l'occasion. Manquer l'occasion. Profiter de l'occasion. Laisser échapper, laisser passer l'occasion. En toute occasion. Dans toutes les occasions. Par occasion. Suivant l'occasion, selon l'occasion. Il a montré de la fermeté dans une occasion difficile. Je n'ai pas souvent l'occasion de lui parler. J'ai pris occasion de son départ pour l'engager à régler notre affaire. Prov. et fig., L'occasion fait le larron, Souvent l'occasion fait faire des choses auxquelles on n'aurait pas songé. Prov. et fig., Il faut prendre l'occasion aux cheveux, Dès que l'occasion se présente, il faut la saisir et en profiter. L'occasion est chauve, Elle est difficile à saisir, on n'a qu'un moment pour la saisir. Fig. et fam., Un peintre d'occasion, un professeur d'occasion, Qui peint, qui enseigne par suite de circonstances fortuites et sans y être suffisamment préparé.

OCCASION désigne encore Ce qui donne lieu à une chose. Cela est arrivé à l'occasion de la guerre. Il n'en est pas la cause, il n'en est que l'occasion, l'occasion innocente. Une occasion de dispute, de procès, de scandale, de péché. Fuir les occasions du péché. En termes de Théologie, Occasions prochaines de péché, ou simplement Occasions prochaines, Celles qui sont présentes ou qui peuvent porter facilement au péché.

D'OCCASION se dit aussi des Objets d'un prix moins élevé que celui des objets de même espèce, soit parce qu'ils ont déjà servi, soit pour toute autre raison. J'ai acheté, j'ai eu ce livre d'occasion. Meuble d'occasion. Par extension, C'est une occasion. Profiter des occasions.

À L'OCCASION, loc. adv. Au moment favorable. À l'occasion il saura se montrer. À la première occasion, Au premier moment favorable.

Littré (1872-1877)

OCCASION (o-ka-zion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Rencontre d'affaires, de lieux, de temps, convenable pour quelque chose. Je n'eusse pas tant différé à vous remercier très humblement, si j'en eusse trouvé l'occasion, Voiture, Lett. 22. L'occasion qui flatte anime l'espérance, Corneille, Œdipe, I, 4. L'occasion qui plaît semble toujours propice, Corneille, Sophon. III, 3. L'occasion est belle, il nous la faut chérir, Corneille, Hor. II, 3. Prenons l'occasion, tandis qu'elle est propice, Corneille, Cinna, I, 3. L'occasion vous rit, et vous en userez, Corneille, Pomp. II, 3. Sire, à trop consulter, l'occasion se passe, Rotrou, Antig. V, 6. Dans les grandes affaires, on doit moins s'appliquer à faire naître des occasions, qu'à profiter de celles qui se présentent, La Rochefoucauld, Max. 452. L'âne vint à son tour et dit : j'ai souvenance Qu'en un pré de moines passant, La faim, l'occasion, l'herbe tendre et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue, La Fontaine, Fabl. VII, 1. Mais ce que vaut l'occasion, Vous l'ignorez, allez l'apprendre, La Fontaine, Nicaise. Je pris occasion du temps pour lui demander…, Pascal, Prov. V. Que pouvait penser le prince, si ce n'est que, pour accomplir les plus grandes choses, rien ne manquerait à ce digne fils que les occasions ? Bossuet, Louis de Bourbon. Il fallait opposer à tant d'ennemis un homme qui sût, selon les occasions, profiter de ses avantages, Fléchier, Turenne. Comme elle connaissait ce que peuvent les occasions sur les résolutions les plus sages, La Fayette, Pr. Clèves, Œuv. compl. t. II, p. 262, dans POUGENS. L'occasion est belle, il la faut embrasser, Racine, Phèdre, V, 1. Les occasions préviennent presque leurs désirs [des puissants], Massillon, Pet. carême, Tentat. des gr. Le respect menait à sa cour ceux même qui n'y allaient plus que pour de véritables occasions, Saint-Simon, 273, 185. Pélée, à ce discours, portant au loin sa vue, Voit paraître l'objet qui le tient sous ses lois ; Heureux que pour lui seul l'occasion perdue Renaisse une seconde fois, Rousseau J.-B. Cantate 6, Thétis. L'occasion est un attrait ; mais, si l'occasion ne venait pas au-devant de lui, il irait bientôt au-devant d'elle, Marmontel, Apolog. théât. Œuv. t. XVI, p. 450, dans POUGENS.

