Motif : définition de motif


Motif : définition du Wiktionnaire

Nom commun

motif \mɔ.tif\ masculin

  1. Ce qui pousse à agir, en parlant de tout élément conscient considéré comme entrant dans la détermination d’un acte volontaire.
    • Un motif plus spécial agissait encore sur l’esprit de madame Necker. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • […] ; sa mère est une cyclothymique avérée passant, sans motifs apparents, d'un sentiment profond d'ennui à celui d'une gaîté plus ou moins exubérante. — (Encéphale : Journal de neurologie et de psychiatrie, 1913, vol. 8, n° 2, page 71)
  2. (En particulier) Ce qui justifie quelque chose, raison d’une action.
    • Motif du remplacement : endommagement de la courroie de distribution.
  3. (Arts) Sujet ; intention générale.
    • Quelque part entre le gribouilleur d’église et Rembrandt, entre le tailleur anonyme et Michel-Ange, entre l’organiste dominical et Mozart, je travaille le motif à ma façon. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L’Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, collection Le Livre de Poche, page 281)
    • Je connaissais ce sentiment glorieux de discerner un motif dans le chaos de l'Histoire. — (Antoine Bello, Les Producteurs, 2015 ; édition Blanche, 2015, page 233)
    • Une question qui n'a guère tourmenté les « vampirologues » est celle de savoir pourquoi le motif vampirique naît en Europe centrale. — (Florent Montaclair, Le vampire dans la littérature romantique française, 1820-1868: textes et documents, Presses Univ. de Franche-Comté, 2010, chap. 2, page 19)
  4. (Musique) Phrase de chant, idée primitive qui domine dans tout le morceau.
    • Le motif de cet air est heureux.
  5. (Imprimerie) Élément graphique répété sur un tissu ou un papier.
  6. (Informatique) Chaîne de caractères employée comme expression régulière.
    • Nous allons devoir créer un motif, c'est-à-dire la chaîne de caractères que nous recherchons. — (Franck Ebel, Apprendre Python 3, page 36, Pearson Education France, 2013)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Motif : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MOTIF. n. m.
Ce qui pousse à agir, en parlant de Tout élément conscient considéré comme entrant dans la détermination d'un acte volontaire. Bon, mauvais, puissant, faible motif. Motif secret, apparent. Motif louable, honnête. Exposer ses motifs. Quel a été son motif? Par quel motif a-t-il fait cela? Je devine ses motifs. Agir sans motif. Agir par un pur motif de zèle, de conscience. L'intérêt est le seul motif qui le fait agir. Tel a été le motif qui lui a dicté sa conduite. Il imagine des prétextes pour cacher son véritable motif. Motif de plainte. Exposé des motifs. Motif de crédibilité, Ce qui peut raisonnablement porter à croire une chose, indépendamment des preuves démonstratives. Il se dit surtout en parlant des Preuves qui établissent la vérité de la religion. Si ce n'est pas une preuve convaincante, c'est au moins un motif de crédibilité. Fam., Pour le bon motif, Avec l'intention de se marier. Courtiser une jeune fille pour le bon motif.

MOTIF, en termes de Beaux-Arts, signifie Sujet, intention générale. Un motif de sculpture. En termes de Musique, il désigne la Phrase de chant, l'idée primitive qui domine dans tout le morceau. Le motif de cet air est heureux.

Motif : définition du Littré (1872-1877)

MOTIF (mo-tif) s. m.
  • 1Ce qui pousse à faire une chose. Je sais par quel motif vous m'êtes si contraire, Corneille, Nicom. V, 10. Phèdre enchérit souvent [sur Ésope] par un motif de gloire, La Fontaine, Fabl. IV, 18. Le motif seul fait le mérite des actions des hommes, La Bruyère, II. Prenez dans vos misères un nouveau motif de confiance, Massillon, Carême, Lazare. Les motifs d'honneur et de justice l'emportèrent ici sur ceux de l'intérêt et de la politique, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 307, dans POUGENS. C'est bien peu connaître les passions que de les faire raisonner ; elles ont des motifs et jamais des principes, Duclos, Consid. mœurs, ch. 5.

