La langue française

Nouvelle

Sommaire

  • Définitions du mot nouvelle
  • Étymologie de « nouvelle »
  • Phonétique de « nouvelle »
  • Citations contenant le mot « nouvelle »
  • Images d'illustration du mot « nouvelle »
  • Traductions du mot « nouvelle »
  • Synonymes de « nouvelle »
  • Antonymes de « nouvelle »

Définitions du mot « nouvelle »

Trésor de la Langue Française informatisé

NOUVELLE1, subst. fém.

A. − Annonce d'un événement, généralement récent, à une personne qui n'en a pas encore connaissance; événement dont on prend connaissance. Les hommes étaient gaillards, bavards, joyeux. D'ailleurs, une nouvelle admirable courait les rangs: la révolution venait d'éclater en Allemagne (Benjamin,Gaspard,1915, p.31).Anne cria d'un bout de la pièce à l'autre: −Une grande nouvelle! devinez quoi... Mahaut et Séryeuse sont cousins (Radiguet,Bal,1923, p.106):
1. Vers midi, une nouvelle affreuse avait écrasé Madame Hugon. Philippe était en prison de la veille au soir, on l'accusait d'avoir volé douze mille francs à la caisse de son régiment. Zola,Nana,1880, p.1437.
SYNT. Colporter, confirmer, divulguer, transmettre, publier, apprendre une nouvelle; connaître, savoir la nouvelle; la nouvelle circule, se transmet de bouche à oreille; une nouvelle sûre, de bonne source, de première main; nouvelle inventée; fausse nouvelle; nouvelle officielle, officieuse; nouvelle importante, grave, sensationnelle, insignifiante, minime; nouvelle alarmante, fâcheuse, inquiétante, lamentable; mauvaise, triste nouvelle; nouvelle rassurante; bonne, heureuse nouvelle.
[Nouvelle + compl. déterminatif (de + subst. ou prop. introduite par que) précisant la nature de l'événement] La nouvelle d'un mariage, d'un divorce, d'une visite; la nouvelle de la victoire. Dans la nuit du 9 au 10 août, la nouvelle fâcheuse de la perte de Mulhouse me parvint (Joffre,Mém.,t.1, 1931, p.255).Un jour je fus saisi par la terrible nouvelle que Pujol était mort (J. Bousquet,Trad. du silence, 1936, p.185).
P. iron. Belle nouvelle! Ce n'est pas une nouvelle. Je n'en puis plus, dit un des soldats (...) −Belle nouvelle! Nous en sommes tous logés là, dit le caporal (Stendhal,Chartreuse,1839, p.54).
[Marquant la surprise] (C'est la) première nouvelle. Lambercier: (...) pas plus tard que demain, j'irai à Paris régler cet homme. (...) Robert: À Paris? C'est la première nouvelle. Tu vas demain à Paris? Quoi faire? (Hermant,M. de Courpière,1907, iii, 5, p.24).Ah! il s'appelle Gontran. Première nouvelle. On en apprend tous les jours (Queneau,Pierrot,1942, p.181).
En partic. La bonne nouvelle. L'Évangile. On ne nous a pas dit que la bonne nouvelle seroit crue par-tout. On nous a dit que par-tout elle seroit prêchée (Saint-Martin, Homme désir,1790, p.70).L'ensemble du récit était ce qu'on appelait «la bonne nouvelle», en hébreu besora, en grec évangélion, par allusion au passage du second Isaïe: «(...) Jéhovah m'a sacré pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres...» (Renan,Évangiles,1877, p.85).
Au plur. Tout ce que l'on apprend, sur les sujets les plus variés, par la presse, la radio, la télévision, la rumeur publique. Les nouvelles du jour; dernières nouvelles; des nouvelles fraîches; les nouvelles de l'armée; les nouvelles du Moyen-Orient; écouter les nouvelles à la radio; commenter les nouvelles; aller, envoyer qqn aux nouvelles. Les communiqués français (...) étaient donnés avec un mois de retard et certaines retouches. Mais cette vérité altérée, ces nouvelles refroidies passionnaient encore (Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.202).L'Écho des Sables ne paraissait qu'une fois par semaine, sur quatre pages, contenant surtout des nouvelles locales et des annonces (Simenon,Vac. Maigret,1948, p.138):
2. La panne d'électricité nous prive de toutes nouvelles de la radio, vraies ou fausses; mais on s'attend à une violente offensive américaine sur Tunis. Gide,Journal,1943, p.161.
En appos. ou en compos., vx. L'Empereur m'a fait demander; il était avec le grand-maréchal, qui lui lisait les papiers-nouvelles depuis le 9 jusqu'au 16 octobre; cela ne finissait pas (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène,t.1, 1823, p.284).
Vx. Nouvelles à la main. Nouvelles manuscrites, souvent satiriques, qui étaient distribuées avant la généralisation des journaux; p. ext., anecdotes souvent scandaleuses paraissant dans les journaux (d'apr. Voyenne 1967 et Carabelli [Lang. journ.], s.d.). Berr a fait une «nouvelle à la main» ridicule. −Elle est vraiment drôle! dit Calmette. Renard, vous devriez bien nous faire des nouvelles à la main (Renard,Journal,1898, p.468).
B. − Gén. au plur.
1. Renseignements concernant la situation, l'état de santé d'une personne que l'on n'a pas vue récemment. Je n'eus plus de nouvelles pendant les jours suivants. La maladie s'aggravait sans doute (Jouve,Scène capit.,1935, p.228).Elle s'était rendue dans la famille du pêcheur y prendre de ses nouvelles et le remercier (Queffélec,Recteur,1944, p.128):
3. J'ai été à Paris ces jours-ci et j'ai vu M. Mérimée qui m'a donné de vos nouvelles et M. de Rémusat qui en avait aussi. Gobineau,Corresp.,[avec Tocqueville], 1859, p.304.
SYNT. Savoir des nouvelles de qqn; avoir de bonnes/mauvaises nouvelles de qqn; n'avoir aucune nouvelle; être sans nouvelles de qqn; demander, faire prendre des nouvelles de qqn; recevoir des nouvelles de qqn; envoyer de ses nouvelles.
Expressions
Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. Si on ne reçoit pas de nouvelles de quelqu'un, il est probable qu'il va bien (v. Rey-Chantr. Expr. 1979).
N'avoir ni vent, ni nouvelle. Ne rien savoir. Les royalistes étaient tombés sur les canonniers en arrière et les avaient exterminés; (...) Marc Divès, (...) Jean Rat et cinq ou six autres de notre connaissance se trouvaient dans le nombre, et (...) depuis la compagnie n'en avait eu ni vent ni nouvelles (Erckm.-Chatr.,Hist. paysan,t.2, 1870, p.196).
[Pour menacer] Vous aurez/tu auras de mes nouvelles. Cela ne se passera pas comme ça, vous entendrez parler de moi. Tu as agi par traîtrise avec moi (...). Tu auras bientôt de mes nouvelles, sois tranquille (Proust,Guermantes 1,1920, p.179).
2. P. anal. Renseignements concernant quelque chose. Demander des nouvelles d'une affaire, d'un projet, d'un procès. Je n'ai encore aucune nouvelle de Salammbô! Dès que le marché sera fait, je vous en préviendrai, puisque vous vous intéressez à ce lourd colis (Flaub.,Corresp.,1862, p.37).
Expr. Vous m'en direz/tu m'en diras des nouvelles. Vous m'en direz du bien, vous m'en féliciterez. Passez donc par la salle à manger. J'ai reçu un petit fût de vieil armagnac. Vous allez m'en dire des nouvelles (A. France,Hist. comique,1903, p.172).
Rem. On rencontre l'expr. vieillie tu m'en diras de bonnes nouvelles. Tu auras soin de le mettre [ce jambon] dans la saumure, et en floréal prochain tu m'en diras de bonnes nouvelles ([L'Héritier], Mém. Révol. fr., t.1, 1830, p.96).
P. iron. [Pour avertir que qqc. risque d'avoir des résultats fâcheux] Nous ne l'appelions jamais entre nous que «Tu m'en diras des nouvelles», car c'est par cette phrase perpétuellement répétée qu'elle avertissait ses filles des maux qu'elles se préparaient, par exemple en disant à l'une qui se frottait les yeux: «Quand tu auras une bonne ophtalmie, tu m'en diras des nouvelles» (Proust,Sodome,1922, p.771).
Prononc. et Orth.: [nuvεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 au plur. «renseignements sur l'état d'une personne» (Alexis, éd. Chr. Storey, 479: Jo atendeie de te bones nuveles, Mais or les vei si dures e si pesmes!); spéc. 1694 (Ac.: par menace vous aurez de mes nouvelles); 2. «information sur un événement récent» a) début xiies. au sing. (Benedeit, Voyage St Brendan, 1821 ds T.-L.: Ja nuvele va par païs Que venuz est de paraïs); b) 1155 au plur. (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 2005); spéc. début xviies. (A.d'Aubigné, Confession du sieur de Sancy ds OEuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t.2, p.337: Quant à l'honneur, ceux qui auront à se faire recevoir en la Cour [...] m'en diront des nouvelles); 1751 nouvelles à la main «feuilles d'information manuscrites distribuées de la main à la main» (Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, éd. 1878, chap.26, p.461 [en it. ds le texte]). Du lat. vulg. *novella, plur. neutre de novellus (nouveau*) pris comme subst. fém. singulier. Fréq. V. nouveau.