    Occasion de, avec un verbe à l'infinitif. Je suis bien aise qu'il se soit présenté occasion d'en mettre mon sentiment par écrit, Guez de Balzac, liv. IV, lett. 9. Elle prend occasion de faire savoir sa passion, Corneille, D. Sanche, Examen. Pourvu qu'on ne prenne pas de là occasion de demeurer…, Pascal, Prov. X. Si l'occasion vous vient de rendre quelque service, Sévigné, 1. Ils embrassèrent cette occasion de se relever, Bossuet, Hist. I, 8. Il manqua l'occasion de prendre la ville, Bossuet, ib. II, 9. Narbal prit cette occasion de me mettre en liberté, Fénelon, Tél. III. Crois-moi, l'occasion de faire des heureux est plus rare qu'on ne pense, Rousseau, Hél. I, 29. Si je me suis prêtée à l'occasion de devenir riche, c'est pour te rendre mille fois le bien que tu nous as fait, Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie.

    Mettre en occasion de…, donner la faculté de. Plus on met le peuple en occasion de frauder, plus on enrichit celui-ci et on appauvrit celui-là, Montesquieu, Espr. XIII, 8. Je demeurais quelquefois une heure ou deux dans une compagnie sans qu'on m'eût regardé, et qu'on m'eût mis en occasion d'ouvrir la bouche, Montesquieu, Lett. pers. 30.

    Faire l'occasion, procurer l'occasion. En faveur de mes feux parlez à cette belle, Et, comme mon amour a peu d'accès chez elle, Faites l'occasion quand je vous irai voir, Corneille, Suite du Ment. V, 3.

  • 2 Terme de mythologie. Divinité qu'on représente sous la forme d'une femme nue, chauve par derrière, avec une longue tresse de cheveux par devant, un pied en l'air, et l'autre sur une roue, tenant un rasoir d'une main, et de l'autre une voile tendue au vent.

    Prendre l'occasion aux cheveux, saisir rapidement le moment favorable de faire quelque chose. C'est une occasion qu'il faut prendre vite aux cheveux, Molière, l'Avare, I, 7.

    L'occasion est chauve, elle est difficile à saisir, on n'a qu'un moment pour la saisir.

  • 3Circonstance. J'étais alors en Allemagne, où l'occasion des guerres qui n'y sont pas encore finies m'avait appelé, Descartes, Méth. II, 1. La fuite est glorieuse en cette occasion, Corneille, Hor. IV, 2. À chaque occasion de la cérémonie, à l'envi l'un et l'autre étalait sa manie, Corneille, Poly. III, 2. Mais quelle occasion mène Évandre vers nous ? Corneille, Cinna, I, 3. Cherchez le plus utile en cette occasion, Corneille, ib. IV, 4. Seigneur, l'occasion fait un cœur différent, Corneille, Nicom. IV, 5. Les occasions nous font connaître aux autres et encore plus à nous-mêmes, La Rochefoucauld, Max. 345. Votre naissance dépend d'un mariage, ou plutôt de tous les mariages de ceux dont vous descendez ; mais ces mariages d'où dépendent-ils ? d'une visite faite par rencontre, d'un discours en l'air, de mille occasions imprévues, Pascal, Cond. des grands, 1er disc. En quelles occasions un religieux peut-il quitter son habit sans encourir l'excommunication ? Pascal, Prov. VI. Il… faut… écrire… ; les compliments ne suffisent pas en ces occasions, Sévigné, 23 déc. 1671. Il accommodait ses dogmes à l'occasion, Bossuet, Var. 5. Je ne m'étais chargé dans cette occasion Que d'excuser César d'une seule action, Racine, Brit. I, 2. Il le loue, il l'excuse en toute occasion, Fénelon, Tél. XII.

