La langue française

Mode

Sommaire

  • Définitions du mot mode
  • Étymologie de « mode »
  • Phonétique de « mode »
  • Citations contenant le mot « mode »
  • Traductions du mot « mode »
  • Synonymes de « mode »

Définitions du mot « mode »

Trésor de la Langue Française informatisé

MODE1, subst. fém.

I. − Ce qui est établi de manière durable, stable.
A. − Vx. Manière d'être, de penser, d'agir, particulière à quelqu'un. Synon. convenance, façon, guise.Chacun vit à sa mode. Laisse-moi t'aimer à ma guise, à la mode de mon être, avec ce que tu appelles mon originalité. Ne me force à rien, je ferai tout (Flaub.,Corresp., 1846, p.226).Ce soir, dit-elle, j'irai veiller votre morte, ma petite Mouchette. (...) − Venez si vous voulez, faites à votre mode (Bernanos,Mouchette, 1937, p.1329):
1. ... comme Françoise, à mon contact, avait enrichi son vocabulaire de termes nouveaux, mais en les arrangeant à sa mode, elle disait d'Albertine qu'elle n'avait jamais connu personne d'une telle «perfidité»... Proust,Prisonn., 1922, p.365.
B. −
1. Manière de se comporter propre à un groupe social, une région, un pays. Synon. coutume, habitude, tradition.À la mode ancienne; à la mode d'Italie. Elle est née dans l'île d'Hydra, mais elle s'habille à la mode d'Athènes: veste de velours noir, jupe de couleur claire, un foulard natté dans les cheveux (About,Roi mont., 1857, p.11).À Aurigny, on a une mode. On prend de la bouse de vache et on la jette contre les murs (...). Quand elle est sèche, elle tombe, et l'on se chauffe avec cela (Hugo,Travaill. mer, 1866, p.85).Une chambre sombre, où je distinguai (...) une grande glace et un petit lit recouvert, à la mode campagnarde, d'un édredon de soie rouge (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p.302):
2. ... on célébra le mariage du roi d'Angleterre et de madame Catherine (...). Henri de Savoisy, archevêque de Sens, officia au mariage, et bénit le lit des mariés. Dans la nuit, on vint leur porter la soupe au vin, car le roi Henri avait voulu que tout se passât à la mode de France. Barante,Hist. ducs Bourg., t.4, 1824, p.307.
2. Loc. prép.
a) À la mode de Bretagne
Cousin, cousine à la mode de Bretagne. V. cousin1A.
Neveu, nièce à la mode de Bretagne. Fils, fille d'un cousin germain, ou d'une cousine germaine:
3. ... une fille qui se trouvait être (...) soeur de mon père et beaucoup plus âgée que lui. Elle avait été mariée (...) et ses deux fils (...) étaient par conséquent les neveux de mon père, bien que l'oncle et les neveux fussent à peu près du même âge. Quant à moi, je suis leur cousine, et leurs enfants sont mes neveux et nièces à la mode de Bretagne, bien que je sois la plus jeune de cette génération. Sand,Hist. vie, t.2, 1855, p.326.
Oncle, tante à la mode de Bretagne. Cousin germain, cousine germaine du père ou de la mère. L'impératrice Joséphine (...) était, dit Mmede Séryeuse, la tante à la mode de Bretagne de mon arrière-grand-mère, qui jeune fille était une Sanois comme la mère de Joséphine (Radiguet,Bal, 1923, p.101).
Parent, parenté à la mode de Bretagne. Parent lointain, parenté qui n'est pas établie de manière certaine. Clemenceau (...) avait daigné se ressouvenir qu'il y avait une parenté à la mode de Bretagne entre sa famille et les Barbentane (Aragon,Beaux quart., 1936, p.222):
4. Meot, lui dit le roi, tu me pousses ta famille, tes nièces, tes cousins, tes fieux; tu n'as pas un parent à la mode de Bretagne, marmiton, gâte-sauce, qu'il ne faille placer et faire gros seigneur. Courier,Lettres Fr. et Ital., 1806, p.735.
b) ART CULIN. À la mode de. Préparé selon la recette en usage à. À la mode de chez nous. Ruy Gomez se plaignait, ce soir, d'avoir trop mangé à son déjeuner de tripes à la mode de Caen (Goncourt,Journal, 1867, p.378).
Boeuf à la mode (vieilli) ou boeuf mode. Ragoût préparé avec une pièce de boeuf piquée de lard, assaisonné de carottes et d'oignons. Pour faire un bon boeuf mode il faut un morceau pesant de 800 g à 1 kg (...) le boeuf mode est très bon réchauffé (G. Mathiot,Cuis. pour toi et moi, Paris, Flammarion, 1969, p.105).
II. − Ce qui est fixé de manière temporaire.
A. − Manière passagère de sentir, de penser, de vivre, érigée en norme sociale dans un milieu, une société donnée. Une jeune personne consent à se marier pour se conformer à la mode, arriver à l'indépendance et à un établissement (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.595).Le mérite du collectionneur est de devancer la mode (Balzac,Cous. Pons, 1847, p.33).Assurément les sentiments aussi vieillissent; il est des modes jusque dans la façon de souffrir ou d'aimer (Gide,Journal, 1931, p.1052):
5. ... la mode a le privilége d'user les choses avant qu'elles aient perdu leur utilité, souvent même avant qu'elles aient perdu leur fraîcheur: elle multiplie les consommations, et condamne ce qui est encore excellent, commode et joli, à n'être plus bon à rien. Ainsi la rapide succession des modes appauvrit un État de ce qu'elle consomme et de ce qu'elle ne consomme pas. Say,Écon. pol., 1832, p.449.
SYNT. Les caprices de la mode; c'est la mode, la dernière mode (de faire qqc.); se mettre à la mode; suivre la mode; être à la pointe de la mode.
Faire, lancer, régler la mode. Décider de ce qui sera admis ou privilégié dans une société donnée; imposer à celle-ci des choix, des goûts personnels. La vieille tante (...) croit que Roger de Beauvoir fait encore la mode à Paris, ne voit que la ville haute et donne un bal par an (Goncourt,Journal, 1858, p.476).
(Faire qqc.) par mode. (Faire quelque chose) pour se conformer à la mode. Synon. actuel par snobisme.Ces clubs du désespoir augmentaient d'une manière effrayante; et beaucoup de bourgeois s'y rendaient quotidiennement, par bravade, par mode (Flaub.,Éduc. sent., t.2, 1869, p.147):
6. ... cet acte d'une pièce de Sardou où, par amitié pour l'auteur et la principale interprète, par mode aussi, toutes les notabilités parisiennes, de célèbres médecins, des hommes politiques, des avocats, vinrent pour s'amuser, chacun un soir, figurer sur la scène. Proust,J. filles en fleurs, 1918, p.535.
Loc. adj. ou adv.
1. [En parlant d'une chose]
a) À la mode. Qui est conforme au goût, au besoin du moment et reçoit la faveur du public. Revenir à la mode; endroit, restaurant à la mode; livre, spectacle à la mode; refrains à la mode. Anémique? Pas possible! Le mot est à la mode, ne le prenez pas trop au sérieux (Flaub.,Corresp., 1875, p.231):