NOUVELLE2, subst. fém.

LITT. OEuvre littéraire, proche du roman, qui s'en distingue généralement par la brièveté, le petit nombre de personnages, la concentration et l'intensité de l'action, le caractère insolite des événements contés. La Nouvelle (...) a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l'intensité de l'effet (Baudel.,Nouv. Hist. extr.,1857, p.14).Il conte cette vieille nouvelle des Cent nouvelles, la belle jeune fille de la peste de Grenoble, se repentant au lit de mort d'avoir désespéré l'amour de sept ou huit soupirants et leur demandant un pardon si vif qu'ils en meurent et qu'elle en guérit (Goncourt,Journal,1865, p.212).[La Nouvelle] est de l'ordre du vrai; mais inouï, révélateur, inédit, neuf −d'où son nom qui la rapproche de la nouvelle du jour: X est mort, c'est la guerre. A et B se marient. «Deux amis se quittent. Un corbillard qui passe. Une jeune amoureuse qui se met nue. Telle est la nouvelle». Quelque chose de surprenant et de problématique, c'est-à-dire qui met en relation les valeurs contradictoires, de la vie et de la mort en ce qu'elles se dénient mutuellement (J. Stefan dsN.R.F.,juin 1980cité ds Universalia, 1981, p.437).
Prononc. et Orth. V. nouvelle1. Étymol. et Hist. 1414 (Ms. B.N. fonds fr. 129, fo4 rods Quem. DDL t.18: Cy commence le prologue de Jehan Bocace en son livre nomme Decameron [...] qui contient cent nouvelles). Empr. à l'ital. novella «récit imaginaire» (dep. 1348-53, Boccace, Décaméron, oeuvre constituée de cent nouvelles (cento novelle) réparties sur dix journées (dieci giornate), proprement «fait nouveau, information sur un fait nouveau», de même orig. que nouvelle1*. Fréq. V. nouveau. Bbg. Emelina (J.). La Nouvelle ds la presse du coeur. In: [Mél. Nardin (P.)]. Paris, 1977, pp.291-303. _Gillespie (G.). Novella, nouvelle ... Neophilologus. 1967, t.51, pp.225-230. _Godenne (R.). La Nouvelle fr. Paris, P.U.F., 1974, pp.148-156. _Issacharoff (M.). L'Espace et la nouvelle. Paris, Corti, 1976, pp.7-19. _Kibedi Varga (A.). Pour une déf. de la nouvelle à l'époque class. Cah. Assoc. intern. Et. fr. 1966, t.18, pp.53-95. _Sempoux (A.). La Nouvelle. Turnhout, 1973, 36 p.