    Les grandes occasions, les circonstances importantes, graves de la vie. Vous me mandiez l'autre jour, que c'était dans les petites choses que l'on témoignait son amitié… dans les grandes occasions l'amour-propre y a trop de part, l'intérêt de la tendresse est noyé dans celui de l'orgueil, Sévigné, 308. Vous dites que cela n'est arrivé que dans les grandes occasions, Voltaire, Dict. phil. Juifs. L'âme se proportionne insensiblement aux objets qui l'occupent, et ce sont les grandes occasions qui font les grands hommes, Rousseau, Disc. rétabl. des sc. Périclès se réservait, comme la galère sacrée, pour les grandes occasions, Courier, Lett. II, 329.

  • 4Raison, motif, sujet, ce qui donne lieu à quelque chose. Il me déplaît seulement de penser, qu'avec toute cette tendresse que vous me témoignez, il y a quelque occasion pour laquelle vous voudriez que je fusse pendu, Voiture, Lett. 41. Dorise se feint être un gentilhomme contraint, pour quelque occasion, de se retirer de la cour, Corneille, Préf. de Clit. Je sais tout, et de plus ma bonté paternelle M'a fait y consentir, et votre esprit discret N'a plus d'occasion de m'en faire un secret, Corneille, Ment. V, 1. Je voudrais, pour la perfection, que ces personnages servissent encore à quelqu'autre chose dans la pièce, et qu'ils y fussent introduits par quelqu'autre occasion que celle d'écouter ce récit, Corneille, Premier disc. D'autres personnes que vous traitez d'hérétiques ; comme j'en suis l'occasion, je.. Pascal, Prov. XVII. Interroge ton directeur, quand mes propres paroles te sont occasion de mal et de vanité ou curiosité, Pascal, le Mystère de Jésus, 2, édit. FAUGÈRE. Leur chute [des Juifs] a donné occasion au salut des gentils, Bossuet, Hist. II, 7. Faire naître des occasions de guerre, Bossuet, ib. III, 7. Ces victoires furent une occasion de proposer de nouveaux partages, Bossuet, ib. I, 9. Celles qui ne nous épargnent nulles occasions de jalousie, La Bruyère, IV. Et d'un lieu de sûreté se font une occasion de chute, Massillon, Carême, Vocat. La mort de Lucrèce ne fut que l'occasion de la révolution qui arriva, Montesquieu, Rom. 1. Je n'étais point la cause de cet accident [un incendie dans le château de Maisons], mais j'en étais l'occasion malheureuse, Voltaire, Lett. Breteuil, janv. 1724.

    Terme ecclésiastique. Occasions prochaines de péché, ou, simplement, occasions prochaines, ou même, plus simplement, occasions, celles qui sont présentes ou qui peuvent porter facilement au péché. Est-il permis de rechercher les occasions de pécher ? Pascal, Prov. V. Ils ont cru que, si l'excès n'y était pas toujours, au moins l'occasion prochaine de l'excès en était moralement inséparable, Bourdaloue, 6e dim. après la Pentec. Domin. t. III, p. 25. L'occasion que ces exemples de dérèglement donnent aux âmes faibles, Massillon, Carême, Médis.

    Il se dit en un sens analogue dans le langage général. L'occasion prochaine de la pauvreté c'est de grandes richesses, La Bruyère, VI.