    Motif à, avec un verbe à l'infinitif. Où prenez-vous, monsieur, que j'aie dit que mon motif à professer la religion chrétienne est le pouvoir qu'ont les esprits de ma sorte d'édifier et de scandaliser ? Rousseau, Lett. à M. Petit-Pierre, Motiers.... 1763.

    En psychologie, motifs d'action, les motifs qui déterminent la volonté.

    Motif de crédibilité, ce qui peut raisonnablement porter à croire une chose indépendamment des preuves démonstratives.

    Terme de jurisprudence. Les motifs, les raisons de juger que les jugements doivent contenir. Les arrêts… qui n'ont pas été rendus publiquement, ou qui ne contiennent pas les motifs, sont déclarés nuls, Loi 20 avril 1810, art. 7.

  • 2 Terme de musique. Phrase mélodique.

    Motif principal, la phrase de chant qui domine dans tout le morceau.

  • 3 Terme d'architecture. Se dit de certains sujets de sculpture Près du cercle international se trouve le parc anglais, dont le motif principal est une pagode de l'Inde, Le journal le Siècle, 1er avr. 1867.

HISTORIQUE

XIVe s. Ceux [les nerfs] de la nuche sont diz motis [moteurs], H. de Mondeville, f° 9, verso. Nerf est ung instrument sensible et motif, Lanfranc, f° 9. L'un aime pour une raison ou pour un motif, et l'autre aime pour l'autre, Oresme, Eth. 241. Et les choses desquelles le principe et la cause motive est en nous meisme quant à les faire ou non, telles choses sont voluntaires, Oresme, ib. 48.

XVIe s. Les seigneurs persiens luy demanderent s'ilz venoient de leur privé motif, ou s'ilz estoient envoyez par le public, Amyot, Lyc. 54. La faculté motive consiste principalement es nerfs et muscles, Paré, Introd. 8. Faisant estat de trouver les causes de chasque accident, et de veoir dans les secrets de la volonté divine les motifs incomprehensibles de ses œuvres, Montaigne, I, 248.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

MOTIF. Ajoutez : - REM. On a dit de son propre motif, pour : de son propre mouvement. On fut étonné d'apprendre que M. de Sève, de son propre motif et à ses dépens, avait fondé pour M. Stella une messe basse à perpétuité…, Guillet de St Georges, dans Mém. inéd. sur l'Acad. de peinture, publ. par Dussieux, etc. t. I, p. 427.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Motif : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MOTIF, s. m. (Gramm.) la raison qui détermine un homme à agir. Il y a peu d’hommes assez attentifs à ce qui se passe au-dedans d’eux mêmes, pour bien connoître les motifs secrets qui les font agir. Une action peut avoir plusieurs motifs : les uns louables, les autres honteux ; dans ces circonstances, il n’y a qu’une longue expérience qui puisse rassurer sur la bonté ou la malice de l’action. C’est elle qui fait que l’homme se dit à lui-même, & se dit sans s’en imposer : je me connois ; j’agirois de la même maniere, quand je n’aurois aucun intérêt qui pût m’y déterminer. Un homme de bien cherche toujours, aux actions équivoques des autres, des motifs qui les excusent. Un philosophe se méfie des bonnes actions qu’il fait, & examine s’il n’y a point à côté d’un motif honnête, quelque raison de haine, de vengeance, de passion, qui le trompe.

Si le goût de l’ordre, l’amour du bien sont les motifs de nos actions, la considération publique & la paix de la conscience en seront la récompense assurée. Il est bien doux d’être estimé des autres ; il l’est bien davantage de s’estimer soi-même. Il n’y a que celui qui n’appréhende point de se rendre compte de ses motifs, qui puisse habiter tranquillement en lui : les autres se haïssent malgré qu’ils en aient, & sont obligés de fuir devant eux-mêmes.

Motif, (Musique.) Les Italiens appellent motivo la principale pensée d’un air, celle qui constitue le caractere de son chant & de sa déclamation.