7. ... entre les deux guerres, à l'époque où les conversions étaient à la mode: conversions au catholicisme ou au communisme. «À la mode», c'est-à-dire que les contradictions du monde bourgeois agonisant étaient devenues si poignantes, si intolérables qu'il fallait absolument trouver un moyen quelconque d'évasion... Vailland,Drôle de jeu, 1945, p.163.
Mettre qqc. à la mode. Faire adopter par le public une chose nouvelle ou présentée comme telle. Mettez la poésie d'Homère ou l'éloquence de Démosthènes à la mode, les Français en feront, et même ils y excelleront (Joubert,Pensées, t.1, 1824, p.384).Papa (...) étant allé s'établir à Londres pour lancer et mettre à la mode la publicité lumineuse (Cendrars,Bourlinguer, 1948, p.234).
b) De mode (vieilli). Synon. de à la mode.Pendant que vous étiez à New-York, la couleur des tilburys a changé; c'est le tête-de-nègre qui est de mode aujourd'hui (Stendhal,Amour, 1822, p.207).La baronne de Kermadec était folle du jeu de tric-trac, qui était fort de mode au temps de sa jeunesse (Ponson du Terr.,Rocambole, t.1, 1859, p.641).
Il est de mode de + inf. Il est de bon ton de. J'ai commandé des cartes séparées pour ta femme et pour toi. Il n'est plus de mode, à ce que m'a dit le graveur, d'en donner de collectives (Hugo,Corresp., 1825, p.430).Je sais qu'il est de mode, au nom de la science, de mépriser la religion (Barrès,Cahiers, t.13, 1921, p.212).
Passer de mode. Cesser d'être dans le goût du moment. Synon. se démoder.Cette danse est passée de mode (Dub.). À cette époque passa de mode le genre rabelaisien, si cher au XVIesiècle (Sainte-Beuve,Tabl. poés. fr., 1828, p.278).
2. [En parlant d'une pers.] À la mode. Qui est momentanément très réputé et apprécié du public. Acteur, chanteuse à la mode. Si j'avais du talent, on m'imiterait. Si l'on m'imitait je deviendrais à la mode (Renard,Journal, 1896, p.330):
8. Elle nourrissait le secret projet de faire de lui, à Plassans, le médecin à la mode. Il suffirait que des hommes comme Granoux et Roudier consentissent à le lancer. Zola,Fortune Rougon, 1871, p.96.
Homme, femme, jeunes gens à la mode. Homme, femme, jeunes gens recherchés, fêtés dans la haute société en raison du prestige mondain dont ils jouissent. − Est-ce que vous n'aurez pas ce soir le comte de Monte-Cristo? − (...) Rassurez-vous, madame, nous aurons l'homme à la mode, nous sommes des privilégiés (Dumas père, Monte-Cristo, t.2, 1846, p.144).Les jeunes gens à la mode, les jeunes «lions» qui (...) font grand bruit de leurs maîtresses (Proust, Sodome, 1922, p.619):
9. ... une femme fort remarquable a prétendu qu'on pouvait, toute laide qu'on fût, devenir femme à la mode, et avoir conséquemment des amants, en possédant de très beaux équipages, se mettant avec goût, recevant bien les gens, allant là où va le beau monde, et ayant un peu d'esprit. Balzac,Physiol. mar., 1826, p.81.
En partic., fam. Être à la mode. Avoir des goûts jeunes, modernes; être large d'esprit. Synon. fam. être dans le coup*.Elle est à la mode, ta grand-mère! (Bél.1974).
B. − En partic., dans le domaine de l'habill., de la toilette
1. Ensemble d'habitudes passagères, conformes au modèle esthétique reçu par la société à laquelle on appartient. À cette époque, la mode aidait singulièrement au déguisement (Sand,Hist. vie, t.4, 1855, p.81).Quand la mode des cheveux jaunes arriva, elle fut charmée (Zola,Curée, 1872, p.407).Ces modes, déjà enterrées à Londres, seraient adoptées par nous, ainsi que les modes de Paris le sont par la province attardée (Goncourt,Journal, 1895, p.732):
10. Elle s'était approchée de la glace et elle suivait du doigt la courbe de ses épais sourcils. «J'aurais dû les épiler; je devrais suivre la mode (...)» Beauvoir,Mandarins, 1954, p.340.
SYNT. Mode féminine, masculine; mode courte, longue; mode d'été, d'hiver; défilé, figurine, gravure, présentation de mode; journal, magazine de mode (qui concerne la toilette féminine); la mode est à (qqc.); la mode (de qqc.) est passée, revient; c'est la mode, la dernière mode, la grande mode, la nouvelle mode; se mettre à la mode.
P. méton.:
11. ... les acheteurs de modèles parisiens (...) occupent une place à la fois importante et discrète (...). Trois fois par an, à l'époque des achats, ou des saisons, ils arrivent de New-York, de Rio ou de Rome, assistent aux défilés de mannequins, et repartent avec la mode en valises au bout de deux semaines. Fargue,Piéton Paris, 1939, p.236.
Loc. adj. ou adv.
a) [En parlant d'une chose]
À la mode. Conforme à la mode vestimentaire. Une étoffe à la mode (Ac. 1835-1935); une robe à la mode. Beauchêne m'a montré mon habit qui va bien; il est fort laid et très à la mode (Hugo,Corresp., 1825, p.409).Je ne sais quelles sont les couleurs à la mode. Depuis la mort de monsieur Sorbet, je ne porte jamais que du noir ou du blanc (Leclercq,Proverbes dram., MmeSorbet, 1835, 6, p.153).Jamais, dans le clan Baudoin, les femmes ne portaient de ces jupes courtes qui commençaient alors d'être fort à la mode (Duhamel,Suzanne, 1941, p.150).P. ell., adj. inv., fam. Tissu mode; coupe, longueur, teinte mode:
12. ... nous aurons ainsi (mêlant des teintes connues à quelques autres tout à fait neuves) les vert paon, bleu grenat, lie de vin, suresne, régina, loutre, gris de fer, gris ardoise, gris mode, écru et d'autres désignant les mêmes tons sous de vaines appellations. Mallarmé,Dern. mode, 1874, p.781.
De mode (vieilli). Synon. de à la mode.Deux d'entre eux portaient la barbe en collier, ainsi qu'il était de mode pour la jeunesse à cette époque (Duhamel,Désert Bièvres, 1937, p.8).
Passer de mode. Cesser d'être à la mode. Synon. se démoder.Le poète (...) reconnut (...) les défectuosités qui frappaient de ridicule son habit dont la coupe était passée de mode, dont le bleu était faux, dont le collet était outrageusement disgracieux (Balzac,Illus. perdues, 1839, p.175):
13. Elle s'amusait, parfois, à draper sur moi le burnous noir léger, rayé de lames d'or, à me coiffer du capuchon à gland (...). − Tu le garderas pour sortir du bal, quand tu seras mariée, disait-elle. Rien n'est plus seyant, et au moins c'est un vêtement qui ne passe pas de mode. Colette,Mais. Cl., 1922, p.158.