  • 5Engagement de guerre, rencontre, combat (vieilli en ce sens). On comptait hier, au petit coucher, dix-huit batailles ou grandes occasions où il [Turenne] s'était trouvé, Pellisson, Lett. hist. t. II, p. 381, dans POUGENS. Vous ne m'expliquez que trop bien les périls de votre voyage ; je ne les comprends pas, c'est-à-dire je ne comprends pas comment on peut s'y exposer ; j'aimerais mieux aller à l'occasion, j'affronterais plus aisément la mort dans la chaleur du combat…, Sévigné, 2 juin 1672. Songez au plaisir qu'aura votre fils de faire bien sa cour, et d'avoir été à la première occasion où Monseigneur a commencé le personnage de conquérant, Sévigné, à Mme de Grignan, 3 nov. 1688. Il y a eu une sotte occasion dans l'armée du maréchal d'Humières, où Nogaret a été dangereusement blessé, Sévigné, 2 août 1689. Il y en a une infinité qui ont péri en cette rude occasion [le passage du Rhin], Sévigné, 17 juin 1672. Il [Charles de Sévigné] eut quarante de ses gendarmes tués derrière lui ; je ne comprends pas comme l'on peut revenir de ces occasions si chaudes et si longues…, Sévigné, 23 août 1678. Il [le siége de Namur par les alliés] nous paraît d'une fureur digne du maréchal [Boufflers] qui le défend ; toutes les occasions sont des batailles, Sévigné, Lett. à Coulanges, 6 août 1695. Vous ne sauriez vous empêcher d'être au milieu des ennemis un jour d'occasion, Hamilton, Gramm. 5.
  • 6Par occasion, accidentellement. Ce n'est que par occasion que les rois ont des ennemis à vaincre ; c'est par institution qu'ils ont des sujets à gouverner, Fléchier, Lamoignon. Aussi ne fut-ce que par occasion que les Juifs négocièrent dans la mer Rouge, Montesquieu, Espr. XXI, 6.
  • 7À l'occasion de, au sujet de. La haine que pour vous elle a si naturelle, à mon occasion encor se renouvelle, Corneille, Nicom. I, 1. Enfin tout n'est qu'horreur et que confusion, Et tout, Créon, et tout à votre occasion, Rotrou, Antig. V, 5. À l'occasion de ces prétendus jours malheureux, il fut rendu à Alexandre un des plus jolis oracles qui ait jamais été, Fontenelle, Oracl. I, 13. Tant de peuples qui ont souffert à votre occasion, les soulagez-vous ? Massillon, Carême, Pâques. Simonide, à l'occasion d'un lutteur qui avait remporté le prix à coups de poing aux jeux olympiques, chanta dans une belle ode les louanges de Castor et de Pollux, Voltaire, Dict. phil. Xénophane.

    Absolument. À l'occasion, c'est-à-dire si le moment favorable se présente, si le cas l'exige. À l'occasion il prendra la parole.

  • 8À la première occasion, au premier moment favorable. Il ne manquerait pas de l'épouser à la première occasion, Hamilton, Gramm. 9. L'autre le remercia par un signe de tête, et lui promit de lui rendre cet argent à la première occasion, Voltaire, Candide, 27.

    À toute occasion, chaque fois que l'occasion se présente. L'amitié demande un peu plus de mystère, Et c'est assurément en profaner le nom, Que de vouloir le mettre à toute occasion, Molière, Mis. I, 1.

  • 9Dans les occasions, aux occasions, c'est-à-dire quand l'occasion se présente. Je ne me tairai pas des merveilles que fait M. de Grignan pour le service de Sa Majesté ; je l'avais déjà fait aux occasions, et le ferai encore, Sévigné, 23 déc. 1671. L'espérance qu'elle [Mme Foucquet] avait que la Providence donnerait à Mme de Montespan, dans les occasions, quelque souvenir et quelque pitié de ses malheurs, Sévigné, 17 mai 1676. Il faudrait quelquefois ménager ceux qui pourraient faire un bon personnage dans les occasions, Sévigné, t. V, p. 521, éd. RÉGNIER.
  • 10D'occasion, loc. adv. qui se dit d'objets que l'on achète à bon marché, soit parce qu'ils ont déjà servi, soit parce que le marchand veut s'en défaire. J'ai acheté ce livre d'occasion.

    On dit de même : marchandise d'occasion, meuble d'occasion, magasin d'occasion.

    Fig. et familièrement. D'occasion, de valeur très secondaire. Une vertu d'occasion. Un héros d'occasion.