L’air (aria) est divisé en deux parties, dont la premiere se partage de nouveau en deux parts : l’une de ces deux parts commence le motif dans le ton que le musicien a choisi, & le conduit à la dominante de ce ton ; l’autre reprend le motif à cette dominante & le ramene à la tonique.

La seconde partie de l’air, s’il est dans un ton naturel, se fait ordinairement dans la sixieme de son ton tierce mineure, & finit quelquefois dans la dominante de cette sixieme. Quelquefois cette seconde partie se fait dans le mineur du ton de l’air en conservant son motif. Quelquefois aussi les paroles de la seconde partie exigent tout un autre caractere de chant & de déclamation ; ou bien le musicien juge nécessaire de changer de mesure & de caractere pour en interrompre l’uniformité : alors il quitte le motif de son air, & donne à sa seconde partie un nouveau motif qui n’a aucune analogie avec le premier.

Lorsque l’air est lui-même dans un ton tierce-mineure, le motif se conduit dans la premiere partie de la tonique à la médiante, tierce-majeure, & de la médiante il est ramené à la tonique ; ensuite dans la seconde partie le motif se transporte ordinairement dans la sixieme du ton, tierce-majeure ; & passe, si l’on veut, par toutes les modulations dont le ton mineur est susceptible.

En général, les secondes parties des airs sont plus particulierement consacrées aux effets de l’harmonie ; le musicien s’y montre grand artiste, après s’être montré dans la premiere partie homme de génie. Mais en tout ceci il n’y a aucune loi universelle. Comme la Musique est plus qu’aucun autre art l’ouvrage de l’enthousiasme, l’homme inspiré ne suit aucune regle certaine ; il n’obéit qu’à une impulsion supérieure qui le conduit souvent par des routes inconnues & nouvelles ; son exemple & ses succès deviennent bientôt des modeles & les principes d’une poétique musicale.

Les différens genres d’ailleurs varient les préceptes à l’infini. Ce qui convient à la musique tragique ne va guere à la musique comique ; celle de l’église a encore un caractere qui lui est propre ; & ces caracteres sont si différens chez les nations qui ont excellé dans la Musique, qu’une oreille un peu exercée n’a pas besoin du secours des paroles pour les distinguer & les reconnoître.

Le motif est ce qui constitue le plus particulierement le génie musical. L’étude & les instructions de l’école enseigneront au musicien la science de l’harmonie & de ses effets ; avec du goût il apprendra à en faire usage à propos ; mais en vain sera-t-il profond dans la science de son art ; si ses motifs sont communs ou vuides d’idées & de caracteres, ses productions resteront toujours médiocres. En vain voudra-t-il dérober le défaut de pensées & la pauvreté de génie sous les effets les plus imposans de l’harmonie, sous l’appareil des instrumens d’un nombreux & bruyant orchestre, il ne réussira pas à donner le change à celui qui entend le langage de la Musique. C’est ainsi que le rhéteur forme l’oreille de son éleve à l’harmonie, au nombre des périodes ; mais la noblesse, la chaleur, la force des pensées, les belles images, les grandes & sublimes idées ne se remplacent point par un bruit de paroles harmonieuses, & ne s’apprennent pas à l’école.

Le musicien commencera par choisir le mouvement propre aux paroles que le poëte lui a données. Lorsqu’il aura à exprimer les mortelles alarmes d’Andromaque ou de Mérope, son genre de mesure sera agité. Lorsqu’il aura à exprimer les regrets d’un amant, qu’un devoir cruel arrache aux embrassemens de sa maîtresse, le mouvement de son air sera languissant, doux, posé. Ainsi son air s’appellera largo, cantabile, andante, allegro, presto, aggitato, suivant les différens caracteres de la mesure ; mais si la beauté du motif ne répond point à la beauté du sujet ; si ce motif ne rend pas d’une maniere énergique & vraie la passion que le poëte n’a fait qu’indiquer, & dont toute l’expression appartient au musicien, celui-ci aura manqué son but.