b) [En parlant d'une pers.] À la mode. (D'une manière) conforme au modèle imposé par la mode. Être, s'habiller à la mode. J'ai eu hier un bal de la noblesse de la province; d'assez belles femmes, assez riches, assez mal mises, quoiqu'à la mode de Paris (Napoléon Ier, Lettres Joséph., 1806, p.119).Un très élégant jeune homme, vêtu à la dernière mode de 1900 (Gracq,Beau tén., 1945, p.157).
P. ell., adj. inv., fam. Les femmes très «mode» tout dernier cri, jupe collante et chapeau Montpensier (Jouhandeau,M.Godeau, 1926, p.294).
2. P. méton.
a) Au plur., vx. Vêtements féminins ou accessoires de la toilette féminine. Une marchande de modes. La princesse Pauline, étant à Nice, avait organisé un fourgon en poste qui arrivait chaque jour de Paris, chargé de modes, et d'ajustements (Las Cases,Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.417).Pendant ces trois mois d'hiver, nous avons des invitations pour quinze bals; mon père a loué une loge au théâtre (...). Et j'ai fait venir pour toi et pour moi les modes les plus nouvelles (Karr,Sous tilleuls, 1832, p.99):
14. ... déjà la belle saison, dans les galeries du Bonheur, s'attiédissait avec les étoffes légères, l'éclat fleuri des nuances tendres, la gaieté champêtre des modes d'été et des ombrelles. Zola,Bonh. dames, 1883, p.619.
En partic. Chapeaux féminins. Il n'est pourtant pas indifférent, pour une marchande de modes, de coiffer un visage comme celui de madame Darbaut (Leclercq,Proverbes dram., Mar. manqué, 1835, 1, p.57).Lamiel fit arrêter devant un magasin de modes. Elle acheta un chapeau fort simple (Stendhal,Lamiel, 1842, p.201).
b) Au sing. Industrie, commerce de la toilette féminine. Travailler dans la mode. Ouvrière en mode (Michelet,Journal, 1860, p.507):
15. ... si je n'avais pas commencé mes études, (...) où seriez-vous aujourd'hui, vous autres? Toi, Laurent, tu serais peut-être employé de commerce et ta soeur Cécile serait dans la nouveauté, dans la mode, ou dans quelque chose du genre. Duhamel,Cécile, 1938, p.21.
REM. 1.
Modilogue, subst. masc.,p. plaisant. Spécialiste de la mode vestimentaire (supra II B). Demander l'origine des souliers à la poulaine, des aumônières, des chaperons, de la cocarde, des paniers, des vertugadins, des gants, des masques, du velours, c'est entraîner un modilogue dans l'effroyable dédale des lois somptuaires (Balzac, Œuvres div., t.2, 1830, p.179).
2.
Modimane, subst. masc.,p. plaisant. Homme qui aime la mode avec passion (supra II A). Le déjeuner se trouve donc aujourd'hui l'écueil des disciples de la fashion. Un maître, un modimane reconnaît le degré délégance auquel est parvenu son amphitryon en jetant un coup d'œil sur la table (Balzac, Œuvres div., t.2, 1830, p.46).
3.
Modiphile, subst. masc.,p.plaisant. Homme qui s'intéresse à la mode (supra II A, B). Alors, les matières à traiter dans la seconde partie furent adoptées à l'unanimité par cet illustre parlement de modiphiles, sous le titre de Principes généraux de la vie élégante (Balzac, Œuvres div., t.2, 1830, p.168).
Prononc. et Orth.: [mɔd]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Fém. 1. a) α) ca 1393 «manière collective de vivre, de penser propre à un pays, à une époque» (Ménagier, éd. Sté Bibliophiles fr., t.2, p.185: Poucins [...] à la mode Lombarde); ca 1485 (Mistère du Viel Testament, éd. J. de Rothschild, XXVII, 22241: ilz ont modes telles); β) 1619 neveu à la mode de Bretagne (A. d'Aubigné, Faeneste, l. 3, chap.2 ds Œuvres compl., éd. E. Réaume et F. de Caussade, t.2, p.485); 1690 oncle à la mode de Bretagne (Fur.); γ) 1651 boeuf à la mode (v. boeuf); 1893 boeuf mode (DG); b) 1549 «goûts collectifs, manières passagères de vivre, de penser, de sentir» (Est.); 2. 1452 «façon, manière» (A.Gréban, Mystère de la Passion, éd. O. Jodogne, 27374); [1466 masc. (P.Michault, Doctrinal du temps présent, X, 365, éd. Th.Walton, p.20), attest. isolée au masc.]; 3. a) 1480 «manière de s'habiller» (G.Coquillart, Droitz nouveaulx, 770, éd. M. J. Freeman, p.167: S'abiller a mode nouvelle); 1849 emploi adj. (J. des demoiselles, juill., 210b, Bruxelles ds Quem. DDL t.16: taffetas couleur mode); 1906 (Léautaud, Amours, p.231: vieille dame ancienne mode); b)α) 1692 plur. «vêtements féminins» (Dancourt, Bourgeoises à la mode, I, scène 6 ds Brunot t.6, p.1103, note 4: marchande de modes); β) 1827 plur. «chapeaux féminins» (MmeCelnart, Man. des dames ou L'Art de la toilette, 350, Roret ds Quem. DDL t.16); γ) 1845 plur. «commerce de la toilette féminine» (Besch.); 1860 sing. (Michelet, loc. cit.). B. Masc. 1. a) [1550 gramm., d'abord fém. (L. Meigret, Le Tretté de la gramme̥re françoȩze, éd. W. Foerster, p.93: l'imperative mode)]; 1611 masc. (Cotgr.); b) 1765 gramm. modes personnels, impersonnels (Encyclop., s.v. impersonnel, mode); 2. a) α) [1547 fém. mus. anc. (Amyot, De la musique, 8 ds Hug.: trois modes [...] la phrygiene, et la doriene, et la lydiene), rare au fém.]; 1598 masc. (A.d'Aubigné, Lettres de poincts de science, à M. de Boüillon ds Œuvres compl., éd. citée, t.1, p.463: le mode Dorien [...] le Phrigien; p.464: les modes [...] autentique [...] plagal [v.Quem. DDL t.15]); β) 1688 mus. mod. mode de majeur, de mineur (Rich.); 1705 mode majeur, mineur (Brossard); b)1803 p.anal. (Chateaubr., Génie, t.2, p.7: les pseaumes avoient un mode extatique); 3. 1647 philos. (Descartes, Méditations métaphysiques, 3 ds Œuvres philos., éd. F. Alquié, t.2, p.444); 4.1690 log. (Fur.); 5. a) 1789 «forme particulière sous laquelle se présente un fait, s'accomplit une action» (Mirabeau, peint par lui-même, 18 mai, Paris, Buisson, t.I, p.13 ds Z. fr. Spr. Lit. t.35, p.140: mode de délibérer); b)1797 mode de vie (Chateaubr., Essai Révol., t.2, p.375); c) 1872 mode d'emploi (Viollet-Le-Duc, Archit., p.387); 6.1840 dr. (Ac. Compl. 1842); 7. 1909 stat. (E. Claparède, Rapp. sur la terminol. psychol. ds Lal. 1932); 1928 (Delc.). Empr. au lat. modus masc. «mesure, étendue; modération»; en mus.: «mesure, mélodie, mode; manière, façon, sorte, genre»; en gramm.: «voix, mode». Mode était fém. à l'orig., en raison de sa terminaison en -e (supra A), le masc. s'est réintroduit à partir du mil. du xves. (supra A 2) prob. sous l'infl. du lat., et spéc. pour des sens techn. (supra B). Il existait une forme meuf, moeuf, en a. fr. et m. fr., aux sens de gramm. et de mus. (Bl.-W.; FEW t.6, 3, pp.20-21). Bbg. Greimas Mode 1948, p.10.