    PROVERBE

    L'occasion fait le larron, c'est-à-dire l'occasion fait faire des choses auxquelles on n'aurait pas songé.

SYNONYME

1. OCCASION, OCCURRENCE., Occasion vient du latin cadere, et indique ce qui échoit ; occurrence vient du latin currere, et indique ce qui se présente comme en accourant. Ces deux mots seraient donc extrêmement voisins, si l'usage n'avait attaché à occasion le sens d'occurrence favorable, bonne à saisir.

2. OCCASION, CONJONCTURE., Conjoncture du latin con-jungere, joindre ensemble, indique un concours d'événements, tandis que dans occasion l'idée de concours n'existe pas.

HISTORIQUE

XIIe s. Je di que mort m'avez sans achoison [motif], Couci, VII. Moult [je] m'esmerveil quels est li ochoisons, Qu'ele me fait si longuement languir, ib. XII. Car je forfis, et moie est l'achesons [et mienne est la faute], ib. X. D'aler à lui [elle] or ai pris l'achoison, ib. XXIV. Et maugré tout mon lignage [je] Ne quier ochoison trouver [je ne veux trouver occasion de me marier] ; D'autre fasse mariage ; Folz est cui j'en oi [ouis] parler, Dame de Faiel, dans Couci. Vez ci bone achoison pour la voie laissier, Sax. XVI.

XIIIe s. Por ce que li dus eust droite ochoison de demorer s'il vosist [s'il voulût], Villehardouin, XL. Lors te prendras à devaler, Et querras achoison d'aler De rechief encore en la rue, Où tu auras cele veüe Que tu n'osas metre à raison, la Rose, 2390. Tu dois garder porquoi tu paroles, ce est à dire l'achoison de tez diz ; car Seneques commande que tu enquieres l'achoison de totes choses, Latini, Trésor, p. 362. Et quant si fil [ses petits] perdent la veue par aucune achoison, il [l'hirondelle] aporte une herbe que on apele celidoine, qui les garit et lor rent la veue, Latini, ib. p. 217.

XIVe s. Hanin, portant lettres en cell ocquison à Mons…, Caffiaux, Abattis de maisons, p. 7.

XVe s. Et pour ravoir la verité des lointaines besognes… je pris voie et achoison raisonnable d'aller devers haut prince… monseigneur Gaston de Foix et de Bearn, Froissart, II, III, 1. Et pour très petite ocquoison Passoie devant sa maison, Et jettoie mes yeux vers elle, Froissart, Espinette amour. L'occasion de la venue dudit duc de Bourbon estoit pour gagner…, Commines, I, 2. Je ne lui veulx point du tout imputer l'occasion de la guerre, Commines, IV, 13. Il estoit peu connu de gens, à l'occasion [à cause] que toujours avoit esté hors du pays, Louis XI, Nouv. XCVIII.

XVIe s. Puis le reprint [Dieu], quand par grefve achoison Un Ferrarois luy donna la poison, Marot, III, 258. [Décision, appréciation] Par quoy à toy en laisse l'achoison, Qui sçais où sont les termes de raison, Marot, IV, 133. Pour lui montrer le peu d'occasion [sujet] qu'elle avoit de l'aimer, Marguerite de Navarre, Nouv. X. C'estoit un homme plein de mauvais vouloir, vu que, pour si peu d'occasion [chance de succès], il faisoit une si meschante entreprise, Marguerite de Navarre, ib. XLI. L'occasion, la compaignie, le bransle mesme de ma voix, Montaigne, I, 42. Les occasions [circonstances] de la guerre, Montaigne, I, 49. Donner occasion de…, Montaigne, I, 91. Ils penserent qu'ils ne prenoient pas sans occasion [motif, connaissance de cause] cette sorte de vengeance, Montaigne, I, 240. Dieu sourdre fait de la guerre achoison, Quand ruiner il veut une maison, Amyot, Comment lire les poëtes, 6. Les Atheniens auparavant estoient espars en plusieurs bourgs et à ceste occasion mal aisez à assembler, quand il estoit question de donner ordre à une chose concernant le bien public, Amyot, Thesée, 28. Soudain les chevaulx, sans que l'on apperceust occasion quelconque pourquoy, s'effroyerent, Amyot, Publ. 26.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

OCCASION, s. f. (Gram.) moment propre par le concours de différentes circonstances pour agir ou parler avec succès. Je chercherai l’occasion de vous servir ; il a montré de la fermeté dans une occasion difficile ; fuyez l’occasion de faillir ; l’occasion fait le larron.