Il n’y a point de musique sans mesure ; mais le motif donne seul la vie & le caractere à la passion. Il est naturel d’exprimer des passions douces par un mouvement doux & tranquille, & les passions violentes par des mouvemens rapides ; mais ceux qui connoissent les chef d’œuvres de l’art, savent que la passion la plus douce peut être rendue par un air d’un mouvement rapide, sans perdre son caractere de douceur & de tendresse, & que le génie a quelquefois rendu la vitesse & la gaieté du mouvement nécessaires à l’expression de la tristesse & de la langueur.

Le motif de l’air est ordinairement annoncé par un début de l’orchestre, que nous avons appellé la ritournelle. Quelquefois la chaleur de l’action, ou d’autres raisons de convenance, s’opposent à ce début ; alors le chant commence avec l’orchestre. Les différentes parties de l’air sont aussi entrecoupées de morceaux de ritournelle, tant pour laisser reposer le chanteur, que pour donner du relâche à l’oreille qui l’écoute. Quelquefois c’est l’orchestre seul qui chante une partie du motif, & le chanteur ne fait que déclamer sur ce chant, en tenues ou en notes principales, une partie de ses paroles. Mais toutes ces variétés ramenent toujours au motif, à l’idée principale, & tantôt le répetent en partie, tantôt le rappellent d’une maniere délicate & détournée.

Après la seconde partie, on est en usage, pour rentrer & finir dans son ton, de reprendre la premiere, en supprimant tout au plus une partie de la ritournelle de l’orchestre, parce que le motif étant connu, l’oreille n’a plus besoin de cette annonce. Lorsque l’air n’a point de seconde partie, il s’appelle cavata ou cavatina. Un chanteur qui a du goût, ne manquera guere de vous rappeller à la cadence le motif de l’air, dont il employera un endroit, un accent, un son principal.

Tout cette économie de l’air n’est point l’ouvrage du raisonnement & de la réflexion ; mais celui d’une conception rare, donnée par un instinct supérieur, dont la marche ne s’apperçoit qu’après l’invention, & dont le jugement est obligé de justifier & d’admirer l’ouvrage.

On voit que l’air est l’expression en chant d’une seule idée musicale, qu’on a nommé son motif, & qui se dessine & se répete dans les différentes modulations dont le ton est susceptible. L’ouvrage du génie est de trouver ce motif ; celui du goût, de l’étendre & de le conduire, ensorte que la répétition n’en soit ni assez rare pour manquer son effet, ni assez fréquente pour devenir fastidieuse.

Ce n’est point que cette idée principale ne puisse être embellie d’idées accessoires ; mais celles-ci sont ordinairement communes, & l’autre donne à l’air son caractere & son prix.

Quelquefois le motif est chanté par la voix & par le premier violon seuls, tandis que le second & les autres parties accompagnantes suivent un dessein particulier, lequel, quoique divers, ne sert ordinairement qu’à mieux faire sortir l’idée principale.

Quelquefois le musicien se permet des écarts : ce sont des traits de feu & d’enthousiasme qui l’éloignent subitement de son motif, & qui produisent ordinairement un instant d’étonnement ; mais après cet écart court & rapide, l’oreille revient à son motif avec plus d’amour & de complaisance.