Wiktionnaire

Nom commun

nouvelle \nu.vɛl\ féminin

  1. (Littérature) Genre littéraire basé sur un récit de fiction habituellement court, en prose, centré sur un seul événement, laissant peu de répit au lecteur et dont la chute est souvent surprenante.
    • […], il en est un que Poe affectionne particulièrement, c'est la Nouvelle. Elle a sur le roman à vastes proportions cet immense avantage que sa brièveté ajoute à l'intensité de l'effet. Cette lecture, qui peut être accomplie tout d'une haleine, laisse dans l'esprit un souvenir bien plus puissant qu'une lecture brisée, interrompue souvent par le tracas des affaires et le soin des intérêts mondains. — (Charles Baudelaire, Notes nouvelles sur Edgar Poe, p. xvi, dans les Nouvelles histoires extraordinaires, par Edgar Poe, Paris : chez Michel Lévy, 1857)
    • La nouvelle, c’est une nuit dans un motel américain. — (Paul Morand, Le Prisonnier de Cintra)
    • Le recueil fut prêt en 1941, toutes les nouvelles et les novellas ayant été traduites par d'éminents écrivains italiens tels que Cesare Pavese (1908-1950), Alberto Moravia (1907-1989) et Eugenio Montale (1896-1981). — (Les traducteurs, acteurs sur la scène du pouvoir, chap. 5 de Les traducteurs dans l'histoire, ouvrage collectif sous la direction de Jean Delisle & Judith Woodsworth, Presses de l'Université d'Ottawa/Éditions UNESCO, 1995, p. 150)
    • Si le conte ressortit à l’oralité, la nouvelle, elle, est faite pour être lue. Comme son nom l’indique, elle ressemble aux nouvelles du journal. D’ailleurs, c’est un genre réaliste, souvent sombre, brutal, pessimiste. — (Michel Tournier, Raconte-moi une histoire…, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 23)
  2. Fait nouveau dont on est informé ; annonce d’une chose arrivée récemment.
    • Lorsqu'une bande de baleines est signalée, la nouvelle se répand aussitôt dans tout l'archipel au moyen de feux allumés sur les montagnes ; […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.37)
    • Le télégraphe venait d’apporter la nouvelle que l’Assemblée nationale avait adopté les préliminaires de la paix […] — (Charles Le Goffic, Le Biniou du mobilisé (1871), dans Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p. 233)
    • La nouvelle était montée de la Vallée comme un influenza et les griveleux ne doutaient ni de sa vérité, ni de l’hostilité qu’on leur vouait. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  3. (En particulier) Information donnée par un média (journal, radio, télévision, etc.)
    • Ils peuvent se réjouir, tous ces journalistes qui annoncent de fausses nouvelles. […]. Ils font la course au sensationnel et pissent de la ligne pour remplir du papier. C'est tout. — (Jérémy Vandurme, Jusqu'à ce que la mort nous sépare..., Auteur lulu (Lulu.com), 2011, p.180)
    • Mon père avait déplié son journal, L'Express de l'Est', dirigé par M. Chatelain, un ex-Kédale. Il commentait les nouvelles. Il était passionné par les exploits de l’Aéropostale - chose normale pour un facteur des Postes ! — (Marcel Thomas, L'enfant du siècle se souvient: Mémoires, Éditions Criterion, 2018)
  4. Renseignement sur l’état d’une personne ou d’une chose dont on n’était pas informé depuis quelque temps.
    • Depuis son départ de Rejkjavik en Islande, le 9 août, on en est sans nouvelles, et malgré ma grande confiance en lui, je suis fort inquiet. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Sans doute étonné par l'absence de nouvelles de Ned, George Brough, le constructeur de motocyclettes, lui a proposé, il y a quelques semaines, la dernière-née de ses ateliers : une nouvelle version du modèle Brough SS 100. — (Julien Jean Loup, Lawrence d'Arabie, Éditions Chronique/Dargaud, 2006)