MODE2, subst. masc.

I.
A. − Forme particulière sous laquelle se présente un fait, un phénomène. Synon. forme, genre.Mode de vie. Notre idée des lois de la nature (...) est le grand résultat des sciences physiques, non pas de telle ou telle expérience, mais d'un mode d'induction très général (Renan,Avenir sc.,1890, p.258).La mémoire est-elle un mode de communication entre le moi actuel et le moi passé? (G. Marcel,Journal,1919, p.187).D'autres modes d'existence et de civilisation sont possibles (Carrel,L'Homme,1935, p.358):
1. ... votre admirable tentative de linguistique, grâce à laquelle tant de modes d'expression souvent ineptes forgés par de pauvres diables prennent la valeur des plus belles formules littéraires puisqu'ils arrivent à nous faire sourire ou presque pleurer, nous lettrés! cela m'émeut au dernier point... Mallarmé,Corresp.,1877, p.146.
Synon. de modalité (v. ce mot II B).Le rire arraché par les comiques (...) n'est pour moi qu'un état nerveux et violent, un des modes de l'épilepsie (Goncourt,Journal,1864, p.48).
B. − Forme particulière sous laquelle s'accomplit une action.
1. Méthode, système général. Mode d'enseignement; mode de production, d'exploitation. Les événements (...) tendaient (...) à la ruine du vieux régime municipal, et préparaient de nouveaux modes de gouvernement (Fustel de Coul.,Cité antique,1864, p.472).Il fallait que le chef de l'État fût, par le mode de son élection, sa qualité, ses attributions, en mesure de remplir une fonction d'arbitre national (De Gaulle,Mém. guerre,1956, p.157).
2. Formule, procédé. Mode de classement, de paiement.
En partic. Mode d'emploi. Instructions écrites ou imprimées, relatives à l'utilisation d'un produit, au fonctionnement d'un appareil:
2. le docteur: Mais vous n'aviez réellement aucunes connaissances? knock: Entendons-nous! Depuis mon enfance, j'ai toujours lu avec passion les annonces médicales et pharmaceutiques des journaux, ainsi que les prospectus intitulés «mode d'emploi» que je trouvais enroulés autour des boîtes de pilules et des flacons de sirop. Romains,Knock,1923, I, p.5.
[Dans un cont. métaph.] Le rêve d'une civilisation artisanale est vain. La machine n'est mauvaise que dans son mode d'emploi actuel. Il faut accepter ses bienfaits, même si l'on refuse ses ravages (Camus,Homme rév.,1951, p.364).
3. Moyen. Mode de récupération, de transport. Il voulait (...) refaire les forêts, repeupler les étables, introduire les modes de culture nouveaux (R. Bazin,Blé,1907, p.37).Devant la vitrine d'un décorateur, il l'arrêta. − Ce tapis est beau. Bien salissant, malheureusement... Aimez-vous ce mode d'éclairage? (Montherl.,Démon bien,1937, p.1293):
3. − Les tavolette sont des tablettes en bois que l'on accroche à tous les coins de rue la veille des exécutions, et sur lesquelles on colle les noms des condamnés, la cause de leur condamnation et le mode de leur supplice. Dumas père, Monte-Cristo,t.1, 1846, p.487.
II. − Spécialement
A. − DR. Clause qui modifie l'effet d'un acte d'après un événement incertain, mais dépendant de la volonté du bénéficiaire (d'apr. Barr. 1967).
B. − LING. Catégorie morphologique du verbe où s'expriment les nuances de la modalité (v. ce mot I B); p.méton., ensemble des formes correspondant à cette catégorie. Mode indicatif. Pour celui-là, il n'y a point de doute. Tout le monde convient que toutes les fois que ce mode se trouve dans le discours (...), il y a un jugement énoncé (Destutt de Tr.,Idéol. 2,1803, p.48).Je parlais avec Robert de la disparition progressive du subjonctif (...). Ce mode, on le regrettera, un jour, parce que le subjonctif était une nuance et une nuance très nécessaire, mais les langues vont se simplifiant (Green,Journal,1949, p.302):
4. On groupe (...) les temps en modes selon leurs latitudes de substitution dans un même contexte: modes personnels, variant en personne: indicatif, impératif, subjonctif (et «conditionnel»); modes impersonnels invariables en personne: infinitif, gérondif et participe. H. Bonnard,Code du fr. contemp., Paris, Magnard, 1981, p.206.
SYNT. Les différents modes d'un verbe; les temps de chaque mode; le mode optatif (en gr. anc.).
Synon. de modalité.Si je pouvais... si... si... toujours ce maudit conditionnel, mode atroce par lequel tous les temps du verbe passent! (Flaub.,Corresp.,1846, p.279).Le mode (...) de la phrase s'exprime par l'opposition entre (a) l'assertion exprimée dans la phrase assertive, affirmative ou négative (...) (b) l'interrogation exprimée dans une phrase interrogative, affirmative ou négative (...). Le mode de l'assertion et de l'interrogation est en français l'indicatif, nom donné au mode de base; (c) l'ordre ou le souhait (le désir) exprimé dans une phrase impérative ou optative, affirmative ou négative. Le mode de l'ordre et du souhait est en français l'impératif ou le subjonctif (Ling.1972).
C. − MATHÉMATIQUES
1. INFORMAT. Manière d'utiliser un ordinateur ou un système; son type de fonctionnement (d'apr. Le Garff 1975). Mode asservi; mode d'accès; mode maître.
Mode conversationnel. ,,Procédure de transmission entre un terminal et un ordinateur par laquelle chacun alternativement a l'initiative de l'émission de l'information`` (Informat. 1972).
2. STAT. Dans une série, valeur dont la fréquence est maximale et qui est choisie comme valeur caractéristique de cette série. La notion de mode correspond à ce que l'opinion commune appelle moyenne (...). Dans une distribution symétrique le mode se confond avec la moyenne. Dans une distribution asymétrique il en est différemment (Cotta1972).
D. − MUSIQUE
1. [Dans la mus. antique] Disposition de la gamme diatonique qui a la particularité d'être descendante, qui est déterminée par la hauteur prescrite et qui peut être nuancée par la disposition des notes mobiles:
5. ... il faut préciser que les Grecs attribuaient aux modes − conçus d'ailleurs dans une extrême simplicité mélodique − un caractère particulier, tel que l'effusion d'un sentiment ou l'expression d'un état d'âme. C'était la doctrine de l'éthos des modes, sans correspondance exacte dans notre sentiment musical, orienté différemment. Hist. de la mus.,t.1, 1960, p.380 (Encyclop. de la Pléiade).