Ce retour de la même pensée dessinée dans les différentes modulations du ton, est particulier à l’expression musicale. Dans le discours & dans la poésie, au lieu de faire de l’effet, il ne serviroit qu’à l’affoiblir ; & plus une pensée est grande & belle, plus la répétition en seroit déplacée & dangereuse. C’est que l’orateur & le poëte se servent de signes certains, dont l’effet est sûr & déterminé, au lieu que la pensée musicale plus délicate, plus vague, plus fugitive, passe avec trop de rapidité pour être fixée en un seul instant ; & ce n’est qu’en la conduisant par les différentes modulations de son ton, que le musicien communiquera à l’oreille attentive le sentiment qui le domine ; & c’est aussi peut-être que les signes de la musique étant, comme nous le disons, plus vagues que ceux des autres arts d’imitation, elle est obligée de copier la nature de plus près, & de choisir une nature plus forte, plus caractérisée, & que ses momens précieux d’imitation sont les momens de nature troublée ou passionée ; momens dans lesquels la nature revient cent fois sur la même idée, sur la même expression, sur la même plainte, sur le même reproche, &c. mais seulement avec des accens différens ; procédé qui tient à une persuasion profonde qu’on ne nous fait souffrir, qu’on ne nous refuse amour, justice ou commisération, que parce-qu’on n’a pas entendu nos faisons, qu’on n’a pas vu nos peines, qu’on ne connoit pas l’état de notre ame ; persuasion qui nous porte bien plutôt à répéter tans cesse l’expression que nous jugeons la plus juste & la plus frappante qu’à l’abandonner, pour en montrer une autre qui seroit nouvelle, mais plus foible. Aussi ceux qui prendroient la déclamation de l’acteur pour le vrai modele du musicien, se tromperoient grossierement. Il lui faut quelque chose de plus vrai : il lui faut l’homme même ; tans quoi son ouvrage ne seroit que la copie d’une copie.

Si vous ne savez conduire votre motif, il ne fera point d’effet, il echappera même au plus grand nombre de vos auditeurs, & vous ne ferez qu’une suite de modulations & de phrases musicales, sans liaison, sans ensemble & sans autre caractere que celui de la me ure.

D’après ces réflexions, on juge aisément que le poëte ne doit qu’indiquer les sentimens, & que c’est au musicien de leur donner toute l’expression ; l’un ébauche, l’autre perfectionne. Il ne faut donc pour un air que peu de paroles, dont l’idée soit une, & le résultat d’une seule situation ; de longs discours, une suite d’idées simultanées ne peuvent être que récités, c’est à-dire déclamés sans mesure, mais ne sauroient être chantés ; car le musicien ne peut avoir qu’un motif à la fois ; & s’il le quittoit pour en suivre un autre, ou s’il cherchoit à les accumuler, il ne produiroit la plûpart du tems aucun effet. Quatre vers pour la premiere, autant pour la seconde partie, c’est presque tout ce qu’un musicien peut exprimer dans un air, sans nuire à l’unité de son motif. Dans la comédie, la saillie permet par fois d’assembler un plus grand nombre de vers, & des discours très variés ; mais alors le compositeur est obligé de changer de motif, & même de mesure, aussi souvent que le poëte change d’idée & de situation ; ensorte que ce genre d’airs comiques est proprement un recueil de trois ou quatre airs différens. Dans la tragédie le goût étant plus sévere, les occasions de changer de mesure & de motif sont rares.

Le motif est comme une proposition partagée en deux membres. Losque, par exemple, le poëte dit : Per pietà, bell’idol mio, non mi dir ch’io sono ingrato ; infelice, sventurato abbastanza il ciel mi fà, le premier membre du motif est consacré aux deux premiers vers, & le second aux deux autres.

Ceux qui n’entendent pas le langage de la musique, regardent le retour du motif & des mêmes paroles comme une simple répétition ; mais avec des organes plus délicats & mieux exercés vous sentez bientôt que c’est à ces prétendues répétitions que vous devez les impressions les plus fortes & les plus délicieuses : sans elles, quelle que soit la variété des modulations & des effets de l’harmonie, ce n’est qu’un vain bruit dont vous vous sentez bientôt excédé, si le musicien ne sait vous fixer par des idées qui vous reviennent & vous restent.

D’ailleurs, comme l’air est réservé pour les momens passionnés, & qu’il est, pour ainsi dire, la récapitulation & la peroraison de la scene, la répétition des mêmes paroles y est ordinairement sublime par la variété de déclamation, par laquelle le compositeur cherche à imiter les différens accens de la même passion. En effet, lorsque Mérope, dans l’excès de sa douleur, déclare qu’elle mourra désespérée, en conservant le motif de son air, elle ne se contentera pas de le dire une fois ; elle le dira vingt fois ; elle le dira de toutes les manieres : tantôt en suppliant, elle cherchera à s’attirer la pitié ; tantôt elle le dira avec tous les cris du désespoir ; tantôt suffoquée par la douleur, la parole lui manquera ; & ne pouvant articuler, elle poussera des syllabes entrecoupées : ah… mo… ri… ra… jusqu’à ce qu’un accès de frénésie lui rende la force de crier. Dans toutes ces différentes déclamations, elle ne chantera jamais que les mots disperata morira ; mais celui qui n’y trouvera qu’une répétition des mêmes paroles, ne doit jamais entendre de la musique.