Forme d’adjectif

nouvelle \nu.vɛl\

  1. Féminin singulier de l’adjectif nouveau.
    • L’idée d’une Ecriture sainte de la nouvelle alliance a été tout à fait étrangère au premier siècle chrétien qui n’a pas connu d’autre recueil canonique que l’Ancien Testament. — (Jean-Marc Charensol, La naissance du Nouveau Testament, 1972)
    • Après avoir ainsi payé sa dette à sa position, il s’élève contre la possibilité de créer une religion nouvelle, appelle les théophilanthropes, qui veulent théophilanthropiser le peuple, les frêles rejetons des unitaires ; il se moque du calendrier républicain et de son décadi. — (Aimé Burdet, Le Palais de l’Isle à Annecy, 1804)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOUVEAU, NOUVELLE. adj.
Qui est récent, qui commence d'être ou de paraître, qui n'existe ou qui n'est connu que depuis peu de temps. Vin, blé, fruit nouveau. Pommes de terre nouvelles. Un livre nouveau. Un modèle nouveau. Une invention nouvelle. Un instrument nouveau. Mode, pièce nouvelle. Manière nouvelle. Édition nouvelle. Religion nouvelle. Opinion nouvelle. Des mots nouveaux. Les nouveaux riches Les nouveaux pauvres. N'avez-vous rien, ne savez-vous rien, ne nous direz-vous rien de nouveau? Qu'y a-t-il de nouveau? Quoi de nouveau? Cela est nouveau pour moi. Cela m'est nouveau. C'est pour moi une chose nouvelle. Il fait au masculin Nouvel devant les mots commençant par une voyelle ou une H muette. Un nouvel appartement. Le nouvel hôpital. Un nouvel et fâcheux événement. Substantivement, Voici du nouveau. Vous aimez le nouveau. Il me faut du nouveau. Souvent on préfère le nouveau à l'excellent. Il se dit aussi des Personnes. Le nouveau, la nouvelle, Celui, celle qui vient d'arriver au collège, dans un atelier, dans une compagnie. L'an nouveau, Le commencement de l'année. La saison nouvelle, Le printemps. La nouvelle lune, La lune qui commence. En termes de Procédure, Fait nouveau, Fait qui n'a pas encore été produit dans une instance précédente. Prov., Tout ce qui est nouveau paraît beau ou Tout nouveau, tout beau. Placé devant un participe passé pris substantivement, il a un sens adverbial et signifie Récemment. Des nouveaux mariés, Des gens récemment mariés. Un nouveau venu, Un homme venu depuis peu. Un nouveau-né, Un enfant qui vient de naître. Les nouveaux convertis, Les gens qui viennent de se convertir. Dans ce sens, Nouveau s'accorde, sauf dans Nouveau-né.

NOUVEAU s'oppose à Ancien, vieux dans certaines locutions et signifie Relativement récent, plus récemment connu, employé. Le nouveau monde, La partie du monde qui a été découverte à la fin du quinzième siècle et à laquelle on a donné le nom d'Amérique. Nouveau style, Manière de compter dans le calendrier depuis qu'il a été réformé par Grégoire XIII. Nouveau Testament, Les Évangiles, avec les Actes des apôtres, les Épîtres et l'Apocalypse, par opposition à l'Ancien Testament, Les livres saints qui ont précédé la naissance de JÉSUS-CHRIST.

NOUVEAU, en parlant des Personnes, signifie Qui est novice, inexpérimenté. Cet homme est bien nouveau dans son métier, dans son emploi. Cet homme est bien nouveau dans le monde, est bien nouveau, est tout nouveau dans les affaires. Un homme nouveau se dit d'un Homme sans naissance, que son mérite ou les circonstances ont poussé aux premiers rangs. Il se dit encore d'un Homme dont la valeur ou l'importance vient d'être mise en lumière. Nouvel homme, Homme nouveau, Le chrétien régénéré par la grâce. Il se dit par opposition à Vieil homme. Un nouveau visage, Une personne qu'on n'a pas encore vue. Je change de domestiques le moins que je peux, je n'aime pas les nouveaux visages. Il ne se plaît pas dans cette société, parce qu'on y voit toujours de nouveaux visages.

NOUVEAU signifie encore Autre, qui succède à un être ou à une chose de même ordre. Un nouvel époux. Un nouvel enfant. Un nouveau cheval. Un nouveau livre. Nouveau dessein. Nouvel armement. Nouvelle édition. Nouvelle religion. Nouvelle patrie. Dans ce sens, il se place généralement avant le nom, tandis qu'il se met le plus souvent après le nom dans le sens de Récent ou de Novice. Une nouvelle robe, Une robe différente de celle qu'on avait auparavant; Une robe nouvelle, Une robe d'une mode toute récente. Un nouveau livre, Un autre livre; Un livre nouveau, Un livre qui vient de paraître.

NOUVEAU se dit quelquefois d'une Personne ou d'une chose qui a de la ressemblance, de la conformité avec une autre personne ou une autre chose. C'est un nouveau César, un nouvel Alexandre, un nouvel Attila. La Nouvelle Héloïse. La terre semblait être menacée d'un nouveau déluge.

DE NOUVEAU, loc. adv. Une fois de plus. Il a été accusé de nouveau. On l'a emprisonné de nouveau.

À NOUVEAU, loc. adv. De façon complètement différente. Ce travail est manqué, il faut le refaire à nouveau. En termes de Banque, de Commerce, il signifie Sur la suite du compte ou Sur un autre compte. Créditer, débiter, porter à nouveau.

Littré (1872-1877)