Mode dorien. V. dorien B 2.Mode éolien. V. éolien1.Mode lydien. V. lydien A 1.Mode phrygien*.
2. [Dans la mus. d'église] Disposition de la gamme diatonique qui a la particularité d'être ascendante, qui est déterminée par la hauteur de la tonique appelée finale, et qui peut se présenter sous deux formes: mode authente ou authentique, et mode plagal. Mode authente, dans le Plain-chant, Celui qui, étant donné une quinte partant de la tonique ou finale, s'étend à la quarte supérieure. Mode plagal, Celui qui, étant donné la même quinte, s'étend à la quarte inférieure (Ac.1935).Il y a ainsi un mode authente (aigu) et un mode plagal (grave) pour chaque finale; leurs noms sont d'origine grecque (...): sur ré, le protus, sur mi le deuterus, sur fa le tritus et sur sol, le tetrardus Hist. de la mus.,t.1, 1960, p.679 (Encyclop. de la Pléiade):
6. ... sur la page de couverture intérieure du petit livre relié, on lit, au crayon, par deux fois, au-dessus et au-dessous de linéaments assez confus de la première pensée du Kyrie, ces mots inscrits: «Elee» (ison) et «E». De plus, au-dessus d'un de ces dessins, Beethoven a noté: «Dor» (isch?): − ce qui le [Beethoven] montrerait appliqué à retrouver l'écriture des modes anciens, − ainsi qu'il s'en traçait le programme... Rolland,Beethoven,t.1, 1937, p. 205.
3. [Dans la mus. class.] Manière d'être de la gamme diatonique caractérisée par une disposition particulière des intervalles et formant le mode majeur ou le mode mineur:
7. Nul doute qu'il [Mallarmé] n'eût été ravi par une doctrine qui déplorait qu'on accordât plus d'importance aux notes (chose définie) qu'aux sons (chose infinie), qui voulait qu'on «noyât la tonalité», qu'on ignorât la distinction entre les modes majeur et mineur, qu'on ne résolût point les accords. Benda,Fr. byz.,1945, p.284.
Mode majeur. ,,Celui où la tierce et la sixte, au-dessus de la tonique, sont majeures`` (Ac. 1835-1935). Au fig. Louer sur le mode majeur sa voix, son style et son jeu (L'Express,11 janv. 1965).
Mode mineur. ,,Celui où la tierce et la sixte, au-dessus de la tonique, sont mineures`` (Ac. 1835-1935). Au fig. Terminer [un exposé] sur le mode mineur (Le Nouvel Observateur,5 août 1968).
4. [Dans la mus. émanant de cultures autres que la culture occidentale, ou dans la mus. contemp.] ,,Ordonnance des sons constitutifs d'une échelle sonore déterminée`` (Pinch. Mus. 1973). Un inventaire des modes utilisés dans les cinq continents constituerait la matière d'une encyclopédie: la musique de l'Inde en connaît environ soixante-douze variétés, la musique arabe cent vingt. La plupart ne peuvent être représentés convenablement dans notre système de notation, car ils comportent des intervalles que nous n'utilisons pas (Candé1961, p.159):
8. [Si] les contemporains recherchent l'emploi systématique de modes anciens ou nouveaux, gammes à transposition limitées de Messiaen notamment, avant d'aboutir au système dodécaphonique, on est bien forcé d'y reconnaître une évolution par complication croissante... Schaeffer,Rech. mus. concr.,1952, p.128.
5. P. anal., littér. Manière de s'exprimer. Mode comique, plaisant, tragique. Lancelot continue sur le mode épique (Bremond,Hist. sent. relig.,t.4, 1920, p.49).Les Allemands sont si heureux de rendre service, (...) ils sont si corrects! (...) «Ils vous fusillent si correctement!», dit Juliette sur un mode attendri (Triolet,Prem. accroc,1945, p.65).Je revis Jacques souvent. Il me raconta son histoire avec Magda, sur un mode romanesque (Beauvoir,Mém. j. fille,1958, p. 344):
9. Ses compagnons parlaient presque toujours sur un mode ironique. Ils paraissaient mépriser la société et les idées courantes; Villars s'émerveilla de leur liberté d'esprit. Arland,Ordre,1929, p.112.
E. − PHILOSOPHIE
1. LOG. Forme que présente un syllogisme, dans les diverses figures, selon que les propositions qui le composent varient en qualité et en quantité. De la nature du syllogisme, il suit nécessairement un nombre donné de modes et de figures (Ruyer,Esq. philos. struct.,1930, p.344):
10. Depuis Charlemagne, elle n'avait cessé de régner [la langue d'Aristote] (...) emprisonnant la pensée dans ses catégories, et la parole dans ses syllogismes. Les quatre figures et les dix-neuf modes du raisonnement syllogistique étaient les seuls rhythmes qu'elle admît, et la chute monotone des prémisses et de la conséquence formait l'unique harmonie où elle pût se complaire. Ozanam,Philos. Dante,1838, p.259.
2. MÉTAPHYS. [S'oppose au concept de substance] Si toute substance est éternelle, tout mode est passager: le principe est invariable, ses émanations sont nécessitées et toujours mobiles (Senancour,Rêveries,1799, p.105).Qualités primaires, qualités secondes, elles ont toutes même promotion et même consistance pour un impressionnisme philosophique qui réduit la substance à ses modes (Jankél.,Je-ne-sais-quoi,1957, p.3).
En partic.
a) [Chez les scolastiques] ,,Détermination de la substance. Mode substanciel, mode accidentel, modes transcendentaux`` (Morf. Philos. 1980, p.219).
b) [Dans la philos. class.] Synon. de attribut (caractère intrinsèque de la substance); synon. de qualité (caractère extrinsèque de la substance) (d'apr. Morf., Philos. 1980, p.219).Spinoza disait que les modes de la pensée et les modes de l'étendue se correspondent, mais sans jamais s'influencer: ils développeraient, dans deux langues différentes, la même éternelle vérité (Bergson,Essai donn. imm.,1889, p.118).
Prononc. et Orth. et Étymol. et Hist. V. mode1.
STAT.Mode1 et 2. Fréq. abs. littér.: 5393. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7873, b) 8113; xxes.: a) 5315, b) 8674.
BBG.Auroux (S.), Weil (Y.). Nouv. vocab. des ét. philos. Paris, 1975, pp.143-144. _ Hist. de la mus. 1. Paris, 1970, pp.380-679. _ Meunier (A.). Gramm. du fr. et modalités... DRLAV Paris, 1981, no25, pp.119-144.