On a aussi attaqué l’usage de reprendre la premiere partie de l’air après la seconde. Lorsque cela ne se peut sans un contre-sens dans les paroles, cela ne peut être approuvé ; mais il faudroit prier les poëtes de ne point mettre le compositeur dans le cas de ne pouvoir reprendre son air sans blesser le sens commun. Car en y réfléchissant, on trouvera le dà capo très nécessaire à l’effet d’un air dont le motif & le caractere échapperoient sans cela à l’oreille avec trop de facilité.

Pour ne point ôter à l’air son effet, on ne sauroit employer trop de soins pour faire sortir son motif, ni trop de délicatesse pour le ménager. Deux ou trois airs faits avec le plus de goût & de génie, ne pourroient se succéder sans s’entre-nuire, & voilà une des raisons qui ont engagé de partager le drame en musique, en récitatif & en airs. Car indépendamment de la raison musicale qui veut que l’acteur ne chante qu’au moment le plus intéressant de chaque situation, il est certain qu’on ne pourroit chanter plusieurs airs de suite sans fatiguer & rebuter l’oreille la plus avide de musique.

Toute cette théorie du drame en Musique qui a reçu sa perfection dans ces derniers tems par l’illustre Metastasio, & par Vinci, Leo, Feo, par le divin Pergolesi, par l’immortel Hasse que l’Italie a nommé le saxon par excellence, par d’autres grands maîtres qui ont suivi ces hommes de génie, mériteroit d’être mieux approfondie ? Une musique dont le récitatif & le chant se confondroient & n’auroient pas un caractere distinct, ne pourroit manquer d’être fastidieuse & insupportable.

Le récitatif ne doit être qu’une déclamation notée ; ainsi il ne peut avoir ni motif, ni mesure, deux choses essentielles à l’air ; la maniere de le débiter ne peut donc être transmise que par tradition ; mais il imite par la variété des inflexions & des tons, toutes les variétés du discours & du dialogue : & pour bien faire le récitatif, il ne faut pas souvent moins de génie, que pour faire un bel air. Aussi tous les grands maîtres ont écrit le récitatif d’une maniere supérieure ; & Pergolesi & Hasse, si sublimes, si profonds dans leurs motifs, sont encore étonnans dans leur maniere d’écrire le récitatif.

La musique instrumentale suit les regles & les principes de la musique vocale. Il faut, à chaque morceau, outre le caractere du mouvement, son motif & son idée principale qu’il faut conduire & dessiner avec le même goût & la même intelligence. La nation qui chante le mieux, aura la plus belle musique instrumentale ; aussi lorsque la musique instrumentale d’une nation est reconnue supérieure, on peut parier pour l’excellence de sa musique vocale.

Le genie de la Musique demande peut-être plus de délicatesse & plus délévation qu’aucun autre art. Il a je ne sai quoi de divin ; mais ses effets disparoissent comme l’éclair du feu du ciel, & ses ouvrages ne résistent point au tems. Nous ne connoissons que par l’histoire les effets prodigieux de la musique ancienne ; dans cent ans, peut-être, on ne connoîtra que par oui dire, les chefs-d’œuvres de tant de grands maîtres de notre siecle. On retrouve par-tout également, & dans le marbre solide, & dans le son fugitif, la vanité des choses humaines, &c. (Article de M. Grimm.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Motif : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « motif » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « motif »

Étymologie de motif - Littré

Prov. et catal. motiu ; esp. et ital. motivo ; du latin motum, supin de movere (voy. MOUVOIR). Motif est proprement un adjectif qui dans l'ancienne langue et dans les autres langues romanes signifie : qui a la propriété de mouvoir. De là, transformé en substantif, il a pris le sens de cause d'action.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de motif - Wiktionnaire