NOUVELLE (nou-vè-l') s. f.
  • 1Le premier avis qu'on reçoit d'une chose, renseignement sur quelque chose de lointain, de caché, d'ignoré. Ma sœur, que je vous die une bonne nouvelle, Corneille, Hor. III, 8. Allez à la princesse en porter la nouvelle, Corneille, Rod. IV, 3. L'autre grille déjà de conter la nouvelle ; Elle va la répandre en plus de dix endroits, La Fontaine, Fabl. VIII, 6. Il brûle de parler, bien plus que nous d'entendre ; Sa nouvelle lui pèse, il veut s'en décharger ; Et ne l'écouter pas est le faire enrager, Molière, Mélicerte, I, 3. Puisque cela vous incommode, je rengaîne ma nouvelle, et m'en retourne droit comme je suis venu, Molière, Am. magn. V, 1. Il doit bien vous mander des nouvelles, car il a vu Dangeau qui en sait beaucoup, Sévigné, 510. Qu'ils [les hommes qui cherchent Dieu] se consolent, je leur annonce une heureuse nouvelle : il y a un libérateur pour eux, Pascal, Pens. XVI, 16, édit. HAVET. Il n'est pas si difficile d'avoir des nouvelles de Valladolid, Pascal, Prov. XI. Je souhaitais en entendre un mot de lui ou de vous, non point par manière de nouvelle, mais pour me confirmer une chose que je souhaite avec tant de passion, Sévigné, 27 mars 1671. Ô nuit désastreuse, ô nuit effroyable où retentit tout à coup comme un éclat de tonnerre cette étonnante nouvelle : Madame se meurt, Madame est morte ! Bossuet, Duch. d'Orl. Une heure après, on apporta la nouvelle d'une grande bataille gagnée, Bossuet, Reine d'Anglet. Le Rhin tremble et frémit à ces tristes nouvelles, Boileau, Ép. IV. Peut-être il te souvient qu'un récit peu fidèle De la mort d'Amurat fit courir la nouvelle, Racine, Bajaz. I, 1. Trop heureux d'avoir pu par un récit fidèle De leur paix en passant vous conter la nouvelle, Racine, ib. III, 2. Il sort ; quelle nouvelle a frappé mon oreille ? Racine, Phèdre, IV, 5. Pour tâcher d'en savoir des nouvelles, Fénelon, Tél. II. Quelques-uns consentiraient à voir une autre fois les ennemis aux portes de Dijon et de Corbie, à voir tendre des chaînes et faire des barricades, pour le seul plaisir d'en dire ou d'en apprendre la nouvelle, La Bruyère, X. Depuis qu'une troupe de petits-maîtres s'est mêlée parmi nous [nouvellistes], nous ne savons plus où nous en sommes ; à peine ouvrons-nous la bouche pour dire une nouvelle, qu'un de ces jeunes gens propose de parier contre, Montesquieu, Lett. pers. 130. Les bonnes nouvelles sont toujours retardées, et les mauvaises ont des ailes, Voltaire, Lett. Mme Denis, 16 mars 1752. Il [Gui Patin] sert à faire voir combien les auteurs contemporains qui écrivent précipitamment les nouvelles du jour, sont des guides infidèles pour l'histoire, Voltaire, Louis XIV, Écrivains, Patin.

    Faire la nouvelle, être dit et occuper l'attention en qualité de nouvelle. À la veille d'une guerre qui fait présentement la nouvelle publique, Sévigné, 26 août 1688. Voici une querelle qui faisait la nouvelle de Saint-Germain, Sévigné, 11 déc. 1673. Il m'a dit que la contusion du marquis [le jeune Grignan] avait fait une nouvelle de Versailles, et le plus agréablement du monde, Sévigné, 19 nov. 1688.

    Faire nouvelle, n'être pas su, connu. Après cela, vous apprenez dans le public que j'ai été très mal, et que je le suis encore ; cela fait nouvelle pour vous, Rousseau, Corresp. t. I, p. 181, dans POUGENS.

    Être à la source des nouvelles, être au lieu où se passent les choses les plus importantes.

    Nouvelles de basse-cour, d'antichambre, des nouvelles sans fondement, telles que celles qui se débitent parmi les domestiques de la basse-cour ou de l'antichambre.

    On dit dans le même sens : nouvelles de l'arbre de Cracovie ; locution prise du nom d'un arbre antique du jardin du Palais-Royal, qui y existait avant la construction des arcades en 1783, et autour duquel les nouvellistes tenaient leurs séances.

    Familièrement. Vous m'en direz des nouvelles, c'est-à-dire vous verrez que j'ai raison. Dans un ménage il faut de petites querelles ; Tu m'en diras bientôt toi-même des nouvelles, Collin D'Harleville, Optimiste, III, 5.

    Vous m'en direz des nouvelles, vous verrez combien la chose est bonne, mauvaise, etc. selon ce dont il est question. Qu'un autre étranger y tienne, s'il peut, trois ans, comme je l'ai fait, et puis qu'il m'en dise des nouvelles, Rousseau, Lett. à Panckoucke, 2 mai 1765. Notre vigne n'est point si chétive qu'on voudrait bien le faire croire… un jeune plant s'élève… laissez-le croître cinq ou six ans encore, et vous m'en direz des nouvelles, Courier, 2e lett. particul.

    Vous en pouvez dire des nouvelles, vous êtes mieux instruit de cela que personne. Vous pouvez mieux qu'une autre en dire des nouvelles, Corneille, Othon, IV, 4.

    Je puis en dire, en savoir des nouvelles, je le sais pertinemment. Qui peut en savoir plus de nouvelles que vous ? Pascal, Prov. IV.

    On n'en a eu ni vent ni nouvelle, se dit d'une chose perdue, d'une personne dont on ne sait où elle est.

    Avoir nouvelle, entendre parler. J'ai nouvelle de tous côtés que les ennemis s'assemblent pour venir attaquer mes lignes, Pellisson, Conversat. de Louis XIV devant Lille, p. 57. Avaient-ils [les anciens astronomes] nouvelle d'un autre mouvement [des corps célestes], c'était aussitôt un autre ciel de cristal, Fontenelle, les Mondes, 1er soir.

    Fig. Il y a bien des nouvelles, voici bien des nouvelles, on dit de grandes nouvelles, c'est-à-dire la face des choses, des affaires est bien changée, il est survenu quelque chose de surprenant, d'important.

    Fig. En voici la première nouvelle, se dit d'une chose dont on n'avait aucune connaissance et qui surprend.