Wiktionnaire

Nom commun 1

mode \mɔd\ féminin

  1. (Vieilli) Manière de voir ou d’agir ; fantaisie.
    • On voit, dit-il en goguenardant, que ces Messieurs arrivent de province. À Paris, la mode est passée de massacrer les aubergistes qui refusent de louer leurs chambres. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Il faut le laisser vivre à sa mode, le laisser faire à sa mode. - Il s’est fait une philosophie à sa mode. - Chacun vit à sa mode.
  2. Façon, manière, habitude collective, us ou coutume.
    • Ma sœur était très gourmande et un peu poitrinaire… Le médecin l’avait mise au régime de l’huile de foie de morue —c’était la mode alors—, une cuillerée à bouche tous les matins… — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Le Colporteur)
    • La mode aurait voulu que lui et ses fils revêtissent des costumes flamboyants pour exécuter leurs concerts […] — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Pourvu que je lui raccommode son linge, reprise ses chaussettes et lui fricasse de la cuisine à la mode corse, il n’en désire pas davantage. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Fleuriane était toujours assise devant la cheminée et cuisinait pour le repas du lendemain quelques pommes de terre cuites à la mode du pays, des tartuffes bien rondes et lisses. — (Paul Dunez, Les Grandes Hazelles : L’Émeraude des Ardennes, L’Harmattan, 2011, p. 91)
  3. (Plus courant) Usage passager qui dépend du goût et du caprice.
    • Ce manque d’intelligence dans ce qui touche à la toilette surprend de la part d’un sexe essentiellement coquet ; mais l’étonnement cesse lorsque l’on songe que les femmes n’ont que le sentiment de la mode et non celui de la beauté. Une femme trouvera toujours charmant le plus misérable chiffon, si le genre suprême est de porter ce chiffon. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Madame la comtesse de Sérizy était une de ces femmes qui prétendent exercer à Paris une sorte d’empire sur la mode et sur le monde ; elle dictait des arrêts, qui, reçus dans le cercle où elle régnait, lui semblaient universellement adoptés […] — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Les jeunes filles relèvent leurs cheveux à la mode la plus nouvelle […] — (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol. 2, 1866)
    • Il eut même cette bonne fortune d’inventer à plusieurs reprises un de ces vocables essentiellement parisiens que la mode consacre pendant quelques mois et qui reçoivent toujours l’accueil le plus enthousiaste […] — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • Dès 1818, le vélocipède du baron Karl Drais von Sauerbroom avait été le support d’une mode éphémère et extravagante parmi les dandys et les aristocrates de Paris et de Londres. — (Monique de Saint Martin, L’Espace de la noblesse, Métailé, 1993, page 145)
    • Non mais, qu’est-ce qu’ils venaient nous casser les pieds, tous ces Parisiens, avec leurs modes modernes, que tu savais jamais ce qu’il fallait faire pour qu’on se foute pas de ta poire ? — (Paul Fabre, Le Solitaire de Costejourdes, Éditions L’Harmattan, 2013, page 35)
  4. (En particulier) Habitudes collectives et passagères en matière d’apparence, et spécialement d’habillement.
    • On s’accorde généralement à citer les caprices des modes, qui régentent les ajustements et les parures, comme les manifestations les plus caractéristiques organisées contre le bon sens. — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • Lorsque l’on jette un coup d’œil ne serait-ce que furtif autour de soi, on ne tarde pas à procéder à un constat d’ensemble : par les temps qui courent, la barbe semble particulièrement à la mode dans le merveilleux monde du sport™, et pas seulement en séries. Elle est comme ça, la mode : elle débarque sans s’annoncer et change votre vie sans même vous demander votre avis. — (Jean Dion, Le Devoir, 27 juin 2015)
  5. (Au pluriel) (Autrefois) Les ajustements, les parures à la mode pour l’habillement des femmes, et particulièrement à leurs chapeaux.
    • Magasin de modes.
    • La femme a l’air comme il faut, elle travaille dans les modes et lui dans les appareils électriques. — (Léon Frapié, Le tyran, dans Les contes de la maternelle, éditions Self, 1945, page 124)
    • Tu avais même fait arrêter la pauvre Mlle Despeaux, ma marchande de modes, un jour qu’elle était dans le salon à m’attendre. — (Christine Orban, Quel effet bizarre faites-vous sur mon cœur ?, Albin Michel, 2014, page 49)
  6. (Couture) Dans la dentelle au point d’Alençon, dessin à l’intérieur des fleurs et des ornements à jour.

Nom commun 2

mode \mɔd\ masculin

  1. (Philosophie) Manière d’être.
    • Le mode de l’être. — Les modes de la pensées.
  2. (Plus courant) Manière de faire.
    • Cette thèse admet deux modes de discussion entre lesquels nous avons à choisir. — (Edgar Allan Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • Dans la même tombe, les deux modes de sépulture sont représentés, l’inhumation et la crémation. — (Michel Kaplan & ‎Nicolas Richer, Le Monde grec, Éditions Bréal, 1995, p. 35)
  3. (Technique) Méthode ou façon d’opérer, pour un agent ou un groupe.
    • Ainsi la culture badarienne, installée principalement en Moyenne-Égypte, pratiquait un mode de subsistance mixte, où l'économie de prédation jouait encore un rôle important. — (Sophie Desplancques, « Que sais-je ? » n° 24 : L'Égypte ancienne, 2016, chap. 2, §. 2)
    • Mode d’action ; mode d’intervention.
  4. (Technique) Méthode ou façon de fonctionner, pour un appareil ou système.
    • Mode dégradé ; mode opérationnel ; mode maintenance.
  5. (En particulier) Forme particulière sous laquelle se présente un fait, s’accomplit une action.
  6. (Astrologie) Chacune des trois subdivisions des saisons du zodiaque.
    • Il existe trois modes astrologiques : cardinal, fixe et mutable. Cardinal pour le premier signe de la saison, fixe pour le second signe (au milieu), et mutable pour la dernier.
  7. (Linguistique) Caractère d’une forme verbale susceptible d’exprimer l’attitude du sujet vis-à-vis des évènements exprimés (pour le français : indicatif, subjonctif, conditionnel, impératif, infinitif, participe).
    • À quel mode doit-on conjuguer ce verbe ?
  8. (Musique) Chacune des dispositions particulières de la gamme caractérisée par la disposition des tons et des demi-tons.
    • Mode majeur et mode mineur.
  9. (Physique) Chacune des solutions d’une équation de propagation, différentielle ou à dérivées partielles.
    • On peut en effet montrer que les modes (appelées [sic : appelés] mode [sic : modes] de Bloch) présentent la même périodicité spatiale que celle du milieu (théorème de Bloch) [JOA 95] […] À une longueur d’onde λ donnée, l’indice effectif du mode fondamental de la structure périodique (c’est-à-dire l’indice effectif le plus grand) est noté nfsm. Il correspond au mode de Bloch ayant la valeur propre (fréquence) la plus faible dans l’espace des vecteurs d’onde. — (Yves Quiquempois, Laurent Bigot, Géraud Bouwmans, Chapitre 4. La lumière manipulée par la matière : les fibres microstructurées, in Bernard Jacquier, directeur, Nano-optique du solide, Lavoisier, Cachan, 2012, ISBN 978-2-7462-1980-9)
  10. (Statistiques) Valeur la plus représentée d’une variable quelconque dans une population, pas forcément unique. En probabilités, la valeur la plus plausible.
    • Le mode (ou valeur dominante), la moyenne et la médiane ne coïncident pas forcément.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MODE. n. f.
Manière de voir, d'agir, fantaisie. Il faut le laisser vivre à sa mode, le laisser faire à sa mode. Il s'est fait une philosophie à sa mode. Chacun vit à sa mode. À la mode de, À la manière de. Tripes à la mode de Caen. Oncle, tante à la mode de Bretagne, Cousin germain, cousine germaine du père ou de la mère. Mon père et lui étaient cousins germains; par conséquent, il est mon oncle à la mode de Bretagne. Neveu, nièce à la mode de Bretagne, Fils, fille du cousin germain ou de la cousine germaine.