Du latin motivus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « motif »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
motif mɔtif play_arrow

Citations contenant le mot « motif »

  • Agés de 14, 15 et 19 ans, ils sont soupçonnés d’avoir agressé en pleine rue l’homme pour un « motif futile » indique une source policière. Ils ont été placés en garde à vue tandis que l’homme a été hospitalisé et devrait s’en sortir avec plusieurs jours d’interruption de travail. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale. , Faits divers : pour un motif futile, ils le tabassent à coups de pied-de-biche
  • Avant de regarder vers l’étranger, on peut déjà préciser que depuis le 10 juillet, la septaine obligatoire à l'arrivée sur les territoires d'Outre-mer a été supprimée. Cependant,un test de dépistage PCR doit être réalisé dans les 72 heures précédant le vol. Ce n'est toutefois pas le cas pour la Guyane et Mayotte, où l'état d'urgence sanitaire a été prolongé jusqu'au 30 octobre inclus, car le Covid-19 y circule encore très activement. À moins d’avoir un “motif impérieux d’ordre personnel ou familial”, un “motif de santé” ou un “motif professionnel”, il vous est impossible d’embarquer pour ces deux territoires. Capital.fr, Attention, ces pays vous imposent des tests Covid négatifs si vous voulez les visiter - Capital.fr
  • Dans ce contexte exceptionnel de crise sanitaire, quels motifs peuvent être invoqués pour faire annuler le scrutin ? Franceinfo a posé la question à Romain Rambaud, professeur de droit public spécialiste du droit électoral à l'université de Grenoble-Alpes. Franceinfo, Elections municipales : l'abstention massive peut-elle être un motif suffisant pour obtenir l'annulation du second tour ?
  • (ETX Studio) - Selon un nouveau rapport de l'Association européenne d'urologie, les motifs de consultation chez les hommes pour troubles sexuels ont changé au cours de ces dix dernières années. Si le trouble érectile reste le principal motif de consultation, les hommes interrogés dans le cadre de l'étude consultent également de plus en plus en cas de faible désir sexuel ou de courbure du pénis, notamment les plus jeunes.  ladepeche.fr, Les hommes consultent de plus en plus pour une baisse de libido - ladepeche.fr
  • Pyramides, temples grecs, pagodes asiatiques, châteaux de la Loire, Tour Eiffel, palais de l’Alhambra ou gratte-ciel new-yorkais. « Nous avons énormément de motifs sur l’architecture », remarque Maëlys Fernandes. La jeune chargée des expositions au Musée du papier peint de Rixheim confesse aussi une passion pour cet art, celui de bâtir, qui en englobe tant d’autres. Pour cette nouvelle exposition intitulée  « Perspectives, quand les murs s’habillent d’architecture » , elle a donc fouillé avec bonheur dans les réserves de papiers peints anciens comme dans les dons d’entreprises contemporaines, pour décliner à l’envi cette thématique. De la représentation, plus ou moins réaliste, d’éléments architecturaux jusqu’aux jeux sur les perceptions de l’espace intérieur, en passant par les effets de matière (faux marbres, fausses briques…) ou les papiers peints dessinés par des grands architectes : l’exposition multiplie les perspectives et offre d’étonnantes découvertes. , Magazine Tourisme et Patrimoine | [Diaporama] Au musée du papier peint, une exposition qui ouvre des perspectives
  • Atelier découverte : Aquarelle « sur le motif » 2020-07-22 14:00:00 – 2020-07-22 16:00:00 Parc Van Gogh – 38, rue du Général de Gaulle Office de Tourisme d’Auvers-sur-Oise Auvers-sur-Oise Val-d’Oise Auvers-sur-Oise Val-d’Oise Unidivers, Atelier découverte : Aquarelle « sur le motif » Auvers-sur-Oise mercredi 22 juillet 2020