    Fig. Point de nouvelles, n'y comptez pas, cela est inutile, il n'en sera rien, il n'en est rien. Mais de l'argent, point de nouvelles, Régnier, Épît. III. Je vous rends, leur dit-il, mille grâces, les belles, Qui m'avez si bien tondu ; J'ai plus gagné que perdu ; Car d'hymen point de nouvelles, La Fontaine, Fabl. I, 17. Vos hirondelles auront beau m'appeler, point de nouvelles, Sévigné, 92. Par combien de circonstances on voit la destinée [dans la mort de l'évêque d'Évreux] : s'opiniâtrer à vouloir premièrement qu'il se remette en équipage à quatre-vingts ans, des chevaux neufs, point de postillon, les avertissements de tout le monde ; point de nouvelles, il faut qu'il périsse, Sévigné, 11 sept. 1680. Ma main droite ne veut entendre encore à nulle autre proposition qu'à celle de vous écrire ; je l'en aime mieux ; on lui présente une cuiller, point de nouvelles ; elle tremblote et renverse tout, Sévigné, 17 av. 1676. On la voulut faire confesser [la Voisin, empoisonneuse], point de nouvelles, Sévigné, 23 fév. 1680. Il devait tout arranger pour que mon mariage se fît secrètement demain, et point de nouvelles ! Beaumarchais, Barb. de Sév. I, 5.

    Terme de guerre. Envoyer aux nouvelles, détacher quelques cavaliers pour battre l'estrade et découvrir ce que font les ennemis. Le roi ayant envoyé Cavois aux nouvelles, il revint bientôt après, et apprit le véritable état des choses, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 339, dans POUGENS.

    On ne sait point de nouvelles, on est sans nouvelles de ce pays, de cette armée, on n'en a point reçu de lettres, on ignore ce qui s'y passe.

  • 2Nouvelle se dit aussi de ce que l'on apprend sur le compte des personnes. Pour aller demander des nouvelles de mon père, Fénelon, Tél. I. Pourquoi faut-il que j'apprenne de tes nouvelles par d'autres que par toi ? Montesquieu, Lett. pers. 51.

    Demander des nouvelles de quelqu'un, demander quel est l'état de sa santé. Tout le monde fut surpris lorsqu'il entra, et il n'y eut personne qui ne lui demandât de ses nouvelles, excepté madame de Clèves, qui demeura auprès de la cheminée sans faire semblant de le voir, La Fayette, Princ de Clèves, Œuv. compl. t. II, p. 115, dans POUGENS. Vous démêlerez, s'il vous plaît, cette grande affaire ; cependant, je vous demande de vos nouvelles, Sévigné, 30 juillet 1677. Je vis M. le Duc chez Mme de La Fayette ; il me demanda de vos nouvelles avec empressement, Sévigné, 3 avril 1671.

    Avoir des nouvelles de quelqu'un, être informé de l'état de sa santé. Je sens par ce petit chagrin, quelle consolation c'est d'avoir des nouvelles d'une personne que l'on aime beaucoup ; cela rapproche ; on est occupé des pensées que cela jette dans l'esprit, Sévigné, 231. Elle m'a demandé si j'avais de vos nouvelles, Sévigné, 261.

    Envoyer savoir des nouvelles de quelqu'un, envoyer demander quel est l'état de sa santé. Dès le lendemain que je serai à Meaux… j'enverrai apprendre des nouvelles de Madame [l'abbesse de Jouarre], Bossuet, Lett. abb. 154.

    Mandez-moi de vos nouvelles, écrivez-moi, faites-moi savoir l'état où vous êtes, ce que vous faites.

    Recevoir des nouvelles de quelqu'un, recevoir de ses lettres. Il est en Amérique, je reçois de loin en loin de ses nouvelles.

    Vous aurez, vous entendrez de mes nouvelles, se dit par menace à quelqu'un à qui on veut infliger quelque punition, ou dont on prétend se venger ; ou simplement, sans menace : je vous répondrai. Il est bien vrai que l'on m'annonce Les lettres de maître Clément ; Il a beau m'écrire souvent, Il n'obtiendra point de réponse ; Je ne serai pas assez sot Pour m'embarquer dans ces querelles ; Si c'eût été Clément Marot, Il aurait eu de mes nouvelles, Voltaire, Poésies mêlées, 206.

    Fig. Je sais de vos nouvelles, je sais de vos aventures secrètes. J'ai appris de vos nouvelles, déloyale j'ai appris de vos nouvelles ; on vient de me rendre compte de vos perfidies, Lesage, Turcaret, II, 3. Le monde sait de mes nouvelles, Mais on y rit de tout cela, Béranger, Éduc.

    Ne faites rien que vous n'ayez de mes nouvelles, que je ne vous aie donné, que vous n'ayez reçu de mes nouvelles, c'est-à-dire n'agissez pas sans que je vous aie fait savoir quelque chose de nouveau sur l'affaire dont il s'agit.

  • 3Écrit qui raconte ce qui se passe de nouveau. Nouvelles politiques, littéraires, etc.

    Nouvelles ecclésiastiques, gazette qui s'imprimait furtivement et qui était rédigée en faveur des jansénistes.

    S. m. pl. Se dit souvent des journaux, surtout en province. Aimer à lire les nouvelles.

  • 4Nouvelles à la main, nouvelles qu'on distribue non imprimées. Ces mémoires de Dangeau n'étaient que des nouvelles à la main, Voltaire, Louis XIV, 26. Gazettes étrangères, nouvelles à la main, à la bouche, à la presse, journaux… tout est à son usage, Beaumarchais, 4e mémoire.
  • 5Sorte de roman très court, récit d'aventures intéressantes ou amusantes. Les Espagnols avaient le secret de faire de petites histoires qu'ils appellent nouvelles, qui sont plus à notre usage et plus à la portée de l'humanité, que ces héros imaginaires de l'antiquité, Scarron, Rom. com. I, 21. Il conclut que, si l'on faisait des nouvelles en français aussi bien faites que quelques-unes de celles de Michel de Cervantès, elles auraient cours autant que les romans héroïques, Scarron, ib. Vous avez conçu le plan d'un roman héroïque, cela est fâcheux, vos méditations sont perdues ; ceci ne formera qu'une nouvelle dans laquelle nos rôles ne seront pas fort brillants, Genlis, Vœux téméraires, t. I, p. 117, dans POUGENS.