Occasion, (Mythologie.) les Grecs personnifierent l’Occasion, qu’ils nommerent Καιρος, & qu’un poëte a dit être le plus jeune des fils de Jupiter. Les Eléens lui avoient érigé un autel. Les Romains en firent une déesse, parce qu’en latin son nom est féminin. On représentoit ordinairement cette divinité sous la figure d’une femme nue & chauve par derriere. Elle portoit un pié en l’air & l’autre sur une roue, tenant un rasoir de la main droite & un voile de la main gauche. Ausone l’a peinte ainsi dans une de ses épigrammes, & l’explication de ces symboles n’est pas difficile. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « occasion »

(Siècle à préciser) Du latin occasio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. occasio, ocaizo, ochaiso, uchaiso ; espagn. ocasion ; ital. occasione ; du lat. occasionem, qui vient de occasum, supin de occidere, advenir, proprement tomber, de ob, et cadere (voy. CHOIR). L'ancienne langue avait, de occasionem, fait ochoison, achoison ; c'est au XVe siècle que commence la forme purement latine occasion. Dans la suite achoison et occasion luttent ensemble, et le dernier finit par triompher.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « occasion »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
occasion ɔkazjɔ̃

Citations contenant le mot « occasion »

  • L'occasion a tous ses cheveux au front : quand elle est outre passée, vous ne la pouvez plus révoquer* ; elle est chauve par le derrière de la tête, et jamais plus ne retourne. François Rabelais, Gargantua, 37
  • Les occasions sont indifférentes, l'usage qu'on en fait ne l'est pas. Épictète, Entretiens, II, 5, 1 (traduction E. Bréhier)
  • À la guerre, l'occasion n'attend pas. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, I, 142, 1 (traduction J. de Romilly)
  • L’occasion fait le larron. De Proverbe français
  • On ne connaît point les femmes, elles ne se connaissent pas elles-mêmes, et ce sont les occasions qui décident des sentiments de leur cœur. Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette, Zaïde
  • Toute épreuve est une "occasion donnée". De Joseph Malègue
  • En commerce, l'occasion est tout. De Honoré de Balzac / Histoire de César Birotteau
  • Mourir : occasion posthume de faire parler de soi. De Léo Campion
  • Perdu hier... une bonne occasion de me taire. De Pierre Dac
  • Le beaucoup savoir apporte l'occasion de plus douter. De Michel de Montaigne / Essais
  • La faim, l'occasion, l'herbe tendre, et, je pense, Quelque diable aussi me poussant, Je tondis de ce pré la largeur de ma langue. Jean de La Fontaine, Fables, les Animaux malades de la peste
  • Vends corbillard occasion : levier de vitesse bloqué au point mort. De Pierre Dac
  • L'occasion. Notre seul pouvoir est de la saisir. De Jean Grenier / Lexique
  • L'occasion manquée est celle-là même qui compte. De Antoine de Saint-Exupéry / Citadelle
  • Mieux vaut se préparer à saisir une occasion qui ne viendra peut-être jamais que d'être pris au dépourvu quand l'occasion se présente. De Lee Brown
  • Quand un voleur ne trouve plus l'occasion de voler, il se croit honnête homme. De Le Talmud
  • Elle pensait que l'occasion faisait le péché, et ne savait pas que le péché forge l'occasion. De Marguerite de Navarre / Pensées de la reine de Navarre
  • La souffrance n'est pas une occasion de haïr, c'est une occasion d'aimer. De Eric-Emmanuel Schmitt / L'Evangile selon Pilate
  • Chaque livre est aussi la somme des malentendus dont il est l'occasion. De Georges Bataille / Somme athéologique