  • Mais mon malaise persiste pourtant, il est diffus. J’éprouve encore la sensation d’avoir été envahie jusque dans mon refuge, et sans motif qui me paraisse légitime. Christophe n’est que témoin et je ne suis que sa logeuse. Oui, mon malaise persiste et ma colère grandit. Parce que c’est la crédibilité de ceux qui font appliquer la loi qui est mise à mal. Comment me sentir en paix si la plus petite de mes convictions écologiques ou de celles de mes amis peut amener des personnes armées dans mon salon ? À présent, comment faire confiance aux forces de l’ordre et à ceux qui les emploient ? Et si j’ai été autant affectée par cette intrusion, que dire de celles et ceux qui se font passer à tabac, de celles et ceux qui retrouvent leur logement saccagé ? À l’aune de la blessure qui est la mienne, je mesure le drame qu’ils et elles vivent ! J’en ai souvent la nausée. Reporterre, le quotidien de l'écologie, Répression antinucléaire : « J’ai été envahie dans mon refuge, sans motif légitime »
  • L’analyse du rapport de recherche est une étude complète qui se concentre sur les tendances du marché mondial et les opportunités de croissance. Le rapport présente une vue d’ensemble et une segmentation détaillée Lumières à  effet de motif LED en fonction du type, de l’application et des régions de recherche. Le marché mondial Lumières à  effet de motif LED devrait illustrer la tendance à la forte croissance au cours de la période de prévision. Les statistiques de développement, les principaux acteurs du marché, les tendances clés et les risques de marché dans Lumières à  effet de motif LED sont analysés dans ce rapport. INFO DU CONTINENT, En savoir plus sur Lumières à  effet de motif LED Marché 2020 | Part de l'industrie, demande, principaux joueurs d'ici 2026 - INFO DU CONTINENT
  • Rien ne m'est plus cher que d'être moi pour l'éternité : motif permanent de regarder Dieu en face. De Marcel Jouhandeau / Algèbre des valeurs morales
  • Examinez bien vos paroles et vous trouverez que, lors même que vous n’avez aucun motif d’être faux, il est très difficile de dire l’exacte vérité. De George Eliot / Adam Bede
  • Les femmes commencent par vous aimer ; puis, brusquement, sans motif, elles ne vous aiment plus. Et elles vous disent alors : Comme tu as changé ! De Anonyme
  • J'affirme que le sentiment religieux cosmique est le motif le plus puissant et le plus noble de la recherche scientifique. De Albert Einstein / Ideas and Opinions
  • Sexcuse : motif que l’on invoque pour se dérober à une invitation érotique trop pressante. De Alain Finkielkraut / Petit fictionnaire illustré
  • On ne peut pas laisser tout le monde vendre n’importe quoi au motif qu’il y a un profit. De Jacques Chirac / 14 Juillet 1999
  • Le motif pour lequel se produisent les disputes n'est jamais aussi grave que le malaise qui en découle. De Alain de Botton / Petite philosophie de l'amour
  • Lors même que vous n’avez aucun motif d’être faux, il est très difficile de dire l’exacte vérité. De George Eliot / Adam Bede
  • La possibilité que Dieu n’existe pas n’est pas encore un motif de croire aux hommes. De K. Fischer
  • L'intérêt est le grand motif de toutes les actions humaines. De Jean-Pierre Camus / Les Occurrences remarquables
  • Quelle responsabilité que d'écrire ! Donner de l'espoir sans motif, décourager sans raison. De Jacques Chardonne
  • Un homme raisonnable ne peut agir sans motif. De Chamfort / Maximes et pensées
  • On s’aime sans raison, on s’oublie sans motif. De Alphonse Karr
  • Un motif de divorce ? Je suis marié. De Maître Emile Pollak
  • Tout motif est doublé de mobiles. De Edmond Goblot

Traductions du mot « motif »

Langue Traduction
Corse mudellu
Basque eredua
Japonais パターン
Russe шаблон
Portugais padronizar
Arabe نمط
Chinois 模式
Allemand muster
Italien modello
Espagnol patrón
Anglais pattern
Source : Google Translate API

Synonymes de « motif »

Source : synonymes de motif sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « motif »


Mots similaires