    Les Cent nouvelles nouvelles, titre d'un recueil de contes fort libres qu'on dit (mais cela est contesté) avoir été composés par Louis XI, lorsqu'il était encore Dauphin, et par quelques seigneurs de son intimité.

PROVERBES

Personne n'en est revenu dire des nouvelles, se dit de l'autre monde, de l'autre côté du tombeau.

Point de nouvelles, bonnes nouvelles, quand on ne reçoit point de nouvelles d'une personne, on doit présumer qu'il ne lui est point arrivé de mal.

Il ne faut pas dire les nouvelles de l'école, c'est-à-dire il ne faut pas divulguer ce qui se passe de particulier dans une société dont on est.

HISTORIQUE

XIe s. Jo atendeie de te [toi] bones noveles ; Mais or les vei [je les vois] si dures et si pesmes [mauvaises], St Alexis, XCVI. N'orrat [n'entendra] do vus paroles ne nuveles, Ch. de Rol. IV. [Il] N'en descendrat pour mauvaises nuveles, ib. LXII. Males nuveles [il] lui aportat et dit, ib. CCLV.

XIIe s. Il lui enquiert noveles dont il sait à foison De duel [deuil] et de domage et de confusion, Sax. XI. Tant [elle] fu sage et courtoise et de belle façon, Que noveles en vinrent au saisne [saxon] Brunamont, ib. III.

XIIIe s. Par toute la cité la nouvele en ala, Berte, LXXVIII. Par trestout le royaume la nouvele s'estent, ib. CXXXIII. Cil jour, leur vindrent les novelles, que moult des pelerins s'en aloient par autres chemins à autre part, Villehardouin, XXXII. Fai, se tu pues [peux], chose qui plaise As dames et as damoiseles, Si que els oient bonnes noveles Dire de toi et raconter, la Rose, 2132. Et li tuerent les Tartarins tant de sa gent, que l'en n'oy puis nouvelles de li, Joinville, 212.

XIVe s. En celle année apparurent maintes nouvelles : à Rosay en Brie le vin fut mué en sang, et le pain en chair sensiblement ou sacrement de l'autel, Chr. de St-Denis, f° 25, dans LACURNE.

XVe s. Ceux de la partie messire Olivier de Cliçon disoient que ces nouvelles estoient faites à la main, et tout pour briser la chevauchée du roi, Froissart, III, IV, 29. Plusieurs grands barons s'en vinrent en France pour savoir des nouvelles, Froissart, II, II, 72. Et les vins les meilleurs dont se peult adviser… d'eaux n'estoit nouvelle, Commines, IV, 9. Martin Freschet et Jaquet Petit eurent nouvelles [débat] ensemble, pour ce que les bestes dudit Martin vindrent en une tope ou pasquier, Du Cange, novalitas. Assez tost vient à l'hostel qui mauvaise nouvelle apporte, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 242.

XVIe s. À nouvelles ouyr, oreilles ouvrir, Leroux de Lincy, ib. t. II, p. 228. Beaucoup de nouvelles ne sont sans bourdes belles, Leroux de Lincy, ib. p. 246. Bonnes nouvelles se peuvent dire en tout temps, mais les mauvaises seulement au levant, Leroux de Lincy, ib. p. 253. Hardiment heurte à la porte qui bonne nouvelle apporte, Leroux de Lincy, ib. p. 301. Telle nouvelle telle oreille, Leroux de Lincy, ib. p. 426. Assez en dit qui apporte bonnes nouvelles, Cotgrave C'est au four et au moulin où l'on sçait des nouvelles, Cotgrave Il emporta quand et soy des arondelles, et les relaschoit vers leurs nids quand il vouloit renvoyer de ses nouvelles, Montaigne, III, 96.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOUVELLE, s. f. (Politiq.) avis de quelque évenement vrai ou faux. C’est une vieille ruse politique qui trouve toujours des dupes, que de débiter & de répandre en tems de guerre de fausses nouvelles en faveur de son pays. Stratoclés ayant appris que les Athéniens avoient perdu une bataille navale, se hâta de prévenir les porteurs d’une si triste nouvelle, se couronna de fleurs, & publia de tous côtés dans Athènes, que l’on venoit de remporter une victoire signalée. Le peuple crédule courut en foule au temple, s’empressa de témoigner sa reconnoissance aux dieux par des sacrifices ; & le magistrat trompé par la voix publique, distribua des viandes à chaque tribu : mais au bout de deux jours le retour du débris de l’armée dissipa la joie, & la changea en fureur contre Stratoclès. On le cita, il comparut avec assurance, & de sang froid il répondit. Pourquoi vous plaindre de moi ? me ferez-vous un crime, de ce qu’en dépit de la fortune, j’ai su deux jours entiers vous donner les plaisirs de la victoire, & par mon artifice dérober tout ce tems à votre douleur ?