MODE se dit particulièrement de l'Usage passager qui dépend du goût et du caprice. Nouvelle mode. Ancienne mode. Mode ridicule, extravagante. C'est la mode, la dernière mode. Se mettre à la mode. Suivre la mode. Une robe, une étoffe à la mode. Une opinion, un mot à la mode. C'est le livre, la pièce à la mode. Il est de mode de professer cette opinion. La mode des grands chapeaux est passée. La mode est aux couleurs claires. Être esclave de la mode. Les caprices, les bizarreries, l'empire de la mode. On revient aux vieilles modes. Fam., Un homme à la mode, Un homme en réputation, très recherché, très fêté. On dit dans le même sens Un auteur, un artiste, un acteur à la mode. Par analogie, Bœuf à la mode, Plat fait d'une pièce de bœuf piquée de gros lard et assaisonnée de carottes, d'oignons, etc.

MODES, au pluriel, qui signifiait autrefois les Ajustements, les parures à la mode pour l'habillement des femmes, ne s'applique plus qu'à leurs chapeaux. Magasin de modes.

Littré (1872-1877)

MODE (mo-d') s. m.
  • 1 Terme de philosophie. Manière d'être qui ne peut exister indépendamment des substances, quoiqu'elle puisse être conçue à part abstraitement. Le mode est un accident que l'on conçoit nécessairement dépendant de quelque substance, Rohault, Physique, dans RICHELET. Comment une substance quelconque périrait-elle ? tout mode se détruit, l'être reste, Voltaire, Dict. phil. âme. La figure et le mouvement dépendent d'une cause qui est extérieure au corps ; ce ne sont donc pas des propriétés essentielles ; ce sont de simples modes, mais qui ont leur fondement dans les attributs essentiels de la matière : la figure dans l'étendue, le mouvement dans la solidité, Bonnet, Consid. corps organ. Œuvres, t. V, p. 158, dans POUGENS. Les modes dérivent des attributs, Bonnet, Œuv. mêlées, t. XVIII, p. 78.
  • 2 Terme de logique. Modification d'une proposition, ce qui la rend modale.

    Certain ordre dans le raisonnement, ou dans la manière d'argumenter, qui dépend de la nature des propositions. Modes du syllogisme, les différentes manières dont les quatre sortes de propositions (l'affirmative, la négative, l'universelle et la particulière) se combinent trois à trois pour former un syllogisme.

  • 3 Terme de jurisprudence. Clause qui modifie l'effet d'un acte d'après un événement incertain, mais dépendant de la volonté de celui qui doit profiter de la disposition modale.
  • 4Dans le langage ordinaire, forme, méthode. Mode de gouvernement, d'administration, d'enseignement, etc.
  • 5 Terme de grammaire. Nom donné aux différentes formes du verbe employées pour affirmer plus ou moins la chose dont il s'agit, et pour exprimer non pas le temps, mais les différents points de vue auxquels on considère l'existence ou l'action. Les modes sont, en français, l'indicatif, l'impératif, le subjonctif, le conditionnel, l'infinitif et le participe. Les modes s'accordent entre eux, c'est-à-dire que, dans deux propositions qui se commandent, si la première est au présent, la seconde doit être mise au présent ; si la première est au passé, la seconde doit être aussi au passé : je veux que vous fassiez cela ; je voulais, j'ai voulu, j'avais voulu que vous fissiez cela.

    Modes personnels, ceux qui, dans les verbes, ont des personnes. Modes impersonnels, l'infinitif et le participe.

    Modes obliques ou indirects, s'est dit autrefois de tous les modes des verbes autres que l'indicatif.

  • 6 Terme de musique ancienne. Certaine disposition de l'échelle des sons, où les anciens reconnaissaient : 1° un diapason plus ou moins élevé, le mode phrygien étant d'un ton plus haut que le dorien, et d'un ton au-dessous du lydien, etc. ; 2° une position différente du demi-ton, qui se trouvait au troisième degré dans le dorien, au second dans le phrygien, au premier dans le lydien, etc. ; 3° un caractère particulier, la fermeté et l'énergie dans le dorien, la fureur bachique dans le lydien, et dans l'ionien, l'agrément et une douceur un peu efféminée. Le Pentateuque se chantait à Jérusalem sur un mode plein et doux, Chateaubriand, Génie, III, I, 2. Néron, maître du monde et dieu de l'harmonie, Qui sur le mode d'Ionie Chante en s'accompagnant de la lyre à dix voix, Hugo, Odes, Un chant de fête de Néron.

    Fig. La muse me toucha d'un magique rameau, Et d'un mode inconnu m'enseigna l'harmonie, Millevoye, Élégies, II, Bûcher de la lyre. [Byron] Ta voix, sur un mode infernal, Chante l'hymne de gloire au sombre dieu du mal, Lamartine, Méd. I, 2.

    Fig. Le mode thébain, la poésie lyrique semblable à celle de Pindare, qui était de Thèbes. Lutteurs… Venez vaincre dans nos fêtes, Afin d'obtenir des poëtes Un chant sur le mode thébain, Hugo, Odes, IV, 10.

    Terme de plain-chant. Disposition de l'échelle des sons analogue aux modes des Grecs, mais déterminée : 1° par la place des demi-tons ; 2° par l'étendue, qui était pour chacun d'une octave ; 3° par la finale, c'est-à-dire par la note qui devait terminer le chant dans chaque mode ; 4° par la dominante, c'est-à-dire par la note qui occupait la plus grande partie du chant ; 5° par la distinction des modes authentiques et des modes plagaux, le mode plagal étant d'une quarte au-dessous de l'authentique correspondant, avec la même note pour finale ; 6° par le caractère grave, triste, joyeux qu'on y reconnaissait. Dans le plain-chant, quand la finale d'un chant en est aussi la tonique, et que le chant ne descend pas jusqu'à la dominante, le mode s'appelle authentique ; mais, si le chant descend ou finit à la dominante, le mode est plagal, Rousseau, Dict. de mus. Authentique.

    Terme de musique moderne. Disposition des sons de la gamme, déterminée par la place du demi-ton, qui occupe le troisième degré dans le mode majeur, et le second dans le mode mineur.

    Mode majeur, celui où la tierce et la sixte, au-dessus de la tonique, sont majeures.

    Mode mineur, celui où la tierce et la sixte, au-dessus de la tonique, sont mineures.

HISTORIQUE

XVIe s. Les modes sont de cinq sortes : la premiere s'appelle indicative…, R. Estienne, Gramm. franç. p. 38, dans LACURNE. Et que je chante en mode pastorale. Ce que voudray de ma fluste rurale, Marot, IV, 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mode »

Prov. mo, s. m., mode de verbe ; du lat. modus. Mode, s. m. n'appartient point à l'ancienne langue. Au XVIe siècle, il était uniformément féminin ; c'est plus tard qu'on a distingué le mode et la mode. Modus, au sens de mode de verbe, avait donné mœuf (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Nom commun 1) (XVe siècle) Du latin modus (« mesure »).
(Nom commun 2) (fin XVIe siècle) De même origine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mode »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mode mɔd

Citations contenant le mot « mode »