  • Un bon achat passe par la planification de votre budget. Avant de commencer sa recherche, définissez le montant total ou mensuel que vous souhaitez y consacrer. L’offre en occasion est abondante, et vous trouverez une voiture dans votre budget. , Magazine Automobile | Occasion : 10 conseils pour bien acheter une voiture
  • Finie, la berline “à la papa” de Peugeot ? C’est ce que revendique cette deuxième génération de 508, vendue depuis septembre 2018. L’habitabilité y perd ce que l’esthétique y gagne, mais la Lionne a d’autres atouts pour vous séduire au moment où les premières occasions sont affichées un peu au-dessus de 23 000 €. L'Automobile Magazine, Que vaut la dernière Peugeot 508 en occasion ? - L'Automobile Magazine
  • 595 942 véhicules d’occasion ont été immatriculés en juin 2020, soit une hausse de 29,1 % comparé au mois de juin 2019. En détail, notons quelques tendances particulièrement marquées. Hausse vertigineuse du véhicule d’occasion récent Selon AAA Data, 44 450 véhicules d’occasion (VO) âgés de 6 à 12 mois ont été échangés au mois de juin 2020, en progression de 107,4 % par rapport à 2019. La part de marché de cette catégorie atteint ainsi 7,5 %. Les retours anticipés des loueurs de courte durée et les véhicules de démonstration qui ont été immobilisés sur les parcs des concessionnaires ont permis aux professionnels de proposer des offres attractives aux consommateurs. Ce profil de VO termine le semestre avec 142 368 unités échangées, en repli de 9,3 % contre 17,4 % au global, ce qui en fait le deuxième segment de produits le moins touché après les véhicules de plus de 15 ans. L’hybride et l’électrique doublent leurs volumes Au mois de juin 2020, les transactions de véhicules d’occasion hybrides et électriques ont largement dépassé leurs scores historiques. D’après AAA Data, 13 131 VO hybrides ont changé de propriétaire en France, soit 108,6 % de plus que l’an passé. On constate le même phénomène sur l’électrique avec une progression de 161,6 % des reventes, soit 3 730 unités. Ces deux segments cumulés représentent ainsi 2,8 % du marché, contre 1,9 % l’année dernière. Les utilitaires d’occasion profitent également de l’envolée Côté VUL, le mois de juin 2020 s’est terminé en hausse de 29,9 %, avec 84 322 unités de moins de 5,1 tonnes échangées. Comme anticipé par de nombreux analystes, les camping-cars ont attiré les automobilistes sortis de confinement. D’après AAA Data, 5 660 changements de carte grise sont intervenus sur ces véhicules en juin 2020, soit 36,8 % de plus qu’un an auparavant , Les Echos Études LE REBOND DU MARCHÉ DE L’OCCASION
  • Voici une sélection de six adresses pour acheter des produits d'occasionà La Flèche. © Ouest-France , La Flèche. Des adresses pour chiner des produits d’occasion - Le Mans.maville.com
  • La 17e édition du Rassemblement des Femmes Pilotes d'ULM se déroule à Levroux, dans l'Indre, jusqu'au dimanche 26 juillet. À cette occasion, Nadine Granger a piloté pour le baptême de l'air de France Bleu Berry. France Bleu, VIDEO - On a fait un vol d'ULM à l'occasion d'un grand rassemblement à Levroux

Images d'illustration du mot « occasion »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « occasion »

Langue Traduction
Anglais opportunity
Espagnol oportunidad
Italien opportunità
Allemand gelegenheit
Chinois 机会
Arabe فرصة
Portugais oportunidade
Russe возможность
Japonais 機会
Basque aukera
Corse opportunità
Source : Google Translate API

Synonymes de « occasion »

Source : synonymes de occasion sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « occasion »

Partager