Une autre ruse moins noble, c’est d’inspirer toute la haine possible contre les puissances avec lesquelles on est en guerre : je n’en citerai qu’un exemple, & je ne toucherai point de trop près aux vivans. A la nouvelle de la bataille de la Boine qui se donna en 1689, le bruit de la mort du prince d’Orange s’étant répandu dans Paris, on se jetta dans tous les excès d’une joie effrénée ; on illumina, on tira le canon, on brûla dans plusieurs quartiers des figures d’osier qui représentoient le prince d’Orange. Ces réjouissances indécentes, fruit de la haine qu’on avoit inspiré depuis long-tems au peuple François contre le roi Guillaume, faisoient l’éloge de ce prince, & la honte de ceux qui se livrerent à ces témoignages insensés de leur haine. Ils auroient eu besoin de l’avis sage d’un Phocion. Un jour que sur la nouvelle de la mort d’Alexandre, le peuple athénien alloit s’abandonner à l’ivresse de sa joie, Phocion le retint par cette réflexion judicieuse. « Si Alexandre aujourd’hui est mort, ainsi qu’on le publie, il le sera encore demain. Que risquez-vous donc à modérer & à suspendre les mouvemens d’une joie indécente, dont la précipitation pourroit vous coûter des regrets & de la honte ? »

Je dirois à toutes les personnes capables de sentir & de raisonner : « Savez-vous que la violente joie de la mort d’un ennemi respectable que vous venez d’apprendre, a quelque chose de si honteux, qu’on peut appeller cette joie un crime de lése-humanité ? Savez-vous qu’elle est aussi glorieuse pour celui qui la cause, qu’infâme pour celui qui la ressent ? » Ce n’est pas du moins avec cette bassesse d’ame que pensoit Montecuculli, quand apprenant la mort de M. de Turenne, il s’écria : « Quel dommage que la perte d’un tel homme qui faisoit honneur à la nature ! » (D. J.)

Nouvelle Lune, (Astr.) est le nom qu’on donne au commencement du mois lunaire, ou à l’état de la lune lorsqu’elle se trouve entre la terre & le soleil, & que sa partie obscure est tournée vers nous, de maniere que nous n’appercevons point cette planete : la lune est alors en conjonction avec le soleil. Voyez Conjonction. Les éclipses de soleil n’arrivent que dans les nouvelles lunes, lorsque la lune se trouve précisément entre la terre & le soleil ; ensorte qu’elle cache à plusieurs des habitans de la terre, ou tout le disque du soleil, ou au moins une partie de ce disque. Il y a nouvelle lune quand cette planete se trouve avec la terre & le soleil dans un même plan perpendiculaire au plan de l’écliptique ; & lorsqu’elle est outre cela dans la même ligne droite, ou à peu-près, il y a éclipse de soleil. Voyez Eclipse. (O)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nouvelle »

Le féminin de l'adjectif nouveau, pris substantivement ; bourguig. nôvelle ; provenç. novella, novelha, noela ; espagn. novela ; ital. novella.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Fait nouveau) (XIIIe siècle) Du latin populaire novella, du pluriel pour « choses récentes ». (XIe siècle) novele.
(Genre littéraire) (XVe siècle) De l’italien novella.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nouvelle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nouvelle nuvɛl

Citations contenant le mot « nouvelle »

  • Qui apprend une nouvelle langue acquiert une nouvelle âme. De Juan Ramon Jimenez / Primeras Prosas
  • Toute nouvelle vérité naît malgré l’évidence. De Gaston Bachelard / Le Nouvel Esprit scientifique
  • Une bonne imitation est une nouvelle invention. De Xavier de Maistre
  • Toute foi nouvelle commence par une hérésie. De Robert Aron
  • Un vieil ami est chose toujours nouvelle. De Proverbe italien
  • Toute science crée une nouvelle ignorance. De Henri Michaux / Plume, postface
  • La nouvelle critique : un sujet, un verbe, un compliment. De Anonyme
  • Chaque voyage est le rêve d'une nouvelle naissance. De Jean Royer / La Main cachée
  • Une cuisine est toujours nouvelle quand elle est bonne. De Tomi Ungerer / Nos années de boucherie
  • Sur toute expérience nouvelle, règne la permanence d’un danger. De Philippe Labro / Quinze ans
  • Demain du ventre du temps surgira une année nouvelle. De Njabulo S. Ndebele / Portrait de l'amour
  • Chaque guerre appelle une nouvelle guerre. De Dominique de Villepin / Le Figaro, 20 janvier 2015
  • Le maintien de la civilisation offre la possibilité d'obtenir de chaque nouvelle génération une nouvelle transformation des penchants, condition d'une civilisation meilleure. De Sigmund Freud / Essais de psychanalyse
  • Aucun journaliste ne sait plus ce qu’est une bonne nouvelle. De Dalaï Lama
  • Quand on apporte une mauvaise nouvelle, personne ne pense à vous offrir à boire. De Marcel Pagnol / César
  • En juin dernier, l’enseigne d’agences immobilières Côté Particuliers a ouvert un nouveau point de vente à Auch, dans le Gers. Cette nouvelle agence renforce le maillage territorial de la licence, qui possède déjà 7 établissements dans le sud-ouest : à Toulouse, Tarbes, Montech, Agen et Mont-de-Marsan. Toute la Franchise, Côté Particuliers ouvre une nouvelle agence immobilière à Auch
  • Sur la pelouse du Stade de France, sous les yeux du Président Emmanuel Macron et du patron de la FFF Noël Le Graët, le capitaine brésilien Thiago Silva et ses coéquipiers, eux, savourent, dans une ambiance pour le moins inédite, cette nouvelle ligne à leur palmarès hexagonal. ladepeche.fr, Le PSG s’offre une nouvelle coupe qui en appelle d’autres - ladepeche.fr
  • La direction annonce ne pas être en mesure de faire de nouvelle proposition aux salariés grévistes.  Photo Patrice Lapoirie Nice-Matin, Grève à Castorama: l'enseigne ne fera pas de nouvelle proposition - Nice-Matin

Images d'illustration du mot « nouvelle »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nouvelle »

Langue Traduction
Anglais new
Espagnol nueva
Italien nuovo
Allemand neu
Chinois
Arabe جديد
Portugais novo
Russe новый
Japonais 新着
Basque berriaren
Corse novu
Source : Google Translate API

Synonymes de « nouvelle »

Source : synonymes de nouvelle sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nouvelle »

Partager