  • La mode se démode, le style jamais. De Coco Chanel
  • Tous les vices à la mode passent pour vertus. De Molière
  • La mode est femme, donc capricieuse. De K.J. Weber / Sämtliche Werke
  • La mode entre une année et sort la suivante. De Denise Klahn
  • C'est toujours retarder que de suivre la mode. De Pierre Baillargeon / Commerce
  • L'ennui s'habille à la mode. De Xavier Forneret / Sans titre
  • Le progrès est le mode de l'homme. De Victor Hugo / Les Misérables
  • La mode, c’est maintenant d’être à la mode. De Seth Godin / Les secrets du marketing viral
  • S’habiller est un mode de vie. De Yves Saint Laurent
  • La mode est une fleur morte. De Francis Picabia / Ecrits
  • La mode est la pire des prostituées. De Madeleine Ferron / Le baron écarlate
  • La mode change, le cul demeure. De Marc Gendron / Louise ou la nouvelle Julie
  • La mode domine les provinciales, mais les parisiennes dominent la mode. De Jean-Jacques Rousseau / Julie ou La nouvelle Héloïse
  • La mode, c’est ce qui se démode. De Jean Cocteau
  • Lyst, le moteur de recherche dédié à la mode vient de dévoiler son classement trimestriel des pièces mode les plus en vogue du moment et depuis les trois derniers mois. Aperçu de ces pièces désormais indispensables à notre dressing.    So Soir, Les 10 pièces mode les plus populaires du moment
  • Des mannequins, de la haute couture, des invités VIP, le tout réuni dans un champ de blé. C’est le spectacle pour lequel Christophe Robert a donné son accord. Le 16 juillet 2020 au soir, le créateur français Simon Porte Jacquemus a organisé un défilé de mode sur la parcelle de l’agriculteur du Val-d’Oise. Une expérience qu’il pourrait revivre « 100 fois ! » Il raconte. La France Agricole, Insolite : Un défilé de mode au beau milieu d’un champ de blé
  • Benjamin Quintero travaille dans le milieu de la mode depuis plus de 25 ans.  Alors qu’il rend visite à un ami en Espagne en 2015, l’idée de Krobady lui vient : « Mon ami travaille dans la conception de jeux vidéo. Il m’a expliqué en quoi consistait son quotidien en me montrant des logiciels 3D utilisés pour créer des avatars. » C’est bien en voyant ces avatars entièrement habillés que Benjamin a l’idée de combiner la technologie de virtualisation 3D avec la réalisation des patronages de vêtements. Mode in Textile, Start-up Story : Krobady, la virtualisation au service de la mode 4.0
  • Ce n'est pas amusant, mais ça va. La synthèse enviable de l'anglais fait sens, ou plutôt, le sentiment que le retour des semaines de la mode numérique a suscité chez les professionnels en quelques mots. Le rideau tombe sur la Digital FashionWeek, commencée à Londres, poursuivie à Paris et terminée à Milan entre collections couture automne-hiver, Croisière et prêt-à-porter. Porter un jugement est une activité complexe en soi: le cas de cette grande expérience de mode en ligne nécessite délicatesse et discernement. Quels que soient les résultats, l'engagement des institutions et des marques doit être salué pour tenter de réinventer, en très peu de temps et avec mille difficultés, un langage obligé de distance, d'immatérialité. Limiter l'histoire aux sons et aux visions émanant d'un écran, renoncer à la puissance émotionnelle avant tout d'un défilé de mode en chair et en os, était une révolution en soi. Un défi gigantesque, somme toute dénué de relief, car même les contenus narratifs les plus sophistiqués (comme le mini film réalisé par Matteo Garrone pour la haute couture de Maria Grazia Chiuri chez Dior, ou les multiples visions que les artistes et créateurs d'images Terence Nance, Joanna Piotrowska, Martine Syms, Juergen Teller et Willy Vanderperre ont donné de la collection Prada, deux des plus dynamiques) ont démontré à quel point la physicalité est encore nécessaire, le la présence, l'engagement de se rencontrer à un moment et à un endroit donnés, pour devenir tous les acteurs de cette représentation spécifique. Une perception corroborée par l'enthousiasme avec lequel le public présent a posté les cartons d'invitation des deux spectacles physiques de Dolce &Gabbana dans les jardins de l'hôpital Humanitas, et Etro sur les réseaux sociaux, dans la verdure de l'hôtel Four Seasons. Un enthousiasme authentique, tempéré seulement par certaines mises un peu trop effrontées de ceux qui ont peut-être oublié que le confinement est terminé et que la participation à un défilé mérite au moins un petit effort de style. Gucci mérite d’être distingué. Son directeur créatif, Alessandro Michele a une fois de plus surpassé les attentes des gens de la mode avec Epilogue, en streaming direct, qui a commencé à huit heures du matin le dernier jour de la FashionWeek numérique de Milan pour révéler toutes les étapes nécessaires pour création du look-book de la collection. Pour ce qui est deZegna,c'est probablement la Maison qui a su faire le plus de compromis entre l'envie d'enchanter les spectateurs et la nécessité de montrer le produit. Le défilé sans public, qui s'est déroulé dans les bois et les collines de l'OasiZegna (la réserve naturelle proche de l'usine Trivero et toujours ouverte au public) pour se terminer sur le toit de la filature de laine historique dont tout a commencé en 1910, trouvé le juste équilibre entre concrétisme et rêve. , Semaine de la mode numérique, l'avenir peut attendre
  • La rétrospective consacrée au mythique magazine américain né en 1867 à New York feuillette la mode sur plusieurs décennies, dévoilant ses partis pris bluffants autour de l’art, de la littérature, de l’architecture et de la photographie. Un miroir tendu sur l’époque. IDEAT, Mode : Harper’s Bazaar fait la couverture du MAD - IDEAT
  • Le 21 juillet à 16 heures, elle était enfin prête à dévoiler sa collection. L’attente n’était pas vaine : la vidéo réussit à mettre en valeur les vêtements avec un vrai parti pris artistique, celui du photographe britannique Nick Knight qui l’a réalisée. Jusqu’ici, la plupart des marques de mode qui ont proposé des clips ont eu du mal à mettre la mode au cœur de leur propos et ont préféré imaginer des histoires ou montrer des belles images ; d’autres se sont contentées de filmer des défilés (parfois sans public) de manière très littérale. Le Monde.fr, « Un rêve de mode » ou la haute couture selon Valentino
  • Les arts divinatoires et autres moyens de protection n’ont jamais été autant invoqués que ces dernières années. Et la mode, milieu de créatifs par excellence, n’est pas passée à côté. L’heure est au recentrage et nous avons interviewées Diane Goldstein, créatrice de la marque Monoki, une maison de kimonos bénis par un chaman. , Mode holistique : Monoki, la marque aux kimonos spirituels - Elle
  • La tendance #FreeTheNipple, ou le #NoBra qui ont explosé pendant le confinement vont-ils s'affirmer comme une tendance de fond à ne plus porter de soutien-gorge ? Ou ne seront-ils qu'un effet de mode ? Topsante.com, Ne plus porter de soutien-gorge,  un effet de mode, vraiment ? - Top Santé
  • Netflix tente une nouvelle option pour ceux qui se servent de la plateforme sur leur console PS4. Il est désormais possible de lancer une lecture aléatoire des programmes. Un nouveau mode de consommation qui peut encourage à découvrir des titres inattendus. CinéSéries, Netflix va tester un mode de lecture aléatoire de ses programmes - CinéSéries

Traductions du mot « mode »

Langue Traduction
Anglais fashion
Espagnol moda
Italien moda
Allemand mode
Chinois 时尚
Arabe موضه
Portugais moda
Russe мода
Japonais ファッション
Basque moda
Corse moda
Source : Google Translate API

Synonymes de « mode »

Source : synonymes de mode sur lebonsynonyme.fr
Partager